Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 23 juillet 2013

L'indigné de service va avoir sa place à Paris : insupportable.

Je n'aime pas et n'ai jamais aimé Stéphane Hessel. Il est décédé, paix à son âme, mais pitié qu'on ne le ressuscite pas en lui octroyant une place à son nom dans la capitale.

En avril dernier, on avait évité un square Thatcher, une rue se voyant décerner le bien plus sympathique nom de Shakespeare.

J'aimerais bien savoir qui a voté le voeu du Conseil de Paris en avril dernier, en dehors de la gauche dégoûlinante de bonne conscience.

Enfin, consolation, le socialiste Schapira nous a évité encore pire avec une place Hugo Chavez qu'appelait de ses voeux le Front de Gauche.

17:13 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : hessel |  Facebook | | |

lundi, 08 juillet 2013

Un point sur les Serres d'Auteuil

Delanoë et sa majorité persistent et signent, bien déterminés à flinguer les Serres d'Auteuil. En dépit de 52 000 signatures qui s'y opposent et d'une délibération du Tribunal Administratif qui annulait la décision du Conseil de Paris de juillet 2011, la gauche parisienne est parvenue à proposer un plan B qui bétonne toujours autant les Serres et escompte bien profiter de la torpeur de l'été pour mettre devant le fait accompli les amoureux des plantes.

La Fédération Française de Tennis a annoncé un permis de construire (de démolir, quoi...) pour ce mois de juillet avec la bénédiction de Hidalgo et de sa clique.

Il faut continuer à signer la pétition en ligne et financer les associations qui se battent pour préserver notre patrimoine.

Bien évidemment, Delanoë, Hidalgo et compagnie se sont bien gardés d'étudier le plan  alternatif proposé depuis trois ans qui consisterait à couvrir l'A13.

Un rapport d'expert a pourtant établi qu'il coûterait moins cher que le projet actuel.

22:26 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : serres d'auteuil |  Facebook | | |

dimanche, 30 juin 2013

Logement social et dissémination : les recettes du MoDem

Il arrive souvent, dans les grandes villes, et particulièrement dans ce qu'on appelle les beaux quartiers, que les populations protestent vent debout contre l'implantation de logemements sociaux.

Il y a sur ce point une monumentale erreur de méthode à Paris : Delanoë et sa majorité utilisent le logement social comme un épouvantail contre les arrondissements de droite. Dans le quinzième arrondissement, notamment, ils ont implanté toute une délinquance qui n'existait pas il y a une quinzaine d'années à force de déplacements de population ad hoc.

La principale erreur est de ne pas comprendre que la concentration en un seul endroit de problèmes est une faute énorme et génératrice de conflits.

Il ne faut pas créer des HLM en fait de logements sociaux mais des appartements sociaux disséminés un peu partout dans la capitale. C'était d'ailleurs l'idée du MoDem en 2008 même si elle n'a pas eu beaucoup d'échos dans la presse et je subodore que Marielle de Sarnez proposera quelque chose d'assez similaire en 2014.

Ainsi, on pourrait imaginer un plan audacieux pour Paris : la ville pourrait revendre tous les immeubles qu'elle possède consacrées aux fameux logements sociaux et racheter un peu partout dans la capitale des appartements où elle pourrait proposer des loyers modérés aux familles en difficulté.

Cela suppose évidemment de donner une priorité aux gens qui travaillent ou cherchent du travail et dont la famille se comporte bien.

Cela éviterait à l'évidence certaines formes de concentration ethnique désastreuses en termes d'image et de ressenti par le voisinage.

Annoncez que vous allez construire un logement social et y loger, par exemple, des gens du voyage comme on dit pudiquement pour les Roms : vous allez faire fuir tout le monde, c'est évident. Placez des familles sans histoire çà et là un peu partout dans la capitale, personne ne se rendra compte de rien.

Dans la capitale, Delanoë cherche systématiquement l'affrontement, passant en force ou en catamini. Là où les populations ont les moyens de résister, ses projets ne passent pas. La majorité socialiste essaie de construire depuis trois ans environ des logements sociaux du côté de la Porte Dauphine, sur le boulevard Lannes. En pure perte. Les riverains se sont constitués en association, ont payé fort cher des cabinets d'avocats fameux, et, désormais, de recours en recours, les voilà tranquilles pour dix à vingt ans au moins.

