Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 février 2013

La CGT a-t-elle foutu en l'air l'usine d'Amiens-nord ?

Si le PDG de Titan est un abruti en refermant dans un même sac ouvriers, syndiqués et CGT, n'hésitant pas à énoncer des contre-vérités (les ouvriers ne travaillent que 3 heures parce qu'on leur a demandé de réduire leur activité) le rôle trouble de la CGT depuis cinq années dans l'usine goodyear a très clairement contribué à l'issue catastrophique que connaît finalement l'usine. Le Figaro le raconte  très bien.

Il suffit de comparer le sort de l'usine d'Amiens-sud à celui de celle d'Amiens-nord pour constater l'action néfaste de la CGT là-bas. En bloquant toute réorganisation, pourtant acceptée par tous les autres syndicats, la CGT a empêché la nécessaire reconfiguration du site industriel. Amiens-sud se porte bien, en dépit de la crise, alors qu'Amiens-nord va mettre la clef sous la porte.

Le fait que Taylor, le PDG de Titan, soit un crétin réactionnaire et grossier ne change rien à l'affaire.

Et il faut dire que la CGT multiplie les rigidités et les freinages de toute sorte, à témoin son tout récent raoût syndical après la proposition de la SNCF de mettre en service des lignes Paris-Marseille à 20 euros. Pensez-vous ma bonne dame, selon la CGT, la SNCF réinvente la troisième classe ! Cet égalitarisme forcené et imbécile émeut même le Chafouin qui, roupillant, laissait pourtant depuis un moment son blogue en déshérence...

16:04 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : titan, goodyear, cgt, sncf |  Facebook | | |

jeudi, 14 février 2013

Seconde vie

Non non, je ne me suis pas réincarné en dépit du titre et je ne veux pas non plus parler du métavers Second Life.

En fait, je pense davantage à ce qu'évoque Robert Rochefort, eurodéputé MoDem dans son Produire en France : les marchés de consommation parallèle où l'on échange des biens que l'on utilise plus. 

Je vais de plus en plus souvent sur ebay ou price minister pour acheter certains objets d'occasion : particulièrement les livres, des jouets et les DVDs mais cela peut être autre chose. Les occasions auxquelles je ne me fie vraiment pas, ce sont les produits électroniques. 

Au fond, qu'est-ce qui vaut le plus ? Un jouet qui se casse en quelques heures et n'est vendu qu'une fois ou bien un jouet que l'on revend ? Par exemple, si j'achète d'occasion un jouet pour 10 euros et que ce dernier a été acheté une trentaine d'euros, au final, ce jouet aura rapporté 40 euros à l'ensemble de ses vendeurs.

Récemment, j'ai acheté un aspirateur chez Darty : cette enseigne propose désormais la remise en état complète une fois par an du dit aspirateur. C'est dans le contrat d'achat. Je crois que j'ai dû en parler ici, il s'agit d'un Rowenta (du made in France, bien sûr).

Je suis convaincu que nos sociétés occidentales gagneraient à rentrer dans une économie du recyclage. Ce sont principalement les particuliers qui s'y collent aujourd'hui  mais on pourrait imaginer changer de modèle économique. Les garagistes rachètent bien des véhicules d'occasion, les remettent en état, puis les revendent.

C'est un secteur que l'on n'explore pas, mais en associant qualité du produit de départ, marché de l'occasion et industrie du recyclage, nous ouvririons certainement des voies nouvelles, intéressantes, moins dispendieuses et plus respectueuses de l'environnement.

Au passage, le marché de l'occasion permet aussi aux plus modestes de s'ouvrir des games de produits initialement inaccessibles. Pour ma part, je n'ai pas d'états d'âmes, et, si je ne revends pas, je donne sur des sites comme recupe.net  . Je déteste jeter et j'aime bien l'idée que ce dont je ne me sers plus soit utile à quelqu'un d'autre.

lundi, 11 février 2013

Limiter les paiements en espèces ? Débile !

BANG ! Ça, c 'est juste le mur du çon qui vient d'être explosé haut la main par Ayrault et les Socialos.

La dernière trouvaille ? Interdire les paiements en espèce supérieurs à 1000 euros. Non seulement c'est crétin au possible parce que c'est une entrave aux échanges et à la libre circulation des biens, mais en plus, il ya une volonté toute totalitaire bien caractéristique des idéologies étatistes, de traquer et fliquer tout ce que font les gens.

