Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 février 2010

Information politique introuvable

S'il y a quelque chose qui est ardue à réaliser, j'ai noté, depuis que j'ai ouvert ce blogue, c'est de parvenir à trouver ce que proposaient partis politiques et candidats aux différentes élections précédentes, tout du moins, quand il s'agit de la même élection. Pendant les Européennes, j'ai eu toutes les peines du monde à trouver ne serait-ce qu'un embryon de programme de l'UDF en 2004, par exemple, et je ne parle même pas des autres partis. Pour les municipales, pareil en 2008. Et pas mieux cette année pour les régionales. On parvient tant bien que mal à trouver de petites choses sur wikipedia, sur des fichiers oubliés datant de Mathusalem, mais la plupart du temps, il est très difficile de faire aboutir une recherche. Il nous faudrait une sorte de Mémoire Vive politique, capable de comparer les promesses d'aujourd'hui à celles d'hier, et, par suite, qui permette de d'effectuer des bilans de mandature objectifs.

Finalement, entre l'histoire et l'actualité, il y a une sorte de No man's land mouvant, puisqu'il se déplace au fur et à mesure que le temps s'écoule, dans lequel il n'est pas aisé de trouver des repères.

vendredi, 06 novembre 2009

Mes trois premiers billets politiques

Polluxe lance une bien jolie chaîne : il s'agit, pour un blogueur, de parler de ses trois premiers billets politiques et de juger de leur pertinence et de leurs défauts.

Cela m'a ramené relativement loin en arrière : ce blog a été ouvert le 1er mai 2006 et, je vous le donne en mille, a publié en tout premier lieu son manifeste de l'hérésie économique ! Après une courte définition de l'hérésie, j'y exposais ma foi en Aloïs Schumpeter et sa théorie économique. Si je devais avoir un regret, aujourd'hui, c'est peut-être de ne pas avoir nommé autrement ce blog : l'Orthodoxe m'aurait bien plu, par exemple. Mais bon, ce qui est fait, est fait...

Amusant, mais mon second billet portait sur l'immigration et voilà ce que je disais alors en introduction :

Quand le thème de l'immigration revient en force dans le débat politique en France, ce n'est jamais bon signe, car cela permet d'occulter les problèmes principaux.

Actuel, non ? Je n'ai sinon absolument pas changé d'avis ni d'analyse sur l'immigration économique depuis ce second billet, continue à penser que celle des années 70 a été une mauvaise chose et qu'il ne faut pas ouvrir les portes de la France quand la conjoncture la porte vers de forts taux de chômage.

Ma troisième note portait sur le blairisme, ma bête noire : c'est amusant, mais je pense tellement encore ce que j'ai écrit il y a trois ans que j'ai l'impression que c'était hier !

Je ne sais pas pourquoi les commentaires sont fermés. Ce n'est pas de mon fait : sans doute une décision technique d'hautetfort pour les billets anciens.

Sur une chaîne comme celle-là, ça peut valoir le coup d'avoir l'avis de blogs anciens : tiens, Nicolas, évidemment, histoire de rigoler en évoquant le temps où il était un nimbus blogosphérique ; il y a Fred qui est un vieux de la vieille, pas encore un ancêtre, mais pas loin. L'avis de mon affreux capitaliste favori, Hashtable, m'intéresse aussi, bien sûr, d'autant qu'il a ouvert son blog en septembre 2005 ! Rendez-vous compte : une antiquité, à l'échelle de la blogosphère ! Dans la catégorie vieux débris, il y a aussi Luc, aussi ancien qu'h16, et également Christophe (mais il ne répond jamais, ou presque, aux chaînes) dont l'ancien blog affiche un mois de novembre 2004. Et comme l'affreux macho que je suis n'a tagué encore aucun blog féminin, j'ajoute Olympe et Nelly ( qui me trouvera bien quelques articles dans sa besace) si elles me lisent.

12:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : politique, billet |  Facebook | | |

mardi, 27 octobre 2009

Mes blogs du moment...nouveau must de l'hérétique

Tiens, ça fait un moment que je ne me suis pas fait un classement, ici. A vrai dire, mes classements ne valent que pour un temps, parce que j'évolue dans mes lectures. Ainsi un blog peut disparaître de ma liste puis réapparaître quelques mois après en fonction de ses publications et de mes intérêts du moment.

Sans conteste, le blog qui me fait le plus rire et dont je me délecte avec gourmandise, par les temps qui courent, c'est celui d'Hashtable. Une perle. Ce n'est pas le seul : je prends connaissance très régulièrement de l'avis de Nicolas. Et là, il y a un truc marrant : je ne le fais pas exprès ! J'ai une liste de partage, outre l'échiquier, dans laquelle j'ai agrégé toute une série de blogs que je suis, et c'est incroyable, mais je clique souvent sur ses titres : en fait, avant même de savoir qui a écrit, je pressens que c 'est lui. Il a un style, quoi, que d'autres essaient d'imiter sur la blogosphère, mais qui lui est vraiment propre. Côté MoDem, Nemo et Unhuman (il n'a pas la frite, en ce moment, d'ailleurs) sont mes deux principales lectures (mais pas les seules). Je crois que Nemo est le blogueur démocrate le plus proche de ma ligne politique tant en interne qu'en externe. Il y a bien sûr les marécages de mon crapouillot favori, au style au moins aussi inimitable que PMA, mais il ne publie pas assez souvent. Je trouve qu'il se bonifie avec le temps, surtout depuis qu'il n'en a plus rien à f... de la blogosphère. Humeurs de vaches et Bob demeurent deux de mes classiques blogosphériques. Juste après Nemo, Humeurs de Vaches doit être le blog le plus proche du mien. Quant à Bob, presque rien ne nous sépare si ce n'est la ligne politique que nous avons choisi chacun. Il peut voter pour le MoDem et moi je peux voter pour le Nouveau Centre ( quand le MoDem n'est pas représenté, que le Nouveau Centre est indépendant et qu'il ne s'appelle pas Santini).Tranche de rire garanti avec CSP (Comité de sévice public). C'est plus grinçant chez Toréador ; tiens, un scoop, à ce sujet : il laisse entendre qu'il serait une femme. Cela me semble impossible, parce qu'il n'écrit ni ne réagit comme une femme et que je ne me trompe jamais dans ce domaine ; en outre, comme on a échangé quelques courriels, j'ai d'autres éléments que son seul blogue. Moi, je dis que c'est de l'intox.

Après, il y en a un bon paquet d'autres que je vais voir (ils doivent s'en rendre compte s'ils ont un compteur) mais parmi les blogs locaux, il y a paris16.info en particulier qui a droit à ma visite quotidienne ou presque.

23:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : blog, politique |  Facebook | | |

jeudi, 25 juin 2009

Impact des blogues politiques

J'ai parcouru la note de Frednetick qui exprime sa perplexité, voire son scepticisme quant  à l'impact réel des blogs politiques. Il y évoque notamment l'effort des blogues pour se structurer en réseau afin d'améliorer leur visibilité. Il cite ainsi les Kiwis, LHC, les Left Blogs et...l'Échiquier. Curieusement, il omet le flux de la blogosphère MoDem alors qu'il regroupe 298 blogues. A vrai dire, les réseaux qu'il cite répondent à des logiques fort différentes. Les Kiwis ont une charte éthique qui exclut tous les extrêmes et revendiquent ostensiblement un label de qualité. Ils ne cherchent pas à s'étendre mais à recruter des membres triés sur le volet. Les Left Blogs sont reliés par une appartenance politique, alors que les LHC sont en théorie liés par une philosophie commune. Quant à l'Échiquier, c'est un simple flux ouvert à tous vents sans blog de référence et avec une charte éthique minimale.

