Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Le PNB ou l'arbre qui cache la forêt | Page d'accueil | L'Europe sauve in extremis le droit du travail ! »

vendredi, 07 novembre 2008

La baffe de Ségolène à Bertrand...et aux sondeurs !

Il y a des matins, comme ça, allez savoir pourquoi, on se réveille de bonne humeur :-) Mercredi matin, je sifflotais sous ma douche en songeant que les Américains avaient bien voté, et ce matin, je fredonnais l'hymne à la joie en pensant qu'une part conséquente des militants socialistes avait bien voté, à Reims :-)

Je fais partie de ceux, au MoDem, qui pensent que l'on peut travailler avec Ségolène Royal (mais pas avec Besancenot, il faudra choisir, charmante et belle Ségolène).

C'est donc une bonne nouvelle de voir que Ségolène Royal peut encore, au sein de son parti, emporter beaucoup d'adhésions (29% des suffrages en vue du congrès de Reims). Evidemment, il est probable que Martine Aubry et Bertrand Delanoë s'allient d'ici jeudi prochain. Dommage. Je trouve Martine Aubry sympathique, mais je vois bien qu'entre elle et Ségolène, il y a comme une incompatibilité d'humeur, voire de tempérament...

C'est une bonne baffe aussi aux sondeurs qui prédisaient l'oubli à Ségolène Royal. Il faut dire aussi que si 41% des socialistes jugent que l'alliance avec le MoDem doit être privilégiée, on comprenait mal comment ils pouvaient estimer que le sectaire Delanoë ait vocation à diriger un parti socialiste rénové. Il y avait là comme une contradiction qui a trouvé là son issue.

Soit dit en passant, c'est plutôt un succès pour Martine Aubry, bien au-delà de ce que les sondages prévoyaient. A la décharge des sondeurs, il faut préciser qu'ils ont interrogé des sympathisants socialistes, et non des militants, ce qui fait une différence, le militant, quel que soit son parti, étant une espèce particulière assez peu sensible aux sirènes de l'opinion commune (il faut lui reconnaître cette qualité au milieu de tant de travers).

Pour ma part, je trouve que ce résultat est une bonne nouvelle pour le MoDem et pour François Bayrou. Et puis ça a du leur faire plaisir chez Désirs d'Avenir des Yvelines...Au passage, j'ai lu sa motion. Je la commenterai dans un autre billet, il y a des choses pas mal, dedans.

Commentaires

En effet, les sondeurs ne valent grand chose pour ce qui est des votes militants. J'avoue que le comeback de SR est une surprise, et une bonne nouvelle pour le MoDem (en théorie, parce qu'à l'heure actuelle, il me semble qu'un vote national, donnerait un résultat similaire à 2007), mais je regarderai de très très près toute alliance sur les aspects programmatiques (pas son point fort), européens (faire des concessions là dessus me semblerait aberrant), et le rapport de force interne du PS avec Hamon / Emmanuelli / Mélenchon (on n'a pas grand chose en commun sur le fond avec ces tendances et une plateforme gouvernementale commune n'aurait pas beaucoup de cohérence).

Écrit par : ArnaudH | vendredi, 07 novembre 2008

@ Arnaud

C'est plutôt sur l'économie et la culture que j'ai vu des choses intéressantes.
Un accord, je n'y pense pas, mais des accords de désistement en 2012 sur une base programmatique commune, pourquoi pas, sauf si évidemment la droite évolue d'ici là...

Écrit par : L'Hérétique | vendredi, 07 novembre 2008

Ah sur les détails des orientations politiques proposées par la motion, j'attends ton analyse avec impatience.

Sur le désistement en 2012, il y aurait forcément un corollaire gouvernemental, et donc (quindi, lol) un accord programmatique nécessaire, d'où le besoin de suivre l'évolution de leurs propositions...

Écrit par : ArnaudH | vendredi, 07 novembre 2008

Delanoë vient de dire qu'il rejette
"Toute perspective d'alliance avec un parti
qui ne s'assumerait pas pleinement de Gauche"

Je trouve qu'il est vraiment gonflé de dire
cela car d'abord avant les alliances il
y a des accords et ensuite lui-même est
très loin d'être pleinement de gauche.

Ce n'est même pas de sa faute, car étant
maire de Paris il est obligé à des tas de
concessions (normales) par rapport au pouvoir et à un esprit de dépendance.

Je trouve qu'il en est un peu de même
pour Martine Aubry.

Ainsi être maire d'une grande ville et
vouloir jouer un rôle de "leader" sur
le Plan National me parait être pas mal de la Prétention (d'avoir deux mentalités en même temps) et pas mal aussi de la Tromperie.

G. Collomb, maire de Lyon, pour lui la joue
régional et soutient Ségolène (sagement hé
oui !! maire d'aucune ville), il prône
une alliance Ségolène M. Aubry (Sègolène
cheftaine à n'en pas douter).

Hé bien je trouve qu'il est parfaitement
logique et honnête.

