Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« NKM, Hidalgo, l'école du rire à Paris | Page d'accueil | Logement : le judicieux calcul de Marielle de Sarnez »

vendredi, 23 août 2013

Métropole de Paris, l'arnaque !

Il y a un truc que je déteste, en France : c'est l'intercommunalité. A l'origine, l'idée était de mutualiser les dépenses. Comprenons-nous : les dépenses existantes plus quelques dépenses d'investissement nécessaires. Avec le temps, c'est devenu une pompe à fric parfaitement antidémocratique permettant à quelques grosses communes d'aspirer les revenus des plus petites pour leur faire financer des équipements et projets pharaoniques locaux pour la plus grande gloire des baronnets implantés dans la place.

La Métropole de Paris telle qu'elle est concoctée par le gouvernement va être quelque chose de ce genre. Un machin pour élus locaux qui vont s'entendre sur le dos d'une partie des Franciliens.

En réalité, il n'y aurait de métropole valable que celle qui représenterait toutes les populations concernées avec des élus adoubés par le suffrage universel et une configuration de l'assemblée métropolitaine à la proportionnelle intégrale (avec tout de même un seuil de 3 à 4%).

Au fond, mieux vaudrait régler cela par référendum auprès des populations concernées. Hollande a ce pouvoir, puisque l'initiative référendaire lui appartient : qu'il en use pour passer outre les résistances des baronnies locales si c'est nécessaire. Mais qu'il garantisse aussi aux petites communes de ne pas se faire avaler sans avoir leur mot à dire : pour une telle consultation, une petite commune ne devrait rentrer dans la métropole que si 50% de la population concernée au moins adhère au projet.

La construction actuelle du Grand Paris me fait penser aux dérives de l'Union européenne que nous connaissons : on le construit autant sans les Franciliens concernés que l'Europe ne se fait que par la technocratie bureaucratique à l'heure actuelle.

Bref, je n'aurais qu'un slogan simple sur le sujet : transparence ! Rendons le Grand Paris aux Franciliens et Parisiens et faisons-le avec ceux qui veulent le faire. A charge pour nous de les convaincre.

Il me semble que ce que j'exprime sur l'impératif démocratique est assez proche des idées de Marielle de Sarnez et du MoDem sur la question mais j'espère que toute son équipe et elle-même s'exprimeront sur le sujet.

12:02 Publié dans Paris, Politique | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : grand paris, métropole |  Facebook | | |

Commentaires

Il y a du vrai dans ce que vous dites, mais certainement pas le fait que la MGP est fait "pour les élus locaux". C'est le contraire. L'immense majorité des maires sont opposées à cette recentralisation qui gommera les communes auxquelles sont attachés les citoyens et sur lesquelles ils ont de l'influence. En revanche, les présidents de conseils généraux et les élus régionaux (élus à la proportionnelle par les partis), eux, ne sont pas mécontents, comme les élus de Paris (savez-vous qu'il suffit de 23 voix pour être élu sénateur de Paris ...? Certes, ce sont des voix disputées, mais quand même ...). Donc ne confondons pas élus locaux et élus locaux.

Écrit par : Philippe LAURENT | vendredi, 23 août 2013

billet très intéressant, á part Bayrou..
faut se méfier des enfants de Puteaux.

Écrit par : lou | samedi, 24 août 2013

Je me suis plusieurs fois exprimé sur le sujet
( http://philippegibault.wordpress.com/2013/07/23/je-suis-pour-la-creation-dun-grand-paris/

http://philippegibault.wordpress.com/2013/07/28/finissons-en-avec-sud-de-seine-et-misons-enfin-sur-un-grand-paris-democratique/

http://philippegibault.wordpress.com/2013/07/30/le-grand-paris-democratique-doit-se-faire-avec-une-remise-a-plat-du-millefeuille-francais/

)
Néanmoins, je rappelle les grandes lignes:
- Je suis contre les intercommunalités actuelles, antidémocratiques (notons que ça va changer, lors des prochaines municipales, on vote aussi le conseil communautaire) et, comme c'est si bien dit, pompe à fric.
- Je suis néanmoins pour le Grand Paris, certains problèmes se posent au niveau de Paris et la proche couronne.
- Les compétences doivent être clairement définies.
- Le grand Paris doit se faire "à la place" des intercommunalités, comme Sud de Seine (Au hasard).
- Le Grand Paris doit se faire avec une simplification du millefeuille administratif (suppression du département).
- Oui, les maires passeront une partie de leur pouvoir.
- Pour que le tout soit accepté, il faut que l'élection de l'assemblée délibérative soit démocratique et représentative des diversités d'opinion (un scrutin de liste à deux tour par exemple).

Enfin, le dernier point est valable pour l'Europe. L'Europe doit prendre de plus en plus de pouvoir. C'est une nécessité. Il faut donc qu'elle soit plus démocratique pour que ce soit accepté.

Écrit par : Phil | dimanche, 25 août 2013

Salut Phil,
J'ai lu tous tes billets sur le sujet. Je ne suis pas d'accord avec toi sur le mode de scrutin. Je souhaite une proportionnelle intégrale.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 26 août 2013

@lou
Pourquoi de Puteaux ?
@Philippe Laurent
Pour quelques élus locaux, pas tous, bien entendu. On est bien d'accord pour le reste.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 26 août 2013

Un système électoral doit répondre à deux exigences contradictoires :
1) Il doit être représentatif des divers courants de pensés
2) Il doit permettre de dégager une majorité pour diriger
Si on a que le 1, on arrive, en général, à un échelon ingouvernable.
Je pense aux régions avant 2003, par exemple.
Je dis bien en général, car il se trouve que ça marche pour le parlement européen, mais c’est un peu spécial.
Malheureusement, en France, on a des politiques irresponsables.

Mais si on a que le 2, on arrive à un débat stérile, et une majorité de citoyens n’est pas représenté (je pense à l’assemblée nationale).

Au final, le système qui permet d’appliquer le 1 et 2, c’est un système de liste à deux tour, comme aux municipales, où la liste en tête à la majorité des sièges +1, le reste étant distribué à la proportionnelle.

Dernière remarque : les centristes ont peu de représentants, mais ça, ce n’est pas dû que au système électorale, mais au fait que l’on est le centre le plus bête du monde. Et à Malakoff, là où le centre a un espace, le centre ne sera pas en mesure de l’occuper (je le crains). Mieux, il risque d’être occupé par d’autres personnes.
Et ça, aucun système électoral n’y pourra quelque chose. Ça ne dépend que de nous.

Écrit par : Phil | lundi, 26 août 2013

Les commentaires sont fermés.