Frednetick table sur l'absence de notoriété des blogues politiques pour établir leur influence plus précisément, et pour lui, le verdict est sans appel : ils sont fréquentés par un public d'experts, de gens engagés et de blogueurs, qui se contentent de vagabonder d'un blogue à l'autre.

Comment expliquer, dans ce cas, certains scores de fréquentation qui font de certains blogues les égaux de certains magazines de presse ?

Alain Lambert, plus de 100 000 visiteurs uniques par mois, Koz dont on dit que les abonnés se comptent en milliers, Le blog de Christophe Ginisty qui oscille entre 15 et 25 000 visiteurs uniques par mois, et d'autres encore qui doivent certainement réaliser des scores conséquents. Je sais que le blog Partageons mon avis dépasse souvent les 10 000 visiteurs uniques (voire plus), c'est parfois le cas de l'hérétique, mon blog, qui faisait un peu plus de 12 000 visiteurs uniques le mois dernier et pourrait dépasser  la barre des 13 000 ce mois-ci (franchie une première fois en janvier dernier).

Assurément, ces blogues peuvent partager des lecteurs, mais ils ont vraisemblablement des publics assez différents. J'imagine donc assez aisément que le nombre de lecteurs de la blogosphère politique est donc plus important que ne le pense Frednetick. Cela signifie-t-il qu'ils ont pour autant du poids ? Sans doute, à n'en pas douter, auprès des journalistes qui y trouvent certainement de nouvelles sources d'information et d'inspiration. Quant au grand public, il faut distinguer celui qui s'informe sur la Toile de celui qui privilégie d'autres médias. or, un sondage récent établissait que 62% des électeurs qui avaient voté lors des dernières élections européennes s'étaient informés sur la Toile. Certes, bien peu connaissent les noms des blogues, mais il est envisageable, en revanche, qu'ils aient eu accès à des analyses ou des informations véhiculées par les blogues politiques. Être présent sur la Toile n'apporte peut-être pas de valeur ajoutée, mais en être absent retranche à n'en pas douter de la valeur. C'est bien pour cela que tous les partis politiques essaient de "tenir des positions" sur la Toile.

In fine, sans verser dans l'outrecuidance et l'arrogance, on peut supposer une influence raisonnable des blogs politiques, surtout quand ils agissent en meute. Loin d' être prépondérante, elle n'en est pas pour autant marginale.

23:16 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : blog, politique, influence, impact |  Facebook | | |

vendredi, 24 avril 2009

L'Échiquier, bienvenue aux nouveaux membres !

Deux nouveaux membres pour l'Échiquier ! Graine de centriste et Humeurs de Vache nous rejoignent ! Bienvenue à eux ! Skeptikos est parvenu à intégrer le flux sur son nouveau blog. Nous nous agrandissons donc. Je réfléchis à la création de groupes sur facebook ou sur twitter. Faut que je voie comment faire.

09:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : l'échiquier, blogs, politique |  Facebook | | |

mardi, 24 mars 2009

Faites le Kiwitest

Cela va faire du boulot pour Toréador, mais je recommande vivement son kiwitest ; en principe, c'est prévu pour les Kiwis (un réseau dont les objectifs sont assez proches de l'Échiquier) mais apparemment, des non-kiwis peuvent y participer.

Pour ma part, cela donne cela : 1 C 2 A 3 C 4 B 5 D 6 B 7 C 8 C 9 B 10 B 11 B 12 A . Mais j'ai été 'achement tenté par une autre catégorie de réponses :-D

Toréador a publié des résultats. Je ne sais pas comment il les établit, même si j'ai quelques soupçons sur la signification des réponses :-D

C'est fou ce qu'on aime les classements et les catégorisations, nous autres Français...