C'est bien fait pour Delanoë et sa majorité. Mais regrettable pour les classes moyennes (ou même un peu aisées) qui doivent quitter la capitale...

Une autre méthode existe, c'est celle que propose le MoDem, et elle consiste à faire vraiment de la mixité sociale et non contraindre à la cohabitation des gens qui n'aspirent pas à vivre ensemble.

C'est tout un art que la mairie de Paris semble bien loin de maîtriser et ses réalisations dans le domaine ont surtout conduit à générer des îlots de délinquance un peu partout dans la capitale...

Opter pour le MoDem en 2014 c'est ouvrir la voie à l'apaisement car les remèdes que nous proposons, nous autres centristes, sont astucieux, indolores et efficaces.

jeudi, 27 juin 2013

Organiser les JO à Paris ?

J'ai entendu plusieurs candidats à la mairie de Paris s'engager à appuyer une candidature de Paris comme organisatrice des JO en 2024.

Quand bien même une telle candidature serait prise en charge par le Grand Paris, comme le propose Marielle de Sarnez, un tel projet ne manquera pas de générer des coûts considérables que les Parisiens épongeront au final.

Le mythe de la croissance apportée par ruissellement dans ce genre de projet a fait long feu, les derniers organisateurs de grands évènements de ce type en savent quelque chose.

J'invite comme je l'ai déjà suggéré le MoDem à se positionner sur un programme fiscal qui tient compte des coûts exorbitants de la vie parisienne.

Finies les dépenses somptuaires. Renonçons à cette usine à gaz qui ne va amener aux Parisiens que des inconvénients supplémentaires (chantiers, encombrements, surpopulation, accroissement exponentiel de nombreux coûts) et concentrons-nous plutôt sur l'essentiel (santé, logement, transports, vie culturelle et associative...).

NKM et Anne Hidalgo ne manqueront pas de faire assaut de surenchères pour séduire les Parisiens. Ce seront eux pourtant qui parieront l'addition. Marielle de Sarnez gagnera en crédibilité en dénonçant les goûts pharaoniques qui masquent les coûts qui leur sont afférents...

00:44 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : jo, sarnez |  Facebook | | |

lundi, 24 juin 2013

Marielle de Sarnez émet une idée très astucieuse sur le logement à Paris

1844502738.jpgC'est une satisfaction morale que de constater que c'est dans son mouvement politique que l'on retrouve les rares personnes à avoir encore une pensée et des idées sur le logement à Paris.

Marielle de Sarnez vient de faire connaître l'un de ses projets à ce sujet pour Paris. Jusqu'ici, je m'étais toujours dit que le logement, c'était foutu à Paris et qu'on ne pouvait rien faire sauf à faire sauter le plafond et construire de grandes tours du genre de celles que Delanoë veut nous imposer, ou alors à détruire des espaces verts.

Mais Marielle vient de penser à une chose qui m'avait totalement échappé : j'avais relayé l'idée, à propos de l'extension de Roland Garros, de couvrir l'A13 pour créer des cour de tennis, mais il ne m'était jamais venu à l'esprit que le périphérique dans son ensemble constituait une conséquente réservoir de foncier à Paris.

C'est cet espace que Marielle de Sarnez vient de proposer d'exploiter aujourd'hui afin de réduire la pression immobilière à Paris. 50 hectares, dans une ville comme Paris, c'est énorme !

Très bien vu. Chapeau. Encore quelques idées aussi astucieuses, et je pense que le MoDem pourrait créer la surprise à Paris aux municipales de 2014.

00:09 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : sarnez, municipales, logement |  Facebook | | |

vendredi, 21 juin 2013

Barjot, mais pas pour son fric...