Moi un Parti Socialiste avec Sègolène
Cheftaine (Ouverte j'espère), et ne tenant compte des autres tendances du PS que par
rapport à leur représentativité me serait
Sympathique (sans arrière pensée stupide
et malsaine de vouloir Grossir en Bouffant Socialiste).

Écrit par : Candide | vendredi, 07 novembre 2008

Bof bof ;-)

Écrit par : Claudio Pirrone | vendredi, 07 novembre 2008

Attendons....Mais ce que je peux ressentir ce jour c'est une satisfaction certaine d'avoir pensé lors des municipales que Delanoé se mordrait les doigts rapidement d'avoir claqué la porte au nez de Marielle de Sarnez.

Écrit par : orange | vendredi, 07 novembre 2008

@orange

Certains rumeurs disent que Marielle de Sarnez ne l'aurait pas contacté au bon moment... donc méfions-nous des versions officielles. Il a beau être ce qu'il est, les tractations politiciennes sont une chose complexe.

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

Quand je dis "méfions-nous des versions officielles", je parle des versions manichéennes avec une victime et un bourreau.

J'y ai moi-même cédé comme n'importe quel militant parisien (ce qui fait que pour la première fois je n'ai pas voté PS dans le 15ème) et je me rends compte de ma naïveté.

La folie des grandeurs et la suffisance autiste sont effectivement des "qualités" assez partagées dans le milieu politique :-)

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

@ Arnaud

Je m'y attelle dès que possible.
@ Fotini
Méfie-toi des rumeurs. La vérité est très simple à comprendre : Delanoë a calculé qu'il pouvait "régner" tout seul à Paris, et que c'était l'occasion ou jamais. Il a saisi l'opportunité et voilà.

@ Candide
Tiens, je ne savais pas que Collomb proposait cette solution. C'est en effet une bonne idée.
@ orange
de fait :-)

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 07 novembre 2008

Je ne suis pas sûr de partager ton enthousiasme...

Plusieurs remarques concernant ce vote :

1) Seuls 55% des inscrits sur les listes électorales ont voté. C'est peu. Même si on sait très bien que dans chaque parti les fichiers adhérents contiennent une proportion plus ou moins importante d'adhérents période 2007, mais peu ou plus du tout impliqués, 45% d'abstention, ça fait beaucoup ! Surtout quand il y avait le choix entre 5 motions. Que 45% des adhérents ne se reconnaissent dans aucune motion pose question...
Au passage d'ailleurs, cette faible participation est dommage. Quoi qu'on en dise, le PS est quand même actuellement un des partis où la démocratie fonctionne le mieux.

2) Sur le score de S. Royal : il est certes de 29%. C'est un peu moins de la moitié du score qu'elle avait eu lors de la dernière élection interne au PS. Donc une perte de 50% en 24 mois, en valeur relative. Et une perte beaucoup plus importante en valeur absolue, compte tenu de la baisse du nombre de votants. J'y vois un succès très très mitigé. Plus important que ce que la presse annonçait, mais succès qui cache malgré tout un échec.

3) Il y a échec aussi de Delanoé, qui, visiblement n'a pas su (pas pu) rassembler sous son nom.

4) Par contre, il y a un succès malgré tout de Martine Aubry qui n'était pas du tout attendue à ce niveau, et un succès plus important encore de Benoit Hamon qui sort d'un coup de la marginalité.

Je n'aimerais vraiment pas être au PS actuellement. Les semaines prochaines vont être difficiles. Ou comment réussir à rassembler, sans casse ? Pas évident.
Aubry + Delanoé pèsent lourd.
Aubry n'est pas vraiment Royal compatible.
Mais Delanoé l'est-il ??
Etc, etc...

Personnellement, des 4 prétendants, je suis persuadé que seule Martine Aubry serait en mesure de remettre le PS en marche, et d'éviter les batailles d'égo.
Mais pas évident que cela soit la réflexion des militants.

Les 4 ont en commun un inconvénient de taille pour jouer le rôle du "1er opposant" à Sarkozy et au gouvernement : aucun n'est au parlement. C'est un tantinet génant, cela veut dire que quelque soit le débat à l'assemblée nationale (y compris les plus importants, style budget, éducation, etc...) ce n'est aucun d'eux qui donnera la réplique au gouvernement. Les télévisions interwieveront les seconds couteaux dans la salle des quatre colonnes, mais pas le ou la "chef". Bref, le chef sera un chef minoritaire, qui en plus aura du mal à faire entendre sa voix au delà de la rue de Solférino. Pour assoir son autorité, il est des situations plus confortables...

Écrit par : Bertrand (pas Delanoé) | vendredi, 07 novembre 2008

un point positif : le départ de mélanchon du PS.... IL était temps!!!!!

je n'arrive pas comprendre que pour calmer le jeu, les socialistes n'aient pas adhéré au projet de moscovici, il y aurait eu au moins une trève avant la primaire à gauche.....

Écrit par : europium | vendredi, 07 novembre 2008

@L'hérétique

On en reparlera :-)

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

@Bertrand (pas Delanoé)

Je partage votre analyse.