Personnellement, j'utilise de temps à autre ma carte bleue, mais dans l'ensemble, je n'aime pas l'idée que l'on puisse suivre à la trace les dépenses que je fais et leur répartition.

Je conçois qu'on veuille lutter contre la fraude fiscale, mais cela ne doit pas justifier de fliquer le citoyen à la culotte jusque dans les détails de sa vie personnelle. 

Il faut cesser d'être ridicule : 1000 euros en espèce, on est loin d'être dans la sphère de la fraude fiscale. C'est le prix d'un très bon ordinateur portable de 17 pouces. 

On peut encore être libre de régler comme on l'entend ses achats dans ce pays ou non ? 

Ce gouvernement ne sait plus quoi imaginer pour emm... le citoyen ordinaire. Le seul domaine où en revanche, il manque radicalement de la plus petite once d'imagination c'est celui de la réduction de la dépense publique...

jeudi, 31 janvier 2013

Une marque France pour l'étranger

J'avoue que je ne vois guère l'intérêt du dernier projet gouvernemental sur la fabrication française. Il existe déjà deux labels de fabrication, le «made in France» qui garantit 35% de la valeur ajoutée réalisée en France et le «France Origine Garantie» qui en assure 50% et plus.

Rajouter un troisième label ? Encore le goût bien français pour la multiplication des sigles et des labels...

Ce serait bien plus pertinent de songer à une déclinaison internationale des labels existant primo, et, secundo, bien plus important de développer le goût de la fabrication française sur notre propre sol.

Même si Robert Rochefort, un eurodéputé MoDem, s'est réjoui de cette initiative, il a fort perspicacement observé que l'enjeu principal se situe d'abord sur notre marché intérieur. Il se trouve que j'ai lu son livre "Produire en France" et qu'il y dit fort justement que des segments entiers de produits ont disparu de notre pays alors qu'il n'existe pas de raison, en termes de coûts, pour qu'elles n'y figurent pas.

Sur le fond, l'intention est bonne, mais j'attends des initiatives plus fortes d'autant qu'il y a urgence. 

J'ajoute qu'un tel projet a vocation à s'articuler à une réflexion globale et européenne sur les productions locales et les circuits de distribution courts.

Sans verser dans l'autarcie, un pays se porte d'autant mieux qu'il est soit capable de produire lui-même ce qu'il consomme, soit capable de l'échanger contre les principaux segments de sa production.

00:02 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : made in france |  Facebook | | |

samedi, 12 janvier 2013

Une agence de relocalisation ?

J'ai pris connaissance du dernier projet de Montebourg qui me paraît loin d'être idiot. Il veut créer une agence de relocalisation qui aura pour mission d'aider à la relocalisation en calculant les coûts en plus ou en moins d'une telle opération. C'est un peu l'idée que je me fais d'un état facilitateur : du conseil, de l'information (qui a un coût, rappelons-le) et la génération d'environnements juridiques et fiscaux amicaux.

Montebourg veut examiner au cas par cas tous les blocages administratifs ou règlementaires qui bloqueraient de nouveaux investissements. Bonne idée mais bon courage l'ami et bienvenue en France. 

Si Montebourg veut vraiment s'engager dans cette voie il sera contraint tôt ou tard à un gigantesque aggionarmento de la politique de l'État en France, particulièrement dans le domaine des normes.

Courage, Nono Montebourg, encore un effort et tu ne devrais pas tarder à arriver aux conclusions de Bayrou à l'été 2011 dans son État d'urgence.

Montebourg annonce la création d'un banque publique d'investissement : au début, j'étais assez favorable à cette mesure, comme Bayrou, au demeurant, mais maintenant, je pense que c'est une mesure très secondaire et c'est une autre idée de Bayrou qui a ma priorité : la possibilité pour les Business Angels (en somme le capital-risque) de déduire leurs pertes de leurs impôts.

J'ai vu qu'il a également pris le parti de réexaminer la filière des gaz de schiste en cherchant une autre voie d'extraction que la fracturation hydraulique. J'en comprends l'intérêt économique immédiat, évidemment, mais je demeure inquiet d'une alimentation énergétique qui ne repose pas sur le renouvellement : ceci signifie que nous repartons pour un siècle de consommation d'hydrocarbures jusqu'à nouvel épuisement.

