Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 février 2012

Tout pour Hollande et Sarkozy ? Ras le bol !

Sarkozy et Hollande monopolisent allègrement la presque totalité des médias, et ce dans l'opacité la plus totale. 87 heures pour Sarkozy, 61h30 pour Hollande, mais 22h30 pour Bayrou, seulement, soit trois à quatre fois moins. Au passage, d'un point de vue démocratique, est-il normal que Marine Le pen n'ait bénéficié que de 16h30 alors qu'elle est donnée entre 16 et 20% dans les sondages. Quant aux petits candidats...Vae victis !

Par exemple, pour les émissions d'information, selon le CSA (j'ai fait des arrondis), sur France 2, Bayrou est à 4.74% et à 3.33% sur France 3 pour le mois de janvier. Pendant ce temps,

Hollande est à 39, Sarkozy est à 23 et Mélenchon à 18 sur la 2.

Sur la 3, Sarkozy est à 39, Hollande à 28, Éva Joly à 16, environ.

Sur TF1 , chaîne privée, Sarkozy est à 30, Hollande à 24.5 et Bayrou presque à 12. C'est déjà mieux. Sur Canal+ le temps est relativement équilibré. 

Sur les chaînes d'information continue, Hollande est à 39, 33 et 34 chez BFM, I-télé puis LCI. Sarkozy, 33, 34 et 35. Bayrou, lui, fait 6, 8 et demi et 10.

Je ne vous parle pas des autres candidats : Marine Le pen, par exemple, est à 4.3 puis 2.6 puis 7.9 sur les trois chaînes principales.

Bref, on aimerait entendre tout le monde, svp...

dimanche, 05 février 2012

Hollande : ment-il ou est-il fou ?

On s'est dit, en se voyant, ce week-end, Hervé et moi, qu'on allait lancer une chaîne. C'est parti d'un débat très sérieux en fait. 

Hervé me dit :

Si Hollande accède à la présidence, il va appliquer le programme des Socialistes et on va se prendre le mur dans la g... de plein fouet.

Je lui réponds :

Tu déconnes, Hervé. Il ment, évidemment. Il parle l'air de rien tout le temps de redéploiements. Ça va être à budget constant. Évidemment qu'il ne va pas appliquer son programme. Il bluffe à fond !

Et Hervé de rétorquer :

Écoute, permets-moi de faire le vieux con, mais moi, les Socialistes, je les pratique depuis 30 ans. Toi, t'es encore un jeunot en politique. A toutes les lignes de leur programme, il y a des dépenses. Quoi que pense Hollande, il se sentira obligé de le faire, même s'il doit donner un coup de boule à un mur de granit de 3 mètres d'épaisseur.

On les a un peu jusque là. Hervé pense que la prédiction de Bayrou va se réaliser si les Socialistes accèdent au pouvoir. Il ne s'est déjà pas trompé pour Sarkozy, il voit probablement juste pour Hollande.

Et moi, j'en suis réduit à espérer qu'il mente. Hervé et moi, on n'arrive pas à trancher. Alors on a décidé de choisir des arbitres en lançant une chaîne parmi les blogueurs. On n'invite pas ceux de gauche, mais évidemment, s'ils peuvent nous éclairer sur notre dilemme...

Alors on s'est dit que Alexandre,  Hashtable, Corto, Xerbias, Nicolas, Vlad, le faucon, Vincent d'Objectif liberté, David, le grand Manitou des jeunes démocrates, Démocratix, qui la plume facilement acide, Fred, Marianne, Jérôme, Orange Sanguine, Polluxe, le Blog du Démocrate, Kulteuro, et bien d'autres que je vais tout de même laisser Hervé choisir, pourraient nous donner leur avis et entrer dans le débat.

samedi, 04 février 2012

Banques : Hollande champion de l'air de pipeau !

