Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Bavardages ? Une claque dans la g... | Page d'accueil | Bachar el Assad en fuite ? »

samedi, 28 janvier 2012

Le silence des enseignants

Je suis très frappé de l'atonie du monde enseignant dans cette campagne présidentielle. Peut-être, aussi, que les partis politiques ont tué le débat pédagogique en se mettant tous d'accord sur les mesures à appliquer, seuls les montants à attribuer à l'éducation les distinguant les uns des autres.

Je crois très profondément que cette élection ne se jouera pas sur l'école même si bien sûr l'éducation est présente dans les esprits, particulièrement ceux des familles.

Je suis également étonné de l'inactivité des blogueurs enseignants. Oh, on en trouve bien quelques uns de temps à autre pour faire entendre leur voix, mais quand ils s'expriment sur l'éducation, on constate qu'ils ont totalement embrassé le point de vue dominant au sein de leur formation politique, abjurant toute forme d'esprit critique.

S'il y a bien une profession que sa hiérarchie s'ingénie à faire ch... par tous les moyens possibles et imaginables, c'est pourtant bien celle-là. Réformes incessantes, faits du prince, interventions inutiles mais imposées dans les séances de cours, formulaires aussi crétins qu'abscons à remplir pour évaluer les élèves, méthodes kafkaïennes, circulaires au jargon incompréhensible et aux nomenclatures improbables... 

Ce qui m'impressionne, avec les profs, c'est qu'ils n'ont jamais de revendications salariales. Pourtant, en valeur absolue, depuis 40 ans, leur salaire n'a cessé de baisser.

En règle générale, ils se contentent simplement de demander qu'on leur foute la paix. En vain.

Le 31 janvier prochain, quelques uns de leurs syndicats appellent à la grève : la dernière trouvaille des Châtel Cie, c'est d'attribuer aux chefs d'établissement le pouvoir de juger de la qualité pédagogique ou non de ses enseignants et de les noter donc en conséquence. Ainsi, un chef d'établissement ayant été formé en fabrication de macramé pourra désormais donner son avis sur les transgressions des règles de bienséance dans la Phèdre de Racine. Riche idée, non ?

En attendant, un grand consensus mou se dessine au sein de l'opinion : l'école telle qu'elle fonctionne semble satisfaire tout le monde. Enfin...presque...

20:04 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (41) | Tags : enseignant |  Facebook | | |

Commentaires

Merci de l'info.. très intéressante

Écrit par : tadalaf | samedi, 28 janvier 2012

L'hérétique
Vous rigolez.
Les profs ne se satisfont pas de leur situation. Mais tout simplement quand ils revendiquent depuis 20 ans on leur sort une nouvelle directive qui n' a rien à voir avec leur revendication. Tous les 15 jours il se paie une nouvelle directive ou on leur promet de remédier à leur revendication. 30 ans de matraquage continuel et de mensonge.
Redonnons à nos profs le respect qui leur ait dû.
Redonnons à nos profs une autorité vis à vis de leurs élèves qui ne soit pas remise en cause par certains parents malhonnêtes.
Quand un enfant entre dans une école il est à la disposition de l'état pour être instruit. Les enseignants sont là pour faire respecter la loi et ils ont cet autorité en tant qu'agent de l'état comme un policier ou un gendarme.

Écrit par : Jacques Berthe | samedi, 28 janvier 2012

@JacquesB
Pas certaine que SC ou YW aient fait passer l'ensemble des contributions...

Écrit par : Martine | samedi, 28 janvier 2012

P'tre ben, qu'ils l'ont fait...Vomis le ME et pas récent du tout!

Écrit par : Martine | samedi, 28 janvier 2012

Les profs bossent, s'adaptent aux nouvelles charges qui alourdissent chaque trimestre la barque, et sont résignés. Pour la plupart d'entre eux. Et souvent, n'osent rien dire dans un contexte où ils continuent à passer pour des privilégiés.
Ce qui me fait le plus peur (à entendre ce qui se passe en salle des profs là où je travaille), c'est qu'ils se forcent à ("vouloir faire semblant de") croire en les bonnes intentions de Hollande.
Ils se sont pourtant déjà fait avoir plusieurs fois par le PS... ;-)

Écrit par : Pierre67 | dimanche, 29 janvier 2012

@ JB:
"Quand un enfant entre dans une école il est à la disposition de l'état pour être instruit."
Au quotidien, j'ai plutôt l'impression que c'est moi qui suis à la disposition des enfants, des parents, de l'état et de mon administration (répartition hiérarchique ad libitum ;-)). Je me bats quotidiennement contre cet état de fait, évidemment, et je recadre en permanence.
Ce que vous écrivez est inapplicable dans le contexte sociopolitique actuel.