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

@Fotini

En l'occurrence pas d'accord.

B. Delanoë dans des conditions favorables pour lui n'avait qu'à appliquer la démocratie, il ne l'a pas fait, voilà tout.

D'ailleurs c'est tout juste si il ne s'en
est pas excusé le lendemain, en proposant
des espèces de passerelles de charité vers
le Modem pour daigner écouter sa voix.

D'autre part pas d'accord non plus et
dirai fièrement ceci :

je juge bien,Moi un Citoyen, me renseignant
un minimum et réfléchissant un peu par moi- même quand des politiques hauts placés, certes doués et expérimentés dans l'art de se "Placer", ne sont que des "esprits vides" ou des vicelards qui ont peu le souçi de l'intérêt général !!

Ainsi quand j'en estime certains ça a de la valeur !!

(Ah! Respect, que de malhonnêtés ont été couvertes en ton nom ?).

Écrit par : Candide | vendredi, 07 novembre 2008

@L'Hérétique

Finalement je te réponds en ligne :

Delanoé n'avait pas non plus besoin des verts et avec 6 % ils ont quand même 9 conseillers de paris , 1 maire d'arrondissement, des adjoints au maire central, des adjoints d'arrondissement...etc

La différence est qu'ils sont partis tous seuls comme nous , mais ils ont discuté avant... (d'ailleurs Françaois Bayrou avait annoncé que MdS s'exprimerait très rapidement avant le 1er tour, ce qu'elle n'a pas fait, ne suivant pas ses conseils)

Le modem a d'ailleurs discuté avant dans pleins de grandes villes, Lille, Dijon...etc sauf à Paris !

Cherchez l'erreur... je ne crois pas qu'elle soit que d'un côté.

Surtout qu'à la Mutualité avant le 1er tour MdS et les autres candidats n'avaient pas été tendres envers BD...

Dommage pour les élus qu'on aurait pu avoir... on se console en se disant qu'on a été indépendants... pourquoi pas ?
En attendant on n'a aucun poids.

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

"La honte n'est pas de perdre, d'être inférieur à l'ennemi. Mais d'être inférieur à soi-même : voilà qui gâte à la fois le sort du vaincu et le mérite du vainqueur". [Edmund Spenser]

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

@candide

"B. Delanoë dans des conditions favorables pour lui n'avait qu'à appliquer la démocratie, il ne l'a pas fait, voilà tout." : et pourquoi l'aurait-il fait ? Pour nos beaux yeux ?

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

@candide

Certes Martine Aubry l'a fait, mais rien ne se fait sans raison, n'est-ce-pas ?

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

Concernant le débat - un peu stérile à cette heure ! - d'une très hypothétique alliance PS-Modem, en fonction du futur patron du PS (ou patronne... D'ailleurs ça devient chiant la politique, désormais il faut tout mettre aussi au féminin si on ne veut pas être taxé de sexisme. Ca complique les phrases.)

Ne vaut-il pas mieux une franche poignée de main contractuelle avec Martine Aubry*, que des embrassades opportunistes avec Royal ?

A choisir, et même si sur le papier elle est peut-être plus éloignée, je préfère le réalisme d'Aubry aux incantations de Royal. Delanoé, quant à lui, cultive un flou artistique du plus bel effet impressionniste. C'est très beau de loin, mais quand on s'approche on se demande ce qu'on a voulu nous cacher.


(* "L'avantage avec Aubry - me disait hier un camarade effronté - c'est qu'au moins avec elle on n'est pas troublés par sa féminité." Je sais, je vais me faire taxer de sexiste, mais j'ai pas pu m'en empêcher... dsl)

@Fotini

J'aime bien la phrase de Spenser.

Écrit par : Bertrand (pas Delanoé) | vendredi, 07 novembre 2008

@Bertrand

Non, non !! Pas M. Aubry comme numéro 1 !!
Je la connais (pas personnellement !!) un
peu pour Lille (cornaquée par Mauroy).

En gros ce n'est peut-être pas trop mal
mais chez elle la "Plaquette" est toujours
bien plus belle que l'Oeuvre.

C'est une commandante qui brasse de l'air
mais ne fait pas mieux (ni moins bien d'ailleurs) qu'un ou une autre.

On peut difficilement comparer les résultats de Ségolène de maintenant et de celle d'avant, et puis ça été est de loin la moins planquée.

Et puis elle, sans être extrémistes, au moins elle sait décider par elle même et
même être parfois modeste. elle saurait bousculer.

Les autres pfff ..., ils ou elles feront
les fiers à bras et puis aprés docte concertation entr'eux ils prendront
la solution médiane !!

Chez ces gens là on se dédouane !!
(comme Jospin avec le foulard).