Bon, c'est agaçant d'avoir dû aller rechercher une page qui avait moins de 5 jours d'existence en cache, mais je l'ai retrouvée ! Hollande roule des mécaniques avec les banquiers, en dépit de l'aéropage de gros poissons de la finance qui le conseille, mais dans la réalité, il adopte profil bas. Il n'entend absolument pas séparer activités de finances et d'investissement d'un côté, et banques de détail de l'autre, mais simplement scinder au sein de chaque banque les deux choses en filiales. Autant dire ne rien faire, en somme...

Qu'il revienne à la raison ne me choque pas, mais c'était bien la peine d'adopter des postures révolutionnaires pour finalement faire pschhht.

Pour ma part, après avoir longtemps hésité sur le sujet, je ne pense finalement pas qu'une telle séparation soit positive, car si elle protège les dépôts de toute spéculation, elle risque aussi d'assécher le crédit en raison de la croissance exponentielle du risque faute de pouvoir s'adosser à la banque de détail en cas de coup dur. 

Je préfère plutôt qu'on surveille les pratiques spéculatives en légiférant, le cas échéant, pour interdire celles qui seraient plus que douteuses. 

mercredi, 01 février 2012

Hollande tentera de coller les enseignants aux «35 heures»

Qui ne connaît les deux bons vieux proverbes : «qui ne dit mot consent» et «les promesses n'engagent que ceux qui y croient».

Il faut décrypter les silences de Hollande et ses demi-propos. Son programme annonce vouloir ouvrir un grand débat sur l'attractivité du métier d'enseignant ainsi que sur le statut de cette profession, tout en discutant de la revalorisation des salaires.

Soyons honnête : on ne crée pas 60 000 postes dans une branche tout en augmentant les salaires. Plus généralement, je dirais simplement : dis-moi quel est ton conseiller je te dirai ce que tu feras.

Le conseiller éducation de François Hollande est Vincent Peillon. Vincent Peillon rêve de coller les enseignants 35 heures dans les établissements et d'allonger leur année scolaire. Il l'a dit à plusieurs reprises. 

Jamais je n'ai entendu qui que ce soit dans l'entourage socialiste revenir sur ces objectifs. Verba volant, scripta manent, seuls les écrits font foi à mes yeux. A ma connaissance, seul François Bayrou a explicitement fait savoir qu'il s'opposait à tout allongement du temps de service des enseignants. Il l'écrit noir sur blanc dans son État d'urgence, faisant observer que nul ne sait ce qu'est le butinage de l'enseignant (et le temps qui va avec) quand il prépare ses cours.

Demain, c’est leur temps de travail qui sera attaqué, à la suite, "naturellement", d’une large concertation. Dont on connait le résultat à l’avance puisqu’il a été décidé à l’avance (…). Personne pour expliquer qu’une heure de cours, ce sont des heures de préparation, de corrections, de lectures, de butinage intellectuel, pour essayer tous les jours un peu mieux, de comprendre ce qu’on enseigne, et de mieux l’enseigner.

De la même manière, Bayrou s'oppose à ce que les enseignants ne soient évalués que par les chefs d'établissement, ne serait-ce que parce qu'une administration qui se prive de ses corps d'inspection signe sa déliquescence.

Le grand silence de Hollande et des Socialistes en général (pas un n'a soutenu les syndicats enseignants dans leur révollte) est éloquent.

Il ya évidemment parmi les enseignants des adeptes de ces 35 heures-là. En partie par conviction (Ségolène Royal s'en faisait déjà l'apôtre en 2007), en partie par militantisme. Tiendront-ils puisqu'ils doivent craindre le froid, désormais ?

C'est très intelligent, 35 heures dans les établissements à l'heure où 1 agent sur 4 de l'Éducation Nationale est en état d'épuisement.

J'avoue que je ne comprends pas les enseignants : ils sont actuellement 35% à accorder leurs suffrages à Hollande et aux Socialistes contre 10 seulement pour Bayrou.

Pourtant, ils doivent le comprendre : s'il y a une majorité socialiste qui accède au pouvoir, ils sont morts. De même si l'UMP survit à son déclin et parvient à conserver une majorité.