EDIT : et voilà mon portrait par les bons soins du Toréador :

« Je suis relativement optimiste sur l’homme et sur le progrès. Il y a des marges de bonheur, mais il faut veiller cependant à réguler les imperfections de la nature humaine, tout en lui conservant une grande marge de liberté. La liberté pour la grande masse et la matraque pour les salauds.
Je crois dans les vertus de l’intégration économique et en l’Europe, tout en désirant un Etat fort investi dans le champ social.

Sur l’échelle politique, je serais un modéré. Sur l’échelle économique, je serais un libéral-étatiste. Je suis au centre-droit

11:14 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : test, politique |  Facebook | | |

lundi, 23 mars 2009

Peintres de droite: Caravage contre les Maniéristes

Unhuman semble convaincu que les peintres sont nécessairement de gauche. Je lui ai promis de lui en trouver quelques uns de droite...Enfin, je vais plutôt donner un exemple.

Je vais commencer par un peintre de gauche de l'époque pour mieux faire ressortir ceux de droite. Il s'agit de Caravage. PourquoiCaravage à gauche ? Parce que c'est le premier (ou en tout cas, l'un des tous premiers) à refuser de donner le beau rôle uniquement aux chefs politiques et religieux dans ses tableaux, particulièrement dans l'histoire sacrée ; en effet, ce sont les gens du peuple qui jouent l'histoire sacrée chez Caravage et non les leaders politico-religieux. Il choisit d'ailleurs ses modèles parmi eux, et ne respectent pas les conventions iconographiques de l'art religieux en vigueur. De fait, il n'hésite pas à peindre la Vierge Marie avec les traits tirés, les jambes enflées, bref, tous les traits caractéristisques des gens du peuple et non de la noblesse. En agissant ainsi, il attaque toute une conception du beau qui participait à l'ordre ancien des hiérarchies sociales en vigueur. Il heurta frontalement toute la tradition maniériste, dont les codes subtils, inter-picturaux (on parlerait d'inter-textualité pour des écrits) s'adressait aux gens de cour, aux individus cultivés et aux lettrés. En tout cas, certainement pas au petit peuple.

Des peintres aussi fameux que Le Gréco, Véronèse ou Le Tintoret appartenait au courant maniériste (même si le vocable vint plus tard) et on retrouve dans leurs peintures les codes qui caractérisent le maniérisme. Le maniérisme préfigure d'ailleurs le classicisme. Les maniéristes ne seraient peut-être pas tous à droite, mais leurs positions esthétiques les rapprochaient certainement plus de la droite de l'époque que d'une peinture sociale. Véronèse, à Venise, était le décorateur favori des nobles et des ecclésiastiques. S'il se heurta à l'Inquisition pour avoir pris quelques libertés avec une représentation de la Cène, il ne prenait pas pour autant la source de son inspiration dans l'imagerie populaire.

Un Titien, de dehors des scènes mythologiques, n'a représenté que des gens de pouvoir (famille de Charles Quint en particulier, Philippe II le roi d'Espagne et cetera...). On pourrait multiplier ces exemples. Bref, il me semble que la peinture de cette époque penche plus vers les valeurs de droite que les valeurs de gauche. Ce n'est que lorsqu'elle va devenir abstraite et conceptuelle vraiment, donc qu'elle va cesser de s'intéresser aux individus pour pouvoir se consacrer aux masses qu'elle prendra un véritable virage idéologique.

vendredi, 20 mars 2009

Audience et influence des blogs, nouveau classement de l'hérétique

S'il y a bien un trait qui nous caractérise, nous autres Français, c'est notre goût immodéré pour les classements de toute sorte. Nous avons, en réalité, bien que nous le déniions souvent officiellement ou pour nous donner un genre, un amour du chiffre évaluateur : notes, pourcentages, rangs, et cetera, rien de plus plaisant pour nous.

C'est, me semble-t-il, bientôt la semaine de la presse dans les écoles. Et, de ce fait, je me suis fait une réflexion : ce serait intéressant de réaliser une étude de l'audience des blogs sur le modèle de ce qui se fait dans la presse écrite. J'ai notamment mis la main sur une étude fort intéressante commanditée par Havas édition sur la diffusion des quotidiens nationaux.

