Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 11 juin 2008

Sauvadet ou le syndrome de Lando Calrissian

Tout le monde (ou presque) connaît l'épopée fameuse de la Guerre des Etoiles. Dans l'épisode 5, l'Empire contre-attaque, un ami de Han Solo, Lando Calrissian le trahit et le livre à Dark Vador. Mal lui en prend, car ce dernier change les termes du contrat en cours de route, au grand damn de Lando. C'est ce qui provoque d'ailleurs, finalement sa révolte.

Quand Han Solo réalise qu'il a été trahi par celui qu'il croyait son ami, il en conçoit une rancune tenace. Calrissian tente alors de lui expliquer qu'il n'avait pas le choix, et que la survie de sa cité ne peut que passer par une collaboration avec l'Empire.

On peut dire, d'une certaine manière, que le Nouveau Centre a fait à peu près le même calcul avec l'UMPire : peser en son sein, plutôt que de l'affronter de l'extérieur. Et pour la trahison....

Or, je lisais la dernière note du Fond du bocal, un centriste parisien, à propos de Sauvadet, intitulée Sauvadet s'énerve.

Sauvadet est très marri, parce que le Nouveau Centre n'a pas été convié au voyage au Liban, contrairement au MoDem, et que finalement, Sarkozy et l'UMP considèrent le Nouveau Centre non comme un partenaire mais comme un supplétif.

Sauvadet réclame le respect des accords passés. Mais l'UMP n'a pas plus l'intention de respecter ces accords que Darko Vador n'escomptait le faire avec Lando Calrissian.

En réalité, hors du MoDem, il n'est point de salut pour les centristes. Les sénateurs centristes qui n'ont pas pris position se tiennent d'ailleurs à une distance prudente. L'avenir montrera sans doute que l'UMP tentera de négocier avec le MoDem plutôt qu'avec le Nouveau Centre. Les efforts de Sauvadet et consorts sont donc voués à l'échec, et, à ce sujet, Thierry Benoît ferait une grave erreur en adhérant au Nouveau Centre, d'autant que ses électeurs ne l'ont certainement pas élu pour ce choix-là, qu'il s'en rappelle !

Bref, Dark Sarkor compte bien revoir les termes du contrat passé au nom de l'UMPire avec Dansledos Sauvaldinguéssian à son intérêt exclusif. Et que les néo-centristes s'estiment heureux que Dark Sarkor les laisse en liberté surveillée.

 

mardi, 10 juin 2008

Une fois de plus, la presse occulte le MoDem

Je me contente de faire un copier-coller d'un article récent d'Imhotep sur AgoraVox : je ne suis pas d'accord avec tout ce qui est écrit dans l'article, ni d'ailleurs avec sa forme (style largement défaillant) mais, Imhotep a fait un relevé extrêmement intéressant dans quelques grands titres de presse : il a compté la proportion d'articles consacrés au PS ou à l'UMp et l'a comparée à celle qui concerne le MoDem. C'est édifiant !!!

Je copie ici le passage concerné, Imhotep vient d'évoquer la Convention Démocrate sur l'Europe du MoDem :

« Tenez vous bien pour Le Figosky cet évènement n’existe tout simplement pas. Pas un mot, pas un article. Je parle du site internet et à l’heure où j’écris ce texte. Alors qu’en première page, avec photo un long article pour nous dire que Delanoe sera candidat à la direction du PS si cela est utile. Une information primordiale vous en conviendrez. Il est vrai que le Figosky a donné en deux semaines 4 ou 5 fois la parole à ce Delanoe, et aussi à Royal, Holande, Charasse etc. De toute façon c’est simple sur 27 articles politiques relevés ce jour sur le site il y en a : 9 pour le PS, 12 pour la clique Sarkozy 6 divers et 0 (zéro) pour le Modem. Le Monde.fr quant à lui ne met même pas son information en première page et croyez-moi il faut chercher pour la trouver et cela donne pour 30 articles : 4 pour le PS, 9 pour la clique sarkozyaque, 16 divers et 1 pour le Modem. Pour les socialistes c’est la senpiternelle série des déclarations de candidatures à 5 mois de leur congrès, ce qui si loin n’a qu’un intérêt assez modéré, sinon celui de prouver que c’est une belle pétaudière. Libération est le plus équilibré : PS 4, Sarko et sa clique 5, autres 4 et Modem 2. Enfin Le nouvel Obs sur 80 articles visibles dans la rubrique politique c’est : 33 pour le PS, 24 pour Sarko et sa clique, 20 divers et seulement 3 pour le Modem. Vous voyez clairement que ce fait de la presse qui pousse à fond pour la bipolarisation et chacun pour ses favoris sera un obstacle majeur pour le Modem. Comment lutter facilement quand sur 152 articles au total il y en a 46 pour Sarko et sa clique, 55 pour le PS et 6 pour le modem ! »

