Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 juillet 2008

Absence et vacances

Je vais être dans l'impossibilité de continuer à publier pendant au moins trois semaines, et même après, je n'aurai que deux jours pour prévoir d'autres notes.

J'ai toutefois programmé quelques notes au mois d'août, à raison d'une note tous les deux ou trois jours. Il s'agit entre autres de travaux de sénateurs, notamment sur l'énergie, mais pas seulement.

J'emporte de la lecture. J'ai entre-temps fini de lire Notre-Dame de Paris. Je n'ai pas parlé de la bouillie fade et sans consistance qu'est le Bossu de Notre-Dame dans ma note précédente sur le livre de Victor Hugo, tant je trouve qu'il n'y a pas de rapport entre le chef d'oeuvre d'Hugo ou la magnifique comédie musicale de Richard Cocciante et  Luc Plamondon.

J'achève Roméo et Juliette de Shakespeare, et je compte bien publier tôt ou tard une note en faisant des comparaisons avec l'oeuvre musicale du même nom de Prokofiev et la comédie musicale de Gérard Presgurvic (encore mon fiston qui m'a poussé à relire ce grand classique). Je viens d'ailleurs d'apprendre que Cocciante en a fait une comédie musicale en 2007 : je vais me précipiter chez un discaire pour l'acheter. Bon, pour l'instant, c'est en italien, mais une interprétation française va bien finir par sortir.

J'avancerai plus tard sur la Démocratie en Amérique. En revanche, je prévois un certain nombre de commentaire sur l'Esthétique de Hegel, et surtout, je vais prévoir plusieurs notes sur les apports de l'école autrichienne d'économie de Thierry Aimar (j'avais commencé à commenter le livre, mais je me suis arrêté à Hayek).

Je voudrai remercier les lecteurs et commentateurs de ce blog : pour moi, un commentateur, c'est un co-auteur du blog. Je pense en particulier à Thierry P., Bzhita,champomy,pastel,arnaud H,Luc,Aurélien, Bertrand, Danièle Douet et Fotini (qui a du partir en vacances) pour citer ceux dont je vois les analyses le plus régulièrement ici. Cette liste n'est pas exhaustive (je la compléterai plus tard).

Au fait : lisez la note du 13 août : elle explique pourquoi les sénateurs centristes et MoDem ont voté pour la révision constitutionnelle. C'est très intéressant.

samedi, 26 juillet 2008

Où l'on reparle des étiquettes politiques aux municipales

Détraigne.jpgA yves Détraigne, sénateur UDF-MoDem,  qui demandait, au mois de juin 2008, que la mention "sans étiquette" apparaisse dans la grille des nuances politiques remplie par les préfectures pour les élections municipales, Michèle Alliot-Marie vient d’indiquer qu’en l'état actuel, la grille des nuances était suffisamment adaptée aux différents cas de figure. En effet, selon la ministre de l’Intérieur, la création d'une nuance spécifique aux "listes prétendues apolitiques" pour les élections municipales ne manquerait pas de produire des effets peu souhaitables. Les situations les plus diverses seraient recensées avec principalement un mélange de candidats n'ayant aucune étiquette politique précise et de candidats préférant renoncer momentanément à leur appartenance partisane, de telle sorte que l'ensemble des partis revendiquerait plus ou moins cette qualification de "sans étiquette". Les résultats électoraux en seraient plus confus et moins lisibles.

Trop fort la réponse du Ministère de l'intérieur...ça pour être lisible, c'est lisible, sauf que la grille de lecture des résultats est méchamment biaisée, bien évidemment...

samedi, 05 juillet 2008

Classement Technorati des blogs politiques

Il existe deux références principales en termes de calcul d'influence et de notoriété pour les blogs francophones : Wikio et Technorati. Le premier propose un classement mensuel tandis que le second accorde un indice d'influence à chaque blog. Par curiosité, je me suis livré à un comparatif afin de déterminer si indices et classements se recoupaient. Je me suis intéressé exclusivement aux blogs politiques.