Écrit par : Candide | vendredi, 07 novembre 2008

bertrand a écrit
"Concernant le débat - un peu stérile à cette heure ! - d'une très hypothétique alliance PS-Modem, en fonction du futur patron du PS (ou patronne... D'ailleurs ça devient chiant la politique, désormais il faut tout mettre aussi au féminin si on ne veut pas être taxé de sexisme. Ca complique les phrases.)"

je suis d'accord avec cela, car cette approche politicienne nous fait tomber tomber dans le piège de la stratégie d'alliance qui conduit a ne pas proposer un projet cohérent car il faut calculer pour le second tour.... pour ne fâcher personne

cette façon de faire c'est le PS dans toute sa splendeur ou il n'est plus question que de positionnement en fonction d'alliance pour se démarquer.

Le modem doit proposer son projet sans se soucier des autres. de plus envisager très tôt des alliances c'est se mettre des oeillères et se placer dans une position de faiblesse car on est pas capable de gagner seul....

peu importe qui sera le chef au ps car il est clair que vu que personne n'arrive a se détacher et rassembler tout le monde cela montre que personne n'a la carrure pour gouverner la france....

si on est pas capable de faire le ménage chez soi, il sera difficile de le faire correctement ailleurs....

Écrit par : europium | vendredi, 07 novembre 2008

@Fotini

Ben pour les beaux yeux des parisiens
bien sûr !!

C'est du passé. Il n' y a pas les conseillers
Mais une défaite ?

Delanoë paie peut-être déjà un peu sa "victoire" malgré tous les médias qui l'ont encensé.

Je ne suis même pas Parisien (je le fus), même pas Militant, si vous croyez que je suis le seul à avoir dans l'esprit que le Modem n'a pas si mal tracé son chemin dans cette élection à Paris (du moins par rapport aux adversaires politiques) et que peut-être on pourrait voter pour lui à de prochaines élections !!

Si les médias sont corrects - c'est cela
qui me fait le plus peur : médias fagocytés - La manière reste fort dans l'esprit des gens.

Et puis cela a quand même permis à beaucoup
petits et grands de se prendre au jeu du Modem ...

Enfin c'est ce que je crois.

Écrit par : Candide | vendredi, 07 novembre 2008

@Candide

En toute amitié, vous portez bien votre nom :-) !

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

@Europium

Oui c'est vrai.

(N'empêche, avant le 1er tour des municipales
qui est-ce qui s'est contre-fichu des
mesquineries pour faire alliance sans
restriction ? ...
Na !!..)

Écrit par : Candide | vendredi, 07 novembre 2008

Les vrais sondages étaient à trouver ailleurs. Royal rassemblait toujours plus de militants/sympathisants lors de ses déplacements que ses concurrents. La motion E de Collomb/Royal est celle qui a été signée par le plus de personnes.

Écrit par : MaxF | vendredi, 07 novembre 2008

je mettrais juste un bémol à ce que j'ai dit.
les municipales sont une élection à part, discuter sur un projet, envisager des alliances peut être une approche envisageable et parfois souhaitable suivant les cas de figures.

par contre pour les autres élections, la logique est de construire son projet sans se soucier des autres....

Écrit par : europium | vendredi, 07 novembre 2008

@Fotini

"L'Essentiel[...]est de ne jamais transiger
sur nos certitudes,de ne jamais faire le
malin,de ne pas jouer aux plus fins,de ne pas calculer;tel est le devoir mais aussi la sagesse, car les habiles finissent toujours par avoir tort".
(De Gaulle, cité par Claude Mauriac, dans
Le temps Immobile 1974)

En toute amitié aussi.

Écrit par : Candide | vendredi, 07 novembre 2008

@Candide

Tout dépend du contexte, car on parfois se draper dans des certitudes pour mieux masquer son manque d'habileté... :-)

Écrit par : Fotini | vendredi, 07 novembre 2008

Débats intéressants.
La campagne de 2012 serait-elle lancée ?

Je rappelle une interview de G. Collomb que j'avais évoquée ici-même voilà des mois. Certaines remarques demeureront d'actualité encore un moment, la position du maire de Lyon étant la voie de la sagesse :
http://www.lexpress.fr/actualite/politique/les-quatre-verites-de-collomb_471449.html

Avec les socialistes, rien n'est jamais simple !...
Attendons donc un peu pour y voir clair. Pour ma part, je pense que tout n'est pas encore "joué" en ce qui concerne Martine Aubry.

Sarko perdrait dans l'affaire un "allié" objectif en la personne de B. Delanoé qui aurait pu lui ouvrir un boulevard en cas de duel en 2012.

100% d'accord avec Europium pour cette remarque :
"je n'arrive pas comprendre que pour calmer le jeu, les socialistes n'aient pas adhéré au projet de moscovici, il y aurait eu au moins une trève avant la primaire à gauche....."

Je suis un peu moins d'accord avec Europium sur cette seconde assertion :
"Le modem doit proposer son projet sans se soucier des autres. de plus envisager très tôt des alliances c'est se mettre des oeillères et se placer dans une position de faiblesse car on est pas capable de gagner seul...."
Il ne s'agit pas d'envisager des alliances très en amont.
Mais de :
1. Définir un positionnement "idéologique" clair (remarque tout aussi bien valable pour le PS que pour le MoDem). En fonction, ensuite, il faudra bâtir des programmes "compatibles" à 80%.
2. Ne pas oublier le pari, au sens pascalien, de Bayrou qui serait d'arriver à provoquer un "21 avril" Démocrate (ou centriste) et d'appeler à un vaste rassemblement ensuite. Le PS (Royal et Aubry) prônerait désormais un rassemblement de même type mais un peu plus déporté sur la gauche.

