Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 19 juillet 2010

L'énigme des baskets de Liliane Bettencourt ? [Résolu]

J'ai la solution à la nouvelle énigme d'Éric Mainville : il se demande, dans sa dernière note, pourquoi Liliane Bettencourt porte des baskets lors de son entretien avec Claire Chazal, sur TF1.

La cause en est à mon avis très simple : elles sont autrement plus confortables que des chaussures de ville. C'est d'ailleurs la voie sur laquelle s'avance Éric Mainville commentant l'image.

J'ai un témoignage précieux à apporter : les espèces de godasses en cuir à plus de 2 000 euros que vous voyez dans les magasins de luxe, c'est de la vraie m... tantôt ça vous scie les tendons, tantôt ça vous incarne un ongle.

J'ai une théorie que je voulais exposer de longue date ici (peut-être l'ai-je déjà écrit, d'ailleurs ) ; concernant les chaussures, seuls les équipementiers sportifs font de la recherche. Les autres croient qu'avec de la matière noble et mille heures de travail artisanal, on va faire une chaussure de qualité. Il n'en est rien. Comme les équipementiers mènent de vraies recherches, ils travaillent avec des orthopédistes, des kinés, des pédicures et cetera, et, du coup, ils ont mis au point des chaussures confortables pour le pied.

Liliane Bettencourt a réagi comme moi (sans prétention) : au Diable l'élégance, parce que mon pied le vaut bien, je vais le chausser convenablement.

Accessoirement, si Éric Mainville s'avise d'acheter une paire de basket de la qualité la meilleure, il va voir que le prix n'en a rien de frugal...

jeudi, 24 juin 2010

Tant de malades, en France ?

Les mauvaises nouvelles s'accumulent quant à la santé budgétaire de la France. L'heure approche de devoir effectuer des choix, souvent douloureux. François Bayrou avait prévenu dès 2007 que cette échéance approchait, et je vois, désormais, que l'heure des comptes a sonné. Des arbitrages vont être nécessaires. Comme j'ai un avis, je le soumets.

Bien que la santé soit l'un des biens auxquels les Français sont les plus attachés, il ne sera pas possible de ne pas tenter de rééquilibrer les comptes tant l'assurance-maladie est déficitaire. Aux alentours de 13 à 14 milliards d'euros de déficits. La CNAM estime que les dépenses de l'assurance-maladie devraient atteindre 210 milliards d'euros en 2015 contre 140 aujourd'hui.

J'ai cru comprendre que c'étaient les affections de longue durée qui pompaient 70% des remboursements. Or, il se trouve qu'elles augmentent dans des proportions phénoménales : 2.6 millions de cancers attendus en 2015 contre 1.4 aujourd'hui. 2.6 millions de diabètes contre 1.3 aujourd'hui à horizon identique.

Cela ne laisse pas d'intriguer : en détecte-t-on plus ? notre environnement est-il de plus en plus cancérigène ? nos pratiques alimentaires se dégradent-elles à ce point ?

Les ALD représentent plus de 80% des futures dépenses. 20% des assurés sociaux sont reconnus en maladie de longue durée, soit 7.4 millions de personnes en France !!!

Dépenses de médicaments et d'hospitalisation représentent l'essentiel des dépenses. Il est difficile, moralement, de faire payer des malades de longue durée. Toutefois, on peut certainement envisager une augmentation de leur participation, dans des proportions supportables et à raison de leurs moyens.

Dans tous les cas de figure, le pire serait de ratiboiser les hôpitaux, solution qui a la côte actuellement. Astreindre nos hôpitaux à des régimes sévères, c'est risquer d'amputer durablement le fleuron de notre système de santé ; c'est injurier gravement l'avenir.

Je préfère que l'on paie plus plutôt que des les sacrifier.

Cela dit, de telles prévalences dans les ALD ne laissent pas d'interroger sur l'efficacité de nos politiques de prévention. Pourquoi les cancers se développent-ils autant ? Y-a-t-il un moyen de les anticiper ?

