Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Hommage à toi, Aurélie ! | Page d'accueil | Sauvé par des ninjas ! »

vendredi, 21 mai 2010

Obésité, splendeur et misère des chasseurs...

Il ne se passe pas une semaine sans que soit évoquée l'obésité, l'un des maux les plus prégnants de nos sociétés occidentales développées et repues. En effet, l'obésité est l'un des principaux points noirs de santé publique non seulement en Amérique, mais désormais en France. Tout récemment, c'est à une jeune femme que l'on refuse la possibilité de la maternité, en raison de son poids. L'Europe en a fait l'une de ses préoccupations au point d'organiser demain la première journée européenne de l'obésité.

Pauvres chasseurs ! On a émis l'hypothèse, mais cela semble se vérifier, que l'un des facteurs principaux de l'obésité, c'est d'abord une prédisposition génétique. L'humanité pendant des années n'a pas mangé à sa faim. Face aux disettes, aux temps incertains, le corps s'est adapté. Ainsi, les chasseurs des temps préhistoriques stockaient dans leur corps les graisses nécessaires à leur survie par temps maigre. Il y a donc eu une sélection, et, les obèses d'aujourd'hui ont les gènes de ces chasseurs d'autrefois. Ils sont les descendants des "survivors", en somme. Tous nos mannequins et autres canons de beauté n'auraient pas fait un pli aux temps préhistoriques. Je leur donne une semaine de survie, et encore, je suis optimiste.

C'est étonnant finalement : en évoquant l'obésité, nous parlons aujourd'hui d'une maladie. Voire même d'une pandémie, alors qu'il ne s'agit pas d'un syndrome infectieux. Est-ce les corps  ou nos sociétés modernes qui sont malades ? Voilà la question qu'il conviendrait de poser.

Quelle perversion que ces sociétés qui font des fils et filles des plus forts, des plus assurés de survivre, leurs premières victimes désignées : hyper-tension, diabète gras, maladies cardio-vasculaires sont les dangers les plus inquiétants qui guettent ces enfants des chasseurs d'antan, là où, par le passé, c'eût été le tigre à dents de sabre, l'hiver rigoureux qu'il eût fallu craindre.

Des études à la con tentent de lier taille du cerveau et obésité, désormais, et l'AFP s'en fait bêtement le relais. Les gros seraient plus cons, c'est çà l'idée ? Tiens, j'ai eu connaissance d'une étude qui prétendait tout le contraire des femmes développées, observant qu'elles étaient plus intelligentes. Il faut dire que le titre de l'AFP est d'une ambigüité crasse : L'obésité est liée à un moindre volume du cerveau, relève une étude.

Or, en lisant l'article, je comprends plutôt que l'accroissement de la masse corporelle aurait un impact sur le cerveau en favorisant la démence. Ce n'est pas la première fois que je lis ce genre de choses : en 2008, on disait que c'était l'alcool qui réduisait le cerveau.

Tenez, au XIXème siècle, on pensait même que la taille du cerveau des femmes était inférieure à celle du cerveau des hommes. Devinez ce qu'on en déduisait...Sauf qu'in fine, il n'y a pas de rapports entre l'intelligence et la taille du cerveau chez l'espèce humaine.

Non, tout cela est juste révélateur de nos propres représentations et le considération dans laquelle nos sociétés tiennent les individus obèses, ou simplement enveloppés...

13:25 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : obésité, préhistoire |  Facebook | | |

Commentaires

1ère journée européenne de l'obésité juste 15 jours après la journée internationale sans régime, si c'est pas de la communication yoyo ça...
Bien vu le rapport entre les obèses et les chasseurs, pas évident au départ...;)

Écrit par : Vlad | vendredi, 21 mai 2010

L'obésité (qu'il y ait une prédisposition génétique ou pas) provient avant toute chose de mauvaises habitudes alimentaires. Il faut commencer par rappeler cela, avant de présenter les obèses comme de malheureuses victimes (que ce soit de la société, de leurs gènes, ou de je ne sais quoi d'autre).

Il n'y a pas d'obèse en temps de guerre, par manque de nourriture. Cela prouve bien, s'il le fallait, quelle est la première cause de l'obésité. La malbouffe, la tropbouffe, liées souvent à un vide affectif qu'il faut combler.

