Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 29 avril 2008

Abeilles en danger !

Enfin je vais chanter le peuple industrieux
Qui recueille le miel, ce doux présent des cieux.
Mécène, daigne encor sourire à mes abeilles.
Dans ces petits objets que de grandes merveilles !

Géorgiques, livre IV , Virgile,  (traduction par l'Abbé Delille)

C'est en ces termes que le poète latin Virgile chante les plus ingénieux insectes de la création. Sauf que ces sympathiques bestioles sont en danger, et que les amateurs de miel devront bientôt se contenter de miel de synthèse au train où vont les choses. 

En fait, il y a de plus en plus d'abeilles en ville (en raison des températures clémentes et des zones vertes aux floraisons diversifiées) et de moins en moins à la campagne. On produit donc de plus en plus de miel de ville ! Ces petites bêtes sont pourtant tout à fait nécessaires dans les campagnes.

L'UNAF a lancé un projet "l'abeille, sentinelle de l'environnement" afin de soutenir la protection de ces braves petites bêtes. Moi je propose que le MoDem devienne partenaire et adopte un rucher qu'on pourrait placer au 133 rue de l'Université. Ce serait sympa comme tout, et on pourrait faire des dégustations de miel !

En fait, ce sont les monocultures et les pesticides qui contribuent à éradiquer progressivement les abeilles en milieu rural. Sans compte les "mauvaises herbes" que l'on arrache à tour de bras, mais qui sont très appréciées des petites butineuses.

J'en profite pour préciser qu'à l'heure actuelle, la loi sur les OGM ne prend absolument pas en compte les abeilles : ces petits insectes se déplacent, eux, et quand ils butinent, se fichent bien de savoir si la fleur sur laquelle ils sont est modifiée ou non. Bref, une raison de plus d'avoir voté contre ce texte.

Alors hip hip hip...bzzzzz pour les abeilles, et, si vous en voyez, ne les tuez surtout pas, mais permettez-leur délicatement de sortir. Et si vous les aimez, sachez qu'elles apprécient particulièrement le thym. En tout cas, les Romains truffaient les jardins à, rûchers de thym, et je les crois suffisamment bons apiculteurs pour avoir réfléchi à la chose. A preuve le livre entrier que Virgile leur consacre !!!

 


lundi, 21 avril 2008

Menace sur la Crète

Vous aimez la culture grecque ? Vous vous êtes déjà rendu en Crète ou rêvez de pouvoir le faire un jour ? Vous aimez les paysages naturels ? Dépêchez-vous, leurs jours sont comptés dans la péninsule d'Itanos.

Aujourd'hui, un projet de développement touristique pharaonique et totalement inadapté à cet environnement semi-désertique menace gravement l'équilibre de ce territoire. La construction de plusieurs hôtels de luxe (7000 lits) et de parcours de golf nuira considérablement au paysage, aux ressources en eau et à l'économie traditionnelle de cette région reculée de Crète. Ce projet contribuera aussi à la destruction des nombreux vestiges archéologiques dont une équpe internationale d'achéologues a entrepris l'inventaire au cours de ces dernières années. Les résultats de ces recherches sont librement accessibles sur le site web de l'EFA à l'adresse :http://webefa.efa.gr/prospection-itanos/ et témoignent de l'ampleur du carnage à venir si rien n'est fait. Dans quelques semaines, le conseil d'État grec doit rendre son verdict final, dans la lutte opposant les adversaires au projet (archéologues et écologistes locaux) à la société britannique Minoan Group.

Une universitaire américaine, Jennifer Moody, spécialiste de l'écologie historique crétoise, mis en ligne une pétition sur internet.

Pour ma part, j'appelle tous ceux qui se sentent concernés à signer cette pétition et à la relayer. Itanos est un cas d'école, et peut se reproduire partout en Europe, tant les promoteurs immbiliers sont dénués de tout scrupule. La Grèce a déjà suffisamment été défigurée. Ne la laissons pas être massacrée sans réagir. 

 http://www.thepetitionsite.com/1/Save-the-Cretan-landscap...

Nous reproduisons ci-dessous le message de Jennifer Moody 

As tourism becomes the mainstay of the Cretan economy, developments are inevitable. Many are ugly, a shame but not a catastrophe. Others may be beautiful but environmental and cultural disasters. The current proposal for the Cavo Sidero golf resort falls in the latter category. We know this area well because for the last two years we have been conducting environmental and archaeological research there. It is a museum of ancient field systems and settlements unique in Crete. It is also home to endemic flora and fauna. The proposed golf resort is ludicrous given the semi-desert climate and environment and a travesty given the antiquities it will destroy and endemics it will threaten. We have recently organized an online petition to protest the construction of this golf resort. If you are in agreement, please sign it and pass it on. http://www.thepetitionsite.com/1/Save-the-Cretan-landscape Please contact us if you are interested in more information on why we are convinced this development is sadly misdirected. The court case is now set for May 9th. Time is short.

Thank you for your consideration, Jennifer Moody, Oliver Rackham, authors of /The making of the Cretan landscape /

lundi, 14 avril 2008

Le recyclage est l'avenir

Les bio-carburants sont désormais sur la sellette : on sait qu'ils consomment des quantités de terres arables très importantes et prennent donc la place des cultures agricoles traditionnelles, pourtant très nécessaires en pleine hausse exponentielle de la consommation alimentaire mondiale et par suite des prix.

Aussi, dans le cadre du développement durable, il faut favoriser la mise en place de système de récupération partout où c'est possible.

Plus généralement, l'économie de demain, plus encore que de nouvelles énergies, doit s'appuyer sur le recyclage pour que le développement économique puisse se produire. Je m'étonne que l'on en parle si peu tant c'est évident.

