Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 mars 2011

Il reproche à Bayrou son indépendance...

Il est tout de même incroyable, Sauvadet. Je viens de lire son interview donnée au Télégramme dans lequel il reproche à Bayrou son positionnement ni gauche ni droite, arguant qu'il s'est condamné à être spectateur plutôt qu'acteur. Ah. Parce que le Nouveau Centre n'a pas été spectateur passif, peut-être, depuis 2007 ? L'argumentation est tout de même incroyable : gouverner ne saurait être un but en soi. On gouverne parce qu'on cherche à faire valoir les idées que l'on porte, pas juste pour la satisfaction d'exercer un pouvoir. Bayrou ne s'est pas rallié à Sarkozy parce qu'il ne voyait pas de moyens de concilier son projet politique avec celui du Président de la France. C'est la même analyse qui le pousse à ne pas davantage s'accorder avec la gauche.

09:30 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : bayrou, sauvadet |  Facebook | | |

mercredi, 11 juin 2008

Sauvadet ou le syndrome de Lando Calrissian

Tout le monde (ou presque) connaît l'épopée fameuse de la Guerre des Etoiles. Dans l'épisode 5, l'Empire contre-attaque, un ami de Han Solo, Lando Calrissian le trahit et le livre à Dark Vador. Mal lui en prend, car ce dernier change les termes du contrat en cours de route, au grand damn de Lando. C'est ce qui provoque d'ailleurs, finalement sa révolte.

Quand Han Solo réalise qu'il a été trahi par celui qu'il croyait son ami, il en conçoit une rancune tenace. Calrissian tente alors de lui expliquer qu'il n'avait pas le choix, et que la survie de sa cité ne peut que passer par une collaboration avec l'Empire.

On peut dire, d'une certaine manière, que le Nouveau Centre a fait à peu près le même calcul avec l'UMPire : peser en son sein, plutôt que de l'affronter de l'extérieur. Et pour la trahison....

Or, je lisais la dernière note du Fond du bocal, un centriste parisien, à propos de Sauvadet, intitulée Sauvadet s'énerve.

Sauvadet est très marri, parce que le Nouveau Centre n'a pas été convié au voyage au Liban, contrairement au MoDem, et que finalement, Sarkozy et l'UMP considèrent le Nouveau Centre non comme un partenaire mais comme un supplétif.

Sauvadet réclame le respect des accords passés. Mais l'UMP n'a pas plus l'intention de respecter ces accords que Darko Vador n'escomptait le faire avec Lando Calrissian.

En réalité, hors du MoDem, il n'est point de salut pour les centristes. Les sénateurs centristes qui n'ont pas pris position se tiennent d'ailleurs à une distance prudente. L'avenir montrera sans doute que l'UMP tentera de négocier avec le MoDem plutôt qu'avec le Nouveau Centre. Les efforts de Sauvadet et consorts sont donc voués à l'échec, et, à ce sujet, Thierry Benoît ferait une grave erreur en adhérant au Nouveau Centre, d'autant que ses électeurs ne l'ont certainement pas élu pour ce choix-là, qu'il s'en rappelle !

Bref, Dark Sarkor compte bien revoir les termes du contrat passé au nom de l'UMPire avec Dansledos Sauvaldinguéssian à son intérêt exclusif. Et que les néo-centristes s'estiment heureux que Dark Sarkor les laisse en liberté surveillée.

 

vendredi, 23 mai 2008

Bayrou, il ne se renie pas, Monsieur Sauvadet...

1975713113.jpgVoilà ce que François Sauvadet a récemment déclaré à propos de François Bayrou :

« François BAYROU n’a fait que des déclarations qui n’ont été suivies d’aucune proposition. Mais où sont donc les amendements tant attendus de Monsieur BAYROU ? Après avoir défié le Nouveau Centre de traduire concrètement ses engagements, je constate que François BAYROU n’a déposé que 7 sous-amendements dont 1 sur un amendement Nouveau Centre. C’est le constat d’échec de sa démarche incantatoire. » 

Il y a une imposture derrière cette déclaration :
- ce n'est pas une vraie règle d'or qui va être inscrite dans la constitution mais seulement un objectif d'équilibre pluri-annuel. Rien à voir avec un budget en équilibre chaque année.
Et pour la proportionnelle, les Socialistes la demandent déjà (alors que Nouveau Centre y a renoncé sous la pression des députés UMP).
Il y a une manière de présenter l'information pas tout à fait objective...

