Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Ça sentait le facho à plein nez à Vienne... | Page d'accueil | Péril jaune ! »

mardi, 31 janvier 2012

Quoi lire à ma petite fille ?

Olympe m'a récemment interpellée à propos d'une campagne de sensibilisation aux inégalités entre hommes et femmes.

Le coeur de la campagne, c'est de montrer (souvent de manière caricaturale, toutefois) que par plein de manifestations inconscientes, l'inégalité est incrustée au coeur de nos habitudes sociales. Je suis pour ma part sceptique sur l'efficacité de cette campagne, mais j'en partage, en revanche, les préoccupations.

Comme je suis très attaché à la culture classique (mais pas seulement) je m'efforce de faire découvrir à mes enfants les facettes des différents contes et légendes du monde entier. Bien sûr, je donne dans cette optique une place de choix à la mythologie gréco-latine. Or, j'ai remarqué un fâcheu détail : dès que l'on cherche des ouvrages de régularisation mythologique pour les enfants, on n'en trouve aucun prévu pour les petites filles. C'est toujours l'histoire du point de vue des héros et non des héroïnes qui est considérée par les auteurs de la littérature de jeunesse. Voilà qui est fort : la mythologie ne manque pourtant pas d'héroïnes. Sophocle a bien été capable d'écrire une Antigone, pourquoi nos auteurs modernes ne sont pas fichus de créer une petite princesse royale à Thèbes à laquelle une petite fille pourrait s'identifier ? Ovide fait bien parler les héroïnes fameuses de la mythologie grecque dans ses Héroïdes : qu'est-ce qui empêcherait de raconter l'histoire de Thésée du point de vue d'Ariane ?

S'il y a quelques efforts de faits pour des enfants plus âgés et pour les adultes, pour les très jeunes enfants, c'est un peu la cata : nada pour les petites filles. Qu'est-ce que je vais lui raconter, moi, à ma petite dernière ?

Voilà, la transparence des femmes, hélas, cela commence ici...

07:31 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : femmes, filles, égalité |  Facebook | | |

Commentaires

Eh bien, écris-lui rien que pour elle ces contes ! Que tu publieras ensuite pour toutes les autres petites filles !
(Je connais un très bon historien qui fait aussi de l'édition.)
Ah, ah, je sens que nous allons avoir de belles nouveautés un jour prochain en librairie. Je propose comme titre de cette nouvelle collection : "le fil d'Ariane"...
Grosses bises à ta petite fille.

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 31 janvier 2012

En même temps elle risque de comprendre le fond du problème en découvrant Pénélope ... comme bobonne elle ce pose là elle.

Écrit par : skunker | mardi, 31 janvier 2012

Mais non, on peut faire le parallèle de Pénélope avec les épouses de militaires ou de marins justement qui ne sont pas du tout des "bobonnes" soumises. Ou avec les femmes qui élèvent seules leurs enfants.

Bien au contraire, durant l'absence de son mari, la femme est obligée d'avoir les deux rôles (mère et père) ; et c'est parfaitement gratifiant pour une petite fille de savoir que la plupart des femmes parviennent à gérer vie professionnelle et vie familiale... sans avoir forcément "besoin" de la présence d'un homme.
Pénélope était une femme forte et intelligente. Et aimante : elle a su temporairement occuper la place de son mari sans la lui confisquer. La classe !

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 31 janvier 2012

J'ai trouvé un petit site qui fait un sondage permanent pour 2012 :

http://resultatselections-2012.over-blog.fr/

Écrit par : _Ulysse_ | mardi, 31 janvier 2012

Pour la vidéo du pacte pour l'égalité difficile de faire plus lourd et à contre emploi.

Écrit par : François | mardi, 31 janvier 2012

Ce qui est sympa avec la mythologie grecque, c'est que l'on peut la lire en fonction des auteurs de différentes facons...
Pourquoi Thèbes, l' hérétique? ;)) Voui, effectivement, je crois que la place de la femme dans la société était plus enviable en Egypte.

Écrit par : Martine | mardi, 31 janvier 2012

@ Françoise :

Vision très archaïque du rôle de la femme ^^
Sans nier ses qualités, elle est loin d'avoir le beau rôle.
Elle reste à la maison, à attendre l'éventuel retour d'Ulysse, le tout en passant ses journées à refaire ce qu'elle a déjà fait la veille ... rien que d'y penser je trouve ça déprimant. Dans la réalité Pénélope se suicide avant la fin de la première année.

Ce que j'aime beaucoup dans la mythologie romaine et grecque c'est la représentation du divin féminin, par opposition à l'image des femmes qu'à véhiculé l'église et que je déteste, que j’exècre ... on leur doit beaucoup des inégalités hommes/femmes d'aujourd'hui je pense.

Écrit par : skunker | mardi, 31 janvier 2012

Skunter, vous avez certainement en mémoire une variante de la vraie légende.
Voici ce que l'on dit sur Wikipédia au sujet de Pénélope et qui me semble exact. ;-)
http://fr.wikipedia.org/wiki/P%C3%A9n%C3%A9lope

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 31 janvier 2012

C'est une BD, mais il y a la série des Yoko Tsuno, dont l'héroïne est une femme :)

Écrit par : melianos | mardi, 31 janvier 2012

Non on parle bien de la même chose.
J'avais oublié qu'en prime elle est la récompense d'un tournois ... d'ailleurs la formulation sur wikipedia est assez moche :

"Son père, pour éviter les querelles qui auraient pu éclater entre les prétendants, les oblige à en disputer la possession dans des jeux qu'il fait célébrer."

