Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 février 2009

Neige à Paris : que fait Delanoë ?

A Paris, les pouvoirs publics sont plus rapides à installer Paris-plage l'Été qu'à déneiger la voie publique l'hiver. Moi, je ne comprends pas : les services météorologiques ont clairement annoncé hier la présence de neige à Paris aujourd'hui. Pensez-vous que les rues auraient été salées ce matin ? Pas une seule. C'est un vrai coup de pot si la neige n'a pas verglacé, puisqu'il faisait 0° ce matin et qu'il neigeait abondamment à 7h00.

Alors soit les services de Delanoë s'en occupent, soit, au minimum, il délègue aux mairies d'arrondissement les pouvoirs ad hoc, puisqu'il en parle actuellement. Parce qu'en fin, si j'en crois la loi, c'est bien la responsabilité du maire qui est engagée en cas d'enneigement des rues et trottoirs :

«La compétence du maire en matière de déneigement est affirmée par l’article L. 2212-2 du Code général des collectivités territoriales qui prévoit qu’une des missions de la police municipale est d’assurer la sûreté et la commodité du passage sur les voies publiques, ce qui comprend à la fois le nettoiement et le déneigement.

La jurisprudence a reconnu au maire, sur cette base légale, le pouvoir de prescrire aux riverains des voies publiques en agglomération de balayer le trottoir situé devant leur habitation. A l’extérieur de l’agglomération, l’obligation de sûreté et de commodité de passage justifie l’organisation d’un service d’enlèvement des neiges.»

10:52 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delanoë, déneigement, paris |  Facebook | | |

mercredi, 24 décembre 2008

Associations : Tocqueville tâcle Delanoë

J'en suis venu, dans ma lecture de "De la démocratie en Amérique" au chapitre de la 2ème partie du Tome II qui porte sur les associations. je trouve que Tocqueville illustre magnifiquement ce que je pense du droit d'association au chapitre V.

Quand on examine le budget de la Ville de Paris des sept dernières années, c'est invraisemblable les sommes faramineuses qui sont dépensées en subventions aux associations. C'est quelque chose qui me gêne beaucoup. Je conçois que l'État, en la circonstance la Ville, favorise la vie des associations, par exemple, en leur prêtant des équipements et les locaux, mais pas qu'elle les porte à bout de bras. On aboutit à des situations malsaines où les associations ne sont plus indépendantes mais deviennent une extension de la municipalité. De facto, on assiste à une municipalisation rampante.

Voici d'ailleurs ce que Tocqueville écrit sur les associations :

«Il est facile de prévoir que le temps approche ou l'homme sera de moins en moins en état de produire par lui seul les choses les plus communes et les plus nécessaires à sa vie. La tâche du pouvoir social s'accroîtra donc sans cesse, et ses efforts mêmes la rendront chaque jour plus vaste. Plus il se mettra à la place des associations, et plus les particuliers, perdant l'idée de s'associer, auront besoin qu'il vienne à leur aide: ce sont des causes et des effets qui s'engendrent sans repos. L'administration publique finira-t-elle par diriger toutes les industries auxquelles un citoyen isolé ne peut suffire? et s'il arrive enfin un moment où, par une conséquence de l'extrême division de la propriété foncière, la terre se trouve partagée à l'infini, de sorte qu'elle ne puisse plus être cultivée que par des associations de laboureurs, faudra-t-il que le chef du gouvernement quitte le timon de l'État pour venir tenir la charrue?

La morale et l'intelligence d'un peuple démocratique ne courraient pas de moin­dres dangers que son négoce et son industrie, si le gouvernement venait y prendre partout la place des associations

Une association ne devrait pas pouvoir vivre exclusivement de fonds publics. L'aide publique ne devrait jamais excéder 50% de son budget de fonctionnement. En outre, les pouvoirs publics devraient se limiter à subventionner seulement les associations qui accomplissent des missions de service public (associations sportives, culturelles et artistiques). En règle générale l'association devrait demeurer l'affaire des individus et pas des pouvoirs publics. Rappel : la ville de Paris a consacré 272 millions d'euros aux associations en 2006 soit 136 euros par parisien !!! Je n'ose même pas regarder le budget pour 2009...

samedi, 20 décembre 2008

Londres pleure sur les JO, Delanoë a bien failli nous plomber...