J'aime pas Delanoë, mais, pour une fois, il a été bien sympa. Peut-être un peu trop, en fait. Il paraît que Frigide Barjot est dans le collimateur de la ville de Paris parce qu'elle squatte tranquillou 173 m2 pour 2850 euros dans le 15ème ; enfin...je dis "squatte"...C'est pas exact. J

J'aimerais bien savoir comment elle a réussi à dénicher cela...Enfin, si, je le sais : la belle époque de Chirac, quoi. Chirac n'a jamais fait de différences entre ses poches et celles de la ville (ou même de l'État). Et va-s-y que je te place les bons potes : tac, 173m2 pour quatre (à l'époque, c'est à dire 2000 quand c'est devenu un duplex, sinon, c'est 1984). C'est ce genre de petites plaisanteries amusantes qui m'ont fait voter pour Delanoë en 2001...

Elle est gonflée, la Barjot : certes, le logement en question n'est pas un HLM, c'est un logement à loyer libre. Mais Barjot a fait jouer une clause sociale dans le contrat d'habitation pour empêcher une réévaluation du montant du loyer par la ville de Paris :  prétendûment, son mari et elle ne gagnaient que 36 000 euros par an. Faut pas se foutre de la gueule du monde : cela paierait à peine le loyer lui-même. Son mari et elle ont forcément des revenus supérieurs, fût-ce en nature ou avantages divers.

Mais ce n'est pas tout : elle sous-loue l'habitat pour se faire du fric. Pendant ce temps, des familles quittent Paris faute de moyens suffisants pour se loger dans la capitale.

Je parle de vraies familles. 

Pas de ceux qui vont parader dans des manifs douteuses au nom de la famille puis piquent le logement de familles nombreuses pour s'en mettre plein les fouilles.

00:22 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : barjot, hlm |  Facebook | | |

dimanche, 09 juin 2013

On célèbre le terrorisme au jeu de paume ?

J'ai dû me pincer pour le croire : il y a une exposition au musée du Jeu de Paume à Paris actuellement qui présente l'oeuvre d'une artiste palestinienne.

Cette dernière a voulu présenter la manière dont les Palestiniens ordinaires, mais aussi parfois les autorités palestiniennes, ont voulu préserver la mémoire de leurs martyrs ces dix dernières années. Tout du moins, c'est ainsi que les appelle Ahlam Shibli.

Le principe pourrait être acceptable s'il ne se trouvait pas que parmi les dits martyrs, on comptait un nombre non négligeable d'individus qui ont tenté de canarder des civils généralement dans des opérations kamikazes.

Par exemple une des photographies représete Osama Buchkar, un membre du FDLP qui a tué 3 personnes et en a blessé 59 autres le 19 mai 2002 sur un marché le 19 mai 2002 à Netanya. La légende de la photo indique seulement : «il accomplit une mission de martyr à Netanya» ... Tu parles d'une mission...

Associer des crimes contre des civils à de la résistance ne me paraît pas acceptable. Ahlam Shibli se montre curieusement beaucoup plus soucieuse de la distinction entre les diverses causes lorsqu'elle dénonce l'assimilation dans la commémoration française en une même célébration la mémoire des résistants et celle des soldats coloniaux. 

En ce qui concerne les résistants français, ils ne s'en sont jamais pris aux civils mais toujours à l'armée d'occupation exclusivement. Les "martyrs" palestiniens d'Ahlam Shibli ne peuvent en dire autant.

Finira-t-on un jour par exposer un reportage photo sur les martyrs du 11 septembre aux USA ? Sur ceux d'In Anemas en Algérie avec son cortège d'innocents froidement assassinés ?

Accepter de telles expositions, sans aucune contextualisation, est un parti-pris idéologique tout à fait significatif de tout ce petit monde interlope associant la gauche bien-pensante, les alternatifs et anti-capitalistes de tout poil, une partie de la droite souverainiste et, bien sûr, les extémistes des deux camps, droite et gauche. Il faudrait ajouter à cela un présuppose arabophile et islamophile symptomatique de tout ce petit monde là...

Que Marielle de Sarnez peut-elle proposer pour les femmes à Paris ?

J'ai évoqué à plusieurs reprises ici grands contours des principales problématiques de la capitale pour ses habitants, mais je n'ai pas évoqué spécifiquement ses habitantes ! Je crois pourtant que les Parisiennes sont l'une des principales clefs de notre territoire.

Je vois deux préoccupations majeures pour elles :

- il y a d'abord celles qui sont mères ou qui projettent de le devenir : quel avenir pour elles et leurs enfants alors que le quotient familial baisse engendrant des surcoûts en cascade et que les crédits d'impôts à la garde à domicile et plus généralement aux emplois à domicile vont être rognés ?

