Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2010-06 | Page d'accueil | 2010-08 »

samedi, 03 juillet 2010

Liliane Bettencourt diminuée ? Certainement pas !

Je me demande quels sont les rapports entre Liliane, la mère, et Françoise, la fille, chez les Bettencourt.

En tout cas, je doute très fort que Liliane Bettencourt soit diminuée d'une quelconque manière aujourd'hui. Je l'ai écoutée dans son entretien avec Claire Chazal, et je la trouve au contraire extraordinairement habile dans ses réponses.

En déclarant avoir l'envie de revoir sa fille, même si elle doute du succès d'une telle entreprise, elle efface d'éventuels soupçons de haine de la mère envers la fille. Mieux, en laissant entendre que sa fille pourrait être jalouse de sa mère, et que c'est là, somme toute, un lieu commun, elle renverse la situation et fait avaliser que les réclamations de la fille sont avant tout l'effet d'un affect blessé. En manifestant sa compréhension elle se montre large, et en réduisant le phénomène à un lieu commun des relations mère-fille, elle le banalise. Très fort.

En ce qui concerne Banier, mon sentiment sur l'affaire est qu'elle est subjuguée par cet homme, sans doute par une passion de nature amoureuse. Si tel est bien le cas, comme je le pense, c'est un sale coup de la part de la fille que de tenter de faire passer sa mère pour gâteuse parce qu'elle refile en douce le blé à son amant.

De l'autre, le Banier, pour accepter sans sourciller un milliard d'euros de donation, il pose son personnage. J'aurais, je l'avoue, plaisir, pour le compte, à voir l'État prélever les taxes qui s'appliquent sur les donations de ce type. Ça ferait rentrer de l'argent dans les caisses de l'État et la morale y trouverait son compte. Amusant le Banier : un grand copain du communiste Aragon, si j'ai bien compris, en son temps. Plus arriviste que lui tu meurs. Pote de Beckett, d'Adjani, de Sarraute, bref, du tout-Paris bien pensant, riche et vertueux...

Il n'en reste pas moins que Liliane Bettencourt sponsorise des associations, des chercheurs, des prix avec son immense fortune. Bon, c'est fâcheux quand l'une des associations en question porte le nom de son père, fondateur du mouvement d'extrême-droite la Cagoule...Elle cite même son frère en page d'accueil de l'onglet de présentation de la fondation...Bon, ne chipotons pas, cette fondation subventionne la recherche contre le SIDA, des rénovations au Collège de France, des programmes de l'INSERM, des associations de lutte contre l'échec scolaire, bref, que du bon, objectivement.

Ce n'est pas à un État de décider de la manière dont un individu doit donner son argent, fût-il sous l'empire, une nouvelle fois, d'une grande passion. Donc, au-delà des aspects fiscaux de son histoire financière, je trouve que la volonté de placer Liliane Bettencourt de force sous curatelle s'apparente à une forme d'acharnement douteux.

Banier mis à part, elle me semble plutôt dépenser intelligemment une part de son immense fortune : cela nous change des jet-setteurs et de leurs fêtes minables et bling-bling où l'on craque l'argent en coke, alcool, groupes de rap et/ou de techno, automobiles de sport et de luxe, et cetera...

Liliane Bettencourt appartient à cette fraction de la très grande bourgeoisie qui estime que le mécénat est l'une des marques d'une haute éducation. Cela nous change des Zahia D. et autres footballeurs pourris de fric et égoïstes...

11:03 Publié dans Insolite, Société | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook | | |

Les vertueux soutiendront-ils la victime de Muhittin Altun ?

On n'a pas fini d'en reparler des électrocutés de Clichy sous bois...A l'époque des faits, la Vertu indignée s'était emparée des bonnes consciences faisant des fuyards les martyrs d'une France devenue policière. Si bien sûr, on pouvait déplorer les deux morts accidentelles de Zied et Bouna, il y avait un pas, à mes yeux, dans le fait d'en faire des victimes expiatoires.

On avait alors longuement interrogé et porté aux nues Muhittin Altun, une jeune Kurde de 17 ans, qui avait survécu à ses brûlures.

Le problème, c'est qu'on l'avait retrouvé impliqué dans des émeutes urbaines moins d'une année plus tard. Il avait alors été accusé d'avoir jeté un pavé sur un véhicule de police.

Le problème, c'est qu'il vient à nouveau d'être alpagué : deux coups de couteau sur un pauvre gars qui passait pour lui arracher sa chaîne.