Imhotep relève ensuite à juste titre que la Convention du Modem lançait pourtant un évènement majeur : la campagen des élections européennes ! Et le traitement envers nos cousins britanniques se semble pas meilleur, puisque, ajoute Imhotep à propos des élections en Angleterre, « personne n’a oublié les élections chez nos cousins bretons qui a vu la défaite de New Labor et la victoire des conservateurs. Tous les articles ont été consacrés soit à la première information (ex le Figosky), soit à la seconde. Il n’y a eu aucun article de fond concernant pourtant un autre événement majeur : les libéraux démocrates avec 25 % des voix (25 % !) sont devenus le second parti au Royaume Uni en matière de voix

Et de conclure évidemment que cet évènement outre-Manche contredit l'idée reçue que la bipolarisation de la vie politique est une perspective incontournable... 

14:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : modem, presse, medias |  Facebook | | |

lundi, 09 juin 2008

Une tribune de Pierre-Luc Séguillon sur François Bayrou dans le Figaro !

Il y a une excellente tribune, dans le Figaro, de Pierre-Luc Séguillon? J'en recommande vivement la lecture. Le journaliste de LCI estime que beaucoup ont enterré un peu vite François Bayrou, et voit dans le MoDem une idée tout à fait originale qui pourrait rénover la politique. Il met en exergue les mauvais calculs des centristes ralliés à la majorité actuelle, et invite François Bayrou et le MoDem à aller jusqu'au bout de leur utopie : devenir à terme sur l'échiquier politique et au gré d'une élection présidentielle le grand parti démocrate moderne progressiste qui constituerait une réelle alternative à la droite républicaine.

Il conclut ainsi son article, et j'aime beaucoup sa conclusion :

Il est une vieille loi en politique : de même que la roche Tarpéienne est proche du Capitole, de même un acteur politique peut toujours revenir au sommet aussi longtemps qu'il demeure fidèle à de fortes convictions. François Mitterrand qui, quelques mois avant sa mort, confiait son admiration pour François Bayrou, fut un exemple probant de cette capacité de rebond durant son existence politique.

La Roche Tarpéienne, à Rome, était l'endroit d'où l'on précipitait les traîtres et les criminels. Son nom vient de Tarpéia, une figure légendaire des premiers temps de Rome :

Tarpéia, la fille du chef de la citadelle à l’époque de Romulus, avait accepté l'offre de Titus Tatius lors de l’attaque des Sabins d’ouvrir les portes aux ennemis. À la fin de la bataille, elle demanda la récompense qui lui avait été promise pour sa trahison : ce que les Sabins portaient au bras gauche (leurs bijoux). Les Sabins s'exécutèrent immédiatement mais ils lui donnèrent aussi leurs boucliers qu'ils portaient du bras gauche et dont le poids écrasa Tarpéia, selon Plutarque dans la Vie de Romulus.

Les centristes ralliés seraient très inspirés de méditer cette légende.

A l'inverse, le Capitole était la colline de Rome sur laquelle se trouvait le Temple de Jupiter...

10:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bayrou, séguillon, modem |  Facebook | | |

Eva Joly au MoDem ?

Par malheur, je n'ai pu être présent à la Convention du MoDem sur l'Europe, mais, je savais qu'Eva Joly était présente, et je viens d'apprendre qu'elle envisage de porter les valeurs du MoDem pour l'Europe aux côtés de François Bayrou.