Petite visite fort instructive sur le blog de Laurent, un militant radical (PRG) mais qui avait soutenu Bayrou lors des présidentielles. Il a fait un petit tour de la presse anglaise et particulièrement de la presse londonienne financière. Eh bien là-bas, ça ne rigole pas avec le coût des JO.

Saint Bertrand a bien failli nous plomber l'économie parisienne avec ses folies des grandeurs : je rappelle qu'il a fait le forcing pour obtenir ces JO, ce qà quoi nous nous sommes toujours radicalement opposés ici.

Il était évident que les classes moyennes allaient être chassées de Paris par l'explosion des prix.Parce que sur le fond, les JO auraient accru le phénomène dont souffre l'île de France et surtout Paris : ceux qui viennent y travailler n'y habitent plus et l'emploi ainsi congestionné génère un engorgement maximal en termes de transports. Il était évident que les emplois générés par les JO n'allaient pas être à forte valeur ajoutée. Donc, les individuds employés n'allaient pas loger dans Paris...

Mais si à l'heure actuelle on avait les JO sur les bras, on serait mal...Déjà que Saint Bertrand de la fiscalité nous agumente nos impôts comme une brute...alors imaginons le désastre si les Anglais ne nous avaient pas coiffé sur le poteau... Parce qu'il est évident que le budget aurait explosé. Il suffit de considérer l'exemple londonien pour comprendre. Boris Jonhson ne veut plus dépenser un kopeck de plus. On le comprend. De toutes façons, outre l'ex-Bertrand local, Ken le Rouge, il est de notoriété publique que Tony Blair voulait les jeux. Pour le prestige bien sûr. Gordon Brown était contre, conscient des déficits faramineux du budget britannique. Bon, j'exagère : Ken le Rouge, c'est un Bertrand de la Sainte Fiscalité en 10 fois pire, parce qu'est un croisement d'ayatollah vert, de populiste gauchisant et de socialiste hypocrite. Je préfère encore Bertrand de la Sainte Fiscalité qui est un chouïa plus raisonnable.

13:13 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : delanoë, jeux olympiques, jo, londres, 2012 |  Facebook | | |

lundi, 17 novembre 2008

Ségolène : Elle et Eux

Le PS va vers une crise sans précédent dans son histoire : la motion qui est arrivée en tête ne génèrera pas de premier secrétaire, en raison de l'alliance des autres motions. Pire : la techno-structure du PS s'apprête à éliminer le plus performant de ses candidats en vue des prochaines présidentielles. Delanoë, Aubry, Hamon l'opportuniste, ils se sont tous jurés d'avoir la peau de Ségolène Royal, et peu importe s'ils règleront leurs comptes après coup. Bayrou servira de prétexte.

ILS la détestent. EUX, ne supportent pas son contact avec le peuple. ILS n'aiment pas les soirées au Zénith ni la variété. EUX, n'aiment pas la mise en scène,  n'aiment pas les retards lors des rendez-vous. EUX aiment les choses sérieuses, la raison, l'intelligence du technocrate face aux vanités du petit peuple. ILS pensent qu'ELLE est une hystérique. En fait, ILS ne veulent rien changer. ILS veulent ronronner comme ils l'ont toujours fait, et que les mêmes petites parties entre amis se perpétuent. EUX, ne supportent pas ces changements incessants qu'ELLE veut imprimer à LEUR maison. C'est une étrangère, une fille de rien, qui n'aurait pas du arriver là où elle en est, et d'ailleurs, ELLE n'est pas du sérail. ELLE n'est pas des LEURS. Il faut la chasser. C'est une Évita Peron à la sauce française. Et puis ELLE est de droite. ELLE aime l'Ordre. EUX, aiment bien la fête. ELLE veut s'entendre avec le Mouvement Démocrate. EUX, veulent faire comme ils ont toujours fait, et peu importe que la maison brûle. Pourquoi changer ? Seuls les hystériques et les têtes de linotte changent. EUX, on ne les prendra pas en défaut de profondeur. ILS sont tellement plus intelligents qu'ELLE. D'ailleurs, ELLE n'a pas de fond. En fait, ELLE n'a même rien dans la tête.

Heureusement qu'EUX sont là, à la barre, pour empêcher le bateau de faire route vers des terres inconnues. Peu importe la voie d'eau, ILS sont tellement sûrs qu'ILS ont raison...

vendredi, 14 novembre 2008

Tout Sauf Ségolène au PS...

