lundi, 20 janvier 2014

Municipales parisiennes : presse partiale

Je ne prête généralement pas trop foi aux accusations de partialité contre la presse, même si cela me démange souvent parce que les thèses complotistes et paranoïaques m'exaspèrent au plus haut point. Il n'en reste pas moins que la sphère médiatique est souvent marquée à gauche et que nombre de journalistes parisiens et/ou franciliens sont des bobos et leurs patrons des amis des puissants. Que la presse engagée telle que Libération, Le Monde, le Nouvel Obs, Marianne soit de gauche, à la limite, cela ne me choque pas, elle le revendique. Ce qui m'agace plus, c'est le positionnement insidieux des autres : le JDD, le Parisien, les gratuits façons Metronews ou 20Minutes qui sous couvert d'information neutre ont des prises de position qui consistent ni plus ni moins à dérouler le tapis rouge aux Socialistes et particulièrement à Anne Hidalgo.

Cette presse-là a passé son temps à évoquer les "dissidences" ou les "états de grâce" de NKM depuis plusieurs mois tandis qu'elle décernait satisfecit sur satisfecit à sa copine Hidalgo.

Cela m'agace mais je ne suis pas trop inquiet : quand la sphère médiatique en fait trop, cela se retourne contre elle et ceux qu'elle soutient. Plus elle en rajoute sur des sujets inconsistants plus cela profite à NKM. Ce que je juge simplement déplaisant c'est l'absence d'équité.

09:35 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : nkm | |  Facebook | | | |

dimanche, 19 janvier 2014

Coulée verte sur l'Avenue Foch, épisode II : la réaction d'Anne Hidalgo

Je n'ai pas encore la réaction de NKM mais j'ai celle d'Anne Hidalgo sur le projet de piétonisation de l'Avenue Foch. Je pensais que c'était elle qui avait commandité le projet. En fait, j'ai du mal à croire que ce ne soit pas son oeuvre. Elle propose de reporter la circulation sur les contre-allées. C'est un moindre mal par rapport aux inepties dont j'avais pris connaissance.

Au fond, il y a certainement quelque chose à faire dans le XVIème sur cette avenue, en effet. Le problème, c'est qu'Anne Hidalgo et la gauche dans son ensemble ne m'inspirent pas la moindre confiance. Ils se sont allègrement assis sur la population du XVIème depuis la première seconde de leur mandat parce qu'ils la détestent et qu'ils l'assimilent à l'UMP. 

J'ai lu le billet de Jean-François Martins, et j'avoue qu'il m'a laissé quelque peu sceptique. Déjà, c'est agaçant de décréter que ce projet serait humaniste ou progressiste et que tous ceux qui s'y opposeraient seraient nécessairement des conservateurs. Ce projet est urbanistique et ne devrait pas avoir de couleur politique. S'il s'agit d'en faire un enjeu d'affrontement bloc contre bloc, c'est très mal parti. Je n'aime pas davantage l'argument de «vouloir refuser l'entre-soi» comme l'écrit Jean-François sur son blog. Je me demande parfois s'il n'a pas un côté plus "furieux" encore que les ayatollahs du Front de Gauche . Ça veut dire quoi, cette phrase-là ? Qu'il faut créer des logements sociaux sur l'Avenue Foch juste pour faire chier les bourgeois du coin, c'est ça ? Ça commence bien. Si le MoDem avait porté ce genre de raisonnements pendant la campagne municipale qui s'annonce, je peux assurer que j'aurais rendu ma carte et cessé de le soutenir. L'esprit du centrisme, contrairement à ce qu'affirme Jean-François, ce n'est pas ça ; c'est le consensus. Anne Hidalgo le dit dans des termes plus policés (créer la mixité sociale) mais elle avoue ouvertement que le projet répond à cet objectif.  

A titre personnel, je suis plutôt d'accord sur l'idée de construire des habitations mélangées (pas des "logements sociaux") mais je veux des procédures d'attribution radicalement différentes de celles qui sont en vigueur aujourd'hui. De ce point de vue, je salue totalement la volonté de NKM de vouloir en modifier le fonctionnement, en introduisant, pourquoi pas, des jurys citoyens. Toutefois, je pense encore plus important de donner au maire d'arrondissement un droit de veto (ou au conseil de l'arrondissement) dans ce domaine. Je l'ai écrit, je me défie totalement de la gauche : je sais ce qu'ils ont fait dans le 15ème arrondissement de Paris. Ils y ont systématiquement importé des délinquants avec leurs "logements sociaux". Pardon, j'oubliais aussi les élus qui bénéficient de largesses...

