Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 18 novembre 2011

Cabines d'essayage virtuelles

En écoutant tout récemment une émission sur les modes, il m'est venu une idée, et d'ailleurs, je devrais la faire bèveter. La difficulté, on le sait, pour choisir des vêtements en ligne, c'est que l'on n'as pas d'idée claire du résultat final quand on les porte. Alors j'ai eu une lumineuse pensée : pourquoi pas mettre en place des cabines  d'essayage virtuelles ? Comment ? Eh bien en ouvrant un magasin sur Second Life, pardi ! Pourquoi Second Life ? Eh bien parce que la cabine d'essayage en tant que telle n'est pas suffisante : il faut pouvoir déambuler parmi ses semblables pour pouvoir constater l'effet produit par une nouvelle tenue, or, Second Life offre justement des lieux propices aux rassemblements sociaux les plus divers.

Voilà comment les marques pourraient procéder : une slurl (lien vers Second Life) à partir de la boutique en ligne qui donnerait accès à une boutique virtuelle en 3D. Ensuite, sur le monde 3D, un modélisateur capable de réaliser rapidement un avatar d'après une photographie que pourrait lui envoyer chaque client. Il réaliserait un avatar à l'image du client/de la cliente. Ensuite, ce dernier/cette dernière n'aurait plus qu'à tester les vêtements souhaités.

Pas mal, non ? Aux entreprise de proposer des solutions clés en mains avec un avatar prêt à l'emploi, ou alors de s'organiser afin de favoriser les inscriptions sur Second Life. 

Idéalement, il faudrait demander à des blogueuses de mode ce qu'elles pensent de l'idée et si elles seraient prêtes à tester un tel système.

Voyons du côté du top mode de wikio et lançons quelques bouteilles à la mer en espérant que les blogues que je vais taguer disposent d'un compteur pour repérer les backlinks et que l'idée les intéresse. Tiens, Garance Doré, Modissimo, Chiffons & co, Valentine, Pauline, sympa comme noms de blogues...

lundi, 22 novembre 2010

Second Life, sortir de l'ornière

Au début du mois d'octobre dernier, le canard virtuel écrivait une lettre ouverte à Linden, la société qui gère le métavers Second Life.

Second Life, je me dis parfois que c'est l'histoire d'un immense gâchis. Au départ, c'est une intuition très forte, une idée géante et un emballement médiatique.

L'intuition, c'est que le web ne demeura pas indéfiniment en deux dimensions, et que tôt ou tard, on naviguera en 3D d'un site à l'autre. Je pense que cette intuition se vérifiera tôt ou tard, même si cette évolution est actuellement freinée par le développement de l'internet mobile, dont les faibles performances limitent l'usage d'applications 3D pour l'instant.

L'idée, c'est de mettre à disposition des usagers un monde nouveau, entièrement modelable à la convenance de chacun. Rien ne pouvait plus stimuler la créativité que cette idée évidente. Je demeure frappé de stupeur, quand je me déplace sur Second Life, par la richesse de ses constructions et de ses lieux virtuels, en dépit de la faible quantité de ses utilisateurs, puisque, malgré ses millions de comptes, de 40 000 à 80 000 résidents seulement se connectent en même temps. 

L'emballement médiatique, on l'a connu l'année 2007 avec la multiplication des initiatives, l'apparition d'ambassades, la venue de grandes sociétés, et cetera...

L'immense gâchis, c'est ce qui s'est ensuivi. Sims désertées et/ou laissées l'abandon, disparition des fleurons du métavers, diminution progressive du nombre de résidents actifs.

Linden serait très bien inspiré d'écouter davantage ses fans. Le Canard virtuel lui a dit, pourtant, ce qu'il souhaitait : l'ouverture. C'est cela que Linden n'a pas compris, ou, du moins, n'a jamais su mettre en application. Il aurait fallu très tôt se connecter avec les autres réseaux : prévoir des points twitter, facebooks,  dans toutes les régions pour se connecter sur les autres réseaux sociaux. Ouvrir davantage le monde aux autres navigateurs pour Métavers, plutôt que de lutter contre. Afficher les contenus web avec facilité sur les murs mêmes du monde, associer les groupes qui évoluent sur les forums 2D aux groupes 3D, développer les slurl plus que cela n'a été fait, quitte à se payer une campagne de publicité ad hoc.

oh, même sans campagne publicitaire, il suffirait de se comporter en mécène pour tenter de créer l'évènement : inviter de jeunes artistes, des intellectuels à faire des conférences, dispenser des concerts de musique classique, organiser des soirées thématiques, s'associer avec des collectivités territoriales pour offrir certains services, bref, faire feu de tout bois pour se développer.