Eva Joly, c'est  cette juge extraordinaire et courageuse  qui a mis à découvert l'affaire Elf, les frégates de Taiwan, les magouilles de Bernard Tapei, et celle de Roland Dumas. Une femme qui n'a peur de rien.

Si nous parvenons, au MoDem, à attirer de telles personnes à nos côtés, c'est que le MoDem conserve un extraordinaire pouvoir d'attraction morale, et ce fait est tout à fait essentiel dans sa construction.

Eva Joly a eu par ailleurs ce jugement à propos de François Bayrou :

« François Bayrou est plus orienté vers l'action. En plus c'est un vrai européen, et pour moi l'avenir est vraiment dans l'Europe »

C'est une grande joie que de la retrouver avec nous, et un grand honneur. Peu de choses pouvaient faire autant plaisir au MoDem, je le crois. Merci à Marielle de Sarnez et à François Bayrou d'avoir convaincu Eva Joly de participer à cette journée.

00:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : eva joly, modem, bayrou |  Facebook | | |

jeudi, 05 juin 2008

Article du Canard Enchaîné sur le MoDem, étude de texte...

C'est marrant, ça, certains dramaturges (pour reprendre la terminologie Ginistéenne) au sein du MoDem, arguent d'un article du Canard enchaîné du 04 juin 2008 sur le MoDem, pour perpétuer (perpétrer, même...) leur agit-prop habituelle sur un prétendu manque de démocratie au MoDem.

Or, pour moi qui ai en mémoire mes bons vieux cours de grammaire française, voilà ce que je constate :

le Canard écrit :

"Leur grief : François Bayrou aurait établi le règlement intérieur du parti tout seul"

puis, plus loin, réponse du cabinet du Béarnais

"on a pourtant fait une réunion publique de sept heures sur ce règlement intérieur"

et enfin, un peu plus loin :

"Pour calmer le jeu, le MoDem vient de créer un poste - inédit en politique - de "médiateur des adhérents"."

Question de grammaire : analysez les modes utilisés dans les trois phrases ci-dessus et rappelez les caractéristiques de chaque mode.

Réponse :

phrase n°1 : conditionnel (aurait établi)

phrase n°2 : indicatif ( a fait)

phrase n°3 : indicatif (vient)

Le conditionnel est le mode de l'imaginaire, de l'hypothèse, utilisé notamment pour exprimer des iréels du passé (faits imaginaires dans le passé qui ne se sont pas réellement déroulés). J'aime bien la définition que wikipedia donne du conditionnel : Il est employé pour exprimer une action soumise à une précondition, ou pour rapporter des faits tout en exprimant un doute à leur sujet.

L'indicatif, au contraire, est le mode du réel, et sert à exprimer la réalité des faits.

Rappel des valeurs de l'indicatif selon le site Etudes littéraires :

# Les valeurs de l'indicatif :

    * Par le mode de l'indicatif (du latin indicativus, « qui indique, désigne »), on asserte, on indique.
    * L'indicatif est le mode du réel.
    * L'indicatif est le mode de ce qui est tenu pour vrai par l'énonciateur.


CQFD (ce qu'il fallait dire...ou démontrer...) ou encore, Quod erat demonstrandum...(j'aime bien le latin). Comme quoi, pas de quoi pavoiser pour nos dramaturges qui feraient bien d'étudier la grammaire avant de se lancer dans la dramaturgie...Une dernière remarque : le Canard Enchaîné n'est pas du genre à utiliser un conditionnel quand le volatile n'a pas de doutes sur la réalité des faits énoncés...

lundi, 02 juin 2008

Entretien avec Pierre Albertini

 Pierre Albertini a été l'une des pierres angulaires de la campagne de François Bayrou, lors de l'élection présidentielle. Député apparenté UDF, lors de la législature précédente, maire de Rouen de 2001 à 2008, il n'a toutefois pas suivi François Bayrou dans la construction du MoDem, sans pour autant se retrouver dans celle du Nouveau Centre. Il a accordé un entretien exclusif au blogueur l'hérétique.