Femme objet vendu par son père à celui qui semble destiné à avoir le plus bel avenir. Et si Ulysse avait été patraque à cause d'une mauvaise grippe le jour du tournois ?

"Ainsi, pendant trois ans, elle allégua cet ingénieux prétexte, sans que sa tapisserie s'achevât jamais ; car elle défaisait la nuit ce qu'elle avait fait le jour"

Trois ans à s'acharner sur un tapis pendant qu'Ulysse vit des aventures épiques. Moi ça me rendrait dingue ...
Après c'est vrai elle a d'immense qualité, mais elle est là uniquement pour sublimer Ulysse, dont le souvenir continue au bout de 20 ans d'inspirer l'amour à sa femme.

Écrit par : skunker | mardi, 31 janvier 2012

Boh... Il vous reste Atalante, Omphale et Lysistrata. ;-)

Écrit par : Ch. Romain | mardi, 31 janvier 2012

@Martine
c'est la Thèbes grecque, celle d'Oedipe, pas celle d'Égypte.
@Françoise
Pourquoi pas. Mais je ne sais pas dessiner pour illustrer l'histoire.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 31 janvier 2012

@melianos
Oui, mais là c'est pour une petite de trois ans.
@skunker
J'aime bien Antigone, c'est une très jeune fille, ou encore Électre, mais bon : entre l'une qui vient rendre les honneurs funèbres à un cadavre en putréfaction et l'autre qui pousse son frère à tuer sa mère, euh...

Écrit par : l'hérétique | mardi, 31 janvier 2012

Psyché, ça me paraît bien. L'ancêtre des héroïnes de contes.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 31 janvier 2012

@L' hérétique,
J'avais compris ;))
Si la soeur de Francoise pas intéressée, tiendez-moi info...Quelques artistes dans mon carnet.
@+

Écrit par : Martine | mardi, 31 janvier 2012

Avez-vous songé à Electre ?!
Il y a Sophocle. Mais plus proche de nous, la pièce de Jean Giraudoux est remarquable.

Écrit par : pierre | mardi, 31 janvier 2012

Il y a aussi des témoins comme Chiara Luce.

Écrit par : pierre | mardi, 31 janvier 2012

Y a la légende de Mabd en Irlande. On s'éloigne un peu de la Grèce et je suis pas sûr que tout soit racontable à une gamine, mais çà fait partie des contes où la dame ne rend aucun compte face à ces messieurs.^^

Écrit par : Shaher | mardi, 31 janvier 2012

Que dire alors de Cassandre punie par Apollon lui-même pour s'être refusée à lui ? En voilà pourtant une qui a su résister ! ;-)

Écrit par : Françoise Boulanger | mardi, 31 janvier 2012

Pas tout à fait exacte Françoise. Elle s'était promise à lui en échange du don de divination. Promesse qu'elle a refusé d'honorer par la suite. D'où la perte de son pouvoir de persuasion ( très vicelard dans le genre je trouve ).

Écrit par : skunker | mardi, 31 janvier 2012

Personnellement, je me demande comment un (mauvais) clip non-discrimination sexiste peu vous amener à recommander une Pénélope attendant devant son métier à tisser.
Ca me rapelle une photographie des années 1920 à destination de jeunes ouvrières chrétiennes, représentant une jeune femme attablée devant sa machine à coudre et légendée "quelle joie de retrouver chez soi un métier plus féminin"

"Les manifestations inconscientes, l'inégalité est incrustée au cœur de nos habitudes sociales"... c'est pas nouveau.

Cela dit pour votre petiote, je vous donne raison, j'ai cherché un peu et rien n'est fait pour vous plaire.

Écrit par : Pas convaincu | mardi, 31 janvier 2012

@Pas Convaincu
Moi aussi je trouve ce clip très mauvais. De manière générale, je pense que l'agit-prop n'est pas une bonne méthode pour promouvoir l'égalité homme-femme.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 01 février 2012

Messieurs, vous admettez donc que, jusqu'à présent,aucune héroïne n'a eu le beau rôle ! La domination masculine est encore et toujours flagrante... C'est très agréable pour une femme de voir cet état de fait dénoncé par des hommes en tout cas.

Ce qui est bien dans un conte, c'est de pouvoir raconter justement tout ce que l'on veut. Rien n'empêche de partir d'un nom connu et redonner une autre version... ("C'est le petit chaperon rouge elle-même qui a vaincu le loup !")

A la petite fille devenue grande découvrant par la suite une première version bien sexiste, le conteur aura seulement donné un élément supplémentaire de réflexion.

Écrit par : Françoise Boulanger | mercredi, 01 février 2012

Si tu veux être vraiment dans l'air du temps qui n'est plus, tu peux leur faire un procès, à ces auteurs.
Tu peux même essayer de traîner Euripide en justice, d'éradiquer jusqu'à la dernière trace de machisme dans les amours de Zeus, ou pétitionner à tout va pour les droits de la veuve Xanthippe.
A Tarragone, épicentre de la bienpensance catalane, très moderne, très branchée, on trouve une plaque assez grande et récente, à la mémoire des esclaves qui furent tués dans le cadre des jeux qui s'y donnaient.
C'est un exemple du révisionnisme généralisé qui envahit notre époque et qui consiste à juger sévèrement l'Histoire avec des critères réactualisés par le delanoïsme.
Paris-plage revisitant le commerce triangulaire. Les canons à confettis face aux harpons du Capitaine Achab.

Écrit par : Erasmus Tharnaby | mardi, 07 février 2012

@Erasmus
un procès à Euripide, c'est une riche idée, je n'y avais pas pensé !

Écrit par : l'hérétique | mardi, 07 février 2012

Les commentaires sont fermés.