Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 février 2009

Google Earth, le pas de géant

Neil Armstrong s'est écrié, en posant le pied sur la Lune, un petit pas pour moi, un pas de géant pour l'humanité. Je ne suis pas loin de penser la même chose de Google Earth 5.0. Je suis impressionné par la puissance et la richesse de l'outil. Explorer les océans, suivre en temps réel(léger décalage tout de même) les baleines, passer de Venise à Angkor puis foncer vers les cieux et partir en exploration pour Mars, tout cela est possible en quelques clics. Google a frappé un grand coup. Ses multiples partenariats avec des instituts scientifiques rendent d'autant plus attrayantes toutes les fonctionnalités de la dernière version de Google Earth.

Extraordinaire : on peut même localiser les épaves sous-marines ! Impressionnant, d'ailleurs, le nombre de sous-marins coulés pendant la seconde guerre mondiale. On peut aussi nager en 3D avec un sympathique épaulard, bref, une vraie merveille.

Pour les géographes, les océanographes et les astronomes amateurs, superbe logiciel que celui-là !

12:40 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : google earth, mars |  Facebook | | |

vendredi, 24 octobre 2008

Google Earth, Google Street View, impressionnante combinaison !

J'avais écrit un premier article sur Google Street View, mais après l'avoir testé via Google Maps uniquement. Là, depuis quelques jours, je le teste en combinaison avec Google Earth, et j'avoue que le résultat est tout simplement détonnant et au-delà de toute espérance.

Ce qui est top, c'est que si on ne se rappelle pas d'une adresse, mais que l'on se souvient du chemin que l'on a parcouru, il suffit d'activer Google Earth, et on peut parcourir virtuellement les rues que l'on a arpentées. Avec Google Street View, un petit coup d'oeil, et me voilà presqu'en 3D. Il me suffit de regarder les panneaux, affiches et devantures des magasins pour retrouver ce que je cherchais.

Par exemple, je savais que j'avais mangé dans un restaurant végétarien délicieux près de Notre-Dame, mais je ne me souvenais ni de son nom ni de l'adresse exacte. Hop, un petit tour avec Google-Earth/Google Street, et me voilà à bon port : le restaurant se trouve au 18 rue de la bûcherie à Paris et s'appelle le Grenier de Notre-Dame.

Je recherchais un magasin de vente de meubles pour enfants que je savais être au bout de la rue Blomet, en face de la clinique Sainte-Félicité. Hop, un petit coup de google earth/street, et paf, je me suis rendu compte que c'était en fait un La Do Ré (qui ne figurait pas dans les pages jaunes, au demeurant...).

Je sais qu'il y a un petit resto, du côté du Musée de Cluny, qui fait des super fondues bourguignonnes. J'espère qu'il n'a pas fermé. Je ne me rappelle plus du nom de la rue, mais je sais que je peux retrouver l'endroit avec google earth/view. Hop, plus qu'à jeter un petit coup d'oeil, et j'en donne prochainement des nouvelles ici.

J'ai pu aussi revoir avec émotion des lieux où j'avais vécu. En fait, ce qu'il faut, maintenant, c'est que Google mette au point un système de mise à jour régulière des photos des rues.

Et puis il faudrait, idéalement, qu'il couvre des villes plus petites.

Pour l'anecdote, l'un des premiers endroits que j'ai testé, c'est le 133 rue de l'Université dans le 7ème arrondissement de Paris, actuel siège du MRP, de l'UDF et du MoDem.

Conclusion, excellente innovation de Google !

00:11 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : google, street, view, villes, earth |  Facebook | | |

mardi, 22 juillet 2008

Automobiles volantes !

m400w3.jpgOn n'arrête décidément pas le progrès : l'instructive lecture d'un magazine pour enfants, Mon petit quotidien, m'a aporis l'existence de voitures volantes ! Ah, si Robida pouvait voir cela ! C'est un américain, Paul S.Moller qui a mis au point d'incroyables prototypes. En fait, ce sont plus que des prototypes puisqu'il les commercialise ! Ses engins volent trop bas pour nécessiter un permis de vol ou une licence spéciale pour circuler, si bien qu'en théorie, on pourrait les utiliser aussi bien dans les rues de New-York que dans celles de Paris.

Il faut absolument visionner les vidéos de ses engins, c'est tout simplement impressionnant. Bon, c'est vrai que pour l'instant, il y a encore un petit souci : ses véhicules coûtent de 200 000 à 400 000 euros pièce...

Au fait, regardez bien l'image ci-dessus : une M 150 réalisée par Moller. Comparez maintenant avec le véhicule ci-dessous :

guerre_00.jpg C'est l'illustration de couverture du volume "La guerre au 20ème siècle", le livre majeur de Robida. Impressionnant la ressemblance, non ? Même la couleur est identique ! Sacrée autonomie également, puisque la M150 a 1000 kilomètres de rayon et autant pour la M400. En plus, cesappareils fonctionnent à l'éthanol (bien moins polluant que le diesel ou l'essence) et la M400 accueille jusqu'à 4 passagers.