Un projet comme l'Opéra Bis, par exemple, me semble l'exemple même de ce qu'il faut faire : l'Opéra de Rennes a choisi de donner en direct live cinq représentations virtuelles. Ainsi, le 06 novembre dernier, on y a donné la Rita ou le mari battu de Gaetano Donizetti. On peut aussi suivre la saison musicale sur Opensim. OperaBis explique les procédures à suivre pour générer l'avatar ad hoc.

Ce qui me frappe, quand je cherche de l'information sur Second Life, sur la Toile, c'est son rétrécissement au fil du temps. Foisonnement en 2007, disette en 2010. La page wikipedia, elle-même, n'est pas entretenue.

Linden peut encore sortir de l'ornière, parce qu'à l'heure actuelle, aucune société n'a investi sérieusement les métavers. Mais cela demande un changement de cap, un redéploiement d'une toute autre ampleur que les petits ajustements auxquels se livre la société.

14:58 Publié dans Internet | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : second life |  Facebook | | |

lundi, 13 septembre 2010

Les résidents de Second Life face à la pornographie

Je poursuis au fil du temps mes explorations sur le monde virtuel Second Life. C'est un univers étonnant à plus d'un égard. L'une des choses qui m'a surpris en particulier, c'est la résistance de nombre de ses résidents à l'emprise de la pornographie. On aurait pu croire que c'était là un nouveau modèle pour l'empire du X, et en fait, il n'en est rien.

Les résidents fixent d'eux-mêmes des règles pour entrer chez eux : pas de violence, pas de nudité, pas de propositions importunes. Ce peut-être un "covenant", c'est à dire une interdiction officielle liée à toute la région, mais, cela prend plus simplement la forme d'une petite note qui s'active à l'arrivée du visiteur pour donner un avertissement ou d'un pancarte clicable avertissant des risques qu'encourt le réfractaire. Le bannissement, le signalement à Linden labs, même, sont deux options possibles.

Par ailleurs, Linden a fait le choix, cette année, de distinguer les contenus généraux, modérés et adultes. On ne peut plus se rendre en zone adulte sans disposer d'un compte payant ou avoir prouvé son âge, ce qui assure d'en bloquer l'accès aux mineurs.

Je n'ai jamais été convaincu de la pertinence d'une séparation radicale entre les contenus pour mineurs, les contenus éducatifs et les contenus pour majeurs sur Second Life.

Mieux vaut, à mon sens, et puisque c'est une simulation, répliquer en partie ce qui prévaut dans la vie réelle, et séparer les zones adultes du reste, car ce sont elles surtout, qui posent problème ! pourquoi tous les autres résidents devraient-ils s'adapter à ces zones-là ? C'est l'inverse qui doit se produire !

Plutôt que de mettre en place des serveurs différents, il est concevable de ne rendre accessibles aux mineurs que les Sims (parcelles) qui seraient susceptibles de recevoir une certification ad hoc.

23:29 Publié dans Insolite, Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : second life |  Facebook | | |

dimanche, 02 mai 2010

True Metal on Second Life

 

Truemetal.png

Bon bon, je continue mes découvertes sur Second Life. Non non, ce n'est pas un repaire de satanistes. Juste du True, du Black du bon Metal tout ce qu'il y a de plus hurlant, quoi...

Il y a plus paisible, évidemment...

 

TamboursdeSvarga_002.png

Rien de tel que les tambours de Svarga. Un lieu étonnant, Svarga. Une sorte d'éco-système virtuel, avec des insectes, quelques plantes carnivores et une flore et une faune assez particulières...On peut faire le tour du domaine à dos de guêpe géante et, si l'on est patient, voir des fleurs pousser...

 

 

 

samedi, 01 mai 2010

Mode, l'ennui mortel...

 

CesarBorgia_001.png

Décidément, en ce moment, je ne me lasse plus de Second Life, après en avoir été longtemps absent. Me promenant sur ce demi-monde, si fortement virtuel, et en même temps avec un ancrage réel bien que faible dans notre monde, je songeais avec tristesse à l'absence d'imagination qui caractérise le nôtre. Et je pensais notamment aux codes vestimentaires : mon Dieu, qu'est-ce qu'on s'ennuie sur notre vieille Terre. En dépit de la multiplicité de nos magasins, aucune variété, pas d'originalité, mais l'uniformité plus que jamais. Impossible de me promener comme je suis habillé sur cette photographie prise là-bas. A moins d'être le jour de mardi gras, on me prendrait pour une bête curieuse, et au pire, que je rabatte la capuche, et je suis bon pour les arrêts. Et pourtant, ce serait tellement plus intéressant et chatoyant si l'on s'habillait, se vêtissait, se colorait et se maquillait comme bon nous semblait...

Il y a dans le domaine vestimentaire, sur Second Life, une créativité fantastique. Plusieurs créateurs ne l'ignorent pas, ils viennent y tester certains de leurs modèles. A vrai dire, ces créateurs professionnels sont souvent bien en deçà des amateurs dont l'imagination exubérante autant que débordante vient enchanter mes promenades shopping...