 

1.Pierre Albertini, vous avez été un acteur majeur des dernières élections présidentielles : en effet, c'est vous qui avez rédigé l'avant-projet législatif de l'UDF, présenté en novembrfe 2006  à la presse et au grand public. Aujourd'hui, plusieurs acteurs de la sphère politique se réclament pour tout ou partie de ce programme : le MoDem et le Nouveau Centre, bien sûr, mais aussi le gouvernement de François Fillon sur quelques points spécifiques.
Comment estimez-vous, quant à vous, l'impact de ce programme politique, et plus largement, de tous les colloques préparatoires de l'UDF, sur les idées politiques qui sont agitées ou mises en oeuvre aujourd'hui ?

Le projet de l'UDF que j'ai écrit et présenté en 2007 est le fruit d'une réflexion collective, ponctuée par de nombreux colloques destinés à diagnostiquer les "racines du mal français". On peut en contester le contenu mais pas la cohérence. Je crois, sans fausse modestie, qu'il correspondait aux attentes de nos beaucoup de nos concitoyens, inquiets devant un avenir qu'ils redoutent, pour leurs enfants plus que pour eux-mêmes. La méthode (travail en commun puis unité de plume) a fait ses preuves comme en témoigne l'écho que ce projet a reçu. De plus, il ne comportait pas d'engagements démagogiques, impossibles à tenir mais une série de priorités pour redresser notre pays et lui rendre son tonus.

Plusieurs de ses propositions ont inspiré et inspirent encore le débat public : Europe, renforcement des pouvoirs du parlement, pluralisme des médias, importance de la formation, régulations économiques et environnementales pour corriger le capitalisme de ses propres excès...En revanche, les thèmes de la solidarité et de la cohésion sociale, tout en suscitant l'intérêt, n'ont pas, à mon sens, suffisamment imprégné le débat et donc l'action publique. On en paie les conséquences aujourd'hui.

2.Avez-vous définitivement tiré un trait sur la politique rouennaise, puisque vous avez déclaré ne plus avoir l'intention de vous présenter à la municipalité de Rouen ? Vous reconnaissez-vous, toutefois, dans la démarche du blog Rouen Perspectives ?


Je continue de porter un vif intérêt à Rouen et à son agglomération  même si je n'ai plus d'ambition personnelle, sur le plan électoral. Je ne serai pas la "mouche du coche" de l'équipe actuelle mais je reste attentif aux grands dossiers. Ainsi, j'ai dit clairement combien le "détricotage" du GPV me paraissait funeste, pour les quartiers comme pour la ville entière.

Quant à Rouen perspectives, c'est une initiative bienvenue, la minorité municipale veut pratiquer une opposition constructive, c'est louable et encourageant.


3. Dans votre billet du 12 avril dernier, vous avez émis des réserves sur l'action gouvernementale depuis un an. Vous avez notamment écrit :
Il est inutile d'espérer en un redressement significatif de la lisibilité et de la popularité de l'action gouvernementale tant que deux conditions n'auront pas été remplies :

-expliquer sans détours aux Français les données du nouvel environnement international (financier et économique)
-reconnaître la nécessité d'une correction temporaire de trajectoire et rejalonner l'action à venir sur deux ou trois ans, autour de priorités simples. C'est le cap que nos concitoyens ne perçoivent plus !
Le nouvel environnement se précise de lui-même, mais, quand vous parlez de correction de trajectoire, pouvez-vous être plus précis ? Que faut-il corriger ? Et quelles sont les priorités simples auxquelles vous songez ?

Outre la méthode de gouvernement et la pédagogie à corriger, je pense sincèrement que l'action présidentielle et gouvernementale gagnerait à être ordonnée autour de quelques priorités lui donnant du sens :
- la réduction des déficits et le rétablissement des finances publiques
- la redéfinition du rôle de l'Etat et la clarification des compétences des collectivités territoriales ( la loi de 2004 est un échec à cet égard)
- l'apprentissage des outils fondamentaux, avant l'entrée au collège
- les éléments fondamentaux de la solidarité (santé et petites retraites).

Aujourd'hui, le Président est sur tous les fronts (préparation de la présidence de l'UE, 35 heures, réforme de l'audiovisuel, retraites, Constitution, ports, Grenelle de l'environnement...L'agitation ne fait pas l'action !