Seul Bayrou défend explicitement le statut des enseignants. On n'entend aucune autre protestation à gauche, preuve que les Mélenchon, Joly et compagnie sont exactement sur la même longueur d'ondes que François Hollande...

Mieux, vous allez voir : surveillez bien les commentaires de ce billet ! Si la pravdasphère débarque ici, vous pouvez vous attendre à ce qu'elle justifie son champion et en aucun cas à ce qu'elle ne critique les orientations de son poulain.

Mieux vaut faire confiance à un homme dont les axes directeurs sont à la fois clairs et sains. Pas de fioritures, des mesures simples et justes.

jeudi, 26 janvier 2012

Un centriste juge le programme de Hollande

Je viens à l'instant de prendre connaissance des principales propositions de François Hollande via le Parisien.

Ma première réaction, c'est de penser qu'il ne peut pas financer ce qu'il promet. Il va donc soumettre aux Français des propositions mensongères, sauf à nous envoyer dans le mur direct. 150 000 emplois jeunes, 60 000 fonctionnaires, 25% d'augmentation de l'allocation de rentrée scolaire, 25% de nucléaire en moins d'ici 2025, il faut arrêter un peu.

Après, lot de consolation, l'ensemble est tout de même beaucoup moins calamiteux que ce que le laissaient entendre le Bourget et les déclarations de ses lieutenants ces deux dernières semaines. Au fond, c'est un programme social-démocrate assez classique, avec hameçons et appâts pour la gauche de la gauche.

Il y a tout de même quelques mesures que j'agrée :

- abrogation de la circulaire sur les étudiants

- loi sur l'égalité homme/femme (la fera-t-il vraiment ?)

- tranche supplémentaire sur l'IRPP

- arrêt de la RGPP (politique menée à l'aveugle depuis sa mise en place).

- introduction d'une part de proportionnelle aux législatives

Mais pour le reste...

12:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : hollande, programme |  Facebook | | |

Le changement c'est maintenant ? mèkiçonkon !

'tain : jetez un oeil sur la sous-m... que le staff de Hollande nous a pondu. Je crois rêver. Et la pravdasphère avait osé de moquer du lipdaube de l'UMP ... mais là, franchement, j'arrive même pas à rire. C'est quoi, là exactement ? Gnnné, ayé, z'ont réussi à se coller la claque en se croisant les bras ? 

Zeus tout puissant, toi qui règnes sur l'Olympe, fais que jamais au MoDem un projet aussi débile ne traverse l'esprit d'un militant, pitié, Seigneur !....


Le changement, c'est maintenant: le signe de... par francoishollande

lundi, 23 janvier 2012

La pravdasphère encense Hollande !

J'aime bien la dernière trouvaille du Faucon. Il espère que les blogues de gauche ne deviendront pas une pravdasphère si Hollande est élu. Je le rassure : ils le sont déjà :-) Même moi je n'aurais pas osé copier-coller un discours aussi long (et fumeux) sur mon blogue. On se congratule, chez les pravdonautes : y'a vraiment pas de quoi.

Une chose, en tout cas, est certaine : Hollande n'est pas l'homme de la situation. Ce type-là en est encore à chasser les moulins à vent au lieu de s'occuper des vrais problèmes. 

J'ai dit à quel point déclarer la finance ennemie publique était d'un ridicule consommé. C'est encore Bayrou qui a apporté la meilleure réplique à Hollande en rétorquant que l'ennemi, évidemment, c'est le chômage

Bien sûr les pravdablogueurs se déchaînent contre Bayrou tentant de le discréditer par tous les moyens, mais rien n'y fait, Bayrou progresse dans de nombreux segments de l'opinion publique.