Enfin, je ne pleurerais pas sur le sort de JL Mélanchon qui quitte le PS. L'Européen que je suis s'en féliciterait même.
Voir quelle sera la position de Michel Rocard dans les jours à venir. Et bien entendu, attendre celle de DSK (à travers ses porte-voix multiples).

Écrit par : Thierry P. | vendredi, 07 novembre 2008

@Fotini

Allez, on dit que l'on a (à moitié) raison
tout les deux, d'accord ?

Écrit par : Candide | vendredi, 07 novembre 2008

pas d'accord avec l'approche de thierry P.

l'UDF a eu dû mal à casser son image de parti dit de "réservoir" pour le second tour. il ne faut pas tomber dans le piège de l'alliance objective de facto avec le PS.

si le ps Gauchise son discours, sera-t-il possible de faire programme à 80% compatible avec eux!!!!

pour l'instant je serais comme arnaudh qui a écrit plus haut "mais je regarderai de très très près toute alliance sur les aspects programmatiques (pas son point fort), européens (faire des concessions là dessus me semblerait aberrant), et le rapport de force interne du PS avec Hamon / Emmanuelli / Mélenchon (on n'a pas grand chose en commun sur le fond avec ces tendances et une plateforme gouvernementale commune n'aurait pas beaucoup de cohérence)."

un parti qui a vocation a gouverner doit envisager de s'imposer seul sinon il s'enferme dans une logique programmatique incohérente.

de plus le ps est dans une logique de rassembler a gauche, le modem est-il compatible avec toute la gauche? non...

a mon avis, actuellement, le modem est compatible avec la droite du ps et la gauche de l'ump au niveau des idées, c'est dans ce sens qu'il faut travailler pour piquer l'électorat qui manque au parti centriste pour être au deuxième tour...après le rassemblment se fera tout seul.

Écrit par : europium | vendredi, 07 novembre 2008

@ Europium
Je suis d'accord avec une bonne part de ce que tu dis, mais je pense que nous entrevoyons le problème sous des angles différents.

Quand tu écris :
"Si le ps Gauchise son discours, sera-t-il possible de faire programme à 80% compatible avec eux!!!!"
comment pourrais-je être en désaccord ? Il deviendrait alors illusoire de vouloir marier la carpe et le lapin qui n'apparaîtrait que comme un mariage de (dé)raison, et pire de circonstance, contre le bloc conservateur.

C'est la raison pour laquelle, j'ai précisé qu'une des priorités était de :
"Définir un positionnement "idéologique" clair (remarque tout aussi bien valable pour le PS que pour le MoDem)"
Au jour d'aujourd'hui, je ne sais pas si le PS est dans une démarche du type Bad Godesberg idéologique qui passerait par l'abandon de quelques vieilles lunes.
La déclaration de principe du PS adoptée en juin dernier me semble une être une évolution intéressante. Ce parti aura-t-il le courage de mener à terme son aggiornamento ?
http://www.parti-socialiste.fr/toutsurlepsStatutsDeclarationPrincipes.ph

S'agissant de ta remarque relative au MoDem,
"ne pas tomber dans le piège de l'alliance objective avec le PS"
je pourrais être d'accord. Mais je crois que nous toucherions à notre divergence majeure d'analyse qui fait débat au sein même du MoDem.
Tu cultives comme beaucoup l'image d'un MoDem à vocation majoritaire qui aurait pour finalité de gouverner tout seul. C'est une approche électoraliste qui a pu être celle de FB en 2007. (lecture présidentielle des institutions)
D'autres plus pragmatiques ont une image d'une force pivot qui rassemblerait autour d'une plateforme de gouvernement (lecture parlementaire des institutions)
J'ai noté dans les discours de FB (me trompè-je ?) un glissement progressif de l'une vers l'autre des approches. Mais ce n'a pas été clairement formulé.
Les citoyens attendent du MoDem un projet global de société qui leur serait présenté.
Il ne faut pas négliger le fait que la vie politique en France est corsetée par les règles du scrutin majoritaire aux élections législatives. Tant que ce système prévaudra, il faudra penser alliance. Ce système est en train de fonctionner dans certaines collectivités territoriales, il faudra s'en inspirer.
Qui dit alliance, pense nécessairement à compatibilité des programmes très en amont. Les ralliements, c'est ma conviction, ne se décrètent pas nuitamment par interphone.
Tu as donc raison de rappeler la vocation du Modem qui est de ratisser autour d'un noyau allant des. Sociaux libéraux aux sociaux-démocrates et associant des libéraux d'ouverture.
La Vocation du PS (du moins celle qui est affichée actuellement) serait de parvenir à une alliance des "gauches" (est-ce encore possible ?) avec le pôle social-libéral.
Les deux approches sont en lice. Laquelle l'emporterait ?

