Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2006-10 | Page d'accueil | 2006-12 »

mercredi, 15 novembre 2006

Portrait de François Bayrou

La chronique de Nicolas Domenach (20/10 sur I-Télé)

C'est mieux encore qu'une percée, c'est une trouée large comme un sourire à deux chiffres. Plus de 12 % des voix pour François Bayrou selon la dernière enquête IFOP-Paris-Match. La dernière fois qu'un centriste avait atteint des scores aussi avenants, c'était il y a plus de quarante ans avec Jean Lecanuet, surnommé « dents blanches » car il souriait « Gibbs ». Ce « kennedillon » comme on l'appelait aussi, avait réussi à contribuer à mettre le général de Gaulle lui-même en ballottage lors de l'élection présidentielle de 1965. Depuis les 15 % qu'il avait récolté, les démocrates chrétiens n'ont cessé de grimacer, une main sur le cœur, l'autre sur le portefeuille ministériel, c'est ce qu'ils appelaient être crucifiés entre leurs convictions humanistes plutôt de gauche et leurs électeurs comme leurs alliances tout à fait à droite. Alors, maintenant que François Bayrou escalade les cotes de popularité avec le vent dans le dos, ses amis sourient largement, mais pas lui qui a tellement dénoncé les artifices trompeurs du système sondagier mais qui, surtout, vise mieux et plus haut. Le patron de l'UDF ne veut pas d'une petite place au banquet des importants, il ambitionne de renverser la table.

François Bayrou est devenu « François Bayrouge », un révolutionnaire du centre. C'est quoi, cet animal politique apparemment aussi incongru qu'un cheval volant ou un caniche de combat ? C'est un rebelle convenable mais déterminé. Un révolté qui dit et écrit comme dans son dernier livre, Au nom du tiers état, que la situation est comparable à celle de l'avant 1789, quand la noblesse de cour avait confisqué le pouvoir et la parole. « Aujourd'hui, enrage Bayrou, la collusion des puissances financières, médiatiques et politiques a supprimé tous les contre-pouvoirs, toutes les possibilités d'expression populaires ». Et la révolte gronde, dont ce réfractaire lettré veut se faire le héraut, ce qui lui a valu d'abord de se faire lapider de lazzis. Il est vrai qu'on s'est moqué depuis toujours de ce fils de paysans béarnais. On s'est gaussé de ses bégaiements d'enfants qui semblaient faire trébucher sa pensé. On a ricané de ses illusions d'adolescent qui partageait l'utopie non violente de Lanza del Vasto. On s'est ri de son rêve d'une troisième force centriste, rêve qui faillit tourner au cauchemar lors de la dernière présidentielle. Sa candidature en 2002 faillit en effet se terminer en naufrage. Souvenez-vous lorsqu'il est resté scotché en rase campagne présidentielle avec 3% des voix et son bus au colza en panne. Chirac et l'UMP lui avaient volé son programme, l'Europe, la décentralisation, et les chiraquiens subornaient systématiquement ses soutiens, selon la recette de Georges Pompidou : « Un centriste ça se retourne dans la farine et ça se fait frire ». Bayrou ne s'est pas fait rouler, a refusé les postes et les prébendes, balancé une taloche à un sauvageon qui lui faisait les poches et il a fini à un peu moins de 7 % des voix. Sauvé !

Et plus déterminé que jamais. Bayrou est revenu de l'enfer. Il ne craint plus rien ni personne. Surtout pas les puissants, devant qui son père, Calixte Bayrou, jamais n'enlevait son béret. Alors, ce rescapé a creusé son sillon et tiré son parti vers l'autonomie. L'UDF a voté contre le budget, l'UDF a voté la censure, en dépit des états d'âme d'une partie des élus qui ont mal à leurs alliances avec l'UMP. Mais ces sondages positifs vont les obliger à se taire, à suivre le chef. De toute façon, cela faisait plusieurs semaines que le climat avait changé autour de Bayrou. On ne le regardait plus avec commisération, comme un farfelu, un adolescent politique attardé. Le pèquenot était devenu funky. Son côté Astérix, le teigneux qui combat les légions du système rencontrait un écho croissant sur la Toile, où les internautes soutenaient ses insurrections. Quand on marchait avec lui dans la rue, il était sans cesse abordé par des passants qui l'encourageaient à poursuivre son combat, tous se disant exaspérés par le vacarme en stéréo « Ségo-Sarko, Sarko-Ségo ». Les uns se disant déçus de la gauche, les autres s'avouant dépités de la droite, voire effrayés par le sarkozysme. C'est ainsi qu'on sent qu'un mouvement prend, dans les regards et les mots qui annoncent la percée dans les sondages, percée qui entraînera davantage de considération de la part du monde médiatico-politique. Ça ne fait pas une victoire, Jean-Pierre Chevènement en sait quelque chose qui s'était écroulé après avoir réussi une trouée, mais ça fait une dynamique que Bayrou devra concrétiser, incarner, sublimer, avec un projet ainsi qu'avec des gestes symboliques. Beaucoup en doutent encore mais ils ne devraient pas oublier cet avertissement de Mitterrand : « Il faut prendre au sérieux un homme qui a réussi à vaincre son bégaiement pour parler avec l'Histoire » !

 

 

lundi, 13 novembre 2006

Conseil National de l'UDF : discours de François Bayrou

Mes chers amis,

Je voudrais d'abord vous dire à quel point nous avons apprécié le travail de ceux qui ont organisé et animé cette journée : Pierre Albertini et ceux qui l'ont accompagné dans la rédaction du projet, Pierre-Emmanuel Portheret, tous ceux qui sont venus ce week-end du 11 novembre traditionnellement dédié aux réunions de famille et d'amis. Votre nombre et votre chaleur sont très importantes pour l'UDF et pour son président.

D’ici six mois, nous Français nous aurons choisi notre destin, à première vue pour cinq années, en réalité pour beaucoup plus longtemps.

Car tout le monde voit bien qu’un cycle de la vie politique de notre pays s’achève. Et qu’un autre cycle va s’ouvrir.

Et il est juste de dire que, de ce cycle qui s’achève, la France sort inquiète, sans perspectives, à la vérité harassée.

La France des quatre millions de chômeurs. Les statistiques officielles nous disent deux millions, mais quand on sait qu'on ne compte pas les Rmistes et les ASS ! On ne compte pas dans les statistiques officielles, ceux qui sont le plus mal, ceux qui ont eu le plus à souffrir du chômage …

La France où plusieurs centaines de quartiers sont devenus, le mot est affreux, des « zones », « zones » au sens de l’éducation dite prioritaire, « zones » quand on parle d'insécurité : "zones" de non-droit. Et je me souviens de la campagne de 2002 : on nous promettait la main sur le cœur, non sans rodomontades : « il n’y aura plus en France de zones de non droit », tolérance zéro. Et comme les journaux nous le révèlent, consigne est désormais donnée aux policiers et CRS de ne pas entrer dans ces quartiers.

La France où depuis la fin des émeutes il y a un an – écoutez bien, je dis depuis que les émeutes sont finies - 125 voitures en moyenne brûlent chaque nuit, et désormais brûlent aussi des autobus, et dans les autobus, et c'est à pleurer, des jeunes filles, issues de ces quartiers, issues de l'immigration, et qui se sont trouvées prises au piège de la violence stupide de ceux qui ont commencé par brûler des voitures, puis des bâtiments, puis des bus, et qui maintenant brûlent leurs sœurs.