Pour ma part, je suis très déçu par le Nouveau Centre, dont j'espérais au moins un effort pour peser sur la majorité. Or, le Nouveau Centre n'a pas même essayé et accepte de voir les grands principes du projet présidentiel de l'UDF être complètement galvaudés.

Abandon de la proportionnelle, équilibre budgétaire à l'économie (sans jeu de mots...). Je ne souhaite pas l'échec de la stratégie du Nouveau centre, et j'aimerais, au contraire, que le Nouveau Centre pèse, mais je constate son échec. 

Quant aux reniements, Maître Rembrandt a su avec art en rendre l'expression saisissante dans un tableau à propos d'un certain Pierre... 

Et puis voilà également la pensée que Charles Baudelaire prête à ce même Pierre :

-Certes, je sortirais, quand à moi, satisfait
D'un monde où l'action n'est pas la soeur du rêve ;
Puissé-je user du glaive et périr par le glaive !

mercredi, 21 mai 2008

Congrès du Nouveau Centre, les à-côté

Mon compte-rendu ne serait pas complet si je ne précisais pas tous les à-côtés du congrès, parfois drôles, parfois surprenants. Bref, toutes les choses dont je n'ai pas encore parlé.

Patience et bonne humeur des militants

S'il y a bien une chose qui est inaltérable, c'est la patience des militants néocentristes : le TGV avait une heure 30 de retardà l'aller. Le soir de l'arrivée, il a fallu attendre 1h30 du matin pour réintégrer les hôtels, et patienter 40 minutes debout dans le bus pour finir la soirée. Eh bien, pas une protestation et de la bonne humeur...

Conversations dans le TGV (aller)

A l'aller, personne n'ayant repéré qui j'étais, tout du moins les deux premières heures, j'ai déployé antennes et radars pour capter les conversations autour de moi. En fait, les néocentristes ont surtout évoqué les OGM, l'UMP, mais...pas une fois le Nouveau Centre ! en deux heures, je n'ai entendu à aucun moment prononcer le mot nouveau centre et pas davantage ceux des élus néocentristes. Evidemment, je n'ai sans doute pas tout capté, mais, cela m'a tout de même étonné.

Organisation

Sur l'organisation, franchement, c'était carré. Accueilli d'emblée par une blonde pulpeuse à la gare de Lyon. Cela donne envie. Euh, d'adhérer, je veux dire :-) évidemment, cela m'a mis de bonne humeur, et, en fait, il y a eu en permanence un staff de militants qui géraient très bien l'organisation et les aléas d'une telle entreprise.

Le buffet et la salle de presse, le samedi...chomp, miam, goinfr, piffr...mchomp, hmm ? scusez, j'ai la bouche pleine...

Bon, en fait, pas vraiment, c'est le moment où je tapais mes billets, et du coup, une meute de morfales s'est abattu sur le buffet. Quand je suis arrivé, il ne restait plus que les épluchures de charcutaille et les peaux d'orange et de banane ;-( Heureusement, il y avait la salle de presse :-)

Convivialité

Champagne à l'aller, pique-nique improvisé au retour : j'ai été gâté. Les militants néocentristes sont partageurs et de joyeux drilles. Particulièrement dans la section du 14ème arrondissement de Paris. Sympathies à Pierre, Laurent, Freddy, et tous les autres. Tiens, en parlant de Freddy, j'ai failli avoir une attaque d'apoplexie en discutant école publique avec elle ; j'ai cru qu'il y avait un sous-marin communiste qui s'était réfugié au Nouveau Centre. En fait, c'est une ancienne RPR tendance gaulliste-social. A côté d'elle, sur l'école, j'avais l'air d'un ultra-libéral, moi...

Laurent, lui, il avait trouvé une occupation : il avait un GPS portable, et il calculait la vitesse exacte du TGV et la distance par rapport à Paris avec...pfffui : ça chauffe les neurones, au Nouveau Centre !!! Au passage, j'ai pu constater au retour qu'il avait une culture littéraire impressionnante, tout en étant informaticien. On a eu des conversations passionnantes sur les textes bibliques.