Écrit par : LOmiG | vendredi, 21 mai 2010

@LOmiG

Bien sûr, mais j'observe l'ironie de nos sociétés modernes qui ont réalisé une authentique inversion de la survie.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 21 mai 2010

Pour poursuivre sur la lancée de LOmig. L'obésité est liée certe à une prédisposition de certains à emmagasiner plus que d'autres les calories. Ce qui fait que ceux qui ont ce facteur génétique survivent mieux en tant de guerre que les autres. Donc oui le problème est le coté alimentaire qui n'est pas adapter aux personnes avec ce facteur génétique. Sans compter le stress de nos sociétés qui nous empêche de faire du sport et autres. Oui car l'accumulation calorique permettait durant des semaines de chasse à tenir dans un endroit inhospitalier. Pour finir certaines bactéries dans notre corps semble montrer que chez certains les proportions variables peuvent induire plus de catalyse alimentaire et donc conduire à une assimilation plus importante des calories dans notre organisme.

Dnas ma famille il existe des obèses, or il se trouve que les régimes et autres ne sont pas testés scientifiquement, ce qui fait que de nombreux obèses restent obèse. Quand les médecins pourrons avoir de vraies formations et recherches sur l'obésité( car la diététique c'est une connerie monumentale, on entend tout et son contraire) avec un vrai suivie personnalisé et non actuellement de type troupeau d'éléphants. Là nous avancerons à grand.

Pour finir sur une note complotiste, et si les industries pharmaceutiques voulaient que les gens deviennent obèse pour vendre encore plus de médoc anti diabète, enti trouble cardio vasculaire, ect ?

Écrit par : Hermes | vendredi, 21 mai 2010

Merci LOmiG de rappeler que l'obésité est peut-être déterminée par des critères génétiques, mais que même en période de prospérité et d'abondance économique (entendons les 30 glorieuses)le nombre d'obèses (et surtout d'enfants obèses) n'a jamais atteint la proportion actuelle!

Je trouve la démonstration de l'hérétique un peu angélique, sinon naïve! On les stigmatise alors qu'ils font parti des plus adaptés aux temps préhistoriques, c'est un peu la même chose que d'avancer "Ouais, mais c'est la beauté intérieure qui compte"! C'est une manière de se donner bonne conscience sans pour autant faire face à son problème!

L'obésité est avant tout le résultat d'excès, de ce que l'on appelle le péché de "gloutonnerie" appliqué à la nourriture! Elle est un mal de notre temps, celui de l'outrance, de l'excès, du vice valorisé! J'opte spontanément pour un vocabulaire religieux, mais nous n'en sommes pas loin! La consommation de masse, le marketing, la pub vantent les mérites de nos vices, de notre gourmandise, du désir, de la recherche absolue de plaisir, de la possession, tout ces excès qui sont des comportements loin de toute modération!

Bref, je m'éloigne un peu, mais ne virons pas dans l'angélisme! L'obésité ne doit certes pas être stigmatisée ni être entachée de tous les maux de notre époque, mais elle est mine de rien une maladie "moderne", récente, un mal être qui s'exprime dans le corps et amène à repenser l'humain dans notre société!

Écrit par : Crapoto | vendredi, 21 mai 2010

En tant que gros et qu'ivrogne, je me sens scandaleusement stigmatisé par ce billet nauséabond : je vous colle illico la HALDE su'l'paletot, mon bonhomme !

Écrit par : Didier Goux | vendredi, 21 mai 2010

@Didier Goux
tsss, tss, vous, vous êtes simplement une antiquité, pas un cro-magnon, et puis de toutes façons, je ne vous crois pas sapiens :-)
@Crapoto
Qui a osé écrire que je suis angélique ? Sur le côté gloutonnerie, je crois que tu simplifies. T'en as, comme moi, ils ont beau se bâffrer le coca par litres, ils ne chopent que peu ou pas de poids. Les autres, au premier demi-verre, ils sont bons pour un régime pendant trois mois.
@Hermès
Dans le temps, c'était des mammouth, pas des éléphants. Il suffisait de courir après pour les chasser et le problème disparaissait tout naturellement...

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 21 mai 2010

Tiens, quelques liens sur le sujet de l'alimentation pour ton édification personnelle. Je les ai trouvés intéressants et ... surprenants dans le décalage avec ce qu'on entend habituellement sur le sujet.

http://www.fathead-movie.com/index.php/about/
http://www.spacedoc.net/malcolm_kendrick_cholesterol
http://livinlavidalowcarb.com/blog/?p=5756
http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt=16863992
http://freetheanimal.com/2009/01/oprahs-recipe-for-failure.html

Écrit par : h16 | vendredi, 21 mai 2010

@h16
Damned, tout en anglais. M'enfin, j'ai tout de même cru comprendre que l'un des documents dit que la recension du nombre d'obèses est exagérée (critères pas pertinents et trop restrictifs), dans un autre document, que l'arthrose a frappé non des souris obèses mais celles qui faisaient un régime, et je vais lire la suite sinon.

Écrit par : l'hérétique | vendredi, 21 mai 2010

Les commentaires sont fermés.