Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 07 novembre 2012

Les aides à la presse

Emmanuel Beretta se demande s'il faut aider toute la presse ou quelques titres seulement : de fait, Aurélie Filipetti envisage de sérieusement réduire la voilure en concentrant les dispositifs sur la presse d'information seulement.

Si intellectuellement j'adhère au point de vue d'Aurélie Filipetti, dans la pratique, je juge ce qu'elle envisage de faire très dangereux. Sur quel critère peut-on juger vraiment ce qui relève de l'information ou pas ? Les magazines de loisirs délivrent aussi de l'information...sur les loisirs...

Ceci revient à ce que l'État décrète ce qui est bon ou pas et, en matière de liberté de la presse, je troupe ce principe très inquiétant. 

Même si nous vivons en démocratie, il est de toutes façons dangereux par essence de fonctionner avec une presse subventionnée. Quand bien même les gouvernants seraient transparents, respectueux et exemplaires, il y a quelque chose de vicié dès lors qu'un magazine ou un quotidien devient financièrement dépendant d'un État et donc d'une majorité politique.

La France est un pays étonnant : c'est une nation aux moeurs démocratiques, c'est incontestable, mais elle accepte un grand nombre de mécanismes de fonctionnement qui eux, ne le sont pas.

Certes, Montesquieu fait à très juste titre valoir dans son Esprit des Lois que le moteur du régime républicain, c'est la vertu, et ce bien avant les institutions, il n'en reste pas moins qu'en dénaturant ces dernières, on pousse à l'évidence au vice.

Mon affreux libéral favori * juge notre presse nationale aussi coûteuse qu'affligeante. Je ne suis pas certain de le suivre complètement. Je veux bien lui concéder qu'elle n'est pas fameuse, mais je crains ce qu'il surviendrait si elle disparaissait. D'ores et déjà, on fait l'économie de correcteurs fiables, l'information est de moins en moins vérifiée et de plus en plus relayée. Les portes s'ouvrent en grand pour les rumeurs et une désinformation d'un nouveau genre : au lieu d'être la voix de son maître, elle prospère désormais sur le ruissellement indiscernable des réseaux de toutes sortes.

D'internet peut surgir le meilleur mais aussi le pire. S'il est un phénomène de nature démocratique c'est bien celui-là. Sauf que j'entends pas démocratique exactement le sens celui que les Grecs et particulièrement Aristote lui donnaient.

C'est au Livre VI de sa Politique, particulièrement dans le chapitre 4 qu'Aristote examine les diverses formes de démocratie. Aristote estime que c'est l'égalité entre citoyens qui assure sa forme la plus pure à la démocratie. Mais que ce soit la multitude qui fixe à la place des lois ce qui est bon ou non et la démocratie vire à la tyrannie la plus insidieuse. Une voie royale s'ouvre alors aux démagogques de toutes sortes.

C'est un peu un phénomène similaire que je crains avec Internet. Chaque voix se vaut, mais toutes ne sont pas autorisées de la même manière et c'est celle de la multitude qui finit par l'emporter sur celle de la vérité.

Nos journalistes ne sont peut-être pas extraordinaires, mais, dans leur ensemble, ils respectent  une métholodologie digne de ce nom en contrôlant à peu près l'information brute qu'ils reçoivent.

Les enquêtes cèdent parfois à la facilité mais, quels que soient leur travers, ces derniers seront toujours moindre que ceux de celui qui parle le plus fort.

Je ne suis pas certain que mon affreux libéral favori perçoive bien les conséquences de ce qu'il prône. De fait, il croit en internet comme en la vertu immanente des marchés : selon lui, la qualité s'imposerait spontanément et s'assurerait non moins spontanément un équilibre financier satisfaisant. Comme la main invisible qui régule heureusement les marchés en somme.

En dépit des exemples qu'il donne, notamment américains, je ne crois pas à la chose. La mauvaise herbe chasse la bonne plante, et, même si la plante n'est pas bonne, ce qui vient ensuite est pire.

Voilà qui m'amène dans une déplorable aporie :

- soit l'État aide la presse et il restera un semblant d'analyses et de tris dans la sphère journalistique mais alors la presse n'est plus vraiment libre.