La France qui a assimilé jadis des millions de femmes et d’hommes, des Portugais, des Espagnols, des Italiens, des Polonais, et que l’immigration chamboule aujourd’hui comme jamais.

La France des classes moyennes, qui firent la force et l’esprit de conquête de notre pays et qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts.

La France dont l’école garantissait la cohésion, et matérialisait, incarnait pour chaque famille l’espoir de progression au mérite, et qui se trouve aujourd’hui doutant de son école primaire, de son collège, de son université, doutant comme doutent ses diplômés au chômage.

La France de la croissance zéro, au dernier trimestre.

La France qui s’enfonce dans tous les classements de la planète. Et je pourrais faire avec vous un exercice simple : est-ce que vous pouvez vous souvenir d’un seul classement international, un seul, ces dernières années, où la France ait monté au lieu de descendre ?...

La France qui ne sait pas comment s’en sortir, qui ne sait plus, puisque personne parmi ses citoyens ne se représente plus le chemin à suivre pour remettre les choses à l’endroit.

Et pourtant c'est la France qui est pleine d’atouts, qui forme les meilleurs chercheurs du monde, où les investissements continuent à affluer, en raison de sa situation géographique et du prestige de ses paysages, de ses villes, de son histoire, et la France qui a aussi la démographie la plus vivace.

Alors, comment peut-on en arriver à ce pays harassé, à partir de ce pays doté d’autant de chances ? Comment produire autant de malaises à partir d’autant de dons ?

Alors, il faut que nous soyons implacables dans le diagnostic, autrement les mêmes causes produiront les mêmes effets. Il faut que nous soyons optimistes et ambitieux, en sachant que le propre des grands peuples est de se redresser, et que c’est même à cela, à cette capacité à se redresser, à se reconstruire quand tout va mal, que l’on reconnaît les grands peuples.

Durant ces vingt-cinq dernières années, nous avons pris un mauvais chemin.

Nous nous sommes mal dirigés. Ou nous avons été mal dirigés.

Nous avons été dirigés ces vingt-cinq dernières années exclusivement, alternativement ou ensemble, par deux partis politiques, le Parti Socialiste de François Mitterrand et de ses successeurs, et le RPR devenu UMP, le parti de Jacques Chirac, de ses héritiers devenus ses ennemis. Tout le reste alors, les formations politiques épisodiquement présentes dans ces coalitions, y compris nous lorsque nous avons participé au gouvernement, tout le reste n’était qu’alibi.

Ces deux partis ont eu entre les mains, alternativement ou ensemble, tous les leviers de commande depuis 25 ans.

Et il est intéressant de regarder ce qu’ils ont en commun. On trouvera alors, sans doute, pourquoi ils ont échoué. Ce qu'ils ont en commun, c'est cela :

  1. Tous les deux ont méprisé la société civile et ont concentré tous les pouvoirs entre leurs mains.
  2. Tous les deux ont refusé un Parlement digne de ce nom.
  3. Tous les deux ont voulu à chaque alternance défaire ce qui avait été fait par le précédent.
  4. Tous les deux ont dit - il suffit de regarder les questions d'actualité, le mardi et le mercredi à l'Assemblée Nationale - que si ça allait mal, c’était la faute de l’autre.
  5. Tous les deux ont voulu la bipolarisation, et tous les deux ont perpétuellement choisi des gouvernements minoritaires.

Cette phrase vous fait certainement lever le sourcil ? Je voudrais m’arrêter une seconde, à cette idée qui n’est jamais examinée, et selon moi est cruciale. Je vous avoue que je n’aime pas beaucoup la bipolarisation. Je la trouve stupide, comme si on voulait écrire la musique avec deux notes. Je la trouve simpliste, comme si on voulait rendre toutes les couleurs avec du noir et du blanc. Je la trouve fausse, parce que la vie nous apprend tous les jours que rien n’est tout noir ou tout blanc.

En plus, ce modèle politique-là est parfaitement identifié, on sait d'où il vient. C’est le modèle politique américain, qui suppose une organisation complètement différente de la vie politique, avec d'un côté un fédéralisme, de l'autre une participation des citoyens, des citoyens et non pas des adhérents, à la vie interne des partis par l’organisation de primaires publiques ouvertes.

Je n’aime pas ce modèle, en particulier à cause de l'asservissement à l'argent, les millions de dollars qui font la réalité de la vie politique américaine. Mais quand il marche, là où il est utilisé - et je rappelle que ce n’est nulle part sur le continent européen - il suppose au moins une donnée. C’est que les deux partis représentent plus ou moins 50 % du corps électoral. La bipolarisation, c’est 50 contre 50. De sorte que quand ils gouvernent, il y a un gouvernement majoritaire.

Je vous demande de réfléchir à ceci : en France, on prétend nous faire de la bipolarisation, mais la puissance des extrêmes fait qu'on ne travaille pas à 50 contre 50, mais à 30 contre 30, et parfois à 20 contre 20.

La force de l’extrême droite dans toutes ses composantes, autour de 20 %, de l’extrême gauche dans toutes ses composantes, idem autour de 20 %, cela a une conséquence : les vainqueurs, quand ils prennent le pouvoir, ont au mieux le soutien de 30 % au maximum, et se retrouvent au bout de trois mois avec un soutien de 20 % des électeurs. Les partis que nous appelons majoritaires sont en fait des partis perpétuellement minoritaires, et c'est parce qu'il n'y a pas de majorité qu'on ne peut en France ni gouverner, ni conduire de réformes.

Je m'adresse à tous nos concitoyens : on ne peut pas gouverner courageusement avec un soutien aussi minoritaire. On se réfugie dans la concentration de tous les pouvoirs entre les mêmes mains, mais quand on n’a aucune légitimité, c’est un grand risque ! Voilà pourquoi aucune réforme n’est possible en France.

Et voilà pourquoi il faut une démarche politique radicalement nouvelle !

Ou plus exactement, il faut retrouver une démarche politique qui a été bienfaisante dans notre pays chaque fois qu’elle a été utilisée.

Il faut choisir le rassemblement, et tourner le dos aux divisions artificielles. Il y a des divisions justifiées. Pendant longtemps, le rideau de fer a marqué la frontière de l’affrontement entre ceux qui acceptaient le totalitarisme soviétique ou faisaient semblant de l’accepter, et ceux qui voulaient la démocratie de liberté. Cette frontière était juste et nous nous sommes battus sur cette tranchée, pour la liberté et contre le totalitarisme, assez longtemps pour n'avoir pas de leçons à recevoir.

Mais ces frontières ne sont plus de saison. Il faut que revienne l’esprit de rassemblement.

Chaque fois que la France a été l’otage d’une lutte de partis, d'une moitié de la France contre l’autre, chaque fois, elle a été conduite sur le mauvais chemin. Chaque fois au contraire que ses responsables ont cherché à la rassembler - et je vais prononcer de grands noms - Pierre Mendès-France, Charles de Gaulle, Valéry Giscard d'Estaing, chaque fois, elle a fait de meilleurs choix.

Et il y a à cela une raison profonde : la France, ce n’est pas un pays comme les autres.

Les autres pays s’accommodent de la division, aussi bien de la division politique que de la division sociale. La France ne s'accommode  pas de la division.

Je me faisais cette réflexion en lisant que la commission chargée de préparer notre projet, autour de Pierre Albertini, avait choisi comme titre de ce texte, présenté désormais à la réflexion des adhérents, "la France ensemble".

Et au premier abord on y lit l’expression d’une volonté : "nous voulons faire la France ensemble".

