Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2011-12 | Page d'accueil | 2012-02 »

mardi, 31 janvier 2012

Péril jaune !

C'était à la mode, au début du XXème siècle, de clamer au péril jaune, surtout quand les Japonais ont infligé leur première rouste aux Russes. Après la Seconde Guerre Mondiale, le développement économique, il y a eu un léger glissement sémantique : on est passé du terrain militaire au terrain économique. Avec les années 90 et un sérieux coup de mou dans l'économie Japonaise, le Péril Jaune s'est déplacé de quelques centaines de kilomètres vers l'Ouest.

Alors, nom d'un béret basque, non seulement ils nous exportent à tire-larigot leur textile, mais en sus ils nous envoient aussi des frelons ! Tiens, ça nous apprendra à importer aussi de la poterie chinoise. Comme si on n'avait pas assez de terre glaise et d'argile chez nous !

Le député centriste Philippe Folliot s'en est ému et a proposé le classement du frelon asiatique dans la catégorie des nuisibles. Cette sale bestiole ravage nos ruches. En principe, un nid de frelons européens, c'est environ une centaine d'individus, mais le frelon asiatique, c'est par grappe de 2000 à 5000 qu'ils s'installent !

Jusqu'ici, le code rural ne considère comme nuisible que ce qui s'attaque à des végétaux, or, l'abeille est un insecte. Il faut donc une modification substantielle, comme l'a proposé Philippe Folliot.

C'est un peu la panique chez les apiculteurs. Il ne faut pas oublier que les abeilles ne se contentent pas de produire du miel : ce sont aussi les principales pollinisatrices des plantes. En Chine, où on a fait un peu trop joujou avec les produits chimiques, des régions entières se sont retrouvées sans abeilles et il a fallu polliniser à la main. A ceux qui ne seraient pas convaincus, je leur suggère de faire une tentative en se contenant d'un mètre carré de fleurs ou simplement d'un pommier. Vous verrez, après, ils béniront les abeilles, ces sympathiques petites bestioles qui travaillent gratis pour nous.

Pas étonnant, dans ces conditions, que François Bayrou en ait fait l'emblème de son projet écologique.

En 2010, le Centre d'études poétiques et littéraires de la Lozère a eu la riche idée de faire de l'abeille le thème principal de son concours de poésie.

Ayons dans nos esprits la prière de Victor Hugo : 

 

Seigneur, préservez-moi, préservez ceux que j’aime,

Frères, parents, amis, et mes ennemis même

Dans le mal triomphant,

De jamais voir, Seigneur, l’été sans fleurs vermeilles,

La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles,

La maison sans enfants!…

O vous dont le travail est joie,

Vous qui n’avez pas d’autre proie

Que les parfums, souffles du ciel;

Vous qui fuyez quand vient décembre,

Vous qui dérobez aux fleurs l’ambre

Pour donner aux hommes le miel…

 

16:14 Publié dans écologie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : abeille, bayrou, frelon |  Facebook | | |

Quoi lire à ma petite fille ?

Olympe m'a récemment interpellée à propos d'une campagne de sensibilisation aux inégalités entre hommes et femmes.

Le coeur de la campagne, c'est de montrer (souvent de manière caricaturale, toutefois) que par plein de manifestations inconscientes, l'inégalité est incrustée au coeur de nos habitudes sociales. Je suis pour ma part sceptique sur l'efficacité de cette campagne, mais j'en partage, en revanche, les préoccupations.

Comme je suis très attaché à la culture classique (mais pas seulement) je m'efforce de faire découvrir à mes enfants les facettes des différents contes et légendes du monde entier. Bien sûr, je donne dans cette optique une place de choix à la mythologie gréco-latine. Or, j'ai remarqué un fâcheu détail : dès que l'on cherche des ouvrages de régularisation mythologique pour les enfants, on n'en trouve aucun prévu pour les petites filles. C'est toujours l'histoire du point de vue des héros et non des héroïnes qui est considérée par les auteurs de la littérature de jeunesse. Voilà qui est fort : la mythologie ne manque pourtant pas d'héroïnes. Sophocle a bien été capable d'écrire une Antigone, pourquoi nos auteurs modernes ne sont pas fichus de créer une petite princesse royale à Thèbes à laquelle une petite fille pourrait s'identifier ? Ovide fait bien parler les héroïnes fameuses de la mythologie grecque dans ses Héroïdes : qu'est-ce qui empêcherait de raconter l'histoire de Thésée du point de vue d'Ariane ?

