Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 juin 2013

On célèbre le terrorisme au jeu de paume ?

J'ai dû me pincer pour le croire : il y a une exposition au musée du Jeu de Paume à Paris actuellement qui présente l'oeuvre d'une artiste palestinienne.

Cette dernière a voulu présenter la manière dont les Palestiniens ordinaires, mais aussi parfois les autorités palestiniennes, ont voulu préserver la mémoire de leurs martyrs ces dix dernières années. Tout du moins, c'est ainsi que les appelle Ahlam Shibli.

Le principe pourrait être acceptable s'il ne se trouvait pas que parmi les dits martyrs, on comptait un nombre non négligeable d'individus qui ont tenté de canarder des civils généralement dans des opérations kamikazes.

Par exemple une des photographies représete Osama Buchkar, un membre du FDLP qui a tué 3 personnes et en a blessé 59 autres le 19 mai 2002 sur un marché le 19 mai 2002 à Netanya. La légende de la photo indique seulement : «il accomplit une mission de martyr à Netanya» ... Tu parles d'une mission...

Associer des crimes contre des civils à de la résistance ne me paraît pas acceptable. Ahlam Shibli se montre curieusement beaucoup plus soucieuse de la distinction entre les diverses causes lorsqu'elle dénonce l'assimilation dans la commémoration française en une même célébration la mémoire des résistants et celle des soldats coloniaux. 

En ce qui concerne les résistants français, ils ne s'en sont jamais pris aux civils mais toujours à l'armée d'occupation exclusivement. Les "martyrs" palestiniens d'Ahlam Shibli ne peuvent en dire autant.

Finira-t-on un jour par exposer un reportage photo sur les martyrs du 11 septembre aux USA ? Sur ceux d'In Anemas en Algérie avec son cortège d'innocents froidement assassinés ?

Accepter de telles expositions, sans aucune contextualisation, est un parti-pris idéologique tout à fait significatif de tout ce petit monde interlope associant la gauche bien-pensante, les alternatifs et anti-capitalistes de tout poil, une partie de la droite souverainiste et, bien sûr, les extémistes des deux camps, droite et gauche. Il faudrait ajouter à cela un présuppose arabophile et islamophile symptomatique de tout ce petit monde là...

Que Marielle de Sarnez peut-elle proposer pour les femmes à Paris ?

J'ai évoqué à plusieurs reprises ici grands contours des principales problématiques de la capitale pour ses habitants, mais je n'ai pas évoqué spécifiquement ses habitantes ! Je crois pourtant que les Parisiennes sont l'une des principales clefs de notre territoire.

Je vois deux préoccupations majeures pour elles :

- il y a d'abord celles qui sont mères ou qui projettent de le devenir : quel avenir pour elles et leurs enfants alors que le quotient familial baisse engendrant des surcoûts en cascade et que les crédits d'impôts à la garde à domicile et plus généralement aux emplois à domicile vont être rognés ?

- il y a aussi celles qui veulent vivre la vie d'une Parisienne, sortir, rendre visite à leurs ami(e)s, pouvoir revenir tard le soir, se promener et circuler en sécurité aux quatre coins de la capitale. Ma question est donc simple : que fait-on pour la sécurité des femmes à Paris, car la liberté d'aller et de venir me paraît l'une des toutes premières libertés à protéger...

L'un des aspects de la sécurité des femmes comporte entre autres les violences conjugales : si la ville ne peut se substituer au législateur (le gouvernement) elle peut prévoir des dispositifs et faire pression sur le gouvernement pour que ce soit l'homme violent qui quitte le domicile et non la victime.

Notre ville a les moyens d'engager une police municipale : c'est simple, avec un projet pharaonique en moins, nous pouvons financer 10 années d'effectif municipal au moins. 

J'ai donc une proposition : la création de brigades de sécurité oeuvrant spécifiquement dans le domaine de la protection des femmes, particulièrement pour qu'elles puissent se déplacer en toute sécurité dans la capitale.

On peut aussi envisager un label woman friendly pour toutes les entreprises et services qui facilitent la vie des femmes.

On peut agir sur la parité par des lois, bien sûr, mais je crois pour ma part que ce qui est le plus efficace, c'est de mettre en place tout ce qui peut favoriser l'autonomie des femmes. Plus les femmes sont indépendantes et libres, mieux elles sont armées pour grimper dans les échelons de responsabilité.

Il est très probable que le prochain maire de Paris soit une femme. Personnellement j'aimerais deux choses :

a) que l'élue de la capitale le soit sur un programme transparent, pragmatique, réaliste, et empreint des préoccupations réelles (et non supposées) des Parisiens

b) que ce soit Marielle de Sarnez car je crois que c'est la plus à même de rassembler les qualités que je viens d'évoquer.