METHODE

Je me suis donc intéressé aux cent premiers blogs politiques du classement Wikio, et j'en ai extrait tous ceux dont l'indice technorati dépassait 100. Il n'y en a que 25 , c'est à dire un quart, pour lesquels c'est le cas. Je tire de ce comparatif les remarques et réflexions qui suivent :

- les tendances lourdes Technorati confirment wikio. A de rares exceptions près, un indice technorati très fort se traduit par un classement élevé chez wikio. L'inverse n'est en revanche pas vrai. Un classement élevé chez wikio n'est pas la garantie d'un indice technorati élevé.Il y a toutefois d'importants reclassements, avec notamment deux cas spectaculaires : Sébastien Pereira qui passe de la 85ème place chez wikio à la 8ème chez Technorati, et puis moi-même, et je ne m'y attendais pas, car j'ai fait cette recherche sans imaginer quel serait mon classement technorati, qui passe de la 30ème à la seconde place.

- Technorati a beau avoir pondéré hautetfort  tout récemment, à la fin de l'année 2007, dans le classement technorati, l'impact de cette plate-forme demeure fort. A cause de cela, je n'exclus pas des erreurs, faute d'avoir testé les blogs hautetfort 100 à 200, même si les erreurs devraient rester marginales.Cela pose la question de la valeur des liens :

  • les blogrolls par défaut de hautetfort peuvent-ils être considérés comme choisis ? Assurément pas selon un critète thématique, en tout cas, sans compter ceux qui laissent cette blogroll par méconnaissance technique. A admettre que les liens choisis ont plus de valeur, évidemment, que les liens par défaut.
  • Corollairement, wikio et technorati ignorent les liens des widget box, plus généralement des flux. Quand on songe qu'un widget comme celui du MoDem (non-officiel) relie plus de 120 blogs, évidemment, on est fondé à se demander si ce choix est pertinent.
  • Wikio et Technorati ignorent également les liens des médias (blogs appartenant à une plate-forme médiatique telles que Le Monde, Libération, ou 20minutes, par exemple)alors que ces plate-forme-là permettent souvent de faire passer des articles en une.On peut citer l'exemple également des liens issus des grands journaux et hebdomadaires , par exemple la reprise de nombre d'articles de Ma vie en Narcisse par Marianne, et plus récemment d'Outre-politique, le blog du Chafouin.
  • Enfin, le référencement dans Google actualités est ignoré aussi. Démocratie et Hérésie économique fait pourtant plus de 50% de son trafic ainsi. Parmi les blogs MoDem, on compte aussi le Blog du Démocrate dans google news. Il n'est pourtant que 98èmeau classement wikio et a un indice inférieur à 100 chez Technorati.

LE CLASSEMENT

Ce classement ne prétend pas à l'exhaustivité. En effet, je n'ai pu tester ce qu'il se produit pour les blogs au-delà du centième chez Wikio. Comme l'indice technorati varie parfois au cours d'une seule même journée,  j'ai établi le classement sur la base des indices au 4 juillet 2008 à 23h00. Par exemple, sur les 5 derniers jours Démocratie et Hérésie économique a varié de 456 à 462. Les différences au classement sont donc significatives seulement quand les écarts d'indice se comptent en dizaine de points. A 5 points ou moins d'indice, j'ai estimé que les blogs étaient ex-aequo. J'ai eu des difficultés avec quelques blogs qui n'avaient pas de référencement technorati. J'ai fait alors une estimation à partir du nombre de réactions.Pas de difficultés pour Plume de Presse, mais il y en a une pour Apathie qui a plus de 800 réactions.  Les réactions ne suffisent pas à établir l'indice, mais avec ce nombre il a probablement un indice supérieur à 100. Pour les autres il n 'y a pas suffisamment de réactions pour espérer un indice de 100 ou plus.Tout du moins, pas assez de réactions sur un blog avec un fort indice.

Ce classement me laisse tout de même des questions sans réponses (mais le classement wikio tout autant) : pourquoi, par exemple, un blog comme celui d'Alain Lambert ne dispose pas d'un très fort indice, alors qu'il compte pas loin de 100 000 visiteurs uniques par mois ? Dans le même temps, je n'en compte qu'entre 7 et 10 000 (sans compter toutefois les reprises sur d'autres plate-formes comme CoZop, Demos ou Esprits Libres, pour en citer quelques unes). 

Pour autant, le classement wikio pèche aussi par nombre de bizarreries : je sais par exemple qu'un blog honorablement classé (dans les 100 premiers) tourne à moins de 60 visiteurs par jour (pour donner une échelle, je suis en moyenne entre 500 et 700 visiteurs chaque jour, avec des pointes à 1000). Je ne dirai pas lequel, ça n'a pas d'importance, mais l'exemple est emblématique de la difficulté à réaliser un classement fiable et cohérent...