- soit l'État se retire complètement mais, comme la nature a horreur du vide et les fonds d'investissement des activités qui ne sont pas rentables, le journalisme "citoyen" s'engouffre dans la brèche et le règne de l'opinion, su scoop, de la rumeur, vient.

Je me doute que mon affreux libéral favori, et il ne sera pas seul, m'objectera qu'il existe une troisième voie : un modèle économiquement viable. On l'attend toujours.

* Observez que sans avoir pris la peine de chercher un lien ad hoc, je connais tellement bien mon vil exploiteur du peuple, mon koulak électronique (que le Grand Satan Américain, prétendue patrie du capitalisme, l'emporte), que sans même me référer à un billet ad hoc, puisque je parcours et feuillette quotidiennement ses écrits, je suis capable de restituer quasi infailliblement ses positions sur la presse :-)

13:30 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : presse |  Facebook | | |

mardi, 06 novembre 2012

Les 35 heures, un problème ?

J'entends crier haro sur le baudet de toute part dès que l'on évoque les 35 heures (je parle de la durée légale de la semaine de travail). Pour ma part, je n'ai jamais pu me faire une religion sur la question.

Si je juge que cela s'est avéré une erreur dans la fonction publique car cela générait des coûts ou amoindrissait l'efficacité du service public, dans la sphère privée, en revanche, telle que la loi a été appliquée, je n'ai pas constaté que les conséquences de la mesure aient été dévastatrices.

Qui en demande d'ailleurs la suppression ? Certainement pas les patrons et les entrepreneurs. La controverse est devenue exclusivement politique ou presque ce qui revient à dire qu'elle ressort désormais de l'idéologie.

Revenir sur cette durée n'aurait d'autant plus de sens aujourd'hui que l'on ne reviendra pas en revanche sur les rythmes déments qui caractérisent l'existence professionnelle de bien des cadres notamment quand ils sont passés hors-convention.

D'ailleurs, personne ne s'accorde pour chiffrer ni même  mesurer précisément les conséquences exactes de la mesure.

Le mal qui frappe l'économie française est bien antérieur à l'apparition des 35 heures. A vrai dire, quand je discute autour de moi, je ne vois pas qui travaille 35 heures en dehors de la fonction publique ou des entreprises nationales (et encore, pas toutes et pas pour tout le monde). Cette loi est en réalité un leurre qui n'a touché qu'une partie des salariés.

Dernier point enfin, nonobstant les éventuels coûts de la mesure, il faut admettre que de devoir réduire le temps de travail nécessaire pour vivre est dans son principe un progrès.

Tant qu'Adam et Ève ont vécu en Éden ils n'ont pas eu à travailler. Ce n'est qu'une fois chassés qu'ils ont dû gagner leur pain à la sueur de leur front. Alors, tendre vers l'Éden originel, l'Âge d'Or d'un Saturne dont l'étymologie indique largement sa parenté avec notre satiété, quel mal au fond ?

00:15 Publié dans Economie, Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : 35 heures |  Facebook | | |

mercredi, 24 octobre 2012

L'art de chercher la contrefaçon

Il paraît que la contrefaçon enfle démesurément en France même si les Français commencent à y regarder de plus près quand ils achètent.

Bien sûr, les industriels de toutes sortes glapissent, particulièrement dans le textile. Mais moi, j'observe un petit détail : que trouve-t-on de plus contrefait ? Eh bien ce qu'il y a de plus délocalisé.

Parfois, le pompon, c'est quand de la marchandise de contrebande arrive en France après avoir été fabriqué dans la même usine chinoise que le bien d'origine.

Armor Lux, ce n'est jamais contrefait. Archiduchesse, bleu forêt, Méphisto, Caulaincourt, Repetto, Ad Confection, Tuff's pour en citer quelques uns, non plus. Mais eux, ils produisent en France...

Je ne dis pas que faire local c'est la panacée, mais il est clair qu'en racourcissant les circuits, on complexifie la difficulté pour les faussaires...Ce pourrait être à méditer pour nos experts ès délocalisations qui nous refourguent en France du toc venu du sud ou de l'est...

samedi, 20 octobre 2012

Coca-cola produit en France !