Plus loin, ça rigolait tout ce que ça pouvait en évoquant le doux souvenir des réceptions gargantuesques du défunt RPR. A ce sujet, d'ailleurs, si au MoDem, il y a beaucoup de militants venus de la gauche, au NC, il y en a un bon paquet aussi qui viennent de l'UMP. J'en ai entendu un qui expliquait avoir déchiré sa carte de l'UMP avant d'adhérer au Nouveau Centre.

Sauvadet

Le porte-parole du groupe centriste m'a bien fait rigoler. Dans son discours, il a pesté contre la presse, expliquant qu'il en avait assez qu'on désigne les néo-centristes comme les ex-UDF ralliés à Sarkozy, voire comme les traîtres. Z'ont les oreilles qui sifflent, les néocentristes. Apparemment, il était vraiment vexé. Clairement, il aspirait à ce que cette image qui leur colle à la peau (fallait pas signer une certaine tribune...) s'amenuise afin que le Nouveau Centre apparaisse comme un vrai parti. Des difficultés à exister, quoi, au NC...Il en a profité pour faire la leçon à Bayrou sans le nommer, en expliquant que c'était commode de se placer en commentateur de la vie politique attendant un destin, refusant de prendre ses responsabilitéset distribuant les bons points... Il a estimé, peu avant, ne pas avoir de leçon d'indépendance à recevoir. Il a justifié son propos en déclarant qu'une indépendance qui n'est pas mise au service de la France conduit à l'isolement.

En même temps, il a situé le Nouveau Centre entre une droite conservatrice et une gauche sans projet. Il a plaidé pour la diversité, qui, pour lui, n'est pas l'adversité. C'était bien la peine, vu le renoncement du NC à la proportionnelle...Et puis il aurait bien fait de dire ça à Hervé Morin, l'homme qui somme les sénateurs centristes de choisir un camp...

Il a également dressé un bilan inquiétant de la France, tout en soulignant ses forces, et noté que la capitalisme et la croissance s'étaient déplacés vers l'Asie.

Jeunes centristes

Leur vice-président m'a dit qu'il adorait le blog de Quitterie Delmas. Enfin, au moins la présentation du blog... Eux aussi ils ont de mignonnettes militantes :-)  Sur 7 000 militants (mais en fait, j'ai entendu une adhérente me dire que ce serait plutôt aux alentours de 5 000 à 6 000) il y a 1 000 jeunes centristes.

Le sens des mots

Je ne suis pas sûr de savoir si c'est Morin, Sauvadet, ou Viger qui l'a dit. Plutôt Sauvadet, je pense. Celui qui a parlé a évoqué la nécessité de ne pas galvauder les mots en les connotant péjorativement, notamment en retournant leur sens. Il a évoqué les mots "réforme" et "libéralisme" entre autres. Mouais. Et les idées ? la règle d'or ? la proportionnelle ? les niches fiscales (le crédit d'impôt pour les emprunts dans la loi TEPA s'est transformée en incitation fiscale à la propriété lors de mon entretien avec J-C Lagarde) ? Beau discours, mais...dans la pratique...

Elections internes

 40% de participation, d'après ce que j'ai compris.De nombreux militants néo-centristes semblaient supris et déçus. Moi, je trouve au contraire, que pour une élection de parti, ce n'est pas si mal.

Valérie (Sachs) était présente en observatrice (centriste indépendante). Elle n'a pas adhéré au Nouveau Centre, ni avant, ni après. Je pense qu'elle a développé une forme d'allergie certaine à tout appareil de parti, quel qu'il soit. Comme pas mal de centristes aujourd'hui, elle reste dans une sorte de no man's land centriste...Nous avons échangé nos impressions. Pour moi, elle est symptômatique de l'atomisation de la famille centriste : le mot est de Sauvadet. Elle est symptômatique, parce qu'elle pourrait travailler indiféremment avec le MoDem, le Nouveau Centre, les Centristes de l'UMP, et certains socialistes sociaux-démocrates (une vraie centriste, quoi...).

J'ai sans doute oublié des choses, mais je commence à fatiguer à fouiller mes notes, moi...je crois que ce sera tout pour ce congrès de Nîmes.