Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Péril jaune ! | Page d'accueil | Bayrou entre emploi et réarmement industriel »

mercredi, 01 février 2012

Hollande tentera de coller les enseignants aux «35 heures»

Qui ne connaît les deux bons vieux proverbes : «qui ne dit mot consent» et «les promesses n'engagent que ceux qui y croient».

Il faut décrypter les silences de Hollande et ses demi-propos. Son programme annonce vouloir ouvrir un grand débat sur l'attractivité du métier d'enseignant ainsi que sur le statut de cette profession, tout en discutant de la revalorisation des salaires.

Soyons honnête : on ne crée pas 60 000 postes dans une branche tout en augmentant les salaires. Plus généralement, je dirais simplement : dis-moi quel est ton conseiller je te dirai ce que tu feras.

Le conseiller éducation de François Hollande est Vincent Peillon. Vincent Peillon rêve de coller les enseignants 35 heures dans les établissements et d'allonger leur année scolaire. Il l'a dit à plusieurs reprises. 

Jamais je n'ai entendu qui que ce soit dans l'entourage socialiste revenir sur ces objectifs. Verba volant, scripta manent, seuls les écrits font foi à mes yeux. A ma connaissance, seul François Bayrou a explicitement fait savoir qu'il s'opposait à tout allongement du temps de service des enseignants. Il l'écrit noir sur blanc dans son État d'urgence, faisant observer que nul ne sait ce qu'est le butinage de l'enseignant (et le temps qui va avec) quand il prépare ses cours.

Demain, c’est leur temps de travail qui sera attaqué, à la suite, "naturellement", d’une large concertation. Dont on connait le résultat à l’avance puisqu’il a été décidé à l’avance (…). Personne pour expliquer qu’une heure de cours, ce sont des heures de préparation, de corrections, de lectures, de butinage intellectuel, pour essayer tous les jours un peu mieux, de comprendre ce qu’on enseigne, et de mieux l’enseigner.

De la même manière, Bayrou s'oppose à ce que les enseignants ne soient évalués que par les chefs d'établissement, ne serait-ce que parce qu'une administration qui se prive de ses corps d'inspection signe sa déliquescence.

Le grand silence de Hollande et des Socialistes en général (pas un n'a soutenu les syndicats enseignants dans leur révollte) est éloquent.

Il ya évidemment parmi les enseignants des adeptes de ces 35 heures-là. En partie par conviction (Ségolène Royal s'en faisait déjà l'apôtre en 2007), en partie par militantisme. Tiendront-ils puisqu'ils doivent craindre le froid, désormais ?

C'est très intelligent, 35 heures dans les établissements à l'heure où 1 agent sur 4 de l'Éducation Nationale est en état d'épuisement.

J'avoue que je ne comprends pas les enseignants : ils sont actuellement 35% à accorder leurs suffrages à Hollande et aux Socialistes contre 10 seulement pour Bayrou.

Pourtant, ils doivent le comprendre : s'il y a une majorité socialiste qui accède au pouvoir, ils sont morts. De même si l'UMP survit à son déclin et parvient à conserver une majorité.

Seul Bayrou défend explicitement le statut des enseignants. On n'entend aucune autre protestation à gauche, preuve que les Mélenchon, Joly et compagnie sont exactement sur la même longueur d'ondes que François Hollande...

Mieux, vous allez voir : surveillez bien les commentaires de ce billet ! Si la pravdasphère débarque ici, vous pouvez vous attendre à ce qu'elle justifie son champion et en aucun cas à ce qu'elle ne critique les orientations de son poulain.

Mieux vaut faire confiance à un homme dont les axes directeurs sont à la fois clairs et sains. Pas de fioritures, des mesures simples et justes.

Commentaires

La pravdasphère ne va pas descendre ici pour justifier son champion mais pour rigoler. Les profs n'ont pas oublié que Bayrou a été Ministre de l'EN...

Écrit par : Nicolas | mercredi, 01 février 2012

Justement je suis au PS et PR à l'univ., je ne sais si je suis de la pravdasphere.