Pour une surprise ça a été une surprise : en lisant le dossier consacré au Made in France dans le magazine du Parisien, hier, j'ai appris que Coca-Cola produisait son coca en France. Quatre usines de coca-cola pour alimenter la marché français.

Voilà qui tombe bien, c'est ma boisson favorite. Moi qui culpabilisais, je peux faire mon diabète tranquille, maintenant.

En fait, je me rends compte que j'étais passé complètement à côté de leur campagne publicitaire en 2009.

Ils avaient fait un slogan du Made in France en choisissant «Made in France. Avec fierté» comme étendard emblématique de la promotion de leur boisson.

Espérons que le Coca-Vanille et le Coca Cherry, mes deux variantes favorites y soient produits aussi.

Je me demande tout de même ce qu'ils peuvent bien fourrer dans leur recette. Je distingue parfaitement le coca de toutes les autres marques de cola et c'est l'original uniquement qui a mes faveurs...

vendredi, 19 octobre 2012

Made in France au Parisien

Je suis allé de ravissements en ravissements en lisant le très bon dossier du Parisien d'aujourd'hui consacré au Made in France.

En fait, pendant une semaine, une journaliste a cherché à n'acheter que des produits made in France. J'ai reconnu parmi les marques qu'elle citait un certain nombre de celles qui ont fait l'objet d'un billet ici, que ce soit les éponges spontex, le papier-toilette lotus, les stylos bic, les machine à laver Brandt ou encore mes fameux jeans girondins Tuff de Florac à 59 euros.

Comme moi, la journaliste s'est rendue à plusieurs reprises chez la Fabrique Hexagonale, l'un des sites de référence que je consulte.

J'ai également eu grand plaisir à lire l'entretien donné par Arnaud Montebourg au Parisien. Il y prône la mise en place un label Made in France, propose de promouvoir celui qui a été créé par Yves Jego, Origine France Garantie, et observe que les États membres sont favorables à l'établissement de labels nationaux pour les lieux de production. Ben, c'est bien mon Nono. Mais là, va falloir en parler à François, parce que maintenant que tu mets les pieds dans le plat européen (bienvenue au club, inscris-toi au MoDem et va tape la discute avec Marielle de Sarnez à ce sujet) tu vas découvrir que c'est la croix et la bannière puisque les États se contorsionnent dans des contradictions pour les moins surprenantes : d'un côté ils passent par-dessus la tête du Parlement pour décider ce qu'il convient de voter et faire appliquer pour l'Europe ou non et de l'autre ils réclament une mesure qu'ils combattent à huis clos. Scizophrènes ? Dédoublements de personnalités morales ? Alllez savoir...

Il faut donc espérer que François (le Président) soutienne sincèrement Nono Montebourg au conseil des États européens pour promouvoir les propositions de François Bayrou (eh oui, nous sommes exactement dans ce qu'il présentait aux Français comme projet pendant les présidentielles).

Pour revenir au Parisien, courez acheter le numéro d'aujourd'hui : précieux documents ! Par exemple, en pages 56  et 57 du dossier  une carte de France des usines françaises qui produisent les achats réalisés par la journaliste testeuse pendant une semaine.

Melclalex a eu l'amabilité de me communiquer l'ouvrage de Montebourg sur la démondialisation. Je vais le lire en entier et en faire une critique sérieuse. Mais comme j'ai déjà feuilleté les premières pages, j'ai vu que Nono Montebourg préconisait à l'Europe de mettre en place un véritable protectionnisme. Si Nono entend par là qu'au sein de l'Europe, sur le marché européen, les règles doivent être les mêmes pour les entreprises qui produisent en Europe et celles qui produisent ailleurs, là, d'accord et c'est d'ailleurs ce que dit Bayrou. Mais s'il s'agit de mettre en place des barrières douanières, alors là, non, parce que nous allons y perdre en exportations et parce que de toutes façons, l'imbrication des différentes industries de tous les pays est telle que nos propres industries ne peuvent se passer de fournisseurs étrangers pour certaines parties de leur production.

Bref, on en rediscutera. Espérons simplement, maintenant qu'il commence à avoir la tête froide, que les projets de Nono Montebourg connaîtront des réalisations concrètes.