Il y a autre chose sur laquelle j'accroche : Anne Hidalgo et les promoteurs du projet assurent vouloir accroître la végétalisation du quartier et pourtant, l'avenue est classée Zone Verte Urbaine. Alors ça veut dire quoi ? Au total, il y aura plus ou moins d'espaces verts sur cette avenue ? Autre chose : toute la zone qui borde le Bois de Boulogne a un statut spécial : c'est une zone urbaine verte. Pour construire des logements là-bas, il faut réviser le PLU. Cela créerait un précédent fâcheux, et, une fois encore, je me défie tout à fait des arrière-pensées socialistes et des vautours de l'immobilier qui sont derrière.

Opposition et Majorité peuvent peut-être s'entendre sur quelque chose d'intéressant pour Paris, mais cela suppose de la seconde de changer radicalement d'attitude et de donner des gages de sincérité. On en est loin.

17:48 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : avenue foch | |  Facebook | | | |

La coulée verte, c'est Avenue Foch, pas sur les Champs-Élysées !

Je me suis fié à l'annonce du JDD hier mais les termes en étaient peut-être ambigus puisque l'hebdomadaire parlait de "Champs-Élysées pour piétons" et "d'UNE artère".

Eh bien avec la version papier d'aujourd'hui, il s'avère que c'est l'Avenue Foch qui est visée par ce projet. Bien que je connaisse bien l'endroit, j'ai un peu de mal à me représenter son trafic. 1500 véhicules par heures d'après le calcul de la municipalité.

Il est vrai que cette avenue m'a toujours paru curieusement agencée, désertique, en effet, et sous-exploitée. Pour mieux se rendre compte des caractéristiques de cette avenue, le mieux est encore de jeter un oeil sur Google Maps.

C'est à Laocoon, le prêtre d'Apollon à Troie, que l'on doit cette formule fameuse quand les Troyens découvrent le Cheval de Troie dans l'Énéïde : timeo danaos et dona ferentes (je crains les Grecs, même lorsqu'ils font des présents). Vous me comprendrez si je pastiche Virgile et que j'écris "timeo socialistos et dona ferentes" ?

L'avenue Foch est la seule voie d'accès directe entre l'Étoile et la Porte Dauphine. Tous ceux qui voudront gagner ce secteur seront contraints à des contorsions improbables en automobile. Et c'est tout à fait évident que le report se fera sur les petites rues, pour l'instant plutôt tranquilles dans ce quartier.

La seule autre solution sera sinon d'emprunter l'Avenue Bugeaud puis de reprendre l'Avenue Victor Hugo, à partir de la place Victor Hugo alors qu'elle est déjà empruntée et que c'est un axe commerçant et vivant.

Dans le détail, 50% de l'Avenue Foch serait transformée serait destinée à la construction d'immeubles, mais il faut voir lesquels : hôtels de luxe, grands magasins, commerces en rez-de-chaussée et des bureaux. Les logements se feraient rares, évidemment, dans un tel ensemble. L'autre partie de l'avenue deviendrait un parc. Une sorte de grande passerelle surplomberait la Porte Dauphine comportant des espaces de conférence, un restaurant et peut-être une bibliothèque.

La gentrification dans toute son ampleur. Le Paris des bobos, quoi. 

Mais ce n'est pas tout : il y a une bande verte qui sépare le Bois de Boulogne des premiers immeubles d'habitation. Nos esprits fertiles en projets délirants proposent d'y construire des milliers de logements dont une grande partie sociaux. Dans cette zone jusqu'ici très tranquille, le Bois de Boulogne deviendra ainsi invisible. On ne sait pas trop ce que Marc Rozenblat, le promoteur immobilier du projet désigne par une bande de 2.4km2 de libre le long du Bois de Boulogne. J'imagine que la tentation de mordre dessus est très forte...

Goasguen a réagi, et pour une fois, je suis d'accord avec lui. Il y a une hargne incroyable du Soviet suprême socialiste à Paris contre le 16ème arrondissement. Faites le compte : un morceau du Jardin d'Acclimatation revendu, les Serres d'Auteuil réduites de moitié et rendues impraticables, le stade Jean Bouin enlevé aux Parisiens et donné à des clubs privés, la piscine Molitor en voie de privatisation, le stade Georges Hébert donné pour l'entraînement de Roland Garros, et ce n'est pas tout, il y a d'autres projets de démantèlement.

