« Le Hollandais Volant | Page d'accueil | Au fait, pourquoi Israël attaque à Gaza ? »

vendredi, 16 novembre 2012

Et que ferait le ministre libéral des laissés pour compte ?

Je me définis souvent sur ce blogue comme libéral, libéral-social plus que social-libéral, d'ailleurs. Je côtoie évidemment d'autres blogues libéraux et apprécie souvent la rigueur de leurs observations. J'ai mis  récemment un certain nombre de blogueurs au défi de se glisser dans la peau du Ministre de l'Industrie avec pleins pouvoirs sur Bercy. Hashtable a répondu. J'avais dit que je passerais au fil de l'écumoire les réponses que j'obtiendrais et je tiens parole.

La libéralisation des transports ? Je suis sceptique. A vrai dire, je ne suis pas un gauchiste et donc, je ne vais pas hurler à la mise à mort du service public. En revanche, ce que je crains, c'est le risque de voir le territoire se mailler de plus en plus mal : il suffit de considérer la politique de la SNCF ne serait-ce qu'avec les trains régionaux pour comprendre que sans plan à long-terme pensé par un agent soucieux de favoriser le développement économique de toute la région il ne resterait plus que des compagnies de bus privées, et encore, uniquement sur des trajets considérés comme rentables. On peut critiquer la France, mais ses réseaux de communication sont considérés comme l'un de ses principaux points forts. Il semble donc que l'État n'ait pas si mal réussi dans ce domaine. Quant à augmenter le nombre de taxis à quoi bon alors que ceux qui existent déjà roulent pour l'instant au pas. Le problème n'est pas le nombre de taxis dans les grandes agglomérations mais la congestion du trafic.

La libéralisation de l'énergie ? D'accord tant qu'il s'agit d'usages non dangereux. Ce qui signifie en clair non pour le nucléaire et a fortiori pour le gaz de schiste. Les contrôles de sécurité ne me paraissent déjà pas fameux à EDF aujourd'hui mais je n'ose imaginer ce qu'il se produirait si une société qui envisageait de pouvoir réduire les coûts sur la sécurité en prenait le contrôle. Quant aux gaz de schistes les accidents sont peut-être rares mais il en suffit d'un seul pour détruire toute la nappe phréatique parisienne par exemple. Pour toutes les autres énergies, en revanche, pas de problèmes, vive la concurrence.

J'ai bien comprisle raisonnement d'Hashtable sur la libéralisation de la couverture sociale. Il est très probable qu'il s'ensuivrait un effet de relance par la demande dans un tel cas de figure car les individus disposeraient d'un surcroît de pouvoir d'achat. Mais primo, ce surcroît serait illusoire car ce serait de l'argent qui ne serait pas épargné pour l'avenir et secundo, nous ferions flamber nos déficits car les gens se précipiteraient sur les consommables. Enfin, il y a une question que je me pose : quid des accidentés de l'existence (femmes seules, chômeurs de longue durée issus de l'industrie déliquescente par exemple, femmes d'agriculteurs et cetera...) ? Que chacun couche le soir dans le lit qu'il aura fait le matin, je le comprends mais cela renvoie à une certaine forme d'indivualisme de type "chacun pour sa pomme". Pas de filet de sécurité dans la vie, je ne suis pas certain que cela soit réjouissant par les temps qui courent.

Simplification fiscale et diminution des taxes pour les entreprises, je suis pour mais la flat tax d'Hashtable est-elle suffisante pour que l'État puisse poursuivre ses missions et si oui, à quelles conditions ? Si Hashtable prévoit des économies, lesquelles ?

En somme, dans toutes les mesures de mon affreux libéral favori, je ne vois rien qui soit susceptible de relancer notre économie mais au contraire des risques de cigalisation avancée de notre société avec en miroir une aggravation des disproportions de nos échanges...

Mon affreux libéral favori va donc devoir revoir sa copie car là, à la lecture de son projet, je préfère d'assez loin en dépit de tous ses travers l'actuel politique socialiste. C'est dire....

23:56 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : politique libérale, libéralisation | |  Facebook | | | |

Commentaires

Je serais pour que l'Etat garde et gère les structures (SNCF, EDF, GDF...) et que la SNCF, l'EDF... ne soient plus que des distributeurs et que la concurrence soit réellement ouverte quitte à cassé les grosses structures pour en formé de plus petites et que l'Etat soit garant de cette concurrence.
L'Etat doit aussi redéfinir sa mission et son périmètre d'action.

Écrit par : AG59 | samedi, 17 novembre 2012

Le problème de ta critique, c'est que chacune de ces mesures a été réalisée dans d'autres pays lors de crises, et chacune ont ... été des succès.