Nom/URL

Indice technorati

Rang Wikio

Rang Technorati

 http://embruns.net/

 534

 1

 1

 http://heresie.hautetfort.com/

 462

 30

 2

http://777socrate.blogspot.com/

 368

 4

 3

http://yvesdaoudal.hautetfort.com/

 336

 22

 4

http://www.versac.net/

 326

 2

 5

http://jour-pour-jour.hautetfort.com/

 294

 32

 6

http://vivelefeu.blog.20minutes.fr/

 293

 18

 6

http://sebastienpereira.hautetfort.com/

 276

 85

 8

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses

 275

 3

 8

http://lesjeuneslibres.hautetfort.com/

 264

 36

 10

http://bgr.hautetfort.com/

 233

 72

 11

http://www.relatio.fr/

 216

 26

 12

http://stupeurettremblements.hautetfort.com/

 199

 48

 13

http://marie-isabelle.hautetfort.com/

 192

 44

 14

http://sarkofrance.blogspot.com/

 189

 6

 14

http://www.intox2007.info/

 188

 5

 14

http://corinnelepage.hautetfort.com/

 179

 21

 17

http://jegpol.blogspot.com/

 174

 7

 17

http://dinersroom.free.fr/

 167

 9

 19

http://pierrecatalan.hautetfort.com/

 160

 50

 20

http://www.koztoujours.fr/

 144

 10

 21

http://www.monputeaux.com/

 135

 25

 22

http://partageonsmonavis.blog.20minutes.fr

 131

 40

 22

http://maximepisano.wordpress.com/

 107

 14

 24

http://www.ginisty.com/weblog

 100

 16

 25

mardi, 01 juillet 2008

La Légende Personnelle de François Bayrou

Comme je le disais récemment, je poursuis mes lectures, et, parmi elles, l'Alchimiste de Paulo Coelho. J'ai beaucoup aimé ce livre, tout particulièrement l'atmosphère néo-platonicienne/néo-pythagoricienne qui en constitue le fond.

Santiago, un berger, à la suite d'un songe, décide de partir à la recherche d'un Trésor caché, censé se trouver au pied des pyramides, en Egypte. Alors qu'il hésite encore à accomplir son destin, il rencontre en chemin le Roi de Salem, un roi-mage, et un échange s'ensuit entre les deux hommes.

« Chacun de nous en sa prime jeunesse sait ce qu'est sa Légende Personnelle.[...] Cependant, à mesure que le temps s'écoule, une force mystérieuse commence à essayer de prouver qu'il est impossible de réaliser sa Légende Personnelle.[...] Ce sont des forces qui semblent mauvaises, mais qui en réalité t'apprennent comment réaliser ta Légende Personnelle. Ce sont elles qui préparent ton esprit et ta volonté, car il y a une grande vérité en ce monde : qui que tu sois, et quoi que tu fasses, lorsque tu veux vraiment quelque chose, c'est que ce désir est né dans l'Âme de l'Univers. C'est ta mission sur terre.[...] L'Âme du Monde se nourrit du bonheur des gens. Ou de leur malheur, de l'envie, de la jalousie. Accomplir sa Légende Personnelle est la seule unique et obligation des hommes. Et quand tu veux quelque chose, tout l'Univers conspire à te permettre de réaliser ton désir.»

Santiago ira jusqu'en Egypte pour découvrir, grâce à un brigand qui n'a pas cru à un songe, que ce qu'il cherchait était très proche de l'endroit où il avait si longtemps habité. On a souvent lu et entendu, et peut-être l'a-t-il dit lui-même, d'ailleurs, que François Bayrou avait un destin. J'ai trouvé qu'il y avait beaucoup de similitudes entre ce berger et Bayrou, de même qu'entre leurs deux parcours. Santiago devra aussi traverser un long désert au péril de son existence, pris sous les feux croisés de deux forces militaires ennemies l'une de l'autre et prêtes toutes deux à l'exécuter. En matière de désert, Bayrou en connaît un rayon aussi. Il y a même perdu ses bédouins, et sans doute pas mal d'illusions sur la nature humaine au passage...

