Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 18 novembre 2007

Marielle de Sarnez : un gouvernement ouvert pour Paris

3fa0a3c885a681d7d16000252c27b606.jpgMarielle de Sarnez, chef de file aux municipales de Paris de l’UDF-Mouvement Démocrate a réaffirmé dimanche 11 novembre lors de l’émission Dimanche +, sur Canal +, sa volonté de former « un gouvernement ouvert à Paris, dans lequel l'ensemble des Parisiens auront des représentants ». Elle a par ailleurs estimé « archaïque » l’alternance droite-gauche à Paris : « La vie municipale n'est plus une question de droite ou de gauche, c'est une question d'efficacité dans les projets qu'on défend.» Marielle de Sarnez a notamment expliqué : «Vous ne gouvernez pas une ville tout seul. Une ville, ça se gouverne en partenariat. », ajoutant : « Je fais un rêve pour Paris, c'est celui qui se produit dans les 36.000 communes de France » avec des conseils municipaux qui « représentent l'ensemble des sensibilités à chaque point de la ville.»
Marielle de Sarnez était également l'invitée du Rendez-vous des politiques sur France Culture, le 27 octobre dernier, répondant aux questions de Dominique Rousset, Paul Thibaud et Gérard Grumberg. Après avoir satisfait à l'exercice de l'auto-portrait, la candidate du Mouvement Démocrate pour les municipales à Paris est revenue sur la campagne présidentielle, le projet de Nicolas Sarkozy et sur l'avenir et le travail de l'Union Européenne.

vendredi, 09 novembre 2007

Marielle de Sarnez versus Delanoë (transports)

Ah! Enfin un blog de candidat qui tient compte des réactions des bloggueurs, qui les commente et qui les synthétise ! Alors là, je dis chapeau, et ce n'est pas par solidarité partisane.Merci Marielle de Sarnez ! Voilà qui me change de l'auto-congratulation permanente qui caractérise le blog de Bertand Delanoë. Il faut dire que la certitude d'être réélue rend l'équipe socialiste plus arrogante que jamais.

Sur le site de Françoise de Panafieu, c'est encore pire, on ne peut même pas dialoguer : tout juste laisser une suggestion dont rien ne dit qu'elle ne se perdra pas dans les méandres électroniques de la Toile. 

Dans ces conditions, la première synthèse des 125 réactions du blog de Marielle de Sarnez, qui n'a oublié personne est raffraîchissante, d'autant qu'elle a pris la peine de les classer par thèmes. 

Il y a notamment, pour les transports, des pistes intéressantes pour soulager la fameuse ligne 13 de sinistre mémoire : prolonger le RER E entre Montparnasse et Saint-Lazarre, mais aussi relier la Gare Montparnasse à la ligne 14

La plupart des interlocuteurs s'accordent à penser que la surface doit être réservée aux piétons et cyclistes, mais ils sont quelques uns à penser que cela ne se fera pas sans la création de parkings souterrrains pour l'automobile.

J'ajouterai un point supplémentaire sur le bilan de la mairie de Paris en matière de pollution de l'air : je ne vois pas comment je peux polluer moins dans mon quartier en tournant trois fois plus longtemps avec mon véhicule qu'il y a 5 ans.

En revanche, il est vrai que celui que j'ai, dispose désormais d'un moteur bien plus performant (consommation bien moindre, meilleur filtrage) que les premiers.
Alors je tends à penser que la communication de l'équipe Delanoë est de l'intoxication. Par ailleurs, en 5 ans, aucune avancée sur le métrophérique alors que manifestement ce sont les automobiles venues de la banlieue qui engorgent Paris.
J'ajoute que je suis d'accord pour ne pas circuler dans certaines zones du centre de Paris, à condition de pouvoir garer mon véhicule.

Les traquenards tendus par la Mairie de Paris afin de me contraindre à l'amende m'ont amené, pour ma part, en 5 ans, à grever mon budget de plus de 1500 euros de dépenses supplémentaires.

Merci Bertrand Delnaoë, d'autant que je suis pas un cacique vert ou socialiste qui dispose de ses entrées, moi...

Puisse Paris porter à sa tête une équipe modérée (UDF/MoDem) assistée d'écologistes intelligents (Cap21, verts modérés) et pas d'ayatollah locaux fous furieux férus uniquement d'idéologie.

jeudi, 18 octobre 2007

Quitterie Delmas et Marielle de Sarnez

Elles se sont donc rencontrées au bar de l'imprévu hier soir. Il ressort de l'entrevue entre les jeunes MoDem et Marielle de Sarnez quelques éléments significatifs.