Que l'on ne s'y trompe pas : j'en ai trouvé pour tenter de faire valoir que Bayrou était l'archétype du gentleman farmer, mais la réalité, c'est que l'homme de réseaux, c'est Hollande : voyez ce qu'observent les gauchos des gauchos eux-mêmes ! Moi, ça ne me gêne pas, en soi, que sa direction de campagne soit truffée de représentants des grands groupes et des grandes banques, mais qu'il cesse de jouer à l'alter-mondialiste en levant haut le menton pour décréter la finance proscrite. Je dis que cela ne me dérange pas mais...à voir. Le problème, c'est que les mêmes individus viennent ensuite rôder dans les couloirs de l'Élysée, et je peux vous garantir que leurs intérêts sont loin d'être les nôtres...

15:47 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : hollande, finance |  Facebook | | |

dimanche, 22 janvier 2012

Les propositions d'Hollande ? Que du flan !

Je vois quelques congénères blogueurs  et plus généralement la pravdasphère (pas mal pravdasphère, je retiens, ça me plait bien) comme le dit ironiquement le Faucon se réjouir du dernier discours de leur leader maximo. Y'a franchement pas de quoi. Passons-les en revue les propositions de Hollande

Séparer les activités de crédit et de "spéculation" comme le dit joliment Hollande...J'ai longtemps cru que c'était une mesure à prendre pour les banques, mais, à la réflexion, cela risque d'assécher le crédit. Ce sont les activités financières qui permettent aux banques de dégager les bénéfices avec lesquelles elles financent ensuite l'économie. Je ne suis donc pas du tout convaincu de la pertinence de l'idée.

Interdire les produits financiers sans lien avec l'économie réelle : exemple de formule bateau qui ne veut rien dire. Si Hollande pense à tous les produits financiers qui permettent de se couvrir contre le risque, c'est une très mauvaise idée. Sans couverture de risques, pas de prise de risques, évidemment, donc, là encore, assèchement du crédit. Tout au plus pourrait-on commencer à mener une réflexion sur la possibilité légale de spéculer sur un produit servant à couvrir le risque. Là, cela pourrait avoir un sens. Mais je crois que Hollande est assez loin de cela.

Tout ce qui est européen, agence de notation, contribution écologique, taxe sur les transactions, ça ne mange pas de pain et ça n'engage à rien. Et en France, concrètement, il propose quoi ?

La création d'une banque publique d'investissement ? Financée avec quoi ? Sarkozy a déjà mis en place des fonds stratégiques. Il faudra faire des choix pour les financer. A-t-on entendu Hollande s'exprimer à ce sujet ? Non. Comme le disait en réaction Marielle de Sarnez, le discours de Hollande n'est vraiment pas approprié aux temps de crise : quid de la dette, quid des déficits ?

Création d'un livret d'épargne entièrement dirigé vers les PME et tranche d'imposition supplémentaire sur les gros revenus, ça, ça va.

Je vois qu'il a encore promis la retraite à 60 ans : de l'esbrouffe. Mensonge. Il n'en fera rien alors qu'on sait que 62.5 ans n'est pas suffisant.

Encadrer les loyers ? Je pense que le dispositif de 1948 a laissé suffisamment de traces pour ne pas reproduire les mêmes erreurs. Au lieu d'agir en amont, une fois encore Hollande ne pense qu'à taxer et sanctionner. Il aboutira simplement à un blocage du marché immobilier, cela me paraît évident.

Conclure en faisant de l'adversaire principal la finance, enfin, c'est ridicule. Cela ne veut rien dire. La finance, c'est très vaste. Il faut simplement la remettre à sa vraie place quand c'est possible et limiter les abus, c'est tout. Mais bon, on le sait, depuis 2007, Hollande n'aime pas les riches. Et au fait, et Noah et son évasion fiscale, qui était là, il a un programme spécifique pour les people de gauche, Hollande ?

Côté social, c'est la gauche, quoi : droit de vote aux étrangers, laïcité, et cetera...Il n'y a qu'une mesure qui reçoit vraiment mon aval, c'est celle de supprimer les exonérations fiscales pour les entreprises qui ne mettent pas en place une véritable parité de salaire entre hommes et femmes à poste égal.