Ah, il escompte, je crois, un procès des policiers devant lesquels il avait simplement fui en 2005. Après le sien pour tentative d'homicide ? Ah, c'est sûr, il y croit tellement à la justice qu'il a hâte de passer devant. Son avocat, Jean-Pierre Mignard, va avoir du boulot. Il traînait en compagnie d'un délinquant notoire, et puis cela commence à faire beaucoup, tous ces "incidents", pour un individu de nationalité étrangère, stationné en France, je le suppose parce que c'est un réfugié ; dans tous les cas de figure parce que la France est une terre accueillante.

vendredi, 02 juillet 2010

Vacances à la noix...

S'il y a bien un truc qui est casse-c......s c'est d'entendre vos collègues de travail énumérer leurs destinations de vacances. Vous, évidemment, vous savez que vous allez rester à domicile, et ces abrutis, pendant ce temps-là, ils vous décrivent leur voyage au Mexique, en Australie ou aux Bahamas tout en se plaignant de la crise et de leur pouvoir d'achat en berne.

Nom de Zeus : respect 1) pour ceux qui bossent 2) pour ceux qui n'ont pas les moyens. Ils font ch... avec leurs vacances à la c..

Tiens, ça me fait penser à ceux qui prônent le grand soir en pianotant sur leur i-phone/i-pad/smart-phone dernier cri/ultra-portable et cetera, toute choses coûtant une fortune et que le commun des mortels n'a certainement pas les moyens de se payer.

Donc, collègues de travail, on s'en fout de vos vacances, cessez de casser les burnes de ceux qui n'en ont pas ou ne partent pas ! m...e, quoi !

17:18 Publié dans Insolite, Société | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : vacances |  Facebook | | |

jeudi, 01 juillet 2010

Wikio politique (classement des blogues) , juillet 2010, mon anticipation

J'adore ce jeu sympa : anticiper le classement du wikio. Avec les nouveaux outils que wikio met à disposition, c'est évidemment plus facile.

Bon, ce qui devait arriver arriva...PMA a perdu sa première place au profit de Birenbaum...Et puis Tourner la page qui ne lie absolument aucun blogue continue de monter dans le classement...

Par ailleurs, une fois de plus, les femmes font les frais, peu à peu des bouleversements du classement. Il ne reste plus que le blogue de Bah...

Je pense que cette fois, j'ai une erreur maxi dans les 20 premiers. Une inversion, peut-être, entre Bah et Rimbus, c'est serré. Entre Mélenchon et Hashtable, c'est chaud aussi...Tiens, Mélenchon : encore un qui ne lie aucun autre blogue.

1.Birenbaum

2.PMA

3.Sarkofrance

4.Peuples

5.Plume de presse

6.Intox 2007

7.Tourner la page

8.Le coucou de claviers

9.Les jours et l'ennui

10.l'hérétique

11.les coulisses de Sarkofrance

12.Yan Savidan

13.Rimbus

14.Bah

15.Piratages

16.les privilégiés

17.Slovar

18.Hashtable

19.Mélenchon

20.Ruminances

21.Lyonnitudes

22. Des pas perdus

23.Authueil

Pas eu le courage d'aller plus loin. Désolé aussi pour les liens. Trop long de les coller partout...

Ivre, le trader booste le cours du pétrole !

Incroyable cette nouvelle relayée par le Figaro. Un trader saoûl comme un cochon est rentré chez lui hier et a passé commande de l'équivalent de 30% de la production totale de pétrole de l'OPEP ! Hallucinant. Du coup, le cours du baril de brent a fait un bond de 71 à 73.5 dollars ! Je n'arrive pas à y croire. Finalement, c'est délirant les responsabilités qui reposent sur les épaules d'un trader. Je m'étonne qu'il n'y ait pas une sorte de cran d'arrêt pour l'empêcher de dépasser certains montants quand des opérations surprenantes se produisent. Je ne dis pas que c'est facile à mettre au point, parce que les traders doivent réagir très vite en manipulant des sommes énormes, mais franchement, la sécurité mondiale des marchés financiers en vaut la chandelle.

Imaginez un jour qu'il y en ait un qui pète un câble et revende massivement je ne sais pas moi...un bon du trésor d'un grand pays endetté, par exemple. Panique sur les marchés, on peut avoir le déclenchement d'une crise d'ampleur mondiale d'un coup !

Les mecs (et/ou les nanas), ils/elles ont le doigt sur le détonateur de véritables bombes nucléaires financières et il n'y a pas de codes de sécurité ni de valises à clefs partagées pour les empêcher de commettre l'irréparable...