4. La réforme constitutionnelle occupe les esprits de la sphère politique. Or, le 30 janvier 2003, vous présentiez un projet de loi visant à introduire une dose de proportionnelle au sein de l'assemblée nationale : pour 57 élus, seulement. Vous écriviez notamment dans les motifs, ce commentaire sur le bipartisme :
Ainsi, le bipartisme à marche forcée, provoqué par la réforme constitutionnelle de 1962, n'exerce plus, sauf exception, le même effet de coagulation. Si un affrontement binaire prévaut encore lors des seconds tours de scrutin, les majorités comme les oppositions sont désormais plurielles, dans l'expression des électeurs si ce n'est dans leur représentation, traduisant la diversité du débat politique. Faut-il rappeler, pour s'en convaincre, l'extraordinaire dispersion des voix enregistrée lors du premier tour de l'élection présidentielle du 21 avril 2002 ?

Le pluralisme est une force, une richesse pour la démocratie. Le conformisme de la pensée est toujours un appauvrissement.

La question est donc clairement posée : est-il normal que des millions d'électeurs ne puissent, du fait de la loi, avoir des représentants à l'Assemblée nationale? Certainement pas d'un point de vue strictement arithmétique; encore moins s'agissant de la logique politique et des devoirs qu'impose la chose publique. En effet, est-il sain pour notre démocratie de la diviser ainsi, avec d'un côté des élus qui agissent, prennent des risques et exercent leurs responsabilités et, de l'autre, ceux qui protestent, se nourrissent des difficultés sociales sans pour autant assumer la moindre obligation? A l'évidence, la réponse est négative.

Au regard de ce que vous avez écrit ce jour-là, avec l'assentiment d'Hervé Morin, aujourd'hui président du Nouveau Centre, comment analysez-vous le renoncement de l'homme et du parti politique à une mesure pourtant phare du programme politique de l'UDF  ? L'histoire semble se répéter, puisque l'actuelle majorité, héritière de la précédente, ne semble pas davantage encline à améliorer la représentativité électorale.

Plus que jamais, l'introduction d'une dose de proportionnelle est nécessaire, pour assurer le pluralisme et lutter contre le conformisme de la pensée. Je ne renie rien de ce que j'ai écrit antérieurement. Hélas, je regrette que d'autres élus qui se disent également centristes aient renoncé à conduire ce combat pour la "biodiversité politique". J'ajouterai enfin que le non-cumul des mandats est la condition de l'efficacité du contrôle parlementaire : sur ce point, beaucoup ont changé d'avis, récemment. Il y a, il est vrai, "les principes et les circonstances" !

5. Dans un entretien avec Paris-Normandie, le 15 mars dernier, vous avez évoqué les élections européennes : vous êtes prêts à vous y investir. Au sein de quelle formation ? MoDem ? Nouveau Centre ? Comme centriste indépendant ? Dans quel groupe européen siégeriez-vous alors ? Quelles sont selon vous les grandes questions qui attendent les Européens, et notamment les Français au sein de l'Europe ? Par exemple : comment gérer le problème des ressources naturelles qui s'épuisent quand leur épuisement est au coeur de filière professionnelle sinistrée (par exemple la pêche) ? Quid de l'exception culturelle si sur tous les sujets, le parlement européen adopte la règle de la majorité qualifiée et non celle de l'unanimité ? Quelle culture commune pour l'Europe, et à cet égard, que pensez-vous des associations d'enseignants en langues anciennes qui proposent d'articuler cette culture commune autour de l'enseignement des langues et cultures grecques et latines dans tous les systèmes éducatifs européens ? Quelle politique de sécurité pour l'Europe, et comment l'articuler avec l'OTAN ?

Je ne recherche rien, électoralement parlant. Si je pouvais être utile, dans le débat européen à venir, je saisirais cette occasion. A une condition qui n'est pas réunie aujourd'hui : que se constitue une liste ouvertement européenne, largement affranchie des clivages partisans et soucieuse de prendre les Français à témoin :  Europe politique à construire ou espace de libre-échange ouvert à tous vents ?

