Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Les chihuahuas sont des loups | Page d'accueil | Pétition de l'ADLE contre la prostitution enfantine »

dimanche, 06 juillet 2008

Pauvres abeilles !

abeille.jpgS'il y en a qui ne sont pas vernis, ce sont ces pauvres insectes :

- Le procureur de la République de Saint-Gaudens (Haute-Garonne) a requis un non-lieu en faveur des groupes chimiques BASF Agro et Bayer CropScience ayant commercialisé le pesticide Régent TS, accusé par des apiculteurs d'être à l'origine d'une surmortalité d'abeilles...

- Les abeilles du Haut-Rhin sont victimes d'une dépopulation importante due à un agent pathogène, la nosémose, sans conséquence pour l'homme, a-t-on appris vendredi auprès de la Direction départementale des services vétérinaires (DDSV).

Personne ne semble s'en préoccuper de ces pauvres bestioles, et pourtant, on paiera cash leur disparition, si l'on ne réagit pas.  Au lieu de perdre bêtement du temps à s'écharper, au MoDem, on pourrait essayer de se saisir des menaces qui pèsent sur les abeilles.

11:02 Publié dans écologie | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : abeille |  Facebook | | |

Commentaires

Je suis entièrement d'accord. Mais que faire ???

Quelques idées à chaud :

Parler plus souvent sur nos blogs, y compris en reprenant les billets des uns et des autres - faciliter la circulation des infos - élargir le "soutiens" aux abeilles au-delà du Modem, organiser un cercle regroupant des membres de différents partis et organisations...

Écrit par : Werner | dimanche, 06 juillet 2008

Agir contre les pesticides, à l'heure actuelle, veut dire agir en faveur des ogm. Les deux sont systématiquement opposés.
Que voulons-nous vraiment?
Notre société n'est pas prete pour le tout 'bio', et puis en période de crise alimentaire et climatique, je ne suis pas certaine qu'une évolution trop rapide en ce domaine soit judicieuse.

Écrit par : champomy | dimanche, 06 juillet 2008

@ werner

J'avoue que je me sens assez désarmé. Il faudrait que des responsables politiques majeurs s'emparent de la question. Pour les parasites, je sais que la préfecture du Haut-Rhin a simplement décidé de détruire les rûches contaminées. J'ai cru comprendre, en fait, que seuls le beau temps et le soleil permettront aux abeilles de se renforcer.
Pour le jugement, il y a un addendum qui laisse à la charge des états de réaliser des études complémentaires. On peut s'appuyer dessus et lancer une pétition.

@ champomy
s'il n'y a plus d'abeilles (mais aussi de guêpes, qui sont également en danger !) pour polleniser, ce sera une catastrophe alimentaire, et le règne des OGM, car nombre de plantes ne pousseront plus naturellement.

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 06 juillet 2008

@ l' hérétique,
Entièrement d'accord, il est urgent d'y réfléchir sérieusement.
Mon billet précédent faisait simplement état de la réponse qui ne manquera d'etre opposée, aussi avant d'agir faut-il y réfléchir en profondeur et avoir quelques débuts de solutions à proposer.

Écrit par : champomy | dimanche, 06 juillet 2008

Je ne peux qu’être d’accord avec ce que tu écris l’Hérétique !
Je rappellerai à tes lecteurs le billet du 29 avril dernier où tu avais déjà évoqué dans tes colonnes le sort des abeilles :
http://heresie.hautetfort.com/archive/2008/04/29/abeilles-en-danger.html

Je compte au nombre de mes amis un apiculteur qui a pu me sensibiliser voilà longtemps au sort des abeilles. Cet ami vient de perdre en début d’année, pour des raisons encore inexpliquées à ce jour, un tiers de ses ruches. Et c’est réellement inquiétant.
Car parler du sort des abeilles pourrait prêter à sourire ; c’est pourtant un sujet des plus préoccupants. Il ne faudrait pas oublier que les abeilles assurent discrètement un rôle essentiel sur terre. Qu’elles soient menacées et c’est tout la biodiversité qui en subira les conséquences.
[…L'apiculture garantit la continuité du capital naturel par le biais de la pollinisation des plantes agricoles et sauvages. Les plantes à fleurs et les abeilles entretiennent une relation d'interdépendance: l'une ne peut pas exister sans l'autre. Les abeilles récoltent leur nourriture en butinant les fleurs et leur activité pollinisatrice assure la perpétuation des générations futures de plantes pour les générations futures d'abeilles, ainsi que pour l'homme…]
Extrait de la brochure "Apiculture et moyens d’existence durables" par Nicola Bradbear (FAO, 2005)
http://www.fao.org/docrep/008/y5110f/y5110f00.htm#Contents