S'il y a quelques efforts de faits pour des enfants plus âgés et pour les adultes, pour les très jeunes enfants, c'est un peu la cata : nada pour les petites filles. Qu'est-ce que je vais lui raconter, moi, à ma petite dernière ?

Voilà, la transparence des femmes, hélas, cela commence ici...

07:31 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : femmes, filles, égalité |  Facebook | | |

lundi, 30 janvier 2012

Ça sentait le facho à plein nez à Vienne...

Je me suis déjà exprimé ici sur l'Autriche (faudrait que je retrouve le billet). Ce pays n'a pas été dénazifié en 1945 parce qu'il était sur une ligne de fracture Est/Ouest. Du coup, tous les nazis ont pu s'y planquer, et, aujourd'hui, ils paradent dans les palais impériaux, cachant à peine leur idéologie.

Si on avait pendu ce qu'il fallait de dignitaires nazis et traité l'Autriche comme un pays vaincu, et non annexé en 1946, Marine Le pen n'aurait pas trouvé de cavalier à Vienne.

On peut toujours trouver évidemment des individus recommandables parmi ceux qui ont fait partie des corporations pangermanistes qui se réunissent lors de cet évènement annuel, il n'en reste pas moins que la majorité mérite son certificat de facho aussi authentique que patenté.

Je connais l'Autriche. A moins d'1 kilomètre de Mathausen, personne ne sait où cela se trouve. Cela ne me fait pas rire, et c'est la vérité. Dans le musée de l'armée de Salzbourg, un soldat en tenue flambante du 3ème reich trône juste à côté de la salle de torture. 

Quand j'étais bien plus jeune, j'avais avec un pote de circonstance dragué deux Autrichiennes à la sortie d'une discothèque : engageant la conversation, je leur avais demandé ce qu'elles pensaient de Kurt Waldheim qui faisait alors l'objet d'une polémique. Tout en se déclarant social-démocrates, elles n'avaient trouvé que des mots pour le défendre. On n'a pas fini la nuit ensemble, c'est clair. On a parfois l'impression que "facho" et Autrichien, c'est quasi-consubstantiel.

A Saint-Wolfgang, quand on se promène dans les rues qui sentent leur petite Suisse bien propette, les regards fuyant derrière les rideaux à l'affût de la délation dévoilent le fond de l'esprit autrichien.

Il reste, heureusement, des Autrichiens aussi aimables qu'admirables, mais là-bas, il faudrait un méga grand coup de torchon pour faire du nettoyage. Il y a de la saleté qui s'y est stratifiée depuis 1945, et, depuis que ça dégèle, ça commence à rentrer en putréfaction.

Ce qui est drôle, ce sont les efforts de Marine Le pen pour dédiaboliser le FN tout en se rendant à naziland faire quelques pas de valse.

Les mecs qui organisent ces bals, ils ont quand même proposé Rudolf Hess, dauphin de Hitler en 1939, comme candidat à titre posthume pour le prix Nobel de la paix.

Je pense que Marine Le pen sera désormais dispensée de refaire une demande de visa pour Israël : pas la peine de chercher à dédiaboliser son parti, et puis...il doit y avoir trop de Kahn, là-bas, son père pourrait s'en trouver indisposé...

A gauche on a du mal avec la réalité...

Julien Dray a quelques difficultés avec le principe de réalité. Je le lis expliquer sur son blogue que Bayrou a toujours fait partie de la majorité de droite et qu'il reviendra à son camp. Bayrou est indépendant depuis fort longtemps, désormais, et les échecs électoraux du MoDem s'expliquent justement par cette volonté de faire le chemin seul. Seul, et avec des têtes fondamentalement nouvelles en politique.