Pour revenir aux relocalisations, une fois encore, ce que fait Montebourg, c'est bien, mais ce qui est déterminant, c'est avant toutes choses l'environnement. Et là, vu les coups de massue fiscaux et l'enchevêtrement des lois de toutes sortes, ce n'est pas gagné. J'ajoute qu'une simplification juridique est tout sauf simple : Sarkozy qui voulait s'y atteler s'y est cassé les dents en créant 500 pages de code supplémentaires...L'Enfer est pavé de bonnes intentions...

Quant à l'industrie, ce n'est pas l'État ni un ministre qui décrètera l'usine du XXIème siècle. Ce seront les entreprises quand le besoin s'en fera sentir pour elles et je les crois plus pertinentes que l'État dans ce domaine. Faisons confiance aux initiatives privées et aux créateurs de toutes sortes : c'est ainsi que le MoDem ouvrait la dernière version de son programme politique, me semble-t-il.

En dépit d'assez importantes divergences idéologiques (moi, je suis libéral et lui il est socialiste) , on va finir par faire un parti à deux, Melclalex et moi :-)

10:06 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : montebourg, relocalisation |  Facebook | | |

mardi, 08 janvier 2013

A trop tirer sur la corde, la gauche va tout casser...

Je suis émerveillé et estomaqué de la persévérance imbécile de la gauche gouvernementale à poursuivre sa chasse aux koulaks. Notre réputation devient exécrable, si des acteurs sur le retour font l'actualité, à la réalité, c'est les départ des jeunes chefs d'enteprise qui sont inquiétants.

Je n'ai pas suivi le débat Cahuzac-Mélenchon, mais j'ai appris que Cahuzac entendait pérenniser la taxe à 75% sur les très hauts salaires. 

Depuis la présidentielle, la gauche joue de sa petite partition sur l'un des ressorts les plus mesquins et vils qui soient : la propension naturelle du Français à envier son voisin pour ce qu'il de plus que lui. On pourrait espérer que ce trait suscite une émulation, or, à l'inverse, il fait de nos concitoyens les complices actifs d'une spolation au prétexte d'une solidarité en réalité forcée.

Hollande et consorts vont payer cash leur incroyable persévérance dans l'erreur. L'économie n'est pas prête de se redresser car les entreprises n'ont aucune marge d'action.

Il faut en outre en finir avec le mythe idiot qu'un entrepreneur crée son entreprise pour le plaisir d'entreprendre. Il le fait parce qu'il y trouve un avantage en dépit des risques et que cet avantage repose en règle générale sur de grosses perspectives de profits.

Les Socialistes allument des contre-feux pour tenter de masquer le néant de leur politique économique en agressant bêtement l'Église au risque de finir par générer un véritablement ressentiment dans la société française contre l'union homosexuelle. Pour l'instant, les Français la soutiennent, mais à trop en faire, il pourrait y avoir un revirement.

Je ne dirais pas que les Socialistes sont responsables de l'emploi qui se délite, mais ils ne prennent aucune mesure qui pourrait permettre de construire l'avenir à défaut de rétablir maintenant la situation. 

En réalité, ils attendent en espérant un imprévu sursaut de croissance comme une tribu primitive cherchant des temps meilleurs en effectuant une danse de la pluie.

Certains disent que le vaisseau tangue : la réalité c'est qu'il ne parvient pas même à larguer les amarres...

dimanche, 23 décembre 2012

Aide au développement ? A revoir.

Excellente analyse du quotidien flamand de référence, De Standaard : nous dépensons en Europe plusieurs milliards d'euros à alimenter la corruption au plus haut niveau. Bruxelles, c'est déjà un très gros appareil bureaucratique, souvent naïf. L'Europe, par désir de mettre en pratique les valeurs humanistes qu'elle veut propager signe des chèques en blanc aux gouvernants des pays du Tiers-Monde alors que ce sont les premiers responsables de la corruption qui gangrène le développement économique de leur pays.

On ne le dira jamais assez, l'Enfer est pavé de bonnes intentions. Partout où l'Europe distribue fonds et aide alimentaire elle désorganise l'économie locale dans le meilleur des cas, renforce les potentants locaux dans le pire.