J’invite toutes celles et tous ceux qui voudraient approfondir leur réflexion à consulter cet article de Wikipedia qui dresse le panorama complet de toutes les menaces qui pèsent sur les abeilles :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_d%27effondrement_des_colonies_d%27abeilles

Pour finir je reviens sur la conclusion de ton billet :
"Au lieu de perdre bêtement du temps à s'écharper, au MoDem, on pourrait essayer de se saisir des menaces qui pèsent sur les abeilles." ;-)))
En réponse, je livre une anecdote personnelle. J’ai essayé d’évoquer une fois le sort des abeilles. Vu les mines goguenardes que ma proposition a suscité, je suis persuadé L’Hérétique que ton idée aura encore beaucoup de chemins à faire pour s’imposer dans le débat interne.
Notre mouvement semblerait en effet être plus prompt à réagir sur les querelles picrocholines qui agitent ses rangs que soucieux d’apporter au débat public une réflexion étayée sur des sujets importants.
@micalement

Écrit par : Thierry P. | dimanche, 06 juillet 2008

@ Champomy : c'est faux! nous avons actuellement les conaissances suffisantes pour subvenir aux besoins de l'ensemble de l'humanité en faisant du 100 % bio...
un rapport de la FAO atteste qu'en convertissant l'ensemble des productions actuelles en "bio", il y aurait de quoi offrir à chaque être humain entre 2500 et 4000 kcal par jour soit largement plus que le nécessaire...
PS : de plus, contrairement aux idées reçues, le coût complêt du bio est moins élevé que le reste...

Écrit par : Guillaume | dimanche, 06 juillet 2008

@ Guillaume,

j'ai entendu parler de ce rapport : auriez-vous le lien, il m'intéresse.

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 06 juillet 2008

Alors, si tel est le cas,( suis réservée car sur papier cela est toujours plus simple que sur le terrain) qu'attendons-nous?
Le changement de facon faire, va prendre du temps, il faut en etre conscient.

Écrit par : champomy | dimanche, 06 juillet 2008

@ L ' hérétique,
Vous trouverez le rapport complet sous http://www.legrain.fr/spip.php?article30
à la fin de l'article vous trouverez un lien direct.

Écrit par : champomy | dimanche, 06 juillet 2008

Je lirai le rapport et proposerai une synthèse. Merci.

Pour les abeilles, on peut peut-être travailler sur un modèle de courrier à envoyer aux parlementaires. mais il faut voir déjà ce qui s'est fait ailleurs : dès que j'ai plus de temps, j'irai visiter le sos abeilles de werner (en lien sur son blog)

Écrit par : L'hérétique | dimanche, 06 juillet 2008

En ce qui concerne les problèmes des abeilles et des apiculteurs, il est grand temps que les organisations apicoles, les pouvoirs publics et tous ceux qui s'intéressent à cette activité militent pour la création d'un institut apicole étudiant sérieusement la nature des problèmes rencontrés et proposant des solutions. L'énergie et les fonds dépensés dans la mise en cause des pesticides et seulement des pesticides auraient été mieux utilisés dans des recherches menées sans à priori. Depuis 4 ans les pesticides Gaucho et Regent ont été retirés du marché sans que cela résolve les problèmes de santé des abeilles. Allons-nous continuer à foncer dans le mur ?

Écrit par : Geriko | dimanche, 06 juillet 2008

@ Geriko
Ton idée de création d'une agence va dans le bon sens.
J'ajouterai toutefois que dans la mesure où nous sommes face à un problème d'ampleur internationale, l'Europe a un rôle des plus éminent à jouer en la matière. Je pense que la création d'une Agence européenne apicole serait tout à fait pertinente et souhaitable.
Les problèmes qui affectent les populations des abeilles sont trop lourds de conséquences pour que les politiques les prennent à la légère.

Écrit par : Thierry P. | dimanche, 06 juillet 2008

@ l' hérétique,

Lien à la fin de l'article pour rapport complet sous,
http://www.legrain.fr/spip.php?article30

Écrit par : champomy | lundi, 07 juillet 2008

Les commentaires sont fermés.