  • Jusqu'à la tenue d'un congrès constitutif du MoDem, ce sont les statuts de l'UDF qui régissent la vie du MoDem et les investitures. Ils ne prévoient pas de primaires.
  • Marielle de Sarnez souhaite faire appel largement à la société civile et ouvrir à d'autres sensibilités politiques pour conduire des listes MoDem aux municipales, et donc, fatalement moins, du moins en tête de liste, aux militants et adhérents de base
  • La plupart des parlementaires rechignent à suivre François Bayrou. Nous sommes désormais seuls avec lui et quelques fidèles.
  • François Bayrou maintient contre vents et marées la ligne qui a toujours été la sienne.
  • Quitterie Delmas s'est vue proposer une mission pour trouver des procédures de désignation rapides et démocratiques mais l'a refusée en raison de la charge de travail que cela représente.
  • Quitterie Delmas renoncerait à l'investiture aux Municipales parisiennes.

Sur ce dernier point, je crois que l'UDF-MoDem aurait tort de ne pas lancer des têtes jeunes et charismatiques dans la bataille. Quitterie Delmas a un réseau, commence à être connue, il lui faut, désormais, acquérir une expérience politique. Participer aux municipales et devenir au minimum une conseillère municipale devrait être un objectif. Et puis vient un moment où il faut se confronter au suffrage universel.

Espérons donc qu'elle reviendra sur cette décision, et, si ce n'est pas elle qui l'a prise, que Marielle de Sarnez fera preuve de bon sens sur cet aspect des choses. 

jeudi, 23 août 2007

Finance et mauvaise conscience

Je pensais récemment aux municipales, et je me faisais intérieurement, le bilan du passage de Delanoë à la Mairie de Paris, tout en envisageant les perspectives d'avenir.

Si incontestablement Delanoë a apporté une réelle transparence et enclenché un mouvement pour les transports, il n'en a pas moins congestionné le trafic et a été incpable de s'entendre avec son compère Huchon, président de la région IDF pour lancer un projet de grande ampleur.

Notamment, Delanoë et les socialistes et verts parisiens se targuent d'avoir fait de Paris une ville festive, mais ils oublient qu'il n'y a pas que des fêtards à Paris.

Parce que les Socialistes demeurent honteux dès que l'on parle d'argent, vieux réflexe marxiste oblige, ils ne se sont jamais intéressés au développement financier  et économique de Paris, ou alors de très loin.

C'est dans ce domaine que j'attends l'UDf - MoDem, car je crois que nous ratons ainsi à Paris des dizaines de milliers d'emplois faute de proposer et d'informer entreprises et investisseurs. A la place, Paris subventionne quelques vagues projets et ne se tient surtout pas informée de ce que font ses concurrentes.

En fait, Delanoë n'imagine pas gérer sa ville autrement que comme une grosse capitale de province.

J'omets volontairement l'UMP, parce que eux, c'est encore plus simple : ils n'ont pas de projet tout court, et ils en sont restés encore à la vision de Tibéri pour Paris, autant dire le néant. Si j'étais de droite et moderne aujourd'hui à Paris, je me dirais que le seul vote possible, c'est un vote UDF.

Je les juge donc totalement disqualifiés pour présenter une opposition crédible à Delanoë. En réalité, la seule alternative aux socialistes et aux verts, c'est l'UDF, Cap21 et le MoDem.

L'UDF propose depuis longtemps de faire émerger un grand Paris susceptible de générer de nouveaux investissements, développements et emplois. Nicolas Sarkozy a fini par rempomper cette idée à l'UDF d'ailleurs, tout récemment. Mais dans l'action, nous sommes les seuls à avoir une position claire sur le sujet.

Dans les prochaines semaines, j'exposerai quelques lignes des projets Démocrates pour Paris. 

 

00:30 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : UDF, Paris, Delanoë, socialiste, UMP, Cap21, MoDem |  Facebook | | |

lundi, 16 juillet 2007

Velib : chapeau, Delanoë !

Incroyable : avec velib, c'est la première fois en 5 ans que je ne maudis pas (comme je le fais tous les jours) d'avoir voté Delanoë en 2001 (Dieu me garde de recommencer, horresco referens !) et que les khmers verts de l'Hôtel de Ville ont une idée autre que nuisible.