Mais, si on va un peu plus loin, ce n’est pas un projet, c’est une définition. Ensemble, c’est le vrai mot, historique et philosophique, pour définir la France. Le vrai nom de la France, le vrai nom de la République en France, c’est ensemble.

Et ce n’est pas tout à fait le cas des autres pays, même des pays qui nous entourent.

Le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, la Belgique, leur projet de société, ce n’est pas tout à fait « ensemble »…

La nationalité allemande, jusqu’il y a peu, c’était le droit du sang. La société britannique, ce sont ces communautés, marquées par l’origine ou par la classe sociale, cohabitant les unes avec les autres, mais sans trop de lien. La société espagnole accepte l’idée de nationalités différentes à l’intérieur du même ensemble. L’Italie, vous le savez, ce sont des tensions fortes entre régions, avec souvent, comme on l’a vu récemment dans une proposition de référendum, la volonté des plus riches de se détacher des plus pauvres pour ne plus supporter la charge de la solidarité. Et vous pouvez continuer ainsi le tour de l’Europe, vous découvrirez pays après pays combien notre projet national est un projet singulier.

C’est le projet de notre pays, qui ne supporte pas la division et la vit comme une blessure !

Et ce qui est vrai du point de vue national, c’est vrai aussi du point de vue social. C'est vrai du point de vue des opinions. C'est pourquoi la laïcité est la clé de voûte de la maison que nous avons construite ensemble.

Nous sommes le pays de l’unité, mes chers amis, et nous avons bien raison de l’être.

Nous ne supportons pas la logique d’une société qui creuse les inégalités. Particulièrement pas lorsque les inégalités touchent les droits fondamentaux : le droit à la formation, le droit à la santé. Lorsque les uns disposent des connaissances, des relations et des moyens qui permettent de trouver la meilleure tactique, la meilleure réponse, le meilleur circuit, la meilleure stratégie, tandis que les autres sont laissés de côté, parce qu'ils n'ont pas de relations et que leurs moyens sont réduits au minimum.

C’est pourquoi je n’ai pas aimé la légèreté avec laquelle Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal ont considéré que la carte scolaire devait être jetée aux orties.

Car la carte scolaire - je demande qu'on y réfléchisse - ce n’est pas autre chose que l’obligation - non pas l'obligation qu'impose  l’Éducation nationale, mais l'obligation qu'elle s'impose - de garantir une éducation à chances égales dans le quartier abandonné de la banlieue la plus éloignée et dans les centres-villes les plus avantagés.

Je sais très bien que c’est un idéal, mais cet idéal, je le revendique. Certains diront que c’est une utopie : je ne le crois pas. La France a relevé ce défi pendant des décennies. Ce défi relevé a été à la fois celui de l’unité nationale, et la chance de millions de jeunes Français qui ont découvert à l’école des horizons qui, autrement, leur seraient demeurés fermés.

Est-ce que cette obligation est satisfaite aujourd’hui ? La réponse est : non. Faut-il pour autant y renoncer ? La réponse est : non. Au contraire, précisément au contraire ! Il faut réévaluer cette obligation, cette partie de notre pacte républicain national, en donnant à notre système éducatif les moyens concrets de rétablir partout les deux éléments qui font la réalité de l’égalité des chances : le premier devoir, et je le dis sans biaiser, c'est le respect dans l’école, respect des enseignants et respect des élèves entre eux, l’ordre de l’école face à l’ordre de la rue ; c'est-à-dire l'ordre assuré par des enseignants et des surveillants, et non pas par des policiers (j’ai toujours défendu comme un principe la sanctuarisation de l'école). Et, deuxième élément, l’excellence des parcours, voulue et cultivée, pour les élèves qui le méritent. Au lieu de la médiocrité pour tous, médiocrité qui est mortelle là où ça va mal, l'excellence scolaire, comme une réévaluation de la mission républicaine de l’école républicaine, au lieu du ghetto accepté, auquel on se résigne...

La France ensemble. Ensemble, c’est la vocation de la France. Voilà pourquoi il est plus douloureux à la France qu’à aucun autre pays de voir se déliter l’unité à laquelle notre pays aspire, de la voir se dissoudre dans les communautarismes, dans les ghettos, de quartier, d’origine, de religion, de situation sociale.

Voilà pourquoi ceux, tous ceux qui dans le débat politique actuel, suivant le fil de l’eau, la pente du modèle dominant sur la planète, le modèle de l’inégalité revendiquée, tous ceux qui veulent en réalité que l’on tourne la page sur « ensemble », et veulent que l'on en arrive à l’acceptation du chacun pour soi, ceux-là se trompent.

Ils se trompent de pays, ils se trompent de modèle, ils se trompent de peuple.

Nous avons le droit de leur faire, au nom de la France, un procès en abandon du modèle républicain français qui nous fait vivre.

Et à ceux-là, j'oppose le besoin, le premier, peut-être le seul, le besoin de la France aujourd’hui : le besoin d'une nouvelle synthèse entre modernité et modèle républicain français, entre modernité et nos valeurs nationales et européennes.

La modernité, ce n’est pas l'ennemi des valeurs républicaines : c’est leur meilleur allié.

Je prends deux exemples très simples.

Hier, et jusqu'à il y a quelques années, l'accès aux documentations, aux documents, n’était pas égal entre qui disposait d’une bibliothèque accessible, et qui n’en disposait pas. Aujourd’hui, internet met à la portée de la main de tous et partout, à portée de clavier, tous les documents de la planète. Bien sûr il faut savoir les analyser, il faut les trier, mais on peut y accéder de tous les collèges, et bientôt j'espère, de tous les appartements, de tous les HLM de France.

Hier, l’information était limitée, donc l'égalité des chances n'était pas une réalité ; aujourd’hui l'information est abondante et l'égalité des chances peut donc se réaliser.

Le modèle républicain français, il n’est pas un handicap pour la France dans la modernité : il est, c’est ma conviction, son meilleur atout.

Car il en est de la compétition entre pays comme de la compétition sportive : une équipe ne vaut pas tant par la somme de ses individualités, par ses vedettes, que par l’esprit d’équipe, par la solidarité entre joueurs, par l’abnégation de leur dévouement les uns envers les autres.

Nous assumons la modernité. Nous en voyons les lignes de force. Nous croyons au modèle de société qui est en train de naître, je crois qu'un modèle de société est en train de naître dans l’univers d’internet, modèle plus autonome, plus participatif, plus coopératif. Nous croyons à l’invention, à l’innovation , à la création.

Et nous croyons à l’entreprise, nous voulons faire de la France le pays le plus pro-entreprise du continent européen.

Nous croyons à la recherche, nous croyons à l’invention, nous croyons qu’on doit et qu’on peut aider l’entreprise et l’entrepreneur, la recherche et le chercheur, les soutenir et les aimer. Ils assurent la multiplication des chances, et en fait ils assurent les moyens d’un projet social. Ils changent l’homme, de consommateur en créateur. Nous croyons que le monde moderne, du XXI° siècle, va offrir des chances à nulles autres pareilles à qui voudra les saisir. Nous ne récusons pas l’avenir, nous le voulons. Nous l’acceptons avec ses ombres et ses lumières. Et nous acceptons ce défi : c’est au politique de saisir les lumières pour en faire de l’énergie, et conjurer les périls qu’il devine dans l’ombre.