- il y a aussi celles qui veulent vivre la vie d'une Parisienne, sortir, rendre visite à leurs ami(e)s, pouvoir revenir tard le soir, se promener et circuler en sécurité aux quatre coins de la capitale. Ma question est donc simple : que fait-on pour la sécurité des femmes à Paris, car la liberté d'aller et de venir me paraît l'une des toutes premières libertés à protéger...

L'un des aspects de la sécurité des femmes comporte entre autres les violences conjugales : si la ville ne peut se substituer au législateur (le gouvernement) elle peut prévoir des dispositifs et faire pression sur le gouvernement pour que ce soit l'homme violent qui quitte le domicile et non la victime.

Notre ville a les moyens d'engager une police municipale : c'est simple, avec un projet pharaonique en moins, nous pouvons financer 10 années d'effectif municipal au moins. 

J'ai donc une proposition : la création de brigades de sécurité oeuvrant spécifiquement dans le domaine de la protection des femmes, particulièrement pour qu'elles puissent se déplacer en toute sécurité dans la capitale.

On peut aussi envisager un label woman friendly pour toutes les entreprises et services qui facilitent la vie des femmes.

On peut agir sur la parité par des lois, bien sûr, mais je crois pour ma part que ce qui est le plus efficace, c'est de mettre en place tout ce qui peut favoriser l'autonomie des femmes. Plus les femmes sont indépendantes et libres, mieux elles sont armées pour grimper dans les échelons de responsabilité.

Il est très probable que le prochain maire de Paris soit une femme. Personnellement j'aimerais deux choses :

a) que l'élue de la capitale le soit sur un programme transparent, pragmatique, réaliste, et empreint des préoccupations réelles (et non supposées) des Parisiens

b) que ce soit Marielle de Sarnez car je crois que c'est la plus à même de rassembler les qualités que je viens d'évoquer.

Il faudra pour cela apporter des voix à un MoDem élargi, mais aussi que ce parti et les équipes qui travaillent avec Marielle sur le projet parisien, élaborent un programme très solide.

09:46 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : femmes, sarnez, modem |  Facebook | | |

mercredi, 05 juin 2013

Marielle de Sarnez peut défier NKM et Hidalgo

On ne parle que de NKM et Hidalgo à propos des prochaines municipales parisiennes : si les candidats de la gauche ne m'intéressent pas (ce sont des clones avec des nuances des socialistes) ceux du centre méritent déjà plus qu'on y prête attention. Je ne connais pour l'instant pas le projet de l'UDI et, à ce que je comprends, avant même de l'avoir établi, ce parti prévoit de s'allier dès le premier tour avec l'UMP. Autant se référer donc directement au projet de l'UMP...

Mais au centre, il y a surtout Marielle de Sarnez, le MoDem, et la société civile qu'elle entend mobiliser.

Je n'ai pas forcément énormément de conseils à lui donner mais, il y a au moins un point où elle pourrait coincer NKM et Hidalgo : je suis certain que le déconomètre va reprendre du service et fonctionner à plein tube au plus fort de la campagne. Les principaux candidats vont déverser une pluie de promesses sur les Parisiens, même si je soupçonne toutefois que NKM soit nettement plus prudente qu'Hidalgo sur le sujet.

On voit d'ailleurs que ces deux femmes se battent sur des sujets superficiels s'accusant l'une et l'autre sur des points assez ridicules.

Je crois que nous autres centristes, avons intérêt à leur demander de rendre compte de leurs projets respectifs et de leurs coûts. Nous pouvons aussi leur demander comment sérieusement l'une et l'autre comptent procéder pour améliorer par exemple le logement, la sécurité, l'emploi, la santé.

Engageons-nous de notre côté à ne plus faire payer un kopeck de plus aux Parisiens et à renoncer aux projets pharaoniques en conséquence. Par exemple, puisque les défenseurs des Serres d'Auteuil ont réussi à faire capoter le projet d'extension, n'est-il pas grand temps de revoir ces dépenses somptuaires ? C'est sur la base d'affirmations bidon nullement étayées qu'on a déclaré que sans extension, Roland Garros deviendraitn un tournoi secondaire : c'est sous-estimer complètement l'attrait de Paris et la proximité immédiate du centre avec les terrains de tennis. Très peu de tournois peuvent offrir un tel cocktail.