Écrit par : Pierre67 | dimanche, 29 janvier 2012

Les profs sont des privilégiés. Le mythe veut qu'on soit bien payés et tout le temps en vacances et/ou en grève. Se plaindre, dans ces conditions, est tout à fait inconvenant.

Il m'arrive de parler de mes conditions de travail : mon dernier billet, par exemple, au hasard, parle de ça. http://www.bahbycc.com/2012/01/lhomme-qui-voulait-faire-des-economies.html
Dans les commentaires, on me renvoie à mon "devoir de réserve". Sic.

Quand Hollande dit qu'il va augmenter le nombre de profs, je me dis que c'est un bon début et que c'est effectivement une nécessité. Les classes de primaire et de collège avec plus de trente élèves, c'est un vrai problème. Sans doute le premier.

Quand il dit qu'il va remettre une formation pour les jeunes profs, c'est aussi une priorité absolue. La semaine dernière, encore, j'ai constaté combien les jeunes collègues sont en danger à cause de ce manque de formation.

Après, on verra. Chaque chose en son temps...

Écrit par : CC | dimanche, 29 janvier 2012

@ Jacques Berthe :

Le respect ça ce mérite et ça marche dans les deux sens.

"Redonnons à nos profs le respect qui leur ait dû."

Par exemple quand on ne sait pas différencier le verbe être du verbe avoir, y'a pas de quoi leur envoyer des satisfécits et ils auront bien du mal à me faire croire que c'est de la faute à la directive ou aux parents malhonnêtes. (ne le prenez pas mal; je ne suis pas le dernier à faire des fautes, c'est juste pour illustrer le propos).

Le niveau baisse depuis 20 ans, et ils nous expliquent sans ciller qu'ils n'y sont pour rien, que c'est une conspiration élèves/parents/état, alors faut pas s'étonner qu'ils s'en prennent plein la poire à un moment donné.

Nous on est des ignares, on peut pas prétendre à la compréhension du sujet ...
Moi ce qui me surprend c'est que sachant que le niveau baisse personne n'ait la présence d'esprit de ce dire que peut-être le niveau des diplômés de l'enseignement à suivi la tendance. Enfin je dit ça je dit rien.

"Les enseignants sont là pour faire respecter la loi et ils ont cet autorité en tant qu'agent de l'état comme un policier ou un gendarme."

Quand une phrase commence par "enseignant" et finit par "gendarme", je la catalogue directement au rayon conneries pas fraîches.

L'impression ce n'est pas qu'ils sont privilégiés, c'est qu'ils nous prennent pour des cons. Parce que s'il y a bien une chose qui est sûr c'est qu'ils ne sont pas totalement étranger aux problèmes, partant de là je ne vois quel genre de solutions on peut mettre sur pied avec des gens qui rejettent la faute sur tout le monde sans jamais ce remettre en question.

Écrit par : skunker | dimanche, 29 janvier 2012

@ CC:
J'espère que vous avez omis les guillemets à votre première phrase. ;-)

Écrit par : Pierre67 | dimanche, 29 janvier 2012

@ Skunker: il faudrait arriver à ce qu'on parle dans ce pays autrement qu'en se renvoyant des responsabilités. Sarkozy et Hollande surfent sur cette rancoeur ambiante et c'est un tort. Bayrou a compris que la solution est ailleurs.
La baisse de niveau général tient à absolument tout le tissu national. Les profs ont leur part, comme tout le monde.
Et je peux vous dire qu'à part des dinosaures qui partent progressivement à la retraite en se plaignant de tout alors qu'ils ont bénéficié des Trente Glorieuses et "peuvent" partir avant d'être totalement détruits, nous passons notre temps à nous remettre en question et à chercher des moyens de motiver les élèves.

Écrit par : Pierre67 | dimanche, 29 janvier 2012

L'ironie est parfois mal perçue, évidemment, mais vous savez d'où je parle !