J'avais bien dit hier que le projet me rappelait quelque chose : je m'étais juste trompé d'avenue. Le guen, le député PS du 13ème avait fait une première proposition en ce sens il y a deux ans.

Le guen appartient à cette caste de technocrates réformistes que j'abhorre. Ces gens se passent bien des consultations populaires. Ils n'ont de yeux doux que pour les promoteurs immobiliers, les cabinets d'architecture et sociétés internationales, les fonctionnaires du FMI ou de Bruxelles, le microcosme médiatique et de manière générale pour toute cette oligarchie que je déteste, à titre personnel. Ces gens qui se connaissent et se délivrent des passe-droits auxquels le commun des mortels n'aura jamais le moindre accès. Quand ils sont socialistes, ils le font honteusement, en cachette, afin que le petit peuple qu'ils méprisent ne voient pas leurs turpitudes et l'étendue du mépris qu'ils lui portent.

Et quand on leur oppose la raison ils n'ont que la modernité et le progrès à la bouche, comme si on pouvait donner aux mots les plus creux la force de la réalité.

 Évidemment, tout le monde aime bien les coulées vertes. Je ne suis pas hostile à un réaménagement de l'avenue Foch mais je suis vent debout contre l'actuel projet socialiste et je demande, de toutes façons, une étude plus sérieuse que celles qui sont réalisées par des cabinets d'experts amis pour ne pas dire engagés.

Et puis ce qui m'énerve, c'est l'insupportable méthode socialiste : il y a une volonté systématique de mettre devant le fait accompli les habitants et les élus locaux. C'est, depuis 2001, le même mépris systématique de la démocratie locale, alors que ce projet, on aurait pu en discuter et aboutir peut-être à une proposition commune.

11:10 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : avenue foch, le guen | |  Facebook | | | |

Les Champs-Élysées, devenus un jardin, fermés à la circulation ?

Je dois attendre quelques heures pour acheter le prochain numéro du Journal du Dimanche ; je patienterai. L'hebdomadaire expose la dernière folie socialiste largement inspirée des projets délirants d'urbanistes au raisonnement quelque peu altéré.

Tenez-vous bien : l'actuelle municipalité veut interdire complètement les Champs-Élysées à la circulation en les transformant en gigantesque parc urbain avec commerces (de luxe, cela va de soi, les modestes n'intéressent pas le PS sauf quand ils sont dans l'est de Paris pour voter pour eux ).

Comprenons-nous bien : si l'on pouvait faire des Champs une grande artère verte sans générer un chaos monumental dans la circulation, sur le principe, je ne serais pas contre, mais il est bien évident qu'il va y avoir un report de trafic sans précédent tant cette avenue est empruntée.

Au passage, j'étais là, en 2010, quand les Champs ont été transformés en "jardin". C'est bien simple, c'était impraticable. Et je parle de marche à pied. Impraticable à pied en raison de la foule et de la place prise par les espèces de bacs à plantes géants sur la voie et sur les trottoirs.

Le pire, c'est que ce projet me dit quelque chose : j'ai le vague souvenir d'en avoir lu le projet quelque part, sur un forum d'architectes et d'urbanistes, me semble-t-il, il y a un certain temps. Pas moyen de retrouver où.

Si même Skycrapercity.com n'est pas au courant, c'est que le secret a vraiment été bien gardé. Même le sujet sur les Municipales ne touche pas mot de cette histoire. Rien non plus sur le thème news urbaines et architecturales

La suite demain, quand j'en saurai plus.

EDIT du 19/01/2014 : Eh bien si le JDD sur la Toile n'est plus capable de savoir ce que son édition papier va publier...Ce ne sont pas les Champs-Élysées mais l'avenue Foch.

00:54 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : champs-élysées | |  Facebook | | | |

vendredi, 17 janvier 2014

Les bonnes paroles de François Hollande

J'ai fini par prendre connaissance de ce qu'avait dit François Hollande pendant sa conférence de presse. La presse titre qu'il prend un virage social-libéral. On a le sens de l'humour dans la presse française. Le gouvernement socialiste vient d'assommer la France d'impôts comme jamais encore elle ne l'a été, les effectifs de la fonction publique continuent de croître et mis à part cela, Hollande est social-libéral. Drôle au possible.