Il me semble que l'engagement au MoDem de bien des nouveaux adhérents pourrait aussi s'inscrire dans leur Légende Personnelle, et tout comme Santiago, peut-être aussi à la suite d'un songe...Il restera maintenant aux lecteurs à découvrir quelle est Leur Légende Personnelle , et quant à François Bayrou, sans doute le sait-il lui-même. Cela ne nous empêche pas d'avoir un avis.

Au mois de juillet fais comme en mai, fais ce qu'il te plaît

Bon, cela devient fatigant d'écrire autant de notes par mois, alors comme c'est les vacances, je vais me relâcher, écrire sur les sujets qui me plaisent et quand cela me plaît.

Il faut se préserver de l'overdose. J'ai toute une série de lectures avec moi que j'aimerais bien commenter tranquillement ici en sirotant un coca fraise :-)

Donc le mois de juillet va être consacré aux lectures, j'en ai pas mal sur le feu :

- l'Alchimiste de Coelho (lu, mais à commenter)

- l'Esthétique de Hegel (un tome lu, mais à commenter)

- De la démocratie en Amérique de Tocqueville (toujours en cours)

- les apports de l'école autichienne d'économie de Thierry Aimar (en cours, faut que j'avance !)

- Notre-Dame de Paris (que je relis pour la 1ère fois depuis fort longtemps et qui est truffé de disgressions intéressantes de la part de Victor Hugo).

 

 

 

 

 

 

11:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : littérature, politique |  Facebook | | |

lundi, 23 juin 2008

Blogs politiques : le Top de l'Hérétique

C'est très tendance, en ce moment, de proposer un classement des meilleurs blogs de la blogosphère politique (EDIT : je crois que j'ai écrit une connerie : ces blogs ne sont pas les meilleurs de la blogosphère, mais ceux que moi, je préfère lire...) . Alors du coup, je me suis dit que j'allais m'y coller. Une précaution oratoire avant toutes choses : il y a plein de blogs que je ne connais pas, alors évidemment, un certain nombre d'entre eux auront échappé à mon oeil acéré :-)

Ceux qui lisent régulièrement mon blog ne seront pas surpris de la  Pole-position...Je m'appuie en fait sur la qualité de l'information donnée, sur la puissance de l'analyse et du raisonnement, la qualité des sources, de la discussion et des intervenants, et également des réactions aux interventions du Maître des Lieux, la diversité des thèmes et la régularité des publications.

Le premier : Sans surprise, le winner, le prince de la blogosphère est...est... : Quindi ! Quindi est un blog spécialisé dans le traitement des grands thèmes internationaux. C'est un blog d'excellente qualité, qui cite ses sources et s'efforce de traiter les principales problématiques géopolitiques, géostratégiques et diplomatiques, avec un esprit non-partisan. C'est à mon avis, le meilleur blog de la blogosphère politique. Je le cite souvent dans mes propres articles, et il me sert de référence quand je veux maîtriser un sujet d'actualité international. Pour la petite anecdote, c'est après avoir imprimé les 30 pages de Quindi sur l'OTAN, et donc armé de ce précieux document, que j'ai préparé mes questions à Hervé Morin, Ministre de la Défense, lors du congrès du Nouveau Centre. De manière générale, je ne lis pas Quindi sur la Toile : j'imprime les articles et les consulte à tête reposée, étant donné leur densité. Le MoDem peut être très fier de disposer d'un blog d'une telle qualité, et j'espère bien que ce parti politique fera appel à la haute compétence de Quindi.

Le second est un blog de droite. Déjà, ce n'est pas fréquent en soi, mais en plus, c'est un blog de droite de qualité. J'ai nommé...j'ai nominé, même...Koztoujours tu m'intéresses ! J'aime bien Koz. Il a évidemment un travers ; en langage démocrate, c'est ce que j'appelle un infidèle. Comprenez, en somme, qu'il n'est pas MoDem. J'ai d'ailleurs une anecdote à ce sujet : un jour que répondais à un de ses commentaires où il critiquait vertement Bayrou, entre autres pour sa stratégie, je lui ai rappelé la très chrétienne parabole de Jésus de Nazareth à propos de Marie-Madeleine : «que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre ». Eh bien devinez ce qu'il m'a répondu, ce paroissien-là.. : «me tente pas.» J'aime bien le blog de Koz parce qu'il a de la profondeur, et aussi parce que Koz prend la peine de répondre à ses interlocuteurs, et, chose rare, il a mis en place un système qui lui permet de mettre en valeur ses ciommentaires préférés. Extrêmement rares sont les blogs qui donnent vraiment la parole aux commentateurs, et, en réalité, dans la blogosphère politique, Koz et moi sommes, je crois, à peu près les seuls à le faire. Koz en plaçant un lien vers ses commentaires favoris à la suite de chaque article, et moi-même, en publiant purement et simplement les analyses les plus remarquables parmi les commentaires. 