Écrit par : CC | dimanche, 29 janvier 2012

@ CC
Je suis rassuré (j'ai des collègues qui ont ce discours sur les "privilèges" des enseignants, mais c'est dû à leur discipline qui les protège encore. No comment).
Sur le devoir de réserve: si le grand public savait à quels types de dysfonctionnements techniques ou humains nous sommes confrontés en permanence, les choses seraient différentes. Il faut absolument diffuser ces informations et je ne vois pas en quoi le devoir de réserve peut être invoqué.

Écrit par : Pierre67 | dimanche, 29 janvier 2012

@ Pierre67 :

Désolé mon dernier commentaire était plus virulent qu'escompter; le mélange profs/gendarmes de JB qui m'a mis les nerfs de bon matin.
C'est le propre des brutes et des imbéciles de penser que le respect va de paire avec la peur et si on laisse faire ça risque de finir par devenir vrai. Je sais que vous êtes loin d'avoir la vie de rêve et que beaucoup de choses pourraient être évitées si on vous écoutait un peu de temps en temps.

Certains profs obtiennent beaucoup de leurs classes sans avoir besoin de jouer les tortionnaires, alors plutôt que dire des conneries on pourrait peut-être voir comment ils s'y prennent ?

Écrit par : skunker | dimanche, 29 janvier 2012

PS : Chatel a mis ses enfants dans le privé. Aurait-il des doutes quand à la qualité de son action ministérielle ?
On est vraiment gouverné par des nuisibles ...

Écrit par : skunker | dimanche, 29 janvier 2012

Un blog d'une jeune prof vraiment géniale :
http://foodamour.free.fr/index.php?category/My-cartabeul-is-rich

Écrit par : Gilou | dimanche, 29 janvier 2012

"Pitié, en mai 2012, faut pas que sarko-mence..."

Elle a de l'humour déjà x)

Écrit par : skunker | dimanche, 29 janvier 2012

En fait les syndicats enseignants - et les profs ? - ont depuis longtemps renoncé aux revendications salariales pour se concentrer sur les revendications sur les conditions de travail, l'efficacité du service, les programmes, etc
Ils ont renoncé à défendre leur intérêt direct pour défendre "le service public"...

Résultat des courses : le service public s'est dégradé et leur pouvoir d'achat a baissé. J'avais écrit un billet là -dessus il y a longtemps : http://polluxe.wordpress.com/2007/01/21/les-profs-a-la-rue/

Écrit par : polluxe | lundi, 30 janvier 2012

Votre presque c'est du presque rien. Si ça c'est la politique de l'éducation que vos promettez, elle est particulièrement ténue, et dérisoire au regard de ce l'école subit depuis de nombreuses années.

Écrit par : fred | lundi, 30 janvier 2012

@fred
Cesser d'emmerder les profs, c'est déjà un premier pas. J'ai juste dessiné les grandes lignes. C'est toujours mieux que Hollande qui ment aux profs, et ces andouilles votent pour lui, en plus...

Écrit par : l'hérétique | lundi, 30 janvier 2012

@L'héré,
Certains ne passent que pour faire leur marché ou pub, des fois que cela fonctionne...

Écrit par : Martine | lundi, 30 janvier 2012

@ l'Hérétique: j'aimerais vous contredire pour Hollande mais vous avez raison... Malheureusement.

Écrit par : Pierre67 | lundi, 30 janvier 2012

IL est amusant skunker il s’octroie le droit d'avoir les nerfs de bon matin et n'autorise pas les autres à en avoir.
Mais il faudrait également être réveillé de bon matin avant de répondre.
La connerie pas fraîche c'est également prendre un texte au premier degré sans faire l'analyse nécessaire.
Que les profs retrouvent une autorité dans l'enseignement me semble une priorité. Il est évident que c'est déjà le cas dans beaucoup d'établissements et je suis conscient de la difficulté des profs et que ce n'est pas si facile comme le fait remarquer Pierre67.
Mais de là à dire que les profs nous prennent pour des cons alors là c'est une connerie pas fraîche (comme si je pouvais être responsable de cette sottise)

Ceci dit quand on fait une remarque sur l'orthographe, on s'abstient d'en faire dans le même commentaire - surtout ne le prenait pas mal (sic). On n’écrit pas
"Enfin je dit ça je dit rien." mais :
Enfin je dis ça je dis rien.