Il s'agit du problème central du positionnement du curseur autour se fera le rassemblement.

D'où l'intérêt de réfléchir très en amont aux orientations programmatiques.
Je vois deux axes incontournables sur lesquels l'accord pourrait être total en cas de réflexion menées en parallèle, et de négociations ultérieures. Il s'agit de l'Europe et de tout ce qu'il conviendra de mettre en œuvre en matière de développement durable.
La récente crise financière a fait évoluer certains discours :-) c'est déjà une avancée !

Ta lecture d'un parti à vocation majoritaire est peut-être la bonne Europium, mais il ne faut pas non plus négliger l'autre qui est celle d'une force centrale à vocation de rassemblement.
Pour l'instant, je dirai que le MoDem est en passe de formaliser ses orientations. Il faudra, cela va de soi, que les adhérents s'y retrouvent au final pour faire passer le message aux citoyens.
Personnellement, je pense que la voie humaniste empruntée par le MoDem est la bonne, il y a juste quelques ajustements à réaliser entre le discours et la pratique au quotidien. C'est une autre histoire.

Écrit par : Thierry P. | vendredi, 07 novembre 2008

Les derniers Mitterrandistes battus...Royal avec une victoire toute relative et à la Pyrrhus...un jeu de combinaisons qui va contraindre soit à une division interne officielle soit à une synthèse intenable à la Hollande...un premier secrétaire qui ne pourra être candidat à 2012...et la cerise sur le gateau avec le départ de Mélenchon (Ca c'est une vraie surprise) qui va aller renforcer la gauche de la gauche et contraindre le PS à choisir une ligne politique claire et à cesser d'être un simple cartel électoral hégémonique...que demander de plus?!!

Écrit par : zapataz | vendredi, 07 novembre 2008

@ zapataz
Bien résumé !!!

Écrit par : Thierry P. | vendredi, 07 novembre 2008

@Europium et Thierry P

Je ne peux être qu'en partie intuitif,

mais je me sens trés en phase avec
l'analyse de Thierry qui est d'ailleurs très "ouverte" (Apec "Options" bien
précisées cependant).

@Zapataz

Pas sûr tout ça.
Pourquoi pas un Beau Modem et un Beau PS.
De toute façon pour l'instant c'est leur
problème et nous avons les notres.

Écrit par : Candide | vendredi, 07 novembre 2008

@ europium et Thierry

Sacré débat, qui n'a pas fini de faire couleur de l'encre...

Écrit par : L'hérétique | vendredi, 07 novembre 2008

thierry.p écrit
"Tu cultives comme beaucoup l'image d'un MoDem à vocation majoritaire qui aurait pour finalité de gouverner tout seul. C'est une approche électoraliste qui a pu être celle de FB en 2007. (lecture présidentielle des institutions)"

j'assume cette position car pour construire un programme cohérent il ne faut pas se préoccuper des autres. au PS il y a en fait deux partis : un très à gauche, limite communiste et un social démocrate. leur logique de synthèse les conduit à construire un programme bancal sans colonne vertébrale car ils lorgnent sur l'extrême gauche et un peu sur le centre, d'ou un programme un peu fourre-tout....

de plus si on se place dans cet objectif, il est possible de se débarrasser des questionnements du type"avec qui vous allez vous alliez?". cela permettrait ainsi de pouvoir élever le débat.
ce questionnement sur le jeu des alliances pourrit le débat au PS que ce soit pour la bataille interne ou pour proposer un programme. cette façon de faire implique d'emblée un débat sur les querelles de personnes et ne favorise pas le débat d'idée, ce qui est plus important.

je pense que pour être bon, il est nécessaire de se fixer de très hauts objectifs, dont l'un est de pouvoir gouverner seul.plus on se rapprochera de cela plus on sera crédible, plus on aura une chance d'être au second tour de l'élection majeur. cela ne veut pas dire que le modem atteindra cet objectif.....mais qu'il faudra peut-être passer par une plate-forme de gouvernement.

je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il faille mette en avant l'Europe et le co-développemnt.
la position du PS à ce sujet ne sera pas clair. comment vont-il faire en ayant en leur sein des pro-TDL et des "viscéralement" anti.TDL? de plus il faut associer à cela que tous leurs alliés "de droit" sont des anti-TDL......

Écrit par : europium | samedi, 08 novembre 2008

@ Europium
Je partage tout analyse quant à la coexistence pas toujours pacifique au sein du PS de deux courants manifestement antagonistes en ce qui concerne l'Europe. Ce parti a eu le tord de ne pas aborder les questions qui fâchent lors du référendum sur le TECE.
Ensuite, préserver une unité de façade à grand renfort de synthèses tiédasses a contribué à saper ses fondamentaux et surtout à altérer sa visibilité et sa crédibilité devant les citoyens.
Quand j'évoque un Bad Godesberg pour le PS, c'est mon avis, qui n'a pas varié depuis 2002. La question des alliances, et surtout du modèle de société à proposer est essentielle. Cela requiert un immense courage. Certains l'ont au PS à un niveau ou à un autre. Manuel Valls en est même jusqu'à proposer de tout revoir.
Je pense que Martine Aubry serait la personne qui pourrait accompagner cette transition ou mutation interne au PS.
On ne peut plus se contenter de l'évocation des mannes des grands ancêtres de gauche pour fédérer des sensibilités à ce point devenues inconciliables.