Delanoë a engagé des milliards de dépenses de voirie, généré des dizaines de millions d'euros de PVs, prétendûment pour améliorer la qualité de l'air. En dépit d'une baisse du trafic de 25% la qualité de l'air n'a pas bougé. En somme, avec 25% de véhicules en moins, et des améliorations techniques en propreté conséquentes sur les automobiles, Delanoë a réussi le tour de force de générer la même quantité d'air pollué. Nul doute que ses multiples entraves au stationnement et à la circulation dans Paris en sont largement comptables.

Ce que je souhaite, c'est un MoDem offensif, qui dénoncer les décomptes et les mécomptes de la gestion socialiste de la ville, et ce, jusque dans le moindre détail.

Cela paraît insignifiant, mais savez-vous que les directeurs d'école ne peuvent recruter leurs surveillants ? C'est la mairie de Paris qui leur impose tel ou tel surveillant sans aucun critère de qualité ni de particularité.

Ayons aussi le courage d'admettre que nous ne pouvons presque rien faire pour le logement à Paris. Ce que l'on peut faire, c'est mixer les classes sociales dans les logements sociaux (ce que propose Marielle de Sarnez) afin d'éviter de retrouver deux populations uniquement à Paris, le bobo et l'assisté (ajoutons le délinquant dans certains quartiers nord de Paris). Paris est une petite ville, il n'y a quasiment plus de foncier. Même si l'on construit en hauteur, on est contraint de perdre en superficie pour préserver des espaces de sécurité et de viabilité au sol. On ne peut donc augmenter la quantité de logements à Paris. Aucun miracle n'est possible dans ce domaine, et il est donc prudent de ne pas s'engager sur des promesses que l'on ne peut pas tenir.

En revanche, sur la sécurité, les dépenses de la ville, la santé, la circulation et les déplacements, on peut construire un projet parce qu'il y a des marges de manoeuvre.

C'est plus difficile pour l'emploi, faute d'avoir en mains les leviers nécessaires, mais, la ville peut jouer un rôle facilitateur pour l'esprit d'entreprise, ce qui crée un environnement propice au développement de l'emploi. La marge d'action est étroite et limitée, mais elle existe.

La culture est propice aux engagements idéologiques et démagogiques : une ville devrait se contenter de favoriser la vie culturelle sans s'impliquer directement dans les choix culturels des habitants. Comme pour l'entreprise, elle devrait se contenter de faciliter l'action culturelle et non se substituer à l'initiative privée voire l'entraver comme le fait l'actuelle mairie socialiste. Il y a donc dans ce domaine une renversement de vapeur possible puisque Delanoë n'a cessé de municipaliser les loisirs de proximité (mais pas les gros, vendus au plus offrant, comme la piscine Molitor, le Stade Jean Bouin, les pelouses d'Auteuil, les morceaux de Jardin d'Acclimation et cetera...).

08:17 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook | | |

lundi, 03 juin 2013

NKM l'emporte au premier tour

Si mes sources sont bien fiables, NKM l'emporte lors de la primaire de la droite parisienne avec 58% des suffrages. Je n'aurai pas besoin de voter deux fois :-)

Je rigole quand j'entends Hidalgo expliquer que NKM est fragilisée par cette élection. Cela va bien à Hidalgo de donner des leçons avec ses 98% au premier tour (pas d'autres candidats).

Pour ma part, je trouve que la primaire de la droite s'est plutôt bien déroulé et que c'est un bon exercice de démocratie. Ceux qui se soumettent aux suffrages des simples citoyens et prennent des risques en sortent toujours grandis.

Je l'avoue sans détour : si le MoDem ne parvient pas au second tour dans des conditions satisfaisantes, je verrai d'un bon oeil une alliance MoDem-Droite, tout du moins, dès lors que c'est la droite de NKM.

Si on pouvait virer tous ensemble les Socialistes de Paris, ce serait une douce satisfaction morale.

19:29 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : nkm, primaire, ump |  Facebook | | |