Bon, évidemment, au niveau vitesse, ça fonce, ces trucs-là : 604 km/h pour la M150, par exemple. Et ça ne pèse pas lourd non plus ! la même M150 ne pèse, à vide, que 254 kilogrammes ! Moller assure que le prix de sa voiture volante peut sérieusement baisser s'il a la possibilité de passer à une production de masse. Actuellement, une M400 (4 places) coûte 500 000 dollars (environ 300 000 euros) mais en cas d'accroissement substantiel, il prévoit pour ce même appareil un prix qui irait de 60 000 à 80 000 dollars (de 35 000 euros à 50 000 euros) ! Il y a actuellement 100 commandes en attente pour la M400. Moller attend une certification du gouvernement américain. Au fait, on peut même s'offrir un modèle réduit à l'échelle 1/38èmepour neuf dollars et 50 cents ! Amateurs de modèles réduits...

Avec de l'audace, on pourrait imaginer une flotte de taxis de ce type à Paris. Imaginez le gain de temps fantastique dans un quartier d'affaires, et, mieux encore, la possibilité de faire communiquer très rapidement deux quartiers entre eux, quand bien même ils seraient distants. Pour le Grand Paris, idéal comme moyen de transport. Et Financièrement, cela n'a rien d'une utopie.Hop, je vais me fendre d'un petit courrier à la Commission Transports du MoDem parisien, moi...

07:32 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : moller, robida, automobile, vol, m400, m150 |  Facebook | | |

vendredi, 11 avril 2008

Lunaire...

1059617446.jpgEn septembre 2007, Google avait remué le landernau scientifique et technique en initiant un concours pour réaliser des missions sur la Lune :

La société américaine sponsorise avec la fondation X Prize un concours doté d’une récompense totale de 30 millions de dollars à toute société qui parviendra à répondre à plusieurs missions lunaires à l’aide d’un engin robotisé. Parmi elles, celle consistant à faire rouler le « rover » sur 500 mètres du sol lunaire afin d’envoyer vidéos, images et données sur Terre remportera le premier prix (20 millions de dollars). Si l’engin ne peut envoyer que des données, il remportera le deuxième prix, doté de 5 millions de dollars.

« La bourse octroyée pour le Grand Prix est de 20 millions de dollars jusqu'au 31 décembre 2012 ; elle sera ensuite ramenée à 15 millions de dollars jusqu'au 31 décembre 2014, date à laquelle la compétition arrivera à son terme, sauf en cas d'extension » précise le règlement. 

En tout cas, à cette heure tardive, cela m'a permis de découvrir le magnifique Google Moon.

Je n'avais pas fait gaffe à l'info en septembre. Je devais sans doute être...dans la Lune !!! 

J'ai cherché, àce sujet, chez mon Oracle ce que Bayrou et/ou le MoDem disait sur l'espace et l'astronautique. Ben...y'a pas pour l'instant... On serait plutôt terre à terre chez nous...

Un nouveau chaptire à développer... 

01:02 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : lune, espace, google |  Facebook | | |

mercredi, 19 mars 2008

Philippe Nogrix inaugure une maison basse énergie

Philippe Nogrix, en tant que partenaire de l'opération " Territoire Ruraux, Habitat et Développement Durable " participait,  vendredi 22 février dernier, à la pose du premier panneau solaire sur le toit d'une maison basse énergie, situé dans le lotissement de la Hêtraie.

Au cœur de la commune de Laignelet, Marie-Françoise Bocquet, directrice de Fougères Habitat et Claude Duval, Président du Pays de Fougères ont permis la création d'un lotissement, dont l'objectif est de diminuer les dépenses énergétiques.

Le sénateur UDF-MoDem se félicite d'un tel projet : " dans le contexte actuel, il est nécessaire de mettre en œuvre des actions capables de protéger durablement les ressources naturelles ". Ce programme ambitieux entre dans le cadre de l'agenda 21 qui a pour objectif la protection et la sauvegarde des richesses de la planète.


Philippe Nogrix en compagnie de Thierry Benoit (Député de la 6ème circonscription d'Ille-et-Vilaine) et André Philipot (maire de Laignelet)


Claude Duval et Guy Audusseau posent le premier panneau solaire

Je vois d'ici les questions des lecteurs : c'est quou une maison basse énergie ? Ben, c'est une maison passive. Super, on est bien avancé. Et c'est quoi, une maison passive ? Très succinctement, c'est une baraque qui est quasiment autonome pour sa production d'énergie. Avec une très bonne isolation, les apports solaires et les apports métaboliques (chaleur du corps, par exemple, fonctionnement des machines) elle parvient à s'auto-suffire. Maintenant, si vous voulez vraiment entrer dans les détails techniques, il y a un article très complet sur le sujet, sur Ekopedia.