Velib, ça marche, j'ai testé. Certes, on met autant de temps à comprendre comment cela fonctionne et à s'abonner qu'à faire le trajet, mais une fois cet obstacle surmonté, il n'y à rien à dire, c'est un maître coup de Delanoë. Il n'a pas déboursé un radis, ça ne pollue pas, et pour ma part, moi qui utilisais l'automobile pour un certain nombre de petits trajets en raison de la lenteur désespérante des transports en commun, j'ai testé le velib sur les mêmes trajets, et, en situation de circulation fluide, c'est ex-aequo avec l'automobile. J'imagine qu'en cas d'encombrements, ce serait le vélo gagnant haut la main. 

Quelques bémols : les pneus sont systématiquement sous-gonflés, et, sur le fond, cette situation est idéale pour les célibataires ou les couples sans enfants.

Avec des petits, tintin, on n'a plus qu'à reprendre l'automobile. Mais bon, ne mégotons pas, c'est un succès, et une mesure intelligente et efficace, celle-là. On m'a donné enfin (pour la première fois depuis 5 ans) une autre raison que négative pour lâcher mon véhicule. Parce que la supression des places de stationnement, cela m'a surtout donné la haine et la détermination définitive de ne plus jamais voter socialiste et surtout vert dans la capitale, mais cela ne m'a jamais fait abandonner mon véhicule.

Les khmers verts commencent peut-être à comprendre que ce n'est pas en faisant chier les automobilistes qu'ils diminueront le trafic, mais qu'il faut au  contraire proposer des alternatives viables et positives, tout particulièrement en temps. Tant mieux, puisqu'il paraît que Baupin se réjouit (est-ce d'ailleurs son idée ?...). 

16:40 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : velib, Paris, Delanoë |  Facebook | | |

vendredi, 08 juin 2007

UDF et Démocrate jusqu'au bout des ongles : Valérie Sachs.

 
Valérie Sachs, candidate de l'UDF - Mouvement Démocrate dans le 16ème arrondissement, expose les raisons de sa candidature et de ses choix :
Electrice de Nicolas Sarkozy au second tour, on comprend vite, à la lueur de ses explications, qu'elle s'est estimée contrainte à un vote par défaut.
A l'heure où beaucoup quittaient le navire, elle choisit un engagement renouvelé qui s'inscrit dans la continuité de son action politique et des valeurs qu'elle a toujours défendues.
Elle précise les ddificultés qui ont été les siennes, dans une circonscription où l'initiative de François Bayrou et la création du Mouvement Démocrate a d'abord éveillé la méfiance.
- difficultés à entamer le dialogue sans partis pris ou a priori des électeurs du 16ème
- difficultés à faire entendre le point de vue du Mouvement Démocrate quant au rôle que veut jouer ce mouvement : l'heure des partis d'opposition est révolue, ce que veut être le MoDem, c'est un parti de positions, où l'élu vote non en fonction de consignes partisanes mais de ce qu'il estime être l'intérêt général de la France
 
Eric Azière, présent à cette réunion, salue le courage de la candidate dans une circonscription où le combat est difficile à mener. Il appelle à un enracinnement dans chaque circonscription parisienne, et, finalement, convie électeurs, sympathisants, adhérents et candidats du Mouvement Démocrate à un moment historique  : la naissance d'une pratique et d'un positionnement nouveaux dans le paysage politique français.
 
Finalement, à l'évocation de la voie difficile qui attend tous ceux qui ont fait le choix de l'UDF - Mouvement Démocrate, on pourrait simplement rappeler ces mots latins fameux :  
 
Ad augusta per angusta ( A des résultats augustes par des voies étroites). Que l'on se rappelle que cette locution latine par laquelle on caractérise un triomphe obtenu en surmontant les plus grandes difficultés,  est aussi le mot de passe des conjurés au IVème acte d'Hernani de Victor Hugo.
 
On pourrait même ajouter celle-là, que Jules César prononça en franchissant le Rubicond (et François Bayrou l'a largement franchi aussi, son Rubicond !) : Alea jacta est (le sort en est jeté). 

mardi, 05 juin 2007

Ecoles : pénurie d'enseignants dans le 16ème !

On croit que seuls les quartiers populaires sont touchés, et pourtant, le prestigieux 16ème arrondissement lui-même, est victime de coupes sombres dans les effectifs des enseignants d’écoles maternelles....


 
 
Le témoignage de la vidéo est édifiant : Valérie Sachs, la candidate UDF à la députation de la 15ème circonscription de Paris (nord du 16ème arrondissement) a enquêté sur la situation des écoles maternelles dans sa circonscription.

Si même les familles les plus influentes et les plus aisées de France ne peuvent obtenir de l’Education Nationale des conditions décentes pour la petite-enfance dans les écoles maternelles, qui le peut ?