Hollande compte alléger les charges sociales des entreprises de 30 milliards d'euros. Très bien, mais il va les prendre où les 30 milliards, alors que son gouvernement ne parvient pas même à faire rentrer le déficit budgétaire de la France dans les clous ? Et puisque les charges patronales financent les cotisations familiales, qu'est-ce qui va les remplacer ? Je ne vois que la solution d'un rehaussement de la TVA (c'est en effet le plus logique) mais cela va faire perdre en pouvoir d'achat tous les foyers français. Dans tous les cas de figure, 30 milliards, c'est une paille : probablement insuffisant pour espérer générer un choc de compétitivité. 

François Hollande commence à réfléchir à une simplification administrative, songeant à fusionner d'ores et déjà quelques départements. On verra une fois que cela sera fait. Sur le sujet, mon sentiment est qu'il sera difficile d'obtenir l'assentiment de suffisamment d'élus pour mener cette réforme sans casse. La solution est de placer les élus récalcitrants devant le fait accompli en consultant les Français par référendum sur la question. Il y a des économies à la clef, à condition de ne pas répliquer les erreurs qui ont fait de l'intercommunalité un gouffre financier : on se regroupe non pour dépenser plus à plusieurs mais bien pour réduire les frais de l'existant, pas pour construire une nouvelle pyramide de Chéops.

Bayrou et Borloo ont salué un virage tout en demandant à voir avant de soutenir. Moi, j'approuverai une fois qu'il y aura quelque chose de fait, et, de préférence, pas n'importe comment.

00:01 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : hollande, conférence de presse | |  Facebook | | | |

mardi, 14 janvier 2014

La pollution parisienne pourrait devenir aussi un enjeu économique

J'ai lu une dépêche AFP très instructive sur le devenir d'une grande cité submergée par la pollution. Il s'agit de Hong-Kong. La cité-État chinoise commence à perdre de son attractivité en raison du niveau de pollution insupportable qui l'atteint.

Si les acteurs politique parisiens ont dans l'ensemble une conscience assez aigüe des dangers que représente la pollution du point de vue de la santé et de l'environnement, ils n'en perçoivent pas forcément les enjeux économiques.

J'ai dit récemment que le bouclage du tramway, que propose Anne Hidalgo allait dans le bon sens, mais je dois pondérer mon propos. Il y a eu une erreur à la base dans ce projet car il a un coût faramineux. Construire tout un circuit avec voie réservée pour les bus et acheter une flottille de bus propres (GNV, électrique) eût été infiniment moins coûteux et tout aussi efficace en termes de mobilité, d'efficacité, de rapidité et de trafic. Alors évidemment, il n'y a plus d'autres choix que d'achever ce qui a été entamé, mais le décision initiale va peser très lourdement sur les finances de la ville.

J'ai pris connaissance des propositions de NKM pour lutter contre la pollution parisienne. C'est un bon projet pour tout ce qui concerne la circulation et je vois que NKM a pensé au métro, contrairement à Anne Hidalgo. J'y vois la patte du MoDem puisque Yan Werhling m'a confirmé que c'était bien cet aspect qu'il avait en tête quand il a coordonné le plan air de Marielle de Sarnez. 

Il ne faut toutefois pas oublier que la pollution atmosphérique est liée pour un tiers à l'industrie et un quart aux activités économiques locales (en particulier le chauffage au bois). Plus généralement, l'origine de la pollution est plus diverse qu'on ne le pense. Un document d'Airparif en fait une synthèse édifiante.

Il y a un point qui me laisse plus que dubitatif : j'attends la première étude qui me prouvera que le velib et autres mesures en faveur du vélo ont fait baisser ne serait-ce que d'un micro pour cent la pollution atmosphérique. Les équipements de vélo sont des équipements de confort. Tout le monde adoube le velib mais c'est une erreur et je pense sincèrement que les vélos électriques de NKM n'apporteront rien. Un joujou coûteux qui gagne à être abandonné pour faire porter l'effort sur les mesures efficaces.

L'idée de verser 6300 euros de prime aux artisans pour s'équiper de véhicules électriques est une bonne mesure parce qu'elle coûte bien moins cher que les aménagements et limitations chers aux Socialistes et est bien plus efficace.  Il y a près de 35 000 entreprises à Paris intra-muros. Même s'il fallait verser la prime à chacune d'entre elles pour un changement de véhicule, le coût total maximal atteindrait 200 millions d'euros environ, mais qui seraient étalés sur plusieurs années. Je rappelle que la municipalité socialiste a consommé 3 milliards d'euros dans ses projets de changement de voirie lors de sa première mandature. Des marges de manoeuvre existent donc.