Une fortune pour le chercheur qui trouvera le moyen de les neutraliser définitivement.

Il en va de même pour les diabètes ; je subodore qu'ils suivent également les courbes de l'obésité. Les sucres posent un problème de santé publique dans notre pays. Je ne suis pas un maniaque de la taxe, mais, compte-tenu des dégâts, je jugerais légitime de taxer tous les produits sucrés pour alimenter un fonds de compensation des frais du diabète. Ou alors à la recherche agronomique de mettre au point un sucre neutre.

Je subodore, compte-tenu des chiffres, que c'est le diabète gras qui est en cause plus que le diabète insulino-déficient dont on en comprendrait pas le développement soudain. Si on ne peut agir sur le second, le premier est accessible à une politique de prévention digne de ce nom.

On connaît encore fort mal les causes du cancer, mais, s'il coûte si cher à la société, et qu'on peut identifier des environnement cancérigènes avérés, je suis quelque peu partisan de taxer, là encore, les fauteurs de trouble...

mardi, 15 juin 2010

Le virus du Sida, nouveau médicament génique?

J'ai pris connaissance sur France-Info hier d'une découverte sans précédent. Deux chercheurs de l'INSERM ont réussi à utiliser le virus du SIDA pour venir à bout d'une maladie rare mortelle : l'adrénoleucodystrophie. Il s'agit d'une vraie saloperie qui détruit le cerveau des enfants. Les enfants tombent malades entre 5 et 8 ans, puis, en 3-4 ans, le cerveau meurt. Dans cette maladie, fait défaut une substance blanche qui se trouve dans le cerveau et qui gaine les cellules nerveuses, permettant au cerveau de donner des ordres à tout le corps par influx.  Sans elle, le cerveau devient alors incapable de communiquer avec tout le reste du corps, et c'est une mort à petit feu dans les trois années qui suivent.

Patrick Aubourg et Nathalie Cartier-Lacave ont réussi un miracle : cette maladie est génétique, il fallait donc modifier l'ADN des cellules. Il fallait donc un vecteur capable de rentrer dans la cellule. Seuls les virus y parviennent, particulièrement les rétro-virus. Or, s'il est bien un virus particulièrement performant pour rentrer dans les cellules, c'est justement le virus du sida.

Les deux chercheurs ont donc dégagé tout ce que contenait de mauvais le virus du SIDA et ils ont mis à l'intérieur le bon gène. Ils ont ensuite fait une greffe de moelle osseuse aux enfants et ces cellules ont été capables de passer la barrière du cerveau et de remplacer les macrophages du cerveau par les bonnes cellules capables d'arrêter la dégradation de la myéline. L'expérience réalisée s'est avérée concluante. Deux enfants testés ont vu leur maladie se stabiliser complètement et ont pu retourner à l'école et reprendre une vie sociale normale.

En veine d'astuce, les deux chercheurs ont procédé à une auto-greffe sur trois enfants, c'est à dire qu'ils ont cultivé les cellules des enfants afin d'y insérer le virus du sida neutralisé, puis ils les ont greffées dans la moelle osseuse des trois enfants.

Je leur tire mon chapeau à ces chercheurs-là, parce qu'il faut une sacrée présence d'esprit pour y penser.

Cette très belle et très bonne nouvelle m'a inspiré quelques réflexions. Si j'étais croyant, je tendrais à penser que les voies du Seigneur sont décidément impénétrables. Je ne le suis pas, mais je me dis tout de même que cela relativise vraiment toute idée de nuisance. La providence est tout de même étrange. Qui eût dit que le plus terrible fléau de ces trente dernières années servirait un jour de remède génique contre une maladie rare ?