Écrit par : h16 | samedi, 17 novembre 2012

C'est un pull à tous les libéraux de la toile !
En plus c'est vislard, H16 y n'écrit pas le samedi !

Je suis dubitatif quant à l'existence de filet de sauvetage déjà aujourd'hui. Je veux dire, ok, RSA tout ca c'est bien beau (je vais en être relativement bientôt bénéficiaire à coup sûr donc bon)...
Pendant la campagne présidentielle, mon ami de gauche m'a expliqué qu'il votait socialiste justement car "au cas-où j'ai un pépin l'Etat m'aide".

Mais quid de ce qui se passe quand c'est l'Etat qui est responsable de tes problèmes ? On réinvente le syndrôme de Stockholm ? Ou on se demande vraiment qu'est-ce que l'Etat pouvait faire pour nous AVANT que l'on soit dans les ennuis (ie augmenter le nombre critique de salariés d'une PME (célèbre 49), libéraliser certaines professions...).
Parceque le meilleur moyen contre la faillite (de l'Etat comme du particulier) c'est et ca restera toujours "mieux vaut prévenir que guérir". Maxime oubliée par nos dirigeants depuis bien longtemps...

Les peuples sont gavés à "l'Etat tout-puissant" depuis tellement longtemps que ca en devient désespérant. J'avais posé la question à des amis (ok, le QI de la fac ne vole pas haut) et beaucoup placaient l'Etat comme une entité au-dessus d'eux qui fixait les règles du jeu. Comme un hypothétique Dieu fixant les règles de la Physique (en général). Ca fait peur.
Tout ca pour dire que les libéraux (en général encore) sont pour une redéfinition de l'Etat. Le discours de Bastiat est assez clair là-dessus (j'ai trouvé un pauvre exemplaire orphelin de "Libres" à la fnac, vraiment bien comme livre et pas cher :pub:) et l'Etat tel que nous le connaissons va à sa ruine (si ce n'est pas déjà fait). Monsieur l'Hérétique (c'est bizarre comme formulation) connaît très bien les économies rêvées des libéraux, c'est à peine si elles ne sont pas relevées chaque jour sur Contrepoints xD (j'exagère, mais la répétition est et a toujours été la plus forte des figures de style...) !

Écrit par : Elphyr | samedi, 17 novembre 2012

Non au libéralisme, oui à l'euroscepticisme... Et moi qui croyait que ce blog était tenu par un libéral du Modem !

Écrit par : xerbias | samedi, 17 novembre 2012

Salut h16
Le truc sur lequel je suis le plus dubitatif c'est ton relèvement de salaire via le renvoi à la responsabilité individuelle dans chaque pays. Je veux bien que tu me cites un pays où les mesures que tu prônes fonctionnent d'autant qu'à ma connaissance, aucun pays au monde ne fonctionne en économie libérale...
@Elphyr
C'est une réflexion que je me fais souvent aussi. Mais il faut au moins un mécanisme de garantie. J'ai en mémoire les fonds de pension américains qui ont ruiné plusieurs épargnants retraités après une crise boursière et de mauvais (et très risqués) placements.
A vrai dire, si on appliquait la règle des comptes notionnels en France la question des retraites serait réglée...
Salut Xerbias
J'aurais été très étonné de ne pas avoir au moins un reproche après ce que je viens d'écrire.
Alors je précise mon propos :
- oui au libéralisme mais associé à de la solidarité et de la flexi-sécurité.
- oui à l'Europe aussi mais il faut la reconstruire : pas l'espèce de machin bureaucratique qui écrase tout esprit d'initiative et toute créativité à l'heure actuelle. Le fonctionnement est à revoir, notamment en donnant bien plus de pouvoirs au Parlement et en éliminant une bonne fois pour toutes les commissions et sous-commissions de toutes sortes qui oeuvrent sans aucun contrôle si ce n'est celui du Conseil européen et encore.
Et puis vois le site du Parlement européen : il est vraiment fait pour que l'on ne comprenne rien aux enjeux ni aux votes...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 17 novembre 2012

Je rejoins l'Hérétique sur l'Europe. je suis à fond pro-Europe fédérale (mettre en communs nos forces pour compenser nos faiblesses). Je trouve la notion même de patriorisme erronée et inutile (nous agissons par intérêt, pas par conviction en un étrange mot appelé "nation") dans notre Europe moderne (post WW2).

Écrit par : Elphyr | samedi, 17 novembre 2012

Je rejoins l'Hérétique sur l'Europe. je suis à fond pro-Europe fédérale (mettre en communs nos forces pour compenser nos faiblesses). Je trouve la notion même de patriorisme erronée et inutile (nous agissons par intérêt, pas par conviction en un étrange mot appelé "nation") dans notre Europe moderne (post WW2).