Avez-vous essayé de faire cracher à Peillon autre chose que des propos généraux sur les valeurs de la IIIe république ?

Cela fait 30 mois que, DANS le parti socialiste, je demande toutes ces infos : quel temps de présence, dans quels locaux, avec quel équipement, pour quoi faire exactement très concrètement, qui décide de ce service, qui s'occupe des enfants entre 15h00 et 17h00 si l'école finit à 15h00, quelles sont les qualifications de ces personnels, sera-ce payant pour les famillles. Dans [Peillon,Darcos,Davidenkoff 2009 Faut-il payer plus etc....] Peillon dit qu'il faut construire des bureaux, mais
mon conseiller général socialiste est plutôt perplexe sur cette idée. Quel intérêt à préparer ses cours et corriger ses copies à l'école, puisque pendant qu'on fait ça, on a besoin du silence et de la concentration et non d'être à8 dans un bureau commun ? Je pose ces questions aux commissions en charge du projet PS : motus. Impossible de les poser à B.Julliard lors d'une rencontre réelle. Hier matin, chat sur linternaute.com avec Peillon : questions non transmises, seules restent des réponses blabla sur l'e-education dignent d'un rapport de stage bac+2.


A propos, les 60000 postes contiennent aussi ceux du supérieur. La rumeur se demande même si les contrats doctoraux de 3 ans ne sont pas inclus dedans, mais j'ai du mal à avoir une réponse.

Différence quand même avec l'UMP : avec l'UMP, il y aurait la fin de l'avancement à la grille indiciaire actuelle, à moyen terme la fin du statut de fonctionnaire et la possibilité de virer plus facilement les personnels.
Les profs préfèreront la version PS car ils garderont leur statut relativement protecteur et il y aura plus de moyens globalement pour les enfants. Néanmoins, le PS va jouer les parents contre les enfants.

On purrait enquêter côté Bayrou sur ses perspectives pour "réduire le périmètre de l'Etat", parce qu'il y en a aussi....

Écrit par : militant PS | mercredi, 01 février 2012

Sinon, le lien vers le Parti Libéral Démocrate qui soutient Bayrou, c'est pas un problème ?

Écrit par : militant PS | mercredi, 01 février 2012

Je viens de lire le site du parti libéral démocrate qui soutient Bayrou : c'est du pain béni pour nous socialiste pour aller taper sur Bayrou !

Écrit par : miliant PS | mercredi, 01 février 2012

C'est le programme de François Bayrou le plus imporant, les soutiens ont peut être des exigences. Mais Bayrou a dit clairement qu'il ne changera pas d'un iota son programme.

Écrit par : AG59 | mercredi, 01 février 2012

@militant PS
C'est le PLD qui soutient Bayrou, pas l'inverse et sur l'éducation Bayrou est très clair, d'autant qu'il s'est prononcé et a écrit ce qu'il dit.
Vous voyez pour Peillon : c'est bien ce que je dis. Il veut coller les enseignants aux 35 heures. Les bureaux, c'est du pipeau. Vous imaginez un bureau par équipe de 401 profs dans un collège moyen ? Et dans les grandes villes ?
Je suis content que vous commenciez à vous poser ces questions de vous-mêmes. J'aimerais vraiment que les enseignants ne soient pas dupes du PS. Eh bien sûr, comme tout le monde, le PS essaie de jouer les parents contre les enseignants (enseignants sur lesquels il s'appuie, mais qu'au fond il méprise). Seuls Bayrou et Mélenchon respectent vraiment les profs. Mais Mélenchon, j'aimerais bien l'entendre davantage à ce sujet...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 01 février 2012

Je ne commence pas à me poser ces questions, je fais du lobbying interne depuis des années, j'ai même fait longuement la queue pour cuisiner Julliard sur le sujet l'an passé, mais des pédagos de l'éducation populaire lui ont tenu la jambe trop longtemps. Je pense même avoir été parmi les plus accrocheurs sur le sujet au PS.

Pourquoi votre blog a t-il vers lien vers Aurélien Véron, si vous ne souscrivez pas à son projet ?

