Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 juin 2013

On célèbre le terrorisme au jeu de paume ?

J'ai dû me pincer pour le croire : il y a une exposition au musée du Jeu de Paume à Paris actuellement qui présente l'oeuvre d'une artiste palestinienne.

Cette dernière a voulu présenter la manière dont les Palestiniens ordinaires, mais aussi parfois les autorités palestiniennes, ont voulu préserver la mémoire de leurs martyrs ces dix dernières années. Tout du moins, c'est ainsi que les appelle Ahlam Shibli.

Le principe pourrait être acceptable s'il ne se trouvait pas que parmi les dits martyrs, on comptait un nombre non négligeable d'individus qui ont tenté de canarder des civils généralement dans des opérations kamikazes.

Par exemple une des photographies représete Osama Buchkar, un membre du FDLP qui a tué 3 personnes et en a blessé 59 autres le 19 mai 2002 sur un marché le 19 mai 2002 à Netanya. La légende de la photo indique seulement : «il accomplit une mission de martyr à Netanya» ... Tu parles d'une mission...

Associer des crimes contre des civils à de la résistance ne me paraît pas acceptable. Ahlam Shibli se montre curieusement beaucoup plus soucieuse de la distinction entre les diverses causes lorsqu'elle dénonce l'assimilation dans la commémoration française en une même célébration la mémoire des résistants et celle des soldats coloniaux. 

En ce qui concerne les résistants français, ils ne s'en sont jamais pris aux civils mais toujours à l'armée d'occupation exclusivement. Les "martyrs" palestiniens d'Ahlam Shibli ne peuvent en dire autant.

Finira-t-on un jour par exposer un reportage photo sur les martyrs du 11 septembre aux USA ? Sur ceux d'In Anemas en Algérie avec son cortège d'innocents froidement assassinés ?

Accepter de telles expositions, sans aucune contextualisation, est un parti-pris idéologique tout à fait significatif de tout ce petit monde interlope associant la gauche bien-pensante, les alternatifs et anti-capitalistes de tout poil, une partie de la droite souverainiste et, bien sûr, les extémistes des deux camps, droite et gauche. Il faudrait ajouter à cela un présuppose arabophile et islamophile symptomatique de tout ce petit monde là...