Et pour ce qui est d'amener l'Europe à reconnaître les productions nationales, rendez-vous aux européennes de 2014. Je fais toutefois observer à Nono Montebourg que quand je fais valoir ce point de vue, on me qualifie de nationaliste à gauche (mais aussi chez les libéraux, un comble...).

18:25 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : made in france |  Facebook | | |

jeudi, 18 octobre 2012

Montebourg découvre le Made in France...

Hop, c'est Melclalex (un ancien soutien de Montebourg pendant les primaires socialistes) qui l'affiche : Arnaud Montebourg habillé en made in France avec montre et robot fabriqué dans notre pays.

Tiens, c'est PMA qui se foutait de ma g... en commentaires d'un billet parce que j'ai expliqué sur mon blogue comment acheter une machine à laver française.

Peut-être que l'exemple venu d'un ministre de gauche en titre va enfin lui faire comprendre que la manière de dépenser son argent est un acte politique et que le faire savoir également.

Allez, encore un petit effort, Monsieur Montebourg : il ne vous reste plus qu'à lire deux ouvrages intéressants. 1. État d'urgence de François Bayrou 2.Produire en France c'est possible de Robert Rochefort.

Vous allez y trouver des idées. Propulser des labels explicites sur l'origine des produits par exemple.

Je vais acheter le Parisien, évidemment, puisque la une doit être celle du 19 octobre.

D'après le lab d'Europe 1, il vante d'autres marques françaises pour d'autres produits à l'intérieur du journal. Il commence à comprendre, c'est bien. Je ne fais pas autre chose depuis un moment ici.

Je pense que Montebourg est aux abois car il a compris qu'on lui a confié une mission très difficile. Terminé les moulinets et la phraséologie, il faut aller au charbon et franchement, il y a des coups de grisou à tous les tournants de galerie.

Je n'ai pas de détestation pour Montebourg. S'il s'engage résolument dans le redressement de notre industrie, bien évidemment, il aura mon soutien. Je lui suggère toutefois une mesure cosmétique préalable : changer le titre de son ministère. Redressement productif, cela ne donne pas une image sérieuse de sa fonction. Qu'il soit le Ministre de l'Industrie et du Commerce, tout simplement.

Cela étant dit, je l'engage vivement à réfléchir aux propositions de François Bayrou sur le sujet.

A ce sujet, il y a un salon du made in France à l'espace Champerret à Paris les 9,10,11 et 12 novembre à Paris. Venons-y nombreux.

dimanche, 07 octobre 2012

La main invisible

Quoi de plus drôle que de lire les éructations d'un socialo (de préférence avec les cheveux gras) sur la fameuse main invisible d'Adam Smith. Au demeurant, ce qu'il y a de drôle, c'est que ce concept est mineur chez Adam Smith et que ce sont ses successeurs, surtout, qui s'en sont emparés.

Nos socialos se prennent pour des Voltaire en herbe en acceptant implicitement une définition leibnizienne de la main invisible, comme si ses tenants, à l'instar du Pangloss béat de Candide, jugeaient que tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes et que le marché était naturellement efficient.

Cette acception mérite une correction radicale : 

La théorie de la main invisible affirme que si chaque consommateur peut choisir librement ses achats et si chaque producteur peut choisir librement les produits qu'il vendra et la façon de les produire, alors, le marché évoluera vers une situation mutuellement bénéfique pour tous les agents.

C'est en tout cas la réinterprétation qu'en fait Pareto, et je m'accorde avec cette lecture.

Tout le problème réside dans le «si» et dans le «librement». 

Comme plusieurs lecteurs ont pu le constater, je me suis intéressé ici principalement à la liberté du point de vue du consommateur et, pour moi, elle consiste d'abord dans la possibilité pour lui d'être informé sur ce qu'il achète. Dès lors qu'il a cette information, il commande le producteur, et, dans ce cas, j'agrée tout à fait l'idée que le marché évolue vers une situation mutuellement bénéfique pour tous ses acteurs.

Le problème, c'est que l'on est loin du compte. Très loin, même. La concurrence libre et non faussée à la sauce TCE a quasi-occulté cet aspect alors qu'il eût dû être essentiel.

Être informé sur un produit c'est avoir la possibilité de savoir où il est produit, comment, ce qui le compose et quels sont ses effets.