Le Tout Sauf Ségolène pourrait coûter très cher au PS à l'avenir. Je viens de lire le dernier sondage opinion way du Figaro, qui évoque les probabilités de vote selon les candidats s'il y avait des présidentielles actuellement. Ce sondage confirme exactement ce que je pensais : Ségolène Royal bénéficie d'une légitimité populaire que les autres n'ont pas. Delanoë n'a pas compris que la France n'est pas Paris et qu'il n'y a pas que des bobos en France. C'est son électorat, et je ne le vois pas parvenir à percer ailleurs. Trop de mépris pour les difficultés des gens ordinaires. Martine Aubry est certes plus populaire qu'à une époque donnée mais toujours pas  populaire à droite et au centre-droit, sans doute à cause des 35 heures ; peut-être souffre-t-elle aussi d'un déficit de notoriété. Je ne vois pas comment le PS peut s'en tirer : il doit choisir entre son alliance à gauche toutes et une alliance au centre. Si le centre est plus conséquent en suffrages, l'extrême-gauche et la gauche de la gauche pèsent, réunies, presque 15% des voix, désormais, si, du moins, le sondage est fiable, ne l'oublions pas ! D'autant qu'il est fait en temps de crise, et, dans d'autres circonstances, il se pourrait que le score de Besancenot soit très inférieur.

Je note avec satisfaction que François Bayrou siphonne beaucoup de voix chez les abstentionnistes de l'élection présidentielle de 2007. Je regrette en revanche, qu'il perde une partie de son électorat au bénéfice de Nicolas Sarkozy. Je pense que la ligne du MoDem est souvent trop à gauche, et que François Bayrou est trop dans la contestation, pas assez dans la proposition. Cela contribue certainement à faire fuir une fraction pas négligeable de l'électorat de centre-droit. Il faut, à mon avis, être plus équilibré dans la critique et aussi faire des propositions. Or, François, donne parfois l'impression de s'opposer pour s'opposer, même si ses critiques sont souvent très pertinentes. Au final, il n'a pas perdu son capital électoral et beeaucoup de Français continuent à lui faire confiance.

A noter la montée en puissance de Besancenot et surtout sa récupération très conséquente d'une part de l'électorat frontiste : 18% en moyenne !!!

Le FN poursuit son érosion, puisque Nicolas Sarkozy continue d'absorber son électorat. Le même Sarkozy s'impose clairement comme la figure emblématique de la droite, cumulant 33 à 34% des voix sur sa personne dès le premier tour.

Merci à Skeptikos par lequel j'ai été informé de ce sondage.

vendredi, 07 novembre 2008

La baffe de Ségolène à Bertrand...et aux sondeurs !

Il y a des matins, comme ça, allez savoir pourquoi, on se réveille de bonne humeur :-) Mercredi matin, je sifflotais sous ma douche en songeant que les Américains avaient bien voté, et ce matin, je fredonnais l'hymne à la joie en pensant qu'une part conséquente des militants socialistes avait bien voté, à Reims :-)

Je fais partie de ceux, au MoDem, qui pensent que l'on peut travailler avec Ségolène Royal (mais pas avec Besancenot, il faudra choisir, charmante et belle Ségolène).

C'est donc une bonne nouvelle de voir que Ségolène Royal peut encore, au sein de son parti, emporter beaucoup d'adhésions (29% des suffrages en vue du congrès de Reims). Evidemment, il est probable que Martine Aubry et Bertrand Delanoë s'allient d'ici jeudi prochain. Dommage. Je trouve Martine Aubry sympathique, mais je vois bien qu'entre elle et Ségolène, il y a comme une incompatibilité d'humeur, voire de tempérament...

C'est une bonne baffe aussi aux sondeurs qui prédisaient l'oubli à Ségolène Royal. Il faut dire aussi que si 41% des socialistes jugent que l'alliance avec le MoDem doit être privilégiée, on comprenait mal comment ils pouvaient estimer que le sectaire Delanoë ait vocation à diriger un parti socialiste rénové. Il y avait là comme une contradiction qui a trouvé là son issue.

Soit dit en passant, c'est plutôt un succès pour Martine Aubry, bien au-delà de ce que les sondages prévoyaient. A la décharge des sondeurs, il faut préciser qu'ils ont interrogé des sympathisants socialistes, et non des militants, ce qui fait une différence, le militant, quel que soit son parti, étant une espèce particulière assez peu sensible aux sirènes de l'opinion commune (il faut lui reconnaître cette qualité au milieu de tant de travers).