Renouveler la flotte municipale en véhicules propres aurait dû être une priorité pour les Socialistes. Ils avaient avec la Région et le ville de Paris toutes les manettes en mains pour agir. Ils n'ont rien fait et Anne Hidalgo a laissé racheter des centaines de bus au diesel. Difficile pour elle d'être crédible sur le sujet, maintenant.

Je tends à penser, à l'instar du ou de la journaliste qui a rédigé la dépêche de l'AFP, que le niveau de pollution de chaque ville va devenir un élément déterminant pour son attractivité. Il ne fait pas de doute que tôt ou tard, des mesures très fortes seront nécessaires pour demeurer compétitif. Il faut toutefois bien prendre conscience que les mesures locales n'ont pas d'impact si elles ne s'agrègent pas à un projet global dont chaque cercle concentrique décline les mesures. L'Europe doit fixer des normes, l'Assemblée Nationale les transcrire en droit français et les régions coopérer avec les communes pour en favoriser l'application.

19:03 Publié dans écologie | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : pollution, nkm, sarnez, wehrling, paris | |  Facebook | | | |

lundi, 13 janvier 2014

Si Hollande avait été une femme, qu'est-ce qu'elle aurait pris...

Dans l'affaire Hollande, je me fais la réflexion qu'il a bien de la chance de ne pas être une femme. L'opinion tolère au nom du droit à la vie privée des écarts qu'elle n'aurait peut-être pas pardonné à une femme.

Parlons-en des femmes. C'est vrai que tous les hommes politiques ont droit à la vie privée. Mais François Hollande doit aussi prendre conscience que le chef d'un État n'est pas un individu ordinaire.

Il était marié et avait eu quatre enfants. Il s'est séparé de leur mère et a installé sa maîtresse à l'Élysée semant une confusion protocolaire : première dame de France ou pas ? 

Et voilà qu'il trompe sa maîtresse, à son tour, pour une jeune actrice, et que son actuelle concubine l'apprend quasiment par la presse. Ça commence à faire un peu tache.

J'aime bien les hommes simples. J'aime bien François Bayrou entre autres pour cette raison, en sus de sa culture, de sa clairvoyance et de son honnêteté. Je ne l'imagine pas autrement que finissant son existence avec Elisabeth, son épouse, qu'il aime depuis le premier jour. Ça a son charme aussi, le catholicisme bon teint.

Je suis un peu lassé par les scandales de moeurs de la vie politique. Il y eu Berlusconi et DSK qui incarnaient tout ce que je déteste, passibles l'un et l'autre d'une condamnation pénale. Il y en a une tripotée (toujours des hommes !) qui ne valent guère mieux en Europe.

Bien sûr, ce genre de frasques n'induit pas de conclusions sur la compétence politique d'un homme politique, mais enfin, la morale n'est pas si éloignée que cela de la compétence, fût-elle privée et on tend à les séparer un peu trop soigneusement.

François Hollande aurait mieux fait d'annoncer à sa maîtresse que leur relation était finie une bonne fois pour toutes plutôt que de fuir, jusque dans sa vie privée, ses responsabilités. Voilà une histoire qui conforte l'idée que je me fais de l'homme.

Je me dis qu'une femme en aurait pris plein la figure : quand je vois déjà les grossièretés et les préjugés dont elles sont victimes...Imaginez une femme à hommes au pouvoir, trompant son amant au su et au vu de tout après s'être séparée de son précédent compagnon. Cela aurait le mérite d'être atypique. Bénéficierait-elle de la mansuétude dont Hollande (ou d'autres) profite ? Je ne le crois  pas. L'opinion serait sans pitié et la grossièreté en barre jailliraient de tous les égouts médiatiques et sociaux.

16:10 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : hollande | |  Facebook | | | |

dimanche, 12 janvier 2014

Eh oui...internet, c'est pas la vie réelle...

Il est instructif le sondage qu'IFOP a réalisé auprès des Français à propos de Dieudonné. On voit qu'il est rejeté à une majorité écrasante par les Français (un autre sondage donne même 84% de rejet). Tous les petits fumiers de tout horizon qui ont soutenu mordicus la raclure l'ont dans le baba. Ils s'étaient crus puissants et majoritaires parce qu'ils faisaient beaucoup de bruit sur les réseaux sociaux mais ils ont découvert qu'ils n'étaient rien.