Le troisième est celui d'un homme politique : il s'agit du blog d'Alain Lambert. Alain Lambert a cette qualité de savoir s'entourer d'une équipe extraordinaire et pédagogue. Ses collaborateurs publient des billets de qualité, et ne manquent jamais de répondre aux questions, objurgations, critiques des interlocuteurs et cetera...En particulier, il faut saluer l'extraordinaire AB Galiani pour la fécondité de sa réflexion et son affabilité. J'ai longtemps traîné là-bas sous des identités diverses, et je continue de le consulter régulièrement. 

En quatrième, c'est le blog de Corine Lepage que je choisis. J'y apprécie la très grande pertinence des textes qui y sont publiés. J'ai vu la lente, mais inexorable montée en puissance de ce blog au sein de la blogosphère. Ce que je déplore, en revanche, c'est ce qu'il y a perdu en convivialité. Dans les premiers temps, Corine Lepage prenait la peine de répondre aux commentateurs. Aujourd'hui, la plupart du temps, elle ne réintervient pas. Par ailleurs, trop de billets sont simplement des copier-coller de ce qu'elle a dit ailleurs (émissions, tribunes) et il ne faudrait pas que le blog se transforme en revue de presse... 

Mon cinquième blog est le blog d'un casse-c.....es démocrate de première (enfin, de moins en moins MoDem, à vrai dire). J'ai nommé...Farid Taha. Passé les boursouflures de son ego, et quand il ne casse pas du sucre sur le MoDem ou de Bayrou tout en se réclamant de l'esprit du MoDem, c'est un hôte original, aux billets souvent savoureux. En fait, c'est quelqu'un avec lequel j'apprécie tout à fait de me friter régulièrement, d'où mes allées et venues sur son blog.

Mon sixième blog est une référence de la blogosphère : il s'agit de Maître Eolas. J'aime bien la tonalité de son propos, et sa perspicacité acérée quand il s 'agit de prendre au défaut de la cuirasseles travers de notre système judiciaire me font souvent bien rigoler. J'interviens très rarement, mais je lisde temps à autre. Travers : comme pas mal de "barons" de la blogosphère, il réplique assez peu aux commentateurs, si bien qu'on a souvent l'impression de discuter dans le vide, ou entre gens du bas peuple. Ce vice est malheureuseusement très répandu au sein de la blogosphère.

Mon septième blog est un blog hélas éteint : il s'agissait de Militer avec le Nouveau Centre de Gérard Bardier. Peut-être que certaines pages existent encore dans le cache google. Le Nouveau Centre a perdu à mon avis son meilleur blog quand ce dernier a fermé. Il s'agit d'un blanchiste du Nouveau Centre qui avait fait partie de l'aventure Energies démocrates, de Christian Blanc. Pas fréquent sur la Toile, et donc très dommage, cette fermeture.

Mon huitième blog est celui d'un homme politique de Rouen, et autrefois d'une des têtes pensantes de feue l'UDF. Il s'agit de Cap Idées, le blog de Pierre Albertini. J'aime le ton pondéré et tranquille de l'homme. Deux points à améliorer, toutefois : il ne réagit pas assez aux commentaires, d'une part, et, d'autre part, dès qu'il traite des thèmes autres que locaux, il n'approfondit pas assez.

Mon neuvième blog est Ataraxosphère, le blog de Florent Zanetti et Frédéric Kelder. Et là, j'avoue un péché : je sais qu'il est intéressant, mais je n'y vais pourtant pas suffisamment. J'ai aussi l'impression que ses titres ne paraissent pas dans la widget box MoDem : s'est-il fait enregistrer par Antonin ? Il y a là-bas une diversité du propos et une originalité de la réflexion qui ne sont pas courantes sur la blogosphère politique.