Il faudra pour cela apporter des voix à un MoDem élargi, mais aussi que ce parti et les équipes qui travaillent avec Marielle sur le projet parisien, élaborent un programme très solide.

09:46 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : femmes, sarnez, modem |  Facebook | | |

mercredi, 05 juin 2013

Marielle de Sarnez peut défier NKM et Hidalgo

On ne parle que de NKM et Hidalgo à propos des prochaines municipales parisiennes : si les candidats de la gauche ne m'intéressent pas (ce sont des clones avec des nuances des socialistes) ceux du centre méritent déjà plus qu'on y prête attention. Je ne connais pour l'instant pas le projet de l'UDI et, à ce que je comprends, avant même de l'avoir établi, ce parti prévoit de s'allier dès le premier tour avec l'UMP. Autant se référer donc directement au projet de l'UMP...

Mais au centre, il y a surtout Marielle de Sarnez, le MoDem, et la société civile qu'elle entend mobiliser.

Je n'ai pas forcément énormément de conseils à lui donner mais, il y a au moins un point où elle pourrait coincer NKM et Hidalgo : je suis certain que le déconomètre va reprendre du service et fonctionner à plein tube au plus fort de la campagne. Les principaux candidats vont déverser une pluie de promesses sur les Parisiens, même si je soupçonne toutefois que NKM soit nettement plus prudente qu'Hidalgo sur le sujet.

On voit d'ailleurs que ces deux femmes se battent sur des sujets superficiels s'accusant l'une et l'autre sur des points assez ridicules.

Je crois que nous autres centristes, avons intérêt à leur demander de rendre compte de leurs projets respectifs et de leurs coûts. Nous pouvons aussi leur demander comment sérieusement l'une et l'autre comptent procéder pour améliorer par exemple le logement, la sécurité, l'emploi, la santé.

Engageons-nous de notre côté à ne plus faire payer un kopeck de plus aux Parisiens et à renoncer aux projets pharaoniques en conséquence. Par exemple, puisque les défenseurs des Serres d'Auteuil ont réussi à faire capoter le projet d'extension, n'est-il pas grand temps de revoir ces dépenses somptuaires ? C'est sur la base d'affirmations bidon nullement étayées qu'on a déclaré que sans extension, Roland Garros deviendraitn un tournoi secondaire : c'est sous-estimer complètement l'attrait de Paris et la proximité immédiate du centre avec les terrains de tennis. Très peu de tournois peuvent offrir un tel cocktail.

Delanoë a engagé des milliards de dépenses de voirie, généré des dizaines de millions d'euros de PVs, prétendûment pour améliorer la qualité de l'air. En dépit d'une baisse du trafic de 25% la qualité de l'air n'a pas bougé. En somme, avec 25% de véhicules en moins, et des améliorations techniques en propreté conséquentes sur les automobiles, Delanoë a réussi le tour de force de générer la même quantité d'air pollué. Nul doute que ses multiples entraves au stationnement et à la circulation dans Paris en sont largement comptables.

Ce que je souhaite, c'est un MoDem offensif, qui dénoncer les décomptes et les mécomptes de la gestion socialiste de la ville, et ce, jusque dans le moindre détail.

Cela paraît insignifiant, mais savez-vous que les directeurs d'école ne peuvent recruter leurs surveillants ? C'est la mairie de Paris qui leur impose tel ou tel surveillant sans aucun critère de qualité ni de particularité.

Ayons aussi le courage d'admettre que nous ne pouvons presque rien faire pour le logement à Paris. Ce que l'on peut faire, c'est mixer les classes sociales dans les logements sociaux (ce que propose Marielle de Sarnez) afin d'éviter de retrouver deux populations uniquement à Paris, le bobo et l'assisté (ajoutons le délinquant dans certains quartiers nord de Paris). Paris est une petite ville, il n'y a quasiment plus de foncier. Même si l'on construit en hauteur, on est contraint de perdre en superficie pour préserver des espaces de sécurité et de viabilité au sol. On ne peut donc augmenter la quantité de logements à Paris. Aucun miracle n'est possible dans ce domaine, et il est donc prudent de ne pas s'engager sur des promesses que l'on ne peut pas tenir.

En revanche, sur la sécurité, les dépenses de la ville, la santé, la circulation et les déplacements, on peut construire un projet parce qu'il y a des marges de manoeuvre.