Oh, en théorie, rien n'empêche quelqu'un de s'habiller comme il l'entend, dans notre beau pays, mais il s'expose à un jugement social réprobateur et sévère. La cause en est simple : notre monde matérialiste se soucie comme de l'an 40 du beau ; ce qui compte, pour lui, ce sont les signes. Les habits n'ont pas vocation à être beaux, mais à être signifiants, c'est à dire à montrer que l'on s'intègre dans un réseau ou une communauté. Et il y a par-dessus toutes ces communautés un voile invisible qui coiffe d'une chape étouffante toute vue discordante.

On achète Nike pour montrer qu'on est un gros caïd, qu'on a du fric, un smoking pour donner l'apparence d'un homme d'affaires, et cetera...

Finalement, en ce bas-monde, seuls les esthéticiennes, et les chirurgiens plasturgiques ont encore le souci de la beauté, de l'art pour l'art. Les autres ne se préoccupent que de sens. Adieu, élégance, finesse, richesse étincelante et éclatante de la pourpre. Adieu manteaux sombres d'une époque révolue. Adieu sublime, adieu, grâce et beauté.

Monde gris, terne et fâcheux, mon Dieu, que je m'ennuie.

 

l'hérétique à Chichen Itza

 

Mexico-Chichen_002.png

Tiens, ça, c'est pour l'ami Ferocias. Hé hé, il fallait aller plus loin que la contemplation de la seule carte de Second Life...Observez le magnifique monument au fond, outre la pyramide, dans laquelle on peut entrer et où l'on trouve quelques objets votifs ou rituels. Cesar Borgia Ethaniel salue Ferocias bien bas...

 

00:27 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : second life, chichen itza |  Facebook | | |

vendredi, 19 mars 2010

Et Second Life, au fait ?

Pendant la campagne présidentielle, je me suis souvent rendu au QG des Bayrouistes sur Second Life. Depuis, l'espace centriste a rétréci et les visiteurs se sont taris, après plusieurs déménagements. Il demeure toutefois un petit QG.

Second Life a vu émerger de la concurrence du côté du libre, avec l'apparition d'Open Sim. Je n'ai pas encore osé mettre les pieds là-bas. Apparemment, on peut se connecter à Open Sim avec le client de Second Life. Je ne sais pas trop ce qu'on peut y trouver. J'ai tout de même l'impression que c'est autrement moins diversifié, développé et fréquenté que Second Life.

Je n'ai pas mis ma version de Second Life à jour depuis un moment, mais il y aurait des nouveautés à venir : la possibilité de connecter le client à twitter au moment de la matérialisation de l'avatar, par exemple, ou encore d'afficher tout type de service web sur une face d'objet.

Ce monde a tant de diversité qu'il sera difficile de l'égaler dans l'immédiat. Je vais y refaire un petit tour dans pas longtemps, moi, je le sens. Tiens, même mieux : ça pourrait être un espace de travail sympa pour bosser les projets politiques du MoDem.

Hé hé, il existe un député français qui a un avatar sur Second Life ; c'est à ma connaissance le seul. Il s'agit de...Jean Lassalle ! L'inconvénient, c'est que je n'ai pas réussi à trouver le nom de son avatar sur Second Life.

N'oubliez pas de voter pour lui si vous habitez en Aquitaine, au fait ;-)

19:00 Publié dans Internet | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : lassalle, second life, modem |  Facebook | | |

mercredi, 09 juillet 2008

Lively remplacer Second Life ? Bof...

Bon, je viens de tester Lively que la presse présente déjà comme un nouveau Second Life : il s'agit d'un service 3D intégré au navigateur mis au point par google. Je ne veux pas être méchant, mais on est très loin du compte. En fait, c'est une sorte de gros Tchat avec  des images. C'est très peu élaboré et peu propice à la convivialité, puisque les "rooms" (chambres-décor que l'on crée soi-même) ne communiquent pas entre elles. De plus l'interface graphique et les possibilités de construction sont tout de même très limitées. C'est même, in fine, inférieur aux sim's. On ne peut pas déplacer les objets (EDit : j'ai dit une ânerie : on peut, mais avec moins de possibilités que sur Second Life), il faut les supprimer puis les recréer, il n'y a pas de perspectives 3D, pas de possibilité de donner des propriétés aux objets, le moteur de constitution des personnages est exagérément simplifié avec des choix réduits, et les actions des personnages se limitent en somme aux déplacements. Très, mais alors vraiment très très loin de la richesse de Second Life !

Bref, pas de quoi en faire un fromage. Google aurait plus intérêt à conclure à mon avis un partenariat avec Linden Lab. Pour l'instant, la valeur ajoutée de Lively est très faible.