Il est, à mon avis, intéressant de comparer le tirage d'un quotidien avec les visites uniques d'un blog sur un jour. Par exemple, considérons La Croix pour l'année 2007, qui tirait alors à 96 661 exemplaires (mais dont le lectorat a crû de plus de 50% en 2008 !) et supposons  10% d'invendus (La Croix étant un journal d'abonnés pour l'essentiel, il a probablement peu d'invendus), on peut dire qu'il correspondrait à un blog qui recevrait 85 000 visites par jour. Parmi les blogs politiques, je ne crois pas que l'on en trouve qui réalisent une telle performance. Toutefois, un blog comme Sarkofrance doit bien réaliser entre 3 000 et 5 000 visiteurs à vue de nez. Alain Lambert avec des pointes à 140 000 visiteurs uniques par mois doit probablement réaliser par jour, si l'on considère qu'il a un taux de rebond pas trop élevé, de 5000 à 7000 visiteurs uniques par jour, certains mois, tout du moins.

Donc, d'une certaine manière, si l'on compare avec les chiffres d'un quotiden d'envergure nationale comme La Croix, si les blogs les plus fréquentés ne font pas jeu égal, ils rentrent tout de même dans une catégorie où la comparaison devient possible. Ensuite, pour vraiment avoir une idée plus claire, il faudrait comparer avec le nombre de lecteurs des rubriques actualités et politique dans ce journal.

Ensuite, je voudrais faire une réflexion sur wikio et son classement (une de plus !) : je crois que l'avènement de ces classements a consacré une autre époque : celle où des "parvenus" de la blogosphère sont arrivés au sommet de cette dernière. Nul doute que cela ait choqué nombre des aristocrates des premiers temps de la blogosphère que de voir les trublions qui avaient compris les règles du jeu s'emparer de la notoriété et du pouvoir. C'est, tout du moins, l'apparente impression que l'on pourrait avoir.

Ce que je crois, en réalité, c'est que le classement wikio n'a pas consacré la montée en puissance de nouveaux blogs, mais sa propre montée en puissance. C'est plutôt ce que je retiendrai de l'émergence de cette plate-forme. Ensuite, wikio mesure non l'audience, pas même l'influence, mais plutôt la propension des blogs à générer du bruit. Par exemple, j'ai suivi avec attention l'émergence des blogs féminins au sein de la blogosphère politique : je crois que ces blogs ont généré beaucoup de bruit, c'est à dire que l'on en a parlé en beaucoup de lieux, mais je ne crois pas que leur audience soit très élevée. En ce sens, l'influence d'un blog est un critère moins qualitatif que son audience. En effet, son influence, c'est sa propension à produire du bruit. Or, ce bruit n'est pas organisé comme un opéra de Mozart ou une symphonie de Beethoven mais plutôt diffus pour ne pas dire confus. Rien de comparable avec les magnifiques rapports numériques que Pythagore constata jadis entre les notes de musique.

Toutefois, il n'y a pas de fumée sans feu, comme dit le bon vieux proverbe. Il existe un lien entre audience, influence et bruit. Parvenir à déterminer le poids réel d'un blog, c'est avoir la possibilité de croiser toutes ces données.

J'ai remarqué un truc : les blogueurs avec leurs statistiques sont plus rapiats qu'Harpagon avec sa cassette. C'est un trésor mieux gardé que le code secret des réserves d'or de la Banque de France... Bien peu, surtout parmi les blogueurs "influents" (comprenez en tête du classement wikio) en rendent compte. Cette discrétion exemplaire n'est à mon avis pas innocente, mais je ne développerai pas...