Julien Dray accuse Bayrou de vouloir attenter à la puissance publique : il ne fait pourtant qu'énoncer une donnée de la réalité. La France est déficitaire, le budget doit revenir à l'équilibre. Il me semble bien que c'est aussi ce que veut (au moins en paroles) François Hollande. Alors ? Ce qui est bon chez Hollande est mauvais chez Bayrou ?

Dire que Bayrou n'est pas le changement est assez amusant, venant d'un représentant d'un des deux parties de pouvoir.

Quant au tournant social, on attend toujours de savoir quel va en être le financement. Je rappelle, une fois encore, que François Hollande parle de redéploiements pour la fonction publique et de rien d'autre. On sait donc qu'il va forcément supprimer des emplois quelque part. On aimerait savoir où...

Mettre sur le même plan les 2% de TVA supplémentaires de Bayrou et les 1.6 de Sarkozy comme on le voit sur les réseaux sociaux de la part des Socialistes relève de la forfaiture. Les 2% de Bayrou font partie d'un paquet global destiné à venir à bout de nos déficits. Il n'en constitue qu'un nécessaire élément. A celui-ci s'ajoute une tranche supplémentaire d'impôt sur le revenu, un impôt universel sur le patrimoine sans niches et un taux de CSG révisé pour garantir le financement de la protection sociale.

De toutes façons, les Socialistes finiront d'une manière ou d'une autre par faire payer les Français parce que c'est inévitable. Alors ce n'est pas très honnête de raconter des salades...

13:22 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bayrou, dray |  Facebook | | |

dimanche, 29 janvier 2012

Bachar el Assad en fuite ?

J'attends que cela se précise, mais d'après une chaîne israélienne, Bachar el Assad aurait tenté de fuir vers la Russie. Mais il aurait été intercepté par l'Armée Syrienne Libre selon le quotidien égyptien « Al-Masri Al-Yaoum ».

A la suite d'une bataille rangée entre la Garde Républicaine et l'ASL, Assad aurait réussi à se dégager et à rebrousser chemin vers Damas. Les combats se multiplient dans la capitale de la Syrie et les insurgés semblent infliger de lourdes pertes aux forces loyales au clan Assad.

D’autres sources affirment que le général Mohamed Khallouf, chef des services de renseignements syriens serait entré en dissidence à la tête d'une division de 300 hommes. Informations supplémentaires à venir en live-blogging dès que j'ai du neuf...

 

MAJ 23h30 : des combats ont apparemment lieu près du palais présidentiel et notamment aux alentours de la Place des Abbassides. Les Damascènes commenceraient à descendre dans les rues (cette dernière information est à prendre avec des pincettes).

samedi, 28 janvier 2012

Le silence des enseignants

Je suis très frappé de l'atonie du monde enseignant dans cette campagne présidentielle. Peut-être, aussi, que les partis politiques ont tué le débat pédagogique en se mettant tous d'accord sur les mesures à appliquer, seuls les montants à attribuer à l'éducation les distinguant les uns des autres.

Je crois très profondément que cette élection ne se jouera pas sur l'école même si bien sûr l'éducation est présente dans les esprits, particulièrement ceux des familles.

Je suis également étonné de l'inactivité des blogueurs enseignants. Oh, on en trouve bien quelques uns de temps à autre pour faire entendre leur voix, mais quand ils s'expriment sur l'éducation, on constate qu'ils ont totalement embrassé le point de vue dominant au sein de leur formation politique, abjurant toute forme d'esprit critique.

S'il y a bien une profession que sa hiérarchie s'ingénie à faire ch... par tous les moyens possibles et imaginables, c'est pourtant bien celle-là. Réformes incessantes, faits du prince, interventions inutiles mais imposées dans les séances de cours, formulaires aussi crétins qu'abscons à remplir pour évaluer les élèves, méthodes kafkaïennes, circulaires au jargon incompréhensible et aux nomenclatures improbables... 