Tiens, au fait, ce n'est pas que je veuille faire du mauvais esprit, mais j'ai cru comprendre que Patrick Aubourg exerçait à l'hôpital Saint-Vincent de Paul. Ce n'est pas AP-HP qui voulait le vendre cet hôpital il y a trois semaines ?

samedi, 22 mai 2010

Zadig super star des régimes et de la diette

Eh, oh, je parle de Zadig le héros de Voltaire. Pas de Zadig et Voltaire la marque de prêt à porter. Aujourd'hui, c'est la journée européenne de l'obésité, j'en ai parlé hier. Les motivations des êtres humains seront toujours des énigmes à plus d'un égard. Dans le conte fameux de Voltaire, Zadig, le héros du même nom, au cours de ses pérégrinations, croise un jour des femmes à la recherche d'un animal mythique, le basilic. Il s'enquiert alors des motivations de leur recherche et apprend qu'il s'agit là d'un remède pour leur maître Ogul, le seigneur de la contrée. Pour obtenir la libération de la femme qu'il aime, Astarté, il se présente alors comme médecin à la cour d'Ogul, et lui propose un rite particulier pour s'assurer de l'efficacité du basilic.

Seigneur, on ne mange point mon basilic, toute sa vertu doit entrer chez vous par les pores. Je l’ai mis dans une petite outre bien enflée et couverte d’une peau fine: il faut que vous poussiez cette outre de toute votre force, et que je vous la renvoie à plusieurs reprises; et en peu de jours de régime vous verrez ce que peut mon art. Ogul dès le premier jour fut tout essoufflé, et crut qu’il mourrait de fatigue. Le second il fut moins fatigué, et dormit mieux. En huit jours il recouvra toute la force, la santé, la légèreté, et la gaieté de ses plus brillantes années.

Par les temps qui courent, les laboratoires font assaut de pilules "miracle", quasiment de la magie, censées assurer le bien-être, la santé, la jeunesse et un amaigrissement accéléré moyennant achat en monnaie sonnante et trébuchante du dit miracle. C'est le médecin d'Ogul qui lui prescrit une décoction de basilic cuit à l'eau de rose. Une sorte de laboratoire miracle de l'époque, en somme. Mais la conclusion de Zadig est édifiante :

Vous avez joué au ballon, et vous avez été sobre, lui dit Zadig: apprenez qu’il n’y a point de basilic dans la nature, qu’on se porte toujours bien avec de la sobriété et de l’exercice, et que l’art de faire subsister ensemble l’intempérance et la santé est un art aussi chimérique que la pierre philosophale, l’astrologie judiciaire, et la théologie des mages.

Il nous faut de nouveaux Zagig de nos jours. Non pour leurs sages paroles, car notre société déborde de ces conseils raisonnables, mais pour leur art à circonvenir ceux qui les écoutent. Plutôt que de vendre le remède, il suffirait, sur le mode d'emploi, de préciser que leur absorption dans le sang doit être facilitée par une marche quotidienne après le repas d'une demie-heure, de la pratique d'exercices répétées (brasses dans une piscine afin d'assurer la circulation des énergies internes et autres flux astraux dans tout le corps) et le succès en serait assuré. Les publicitaires n'ont pas besoin de relire Zadig, mais les professionnels de la santé devraient s'y replonger pour leurs campagnes de prévention...

09:33 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : zadig, obésité, santé |  Facebook | | |

dimanche, 14 mars 2010

Les antibiotiques toujours moins performants !

Réveil à pas d'heure, cette nuit, et un peu en catastrophe. Ma petite dernière pleurait et semblait très rouge. Prise de température : 41°

Gros coup de flip comme vous ne l'imaginez pas. Bain avec un degré de moins, doliprane, déshabillage et trois quatre heures plus tard, advil.

Le problème, c'est qu'elle était sous Orelox depuis le début de la semaine contre une otite. J'ai déjà observé avec mon aîné que certains antibiotiques ne fonctionnaient plus. Mon médecin m'en parlait déjà quand j'avais 20 ans en me disant que c'était ce qui nous menaçait au 21ème siècle.

Mon actuelle généraliste m'a dit que la seule solution connue, quand vraiment plus rien ne fonctionne, c'est l'injection massive avec hospitalisation. Mais les germes deviennent toujours plus résistants, et, à ma connaissance, la recherche médicale a déserté complètement ce champ...

