Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Il va bien falloir renvoyer dans leurs cordes les guignolos du FN | Page d'accueil | Un printemps Égyptien ? »

dimanche, 30 juin 2013

Logement social et dissémination : les recettes du MoDem

Il arrive souvent, dans les grandes villes, et particulièrement dans ce qu'on appelle les beaux quartiers, que les populations protestent vent debout contre l'implantation de logemements sociaux.

Il y a sur ce point une monumentale erreur de méthode à Paris : Delanoë et sa majorité utilisent le logement social comme un épouvantail contre les arrondissements de droite. Dans le quinzième arrondissement, notamment, ils ont implanté toute une délinquance qui n'existait pas il y a une quinzaine d'années à force de déplacements de population ad hoc.

La principale erreur est de ne pas comprendre que la concentration en un seul endroit de problèmes est une faute énorme et génératrice de conflits.

Il ne faut pas créer des HLM en fait de logements sociaux mais des appartements sociaux disséminés un peu partout dans la capitale. C'était d'ailleurs l'idée du MoDem en 2008 même si elle n'a pas eu beaucoup d'échos dans la presse et je subodore que Marielle de Sarnez proposera quelque chose d'assez similaire en 2014.

Ainsi, on pourrait imaginer un plan audacieux pour Paris : la ville pourrait revendre tous les immeubles qu'elle possède consacrées aux fameux logements sociaux et racheter un peu partout dans la capitale des appartements où elle pourrait proposer des loyers modérés aux familles en difficulté.

Cela suppose évidemment de donner une priorité aux gens qui travaillent ou cherchent du travail et dont la famille se comporte bien.

Cela éviterait à l'évidence certaines formes de concentration ethnique désastreuses en termes d'image et de ressenti par le voisinage.

Annoncez que vous allez construire un logement social et y loger, par exemple, des gens du voyage comme on dit pudiquement pour les Roms : vous allez faire fuir tout le monde, c'est évident. Placez des familles sans histoire çà et là un peu partout dans la capitale, personne ne se rendra compte de rien.

Dans la capitale, Delanoë cherche systématiquement l'affrontement, passant en force ou en catamini. Là où les populations ont les moyens de résister, ses projets ne passent pas. La majorité socialiste essaie de construire depuis trois ans environ des logements sociaux du côté de la Porte Dauphine, sur le boulevard Lannes. En pure perte. Les riverains se sont constitués en association, ont payé fort cher des cabinets d'avocats fameux, et, désormais, de recours en recours, les voilà tranquilles pour dix à vingt ans au moins.

C'est bien fait pour Delanoë et sa majorité. Mais regrettable pour les classes moyennes (ou même un peu aisées) qui doivent quitter la capitale...

Une autre méthode existe, c'est celle que propose le MoDem, et elle consiste à faire vraiment de la mixité sociale et non contraindre à la cohabitation des gens qui n'aspirent pas à vivre ensemble.

C'est tout un art que la mairie de Paris semble bien loin de maîtriser et ses réalisations dans le domaine ont surtout conduit à générer des îlots de délinquance un peu partout dans la capitale...

Opter pour le MoDem en 2014 c'est ouvrir la voie à l'apaisement car les remèdes que nous proposons, nous autres centristes, sont astucieux, indolores et efficaces.

Commentaires

Vous semblez faire une équivalence entre "îlot de logement social" et "îlot de délinquance", lorsque vous écrivez par exemple : "Delanoë et sa majorité utilisent le logement social comme un épouvantail contre les arrondissements de droite. Dans le quinzième arrondissement, notamment, ils ont implanté toute une délinquance qui n'existait pas il y a une quinzaine d'années à force de déplacements de population ad hoc".

Vous avez des éléments là-dessus ?

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 30 juin 2013

Vous semblez faire une équivalence entre "îlot de logement social" et "îlot de délinquance", lorsque vous écrivez par exemple : "Delanoë et sa majorité utilisent le logement social comme un épouvantail contre les arrondissements de droite. Dans le quinzième arrondissement, notamment, ils ont implanté toute une délinquance qui n'existait pas il y a une quinzaine d'années à force de déplacements de population ad hoc".

Vous avez des éléments là-dessus ?

Écrit par : Ch. Romain | dimanche, 30 juin 2013

@L' héré,
Type "Haussmanien" ? Je suis tout à fait pour, et pas la seule z'auriez du viendre la dernière fois^^^.
La difficulté réside dans le fait qu'il y a eu désengagement de la ville en direct, avec cession de parts à des organismes parfois privés parfois publics parfois entre deux, vous citez HLM, mais il y a aussi l'OPAC IDF etc, il serait intéressant d'observer le curriculum vitae des personnes en charge de leurs gestions. ;)

Écrit par : Martine | dimanche, 30 juin 2013

@Christian
La montée de l'insécurité dans le 15ème a été constatée.
Pour les déplacements de population délinquante, c'est Lamour qui le dit. Mais ayant longuement vécu dans le 15ème j'ai constaté empiriquement une dégradation, moi aussi. Particulièrement du côté du croisement Convention/Lecourbe...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 01 juillet 2013

Je fréquente depuis longtemps le XVe côté Duroc/Vaugirard ou côté Commerce/Lourmel... mais je ne le connais pas au point de pouvoir dire s'il y a eu ou non une montée de la délinquance depuis quinze ans, ni si cette éventuelle montée serait due à une population spécifique qui aurait été installée là depuis. Concrètement, de quel type de population s'agirait-il ?

Écrit par : Ch. Romain | lundi, 01 juillet 2013

Une telle mesure est un simple pis-aller pour diminuer les effets négatifs des logements sociaux ... Cette proposition du Modem est donc encore une mesure socialiste : elle prend comme hypothèse admise sans justification que le logement social est nécessaire voire indispensable ...

Une vraie politique utile pour le pays et les français serait de diminuer la quantité de logement sociaux et de faire diminuer les prix des logements afin que les gens modestes n'en ait pas besoin. Pour cela, il faut diminuer la règlementation pour permettre de répondre à la demande et de construire moins cher. On fait exactement le contraire en France depuis des années. Avec la RT2012 qui augmente le prix de la construction de 20%, cela va empirer. De plus, la plupart des constructions y compris HLM sont généralement au moins moyenne gamme et donc coûteuses. la tendance actuelle des aménagements urbains va aussi souvent à l'encontre de la concentration permettant de libérer de l'espace constructible (COS, PLU, contre-allés, retrait par rapport à la rue, espace verts, ...)

Écrit par : deres | mercredi, 24 juillet 2013

@deres
Je ne pense pas que l'abaissement des normes ferait baisser les prix. Pour l'ancien, ça ne change rien, par exemple.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 24 juillet 2013

Les commentaires sont fermés.