Et encore, je ne compte pas les lib-dem "ni gauche ni gauche", qui respectent les profs au point de souscrire aux textes sur les transformations massives des écoles en "academies".

Vous me direz, un lien n'engage à rien....

Écrit par : militant PS | mercredi, 01 février 2012

Bonjour militant PS
En confidence, on en est tous là : le projet du MoDem ne vaut guère mieux que celui du PS. Mais celui de Bayrou est différent, en revanche.
J'ai des convergences avec Aurélien sur la question de la dette, mais pas du tout sur celle de l'éducation. Je pense que c'est à peu près pareil pour Bayrou, avec en plus le programme favorable aux PME et une vision de l'État plutôt facilitateur que ordonnateur.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 01 février 2012

@militant PS
Franchement, si vous partagez mes convictions sur l'Éducation, soit vous êtes plutôt centriste et Bayrou vous tend alors les bras, soit vous vous sentez vraiment très à gauche et je pense alors que Mélenchon, qui a un vrai projet éducatif me semble-t-il, est votre totem.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 01 février 2012

@nicolas
blood en nuts : pas un pravdonaute dans les coms...

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 01 février 2012

Merci l'hérétique pour votre réponse. Je ne vous cache pas que je suis plutôt sur la ligne Montebourg que la ligne Valls.... mais en fait je ne suis pas un bon militant obéissant. Le sentiment d'appartenance, le lyrisme et les drapeaux des meetings, c'est pas trop mon truc. J'aime plutôt arriver aux réunions avec ma listes de questions chiantes (dont, depuis 2 ans : le temps de présence des enseignants, pourquoi/comment). Mais dans le genre, j'ai aussi : si l'école finit à 15h00, qui garde les gosses entre 15h00 et 16h45, quelle qualification, quelles activités, qui paie : les parents, les mairies, l'Etat etc... j'en ai des tonnes, des questions à la con comme ça, sur des points qui, j'ai l'impression, changeront pas mal la vie des gens et sont, d'après tant de responsables, de simples "détails de mise en oeuvre à négocier". Alors, monsieur Peillon, lui, a du temps pour nous parler de la IIIe république. J'ai lu plusieurs de ces livres, je les apprécie. Par contre, il va être temps qu'il les referme, ses valeurs générales, ça va bien, le redressement de la France, on a compris, maintenant on bosse sur du concret. Il paraît qu'il le fait. Je sais que c'est le cas. Seulement, il n'annonce pas la couleur. Et je ne peux donc que rejoindre le début du billet : on décrypte, on extrapole. Qui n'annonce pas la couleur alors qu'il n'est pas con et qu'il a bossé, c'est qu'il a qqchose à cacher, non ?

Écrit par : militant PS | mercredi, 01 février 2012

Bah...Tout simplement parce que difficile à défendre. ;D
Super le lien vers le stress. :) Crois qu'il fut abordé un peu en commission. ;) Un mal très actuel dans de nombreuses disciplines très souvent lié aux interruptions de taches et autres sources de "pollution".
Sinon, pour les profs qui usent leurs 'tits crayons, papier et ordi perso, pas de bureau dans les locaux; je crois qu'il existe dans les déclarations d'impot une rubrique frais réel, n'est-ce pas? :o))

Écrit par : Martine | mercredi, 01 février 2012

Oups, j'aurais du écrire: "pas soutenable".

Écrit par : Martine | mercredi, 01 février 2012

Sur cette question des bureaux, il important quand même de citer le rapport Grosperrin original : pas besoin de bureau les profs trouveront bien une salle où il n'y a pas cours, pour se poser ; des salles, il y en a. On sent bien la pratique de Grosperrin, agrégé de sport en IUFM.

Écrit par : militantPS | mercredi, 01 février 2012

Tout à fait d'accord, l'Hérétique, le projet du MoDem relatif à l'enseignement est très décevant. Mais j'ai aussi trouvé Bayrou trop vague dans Etat d'Urgence.
Il va falloir qu'il soit très éloquent sur le volet "instruction" de la campagne: le rouleau compresseur Hollande/Sarko est maintenant en marche dans les médias, et c'est du solide...