Un rapport récent de l'OMS indiquait que nous sommes en train de perdre la bataille contre les bactéries :

1 - En Estonie, en Lettonie et dans certains parties de la Fédération de Russie et de la Chine par exemple, plus de 10 % des malades de la tuberculose présentent des souches résistantes aux antibiotiques les plus puissants,
2 - En Thaïlande, les trois antipaludéens les plus courants ne sont plus efficaces. Chez 30 % environ des malades prenant de la lamivudine contre l'hépatite B, la résistance s’installe après un an de traitement,
3 - En Inde, 60 % des cas de leishmaniose viscérale (infection parasitaire grave liée aux chiens et aux rongeurs et transmise à l’homme par la piqûre de certaines mouches) ne réagissent plus aux médicaments de première intention. Dans les cas d'infection à VIH, on observe déjà une résistance primaire à l'AZT,
4 - Aux Etats-Unis, quelque 14 000 des malades hospitalisés sont infectés et meurent chaque année à cause de germes pharmacorésistants d'origine nosocomiale. 
Dans le monde, jusqu'à 60 % des infections nosocomiales sont provoquées par des bactéries chimiorésistantes (résistantes au antibiotiques)
.

La France, quant à elle, avec sa consommation massive de médicaments comporte le plus de souches résistantes. Si nous ne parvenons pas à éradiquer et détruire ces souches, nous allons au devant d'un grand danger.

jeudi, 04 mars 2010

ADN numérique

Un article récent du Figaro m'a quelque peu interpelé. On sait, depuis la dernière trilogie de Star Wars, constituer des personnages numériques de toutes pièces. Mais la technologie a évolué au point qu'il existe, désormais, au moins pour les acteurs du moins, d'authentiques doubles numériques. Il devient même envisageable de faire "jouer" des acteurs décédés avec ces doubles. La tentation est très grande. Il y a là à mes yeux un noeud éthique, juridique et scientifique : quelle valeur peut avoir un témoignage vidéo quand il devient possible de s'emparer à ce point de l'image d'autrui ? Ne faudra-t-il pas, désormais, des experts d'un nouveau genre, qui traqueront l'ADN numérique des vidéos pour déterminer leur authenticité ? Un marché de l'ADN numérique ne va-t-il pas se développer sur le terreau fertile du show bizz et des médias ? Il y a presque 20 ans, TF1 réalisait un entretien factice, sans en informer le public, avec Fidel Castro. Aujourd'hui, avec un double numérique ad hoc, toutes les falsifications deviennent possibles.

Décidément, la problématique lancinante de l'identité ne cesse en ce début de 21ème siècle de questionner nos sociétés avec une acuité renouvelée. L'image qui est à la réalité ce que les ombres de la Caverne de Platon sont à ceux qui y vivent, tend petit à petit à substituer sa virtualité à la réalité de nos existences, nous rendant toujours plus flous, plus inconsistants, plus indéfinis. Des films tels que Total Recall, Dark City ou plus récemment Matrix rendent compte, à l'évidence, de cette inquiétude qui taraude d'autant plus nos sociétés que son revers obscur, la théorie du complot, a désormais bonne presse partout sur la Toile...

10:37 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : image, identité |  Facebook | | |

mardi, 16 février 2010

Synesthésie

Je lisais un article du Figaro sur une nouvelle molécule prometteuse pour l'autisme : elle permettrait d'améliorer les facultés de communication des autistes. Ce-faisant, je suis passé à la page wikipedia qui concerne le Syndrome d'Asperger, que l'on intègre dans la sphère autistique, puis sur celle de Daniel Tammet, un savant britannique autiste de haut niveau. Ce-faisant, je me suis intéressé à son témoignage, et notamment à sa faculté extraordinaire pour effectuer des opérations mathématiques : il explique qu'il ne voit pas les résultats sous forme de chiffres, mais sous celle d'un paysage. Peut-être des positions dans l'espace, mais comme il n'a pas développé sa réponse, je n'en sais pas plus.

