Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« iphone versus Sony Erikson W300i | Page d'accueil | Cadeaux empoisonnés »

lundi, 19 juillet 2010

L'énigme des baskets de Liliane Bettencourt ? [Résolu]

J'ai la solution à la nouvelle énigme d'Éric Mainville : il se demande, dans sa dernière note, pourquoi Liliane Bettencourt porte des baskets lors de son entretien avec Claire Chazal, sur TF1.

La cause en est à mon avis très simple : elles sont autrement plus confortables que des chaussures de ville. C'est d'ailleurs la voie sur laquelle s'avance Éric Mainville commentant l'image.

J'ai un témoignage précieux à apporter : les espèces de godasses en cuir à plus de 2 000 euros que vous voyez dans les magasins de luxe, c'est de la vraie m... tantôt ça vous scie les tendons, tantôt ça vous incarne un ongle.

J'ai une théorie que je voulais exposer de longue date ici (peut-être l'ai-je déjà écrit, d'ailleurs ) ; concernant les chaussures, seuls les équipementiers sportifs font de la recherche. Les autres croient qu'avec de la matière noble et mille heures de travail artisanal, on va faire une chaussure de qualité. Il n'en est rien. Comme les équipementiers mènent de vraies recherches, ils travaillent avec des orthopédistes, des kinés, des pédicures et cetera, et, du coup, ils ont mis au point des chaussures confortables pour le pied.

Liliane Bettencourt a réagi comme moi (sans prétention) : au Diable l'élégance, parce que mon pied le vaut bien, je vais le chausser convenablement.

Accessoirement, si Éric Mainville s'avise d'acheter une paire de basket de la qualité la meilleure, il va voir que le prix n'en a rien de frugal...

16:32 Publié dans Consommation et consumérisme, Insolite, Science | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : bettencourt, chaussure, basket | |  Facebook | | | |

Commentaires

Ce commentaire concerne votre billet "Permis de construire en Israël"

@l'héritique
En la circonstance vous tombez dans la désinformation.
Non la famille Rabadji (un couple et cinq enfants) ne sont pas des arabes israéliens (ou arabes de 1948). Leur maison détruite par l'armée israélienne est située dans la quartier Beït Hanina. Ce secteur a été annexée par Israël en 1967 et ses habitants ne reconnaissent pas l'autorité occupante.
Ils ne sont pas les seuls dans cette situation. Plusieurs palestiniens font de la résistance en défiant les forces de l'occuaption.

Écrit par : Lejuste | lundi, 19 juillet 2010

Euh...Pourquoi ne pas avoir déposé ce com à sa place à savoir sur le billet concerné?
Quand à la désinformation, elle semble etre à la mode^^^

Écrit par : Martine | lundi, 19 juillet 2010

@Martine
Il ne fonctionne plus...

Écrit par : Lejuste | lundi, 19 juillet 2010

Dslée, n'ai aucun souvenir de ce billet.
Par contre, j'ai lu bien des sottises sur le web concernant la presse, ou l'on mélange joyeusement organes et journalistes en oubliant toutes sortes de corps intermédiaires mais aussi le web, la pub (bah vouais c'est humain parait-il) etc etc

Écrit par : Martine | lundi, 19 juillet 2010

pas tout à fait d'accord ... plus confortable encore et plus distingué, les chaussures tressées ... les mêmes que celles de ma grand mère mais ach ! qu'est ce qu'on est bien dedans !!! le pied ! parce que je le vaut bien ... bien sûr ...

Écrit par : Mirabelle | lundi, 19 juillet 2010

heu ... désolée pour les fautes ...parti sans relire ...

Écrit par : Mirabelle | lundi, 19 juillet 2010

@Mira,
Bof, nos grands-mères ne portaient pas le style de chaussures de la journaliste non plus^^^Et ne devaient donc pas connaitre les memes soucis orthopédiques...
Allux valgus? les chaussures tressées^^^N'aident pas vraiment.
A NYC, pour se déplacer énormément de femmes avaient fait le choix de baskets non harmonieuses pour la silhouette, mais adaptées et aux transports en commun et à de longues marches, avec dans leur sac les escarpins indispensables à certaines circonstances.

Écrit par : Martine | lundi, 19 juillet 2010

Rien ne vaut le sabot de bois de nos ancètres ! Taillé avec soin pour chaque pied, chaque orteille.

Écrit par : Dany de Fanal Safran | lundi, 19 juillet 2010

Coucou Dany, :)
Ton dernier billet m'a profondément touchée.
Bises

Écrit par : Martine | lundi, 19 juillet 2010

N'importe quoi, ce billet. Les chaussures fabriquées par Weston (mocassins, "churchs", bottines...) sont d'un irréprochable confort. Ah, bien sûr, il faut le temps de les "faire". Mais, quelle récompense : celle de porter des chaussures à la fois confortables, élégantes, solides et plus belles de mois en mois, au fur et à mesure des cirages.

Les baskets ne sont que des écrase-merde pour sauvages modernes.

Écrit par : Didier Goux | mardi, 20 juillet 2010

@Didier Goux
les Weston ? Ces espèces de broquedins coupe-circulation sanguine censés être élégants qui n'auraient pas dépareillé dans l'outillage de l'Inquisition ?

Écrit par : l'hérétique | mardi, 20 juillet 2010

Écrire un commentaire