Écrit par : Elphyr | samedi, 17 novembre 2012

"On peut critiquer la France, mais ses réseaux de communication sont considérés comme l'un de ses principaux points forts."

Il faut vraiment le dire depuis Paris !!! Il y a plein d'autres destinations (Toulouse par exemple) mal desservies ET chèrissimes (Paris-Toulouse: 8h, 90€ ça fait rêver!)

Franchement il vaudrait mieux des bonnes compagnies de bus, meilleur marché et plus confortables comme en Amérique du Sud que ce non-service prodigué par la SNCF, et qui n'évolue pas vraiment depuis 10 ans...

Écrit par : Tiouz | samedi, 17 novembre 2012

@tiouz
Sauf à passer par Marseille, je vois plutôt des temps de trajet de 5h30.
Cela m'étonnerait qu'un bus en fasse autant. De plus, on peut tout de même un peu circuler dans un train, pas du tout dans un bus.

Écrit par : l'hérétique | samedi, 17 novembre 2012

Gaz de schiste : " il en suffit d'un seul pour détruire toute la nappe phréatique parisienne par exemple."

Mon dieu, vous n'hésitez pas sur le diagnostic, sur vous avez des infos bien vérifiées pour dire ça.

Écrit par : GG | samedi, 17 novembre 2012

@GG
Je n'ai pas trop envie de tester pour voir...

Écrit par : l'hérétique | samedi, 17 novembre 2012

C'est assez révélateur ces billets que vous avez lancé l'Hérétique ....
La partie sur l'énergie m'a pour le moins définitivement convaincu de l'essence politique du MoDem !

Ainsi vous êtes d'accord pour "libéraliser" les secteurs énergétiques du moment que ce sont des sources sans "danger" ?

1/ comme beaucoup de monde se tue à le répéter : Libéraliser ne veut pas dire Absence de règles ! Ce n'est pas parce que les constructeurs de voitures sont privés qu'ils vendent des pots de yaourts sur roulettes ! Les normes de fabrications régulées et vérifiées par l'état y sont légions, bien qu'aucune usine ne soit publique !

2/ Le nucléaire civil aura fait depuis le début de son exploitation environ 1000 à 5000 victimes (selon les sources).
Combien de morts pour l'exploitation du charbon ? 20.000 par ans !

Votre étrange réaction est bien celle de la belle ouverture d'esprit Française ....

Par contre sur les transports, vous avez raison s'il est une force Française c'est bien son maillage de transports. Oui la SNCF s'évertue à maintenir un réseau inter-urbain fort ..... Chez moi il y a un train qui fait la navette entre Handaye et Tarbes deux fois par jours. On part de Tarbes à 8h00 et on arrive à la plage 1h00 après ceux qui sont venus en voiture, pour le double du coût de l'autoroute et du gazoil routier .... Les trains sont donc étrangement vides !
Pourquoi maintenir un service personne n'utilise ?
Pour garantir la dépense publique ?

Quelques bonnes idées pêchées à droite ou à gauche ...

Vous êtes bien le miroir de Cire François Bayrou, une belle girouette électoraliste !
Souffler le chaud quand il fait chaud et le froid quand il fait froid !
Passé le marketing électoral que reste-il de vos "convictions" ?

Écrit par : La Coupe Est Pleine | dimanche, 18 novembre 2012

"- oui à l'Europe aussi mais il faut la reconstruire : pas l'espèce de machin bureaucratique qui écrase tout esprit d'initiative et toute créativité à l'heure actuelle. "

Je ferais plutôt l'inverse de votre proposition une gestion Fédéraliste des états ne peut être représentative !
Le parlement Européen et les conseils sont à jeter aux orties.
Quand un peuple est capable d'envoyer des J. Bové et des Le Pen siéger à une institution qu'ils condamnent ... Où est le bien de la démocratie ?

Les commissions et les sous-commissions de conseil de régulation, ont jusqu'ici produit d'excellents rapports .... Trop souvent détruits par un conseil des ministres "vendeurs de tapis" et des députés européens militants !

Écrit par : La Coupe Est Pleine | dimanche, 18 novembre 2012

Toutes les objections au programme de liberalisation "tous azimuths" sont sensées et nous faisons la même analyse à l'UMP.C'est totalement theorique et ça ne marcherait absolument pas dans le sens voulu.