On appelle ce phénomène synesthésie. C'est très étrange. Des poètes comme Rimbaud (Une Saison en Enfer, Voyelles) ou Baudelaire (Correspondances) se sont risqués à cet exercice poétique. Je me représente aisément le pianocktail de Boris Vian, dans l'Écume des jours, et je me dis que ceux qui pourraient boire une flûte enchantée sont des gens chanceux. L'université d'Edimbourg en Écosse étudie de près le phénomène. Intéressant : si j'ai bien compris, la réification (c'est à dire le fait de rendre perceptible et concret, en simplifiant) d'abstractions paraît un biais psychologique prometteur pour accéder à des mécanismes complexes. Or, il semblerait que cette faculté soit très développée chez les savants. Toutes proportions gardées, cela me fait penser un peu à la méthode Montessori en mathématiques, avec son boulier.

Il y a des témoignages très intéressants sur la visualisation spatiale du temps, chez certains synesthètes.

Du coup, je me demande s'il existe un moyen de travailler cette faculté, et si elle est native ou non en tout être humain. En principe, le phénomène est  d'origine biologique et semble même avoir un caractère héréditaire.

 

13:19 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : synesthésie |  Facebook | | |

mardi, 01 décembre 2009

Grippe A : bébé est vacciné, et moi...du squalène coule dans mon sang.

Mission accomplie : ma petite dernière a reçu sa première dose de vaccin et moi, eh bien, j'ai eu de la chance : j'ai bénéficié d'un léger reflux des arrivées, et j'ai pu me faire vacciner sans bon. L'injection dure une micro-seconde, à peine. Ma petite dernière n'a même pas réalisé qu'elle venait d'avoir une piqure et se tournait la tête de tous côtés en se demandant pourquoi je l'avais amené au milieu de ces gens en vert :-) Bref, pour ceux qui tombent dans les pommes à la vue d'une seringue, je les rassure, le vaccin est totalement indolore.

Si j'ai pu dénoncer la pénurie de centres de vaccination et de personnel (là, par exemple, je suis parti vers 13h10, et je suis revenu vers 18h00), en revanche, il faut saluer le professionnalisme et la qualité de l'accueil du personnel soignant. Ils sont chaleureux, compétents et efficaces. En tout cas, au moins dans le centre pédiatrique où je me suis rendu.

Comme on y distribuait des tickets numérotés, la bonne stratégie, c'est d'estimer le temps d'attendre entre deux entrées dans le centre, déterminer quel numéro entre, faire la différence avec votre numéro et revenir en conséquence plus tard. C'est ce que j'ai fait, et je n'ai attendu que 30 minutes dehors. Il y a des pauvres gens, et surtout, de pauvres bébés, qui ont passé bien 3 heures dehors à attendre.

Là, il y a vraiment une logistique à améliorer.

Une dernière remarque à propos du squalène : il est utilisé en France dans le vaccin contre la grippe saisonnière depuis 1997 sans aucun effet néfaste constaté sur la santé. Évidemment, il existe toujours des cas particuliers, et chacun doit considérer sa vaccination avec ses antécédents, mais, pour les individus ordinaires, en principe, il n'y a pas de problèmes.

Et pour ceux qui ont eu connaissance de possibles effets du squalène sur les combattants de la 1ère guerre du Golfe, il est apparu en fait que les vaccins qui leur avaient été administrés ne contenaient pas de squalène. Cette substance n'est donc pas en cause dans leurs ennuis de santé postérieurs (en revanche, on n'a jamais su la vérité sur les armes chimiques de Saddam Hussein : les Américains ont toujours prétendu qu'il n'en avait pas employé, mais...ce n'est pas si sûr !).