Pour ma part, je trouve que ce résultat est une bonne nouvelle pour le MoDem et pour François Bayrou. Et puis ça a du leur faire plaisir chez Désirs d'Avenir des Yvelines...Au passage, j'ai lu sa motion. Je la commenterai dans un autre billet, il y a des choses pas mal, dedans.

Tour triangle : l'art du pipeau à la Porte de Versailles

Un des grands arguments de Delanoë et de égérie locale, Anne Hidalgo, dans le 15ème, à propos de l'absence de parking dans son projet de Tour Triangle, à la Porte de Versailles, c'est que les transports collectifs pourvoiront aux nécessaires besoins de déplacement.

Pipeau dès lors qu'on s'est déjà promené par là-bas, et je connais le coin pour y avoir habité 10 ans.

Connexion du T2 et du T3 (lignes de tramway) ? Pipeau! Le tramway est bien moins rapide que le métro et c'est au mieux, aux alentours d'une vingtaine de millions de voyageurs à l'année bon an mal an. En comparaison, la ligne 12, c'est quatre fois plus par an. De plus, il s'agit dans les deux cas de bouts de lignes. Bref, tout cela ne représente pas un noeud de communications. En revanche, la Porte de Versailles est desservie directement par le périphérique.

La volonté de ne pas construire de parkings est donc 100% idéologique et va contre le bon sens le plus élémentaire. Voilà l'assurance que le projet économique va échouer. C'est déjà l'Enfer dans le quartier pour se garer, et Delanoë veut en rajouter une couche. Sans doute l'os à ronger donné à ses alliés verts (qui ne s'en contentent de toutes façons pas et feront tout pour faire échouer sa tour).

De manière générale, le bla-bla socialiste local sur la voiture frise la débilité profonde. La nécessaire mobilité en région parisienne repose sur l'usage de l'automobile. La politique intelligente, ce n'est pas d'emmerder au maximum les automobilistes, mais de promouvoir les automobiles les plus propres possible. Je ne dis pas qu'il faut construire des parkings partout, mais là, on n'est pas au coeur de Paris mais dans une zone à vocation économique.

Perso, c'est clair : la tour triangle sans le parking, c'est non, non et non. Nada. Je veux bien coopérer, mais il faut un minimum d'ouverture d'esprit en face. Et d'ailleurs, il faudrait cesser de clamer et de bramer à tous vents que la démocratie locale importe à Delanoë et son équipe. Ils n'en ont en fait rien à f... et leurs consultations publiques sont de la poudre aux yeux. Anne Hidalgo a d'ailleurs rappelé qu'il était hors de question d'organiser un référendum local, même consultatif...

Il y a de leur part un véritable acharnement à asphyxier la circulation du XVème :supression massive des places dans tout le quartier vaugirard-convention (quartier Saint-Lambert), refus de créer un parking à Frémicourt (comme le demandait l'UDF lors de la précédente mandature) pour pallier la disparition du stationnement rue du Commerce, et j'en passe des vertes et des pas mûres.

Il paraît que l'on peut poser des questions sur les Tours Triangles sur le site de la mairie de Paris. Ah, et puis bien sûr, il y a les premières réponses...L'indigence des réponses sur les moyens de transporet est grotesque, et, de toutes façons, les questions publiées sont surtout celles des supporters réjouis...Tiens, je vais poser ma question, moi.

 

jeudi, 23 octobre 2008

Marielle de Sarnez exprime son avis sur le budget de Delanoë

Sarnez.jpgConseil de Paris, débat sur les orientations budgétaires - Intervention de Marielle de Sarnez - Lundi 20 octobre 2008

Merci Monsieur le Maire,
Notre débat intervient dans un contexte de crise que tout le monde connaît : crise financière aujourd'hui et inévitablement crise économique et sociale demain. Absence de croissance, dégradation du pouvoir d'achat, PME en difficulté, augmentation du chômage : le prochain budget est-il à la hauteur de ces enjeux ? Voilà la seule question qui est posée.