1966607581.jpgAnne Laperouze, députée européenne UDF-MoDem a plaidé, le 11 mars dernier, pour le développement des biogaz plutôt que des bio-carburants :

Madame la Présidente, Madame la Commissaire, chers collègues, j'accueille favorablement ce rapport de M. Tabajdi. Les sources d'énergie sont diverses mais n'ont pas toutes le même potentiel, ni les mêmes impacts sur l'environnement. Au regard de la lutte contre le changement climatique et le gaspillage des ressources naturelles, il apparaît nécessaire de n'en négliger aucune. Le biogaz est donc une énergie qu'il faut encourager.

Il est important d'éviter de générer une concurrence entre production de biogaz et production de denrées alimentaires. Pour cela, il faut prioritairement encourager la production de biogaz provenant du fumier, des boues et des déchets municipaux, organiques et d'origine animale. En ce qui concerne la production de biogaz à partir de déchets, je tiens à souligner qu'il s'agit en fait de tirer profit de déchets, c'est-à-dire de nuisances. Dès lors, il nous appartient de ne pas nous tromper. Il faut avant tout diminuer le volume des déchets.

Par ailleurs, il me paraît important que le biogaz ne soit pas uniquement utilisé pour produire de l'électricité, mais qu'il soit utilisé prioritairement pour une valorisation locale optimisée et dans des conditions de sécurité sanitaire garantie pour alimenter les réseaux de gaz naturel. Il convient à cet effet de gérer les éventuelles contraintes techniques pour permettre l'accès au réseau. Il faut également accroître la recherche et le développement concernant toutes les dimensions de la filière: les sources, les installations, la distribution et l'utilisation. Une révision de la législation s'impose donc pour prendre en compte la réalité et les bénéfices de la filière biogaz.

On ne peut que souscrire à la pertinence de ses vues.  Il faut préciser que le biogaz présente des avantages certains :

Il provient du méthane produit par les déchets organiques de toute sorte. Or, si l'on récupère ce méthane, sa combustion produit du dioxyde de carbone, et l'effet de serre du Co2 est 25 fois inférieur à celui du méthane. Donc, dans cette circonstance, on fait d'une pierre deux coups ! on dépollue, et on produit de l'énergie.

Il a un très bon rendement énergétique, et de plus, on peut aussi reformer le méthane contenu dans le biogaz pour produire de l'hydrogène renouvelable. 

Bref, que de du bon. Pour prendre connaissance des vertus de cette énergie, le mieux est de lire l'article de wikipedia, très complet sur ce sujet.

samedi, 12 avril 2008

Danser écolo ?

D'après le dernier Itinérant, il y aurait une authentique green dance floor au Parc des Expositions à la porte de Versailles. Concept ? Vous dansez, et votre énergie est récupérée pour alimentez la boîte de nuit dans laquelle vous vous éclatez.

Selon le journal Métro, voici comment fonctionnerait l'ahurissant mécanisme :

L’élément phare de ce projet est la piste génératrice d’énergie. Le concept est simple : transformer le mouvement des danseurs en électricité. Le Dj a intérêt à assurer car plus le public se déchaînera, plus le compteur électrique tournera vite ! Le mécanisme se base en effet sur deux couches. Les gens dansent sur la première qui « encaisse » l’énergie produite et le sol bouge sous le poids des danseurs (1cm d’oscillation environ). Ce mouvement vertical est transformé en mouvement circulaire et transféré à une couche inférieure qui recueille l’énergie produite. « Nous arrivons à la dernière phase de recherche et développement et les nouveaux dalles seront livrés début avril », se félicite Michel Smit.

Bon, la meilleure manière de tester, c'est de mettre les pieds au Salon Planète Durable qui se déroule du jeudi 10 avril au dimanche 13 avril là-bas.

En théorie, un établissement hollandais affirme être bien avancé dans son projet de piste de ce type et déclare même prévoir son ouverture pour le 1er septembre prochain. 

Bon...on arrête pas le progrès...à voir... 

samedi, 29 mars 2008

Risques environnementaux à la trappe ?

Corinne Lepage, ancienne Ministre de l'Environnement, s'inquiète de l'absence de suite à son rapport sur les "lanceurs d'alerte" et l'information environnementale, remis le 1er février dernier au gouvernement dans la foulée du Grenelle. "Je ne sais absolument pas le sort qui lui sera réservé, je n'ai aucune nouvelle et je doute que certaines propositions soient reprises", a-t-elle lancé jeudi lors d'un colloque sur les "lanceurs d'alerte", ces chercheurs qui éveillent le public aux risques environnementaux (ondes magnétiques, pesticides, alimentation ...).

Le rapport de la mission Lepage a repris la proposition inscrite dans le Grenelle de l'environnement d'une loi destinée à protéger d'éventuelles représailles les chercheurs qui communiqueraient leurs informations ayant des incidences sur la santé et l'environnement.
Le cas du chercheur Pierre Meneton, traduit en justice pour avoir dénoncé le poids des lobbies du sel dans la santé, témoigne de la nécessité de cette protection juridique, selon Corinne Lepage.
"Nous avons proposé de transformer le droit d'accès du public à l'information en un devoir d'informer pour ceux qui détiennent l'information, avec en outre, la création d'un délit de rétention d'information en cas de risque avéré pour la santé. La société ne peut pas accepter le progrès technologique si le principe de précaution n'est pas convenablement géré et ce principe ne peut être convenablement géré s'il n'y a pas d'alertes qui soient elles-mêmes convenablement gérées," a-t-elle dit.
Dans son rapport qu'elle a remis au ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo, Corinne Lepage formule 88 propositions pour restaurer la confiance de la société dans l'information environnementale, mise à mal par l'opacité sur des sujets sensibles comme OGM, pesticides et pollutions maritimes.