Nous devrions avoir une diplomatie européenne qui encourage l'esprit d'entreprise et le sens de l'initiative qui se manifestent localement. Le micro-crédit, le développement de marchés à la taille des ressources locales comme le prônait l'économiste indien Prahalad devraient guider la politique européenne plutôt que le bon sentiment et la morale dont on voit vite les limites.

J'irais même plus loin : ouvrir des écoles, donner l'envie aux enfants qui les fréquentent de devenir avocats ou journalistes, c'est bien selon les standards européens, mais c'est du gâchis dans les pays les plus pauvres. Il vaut bien mieux favoriser l'émergence de micro-entreprises car ce seront elles qui feront le développement de leur pays et non une assistance extérieure.

Les gros programmes, il est préférable de les réserver aux situations d'urgence (déplacements importants de population, guerres, famines) et, à la rigueur, à la lutte contre la misère mais en s'appuyant sur des associations internationales reconnues et fiables (Croix-Rouge, Secours catholique dont les bénévoles et les religieux vivent au mileu des populations, bien loin des bwanas humanitaristes qui se plaisent à aller vivre leur expérience caritative au loin pou avoir quelque chose à raconter à leur retour chez eux).

Faire confiance aux individus et leur donner un petit coup de main pour démarrer, évidemment, cela sonne certainement bien plus libéral que les solutions habituelles et convenues.

Les solutions libérales au sous-développement, elles existent et je pense que ce sont les meilleures : ruissellement, lutte contre la corruption, transparence, enrichissement personnel et profit, voilà les moteurs du changement. Une fois en route, ils amènent à leur tour le progrès social en générant d'autres désirs que matérialistes.

Partout où les ferments du libéralisme ont germé les sociétés ont progressé. Il faut simplement oser, et, bien sûr, rester pragmatique : le libéralisme n'est pas une idéologie, c'est une philosophie. Il ne s'agit donc pas d'appliquer des recettes dont le condiment principal serait la disparition de l'État mais de propulser ce qui marche, tout simplement (bon sens centriste...).

lundi, 17 décembre 2012

Depardieu s'exile, certes, mais pourquoi ?

Au lieu de persévérer dans l'erreur, le gouvernement socialiste ferait mieux d'enfin s'interroger sur la plus emblématique dans la catégorie débile de ses mesures : la taxe à 75% sur les "riches" comme on dit chez nos nouveaux soviets.

Je l'ai dit dès le départ : taxer 75% des revenus de quelqu'un c'est purement et simplement de la spoliation. Par principe, j'estime qu'aucun impôt sur le revenu ne devrait dépasser 49%. On ne devrait jamais se retrouver privé de plus de la moitié de ce que l'on a gagné à la sueur de son front.

Depardieu a sans doute exagéré quand il a expliqué qu'on lui taxait 85% de ses revenus en France mais je pense qu'on lui en taxe tout de même un très gros morceau.

Pas la moindre remise en question à gauche : ce qui est minable, c'est la réaction d'Ayrault. Ce gouvernement ne voit tout simplement pas que sa taxe est la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Il pousse les entrepreneurs et les créateurs à décamper de notre pays. Il va rester quoi ? Les fonctionnaires ?

Tous ces exils sont les conséquences directes de la démagogie du candidat Hollande pendant la campagne présidentielle de 2012, stigmatisant les "riches" comme il l'avait déjà fait en 2007. Du "moi j'aime pas les riches" au "nous arrivons" le résultat final, c'est que les "riches", ils partent.

L'imposition sur les plus-values des entreprises  a été le coup de grâce. En Belgique (ou ailleurs, en Suisse, par exemple) ceux qui gagnent de l'argent ne sont pas des salauds de riches.

dimanche, 09 décembre 2012

Noël pour le made in France ?

Une très intéressante étude d'Ipsos confirme l'intérêt grandissant des Français pour les productions locales. De plus en plus de Français ont bien l'intention d'acheter produits alimentaires et cadeaux fabriqués en France. Fait important, c'est le souci de maintenir l'activité économique dans leur région ou dans leur pays qui arrive en tête des motivations de leur choix.