Vous nous proposez de soutenir l'effort d'investissement pour les transports, l'innovation et le logement. Tant mieux, cela va dans la bonne direction. Je veux m'arrêter une seconde sur la question du logement. Évidemment, nous devons soutenir l'objectif d'atteindre les 20 % de logements sociaux à horizon 2014. Mais dans le même temps, il serait bien que le gouvernement cesse de vouloir modifier l'esprit de la loi SRU.

Mais je pense aussi que la Ville serait bien inspirée de construire davantage. Nous avons besoin de plus de constructions de logements sociaux pour soutenir un secteur d'activité qui en aura beaucoup besoin. Et au passage, je regrette que la Ville n'ait pas mieux anticipé en investissant davantage lorsque la croissance était là, et que les droits de mutation étaient importants. C'est dans ces moments-là qu'il faut investir massivement, me semble-t-il, pour mieux préparer l'avenir.

Et enfin, je veux vous faire part de deux inquiétudes. Nous ne sommes pas dans des temps où l'on peut laisser filer sans risque les dépenses de fonctionnement, alors même que nos recettes – je pense notamment aux droits de mutation – vont diminuer considérablement. Et nous sommes encore moins dans des temps où les particuliers, les TPE et les PME, peuvent faire face à une hausse lourde de la fiscalité. Alors même que nos concitoyens connaissent des difficultés de plus en plus grandes et que les carnets de commande de nos entreprises se vident, ce n'est pas juste, ce n'est pas opportun et surtout ce n'est pas, me semble-t-il, la bonne réponse à la crise.

Je forme le vœu que vous prendrez en compte ces inquiétudes.
Je vous remercie de votre attention.

06:52 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sarnez, delanoë, modem, paris, budget |  Facebook | | |

mercredi, 22 octobre 2008

Quelques vérités sur la Tour Triangle que le bon peuple parisien ignore...

Ce soir, Anne Hidalgo présentait le projet de Tour Triangle de Bertrand Delanoë aux habitants du 15ème, qui vont avoir le "bonheur" et la "joie", et bien sûr, aussi les emmerdements, d'inaugurer les tours de grande hauteur à la Porte de Versailles.

En vidéo, le projet a l'air séduisant.

Tour-triangle.jpgMais en image, ça l'est beaucoup moins. J'ai compris que le projet avait une vocation économique, mais, comme on n'en sait pas plus pour l'instant, difficile de donner son aval à un tel projet sans en connaître les tenants et aboutissants. C'est d'ailleurs ce qui m'agace le plus : on trouve partout sur la Toile une présentation du projet architectural, mais nulle part une présentation sérieuse et complète du projet économique. Et encore, je suis bien bon de donner mon imprimatur au projet architectural : il y a 200 mètres de base au sol, et je suis convaincu que le rendu des films avec cette sorte de luminosité surréelle n'a rien à voir avec ce que cela donnera en réalité. En fait, le plus prudent, ce serait de comparer avec des réalisations comparables dans d'autres coins du monde, et notamment d'étudier de près les "avant" et les "après"...

Moi, ce que je veux, ce sont des garanties pour les habitants du 15ème afin qu'ils ne supportent pas, pour de nombreuses années encore, des nuisances incessantes. Tenez, par exemple, j'ai souvent critiqué Yves Contassot, mais pendant la réunion organisée par Madame Hidalgo, il a fait une observation très juste  (Redde Contasso quae sunt Contassi, et quae sunt Dedi Deo) : les accords de  Grenelle,  votés aujourd'hui même  imposent aux bâtiments tertiaires une consommation inférieure à  50 Kw/h par m2 alors qu'une des tours plus plus écologiques, la tour de la Poste à Bonn, consomme au mieux 500 Kw/h. Il a aussi observé  que dans le petit film publicitaire, l'étude des ombres portées a été réalisée avec un solstice d'été, c'est à dire un soleil haut dans le ciel. Avec un soleil de solstice d'hiver les ombres seront beaucoup plus étirées et  plongeront nombre d'habitations alentour dans une certaine pénombre, ce qui nécessitera de chauffer ces appartements encore plus étant donné qu'ils ne verront pas beaucoup le soleil.

Merci Monsieur Contassot. Je n'y avais pas pensé, à titre perso, comme quoi, une observation attentive révèle bien des vices cachés. Pendant cette réunion, un quidam a laissé entendre que des tours seraient en projet à la Bastille et sur le Front de Seine, en tout cas, au moins dans l'esprit de Jean Nouvel.