Et nous croyons que c’est dans ce monde-là précisément, dans ce monde de la modernité, dans le monde de demain et pas dans le monde d’hier, que notre idéal, que nos valeurs de société les plus généreuses, les plus solidaires, les plus égalitaires, égalité des chances et égalité des droits, peuvent s’épanouir comme elles ne se sont jamais épanouies.

Et en l’absence de cette synthèse, si l’on va vers le monde du chacun pour soi, dans le monde où l'on sépare perpétuellement les gagnants et les perdants, dans le monde des réseaux privilégiés d'un côté et des ghettos de l'autre, alors, je vous le dis, la France souffrira plus qu’aucun autre pays ne souffrira.

Mais si l’on choisit cette synthèse entre nos valeurs et la modernité, alors la France s’épanouira, comme aucun autre pays ne s’épanouira.

Et ce modèle d'une nouvelle synthèse entre nos valeurs et la modernité, nous le proposons pas seulement à nous-mêmes. Nous le proposerons, quand il aura trouvé sa dynamique et son équilibre, nous le proposerons à l’Europe, et par l’Europe au monde. Nous le concevons et proposons, non pas comme un modèle domestique, mais comme un modèle universel.

Et il est vrai, il faut regarder les choses en face, que c’est un modèle de résistance au modèle dominant sur la planète. Et il est vrai que c’est, en Occident au moins, le seul modèle concurrent que puisse rencontrer le modèle américain dominant.

Nous assumons cette vocation française. Et nous devons l’assumer aussi dans le concert des nations.

J’ai souvent eu maille à partir avec Jacques Chirac et Dominique de Villepin. Mais, je vous faire une confidence, je veux dire devant vous que l’un des moments où j’ai été le plus fier de mon pays ces dernières années, c’est dans le courant de cet hiver 2003, où se préparait la guerre en Irak, et particulièrement quand Dominique de Villepin a parlé devant le Conseil de Sécurité le 14 février 2003, quand il a parlé au nom d’un « vieux pays, la France, d’un vieux pays de la vieille Europe ».

J’ai été fier, et nous tous Français l’avons été. Et nous avons soutenu le gouvernement et le Président de la République. Sans faiblir.

Dieu sait pourtant, je peux le révéler aujourd'hui, qu’il ne manqua pas à l'époque de pressions amicales et d’influences bien intentionnées pour nous persuader de nous démarquer, en raison de la situation politique, en raison de la tradition de cette famille d’amitié avec le peuple américain, et de porter dans le débat politique français une compréhension bienveillante à la position de Bush et des siens.

Nombreuses étaient les ambassades et les visites qui venaient me dire : « vous avez eu le courage de vous démarquer des autres ? c'est formidable ! Vous avez là une occasion en or, vous devriez défendre la nécessité de l’intervention, ne laissez pas le monopole de cette position à Monsieur Untel (je laisse un blanc par amitié) ou à Monsieur Untel (je laisse un blanc par charité) »… Et au sein même de notre bureau, je savais bien que cette thèse était présente - je sais lire dans les yeux !

Je savais bien qu'il ne fallait pas laisser un pouce de terrain. Il était pour moi aveuglant que cette explosion, que déclenchait avec légèreté le pouvoir américain, apparaîtrait un jour comme un drame pour le Moyen-Orient, un drame pour le monde, et au bout du compte un drame pour l’Amérique elle-même.

Ce jour-là, la France a été à la hauteur de sa vocation.

Je n’ai eu qu’un regret, je vous l'avoue : c’est que ce combat que notre pays menait à juste titre au sein du Conseil de Sécurité, il ne cherche pas, en même temps, à le faire partager à nos frères européens.

Bien sûr, les gouvernants britanniques, espagnols, italiens, portugais, et d’autres, étaient alignés sur les thèses de l’administration Bush. Mais les peuples ne l’étaient pas ! Par millions, dans les rues de Londres, de Madrid, de Rome, nos concitoyens européens manifestaient. Ils avaient besoin d’appui, de soutien, d’une voix européenne qui exprime leur résistance et leur espérance. Cette voix aurait pu, je le crois, et dû, je le pense, être la voix de la France au sein de l’Europe, et peut-être alors, ce jour-là, le destin eût-il changé de cours…

Voyez-vous, puisque nous parlons du destin de la France, tout est lié. Nous avons un projet de société singulier. Et nous avons une voix singulière dans le concert des nations.

Et si nous avons la volonté de donner à ce projet et à cette voix l’influence et la force qu’ils méritent, alors nous avons besoin de construire l’Europe politique qui nous fait tant défaut.

Le monde étant ce qu’il est, la planète étant ce qu’elle est, nous avons besoin de pouvoir faire inscrire sur l’agenda des nations des rendez-vous, des obligations, des préoccupations qui concernent toute l’humanité.

Nous avons besoin de parler de climat, nous avons raison de le faire même si ce n'est pas à l'intérieur de l'hexagone que se règle le climat de la planète Terre - l'air que nous respirons aujourd'hui, mes chers amis, n'est pas un air français ! Mais l'humanité ne se préoccupera pas de son patrimoine s'il n'y a pas un peuple qui se préoccupe de ce défi, et ce ne peut être que la France.

Concernant l'immigration, je ne crois pas aux murs, aux miradors, aux avisos, aux papier anthropométriques infalsifiables. Quand vous avez de l'autre côté du mur toute la misère du monde, aucun douanier ne peut l'empêcher de passer - on peut la ralentir, on peut la contrôler - là aussi il nous faut l'ensemble européen - on ne peut pas l'arrêter. Il n'y a qu'un moyen, c'est que nous mettions devant nous, peuples européens, cette question : comment pouvons-nous faire pour que les Africains demeurent en Afrique, pour que ce soient eux qui nourrissent et équipent le continent africain ? Ce que nous avons fait à partir de 1945 pour garantir aux paysans européens qu'ils nourriraient l'Europe, ce schéma pour bâtir et protéger un ensemble, ne peut être abordé que par des gouvernants européens ensemble, décidés à peser ensemble sur l'organisation de la planète.

Nous avons besoin pour l’immigration, de volonté, pour protéger nos standards de vie en commun. Nous avons besoin d’une volonté politique de l’Europe. Et cette volonté politique ne peut se forger que dans une démarche démocratique de l'Union européenne.

Si l’Europe redevient ou demeure une technocratie, elle mourra, elle s’étiolera, elle sera rejetée.

Et si elle est rejetée, ou divisée, ou privée de volonté, alors le modèle dominant en Occident aura fait un pas, sans doute irréversible, vers sa suprématie.

Voilà pourquoi, à l'orée de cette campagne électorale, il faut reprendre et conduire la révolution démocratique de l’Union européenne. C’est à nous de la proposer, et s'il le faut de l'imposer. Des règles simples, compréhensibles par tous, pour que dans les domaines où doit s’exprimer la volonté européenne, les citoyens européens soient assurés d’être informés et reconnus comme la source de la souveraineté à construire. Nous traiterons, je traiterai cette question pendant la campagne électorale qui vient. Et ce n’est pas une question seconde : c’est une question principale.

Et il n'y aura pas de question principale, pendant cette période de choix national, qui ne soit par nous traitée et éclairée. Parce que les citoyens ont le droit de savoir pour exercer le droit de choisir.

Des citoyens qui viendront de bien au-delà de nos rangs - et là, je m'adresse à vous. Car cette voix différente, nous qui sommes réunis aujourd'hui en Conseil National, nous allons la porter en notre nom, bien sûr, mais au nom de beaucoup d’autres Français qui n’avaient jusqu’à maintenant jamais imaginé que l’UDF pourrait incarner une part d’eux-mêmes, qui n'avaient jamais pensé que l'UDF, comme ils croyaient la sentir, comme elle était trop souvent, puisse porter une part de ce qu’ils avaient de plus précieux. Eux qui nous regardaient comme étrangers, vont maintenant nous regarder comme des compagnons de combat.