Écrit par : Jacques Berthe | lundi, 30 janvier 2012

@Gilou,
Pour moi, la Mme Soso: à clouer au pilori; elle n'aide aucunement sa profession, elle lui maintient la tete sous l'eau.

Écrit par : Martine | lundi, 30 janvier 2012

Ensuite, pour en terminer avec le cas "soso", suis suffisamment intervenue en milieu scolaire pour savoir qu'entre les cours et tout ce qui va avec et organisation de voyages; peu de place ou temps pour tenir un blog de facon suivie...Voila c'est tout.
Les clowneries ou supercheries sont assez faciles à débusquer.

Écrit par : Martine | lundi, 30 janvier 2012

@Martine : il m'arrive d'aller aux toilettes, quand même...Et une fois de temps en temps, j'ai le temps de prendre une douche...

Écrit par : CC | lundi, 30 janvier 2012

@CC,
Vous me pardonnerez, rien compris, à vot' charabia.

Écrit par : Martine | lundi, 30 janvier 2012

Il se trouve que je tiens un blog de manière suivie et que je suis professeur...Tenir un blog de manière suivie (je fais environ un article par jour) ce n'est pas quelque chose d'impossible. Même si on a beaucoup de travail quand on est un professeur consciencieux, il nous reste tout de même une demi-heure par jour pour se consacrer à des petits loisirs. Par exemple, je lis, je jette un œil à la télévision, parfois et il m'arrive d'avoir une vie sociale...Il ne faut pas noircir le tableau à tout prix, tout de même...La nuit, je dors un peu, aussi...

Écrit par : CC | lundi, 30 janvier 2012

Rhooo, vous dressez là un tableau de privilégiée...

Écrit par : Martine | lundi, 30 janvier 2012

Un peu moins privilégiée que le prolo qui rentre de ses 35 heures sans jamais avoir une seule copie à corriger...
Provoc pour provoc ! :)

Écrit par : CC | lundi, 30 janvier 2012

"La connerie pas fraîche c'est également prendre un texte au premier degré sans faire l'analyse nécessaire.
Que les profs retrouvent une autorité dans l'enseignement me semble une priorité."

On est d'accord, sauf qu'à les comparer à des gendarmes ou des policiers vous montrez bien comment vous pensez qu'ils doivent récupérer cette autorité. J'ai peut-être passé plus de temps à vous lire que vous ne le croyez.

"Les enseignants sont là pour faire respecter la loi et ils ont cet autorité en tant qu'agent de l'état comme un policier ou un gendarme."

Vous m'expliquerez ce qu'on est censé comprendre de cette phrase ?
A ce compte là les cantonniers de communes aussi ...
Moi qui pensais qu'ils étaient là pour enseigner, ah ske jsui kon !
Le seul but de leur autorité c'est de mettre au travail des jeunes/enfants, ça doit être faisable sans qu'on leur file un uniforme non ?


"Ceci dit quand on fait une remarque sur l'orthographe, on s'abstient d'en faire dans le même commentaire - surtout ne le prenait pas mal (sic).

(sic), excellent ... c'est qui de nous deux déjà qui ne fait pas attention à ce qu'il lit ?
On s'abstient de faire quoi au fait ? de l'orthographe ou des remarques ?
Et les majuscules en début de phrase ça concerne la première lettre, pas le premier mot.

Écrit par : skunker | lundi, 30 janvier 2012

@CC,
Cela est bien, vous avez montré votre véritable visage. :)
Merci! J' espère que les Hollandistes s'en trouveront définitivement guéris.

Écrit par : Martine | lundi, 30 janvier 2012

Mon vrai visage est détruit par un incendie. Mais je le cache sous un masque. Je suis V.

(en corrigeant des copies, on peut regarder des daubes américaines, ça ne mobilise pas tout le cerveau)

Sinon, je n'ai pas compris votre dernier trait d'humour. Mais je vais dodo, là, j'ai école demain.

Bonne nuit.

Écrit par : CC | lundi, 30 janvier 2012

Bah...Bonne nuit à vous, toujours rien compris à vot' langage d'extra terrestre! :o))))

Écrit par : Martine | lundi, 30 janvier 2012

"Et les majuscules en début de phrase ça concerne la première lettre, pas le premier mot."