C'est, pour moi, l'essentiel du débat. Il inclut naturellement les questions de défense et de sécurité, de régulations économiques et financières, de flux migratoires, de répartition des richesses dans le monde, de protection de la planète.Veut-on, ou non, que l'Europe soit un  pôle d'équilibre, de stabilité et de promotion de nos valeurs humanistes ?

 
6. Dernière question : quelles sont vos relations actuelles avec François Bayrou ? S'il se présentait, en 2012, avec un programme  proche, dans l'esprit, de celui de 2007 : le soutiendriez-vous ? Y compris si se présente face à lui un candidat du Nouveau Centre ?

Je n'ai pas vu François Bayrou (comme les autres leaders politiques) depuis l'automne dernier.
J'observe et garde mon indépendance de jugement.
Sur quel projet, autre que présidentiel, se construira le MODEM ?
Le PS penchera-t-il à gauche ou au centre ?
L'UMP résistera t-elle aux forces centrifuges qui menacent son unité ?
Une fédération des centres (que j'appelle de mes voeux) verra -t-elle le jour ?

Avant 2012, il y aura sans doute plus de décomposition qu'on ne le croit. J'espère qu'elle préparera des jours politiques meilleurs pour notre pays.  Dans cette attente, je n'exclus ni ne confirme mon soutien à François Bayrou. L'un comme l'autre serait prématuré. 

07:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : modem, albertini, rouen, bayrou |  Facebook | | |

mercredi, 28 mai 2008

Energie Démocrate passe à l'action !

J'ai bien aimé le dernier billet de Pierre Braun sur le blog Energies démocrates (j'aime bien le nom aussi, d'ailleurs) : enfin un billet qui annonce vouloir recadrer les vrais fondamentaux du débat parmi les différents courants des Jeunes Démocrates.

Il s'agit de débattre sur le fond, des grandes questions qui agitent notre hexagone, et notamment sur celles qui vont concerner directement les jeunes Français.

MAIS

J'ai relevé notamment ce passage :

- la hiérarchisation des réformes à mettre en place en France. Si nous sommes d’accord sur un corpus d’idées, jeunes et “ainés” ne sont pas forcément d’accord avec la définition des objectifs prioritaires. Les étudiants issus de familles aux revenus peu élevés ne peuvent plus attendre pour vivre dans une résidence universitaire décente. Les jeunes couples ne peuvent plus attendre pour trouver un logement à un prix accessible. Les jeunes des banlieues ne peuvent plus attendre pour qu’on trouve des solutions à leur mal être plutôt que de les stigmatiser…

Attention aux "ne peuvent plus" : ils sonnent comme des "yakafaukon". Concrètement, qu'est-ce qu'Energies Démocrates propose ? Voilà la question à laquelle il faut répondre. De manière générale, quand je lis le billet, je mets en garde contre un travers qui gagne petit à petit de nombreuses strates du MoDem : attention à ne pas se cantonner au social, à l'environnemental et à l'humanitaire ! L'économie, l'entreprise, la finance, sont systématiquement ignorés, et pourtant, à Paris, par exemple, ce sont pas moins de 400 000 emplois dans le secteur bancaire qui vont être amenés à être créés ou remplacés. On peut évidemment toujours parler des systèmes de santé, de la justice sociale, et cetera, mais quid de l'inseretion dans la vie professionnelle ? Je constate, pour l'instant, que les Jeunes Centristes sont bien plus percutants que les Jeunes Démocrates sur tous ces sujets. J'attends donc des intiatives fortes au sein du MoDem et espère ne pas voir sa jeunesse se transformer en un ersatz de MJS bis à la sauce bisounourse.

Bref, des déclarations d'intention auxquelles je souscris (celles de vouloir parler du fond)  mais attendons de voir la suite, maintenant.

mardi, 27 mai 2008

Qui est libéral chez les Socialistes ?

c'est assez rigolo, le débat sur le libéralisme chez les Socialistes, à l'heure actuelle...A ce sujet, je signale l'excellent billet de Laurent de Boissieu sur son blog politique.

C'est comique, parce qu'en effet, les trois principaux candidats à la direction du PS (et à l'élection présidentielle de 2012) appartiennent tous les trois à l'aile social-démocrate du PS, de tendance plutôt libérale.