Écrit par : Pierre67 | mercredi, 01 février 2012

Sur les bureaux (Peillon) et les salles libres (Grosperrin): c'est de la rigolade. Il s'agira surtout d'avoir du personnel sur place, disponible et flexible, pour remplacer les absents ou remplir telle ou telle tâche administrative. Cela se met déjà en place de façon rampante, à coup d'heures supplémentaires, mais l'obligation de remplacement sera dans les nouveaux status.
Flexibilité, souplesse, compétitivité, efficacité, culture du résultat. Etc.
Quel beau vocabulaire, appliqué à une chose aussi spécifique que l'enseignement!
^_^

Écrit par : Pierre67 | mercredi, 01 février 2012

@Pierre67 : spécificité de l'enseignement ? Je suis d'accord que tout cela pourrit la vie, mais je suis pas sûr que les enseignants puissent argumenter de la spécificité de leur travail. Sinon, ça serait dire en creux que les autres professions, elles, peuvent subir des grosses conneries.
En gros, les politiques prennent les gosses en otage pour faire bosser plus les profs (i.e. disent que c'est pour le bien des gosses), les profs peuvent faire la même choses pour se défendre. Dans la recherche (je suis chercheur), on fait la même chose avec "le savoir" à la place "des gosses".

Écrit par : militantPS | mercredi, 01 février 2012

Peillon le dit clairement : l'une des trois priorités du PS c'est le temps scolaire
http://lemonde-educ.blog.lemonde.fr/2011/11/21/priorite-absolue-sur-lecole-primaire-allegement-du-lycee-et-refonte-du-metier-denseignant-au-menu-de-vincent-peillon-le-m-education-de-francois-hollande/
Et il n'hésite pas à mentir éhontément en affirmant que l'UMP l'a réduit. UMP et PS ont le même objectif : augmenter le nombre de jours ouvrés pour les enseignants, donc leur temps de travail. Sans contreparties, cela va de soi.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 01 février 2012

Oui, il y a plusieurs textes comme ça, depuis 2 ans. Encore hier dans un chat internaute, il a envoyé chier les questions sur le sujet, en disant que le poseur de question ne connaissait pas le sujet et que ça n'était pas comme ça il fallait aborder le sujet. Le même Peillon dit que une minute plus tard que les profs bossent déjà 39h/semaine, en rythme annualisé !
Sans parler d'approuver ou de contester ses propositions, de manière flagrante il me semble que la stratégie de communication implique une petit dose de malhonnêté intellectuelle.

Écrit par : militant PS | mercredi, 01 février 2012

@militant PS
Cela me paraît clair.

Écrit par : l'hérétique | mercredi, 01 février 2012

on sent que ce blog est très orienté "UMP". Pourtant UMP comme PS proposent l'annualisation du temps de travail des profs...il serait temps ! Les ignorants découvriront ainsi que les profs ne travaillent pas 15h ou 18h mais bien plus, et il arrivera que l'Etat se demandera un jour pourquoi les profs ne font plus d'heures sup et ne s'investissent plus comme par le passé...puisqu'on aura réussi à "limiter" leur temps de travail à 35h par semaine !
Je suis atterré par cet article de l'Hérétique:
http://www.marianne2.fr/Campagne-2012-l-etrange-silence-des-profs_a215104.html
Comment, les profs ne font pas entendre leurs voix ? L'Hérétique ne connaîtrait donc que ces deux blogs à la 300e page de google lors d'une recherche au hasard...? faudrait peut-être commencer à sortir la tête de l'eau et à regarder au bon endroit, ...
A bon entendeur

Écrit par : léon | jeudi, 02 février 2012

@ militant PS:
"spécificité" car on ne réduire ni l'activité d'enseignement et / ou de recherche à celles de professions relevant de notre système économique libéral.
Si vous saviez ce que donne la quête du résultat et de l'évaluation dans un contexte où ceux qui la pratiquent n'en ont pas la culture, c'est atterrant.
Je ne cherche évidemment pas à dire qu'ailleurs on peut faire n'importe quoi. J'aimerais juste que nos politiques se mettent à "penser" un peu au lieu de plaquer bêtement des modèles qui ne sont pas adaptés.