1: Transports. Les liberaux se plaignent des lignes de RER saturées en IDF (soit disant parce qu'elles sont de statut semi-public)et nous assurent qu'avec une libéralisation complète il n'y aurait presque plus de problèmes.
Si les lignes de RER sont saturées c'est parce que ce moyen de transport est très avantageux en prix.Privatiser ferait remonter le prix du billet et on aurait moins de voyageurs sur le RER mais en contre-partie, plus d'embouteillages sur le réseau routier.Et ce n'est pas parce que des chomeurs ou n'importe qui d'autre seraient autorisés à exercer librement la profession de "chauffeurs de taxis" que ça résoudraitquoi que ce soi.

2: Renforcer le pouvoir d'achat.
L'hypothèse d'un reversement au salarié de toutes les charges payées actuellement par l'entreprise à l'URSSAF nous fait bien rire à l'UMP. Comment les salariés peuvent-ils être assez niais pour croire qu'un tel cadeau au patronat, leur serait "bisounoursement" reversé et n'irait pas dans les caisses de l'entreprise (au profit de l'investissement, des actionnaires, de la modernisation de l'entreprise, de l'embauche etc...).

3: Privatiser l'energie.
Inutile d'insister sur les lourdes fautes et négligences de l'operateur privé de Fukushima. Le constat de la privatisation y est accablant

Écrit par : supporter_françois_fillon | dimanche, 18 novembre 2012

@tous
Je crois que le débat engagé est intéressant
@la Coupe est pleine
Bon, je ne suis pas un étatiste non plus. Pour les petites liaisons territoriales pourquoi en effet ne pas libéraliser. Mais je crois que c'est déjà le cas dans pas mal d'endroits. En revanche, que cela produise des résultats heureux...Au final, les compagnies privées ne font ni mieux ni moins bien que la SNCF pour les bus, du moins.
Ce que vous dites sur le nucléaire civil avalise mon raisonnement. Je ne suis pas contre, je dis simplement que cela doit être très contrôlé.
Drôle de conception de la démocratie que de vouloir éliminer le Parlement et le remplacer par des commissions. Je fais exactement le raisonnement inverse...
@supporter de françois fillon
Il me semble qu'au sein des forces politiques "centrales" il y a à peu près un consensus sur tout cela.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 18 novembre 2012

Dimanche 18 novembre 2012 :

13h37 -

Michèle Tabarot, députée des Alpes-Maritimes, l'une des plus grosses fédérations UMP, fait état des soupçons de fraude dans les bureaux de Cannes et de Nice. Ce soutien de Jean-François Copé parle notamment de "fausses procurations" à Nice et d'une liste électorale incomplète et scindée "en trois" à Cannes.

Les huissiers ont été sollicités pour vérifier ces accusations.

http://www.bfmtv.com/politique/direct-congres-ump-militants-commencent-a-voter-385434.html

Écrit par : BA | dimanche, 18 novembre 2012

@supporter de françois fillon

Pour la sécurité du nucléaire notez tout de même que ce sont des ouvriers "d'état", soit de bien serviles fonctionnaires Ukrainiens, qui ont volontairement fait sauter Tchernobyl ... Donc la libéralisation de l'énergie ne sera pas forcément une perte de sécurité, tant que le couple Etat/Entreprise reste équilibré. L'état légifère, les Entreprises produisent. Tout du moins dans la logique de ce que devraient être les choses.

Quand à votre point 2, Sachez que c'est bien le législateur qui peut garantir le reversement du salaire brut à l'employé en ajustant le salaire minima ...

Maintenant balayer d'un revers de main l'hypothèse du libéralisme, c'est aussi refuser de se poser une question essentielle : Où se jettent les rivières de pognon que tout un chacun salariés comme patrons alimentent tous les mois ?

Je suis agriculteur, et je me demande encore la logique qu'il peut y avoir à dépenser 3€ pour chaque € de subvention que l'on me verse ?
Pourquoi il est maintenant illégal de dire qui est bénéficiaire de la PAC ? Les agriculteurs, mais aussi les associations, les syndicats, les entreprises ...

Puisque vous vous revendiquez UMP. (ceux que je nomme "socialistes de droite")
Sachez que je n'ai pas encore digéré, le beau marchandage médiatique orchestré par votre ancien chef. Soit le "Grenelle de l'environnement". Je tiens votre formation politique comme responsable du délitement de l'image médiatique de ma profession, mais aussi de la lente mais sûre décomposition de tous les progrès agronomiques accumulés depuis 60 ans.

Au nom de quoi ? Pour que Nicolas tente d'acheter les voix des Bobos Parisiens, vous avez vendu tout une profession qui était pourtant si fidèle à votre formation politique.

Se faire poignarder par ses "amis" est encore plus rude à admettre !

Écrit par : La Coupe Est Pleine | mardi, 20 novembre 2012

Écrire un commentaire