Mon dixième blog est celui d'une jeune femme (et d'ailleurs, d'une belle jeune femme) : Oréade centriste. J'y apprécie la fraîcheur et la diversité du propos et le courage aussi de dire les choses sans détours et sans démagogie. Bon, en plus, j'ai un faible pour Christelle mais chut, ne le dites pas, et de toutes façons, je sais que je ne suis pas le seul dans la blogosphère, et j'ai des preuves pour l'affirmer :-)

Le onzième blog est un blog tahitien :-) les connaisseurs identifieront avant même que je l'ai nommé :-) Il s'agit de l'impayable Leroy-Morin.  Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle, Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis, Et que de l'horizon embrassant tout le cercle, Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits, arrête de lire ce poème de Baudelaire à te déprimer bêtement tout seul et va lire le blog de Leroy-Morin afin de te payer une franche tranche de rire. Ia ora na, comme on dit en tahitien, pour reprendre la formule rituelle préférée des néo-centristes :-D

Mon douzième blog est Démocratie Durable, le blog de Vincent. Voilà un blog qui réfléchit honnêtement et propose des solutions concrètes pour le développement durable. On y trouve des idées parfois très originales. Travers : il faut publier plus, et favoriser les articles de réflexion, car quand l'auteur publie ses propres analyses, elles sont souvent atypiques, originales, et intéressantes. 

 Treizième blog : et puis quoi encore ? Vous ne croyez pas non plus que je vais me coltiner des centaines de blogs, comme wikio, non plus ? C'est pas marqué Technorati dans ma bannière :-) C'est tout pour aujourd'hui. Si je m'en sens l'humeur, je continuerai peut-être un de ces jours.

14:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : blogosphère, blog, politique |  Facebook | | |

samedi, 05 avril 2008

Ecologie des Bisounours

Au sein du landernau politique de la Toile, une nouvelle espèce est apparue depuis quelques mois : le bisounours.

Si a "bisounours" attitude est transpartisane, elle se pare toutefois volontiers d'oripeaux oranges, usurpant l'éclat de cette magnifique couleur comme le coucou qui pond son oeuf dans le nid des autres oiseaux. 

Le Bisounours manifeste son existence par de bruyantes démonstrations d'affectivité. Parent proche du mouton de Panurge, il se déplace rarement seul mais presque toujours en bande et communique par des onomatopées qui lui sont propres. Nous en avons relevé quelques unes pour l'édification des esprits curieux : "bisous", "Gros bisous", "je t'apprécie", "mon bisounours adoré" , "affectueusement" et cetera...

Par essence, l'émotivité débordante du Bisounours étouffe toute forme de pensée construite. Là où le Bisounours passe, l'intelligence trépasse. 

Si le Bisounours paraît de prime abord d'un naturel doux et avenant, en réalité, il n'en est rien et son comportement tourne vite à l'aigreur. En effet le moindre des travers du Bisounours, par dedelà son insondable vacuité, est de cultiver une très haute image de lui-même. Aussi s'étonne-t-il  très rapidement de ce que personne ne prête attention à ses récriminations et autres vains glapissements sans consistance. De là, son étonnement se mue en aigreur, puis, cède à la rage furieuse. 

Les Bisounours adorent se congratuler entre eux et ont le plus grand mal à imaginer qu'une autre forme de vie ou de pensée que la leur existe.

Le profond narcissisme des Bisounours peut les conduire à s'affronter, mais, jamais sur le terrain des idées, idées qui leur font généralement défaut. Toutefois, terrorisés à l'idée d'exprimer une pensée autre que bisounourse, ces courts affrontements tournent bien vite à l'effusion dégoûlinante de bons sentiments aussi hypocrites qu'inconsistants. 

Les Bisounours ont le plus grand mal à faire face aux contrariétés de toutes sortes et aux aléas de l'existence politique, d'autant qu'ils s'imaginent irremplaçables. La défaite permanente de la pensée qui les habite, associée à une incapacité fondamentale à se projeter dans l'avenir les conduisent, la plupart du temps, à renoncer tà toute forme d'efforts, y compris intellectuels.

On a longtemps hésité chez les naturalistes à classifier précisément cette espèce, à mi-chemin de la hyène et du vautour. Toutefois, certains érudits éclairés ont vu en eux une sous-espèce particulièrement affamée de charognards.