Record de fréquentation battu chez l'hérétique (juin 2010)

Bon, j'avais dit que je ne devais plus publier mes stats. Sauf si je perçais un plancher ou crevais un plafond. C'est le cas ce mois-ci.

21619 visites Google analytics du 1er au 30 juin. 16682 visiteurs uniques d'après mon compteur hautetfort. Plus de 150 000 pages vues dans le mois (153 396 très précisément).

J'ai la flemme de signaler les apporteurs de liens, c'est long. En gros, un peu plus d'un tiers d'accès directs, et côté blogueurs, c'est Didier Goux, en premier, Hashtable en second et PMA en troisième qui envoient le plus de visiteurs. Pour Didier Goux, la manne s'est tarie, il m'a viré de sa blogroll (je devais la polluer, je subodore, à force de publier des notes sur un rythme intensif...). Sinon, il y a Marianne2, wikio, facebook et twitter qui m'amènent aussi des visiteurs.

En ce qui concerne le mois de juillet 2010, je vais essayer de faire un effort pour écrire des notes plus courtes et plus synthétiques...

Rien à faire, je suis catholique

Rien à faire : c'est désespérant. Quelle que soit la direction dans laquelle je me tourne, je réalise que mes valeurs sont profondément catholiques. En fait, il ne me manque que la foi. Je sais, c'est ennuyeux de ne pas croire pour un catholique. En fait, je ne revendique pas le cahtolicisme, mais je le constate chaque fois que l'on m'interroge sur mes valeurs.

Jésus de Nazareth représente pour moi un idéal de perfection humaine. Interrogé sur l'existence du Bien et du Mal, je vois dans le Mal avant tout une perversion du Bien.

C'est toujours ainsi que j'ai compris la Morte Amoureuse de Théophile Gautier. Clarimonde est une tentation absolue pour Romuald : celle de remplacer l'amour universel, καθολικός, par un amour non moins absolu parce que passionnel, celui d'une femme. Une femme qui a besoin de sang pour survivre, et qui s'avère donc aux yeux de Séraphin, le conseiller spirituel de Romuald, une créature démoniaque aux ordres du Malin, venue pour faire chuter le jeune prêtre. Mais quelle ambiguïté terrible dans la relation qui unit le prêtre et cette femme-vampire : qui interdit que l'amour de la belle pour le jeune homme ne soit sincère ? Sincère ? Oui, mais véritable ou non, toute passion, éphémère qu'elle est, n'est-elle pas la trahison d'un idéal supérieur ? N'est-ce pas, finalement, un désir d'anéantissement plutôt qu'une élévation ? Et pourtant, comme il est tentant, presqu'irrésistible, ce désir ! j'ai beau revendiquer ma communauté de valeurs avec le catholicisme, j'aurais choisi Clarimonde.

Tous les prêtres devraient lire cette nouvelle de Théophile Gautier, le jour de leur ordination, pour éprouver leur foi.

Et si l'on me demande ce qu'est le Bien, à mes yeux, c'est l'amour inconditionnel de tous, sans préférences, sans condition, y compris du dernier des criminels fût-il le plus odieux et le plus sadique.

Ainsi, je comprends la chasteté du prêtre ou d'un chevalier en quête du Graal par la nécessité de ne pas donner son amour à un seul individu mais à tous. Tomber amoureux, fatalement, c'est verser dans un amour exclusif. Un prêtre ne peut donc vivre avec une femme sans entamer la substance de son action.

Comme beaucoup de catholiques de droite, je regarde d'un oeil fasciné et tenté le Mal. Non le démon odieux, la Bête, mais plutôt le mélange. La force du Diable, c'est la perversion, c'est de parvenir à mélanger Mal et Bien, puis, au fil du temps, progressivement modifier les proportions de l'un et de l'autre.

Non, une fois encore, ce qui cloche (sans jeu de mot), c'est qu'en dépit de la proximité des mes convictions avec les Catholiques (particulièrement les Catholiques de droite, les cathos de gauche m'énervent à vouloir faire des leçons au reste du monde), j'ai un gros problème : pas de foi. La conviction intime qu'il n'existe aucune forme d'être supérieur, ni paradis ni enfer ni même d'âme, mais de la matière et encore de la matière. Tout juste puis-je admettre des atomes subtils à la manière d'un Lucrèce pour expliquer les phénomènes psychiques. Et encore...

Bref, je suis à la croisée de chemins antinomiques : la matérialisme épicurien d'un côté, la spiritualité catholique de l'autre. Et j'essaie d'avancer en combinant ces tiraillements...