C'est plus difficile pour l'emploi, faute d'avoir en mains les leviers nécessaires, mais, la ville peut jouer un rôle facilitateur pour l'esprit d'entreprise, ce qui crée un environnement propice au développement de l'emploi. La marge d'action est étroite et limitée, mais elle existe.

La culture est propice aux engagements idéologiques et démagogiques : une ville devrait se contenter de favoriser la vie culturelle sans s'impliquer directement dans les choix culturels des habitants. Comme pour l'entreprise, elle devrait se contenter de faciliter l'action culturelle et non se substituer à l'initiative privée voire l'entraver comme le fait l'actuelle mairie socialiste. Il y a donc dans ce domaine une renversement de vapeur possible puisque Delanoë n'a cessé de municipaliser les loisirs de proximité (mais pas les gros, vendus au plus offrant, comme la piscine Molitor, le Stade Jean Bouin, les pelouses d'Auteuil, les morceaux de Jardin d'Acclimation et cetera...).

08:17 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook | | |

lundi, 03 juin 2013

NKM l'emporte au premier tour

Si mes sources sont bien fiables, NKM l'emporte lors de la primaire de la droite parisienne avec 58% des suffrages. Je n'aurai pas besoin de voter deux fois :-)

Je rigole quand j'entends Hidalgo expliquer que NKM est fragilisée par cette élection. Cela va bien à Hidalgo de donner des leçons avec ses 98% au premier tour (pas d'autres candidats).

Pour ma part, je trouve que la primaire de la droite s'est plutôt bien déroulé et que c'est un bon exercice de démocratie. Ceux qui se soumettent aux suffrages des simples citoyens et prennent des risques en sortent toujours grandis.

Je l'avoue sans détour : si le MoDem ne parvient pas au second tour dans des conditions satisfaisantes, je verrai d'un bon oeil une alliance MoDem-Droite, tout du moins, dès lors que c'est la droite de NKM.

Si on pouvait virer tous ensemble les Socialistes de Paris, ce serait une douce satisfaction morale.

19:29 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : nkm, primaire, ump |  Facebook | | |

vendredi, 31 mai 2013

J'ai voté pour NKM

Et voilà, je me suis invité dans la primaire de la droite (enfin, plus exactement de l'UMP) en allant voter pour NKM.

a) les autres n'ont pas la stature nécessaire pour affronter Hidalgo

b) ils n'ont pas d'idées

c) j'avais envie de faire ch.. les fachos et les réacs qui veulent lui barrer la route à tout prix.

Pour ceux que cela intéresse, le formulaire d'inscription, c'est par là. Une fois l'inscription faite, on reçoit une confirmation puis un message pour s'identifier et recevoir un message cette fois par SMS comportant un code d'identification permettant de finaliser la procédure de vote.

Comme j'ai quelques potos qui sont à l'UMP tendance centriste, je leur suggère, s'ils habitent Paris, de venir soutenir leur championne.

Si par hasard, quelques MoDem se sentaient concernés, ils peuvent aussi lâcher trois euros pour la bonne cause...

17:33 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ump, nkm, primaire |  Facebook | | |

mardi, 21 mai 2013

Venir à la rescousse de NKM ?

En principe, je ne me mêle pas directement des affaires des autres partis et je m'étais par exemple gardé de voter lors de la primaire socialiste pour les présidentielles tout en exprimant toutefois un avis.

Aujourd'hui, j'ai fait une petite entorse à ce principe. Certes, je suis encarté au MoDem, mais je me définis généralement comme de centre-droit. Dans centre-droit, il y a centre, mais il y a aussi droite.

Il y a un gros baroufle au sein de l'UMP à Paris, actuellement : la frange la plus réactionnaire veut faire payer à NKM sa modération et du coup, on mobilise les troupes pour tenter de faire basculer la primaire chez les réacs afin de réaliser un coup de force en tablant sur la faible mobilisation du corps électoral.

Du coup je me suis inscrit sur le site de la primaire, j'ai payé les trois euros et j'ai décidé de voter le moment venu.

Pas question que la droite façon Legaret soit l'alternative à la gauche à Paris. Comme centriste, en tout cas, jamais je ne voterai ni ne soutiendrai cet individu.

Je regrette d'ailleurs qu'Alphand se soit fourvoyé en sa faveur. Alphand fait du bon boulot comme élu de proximité, mais sur les convictions de fond, c'est un réactionnaire.

Bref, tout ça pour dire que je voterai pour NKM à la primaire organisée par l'UMP et que je suggère aux centristes qui se sentent un peu concernés d'en faire autant.

23:56 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nkm, ump, primaire |  Facebook | | |

lundi, 20 mai 2013

L'union des centres à Paris ? Faisons-la !