C’est pourquoi je vous appelle, dans la période qui vient, à l’ouverture.

Et je veux vous dire ceci : il y a des millions de Français de droite, fidèles à leurs valeurs, mais qui ne veulent pas que l’on mette en scène, constamment, l’opposition, l’affrontement, la confrontation au cœur de notre peuple, qui trouvent cela inquiétant et qui ne s’y résignent pas. Il y a des millions de Français de droite qui veulent un État impartial, une vraie séparation des pouvoirs, et pas un État de connivence. Il y a des millions de Français de droite qui ne se résignent pas, en matière de projet de société, à la fascination actuelle pour le modèle américain, et aux yeux énamourés qui sont, en fait, promesse d’alignement.

Et il y a des millions de Français de gauche, fidèles à leur tradition et à leurs valeurs, qui considèrent qu'il faut un autre choix que ceux auquel on voudrait les condamner, et pour qui la politique, ce ne devrait pas être de suivre les sondages, mais les devancer. Des millions de Français qui pensent que lorsqu’il s’agit d'un problème aussi important que l’adhésion de la Turquie, le futur président de la République est supposé avoir sa propre opinion et la défendre devant ses concitoyens, même si elle est minoritaire, et non la calquer sur eux. Des Français de tout bord qui pensent que s’il avait fallu suivre la majorité, et que si c’était cela la politique nouvelle, il n’y aurait pas eu de 18 juin, et pas d’abolition de la peine de mort. Il y a beaucoup de Français de gauche qui considèrent que la représentation du peuple et la représentativité de l’élection valent bien mieux que le tirage au sort et la traduction des élus devant des jurys populaires.

Tout ceux-là en réalité, ce sont des citoyens français de tout bord, citoyens français, ils veulent qu’on les respecte et pas qu’on les suive. Ce n'est pas la même chose de respecter et de suivre. Ils ne se sentent nullement représentés par les sondages. Ils ne veulent pas qu’on écrive les programmes politiques avec la Sofres et l’Ifop, comme on le fait, paraît-il, à perte d’heures et de jours, chez les deux représentants jumeaux de cette démocratie qu’on veut nous vendre, qui n’est pas la démocratie d’opinion, mais la démocratie d’abaissement devant l’opinion.

Ils sont citoyens du peuple français, ils pensent que la République commence par la démocratie, et que la démocratie ce n’est pas la démagogie, que c’est exactement le contraire, c'est le respect du peuple, le respect du peuple par les élus, qui commence en leur disant la vérité : ce qu’on sait, ce qu’on voit, ce qu’on croit, même si c’est difficile, même si c’est à contre-courant ; et alors, en retour, en raison même de cette attitude, le respect des élus par le peuple citoyen.

Et quand j’assiste, quand nous assistons à la plus vaste opération de bourrage de crâne qui ait jamais été mise en œuvre depuis des décennies, avec des moyens puissants, qui martèle comme un tam-tam les noms jumeaux de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal, avec leur pareille vénération devant les sondages, chacun dans leur dérive - mais leur dérive est si semblable - alors je me dis qu'il faut que nous restaurions pour la France, face à la démocratie agenouillée devant l’opinion, la démocratie de conviction.

Il faut que nous évitions ce qui est en train de devenir la règle quotidienne de la vie politique -la politique du bouc émissaire. Vous vous souvenez ce qu’était aux temps bibliques, le bouc émissaire. Quand le peuple allait mal, quand il se sentait oppressé de ses fautes, on allait chercher un bouc, on le chargeait de tous les péchés du peuple, on le rendait coupable de tout, on le couvrait d’insultes, et on allait le perdre dans le désert. Alors, tout le monde se sentait mieux. Les démagogues ont toujours agi ainsi. C’est très populaire hélas ! d’attaquer les enseignants, en public ou en privé. C’est devenu le sport à la mode, évidemment de la part de gens qui ne tiendraient pas, devant les classes que nous avons aujourd’hui, la moitié des vingt heures de cours qui sont requis. C’est très facile d’attaquer les juges. Tantôt en les accusant de sévérité excessive (lorsqu'il s'agit de la délinquance en col blanc), tantôt de laxisme (dans les banlieues), en oubliant que les juges appliquent des lois et imposent des peines qui sont définies par les mêmes hommes politiques qui les accusent.

C’est la politique du bouc émissaire, qui fait pendant à la politique des sondages. L’un va avec l’autre : c’est toujours la même manière de flatter l’opinion, de la caresser dans le sens du poil, de la dresser contre l’autorité, au lieu de la restaurer dans sa responsabilité, dans son intelligence, et dans sa conscience.

Ces deux candidats prétendument rivaux, ils ne sont pas un duel, ils sont un duo. Et je n’ai pas envie qu’il n’y ait que Le Pen pour échapper à leur duo. Parce que restaurer la République, ce n’est pas l’affaire des extrêmes qui n'aiment pas la République, c’est l’affaire des Républicains qui aiment et veulent sauver les principes qui nous ont fait vivre.

Cette reconstruction de la République, elle demande, et selon nous elle exige, que l’on puisse faire vivre et travailler ensemble, dans une démarche de rassemblement, dans une démarche d’union nationale, des femmes et des hommes venus de bords différents.

Il y a un demi-siècle que cette démarche n’a pas été mise en œuvre et que les impératifs partisans ont tenu le haut du pavé dans notre pays, avec les résultats que l'on voit. Mais je vous assure aussi qu’il y a un demi-siècle, au moins, que notre pays n’a pas rencontré des problèmes si graves, de nature si lourde et si nouvelle, que l’on peut affirmer qu’aucun de ces problèmes ne se résoudra sans le rassemblement et la mobilisation de toutes les forces de la France.

Si nous les énumérons comme je l'ai fait au début de cette intervention - nous avons un problème moral : une partie de notre pays a décroché, dans le ghetto des banlieues, dans le ghetto du RMI, dans la descendance de l’immigration, et ce décrochage se perpétue désormais de génération en génération.

Nous avons un problème de sécurité publique.

Nous avons un problème économique avec une croissance trop aléatoire, trop faible, avec un pouvoir d’achat exténué, avec un prix du logement qui explose tous les budgets des salaires moyens. Et je ne parle pas des 610 € par mois du minimum vieillesse.

Nous avons un problème budgétaire. Tous les jours, nous dépensons 20 % de plus que ce qui entre dans les caisses publiques. Et ceux qui croient que cela sera payé « par nos enfants » se mettent le doigt dans l’œil. C’est nous qui payons, tous les jours… il vous suffit de voir les difficultés à la fin du mois pour joindre les deux bouts.

Nous avons un problème démographique, dont les retraites sont la traduction la plus crue. Parce que jamais, dans l’histoire d’aucun peuple de la planète, tant de retraités n’auront été portés par si peu d’actifs.

Nous avons un problème éducatif :l’égalité des chances n’est plus assurée et le milieu social d’origine devient le critère principal de la réussite.

Nous avons un problème de recherche : nous formons avec l’argent du contribuable français, avec les ressources de la science française, nous formons les meilleurs des jeunes Français, et ce sont les laboratoires américains qui profitent, poches ouvertes, de l’investissement du peuple français.