Robert Rochefort, conseiller économique de François Bayrou et eurodéputé avait estimé lors de la campagne présidentielle qu'il suffisait de modifier 10% de nos achats pour rééquilibrer la balance commerciale de la France. François Bayrou, qui avait décidément eu du flair, vient d'appeler à une grande mobilisation nationale pour relancer nos productions, estimant que c'est là notre problème n°1.

Mois après mois, j'observe que les prédictions du Béarnais se réalisent. 

Il nous reste, nous Français, à devenir les acteurs principaux de notre redressement économique. Du côté des consommateurs, ce sont nos emplettes qui sont nos emplois. Et de celui des producteurs, c'est la qualité du produit, de ses usages, et des services qui y sont associés (ce que l'économiste Philippe Moati appelle les effets utiles), notamment leur longévité, qui sont la garantie qu'exigent les nouveaux consommateurs que nous sommes.

Des blogues et des sites militants portent maintenant depuis plusieurs années l'étendard de notre production. La fabrique hexagonale est le plus emblématique d'entre tous, le seul à publier très régulièrement d'authentiques guides d'achats (que l'auteur met à jour).

Le site madeinfrance est son parfait complément puisqu'il s'intéresse à nos productions du côté des fabricants, éditant un annuaire très complet.

Enfin, l'auteur de ce blogue rappelle à ses lecteurs qu'il est un consommateur expert dans ce domaine et qu'on peut le contacter via son adresse électronique disponible dans la colonne de gauche de son blogue pour lui demander conseil ou simplement lui fournir une information.

18:13 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : made in france, noel |  Facebook | | |

vendredi, 30 novembre 2012

Sac de noeuds à Florange

Tout en ayant peu apprécié la sortie tribunicienne de Montebourg, je n'en reconnais pas moins qu'il y a un vrai problème à Florange. 

Si j'ai bien compris l'enjeu, il y a deux unités à Florange : l'une dont l'activité est rentable et l'autre pas. Mittal veut se débarasser de la seconde. Il y a bien des repreneurs mais pour les deux unités seulement, pas uniquement pour celle qui n'est pas rentable. Mittal veut bien revendre la pas rentable mais il veut garder l'autre.

Si la pas rentable ferme, c'est un branche industrielle qui s'éteint définitivement en France alors qu'elle est surtout victime de la conjoncture.

Que faire alors ? Cahuzac a juré que le gouvernement trouverait l'argent nécessaire à l'indemnisation en cas de nationalisation mais là, je suis très sceptique : ce gouvernement devrait cesser avec ce type d'annonces. Soit il a les moyens de dégager des fonds par des réductions de dépenses publiques, et dans ce cas, il l'annonce carte sur table en précisant d'où il tire l'argent, soit il vaut mieux qu'il se taise.

Si ce n'est qu'un coup de bluff, la manoeuvre est particulièrement inepte et ne trompe personne.

Je n'aime pas vraiment le principe d'une nationalisation a fortiori contrainte. Bayrou a bien résumé la problématique en faisant observer que cela ne se faisait pas comme cela et qu'il fallait une indemnisation juste, primo, et que secundo, il fallait tout de même interroger les perspectives du marché de l'acier avant de se lancer dans un projet aussi hasardeux.

Comme le dit Bayrou « La nationalisation, n'est pas un but mais un moyen ! La vraie question est : industriellement, que peut-on faire ? Nous sommes dans une situation où tout le monde sait que la consommation d'acier s'effondre en Europe et que ce que nous exportons va être produits sur place dans un certain nombre d'autres marchés : Chine, Inde, etc. Nous avons un problème de surcapacité. Est-ce que ce que nous allons produire à Florange va trouver des clients ? Si cette production ne trouve pas son marché, nous allons nous retrouver avec ce site sur les bras. Dans les circonstances où nous sommes, alors qu'il n'y a pas d'argent, ce serait une situation extrêmement risquée »

Je ne connais pas assez les technologies associées à l'acier pour pouvoir exprimer une idée pertinente, mais je pense en revanche que nous n'avons pas intérêt à entretenir une production du XXème siècle. Si Florange est sauvée par l'État, il faut alors songer à une reconversion vers un acier de haute technologie et viser des applications et utilisations ad hoc. En somme, il faut avoir un projet technologique et industriel. Je ne crois pas que le gouvernement en ait un en tête à l'heure actuelle.

00:09 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (24) | Tags : florange, acier, bayrou, montebourg |  Facebook | | |