Un directeur d’école de cette circonscription confiait à propos de la composition sociale des effectifs que les apparences sont trompeuses.

En réalité, dans le 16ème arrondissement, il y a de grands appartements bourgeois et des ambassades, mais aussi des chambres et mansardes qui accueillent la « domesticité » de ces mêmes appartements et les personnels de service des ambassades.

C’est ce petit peuple qui envoie ses enfants dans les écoles publiques, et, parfois, les directeurs d’école, envers et contre l’idée que l’on pourrait se faire du 16ème arrondissement, sont confrontés à de lourds cas sociaux.

Ces situations de détresse sociale tranchent d’autant plus le un milieu ambiant qu'elles côtoient des familles très fortunées.

Mais, au final, la carence d’enseignants touche pour une fois sans distinction riches et pauvres. Les écoles privées, dès lors qu’elles sont sous contrat, ne sont pas épargnées, car elles n’ont pas l’autorisation d’engager des enseignants supplémentaires. Leur valeur ajoutée ne peut que se faire sur l’encadrement.

Ces problèmes sont connus, et se sont aggravés avec les vagues de naissances des années 2000, 2001 et 2003. Au grand dam des familles, ni la municipalité, ni le député de la circonscription n’ont su anticiper les difficultés à venir.

Valérie Sachs, consciente de ces enjeux rarement évoqués dans le 16ème arrondissement, s’est engagée à porter la question des effectifs enseignants dans l’arrondissement jusqu’à l’assemblée nationale si les électeurs du XVIème arrondissement choisissait de faire d’elle leur représentante au parlement.

Site (avec podcasts et forum) de Valérie Sachs : http://www.valeriesachs.fr/Accueil.html 

 Blog de Valérie Sachs : http://blog.valeriesachs.fr/

Le MoDem existe dans le 16ème nord à Paris

Eh oui :  Le MoDem existe au nord du 16ème arrondissement de Paris, où il se présente sous les traits charmants d'une jolie jeune femme, Valérie Sachs.

Et il en faut du courage, paradoxalement, pour se présenter sur un sol où Nicolas Sarkozy a réuni 82% des suffrages au second tour.

Autant dire que c'est là une terre de mission, et que tenter d'y faire entendre la voix de l'UDF-Mouvement Démocrate est un sacerdoce digne de l'évangélisation d'une terre païenne.

Mais laissons Valérie Sachs se présenter elle-même...

 

 Intrigué, l'Hérétique a décidé, pour ces derniers jours de campagne, de suivre cette candidate du MoDem atypique et courageuse sur les sentiers étroits de la candidature à la députation.

Au fil des derniers jours, nous publierons plusieurs notes sur le parcours et les réunions publiques de Valérie Sachs. 

 

Blog de Valérie 

vendredi, 18 mai 2007

Les candidats du MoDem à Paris

Ouf : on l'attendait depuis un moment ! La liste des candidats MoDem à Paris

EDIT le 18 mai.

J'ai la liste complète :

1ère circonscription :  Mario Stasi

2ème : Christian saint-Etienne

3ème Linda Capoano

4ème Claire Gibault

5ème Sophie Dion

6ème Olivier Pagès

7ème Grégory Perrin

8ème Jean-François Pernin

9ème Nicole Martin

10ème Danièle Auffray 

11ème Marielle de Sarnez

12ème Elisabeth de Fresquet  http://www.defresquet2007.fr/

13ème Michel Bulté

14ème Vladimir d'Omresson

15ème Valérie Sachs

16ème Olivier Mousson

17ème Christelle de Crémiers http://www.christelledecremiers.com/

18ème Maxence Anser

19ème Fadila ???

20ème Violette Baranda

21ème Didier Bariani 

 

 

Trois élus venus des Verts, dont une adjointe de Bertrand Delanoë, Danièle Auffray, figurent parmi les candidats du Mouvement Démocrate (MoDem) à Paris, selon la liste rendue publique jeudi soir par Marielle de Sarnez, bras droit de François Bayrou.

Cette liste comprend aussi l'eurodéputée et chef d'orchestre Claire Gibault, qui se présente dans la 4ème circonscription (VIII et IXèmes arrondissements).


Mme de Sarnez, conseillère de Paris, élue du XIVème, ex-directrice de campagne de M. Bayrou, est candidate dans la 11ème (ouest du XIVème arrondissement), face au sortant Vert Yves Cochet et à l'ex-ministre UMP Nicole Guedj.