22:29 Publié dans Economie, Politique | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : hollande |  Facebook | | |

lundi, 16 janvier 2012

Les redéploiements de Hollande

Il y a quelque chose qui semble échapper au thuriféraires de François Hollande : plusieurs de ses mesures sont avant tout des redéploiements. Il l'a dit, les 60 000 postes qu'il compte créer dans l'Éducation Nationale se feront en réalité par des coupes sur les postes enseignants : l'interdiction du redoublement en fournira l'essentiel du financement. Mieux : comme il a laissé entendre que les postes créés ne seraient pas forcément des postes d'enseignants, on peut subodorer que le nombre total d'enseignants sera en chute encore plus sévère que sous Sarkozy. Par ailleurs, François Hollande se garde bien d'aborder les conséquences de la fin du redoublement. Certes le redoublement ne fonctionne guère : mais la question de fond, c'est quelle organisation pour l'école et que faire de ces élèves qui ne redoubleront plus ? Ils ne deviendront pas plus à l'aise pour autant dans le système scolaire, loin de là. Sur ce point, la réflexion de François Hollande est proche du zéro absolu.

Le surcroît d'allocations qu'il promet aux uns se fera sur le dos des autres. On l'a vu avec le quotient familial, j'en ai abondamment parlé ici. Il ne s'agit pas de dégager des fonds, mais de prendre encore plus à ceux qui paient déjà beaucoup. Ce que Hollande appelle les riches...

Ainsi, des familles qui ne paient plus d'impôts et disposent d'avantages de toutes sortes recevront encore davantage. J'espère qu'un économiste calculera les revenus réels des premières classes moyennes touchées par Hollande et les comparera avec les avantages, primes, réductions de prix, gratuités et cetera que touchent certaines familles très modestes. Le calcul pourrait finir par ne guère être avantageux pour les classes moyennes.

Enfin, Hollande l'a discrètement rappelé : c'est la conjoncture économique et l'état des finances du pays qui commandera l'application ou non des mesures socialistes.

In fine, ceux qui soutiendront François Hollande, voteront, sans le savoir, pour un tout autre programme que celui auquel ils s'attendent...

23:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : hollande, programme |  Facebook | | |

mardi, 10 janvier 2012

Notre Père qui êtes aux cieux, faites que ce soit Bayrou !

La campagne présidentielle s'enclenche tout doucement, et...j'entends les premières propositions arriver sur la table. Par exemple, la dernière en date, c'est celle de Hollande : sous prétexte de "mieux" répartir les aides, il s'apprête à priver de ressources 4.5 millions de Français et Françaises parmi ceux qui ont des enfants.

Tant que Hollande ne restait qu'une vue de l'esprit en termes de candidature à la présidentielle, je me disais, bah, si Bayrou n'est pas au second tour, je voterai pour lui contre Sarkozy.

Mais quand j'entens ce genre de conneries, c'est la réalité qui me rattrape : Hollande n'aime pas les riches. Hollande est de gauche. Hollande est socialiste. J'avais oublié ces faits. La gauche, c'est l'égalitarisme forcené. Abrasion partout. Comme disait un jour Thierry Le Luron parodiant François Mitterand, l'économie socialiste c'est de mettre 50% de la population au chômage à Bordeaux s'il y a 50% de chômeurs à Strasbourg afin que tout le monde soit égal (Thierry le luron appelait ça "planifier l'économie").Là, c'est de flanquer sur la paille 4.5 millions de Français parce qu'il y en a 5 autres millions qui peinent.

En fait, maintenant, je me dis que je ne me vois pas voter pour Hollande, même dans un second tour. Évidemment, je ne veux pas non plus de Sarkozy. Il ne me reste plus qu'à prier. Prier pour que ce soit Bayrou qui soit au second tour.

Notre père qui êtes aux cieux,

Que votre nom soit sanctifié,

Que votre règne vienne,

Que votre volonté soit faite sur terre comme au ciel,

Ne nous soumettez pas aux Socialistes,

Mais faites que François Bayrou entre en piste,

Et délivrez nous des Sarkozystes !

Ainsi soit-il.

Amen.