Écrit par : Pierre67 | jeudi, 02 février 2012

@ Léon: l'annualisation n'intègrera jamais la préparation des cours. Ce sera juste un moyen de récupérer les heures des jours fériés et de flexibiliser les interventions des profs.
Par ailleurs je pourrais vous citer de nombreux profs qui sont obligés de prendre des heures sups pour compenser la lenteur de leur avancement. Les "anciens" résistent, mais les jeunes, eux, ne peuvent pas faire autrement que faire ce que leur direction leur "conseille fortement" de faire. Et ce n'est pas la réforme de l'évaluation et la montée en puissance des pouvoirs du chef d'établissement qui vont arranger les choses.

Écrit par : Pierre67 | jeudi, 02 février 2012

@Pierre67,
Il est su que le modèle US qui fut exporté dans de nombreux pays cherche à entrer chez nous, via différents biais...
A la différence que dans ces pays certaines activités ne sont pas obligatoires souvent celles de l'après-midi se présentant sous formes d'ateliers sportifs ou autres...Cela est contraignant pour les parents en activité...
Il ne faut pas chercher plus loin une des raisons du faible taux de natalité en allemagne par exemple (qui fait marche arrière toute sur ce sujet actuellement).
Alors, il semblerait, que comme nous sommes les "champions du monde des idées" certains aient pu considérer que clouer les enseignants dans les lieux à bas couts (la mode est au low-cost) serait LA solution.

Écrit par : Martine | jeudi, 02 février 2012

Pour vos archives, l'histoire dira qui disait vrai :
==============================

La réduction de 20% des congés des enseignants et l’augmentation de 25% de leur temps de travail n’est pas du tout envisagée ( ni d’ailleurs envisageable ) ! . En revanche, une autre façon de compter ( et d’inclure les différentes tâches, déjà effectuées pour l’essentiel par la plupart des enseignants ) est effectivement un sujet de réflexion qui ,de toute façon, ne se fera pas sans les enseignants ( et encore moins contre eux); et qui ne pourra donc être vraiment tranché ( s’il l’est un jour ) que dans un ”pacte éducatif” avec eux ( en particulier avec leurs syndicats les plus représentatifs ) le moment éventuel venu ). Cette question est - pour le PS et ses dirigeants - de toute façon secondaire et seconde dans son projet global de ”refondation de l’Ecole républicaine et laïque”

Claude Lelièvre, conseiller educ Peillon/Hollande, le 2 fev 2011.

Écrit par : militant PS | vendredi, 03 février 2012

Merci pour cette citation. Quelle en est la source?
Cela sent le déminage et ne correspond pas vraiment à ce que j'avais suivi au moment où Peillon travaillait sur la question pour Ségolène Royal.
Je me méfie énormément des projets des partis, y compris de celui du MoDem qui, je l'espère, sera amélioré et clarifié rapidement.

Écrit par : Pierre67 | vendredi, 03 février 2012

@Pierre67
blog de claude lelievre sur educpro

Tout le monde se méfie des projets des partis. Tout le monde se méfie de tout le monde, en fait. La méfiance est devenue une caractéristique principale de la population : beaucoup de gens, public ou privé, ont l'impression qu'on va les entuber - souvent au motif que c'est nécessaire pour que la France reste compétitive. Cf. refs biblio sur le déclassement et peur du déclassement etc....

Écrit par : militant PS | samedi, 04 février 2012

La pravdasphère bégaie ce soir, euheuh... huhu comment dire?!! :o))

Écrit par : Martine | dimanche, 05 février 2012

@militant PS
C'est fort fâcheux d'avoir entendu Peillon dire l'inverse de ce qu'affirme son conseiller.

Écrit par : l'hérétique | dimanche, 05 février 2012

Les commentaires sont fermés.