Ce qui m'impressionne, avec les profs, c'est qu'ils n'ont jamais de revendications salariales. Pourtant, en valeur absolue, depuis 40 ans, leur salaire n'a cessé de baisser.

En règle générale, ils se contentent simplement de demander qu'on leur foute la paix. En vain.

Le 31 janvier prochain, quelques uns de leurs syndicats appellent à la grève : la dernière trouvaille des Châtel Cie, c'est d'attribuer aux chefs d'établissement le pouvoir de juger de la qualité pédagogique ou non de ses enseignants et de les noter donc en conséquence. Ainsi, un chef d'établissement ayant été formé en fabrication de macramé pourra désormais donner son avis sur les transgressions des règles de bienséance dans la Phèdre de Racine. Riche idée, non ?

En attendant, un grand consensus mou se dessine au sein de l'opinion : l'école telle qu'elle fonctionne semble satisfaire tout le monde. Enfin...presque...

20:04 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : enseignant |  Facebook | | |

Bavardages ? Une claque dans la g...

Amusant ce livre d'un prof de philosophie qui n'en peut plus du bavardage à l'école. Épuisé par des coupures de parole incessantes il a pris le parti de procéder à l'ancienne, punitions et exclusions de cours.

C'est curieux, mais j'ai observé ce phénomène aussi dans des assemblées d'adultes. Peut-être d'une manière plus discrète, certes, mais c'est une tendance assez forte au fond.

Au fond, c'est le sens d'une société où individualisation et particularismes vont croissants. Chacun finit par ne plus s'occuper que ses petites affaires, y compris en collectivité. Encore l'une des nombreuses manifestations Tocquvillienne sur les déviations de la démocratie.

10:45 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : bavardages |  Facebook | | |

vendredi, 27 janvier 2012

Que faire pour lejaby ? Ben acheter français...

Ah, lejaby, c'est la grande angoisse des politiques par les temps qui courent : encore une entreprise qui délocalise, encore une usine qui ferme, encore des emplois perdus. Ils y courent tous à Yssingeaux, dans l'urgence de la campagne présidentielle. Hollande, Besson, Wauquiez, Montebourg, tous se pressent au chevet du symbole du textile français agonisant.

Cette précipitation  traduit surtout l'absence d'anticipation. Elles sont nombreuses, les petites usines, à avoir crevé lentement, d'une mauvaise mort. Il y a, je le crois, chez nombre d'acteurs politiques, maldonne sur le rôle de l'État : tout faire pour retrouver un repreneur, c'est certes louable, mais c'est une réaction dans l'urgence qui se substitue à la vision de fond.

Il faut voir les procès en sorcellerie ès nationalisme qui sont régulièrement faits à Bayrou depuis qu'il a propulsé Made in France et Achetez français dans la campagne électorale.

Que faire pour Lejaby ? Eh bien commander un soutien-gorge là-bas, pardi ! Là, je ne peux pas le faire, je ne suis pas une fille. Mais dans le principe, pour deux euros, comme l'observait Bayrou, pourquoi ne pas acheter local ?

Pour information, les soutien-gorges Lejaby sont en vente chez LemonCurve et en plus, il y a de bonnes soldes : -50% ! Bon, il ya  juste un petit souci : faute d'indications, qu'est-ce qui est produit en France, exactement, dans le tas ?

Évidemment, le consommateur ne peut être le seul acteur de ce redressement : l'État peut avoir un rôle facilitateur. Auprès des entreprises, en évaluant en amont le danger à venir, d'où l'intérêt d'un Conseil stratégique qui puisse voir venir le temps mauvais et les évolutions de chaque filière, en aval en permettant au citoyen de se fournir localement, c'est à dire en l'informant et en favorisant la distribution des produits locaux dans les principaux dépôts et principales enseignes. Les fondamentaux du programme de Bayrou, en somme.