Marielle de Sarnez l'a redit, l'union des différentes forces centristes et modérées à Paris lors des prochaines municipales, elle y est favorable. Cela tombe bien, Yves Pozzo di Borgo, l'un des poids lours de l'UDI dans la capitale y est favorable aussi. Reste à voir ce qu'en pense Rama Yade si c'est bien elle qui porte les couleurs du parti de Borloo à Paris.

Il y a toutefois quelques points d'accord qui pourraient être difficiles à trouver.

a) il faut que l'on s'accorde sur le programme que l'on va proposer si on fait un bout de chemin ensemble. Je suis à peu près certain que Hidalgo et NKM ne pourront pas résister à l'irrépressible envie d'amonceler promesses sur promesses. Toutes ces promesses auront un coût, et, de les exécuter continuera de renchérir les impôts, la vie locale et d'accroître la dette municipales. 

Je pense que les centristes doivent au contraire s'engager à réduire la voilure et notamment les dépenses somptuaires et festives (spécialité socialiste locale). Cela suppose un code de conduite qu'il faut respecter.

Toutes nos propositions doivent se faire à budget constant au pire, avec une baisse du budget de la municipalité autant que faire se peut.

b) on va achopper comme d'habitude sur le second tour : l'UDI veut rejoindre l'UMP par principe. Le MoDem se laisse le droit de choisir en fonction des propositions du PS et de ses alliés d'un côté, de l'UMP de l'autre. J'imagine difficilement un panachage si nos listes de premier tour éclatent en morceaux...

c) Je ne suis pas du tout certains que nos électorats s'additionnent. Nous sommes entre 6 et 8 en moyenne et l'UDI à environ 5-6%. Nous devrions ensemble viser les 15% mais les synergies en politique tendent davantage à donner 2+2 = 3 que 2+2 = 5...

jeudi, 16 mai 2013

NKM future maire de Paris ?

J'avoue être assez scié de l'absence totale de commentaires sur le sondage que je viens de découvrir

Il s'agit d'un sondage BVA du vendredi 26 avril dernier et plusieurs questions portent sur la bataille de Paris aux prochaines municipales.

A la question suivante «Lors de l’élection municipale de Paris en 2014, vous personnellement, préférez-vous plutôt la victoire de Nathalie Kosciusko-Morizet ou d’Anne Hidalgo ?» 39% des Parisiens ont choisi Hidalgo et 53% NKM ! Une domination écrasante de la candidate de la droite. 

A vrai dire, je l'écoute régulièrement s'exprimer et franchement, je partage une large part de ses réflexions et interventions sur la politique qu'il convient de mener à Paris. Cela nous change de Delanoë et a fortiori de Hidalgo qui est une dogmatique autoritaire.

Je suis étonné de lire des sondages donnant Hidalgo gagnante en cas de duel : s'il y a un tel décalage entre votes et souhaits de victoire, tôt ou tard, le différentiel va se rééquilibrer et, nul doute à ce moment-là que cela se fera au détriment de la candidate socialiste.

J'apprécie, personnellement, qu'elle observe avec justesse qu'en concentrant les taches des auxiliaire de police sur la sécurité plutôt que sur les contraventions on pourrait espérer une baisse significative de la délinquance. Le libertaire Delanoë se moque bien des questions de délinquance, la priorité étant pour lui de verbaliser les automobilistes...

J'ai bien noté ses positions sur le logement intermédiaire qui me semblent rejoindre ce que proposait Marielle de Sarnez en 2008 et ses prises de position de bon sens sur le stationnement.

J'espère que le MoDem saura présenter aux Parisiens un projet qui sera proche de leurs préoccupations ; en l'état, mais cet avis n'engage que moi, je trouve NKM plus compatible avec le MoDem qu'Hidalgo.

00:20 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : nkm, sarnez, municipales |  Facebook | | |

jeudi, 11 avril 2013

Stationnement, un bon point pour NKM.

Je crois qu'avec NKM, la droite parisienne a trouvé une candidate de poids face à Anne Hidalgo. J'ai apprécié sa prise de position sur le stationnement. On le sait, à Paris, le stationnement est une politique de punition de l'automobiliste mise en place par l'actuelle majorité.

NKM suggère qu'on pourrait envisager non pas de créer des embûches pour les automobilistes, mais au contraire de leur faciliter le stationnement et notamment son paiement. 

Elle suggère par exemple de rendre les horodateurs accessibles aux cartes bleues ou même aux règlements par téléphones portables. 