19:02 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : grippe a, squalène, vaccin |  Facebook | | |

mardi, 17 novembre 2009

Je vais me faire vacciner contre la grippe A

Les théories complotistes de tout ordre trouvent souvent, hélas, en France, un terreau propice pour proliférer. On entend, désormais, tout et n'importe quoi à propos des laboratoires et du vaccin contre la Grippe A. Moi, je vais me faire vacciner, et toute ma famille va faire de même. Et pour les adeptes des calculs probabilistes, j'invite à consulter le billet de Unhuman, qui a établi "scientifiquement" les prises de risque encourues selon que l'on se vaccine ou non.

C'est assez rare que je donne quitus à l'actuel gouvernement de la France, mais, sur la grippe A, jamais je ne lui reprocherai d'avoir appliqué le principe de précaution. Je préfère qu'il y ait un fort reliquat de nos 94 millions de doses contre le virus H1N1 que d'avoir pris le risque d'une mutation du virus avec plusieurs dizaines de milliers de morts à la clef.

Des grippes A fulminantes demeurent rares, mais elles se produisent, particulièrement sur des individus sans problèmes de santé apparents. En 48 heures, le virus peut avoir infesté complètement les poumons et provoquer le décès de n'importe quel individu. Roselyne Bachelot a bien agi en donnant l'exemple.

Le virus se propage désormais à grande vitesse dans les écoles. Le Ministère de l'Éducation Nationale a mis a disposition du public une carte régulièrement mise à jour pour faire le point sur la situation.

Un vaccin n'est évidemment jamais neutre, et une réaction imprévue n'est jamais à exclure. Mais sa probabilité demeure toujours moindre que celle de périr de la maladie...

Je m'en voudrais jusqu'à ma mort d'avoir laissé mourir un de mes enfants pour avoir adhéré à une thèse complotiste (à la c...). La vaccination des femmes enceintes et des nourrissons débute vendredi. Sanofi-Aventis a mis au point un vaccin sans adjuvant, limitant ainsi singulièrement le risque de réactions au vaccin. Il s'agit du vaccin Panenza. Il se comporte, apparemment, comme le vaccin contre la grippe saisonnière. Pour les aspects complotistes, je suggère de se reporter à un billet de Démocratix, fort efficace pour démonter les accusations de Rue89.

S'il n'est pas possible de se faire vacciner chez un généraliste, c'est que la conservation des doses est problématique passé 24 heures, et qu'il faut donc pratiquer plusieurs injections par jour pour ne pas risquer un gaspillage généralisé, ce qui n'a rien de garanti chez un généraliste.

 

15:12 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (49) | Tags : grippea, h1n1 |  Facebook | | |

jeudi, 22 octobre 2009

Douleur et paralysie cérébrale

Et hop, ma petite pierre à l'édifice...Merci à Nicolas d'avoir prévenu. Déjà que je trouve que la douleur n'est pas toujours prise en charge comme elle le devrait quand on peut s'en plaindre, alors imaginons ce que cela peut être pour ceux qui ne peuvent rien dire...

Ce n'est pas du luxe que de parler de la paralysie cérébrale (effets plus ou moins handicapants survenus généralement à la suite d'un accident vasculaire) : alors que 125 000 enfants sont touchés (1 nourrisson sur 450 !)par cette pathologie, elle est quasiment absente des programmes de recherche. Chaque année, ce sont donc 1 800 nourrissons qui  sont victimes.  Il y avait un appel à projet en 2009 avec à la clef un financement.

Trois axes d'intervention, pour la recherche, sont privilégiés : 1. Anticiper, c'est à dire étudier les facteurs de causalité. 2. Diagnostiquer et intervenir immédiatement afin d'empêcher ou de limiter les dégâts sur le cerveau. 2. Quand le mal est fait, accompagner les victimes pour les aider à avoir une vie aussi normale que possible. Je crois que la conférence du 29 octobre rentre dans ce dernier champ.

La Fondation Motrice organise le 29 Octobre 2009 de 18h à 21h à la Mairie du XVème à Paris (Métro Vaugirard, bus 80) une conférence sur le thème de la douleur de l’enfant et de l’adulte atteints d’Infirmité Motrice Cérébrale  / Paralysie Cérébrale.