Les lignes de clivage ont bougé voire implosé. Désormais que signifie se revendiquer de gauche, de droite voire du centre. NS a su brouiller le paysage à son unique profit.
Un travail de fond en vue d'assurer l'alternance est nécessaire.
C'est donc un sacré défi que d'avoir à penser ce projet de société qui sera pétri de valeurs humanistes et qui s'inscrira dans le respect des valeurs de notre République.
Un projet qui sera ouvert sur l'Europe et le monde et surtout lucide pour affronter les enjeux de ce XXI°siècle incertain.

Écrit par : Thierry P. | samedi, 08 novembre 2008

je suis d'accord sur le fait que les lignes de clivages ont bougé en ce qui concerne les divers électorats potentiels. cependant est-ce le cas au niveau de tous les appareils politiques?

le ps est une association d'élus et est devenu une machine à gagner les élections locales.peuvent-ils dès lors faire un Bad Godesberg comme tu le suggères? c'est pas évident car les élus locaux sont dans une stratégie de garder leurs fiefs en gardant leurs alliances classiques et en étant passer maitre dans l'art du clientellisme. donc une remise en question totale parait difficile sauf si minorité d'élus veut réellement gouverner sur le plan national. pour cela ils devront prendre le risque de casser cette machine à gagner les élections locales. il faudra aussi qu'un leader se détache et mette tout le monde d'accord pour éviter les tacles en tout genre.

les socialistes ont un problème culturel, quasi existentiel en voulant être celui qui incarne le mieux la gauche et sont en permanence dans un discours "je suis plus à gauche que toi" tout en sachant intrasèquement que ce n'est pas la bonne solution. ils devront "tuer" leurs pères pour passer à autre chose. le socialisme défendu par Jaures, blum, etc....a été bénéfique et une vraie avancée, mais il n'est plus d'actualité... le monde a changé

de plus, il y a le problème de l'électorat très volatil qui passe de l'extrême gauche à l'extrême droite (et vice versa) en créant ainsi une forte pression sur les partis dit gouvernementaux car cet électorat est populaire or les partis se veulent être populaire...

Écrit par : europium | samedi, 08 novembre 2008

@ Europium
OK avec ton dernier commentaire.
Le clientélisme, voilà un mal bien français : Cumul des mandats, non limitation de ces derniers en nombre et en temps.
Quant à la volatilité et la versatilité d'une frange de l'électorat, il est vrai que le NI-NI gauche et droite réserve des surprises.
Mais même si c'est difficile à admettre pour un démocrate, je pense que ces courants doivent accéder malgré tout à une représentation à travers la proportionnelle.


Hors propos, je viens de relire ce matin le constat dressé par AdT sur la composition des corps qui régissaient les affaires de la commune avant la Révolution. L'ancienneté du constat et les conditions particulières d'alors ne doivent pas cacher que dès avant la Révolution, on constate une forme de désaffection des habitants face aux affaires de la cité quand s'installe un système de notables.

[...À mesure qu'on avance dans le siècle, le nombre des notables de droit se multiplie dans le sein de cette assemblée ; les députés des corporations industrielles y deviennent moins nombreux ou cessent d'y paraître. On n'y rencontre plus que ceux des corps ; c'est-à-dire que l'assemblée contient seulement des bourgeois et ne reçoit presque plus d'artisans. Le peuple, qui ne se laisse pas prendre aussi aisément qu'on se l'imagine aux vains semblants de la liberté, cesse alors partout de s'intéresser aux affaires de la commune et vit dans l'intérieur de ses propres murs comme un étranger. Inutilement ses magistrats essayent de temps en temps de réveiller en lui ce patriotisme municipal qui a fait tant de merveilles dans le moyen âge : il reste sourd. Les plus grands intérêts de la ville semblent ne plus le toucher. On voudrait qu'il allât voter, là où on a cru devoir conserver la vaine image d'une élection libre : il s'entête à s'abstenir. Rien de plus commun qu'un pareil spectacle dans l'histoire...]
Alexis de Tocqueville in L'Ancien Régime et la Révolution (Livre II - Chapitre III)

Écrit par : Thierry P. | samedi, 08 novembre 2008

@ Thierry

Très intéressant, ta référence : je sais quelle est ma prochaine lecture. Décidément, Tocqueville est impressionnant de clairvoyance.

Écrit par : L'hérétique | samedi, 08 novembre 2008

@ L'Hérétique
C'est d'une lecture très fluide. Moins roborative que celle de "De la Démocratie en Amérique".
Rien ne remplace la lecture directe et sans oeillères des oeuvres de Tocqueville. Je ne m'en lasse pas tant il a vu souvent juste.
Je conseille aussi la biographie de Tocqueville par Lucien Jaume (Fayard) qui est une somme d'érudition. On comprend mieux l'oeuvre du penseur quand on connaît l'homme.