Bayrou avait approuvé en son temps la mise en place d'une sorte de fond souverain stratégique : sans en faire une caisse de renflouement, on pourrait aussi penser à une action d'un tel fond dans ce genre de cas, notamment pour favoriser la constitution de SCOP, structures plus fiables que les sociétés classiques pour garantir le bien-être des salariés.

Il faut évidemment qu'il y ait les compétences nécessaires sur place, mais personnellement, je vois bien un État prêteur/investisseur favorisant l'émergence de SCOP puis rentrant dans ses fonds après remboursement une fois l'usine ou l'entreprise sauvée. Pour une collectivité locale, l'investissement ne me semble pas impossible, puisqu'à ce que j'ai compris, il suffirait de 7 à 10 millions d'euros pour créer une nouvelle entreprise à partir de l'unité de production existante.

Moi, je crois profondément à l'intelligence collective. Souvent, les êtres qui vivent en société trouvent des solutions collectives naturellement viables. On voit en France plein d'associations faire feu de tout bois là où les services de l'État défaillent et où le privé classique piétine.

La SCOP, c'est une forme d'intelligence collective viable. De la même façon qu'il faut faire confiance aux Français pour faire preuve d'intelligence collective dès lors qu'ils sont informés. L'État n'a dans cette vision de la société, toute centriste, que vocation à favoriser la rencontre des différents acteurs, sans interférer davantage.

Au fait, mes jeans de Florac sont arrivés ! :-) M'ont l'air très bien coupés, mes deux Tuff's, mais je vous en donnerai des nouvelles prochainement. Je ne l'ai pas ajouté la dernière fois, mais en fait, les jeans, c'est une création française de Nîmes à l'origine.  D'où la marque Denim. Cette hypothèse est toutefois controversée : selon d'autres sources, le tissu aurait été commercialisé par des marchands Gênois et «jean» serait en fait l'anglicisation de Gênes. Quoi qu'il en soit, c'est bien à un Américain que l'idée est revenue de faire, à partir de cette toile, les pantalons qu'on a par la suite appelés jeans. Voilà, ça c'était le plus pour informer de la suite de ma commande Made in France :-)

jeudi, 26 janvier 2012

Un centriste juge le programme de Hollande

Je viens à l'instant de prendre connaissance des principales propositions de François Hollande via le Parisien.

Ma première réaction, c'est de penser qu'il ne peut pas financer ce qu'il promet. Il va donc soumettre aux Français des propositions mensongères, sauf à nous envoyer dans le mur direct. 150 000 emplois jeunes, 60 000 fonctionnaires, 25% d'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire, 25% de nucléaire en moins d'ici 2025, il faut arrêter un peu.

Après, lot de consolation, l'ensemble est tout de même beaucoup moins calamiteux que ce que le laissaient entendre le Bourget et les déclarations de ses lieutenants ces deux dernières semaines. Au fond, c'est un programme social-démocrate assez classique, avec hameçons et appâts pour la gauche de la gauche.

Il y a tout de même quelques mesures que j'agrée :

- abrogation de la circulaire sur les étudiants

- loi sur l'égalité homme/femme (la fera-t-il vraiment ?)

- tranche supplémentaire sur l'IRPP

- arrêt de la RGPP (politique menée à l'aveugle depuis sa mise en place).

- introduction d'une part de proportionnelle aux législatives

Mais pour le reste...

12:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : hollande, programme |  Facebook | | |

Le changement c'est maintenant ? mèkiçonkon !

'tain : jetez un oeil sur la sous-m... que le staff de Hollande nous a pondu. Je crois rêver. Et la pravdasphère avait osé de moquer du lipdaube de l'UMP ... mais là, franchement, j'arrive même pas à rire. C'est quoi, là exactement ? Gnnné, ayé, z'ont réussi à se coller la claque en se croisant les bras ? 

Zeus tout puissant, toi qui règnes sur l'Olympe, fais que jamais au MoDem un projet aussi débile ne traverse l'esprit d'un militant, pitié, Seigneur !....


Le changement, c'est maintenant: le signe de... par francoishollande