Nous avons un immense problème énergétique et climatique.

Je vous le dis avec gravité, mais avec certitude : aucun de ces problèmes n’est soluble dans le débat politique artificiel tel qu’il est organisé aujourd’hui et depuis des années.

Il ne s’agit plus de gouverner à la godille, d’aller un peu plus à gauche, ou un peu plus à droite, ou même provisoirement au centre, de gouverner avec ses copains, en attendant la prochaine fois, en attendant, à l’élection prochaine, de retrouver l’opposition… Il s’agit de refaire la France et de parler au monde.

Et vous voyez la dimension de ce que nous entreprenons : regarder en face l’état de notre pays, lui proposer une nouvelle synthèse, réconcilier le modèle républicain français avec la modernité, imposer une nouvelle démarche de pouvoir et de gouvernement, rassembler au lieu de diviser, éduquer au lieu de flatter, refonder la République dans ses valeurs, en démocratie et pas en démagogie.

Aller d’un pays harassé et divisé à un pays rassemblé et redressé. C’est une grande aventure collective. Et si vous regardez aujourd’hui le paysage décomposé de la démocratie française, nous sommes les seuls à pouvoir la proposer. C’est une grande aventure d’équipe, non pas une équipe qui veut se fermer pour garder les postes pour elle, mais une équipe qui au contraire veut s’ouvrir et travailler avec d’autres équipes, avec d’autres sensibilités. Et cela seul suffit à montrer notre différence.

C'est une grande aventure collective, et c’est aussi, si vous me permettez un dernier mot, une aventure intérieure, personnelle.

C’est un long chemin avant de pouvoir dire en pleine conscience, sachant ce que cela signifie, pour un homme et pour sa famille, pour son cercle d’amitié et d’intimité, c’est un long chemin avant de pouvoir dire : je vous propose d’assumer la charge de président pour la République française.

C'est un long chemin parce que, Président de la République, de la République française, ce n’est pas une fonction de leader politique, ce n’est pas un combat de plaies et de bosses. C’est plus profond : c’est sortir de soi-même, dépasser ses préférences, aller au-delà du bagage de préférences que la vie vous a donné, vous a offert, parfois avec générosité, en amour, en tendresse, en amitié, c’est sortir de soi-même pour assumer un moment, un moment difficile et précieux, le destin non pas de sa famille, non pas de ses proches, mais de tout un peuple.

De Français de chez nous, et de Français venus d’ailleurs, avec leur histoire différente, avec leurs opinions différentes, avec leurs convictions différentes, avec leurs idées différentes et souvent antagonistes.

On me demande quelquefois dans les interviews : qu’est ce que vous avez appris pendant ce long chemin, dans ce long combat de l’élection de 2002 ? J’ai appris à écouter les gens qui ne sont pas de mon avis. Non pas à leur céder sur tous les points, mais à les entendre et à les comprendre. Et j'ai appris à leur faire leur place dans l’idée que je me fais de l’avenir de mon pays.

Des femmes et des hommes : et j’ai mis les femmes en premier, parce que dans la reconstruction de la France, les femmes seront, je le crois, détentrices de quelque chose d’essentiel.

Des femmes et des hommes, de celles et de ceux qui croient, comme vous, quand vous avez la chance de croire, et de ceux qui ne croient pas. Des enthousiastes, des sceptiques et des découragés.

Un peuple tout entier qui va faire confiance, ayant pesé le pour et le contre, qui va faire confiance non pas à un parti, non pas à une étiquette, même pas seulement à un projet, mais au bout du compte à l’un des siens. Et il y a une clé pour gagner cette confiance : ce peuple, il faut non pas le suivre, mais le comprendre, le respecter, et il faut l’aimer.

Cette rencontre avec un peuple de femmes et d’hommes, cela justifie une vie.

Et je voulais vous le dire, avant d’aller à leur rencontre, avant de sortir des rangs de nos adhérents et de nos militants, sur les routes de terre et sur les trois océans, j’ai voulu vous le dire, à vous.

Parce que c’est une lourde charge, mais c’est une grande chance, et je vous la dois.

Je vous remercie.

00:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : UDF, Bayrou |  Facebook | | |

dimanche, 12 novembre 2006

Avant-projet législatif de l'UDF

« Un projet, c’est d’abord une vision qui résulte de l’analyse de la société française et de sa place dans le monde et en Europe mais aussi des attentes de nos concitoyens. Ce n’est pas un système ou une idéologie qui prétendrait donner les réponses avant les questions, c’est un guide pour l’action, c’est un cap pour demain »

 

Cet avant-projet est articulé autour de cinq chapitres :
- La révolution civique
- Une véritable démocratie
- Croissance et solidarité
- Investissements pour l’avenir
- La France dans le monde et dans l’Europe


Télécharger l'avant-projet législatif (.pdf) 

22:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : UDF, projet |  Facebook | | |

Ségolène Royale et l'Education Nationale

Cher lecteur, prends garde à tes côtes. Hurler de rire peut provoquer de graves crises d'étouffement.

J'ai falli créer une catégorie "Humour" pour cet enregistrement... 

A hurler de rire quand on écoute cela auparavant...

http://heresie.hautetfort.com/archive/2006/11/10/segolene...


Sego clip
Vidéo récupérée sur Youtubr

Loosers...

La vie à Versailles telle qu'elle est...joli !

Une réalisation du Klub des Loosers... 

 

 

11:45 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

vendredi, 10 novembre 2006

Ségolène Royal et les enseignants : l'imposture...


Profs: Ségolène en off
Vidéo envoyée par Jules-ferry

L'analyse des propos de Ségolène Royal dénote et son absence de connaissance du sujet et une malhonnêteté foncière. 

Elle conclut en estimant à 17 heures le temps de travail des enseignants. En réalité, il est statutairement de 18 heures sur place, auxquelles s'ajoutent généralement autant d' heures de préparation de cours (selon les disciplines, toutefois : il faut reconnaître que les professeurs de lettres travaillent davantage que les autres).

On peut s'inquiéter légitimement de la réflexion globale de Madame Royal. En effet, manifestement, pour elle, une intervention devant un public ne se prépare pas : à preuve, peut-être, ses déclarations à l'emporte-pièce dans les commissions et les débats ?... 

Très peu d'enseignants travaillent en réalité dans les officines privées pour une raison extrêmement simple : on y est tellement mal payé que même une heure supplémentaire à l'Education Nationale est plus rentable.

Ces sociétés de cours particuliers recrutent essentiellement des étudiants, quelques enseignants du privé  ou parfois aussi, des contractuels et des vacataires.

 Comment Ségolène Royal peut-elle parler d'un sujet qu'elle connaît si peu puisque toute sa progéniture a suivi sa scolarité dans les prestigieux établissements privés parisiens, au coeur des 6ème et 7ème arrondissements de Paris ?

Si l'on considère la gestion de Claude Allègre de 1999 à 2000, les propos de Monsieur Strauss-Khan estimant le métier d'enseignant de moindre pénibilité - et pour cause, il n'a enseigné qu'en faculté ! - il est désormais clair que le Parti Socialiste méprise les enseignants. Sur les 35 heures des enseignants au collège, Dominique Straus-Khan s'est simplement contenté de commenter sur I-Téléa insi les propos de Ségolène Royal :"le point important, c'est qu'on s'occupe plus des enfants à l'intérieur de l'école". Qui ne dit mot, consent, à l'évidence...