Ce phénomène de tapage venteux n'est pas nouveau. Je ne compte pas le nombre de fois où de bonnes âmes sont venues m'expliquer que j'étais un facho, un réac, un gros droitier, lors des cinq années qui sont passées, parce que je ne bramais pas dans le sens du vent et que je n'étais pas politiquement correct quand je m'exprimais sur Israël, sur l'immigration, sur les incidents dans les banlieues ou encore sur l'insécurité.

C'est ça le microcosme. Microcosme, c'est deux mots grecs : micros, petit, et cosmos, univers. Donc, le microcosme, c'est le petit univers.

Sur la Toile, les internautes vivent dans un petit univers. Ils croient représenter le monde entier, mais ils ne sont qu'eux-mêmes. Vous allez voir des myriades de commentateurs qui vont venir vous agonir de tous les noms sur votre mur, en commentaires, sur un fil twitter, et vous allez vous croire seul au monde. Mais une fois les Français sondés, vous allez découvrir qu'en fait, ils sont nombreux à penser comme vous, et que la minorité, ce sont les gueulards qui vous ont dans le pif.

Je n'ai jamais bêlé avec les moutons et je crois adopter parfois des positions difficiles. S'en prendre systématiquement aux Roms, ça m'agace. Faire des femens des extrémistes au même titre que les antisémites et les racistes, c'est fallacieux, une extrapolation mensongère qui repose sur l'invention de "phobes" en tout genre. De même que décréter que la France est islamophobe, c'est ridicule, alors que l'Islam politique ne cesse de renvoyer des signaux désastreux à l'ensemble du monde depuis une trentaine d'années. Ceci ne signifie pas pour autant qu'il faut interpeller l'Islam tous les quatre matins, et on peut comprendre que les Musulmans finissent par être un tantinet lassés. Et il n'y a pas davantage de christianophobie. Ce n'est pas moins ridicule. Dans un autre registre, ne pas vouloir admettre la sur-représentation de l'immigration dans l'insécurité, c'est une malhonnêteté absolue qui n'amène rien de bon. Mieux vaut tenter d'en comprendre la raison. Tiens, ça me rappelle les nombreuses pleurnicheries sur les deux jeunes de Villiers le Bel : ce qui m'avait frappé, perso, c'est surtout le délit de fuite, que tout le monde semblait avoir éclipsé et clairement à l'origine de leur mort alors qu'on cherchait des poux à des agents de police qui ne faisaient que leur boulot.

Je ne vais pas continuer à énumérer des prises de position non-conformes au sein du microcosme : je me réjouis simplement de voir que des avis en apparence isolés sur la Toile trouvent un écho bien plus important au sein du peuple réel.

13:30 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : internet, opinion | |  Facebook | | | |

samedi, 11 janvier 2014

Mobilité douce, pour une fois, un bon point pour Hidalgo.

Cela m'arrivera rarement, surtout au beau milieu d'une campagne municipale, mais cette fois, je décerne un (petit) bon point à Anne Hidalgo.

Soyons précis : le bon point en question concerne la proposition d'autoriser les véhicules électriques à rouler dans les couloirs de bus. Après, je ne sais pas si le choix des couloirs de bus est le bon, mais le principe de permettre aux véhicules propres de passer par des itinéraires que les autres véhicules ne peuvent pas emprunter est le bon.

Mais je crois que j'ai compris : Anne Hidalgo dont le compte twitter suit depuis quelque temps (et jusqu'à nouvel ordre) le mien, a certainement dû lire mes billets.

Proposer des chemins réservés aux véhicules propres est tout à fait ce que je suggérais dans l'un de mes récents billets sur la pollution et l'automobile. J'allais même plus loin en émettant l'idée de permettre des vitesses supérieures sur le périphérique à ces véhicules.

Je pense qu'Anne Hidalgo devrait inclure les véhicules hybrides dans les catégories autorisées dans la mesure où elles ne fonctionnent qu'à électricité ou presque à petite vitesse. En tout cas, cette opportunité serait à étudier.