 

Voili-voilou. Cela dit, le principal défi, pour l'avenir, ce n'est pas seulement de construire des demeuresde ce type, c'est aussi de transformer celles qui existent, et sur ce point, il y a du pain sur la planche...

J'espère qu'à la suite des élections municipales, nous allons nous décider, au MoDem, à lancer des commissions nationales afin de mettre au point un programme complet. Il faut souhaiter que la future commission logement s'empare de cet aspect des choses. 

jeudi, 06 mars 2008

Et après le pétrole ?

Cet après-midi, en visite au Louvre, l'un de mes enfants m'a posé une question qui m'a donné à réfléchir : il m'a demandé quels grands changements il y aurait dans sa vie quand il serait grand. A vrai dire, il m'avait déjà posé la question pour moi-même, et je lui avais répondu que le changement principal, dans la société, me paraissait être les modifications de la communication, tout particulièrement internet.

Mais, pour les 30 prochaines années, je crois que c'est autout de l'énergie et des matières premières non-renouvelables que va se faire la révolution, et, corollairement, très certainement autour du recylage.

Quand je pense parfois qu'il nous reste 30 ans de pétrole, et que ni dans l'aviation ni dans l'automobile, grosses consomatrices, nous n'avons entamé de réformes de fond...On en est tout juste à proposer quelques moteurs hybrides, et pour les avions, aucune recherche sérieuse en vue de remplacer intégralement le kérosène par de l'hydrogène, ou quelque chose de ce genre.

Et pourtant ça urge ! Quand la mutation sera devenue inéluctable, le choc sera d'autant plus brutal pour ceux qui ne s'y seront pas préparés.

Sachant le temps nécessaire au remplacement d'un parc automobile, par exemple, je nous trouve bien mal partis. 

J'en profite pour signaler cet excellent site, moteurnature.com, car il fait le point sur les énergies de substitution pour els automobiles et met fin à un certain nombre de mythes et d'idées reçues. 

dimanche, 10 février 2008

la Karma, automobile éco-chic

Eco-chic, c'est un nouveau concept pour les automobiles de luxe : je mets une fortune dans ma bagnole, ça, cela ne change pas, mais désormais, j'évite d'enfumer la planète au passage.

C'est Henri Fisker, qui travaille aussi pour la célébrissime marque Aston-martin, qui l'a mise au point. Un petit bijou :

0a4b5c909bc8cd2a951fc60c55ba03dd.jpg

Fisker se définit comme le premier constructeur vert américain et pour cela il a mis les moyens. Son association avec Quantum Technologies a permis la création d'un système de propulsion hybride inédit, le Q DRIVE. Ce système comprend un petit moteur thermique qui fait tourner un générateur, lui-même chargeant une batterie au lithium- ion. Cette batterie actionne un moteur électrique qui fournit la puissance aux roues arrière. Ainsi équipée, la Karma serait capable d'abattre le 0 à 100 km/h en 6 secondes  et pourrait atteindre les 200 km/h. De plus le constructeur assure zéro émission polluante jusqu'à 80 km/h. Concept 100% écologique, son toit constitué de panneaux solaires alimente la climatisation.

Pas mal, non ? 


Pour le reste, la Karma combine tous les équipements de confort qu'on est en droit d'attendre d'une voiture de luxe. Mais, la belle a un petit défaut : il faut débourser pas moins de 80 000 euros pour rouler dedans...!

 Les premiers exemplaires de la Karma devraient être livrés fin 2009 et au total Fisker espère en produire 15 000.

samedi, 09 février 2008

Google versus Microsoft, le choc des Titans

S'il y a une conflagration qui est inévitable, à terme, c'est bien celle qui attend Microsoft, l'empereur de l'informatique, et son puissant outsider, Google. Je suis depuis longtemps, les progrès de la firme de Mountain View. Je l'ai vu avancer ses pions les uns après les autres, de partenariats en rachats, jusqu'à aujourd'hui se présenter en alternative crédible à Microsoft.

Les deux géants se regarrdent désormais dans le blanc des yeux, lancés comme des bolides dans un conflit inexpiable qui ne peut que se conclure par la défaite définitive de l'un ou de l'autre.

Toutefois, à défaut, c'est la guerre froide qui prévaut, ponctuée de temps à autres d'alliances de circonstance. Microsoft possède la maîtrise des systèmes d'exploitation, mais est à la remorque sur la Toile où Google flaire à tous les coups les bonnes affaires. A chaque fois, Google s'appuie sur l'univers du libre, qui anticipe voire crée souvent les nouveaux usages et les nouvelles technologies du web. Tant que des liens forts seront mlaintenus entre cet univers et Google, Google conservera ce qui a fait l'essence de son succès.