Le comble du cynisme est tout de même atteint par Ségolène Royal, suggérant un pacte avec les organisations syndicales afin d'avoir la "tranquilité" pendant les élections. 

En fait de Révolution, Madame Royal pourrait bien allumer une guerre scolaire aux conséquences incalculables.

En proposant ni plus ni moins de doubler le temps de présence des enseignements, évidemment sans contrepartie (elle avait évoqué dans une autre commission la "liberté pédagogique" comme paiement, hypocrisie socialiste supplémentaire, quand on sait à quel point les programmes socialistes en matière d'éducation ont fait de la pédagogie l'étendard de la réforme ) , Ségolène Royal marche allègrement sur le droit sans aucune pudeur.

Il faut espérer, désormais, que les enseignants sauront se souvenir des propos de Madame Royal, mais aussi de Dominique Strauss-Khan, au moment des élections...

Coincés entre une UMP qui rêve de déréguler totalement le marché de l'Education, et un PS prêt à assommer les enseignants, il ne reste désormais plus guère d'options aux enseignants.

Seuls le PCF et l'UDF adoptent, à l'heure actuelle, un ton nettement plus empreint d'humanité envers les professeurs.

La comparaison entre l'indigence des deux grands partis en matière d'éducation, et les vues clairement plus hautes et inspirées d'un François Bayrou (http://www.udf.org/participer/colloques/education/bayrou_...) laisse à penser pour ceux qui se soucient d'éducation en vue des prochaines élections...

 

jeudi, 09 novembre 2006

Le budget 2007 et l'endettement de la France

Publication sur Hérésie avec l'accord d'Alain Duchesne , webmestre et auteur de l'article sur le blog La Pévèle

                  Le budget présenté par le gouvernement est annoncé comme une prouesse car il devrait permettre, avec l’hypothèse d’un taux de croissance de 2,3 % en 2007, de ramener le taux d’endettement de l’Etat à 63,6 % du PIB (chiffre INSEE). Si le gouvernement suit cette ligne se sera la première fois depuis son arrivée qu’il baissera ce ratio.

Le PLF (Projet de Loi de Finance) est construit autour d’un déficit de 41,6 milliards d’euros contre 42,7 milliards en 2006 et 43,5 milliards en 2005. Cela veut dire qu’annuellement les recettes de l’Etat ne suffisent pas à satisfaire ses dépenses. En 2007 les dépenses auront augmenté de 0,8 % (selon le PLF). (Malgré la suppression de 15 000 postes de fonctionnaires dont la moitié dans l’éducation soit trois fois plus qu’en 2006). Rappelons également que dans les dépenses annuelles de l’Etat sont comptabilisées les remboursements de la dette (plus de 15 % des dépenses, ce qui correspond à nos impôts sur les revenus). Dans ces conditions vous comprendrez avec moi que l’endettement en valeur ne peut pas diminuer. Au contraire il ne fait qu'augmenter.

La baisse du taux d’endettement qui est mesuré par : Endettement / PIB se comprend par le fait que l’endettement s’est élevé moins vite que la croissance.

Selon le ministère des finances le PIB de la France devrait atteindre1783 milliards pour 2006.

Dans ces conditions la dette publique devrait s’établir à environ :

      1152 milliards en 2006, soit 64,6 % du PIB de la France.

Selon le ministère des finances le PIB de la France devrait être de 1 856 milliards en 2007. Dans ces conditions la dette publique devrait s’établir à environ :

      1180 milliards en 2007 si on respecte le ratio de 63,6 % du PIB de la  France.

Si le ratio d’endettement était resté stable par rapport à 2006 nous aurions un endettement de 1198 en 2007 (soit 0,646 . 1856). La baisse de 1 % du ratio d’endettement nous permet d’éviter 18 milliards de dette supplémentaire.

Conclusion : La dette décélère mais reste plus importante qu’au début du quinquennat. Au total la hausse de la dette sur ces cinq ans aura était de 246 milliards d'euros ! Le taux de prélèvements obligatoires aura  augmenté passant de 43,1 % du PIB en 2002 à 43,7 % en 2007 (selon le PLF présenté par le gouvernement). Pour rappel : les prélèvements obligatoires concernent tous les impôts et les cotisations sociales versées. Les ponctions de l’Etat sur la richesse ont été de plus en plus importantes durant ces cinq dernières années.

Jacques Chirac soutenu par l'UMP nous avait annoncé la baisse des impôts sur le revenu de 30 %. Nous avions annoncé que cela obérerait notre croissance et que cela était intenable financièrement (voir ma note sur : La baisse des impôts était-elle souhaitable ? : archives sur ce blog).

Le gouvernement n’a pas pu mener la politique qu’il avait annoncée car la conjoncture n’était pas propice. Cette politique aura été très dommageable pendant ce quinquennat. Le chômage aura dépassé à certains moments plus de 10 %.

Ce gouvernement comme nous l’avions annoncé a fait croire aux français qu’il allait mener une politique de réduction fiscale volontariste, (politique inadaptée en période de ralentissement et de faible confiance des agents économiques).

C’était faire preuve d’une méconnaissance des fonctionnements réels de l’économie, 

 à moins qu’il ne s’agisse là que de manœuvres électoralistes. A vous de choisir !

23:03 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : Politique, économie, UDF, Buget |  Facebook | | |

L'Eldorado est en Chine...

Le calcul est simple: même si 10% des Chinois seulement rentrent de plein pied dans la société de consommation à l’occidentale, cela représente un marché de 150 000 000 de consommateurs. Et pour l’Inde, 10% c’est 100 000 000 ! A ce compte-là, on a tout intérêt à se soucier du combustible qui va être utilisé (épuisement des énergies fossiles, pollution !) mais également des produits que l’on peut leur vendre. Il faut se précipiter là-bas pour y prendre position. Et si on peut avoir des préventions vis-àvis de la Chine à cause de l’absence de démocratie qui y règne, l’Inde, en revanche, est la plus grande démocratie du monde...

De toutes façons, les échanges entre les nations et le commerce tendent à favoriser l’instauration de la démocratie, car l'échange, par sa nature requiert l'existence de règles, et pour l'instant, on n'a rien trouvé de mieux que la démocratie pour les garantir efficacement.

Le commerce ouvrira donc la Chine. 

 

C'est manifestement ce que pense Vincent Colignon sur Agora Vox qui analyse les perspectives de développement de l'industrie automobile en Chine.

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15424 

18:10 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Chine, Economie |  Facebook | | |

Entreprises publiques, Entreprises privées, Services publics, services privés ?


Peut-on ouvrir les services à la concurrence, et en particulier l'énergie , les transports et sous certaines conditions l'éducation ?

Le débat autour de Gaz de France est un bon exemple des controverses et différences d'approche qui pèsent actuellement sur les grandes entreprises publiques dispensatrices de biens communs.


Doit-on réellement admettre que l'on puisse demander à des entreprises d'entrer en concurrence sur le l'électricité d'origine nucléaire ? L'énergie implique des investissements massifs qui ne peuvent dépendre des fluctuations des matières premières uniquement. Juste après la première guerre du golfe, le baril de pétrole est descendu à 11 dollars,  ; à l'époque, les services du Ministre de l'économie et des finances, Pierre Bérégovoy avaient calculé qu'il fallait que le baril descende à 7 dollars pour que le nucléaire ne soit plus rentable (en réalité, ils n'avait pas vraiment pris en compte le coût des investissements à venir). Toutefois si l'on avait fonctionné dans un système concurrentiel, à l'époque, qui aurait préconisé de continuer à développer le nucléaire, d'autant que le pétrole est demeuré longtemps bon marché... A l'heure où les énergies renouvelables offrent des débouchés moins gourmands à nos appétits de croissance et de consommation, est-il raisonnable de mettre le sort de l'énergie entre les mains de la seule concurrence ? Il n'est pas choquant, finalement qu'EDF récupère de magnifiques rentes de sa production, c'est même très bien. Tant mieux. C'est une affaire qui tourne. On cite souvent Tchenrobyl que l'on agite comme un épouvantail comme modèle de la faillite d'une production d'énergie d'état : mais sur ce point,  le problème n'est pas que la centrale fût publique, mais plutôt que l'Etat fût déliquescent et irresponsable.