Bon, on peut faire des distinguo subtils : DSK est presque un social-libéral, mais cela ne peut pas se voir tant qu'il reste au PS. Royal est une blairiste, donc une réformiste de gauche, avec un côté jacobin prononcé qui séduit le peuple (ordre, autorité, famille, travail et cetera...). De plus, c'est une provinciale élevée à la dure, issue d'une famille nombreuse, et qui est sans ostentation de quelque sorte que ce soit. Delanoë,lui, c'est plutôt le socialiste gestionnaire tendance libertaire. Libéral, mais pas trop quand même ; il préfère évidemment parler de ceux qui se couchent tard (pour cause de fête) que de ceux qui se lèvent tôt (pour cause de boulot afin de payer entre autres les prunes que collent les agents de police parisiens, plus affairés à traquer les automobilistes qui se rendent au travail que les fêtards qui rentrent ivres de la fête). En ce sens, toute sa rhétorique s'oppose radicalement à celle de Royal.

Mais il demeure qu'aucun des trois n'évoque jamais la société marchande dans laquelle nous vivons, et pas davantage le commerce, pour reconnaître son rôle fondateur dans l'établissement des libertés.

J'entends souvent évoquer Montesquieu pour identifier le libéralisme de Delanoë. Certainement pas. Outre que Delanoë n'accorde aucune place aux corps intermédiaires, il faut rappeler que Montesquieu consacre les livres XX et XXI de l'Esprit des Lois pour établir le lien profond qui existe entre commerce et liberté.

J'aime bien, d'ailleurs ce qu'il écrit au chapitre 4 du livre XX de l'Esprit des Lois :

Le commerce a du rapport avec la constitution. Dans le gouvernement d'un seul, il est ordinairement fondé sur le luxe; et quoiqu'il le soit aussi sur les besoins réels, son objet principal est de procurer à la nation qui le fait, tout ce qui peut servir à son orgueil, à ses délices, et à ses fantaisies. Dans le gouvernement de plusieurs, il est plus souvent fondé sur l'économie. Les négociants, ayant l'œil sur toutes les nations de la terre, portent à l'une ce qu'ils tirent de l'autre

Suivez mon regard et regardez ce que Delanoë met en avant à Paris...Bref, le libéralisme de Delanoë est tout relatif. Et puis comme le note Laurent de Boissieu, J-M Bockel, qui a fini par gagner le camp sarkozyste, a présenté pendant des années une motion comportant le mot libéralisme aux congrès du PS pour ne même pas obtenir 1% des suffrages au final...

lundi, 26 mai 2008

Naturellement de droite...

Tiens, une anecdote assez marrante, mais véridique sur la différence entre gauche et droite. Elle est arrivée à quelqu'un que je connais bien, et qui est de gauche modérée aujourd'hui, tout en demeurant relativement allergique à la droite.

Petite fille, elle demande, avec l'une de ses soeurs,  un jour à sa grande soeur la différence entre la droite et la gauche. Et sa grande soeur de lui répondre : ben la gauche, c'est quand tu es dans un jardin où tout le monde peut venir, et la droite, c'est quand le jardin, il est à toi et que tu décides qui y vient.

Le croyez-vous ? Sa soeur et elle déclarèrent immédiatement préférer la droite...

14:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : gauche, droite |  Facebook | | |

dimanche, 25 mai 2008

Le MoDem comme une traînée de poudre

Le MoDem au Danemark vient de rejoindre le flux MoDem. Quand j'y songe, je me dis que c'est impressionnant : aucun autre parti ne dispose d'un tel réseau ainsi organisé. C'est bientôt 130 à 150 blogs des quatre coins de France, mais aussi du monde, qui s'agrègent pour former un lien inégalé sur la Toile.

Qui sait ? Antonin entrera peut-être dans la légende du MoDem un jour comme mythique Grand Ancien : on dira de lui qu'il fut l'un des tout premiers à tenter d'agréger les démocrates sur la Toil, et le premier à y parvenir...

Quel formidable outil que la widget box, et quel développement impressionnant du MoDem sur la Toile, le mouvement politique sans doute le plus actif à l'heure actuelle, j'en ai bien l'impression, sur Internet.

08:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : modem |  Facebook | | |