Il y a juste un point qui me chiffonne, c'est qu'il ne faudrait pas non plus que les bus commencent à être ralentis. Après, il faudrait mener une réflexion globale sur un plan de déplacement qui ne sacrifie pas la voiture individuelle, obsession qui demeure chez Anna Hidalgo puisqu'elle en impute le tort à la droite et à NKM.

Autre bon point : la prolongation du tramway de manière à ce qu'il achève sa boucle autour de Paris, très exactement ce que je prônais sur mon blogue tout récemment. Cette fois, c'est sûr, mes idées sont pillées... :-)

Pour une fois que cela va dans le bon sens...(il ne reste plus qu'à revenir sur l'abaissement de la limitation de vitesse du périph qui n'a aucun sens).

18:31 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : hidalgo, circulation, mobilité | |  Facebook | | | |

vendredi, 10 janvier 2014

Périph à 70km/heure, coûts et pollution majorés...

Je jugé imbécile, démagogique et contre-productive la limitation de la vitesse sur le périphérique parisien depuis que l'idée a surgi dans un certain nombre de cerveaux malades.

A vrai dire, je ne suis pas un expert, mais simplement un citoyen ordinaire qui a des notions d’arithmétique. 

En diminuant la vitesse, on retarde le dégagement des bouchons quand la circulation redevient plus fluide et on augmente donc a) les bouchons b) le temps passé sur le périphérique.

Je ne vois pas du tout comment la pollution pourrait diminuer avec un temps de présence accrue sur la périphérique. En revanche, je vois très bien comment elle pourrait augmenter. Quand les moteurs tournent dans les bouchons, la consommation de carburant est maximale. Et je défie quiconque de venir m'affirmer le contraire, je sais ce que consomme mon véhicule et à quels moments. En ville, je fais 500 kilomètres avec un plein, sur route, presque 1200 kilomètres. Et je bouffe d'autant plus d'essence que je me suis retrouvé dans les bouchons. Donc, plus on congestionne le trafic pour emmerder les conducteurs, plus on crée de pollution. La vitesse optimale pour le rejet de substances nocives est de 70 km/h, mais c'est une moyenne. Or, sur le périphérique, la vitesse moyenne va passer de 43 km/h à 40 km/h grâce à la dernière delanoconnerie de la mairie. Les conducteurs vont donc payer plus et polluer plus. Bien joué les bobos écolo-gauchos. Plus de pollution, plus de dépenses, plus de consommation d'énergie pour une mesure 100% inefficace.

Le plus ridicule, c'est l'argument de la vitesse moyenne : on voit que tous ces gens-là n'ont aucune notion de statistique. La vitesse moyenne n'est pas significative car elle est calculée sur une journée entière. Dire que l'on roule à 40 km/h en moyenne ne signifie pas que l'on y roule tout le temps à 40 km/h. En fait, on peut très bien rouler à 80 km/h à minuit et à 10-15 km/h à 9 heures du matin. Ensuite, il ne faut pas concevoir le périphérique comme une ligne continue, mais comme une succession de tronçons. Pour parvenir à des mesures réalistes pour ne pas dire réelles, il faut effectuer les calculs tronçon par tronçon et non sur l'ensemble du parcours.

Rien qu'en temps perdu (sans compter les surcoûts de consommation) la réduction de la vitesse sur le périphérique va griller près de 100 millions d'euros supplémentaires simplement en temps perdu. C'est la réduction des dépenses façon Hidalgo...

En attendant, la municipalité socialiste avait les moyens de réduire significativement la pollution des véhicules : elle pouvait acquérir une flotte propre au lieu de gaspiller l'argent du contribuable dans des projets pharaoniques. Elle pouvait également pousser la RATP à en faire autant. C'est un choix inverse qui a été fait avec le rachat de 400 véhicules lourds au diesel (les plus polluants !).

En fait, pas un spécialiste sérieux ne reçoit la diminution de la vitesse sur le périphérique comme efficiente pour la pollution ou même le bruit (un seul décibel de gagné). Même du point de vue de l'accidentologie, l'argumentation de la gauche et des verts n'est pas recevable : la corrélation entre vitesse et accidents ne vaut que sur des routes rurales en ligne droite et peu fréquentées.

Ce que j'invite mes lecteurs à faire, c'est à entreprendre la lecture du rapport de Rémy Prudhomme, urbaniste diplômé d'HEC et Harvard, ex-directeur adjoint pour l'environnement à l'OCDE. Ils seront édifiés.

18:42 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : périphérique, pollution | |  Facebook | | | |