Il y a 12 femmes parmi les 21 candidats MoDem à Paris.

Parmi les 9 hommes figure l'économiste Christian Saint-Etienne, membre du conseil d'orientation des finances publiques, qui avait collaboré à l'élaboration du programme du président de l'UDF pour l'élection présidentielle. Il se présente contre Jean Tiberi dans le Quartier latin (2ème circ).

Outre Mme Auffray, deux autres conseillers de Paris élus en 2001 sur les listes des Verts ont rejoint le Mouvement Démocrate: Olivier Pagès, qui se présente dans la 6ème circ (XIème arrdt) et Violette Baranda (20ème circ, XIXème arrdt).

Mmes Auffray et Baranda avaient annoncé dès la fin mars qu'elles quittaient le groupe municipal écologiste pour siéger comme non inscrite.

Beaucoup sont des nouveaux venus dans la liste bayroutiste, mais il y a aussi quelques vétérans: Jean-François Pernin, ex-maire UDF du XIIème arrondissement (8ème circ) et Didier Bariani (21ème circ), vice-président de l'UDF.

Le candidat de la 1ère circ (I, II, III, IV) est l'avocat Mario Stasi.

 

 

 

lundi, 12 mars 2007

Delanoë et l'UDF à Paris ? Sans les Khmers verts et les gauchistes, svp...

Bertrand Delanoë prédit une Bayroumania à Paris
Lors d'un déjeuner, lundi 5 mars, avec les maires d'arrondissement socialistes, Bertrand Delanoë leur a recommandé de "taper sur Bayrou au niveau national mais de ménager l'UDF au niveau parisien". Le maire de la capitale pense que des candidats PS aux législatives à Paris auront besoin des voix UDF, notamment dans le 12e arrondissement. Et que pour conserver son poste de maire en 2008, il lui faudra gouverner avec "une majorité élargie qui irait de l'extrême gauche au centre droit", selon un maire PS parisien

Voilà ce que rapportait récemment le quotidien Le Monde.

Pour que l'UDF puisse imaginer co-gérer Paris avec Delanoë, il faudrait que ce dernier se débarrasse de ses encombrants alliés à commencer par ses potes gauchistes, et surtout, les Khmers Verts de l'Hôtel de Ville.

Ces ayatollah du Paris sans automobiles sont des fous furieux qui n'ont pas leur pareil pour provoquer des embouteillages monstres  dans la capitale.

Avec une hargne qui dénote un esprit particulièrement tordu, ils s'ingénient à taxer au mieux les résidents possesseurs d'un véhicule de toutes les manières possibles et imaginables.

Par exemple, dans le quartier Saint-Lambert dans le 15e, ils ont supprimé du jour au lendemain 50%  des places sans préavis, faisant emporter nombre d'automobiles à la fourrière sans que les propriétaires aient été avisés. La mairie délivre à tour de bras des permis pour faire des travaux sur les trottoirs afin de contraindre les automobilistes à se garer sur des places non-autorisées. Ainsi, ils ont la certitude que ces derniers paieront une amende. Les côtés de rues réservés aux deux roues s'accumulent sans qu'un seul véhicule de ce type ne vienne s'y garer. Parfois, on installe des places de livraison devant la demeure d'honnêtes citoyens sans qu'il y ait le moindre commerce à côté.

Un seul objectif, nuire à l'automobile. Le PS et Delanoë en tête cèdent à tous les diktats de ces malades. Bien sûr la pollution n'a pas diminué entre-temps.

Bref, un Paris propre, pourquoi pas, mais on peut le faire en concertation et en réfléchissant, non en semant le chaos dans toute la Capitale.

 Ajoutons également que la municipalisation à marche forcée de la culture à Paris détruit progressivement les formations d'élite au nom de l'idéologie habituelle socialo-marxiste au PS : culture pour tous = suppression de la qualité et de l'exigence. Donc, on subventionne des groupes amateurs de musique classique, mais dans le même temps, on empêche des enseignants qualifiés de dispenser des formations, parce qu'ils ne « s'adaptent pas » à la culture «djeun's» rap and co qu'affectionnent particulièrement Delanoë et ses sbires.

Bref, l'UDF veut bien faire preuve d'ouverture, mais il y a du travail à faire, et si Delanoë escompte instrumentaliser l'UDF pour reconduire les mêmes abrutis aux mêmes fonctions, il rêve...

Il vaudrait mieux pour Paris avoir à sa tête une femme intelligente et modérée comme Marielle de Sarnez, dont la compétence n'est plus à démontrer.