Pénible ces remarques qui n'ont aucun sens et aucune preuve. Mais bon ....

Si vous pensez qu'un prof ne doit avoir aucune autorité sur ses élèves, libre à vous.
Si vous pensez qu'un élève a le droit de faire ce qu'il veut dans une classe, libre à vous.

Pour finir sur les remarques, il y a différentes manières de les exprimer elles n'ont aucun besoin d'être agressives.

Écrit par : Jacques Berthe | lundi, 30 janvier 2012

Maintenant que vous regrettez l'échange c'est pénible ? ^^
Relisez vous et vous verrez que vous avez commencé votre dernier commentaire par "IL est amusant skunker ...".

"Si vous pensez qu'un prof ne doit avoir aucune autorité sur ses élèves, libre à vous.
Si vous pensez qu'un élève a le droit de faire ce qu'il veut dans une classe, libre à vous."

Je le redis : la peur ce n'est pas du respect, la menace ce n'est pas de l'autorité.
Tout ce qu'un prof retirerait de vos méthodes d'avant guerre c'est le mépris de ses élèves, qui s'amuseraient surement beaucoup à le mettre hors de lui juste pour voir le résultat.

Le meilleur souvenir que j'ai du lycée c'est une prof de maths qui venait juste de finir ses études. On passait la moitié du temps de cours à glander et à parler de tout et rien avec elle, sauf que quand elle disait "silence, faut rattraper le temps perdu maintenant" tout le monde s’exécutaient sans broncher.

Dans le fond le respect c'est comme l'amour, personne ne l'a jamais obtenu de force. ( j'ai pris soin de bien choisir mes mots pour que ce soit plus parlant comme comparaison ;) )

Écrit par : skunker | mardi, 31 janvier 2012

@Martine : le manque de culture, chez les vieux, c'est un drame...

Écrit par : CC | mardi, 31 janvier 2012

Marianne titre vers ton blog "Le blogueur favorable au candidat socialiste ".

C'est vrai ? Peut-être plus favorable au PS qu'à l'UMP, mais si tu es toujours Bayrouiste, je trouve cette accroche plutôt incorrecte. Moi je suis militant PS mais il faut jouer franc-jeu.... je remarque que depuis que Julliard est à Marianne et JFK est parti, il y a moins de PS-bashing, voire plus du tout au fur et à mesure qu'on se rapproche des échéances où il faut choisir son camp. Ca me va, néanmoins, j'espère qu'ils n'ont pas déformé ton propos...

Écrit par : militant PS | mardi, 31 janvier 2012

@militant PS
C'est Marianne2 qui s'est viandé, je ne sais pas pourquoi. Je suis évidemment un soutien inconditionnel de Bayrou.

Écrit par : l'hérétique | mardi, 31 janvier 2012

Se battre pour les sciences, la littérature, la langue française, la philosophie, telle ou telle langue étrangère, l'histoire, le grec, la géographie, le latin etc... c'est intéressant mais se battre pour des meringues pédagogiques l'est moins.

Combien de chefs d'établissement n'eurent pour ambition que d'échapper aux copies, aux morveux indélicats et aux fins de mois coincées ?... Un peu trop depuis quelques années.

Au passage, on devrait donner la pièce aux rares commentateurs qui écrivent sans gifler l'orthographe...

Écrit par : Vieux taxi | mardi, 31 janvier 2012

@ Vieux Taxi: il y a maintenant des "chefs" qui parlent de "managing". C'est tout une culture (mal digérée et) héritée du privé qui entre en force dans le Ministère.
On voit ce que cela a donné à France Telecom.
Cela ne pourra rien donner de bon dans l'Education Nationale.
Le pire: je ne suis pas persuadé que le MoDem ait bien mieux en réserve que ce que préparent l'UMP et le PS.

Écrit par : Pierre67 | mardi, 31 janvier 2012

Sur le temps de travail "35h à l'école", je te rejoins exactement. Cela fait 2 ans qu'en interne, je me bats pour ça contre des moulins, comme un beau diable.

L'erreur de Marianne sur ton opinion est inadmissible....
Ils sont bien gentils d'exploiter gratuitement les blogs des uns et des autres.....

Écrit par : militant PS | mercredi, 01 février 2012

Les commentaires sont fermés.