Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 septembre 2008

Le moteur hybride s'invite aux 24 heures du Mans !

visuel_010908-3.jpgEn 2006, Peugeot avait présenté la 908 RC, un bolide capable de se décliner tant en super berline de luxe qu'en véhicule de course. Jolies formes, mais vieux ne valait pas évaluer les conséquences, en termes d'émissions carbone, et en dépit du moteur HDI, d'une telle réalisation.

Mais pour l'année 2009, les ingénieurs de la firme au lion se sont montrés fort futés : ils ont récupéré une technologie écolo pour obtenir un surcroît de puissance lors de 24 heures du Mans.

Voici ce que cela donne :

908hy.jpgC'est toujours une 908 peugeot, mais elle est dotée d'un moteur hybride ! Une technologie très sophistiquée récupère l'énergie cinétique (en temps normal perdue) dégagée lors des freinages  dans des batteries (6 dans l'habitacle, 4 dans le fond). Ces batteries alimentent un moteur électrique de 60 kw.

Le pilote pourra s'assurer ainsi, soit une accélération de 80 chevaux supplémentaires pendant 20 secondes par tour, soit une économie globale de 3 à 5% du carburant. Un tel système n'est évidemment toujours pas écolo, mais il est astucieux. J'espère bien que les organisateurs de la course homologueront ce système : ce serait un très mauvais signal que d'interdire un moteur hybride dans une course d'endurance, tant ces compétitions gaspillent des quantités considérables d'énergie fossile.

07:47 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : peugeot, mans, 24 heures, 908, hybride |  Facebook | | |

lundi, 30 juin 2008

Peugeot H2O, une automobile à l'hydrogène sans danger

Tiens, ça alors : récemment, je farfouillais dans la boutique peugeot, avenue des Champs Elysées à Paris avec l'intention d'offrir une petite voiture bien d'cheu nous à l'un de mes petits, et voilà-t-y pas que je le retrouve avec un bizarre véhicule entre les mains. Une sorte de 207 pour les pompiers. Je jette un oeil en dessous, et je lis H2O concept Car. Tiens, ça veut dire quoi, ça ?

Du coup, j'ai jeté un oeil sur la Toile, et j'ai trouvé ce petit film d'abord :



Et puis sur le site de Peugeot, la présentation du véhicule.

H2O, un concept car sort de l'eau
H2O n'est pas seulement un véhicule de pompier futuriste dû à la grande créativité des stylistes PEUGEOT. En effet, H2O produit de l'électricité et de l'eau grâce à la technologie de la pile à combustible. Sous l'apparence ludique et dynamique de ce véhicule d'intervention anti-incendie se dissimule un mode de propulsion très novateur. H2O, construit sur une base de Partner Electric, utilise la pile à combustible comme source d'énergie embarquée. Dans ce domaine, H2O dispose d'une innovation majeure : l'hydrogène est produit en temps réel, en fonction des besoins du système, ce qui permet de s'affranchir des contraintes liées au stockage de l'hydrogène sous pression.
Avec sa généreuse entrée d'air, ses feux félins et son capot plongeant en forme de museau, l'identification au Lion est forte sur sa face avant. L'arrière est réservé à la citerne, supportant une échelle télescopique. Au bas de la jupe on trouve, en lieu et place des sorties d'échappement qui n'ont ici plus lieu d'être, deux branchements pour l'alimentation en eau ou la lance incendie. La teinte de carrosserie choisie est bien sûr le rouge " pompier ", qui se décline harmonieusement à l'intérieur avec des touches métal.
L'habitacle est prévu pour 2 pompiers et accueille des outils de commandes modernes et fonctionnels tels que le GPS, le téléphone et un écran tactile sur la planche de bord ; un second écran relié à un PC permet de visualiser des cartographies d'immeubles
.

Plutôt sympa. Mais les bagages, on les met où ? Comme d'hab, j'ai un train de retard, puisque le véhicule date d'octobre 2002. Toutefois, il a un avantage : le véhicule est prévu  pour rouler par très forte chaleur , et même pour affronter un incendie ;  il ne stocke jamais plus de 2,5 g d’hydrogène, son réservoir ne contenant en effet que du borohydrure de sodium, c’est-à-dire du sel (ou quasiment).

C’est ensuite un système élaboré par Millenium Cell, une entreprise américaine, qui se charge de convertir ce sel en hydrogène afin d’alimenter la pile, et l’avantage est de disposer d’un véhicule au carburant parfaitement ininflammable.

Astucieux, non ? Mais bon, il paraît que c'est tellement cher à produire que c'est inenvisageable pour un particulier...