Le jour où le consommateur disposera de toutes ces informations avant de pouvoir acheter un produit, on aura fait une première moitié de chemin vers une société économiquement libérale

Voilà pourquoi, pour ma part, je me suis tant engagé derrière le label que Bayrou proposait de mettre en place, et, plus généralement, derrière l'idée centriste qu'il portait qui était que bien loin d'être une portion de cerveau disponible, le consommateur avait vocation à devenir «consommacteur» dans la sphère économique. A cet effet, les puissantes et efficaces associations de consommateurs démontrent, par leur vitalité, que l'association est la cellule politique de base dans une société libérale.

Une telle réflexion sur la main invisible mérite d'être collective. Voilà pourquoi j'invite les blogueurs libéraux à répliquer à leur tour à la gauche qui s'essaie systématiquement à caricaturer l'esprit du libéralisme.

Xerbias, Libertarien, Alexandre, Hashtable, le Parisien libéral, Objectif Liberté, Aurélien Véron, Lupus, Humeurs de vache, Libertas, blogs emblématiques dans la sphère libérale, sont cordialement invités à proposer leur propre définition de la main invisible, pour autant qu'ils admettent que ce qu'en dit Adam Smith n'est pas suffisant pour s'en faire une idée claire. J'ajouterai à tous ceux-là un blogueur que je ne connais pas mais dont je lis parfois le blog : Nicomaque. Je subodore que son nom ne doit rien au hasard et se réfère à une oeuvre aristotélicienne culte pour moi, l'Éthique à Nicomaque.

Parmi les politiques blogueurs, j'ai déjà lu Alain Lambert se revendiquer du libéralisme. Comme il se mêle assez facilement au petit peuple des blogueurs, je le tague aussi...

Si le libéralisme veut s'extraire de la caricature à laquelle on le réduit (et à vrai dire à laquelle certains libéraux se prêtent aussi parfois...) un débat d'idées doit pouvoir émerger sur les grands concepts libéraux tant je crois profondément qu'ils ont vocation à être revisités.

dimanche, 30 septembre 2012

L'excellente idée de Spontex

Je me demande si cela ne vaudrait pas le coût/ le coup que je publie un guide du Made in France, moi, parce que je commence à devenir bon dans ce domaine :-)

Comme j'ai dû l'écrire il y a quelque temps, je regarde aussi l'origine de fabrication de mes produits ménagers et j'achète pour cette raison tous les produits Spontex fabriqués en France. On y compte les éponges, simples et grattantes.

Il y a deux raisons pour jeter une éponge : soit elle part en morceaux, soit elle sent mauvais. On arrive la plupart du temps plus souvent au second cas qu'au premier. Perso, je déteste les éponges qui puent. Et le nettoyage à la javel simple ne vient généralement pas à bout des odeurs s'il ne s'agit que d'un simple trempage.

Mais là, Spontex a trouvé une belle astuce : ses éponges, plus exactement, celles qui ont une surface noire grattante renforcée, passent au lave-linge et au lave-vaisselle ! Et elles supportent 70° de température. 

Alors ça, c'est sympa, parce que cela n'a pas l'air dit comme ça, mais les éponges, cela finit vite par représenter un budget par forcément négligeable quand on fait les comptes sur l'année.

Bien sûr les éponges ne sont pas éternelles et elles finiront tôt ou tard par s'effilocher, mais je les aurais usées jusqu'à la corde. 

Ces éponges coûtent un peu plus cher que des éponges lambda produites probablement en Asie mais sur la durée, elles sont plus rentables.

Comme quoi, on peut acheter Made in France et dépenser moins.

Quand je pense que je m'étais inscrit au service wikio shopping qui n'a finalement pas eu de lendemain : on ne nous proposait que de commenter des produits high-tech ou presque alors que moi, mon truc, ce sont les serpilières, les éponges, les seaux et les balayettes ou, dans un autre registre, les vêtements...

vendredi, 21 septembre 2012

Et hop, 12 archiduchesses pour ma petite duchesse !

Après une exploration relativement méticuleuse des boutiques de production de chaussettes pour enfants made in France, j'ai fini par porter mon choix sur Archiduchesse. Six euros la paire, ce n'est vraiment pas donné, mais c'est moins cher que ses concurrents français et de surcroît, les chaussettes ont l'air joliment filés si, du moins, le site ne ment pas. Notez qu'en soquettes, le prix unitaire tombe à 4.50 euros la paire.