Cela dit, tenez vous bien, amis lecteurs : Delanoë a juré d'asphyxier le XVème et il persiste : il n'y aura pas de parkings sous la tour, et cette fois, il n'est plus possible d'incriminer les Verts. Je rêve ou quoi : conneries sur conneries, au niveau circulation, dans le 15ème. Cela va saturer sévère !

Il paraît qu'il y a une seconde réunion le 16 décembre. Cette fois, je vais y aller, et ça va chauffer. J'invite d'ailleurs les démocrates du 15ème à s'y rendre. Le MoDem en masse à la réunion ! J'aimerais bien, d'ailleurs, que Marielle de Sarnez pose un certain nombre de questions, au prochain Conseil de Paris, sur ces tours. J'espère qu'elle saura s'emparer de la question au nom des Parisiens inquiets.

Il y a enfin un dernier détail qui me chiffonne : Unibail, la société qui va payer tout ça, elle est financée par les Cheikhs arabes ou quoi ? Si je ne m'abuse, cette société a bien lancé un autre projet à la Défense, non ? Elle est vraiment capable de payer tout ça ?

Je conclus par une dernière prévention : dans pas mal de villes d'autres pays, les tours ont été des réussites architecturales. A Paris, à l'exception de la Défense, cela a toujours produit des horreurs, avec un ban tout particulier pour les cauchemars du Front de Seine (merci Chirac !) qui ont en plus réussi à se faire classer au patrimoine mondial de l'Unesco (merde : on ne peut plus les démolir !).

J'aurai l'occasion de revenir sur cette tour dans d'autres articles postérieurs. Je n'en ai pas fini...

 

00:27 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : triangle, paris, tour, delanoë |  Facebook | | |

lundi, 20 octobre 2008

9% d'impôts en plus à Paris, mais pour faire quoi ?

9% d'impôts à Paris en plus, mais pour faire quoi exactement ? Pas les tours de Delanoë, puisque c'est une concession à Unibail. Pas non plus la rénovation de la piscine Molitor, c'est aussi une concession. Pas le stade Jean Bouin non plus, une bonne partie de la rénovation est privatisée. Alors pour faire quoi ? 20% de logements sociaux. Soit, mais j'aimerais que les conditions d'attribution soient d'une part très transparentes, mais également plus draconiennes. Notamment, le logement social ne doit pas générer d'insécurité de quelque sorte que ce soit. Il doit, à mon avis, être en priorité attribué à des individus tranquilles et bien insérés.

Le maire de Paris a parlé d'investissement contra-cyliques. Je ne sais pas ce qu'il a en tête, mais peut-être faudrait-il commencer par terminer l'essentiel avant de viser l'accessoire :

prolonger le tramway du 15ème afin qu'il devienne vraiment une alternative en termes de transport et non un boulet de plus dans la circulation, créer, lancer le grand chantier d'un grand métrophérique francilien, afin de désengorger les voies d'accès à Paris et de faciliter la mobilité professionnelle, et puis anticiper la nécessaire rénovation de tous nos tunnels puisqu'une directive européenne nous l'impose, afin qu'ils respectent des normes de sécurité.

La création de centres commerciaux ne me semble absolument pas une priorité, alors qu'il est prévu de créer une galerie sous le Stade Jean Bouin, mais également à Beuagrenelle dans le 15ème, et, vraisemblablement, avec les pyramides de Cheops que Delanoë prévoit.

Il y a suffisamment de commerces de bouche et de surfaces commerciales à Paris. Elles maillent très bien le territoire. Il vaudrait mieux s'occuper de faciliter l'installation des PME et leur rencontre avec des investisseurs privés.

J'ai regardé l'ordre du jour du conseil municipal, c'est tout de même phénoménal ce que les associations absorbent comme budget à Paris. Sans doute une tradition héritée de l'ère chiraco-tibériste.

Et si la Mairie de Paris missionnait un de ses conseillers comme enquêteur, afin de déterminer quelles associations sont vraiment actives et justifient par leur activité ces subventions ?  Peut-être q'un Malosinus local va découvrir que les fonds sont gaspillés en fêtes perpétuelles, à Lutèce...

En somme, je n'ai pas encore d'avis. Je trouve tous ces documents pas simples à éplucher, et parvenir à faire le tri là-dedans vaut bien un des travaux d'Hercule.

15:10 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : delanoë, paris |  Facebook | | |