Pour être utilisateur des deux, ne nous leurrons pas, il n'y a au final aucune commune mesure entre les deux.

vendredi, 27 juin 2008

Second Life a 5 ans

SL.jpgJ'ai découvert Second Life à l'occasion des élections présidentielles. Si le premier lieu que j'ai visité a été le Shivar Mont Saint-Michel, une reproduction assez exacte du Mont Saint-Michel ; le QG des bayrouistes, puis du MoDem est ensuite devenu mon lieu de villégiature favori. Puis, au fil du temps, c'est à MoDem, cité non-officielle des démocrates de Second Life que j'ai pris l'habitude de me rendre. Il s'y produit, d'ailleurs, à intervalles très réguliers, des débats de qualité.

Quand je me suis connecté à Second Life pour la première fois, j'ai eu la même sensation que le jour où je me suis connecté à Internet pour la première fois : la sensation que l'univers des possibles s'ouvrait à moi.

La 3D doit encore se faire une place pour devenir un standard de navigation, mais elle représente certainement l'avenir. Et le jour où Google entrera dans la danse avec ses outils de modélisation et le moteur de Google Earth, Linden Lab aura eu intérêt à avoir passé un accord préalable avec.

Second Life a ceci de particulier que ce sont ceux qui y vivent ou qui traversent cet univers qui le génèrent. Si l'on peut faire des kilomètres et des kilomètres virtuels sans croiser personne, parfois à travers des paysages d'une rare beauté, et peut-être aussi l'étrange sentiment qu'une bombe à neutrons a détruit toute vie, le laissant debout que la matière, on y fait des rencontres insolites, souvent chaleureuses, à condition de se laisser guider par le hasard électronique des pérégrinations que l'on entreprend.

Second Life possède ses codes, ses espaces mutualisés, comme Yadni Junkyard, et pour les francophones, ses lieux de convivialité, comme France pittoresque, sorte de longue plage où l'on danse, boit, joue, fait la fête, paresse sur des pédalos, s'envole dans des montgolfières ou encore fait des courses de jet-ski...

Lieux féériques, comme cette Venise virtuelle au charme mélancolique puissant, tel encore le Suburra, quartier romain reconstitué avec sa litière magique, ses combats de gladiateurs et ses temples, tels ces sims amérindiennes que hantent Quetzalcoatl ou l'homme-jaguar, ou encore une reconstitution assez fidèle de Paris en 1900.

Sur Second Life, ce sera la fête jusqu'au 07 juillet pour célébrer la diversité culturelle. C'est, tout du moins, l'objectif de Linden Lab.

01:01 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : second life, modem |  Facebook | | |

samedi, 09 février 2008

Google versus Microsoft, le choc des Titans

S'il y a une conflagration qui est inévitable, à terme, c'est bien celle qui attend Microsoft, l'empereur de l'informatique, et son puissant outsider, Google. Je suis depuis longtemps, les progrès de la firme de Mountain View. Je l'ai vu avancer ses pions les uns après les autres, de partenariats en rachats, jusqu'à aujourd'hui se présenter en alternative crédible à Microsoft.

Les deux géants se regarrdent désormais dans le blanc des yeux, lancés comme des bolides dans un conflit inexpiable qui ne peut que se conclure par la défaite définitive de l'un ou de l'autre.

Toutefois, à défaut, c'est la guerre froide qui prévaut, ponctuée de temps à autres d'alliances de circonstance. Microsoft possède la maîtrise des systèmes d'exploitation, mais est à la remorque sur la Toile où Google flaire à tous les coups les bonnes affaires. A chaque fois, Google s'appuie sur l'univers du libre, qui anticipe voire crée souvent les nouveaux usages et les nouvelles technologies du web. Tant que des liens forts seront mlaintenus entre cet univers et Google, Google conservera ce qui a fait l'essence de son succès.

Je ne crois pas à l'émergence des réseaux sociaux, en dehors des univers de jeux, car en réalité, il s'agit surtout de groupements de communautés finalement assez limitées et qui n'ont, au final, guère en commun.

En revanche, il faut surveiller avec attention l'émergence de la 3D sur la Toile : Linden, avec Second Life, est précurseur, mais il n'y a pas encore assez d'utilisateurs et trop de difficultés techniques pour que cet usage parvienne à s'imposer comme un usage de masse. Pourtant, il apporte une véritable valeur ajoutée, et à terme, pourrait bien envahir la Toile. Pas fou, Google peut à tout moment faire basculer une bonne partie de ses représentations 3D, qui servent pour l'instant pour Google Earth, vers un monde ce type, voire créer une sorte de Second Earth...

Si Linden veut survivre, il lui faudra s'allier.

07:00 Publié dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Google, Microsoft, Second Life, Linden, 3D |  Facebook | | |