J'avais trouvé Broussaud mais un catalogue sans prix et sinon un lien renvoyant vers Archiduchesse pour les achats en ligne : ils ont fusionné ??? Restait  Labonal qui faisait des prix relativement similaires mais les coloris n'étaient pas la tasse de thé de ma petite dernière.

Il y avait quelques autres fabricants mais dont les prix étaient vraiment trop élevés. J'achète des chaussettes, pas du caviar...

Pour le prix, j'ai fait un choix : consommer moins en quantité mais mieux en qualité. Je ne ferai pas l'acquisition de monceaux de chaussettes à bas prix comme je le faisais jusqu'ici, mais je table sur la qualité des chaussettes achetées pour pouvoir les faire tourner sur deux semaines complètement. Il y a intérêt à ce que je ne sois pas déçu parce face à des chaussettes made in ailleurs, là, c'est tout de même deux à trois fois plus cher.

Associées à la robe AD Confection que je lui ai acheté récemment, l'ensemble devrait faire fureur :-)

Nouveau challenge à venir pour moi : je dois changer les baskets de mon aîné, et il faut que j'en trouve de fabrication française.

vendredi, 14 septembre 2012

CSG et charges : Sapin a lu Bayrou ?

J'étais tranquillement en train de faire ma revue de presse sur google actualités ce matin quand je m'arrête sur un article de l'Expansion à propos des charges trop importantes sur les CDI. Sapin voudrait les baisser et procéder à un rééquilibrage avec les CDD. Je parcours donc machinalement l'article mais tombe soudainement sur ceci :

 "La seule question posée" est de savoir si "le financement de l'assurance maladie ou de la solidarité familiale doit reposer uniquement sur le travail. La réponse est non, ça doit reposer sur l'ensemble des revenus", a jugé le ministre du Travail.

C'est texto ce qu'a écrit Bayrou dans son État d'urgence en août 2011 juste avant les Présidentielles et ce que l'on s'est échiné à faire valoir au MoDem depuis.

Bon, très bien, je ne vais pas protester mon gars : tu veux élargir l'assiette de la CSG, c'est exactement ce que je pense, mais fais-le, maintenenant.

Parce que voilà, est-ce que Sapin aura le courage d'aller jusqu'au bout ? si la CSG doit concerner l'ensemble des revenus, certes, elle va toucher ceux du capital mais aussi ceux de l'aide sociale : les retraites, les allocations familiales, tout, quoi. Moi, je trouve cela juste et je soutiendrai cette mesure si les Socialistes la prennent. Je crois que Bayrou la soutiendra aussi.

Le problème, pour la gauche, c'est que pour avoir promis de raser gratis en soutenant son candidat, ça va être un peu plus dur d'appliquer une mesure de Bayrou...

Évidemment, elle pourrait s'en tirer en ne taxant que les revenus des capitaux, mais si le gouvernement socialiste fait cela, il risque de décourager l'investissement dont il a tant besoin pour relancer son industrie car alors, la CSG pèserait trop lourdement sur les rendements qu'exigent les investisseurs. Il faut donc un équilibrage. Attendons la suite avant de juger...

Camarades Socialistes, si vraiment vous avez l'intention d'appliquer le programme économique de Bayrou (enfin, une partie, parce que le matraquage fiscal n'en faisait pas partie, lui, en revanche, de ce programme, pas plus que la multiplication excessive des emplois publics, d'ailleurs) pouvez-vous également penser au label Made in France, au Conseil stratégique associé au fonds d'investissement, évidemment, et à la fiscalité attractive pour le capital-risque ? Ce seraient de bonnes avancées et j'aurais moins d'hésitations à vous accorder ma voix lors des seconds tours à l'avenir...

Ah, dernier détail, électeur de gauche, si tu approuves ces mesures, pourquoi ne pas voter MoDem et Bayrou, désormais, afin de mettre en adéquation ce que tu entends et ce qui sera appliqué lors des élections ? N'hésite pas à venir en discuter ici...

11:24 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : sapin, bayrou, csg, modem |  Facebook | | |