Par un espionnage méthodique, le croisement des liens google avec les indices technorati et wikio plus certaines données que j'ai à ma disposition et dont je ne donnerai pas la recette (trop compliqué et puis c'est un secret) j'ai pu établir un classement approximatif des blogs. IL ne m'a pas été possible de déterminer exactement un ordre, mais, j'ai pu à peu près établir des catégories. 10 catégories au total, mais dans le classement que je donne ici, il n'y en a que trois qui apparaissent (ce qui est logique). J'ai constaté que l'on retrouve dans ce classement les principaux blogs figurant dans le top 100 du classement politique de wikio (désolé, je ne me suis intéressé qu'aux blogs politiques, je ne connais pas assez les autres et je manque trop de données et de temps pour les traiter). Et voilà ce que cela donne...Attention, parce qu'évidemment, il y a de grosses surprises...

1.  http://www.alain-lambert-blog.org/ (Alain Lambert) (cat.1)

2.  http://blogs.rtl.fr/aphatie/ (cat.1)

3.  http://www.monputeaux.com/ (cat.1)

4.  http://dinersroom.free.fr/ (cat.1)

5.  http://www.koztoujours.fr/(cat2)

6.  http://www.intox2007.info/ (cat.2)

7.  http://sarkofrance.blogspot.com/ (cat.2)

8.  http://777socrate.blogspot.com/ (cat.2)

9.  http://www.lepost.fr/perso/birenbaum/ (cat.2)

10 http://jegpol.blogspot.com/ (cat.2)

11 http://authueil.org/ (cat.2)

12 http://www.ginisty.com/ (cat.2)

13 http://www.jean-luc-melenchon.fr/ (cat.2)

14 http://www.plumedepresse.com/ (cat.2)

15 http://lesjeuneslibres.hautetfort.com/ (cat.3)

Je n'ai pas vraiment pu poursuivre plus loin.C'est un très gros travail, long et difficile à réaliser. J'ai testé toute une série de blogs, mais après, il y a beaucoup de résultats qui se rapprochent des uns des autres.

Il y a un cas particulier, c'est celui du blog de Quitterie qui pourrait avoir une audience extraordinaire mais qui ne l'exploite pas en s'enfermant dans un traitement exclusivement sociétal de l'actualité. Résultats, sa fréquentation est assez inférieure à cette d'Hérésie... Malgré tout, je l'ai conservée dans ce classement, parce qu'elle a le potentiel pour enflammer la blogosphère, et bien au-delà de ses options politiques.

J'ai aussi une difficulté avec le blog d'Yves Daoudal. Il n'est pas fortement lié, pas non plus fortement googlerankisé (4), ila disparu du top 100 wikio, et son autorité technorati (71) n'a rien d'extraordinaire et de surcroît, assez peu commenté. Mais, il est manifestement  fortement lu (La plupart du temps, dans le classement hautetfort, il fait partie des 20 blogs les plus lus). En revanche, je pense qu'il ne déborde pas au-delà de ses frontières politiques. S'il n'est pas dans les 15 premiers, il est tout de même très probablement dans les 5 qui suivent, c'est à dire entre 16 et 20. Les blogueurs d'extrême-droite ne se lient qu'entre eux (à vrai dire le reste du champ politique n'a pas très envie de se lier non plus avec) et visitent assez peu les autres blogs, d'où cette particularité.

Par ailleurs, des 100 premiers blogs politiques francophones, seul l'hérétique est une référence de google actualités. Cela lui donne un avantage. Toutefois, par déontologie, je n'ai pas essayé de le classer, même si j'ai une assez bonne idée d'où je suis exactement (pas dans les 15 premiers ni même sans doute dans les 20, mais pas forcément très loin)...

Je conclurai en précisant que ce classement n'a strictement rien à voir avec mes préférences politiques et que je l'ai voulu le plus objectif possible.

12:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : blog, wikio, classement, politique |  Facebook | | |

lundi, 09 mars 2009

Littérature et politique-fiction

Cela faisait un moment que j'avais envie de lancer une chaîne sur la littérature et la politique. Le principe en est en fait assez simple : il s'agit de choisir de quatre à six écrivains français, ou alors, pour ceux qui préfèrent la littérature étrangère, des écrivains étrangers, et d'imaginer quel serait leur positionnement politique aujourd'hui. Évidemment, il ne s'agit pas de parler au pif, mais de bien considérer quelles ont été les opinions de chacun d'entre eux, et quelle a été leur existence. En dehors de auteurs gréco-romains, il convient aussi d'adapter chaque auteur à son pays d'origine. Par exemple, pour donner un avis sur Shakespeare, il faudra le faire à la lueur du paysage politique anglais. Lib-Dem, Labour, Tory ? De surcroît, il ne faut pas transposer les situations, mais considérer les convictions profondes de chacun de ces individus. Il est donc souvent plus prudent de s'en tenir aux écrivains français pour nous. Enfin, comme les partis modernes sont apparus vraiment à la fin du XIXème siècle, les auteurs choisis ne doivent pas être postérieurs au XIXème siècle, et il est même souhaitable qu'ils soient antérieurs.

Alors, je commence :

Victor Hugo : en voilà un qui a des positions extrêmement proches du MoDem. Parti d'une droite assez conservatrice à l'origine, il a rapidement évolué vers une certaine forme de catholicisme social, puis vers un libéralisme laïc. On lui doit également d'avoir été un Européen convaincu très en avance sur les hommes et les femmes de son temps. Il est favorable au commerce, qu'il considère comme un vecteur de paix et trouve légitime la volonté de s'enrichir, mais dénonce les inégalités sociales. Particulièrement, il estime que l'argent doit être réinvesti et non capitalisé simplement pour produire plus d'argent. Nul doute qu'il aurait été offusqué du développement de l'actuel système financier. Il a condamné sans concessions la commune autant que la réaction de Thiers. Il a écrit, enfin : «La construction d'une société égalitaire ne saurait découler que d'une recomposition de la société libérale elle-même.» C'est très proche du MoDem. Très très proche.

Montesquieu : centre-droit. Aujourd'hui, il serait au MoDem ou au Nouveau Centre ou entre les deux (tendance Bourlanges, par exemple). A priori, plutôt porté vers le Nouveau Centre que le MoDem, mais il serait très gêné par la manière dont Nicolas Sarkozy absorbe ou vide de leur substance les corps intermédiaires de la République. Le centrisme révolutionnaire pourrait aussi l'indisposer. Montesquieu vivait bien dans la société de son temps. C'est un libéral qui se serait satisfait d'une évolution naturelle vers plus de libertés. Il se défiait absolument de l'abus de pouvoir quelle que fût sa source et pensait que c'était là le principal danger de tout régime politique. Il proposait donc d'organiser le pouvoir de manière à ce que l'abus ne soit pas possible. Sur ce point, il se serait tout à fait entendu avec Bayrou et les libéraux européens.

Voltaire : un homme de droite, à n'en pas douter, mais de droite libérale. Il serait peut-être Nouveau-Centre, plus vraisemblablement  dans la tendance libérale de l'UMP (Alain Lambert, centristes de l'UMP à la rigueur les héritiers de Démocratie Libérale) ou alors dans le mouvement Alternative Libérale. Il détestait la fanatisme sous toutes ses formes.

Émile Zola ne s'est jamais directement engagé en politique, mais il n'y a pas photo : c'est un authentique socialiste, et s'il était au PS aujourd'hui, il serait proche soit de Martine Aubry, soit de Bertrand Delanoë. Plutôt Delanoë, à vrai dire, parce que Zola est plutôt social-libéral que vraiment socialiste.