Écrit par : Thierry P. | samedi, 08 novembre 2008

@L'Hérétique

Vous avez inventé une très jolie expression :
"Faire Couleur de l'Encre".

Écrit par : Candide | samedi, 08 novembre 2008

@ L'héritique,

Les fichiers d'adhérents PS ne contiennent pas seulement les adhérents 2007 mais aussi ceux de 2006, de nombreuses personnes qui étaient entrées au PS pour participer à la campagne présidentielle et dont beaucoup, dégoutés d'un accueil plus que froid, ne sont pas revenus.

Le règlement du parti indique que les personnes sont radiées après 2 années consécutives de non paiement de cotisation. Ce qui fera que ceux de 2006 ne seront radiés qu'à la fin de cette année. Partant de là, on peut réduire le fichier des adhérents d'un minimum de 25 %.

Très peu d'adhérents des années précédentes sont venus régulariser leur cotisation à l'occasion du vote sur les motions, ce qu'ils pouvaient faire.

Il y a aussi un problème de compréhension sur la procédure : peu de socialistes savent que l'on doit d'abord voter sur les motions, puis que le congrès se réunit pour voir qui peut travailler avec qui, enfin qu'il faudra voter le 20 novembre pour le 1er secrétaire. On peut être sûr que nombre d'entre eux viendront à cette dernière occasion qui leur semble plus importante. C'est tellement compliqué que récemment, j'ai du donner des explications sur ce point à un très ancien militant qui ignorait qu'il devrait voter à nouveau le 20 novembre.

Enfin, ça n'est pas sur 5 motions qu'il fallait voter mais 6, ce qui disperse encore plus les votes.

Écrit par : Dominique M | dimanche, 09 novembre 2008

Cette fois : 100% d'accord avec toi.
Je regrette juste qu'on ait oublié le père fondateur de cette motion
Gérard Collomb
maire de Lyon.
Une fois de plus oubli largement médiatisé.
Mais la baffe à Delanoé (l maire sur-médiatisé) n'en ait pour moi que plus retentissante.
Dommage que tu n'appliques pas à la Chine ta perspicacité pour décrypter ce qui est dit car là tu suis le troupeau.

Écrit par : Rosa | lundi, 10 novembre 2008

@ Rosa

Dis donc, sur la Chine, tu es vraiment partiale : tu as tes fonds placés là-bas ou quoi ? :-)
J'avais bien saisi qu'il y avait du Collomb là-dessous.

@ Dominique M
Merci pour toutes ces précisions qui apportent un éclairage.

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 10 novembre 2008

Je ne suis pas plus partiale que toi et j'y suis contrainte par la mauvaise foi dont on fait preuve à l'égard de la Chine.
Tu vois pour cette motion où et quand a-t-on rappelé que Collomb, avec un député bordelais dont j'ai oublié le nom ont lancé cette motion ?
Collomb est d'autant plus légitime qu'il a appliqué ce qui est plus qu'une ouverture au Centre.
Avec des élus venus du MODEM junes et talentueux.
Je termine mon éloge de Collomb en disant que c'est un grand ami de la Chine et que la ville de Lyon entretient une amitié ancienne avec Canton.

Nous à Lyon nous savons prendre nos distances avec les mots d'ordre du politiquement correct parisien.

Écrit par : Rosa | lundi, 10 novembre 2008

@ Rosa
La déclaration de principes du PS de 2008 a été rédigée sous les auspices de la commission présidée par Alain Bergougnioux.
http://actus.parti-socialiste.fr/2008/04/18/declaration-principes-identite-parti-socialist/

A ma connaissance, Gérard Collomb avait plutôt participé à la rédaction de la Déclaraton de principes de 1990.
Ma remarque n'ôte rien à l'estime que j'ai pour le maire de Lyon.
Il y a aussi Grenoble dans notre région qui est une ville qui a su prendre ses distances avec le politiquement correct "parisien" en associant le MoDem aux affaires municipales.

Écrit par : Thierry P. | lundi, 10 novembre 2008

Thierry j'ai lu mais à mon avis c'est Collomb qui a été à l'origine d'un mouvement dans ce sens.
N'a-t-il pas lancé un appel au printemps 2008 ?
Pour Grenoble, oui je sais !
Quelle motion y est arrivée en tête ?
Car la motion E, à ma grande surprise n'était pas en tête en Rhône-Alpes.

Écrit par : Rosa | mardi, 11 novembre 2008

@ Rosa
Un courte tête en faveur de la motion A dans l'Isère (rien trouvé pour la ville de Grenoble). Il faut dire que la motion de Bertrand D. était soutenue par Destot, Vallini...
http://www.ledauphine.com/parti-socialiste-leger-avantage-pour-la-motion-delano--@/index.jspz?article=70281

Écrit par : Thierry P. | mardi, 11 novembre 2008

Les commentaires sont fermés.