Je ne crois pas à l'émergence des réseaux sociaux, en dehors des univers de jeux, car en réalité, il s'agit surtout de groupements de communautés finalement assez limitées et qui n'ont, au final, guère en commun.

En revanche, il faut surveiller avec attention l'émergence de la 3D sur la Toile : Linden, avec Second Life, est précurseur, mais il n'y a pas encore assez d'utilisateurs et trop de difficultés techniques pour que cet usage parvienne à s'imposer comme un usage de masse. Pourtant, il apporte une véritable valeur ajoutée, et à terme, pourrait bien envahir la Toile. Pas fou, Google peut à tout moment faire basculer une bonne partie de ses représentations 3D, qui servent pour l'instant pour Google Earth, vers un monde ce type, voire créer une sorte de Second Earth...

Si Linden veut survivre, il lui faudra s'allier.

07:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Google, Microsoft, Second Life, Linden, 3D |  Facebook | | |

lundi, 28 janvier 2008

Moteur à hydrogène...et vivent les Bretons !!!

Le Moteur Kenderv est un moteur à hydrogène désormais opérationnel. C'est un breton du nom de Jean Cousin qui a réalisé cette petite merveille. Il existe d'ailleurs un exposé scientifique avec pleins de formules (auxquelles je n'ai strictement rien compris) sur le portail Ekopedia.

A la base, au milieu des années 80, Jean Cousin travaille sur un moteur au sodium, mais comme il s'agit d'un moteur thermique qui fonctionne à haute pression, l'air se liquéfie quand on stoppe les cylindres. Les aléas de l'existence font que cet inventeur abandonne son projet pendant 20 ans. Mais, parvenu à l'âge de la retraite, en 2005, il reprend le projet en l'état et le finalise. « Avec ce système, un groupe électrogène de 50 cm³ suffit à alimenter une maison en énergie » déclare-t-il récemment. « Il peut aussi faire avancer une voiture, sans contrainte d'autonomie, mais il nous reste à étudier l'usure des pièces, les technologies utilisées étant très particulières » ajoute-t-il. Jean Cousin a laissé ses coordonnées à plusieurs journalistes dans l'espoir de prendre contact avec des industriels prêts à tenter l'aventure en finançant la commercialisation de son prototype : Kenderv@free.fr

Ah, au fait, Kenderv signifie cousin en breton... 

mardi, 09 octobre 2007

Le protocole de Londres ratifié !

Le Sénat a ratifié le projet de loi  du Protocole de Londres, qui supprime l'obligation pour les brevets européens d'être notamment traduits en français.

Jean-Pierre Jouyet, Secrétaire d'état chargé des affaires européennes a présenté ainsi l'accord : 

« Contrairement à ce que l'on craint souvent, cet accord de Londres, qui porte mal son nom puisqu'il a été négocié à Paris en 1999, (M. Roger Karoutchi, secrétaire d'État chargé des relations avec le Parlement s'exclame) représente une chance pour la langue française et la meilleure parade au « tout anglais ». En effet, le régime linguistique des dépôts de brevets en Europe est simplifié au bénéfice de l'allemand, de l'anglais et du français. Il sécurise la possibilité pour toute entreprise de déposer ses brevets dans ces trois langues. Les entreprises françaises pourront donc continuer de déposer leurs brevets en français à l'INPI, comme elles le font aujourd'hui à 90 %. La partie juridique du brevet -c'est-à-dire les revendications qui définissent la portée de la protection de l'invention devant le juge et à l'égard des tiers- sera toujours traduite en français, contrairement à la partie technique du brevet, dénommée description, de telle sorte qu'un brevet déposé en français sera valable sur les territoires de langue anglaise et allemande. Autrement dit, l'accord fait du français une des trois langues de l'innovation en Europe. En outre, d'après les estimations de M. Grignon, 300 millions pourront être économisés au bénéfice des entreprises françaises.»

J'avoue que je suis partagé. D'un côté, ce que ditJ-P Jouyet, se tient, de l'autre, c'est aussi une atteinte à la diversité linguistique de l'Europe. Je crois malgré tout que cet accord a le mérite de consacrer la langue française. En l'absence d'un accord, on risque de se retrouver dans un no man's land sans obligations d'où l'anglais sortira à nouveau unique gagnant. C'est d'ailleurs l'argumentation développée par le Sénateur UMP Hubert Haenel, et son argumentation ne me paraît pas fausse.

 

Voici le compte-rendu des débats (un tantinet à sens unique, il est vrai...) : http://www.senat.fr/cra/s20071009/s20071009_10.html#par_3...