C'est une bonne idée. A l'heure actuelle, 10% des automobilistes règlent leur stationnement à Paris. A gauche, on pense qu'il faut punir davantage pour être dissuasif. NKM a l'intelligence de penser que les conducteurs ne sont pas forcément de mauvaise foi. Qu'on leur facilite le règlement du stationnement et le recouvrement des sommes s'améliorera certainement. 

Mais c'est peut-être l'intérêt de Delanoë et de sa majorité de pouvoir verbaliser les conducteurs afin de les pressuriser davantage. Il se dit qu'il a d'ailleurs donné comme consigne prioritaire à la Préfecture ces verbalisations-là...

Je voudrais rebondir sur la proposition de NKM et suggérer au MoDem de s'en emparer pour l'améliorer et l'associer au Grand Paris. 

Souvent, les habitants des différentes couronnes de Paris se retrouvent dans des situations impossibles quand ils se déplacent dans la capitale ou simplement de ville de banlieue à ville de banlieue.

Je suggère donc soit de mettre en place des cartes pré-payées valables au niveau régional. Finies les galères pour trouver les horodateurs. On peut peut-être aussi envisager un système de codes-barre uniques imprimables à partir d'imprimantes individuelles, ou, d'autres solutions encore.

Dans tous les cas de figure, c'est une question de volonté et d'intelligence : si l'on cherche à faciliter plutôt qu'à coincer les individus, c'est évident que le rendement du stationnement payant ira s'améliorant. 

Le genre de pensées qui ne traversent pas l'actuelle majorité socialiste, évidemment...

19:23 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : stationnement |  Facebook | | |

lundi, 11 mars 2013

Et les impôts locaux ?

Anne Hidalgo et NKM trustent les apparitions médiatiques dans la bataille municipale qui se prépare à Paris en 2014. En son temps, un certain Bourdieu avait sans nul doute fait de la question de l'héritage un enjeu au moins autant politique que sociologique, mais, pour l'heure j'ai le sentiment que les Parisiens vont avoir des préoccupations nettement plus prosaïques.

En évoquant ce que Marielle de Sarnez pouvait apporter à Paris, j'ai énuméré des thématiques qui me paraissaient majeures avec le logement, les transports et la santé. Mais il y en a une autre qui va bien finir par s'imposer en dépit de l'aisance dans laquelle semblent baigner les Parisiens.

Je me suis étonné de la facilité dérisoire avec laquelle Delanoë avait fait exploser les impôts locaux à Paris et notamment la taxe d'habitation (+51%). Peut-être que les Parisiens se sont-ils sentis riches de leur présence dans la ville la plus chère du monde mais je doute qu'ils encaissent la prochaine hausse avec la même constance.

Si j'étais Marielle de Sarnez, je sommerais Anne Hidalgo, NKM et Rama Yade, si elle va au combat électoral, de se prononcer sur les finances de la ville : le marché immobilier s'effondre à Paris ce qui signifie que la ville, privée de droits de mutation, va voir son budget subir une chute sévère de ses ressources. Or, Delanoë a bâti son développement somptuaire sur ces taxes-là.

Anne Hidalgo se montrant décidée à poursuivre la voie empruntée par son mentor va devoir trouver de nouvelles ressources. J'ai bien compris qu'elle compte d'ores et déjà sur le triplement des PV (il ne faut pas avoir peur de taxer le clampin jusqu'à la moëlle après tout) pour améliorer l'ordinaire, mais, il ne fait pas doute que la solution facile, l'accroissement faramineux des impôts locaux, sera une option privilégiée pour elle.

Je ne la vois pas se lançant dans une réduction du train de vie somptuaire de la capitale.

Je ne sais pas ce qui va être annoncé pour ces élections, mais je souhaite que l'on se penche très sérieusement sur la question des coûts et de leur financement.

Trêve de chateaux en Espagne et de folie des grandeurs, il va bien falloir redescendre sur terre : comprenons-nous, nous vivons une crise sévère avec un chômage galopant et des restrictions de pouvoirs d'achat. Les Parisiens sont sans doute des bobos à l'abri du besoin, mais, à trop tirer sur la corde, on la casse, et ils pourraient bien se lasser de payer, payer et payer toujours plus. Serres d'Auteuil, Réfection des Halles, application des rythmes scolaires, travaux de voirie sur les berges vont coûter des centaines de millions d'euros si ce n'est plus encore. Qui paiera ? Les Parisiens !

Devrons-nous alors faire l'économie d'une réflexion sur les dépenses ? Discriminer enfin superplu et accessoire ?

01:31 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : taxes, impôts locaux, hidalgo |  Facebook | | |