Certaines femelles bisounourses sont très agressives et hargneuses, et il ne fait pas bon les déranger dans leur tanière. Les mâles bisounours sont d'autant moins inquiétants, en dépit de leurs tentatives d'intimidation, que leur gabarit relève pour les plus agressifs du roquet, et pour les plus tempérants, du caniche frisé. Ils aiment, toutefois, à venir faire les beaux devant les femelles bisounourses, n'hésitant pas à défier bruyamment les autres créatures qui s'aventurent sur leur territoire.

Au final, cette espèce est un peu à la politique ce qu'une nuée de sauterelles est à l'agriculture, d'autant plus que sa fécondité galopante assure sa propagation rapide : là où elle s'abat, elle ne laisse que ruines, champs dévastés et terres stériles.

 

Prochains épisodes :

Bisounours en colère

Témoignage : un hérétique chez les Bisounours, descente au fond du Néant. 

11:30 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : bisounours, politique |  Facebook | | |

samedi, 29 décembre 2007

La politique compassionnelle

La politique compassionnelle est le double négatif de la politique réelle. Entrer en politique, c'est agir et adopter des positions.

La politique compassionnelle, c'est s'appuyer sur les consensus larmoyants : on allume une bougie chaque fois qu'un humanitaire tombe sous les balles, on applaudit les discours de révolte du star-système, on revendique la liberté, et surtout, on se garde bien de fâcher autrui en abordant les problèmes de fond sur lesquels il est inévitable de s'engager. 

La politique compassionnelle, c'est quand la mièvrerie et le bon sentiment tiennent lieu de réflexions et remplacent les idées. C'est aussi quand les espaces de débats deviennent des aquariums où il fait bon, pour un poisson rouge, croiser un autre poisson rouge. Et chacun d'ôter son chapeau et de se congratuler de partager une mutuelle mièvrerie.

La politique compassionnelle a pris le relais du yaka faukon gauchisant des années 80 : c'est un nouveau droitdelhomisme à usage de notre nouvelle société mondialisée. Elle esquive les vraies questions auxquelles, aux antipodes, la politique d'action tente d'apporter une réponse.  Elle est également la soeur jumelle de la politique spectacle qui fait semblant d'apporter des réponses simples à de vrais problèmes. 

08:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : politique, action |  Facebook | | |

mercredi, 26 décembre 2007

Une pensée pour Nicolas Sarkozy : les trois ordres de Pascal

  • Tout l’éclat des grandeurs n’a point de lustre pour les gens qui sont dans les recherches de l’esprit.
  • La grandeur des gens d’esprit est invisible aux rois, aux riches, aux capitaines, à tous ces grands de chair.
  • La grandeur de la sagesse, qui n’est nulle sinon de Dieu, est invisible aux charnels et aux gens d’esprit. Ce sont   trois   ordres différents de genre.
Pascal, Pensées L 308 S 339

C'est à juste titre que François Bayrou , dans un entretien au Figaro, a opposé la conception pascalienne de la religion au discours de Nicolas Sarkozy au Vatican. Pour rafraîchir la mémoire de notre omni-président, nous nous proposons de lui faire la copie (partielle) et le commentaire de la pensée de Pascal à laquelle François Bayrou songe probablement. Un petit commentaire préalable : l'objet de Pascal, c'est de démontrer que la "bassesse" de la condition sociale de Jésus Christ n'est pas un obstacle à sa majesté (tiens, tiens, au fait, qui pense très fort, actuellement, que l'argent est l'un des principaux critères de la réussite ?). Mais Pascal, qui est aussi un scientifique, ne s'arrête pas au milieu du gué, et s'attache aussi à montrer que juger Jésus de Nazareth du point de vue de la science n'est pas plus pertinent que de le faire d'un point de vue politique et moral. Il met en évidence donc trois ordres distincts les uns des autres et non-miscibles, même s'il arrive qu'un même être participe de ces trois ordres (un scientifique renommé qui serait dirigeant politique, par exemple). Et Pascal proclame que celui qui mélange  ces trois ordres n'a rien compris à la nature des choses. Or, ce que propose Nicolas Sarkozy, ni plus ni moins, comme l'a relevé l'homme de lettres et de réflexion qu'est François Bayrou, c'est d'attribuer à l'ordre du religieux un rôle politique. Dans une relatiojn bijective, rien ne s'opposerait donc à ce que l'on juge Jésus de Nazareth d'un point de vue politique et social, puisque la relation est bijective. A la fois comme chrétien, mais aussi comme homme politique, François Bayrou a bien raison de s'opposer à une telle dénaturation de l'ordre politique, puisqu'au nom de la bijectivité, on pourrait aussi juger le politique à l'aune du religieux, cette fois.