François Villon : celui-là, j'ai vraiment du mal à le classer quelque part. Il a un côté un peu "lumpen proletariat" qui fait qu'on ne peut pas vraiment le classer  à l'extrême-gauche. Une sorte d'alter-mondialiste anarchiste, peut-être, mais ce n'est pas évident, tant au niveau des idées politiques il n'a rien de révolutionnaire. Il faut dire que le Moyen-âge devient vraiment difficile à intégrer dans nos positionnements politiques modernes, surtout en pleine guerre de 100 ans ! C'est un peu la catégorie délinquant des cités faiblement politisé piochant çà et là de quoi se constituer un corpus vaguement idéologique. Le genre casseurs que l'on retrouve aux franges de l'extrême-gauche, que l'extrême-gauche essaie de récupérer, mais qui sont avant tout des délinquants. Il serait sans doute rappeur des cités aujourd'hui. Ceci n'enlève bien sûr rien aux qualités poétiques de l'écrivain pour lesquelles j'ai la plus grande admiration. Je ne m'ôte en revanche pas le droit de dresser des portraits politiques sans concessions.

Charles Baudelaire. En voilà un authentique individualiste, caractéristique d'une certaine droite. Faiblement politisé, il s'est associé en pensée avec l'extrême-gauche pour finir complètement à droite. Baudelaire, c'est une sorte d'anar de droite qui aime bien les trangressions. Il a donc aimé la République naissante de 1848 parce que c'était le bordell et que tout était remis en cause. Mais sur le fond, c'est un homme de droite. Aujourd'hui, il serait certainement UMP et probablement proche de Sarkozy. Ceci n'enlève d'ailleurs rien à tous ses mérites poétiques et littéraires qui sont immenses.

Il me reste plus qu'à passer la main. Alors je rappelle la règle : pas d'auteurs du 20ème siècle. Même le 19ème, c'est limite si c'est à la fin du 19ème. Je vais proposer donc cette chaîne d'un nouveau genre à :

Criticus, Rubin, LOmiG, mon crapaud favori et Nelly. Cinq blogueurs ça suffit, point trop n'en faut. Je rappelle que tout écrivain fait l'affaire, pas seulement les hommes de lettres. Pascal, Bossuet, Montaigne, Jean-Baptiste Say, Adam Smith, Locke, Descartes, Kant, bref, qui chacun veut. Il faut juste un peu expliciter et argumenter. Cela dit, si d'autres veulent se joindre au jeu, ils sont les bienvenus. J'aimerais qu'ils me signalent dans un commentaire leur sélection que je viendrai commenter alors avec grand plaisir. Quatre à six écrivains, au choix !

lundi, 02 février 2009

Tibéri & co

J'attends avec impatience le verdict de l'affaire des faux électeurs du cinquième arrondissement. Il se trouve que j'ai vécu et voté dans cet arrondissement à l'époque des faits. J'ai en effet voté là-bas pour les municipales de 1995, et je n'aime pas que l'on se f... de mon vote ni de ma g... d'autant que je n'avais précisément pas voté pour lui...

J'ajoute que s'il y a eu des faux, c'est extrêmement grave. On ne peut pas faire pire que traffiquer un vote en démocratie. Si les Tibéri sont coupables, ils doivent être sévèrement punis : interdits d'exercer une mandature à vie, interdits de vote à vie. Si l'on vivait dans l'ancienne Rome, ils auraient été déchus de leur citoyenneté par les Censeurs. Je suis partisan de délivrer une nota censoria aux tricheurs, et à al mesure de l'indignité commise. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le rôle des Censeurs à Rome, c'est ici...

La pratique qui consiste à maquiller les votes caractérise les dictatures, les régimes totalitaires et les pouvoirs déliquescents et corrompus en général. La République ne doit avoir aucune compassion, aucune pitié envers les menteurs et les voleurs de voix. Tricher à des élections, c'est s'en prendre au corps même de la République. C'est détruire le corps électoral lui-même.

De toutes les fautes et de tous les crimes que peut accomplir un homme politique, celui-là est le pire, digne d'un état maffieux et d'individus habitués aux pratiques maffieuses. J'attends du pouvoir judiciaire, si la culpabilité est retenue, une punition exemplaire qui marquera les esprits pour longtemps.