  • Il eût été inutile à Archimède de faire le prince dans ses livres de géométrie, quoiqu’il le fût.
  • Il eût été inutile à Notre Seigneur Jésus-Christ, pour éclater dans son règne de sainteté, de venir en roi. Mais il y est bien venu avec l’éclat de son ordre.
  • Il est bien ridicule de se scandaliser de la bassesse de Jésus-Christ, comme si cette bassesse était du même ordre duquel est la grandeur qu’il venait faire paraître

Pascal ajoute plus loin :

« Mais il y en a qui ne peuvent admirer que les grandeurs charnelles, comme s’il n’y en avait pas de spirituelles. Et d’autres qui n’admirent que les spirituelles, comme s’il n’y en avait pas d’infiniment plus hautes dans la sagesse.»

Qui a bien suivi a bien compris que c'est la contradiction que relève François Bayrou, en assimilant Nicolas Sarkozy à un admirateur des choses charnelles (c'est à dire matérielles). Pour ceux qui veulent approfondir, la référence du texte est Pensées, L 308, S 339

Et pour ma part, je vais y aller aussi de ma petite pensée de Pascal personnelle à l'intention de l'hyper-président et de ses zélateurs :

« L' homme n'est ni ange ni bête, mais le malheur fait que qui veut faire l'ange, fait la bête...»

 

vendredi, 09 novembre 2007

Méphistotélès répond à Jean-Louis Bourlanges

J'ai cru entendre que Jean-Louis Bourlanges avait récemment comparé François Bayrou à Méphistotélès. Pauvre Bayrou ! Alors il m'est revenu en mémoire une petite chanson du dit Méphistotélès dans le Faust de Goethe, que celui-ci chantonne dans la cave d'Auerbach à Leipzig...

Tableaux et paroles magiques, 

Par vos puissants enchantements,

Troublez leurs esprits et leurs sens !

Méphistotélès venait de montrer l'envers du décor à Siebel, Frosch, Altmayer et Brandel en transformant le vin qu'ils boivent à volonté en feu du purgatoire, brûlant ainsi Siebel et Altmeyer , aussi s'empresse-t-il de leur faire oublier cet épisode. Mais, il n'en reste pas là, et il continue sa chansonnette...

Maintenant, partons : c'est assez !

Source de vin, riche de vendange,

Illusions, disparaissez !...

C'est ainsi que l'enfer se venge. 

J'ai tout de même l'impression que Jean-Louis Bourlanges (pour lequel j'ai par ailleurs beaucoup d'affection) a la mémoire courte : Méphistotélès, c'est surtout et avant tout un illusionniste, et en matière d'illusionnisme, il y a un professionnel de la politique que je ne nommerai pas dont Jean-Louis Bourlanges semble avoir oublié l'existence. Vous confondez, cher Jean-Louis Bourlanges, nihilisme et réalisme : François Bayrou a le mérite non de nier tout mais plutôt de lever le voile d'apparences qui recouvre les réalités, et la victime de Méphistotélès, c'est vous, pas lui.

Je finirai en vous citant cette petite fable que la Sorcière déclame dans sa cuisine :

 Ami, crois à mon système,

Avec un, dix tu feras ;

Avec deux et trois de mêm,

Ainsi tu t'enrichiras.

Passe le quatrième,

Le cinquième et le sixième,

La sorcière l'a dit :

Le septième et le huitième

Réussiront de même...

C'est là que finit

L'oeuvre de la sorcière :

Si neuf est un,

Dix n'est aucun.

Voilà tout le mystère ! 

Alors que pensez-vous de ce mystère, cher Jean-Louis Bourlanges ? Et croyez-vous au système de la Sorcière? Moi, j'ai mon idée là-dessus, mais je pense que vous aurez sans doute aussi la vôtre...