En ce qui concerne les transports, considérons l'Angleterre : il y existe de profondes disparités de développement économique entre les régions, parce que les transports ne sont plus assurés sur les lignes jugés "non-rentables", et il y en a un grand nombre. Il faut maîtriser un minimum la politique des trtansports pour envisager un développement harmonieux du territoire. A la limite, on peut envisager que l'Etat délègue certaines responsabilités par un cahier des charges, mais pas toutes.

Est-il juste de se plaindre de la SNCF ? les TER sont une véritable réussite. Rapides, à l'heure, modernes, confortables et efficaces. Quand, effectivement, la ligne ferrée n'est vraiment pas rentable, il y a des lignes de bus qui désservent les petites communautés rurales à proximité d'une plus grande communauté. Par ailleurs, la ponctualité des trains est la plupart du temps impressionnante, ces derniers arrivant à la minute près à l'horaire prévu. Il faut avoir voyagé dans de nombreux pays pour réaliser que cette performance est tout à fait exceptionnelle. Confier des lignes non-rentables à des entreprises privées pourraient coûter très cher , et peut-être bien au minimum aussi cher que d'utiliser une entreprise qui a déjà un savoir-faire reconnu et ancien en la matière. Objectivement, qui serait capable de rivaliser avec la SNCF à l'heure actuelle ?

Et comment comprendre la décision de privatiser un système autoroutier qui s'avérait perfomrant et rentable ? 

Quant à l'Education,  les écoles privées existent déjà. L'enseignement privé alternatif existe plus que largement :  les écoles de commerce, mais aussi  les CFA (très reconnus sur le marché du travail et dans plus d'un établissement public) les établissements scolaires sous contrat (pas une commune où il n'y en ait pas au moins un) ...

 En revanche, le monolithisme de l'Education Nationale, est certes patent. Mais, sur ce point, il faudrait regarder les choses de près : les reponsables presqu'exclusifs de ce monolithisme sont à trouver dans les administrations centrales : partout elles bloquent à peu près toutes les innovations, et, bien plus encore que les syndicats, promeuvent non les plus méritants, mais les plus courtisans. Toute la programmation de l'EN actuelle n'est pas le fait des enseignants, qui, pour une large majorité, et contrairement à une idée fort répandue, d'ailleurs, se contentent d'appliquer ce qu'on leur dit de faire. En ce qui concerne la Cartes Scolaire, en l'état, il vaut mieux en effet la supprimer : l'hypocrisie de ceux qui la défendent est tout simplement insupportable. Toutefois à l'instar de François Bayrou on pourrait aussi proposer que tous les établissements scolaires doivent pouvoir offrir un parcours d'excellence. Cela suppose de revenir sur un dogme, lui, hélas, ancré chez les professeurs, les associations de parents d'élève (PEEP comprise), les professeurs, beaucoup de parents d'élève et plus encore l'administration centrale : le dogme de l'hétérogénéïté. Pour qu'un établissement offre un parcours d'excellence, il faut admettre qu'il y ait au moins une classe d'élite. Beaucoup confondent également (souvent volontairement) hétérogénéïté sociale et hétérogénéïté scolaire (des résultats et du niveau scolaire) même s'il faut reconnaître qu'elles tendent à se superposer. Cette hétérogénéïté sociale, ce n'est pas la peine de confier à l'école la mission de la réaliser. Ce n'est pas un problème scolaire comme on essaie de le faire croire, mais avant tout d'urbanisme.

On pouvait lire  tout récemment un échange sans fard rapporté par l'hebdomadaire Marianne entre Gaston Deferre et George Marchais. Aucun des deux n'y allaient par 4 chemins pour expliquer que les concentrations d'immigrés dans une commune grevaient les budgets sociaux et posaient de graves problèmes pour l'ordre public. Moyennant quoi, et cela se passe en 1977 ou 1978,  ils concluaient qu'il faudrait disperser les immigrés sur toutes les communes de France à raison de 10% maximum par commune. On connaît la suite...le problème est là. Et l'école n'y peut absolument rien. A cela s'ajoute une démagogie sans précédent depuis trente ans à propos de l'école pour camoufler l'échec des méthodes et la dispersion des moyens sur des enseignements non-disciplinaires (heures de vie de classe, EJCS et TPE au lycée, brevet de sécurité routière, info ceci, info cela, pseudo activités d'éveil" au primaire et cetera...). Le pompon, c'est ce que l'on demande au baccalauréat et au brevet des collèges aujourd'hui. Mais là encore, ce n'est pas la faute des professeurs : qui conçoit ces épreuves ? inspecteurs, recteurs, formateurs et tutti quanti, assistés de leurs créatures , quelques professeurs contraints ou rénégats, prêts à avaler toutes les couleuvres possibles et imaginables par servilité ou pour un avantage misérable (au moins s'il s'agissait de détourner quelques millions, on pourrait se dire qu'il y a un intérêt pécunier objectif, mais même pas en plus...).

 

L'appropriation publique d'entreprises marchandes est-elle nécessairement néfaste ? L'Etat doit-il  se nourrir exclusivement de recettes fiscales, et non d'activités marchandes qui reposeraient sur une prise de risque qui n'est pas de son ressort.

Soyons  très pragmatiques. Concernant le capitalisme monopolistique d'état, il est tout de même intéressant d'en observer les effets dans un pays comme la Chine, dont la croissance frise les 10% chaque année. Evidemment, la Chine n'est pas non plus partie du niveau de la France, mais tout de même. Plus près de nous, la gestion socialiste des années 80  mérite d'être examinée à la loupe. La nationalisation des banques a été un fiasco complet du début jusqu'à la fin, en revanche, pour l'industrie, le verdict est plus contrasté. Si l'on considère l'industrie automobile (mais pas seulement, la sidérurgie, la construction navale, l'aéronautique), sous l'effet des fonds publics injectés, on peut constater qu'elle s'est considérabement rénovée. Les renault 25 et 21 sont  symptômatiques de cette modernisation. Il y a quelques années, on pouvait lire dans un magazine automobile l'exemple d'une renault 21 turbo diesel qui avait passé son existence a parcourir l'Europe et la Sibérie de long en large, accomplissant ainsi un périble de 1 200 000 kilomètres, et ce, en changeant deux moteurs seulement. Renseignements pris sur ce modèle, on s'appercevait que  grand nombre d'entre eux dépassaient allègrement les 500 000 kilomètres... L'Etat français, en nationalisant a aussi modernisé considérablement une bonne partie de l'appareil productif français, celui-là même qui s'est avéré en partie responsable de l'échec patent de la relance par la demande de 81.

Il est vrai que  l'appropriation publique  a un relent de dékoulakisation peu séduisant. Mais, à l'heure actuelle, ce serait plutôt les bijoux de famille que les trois derniers gouvernements ont tendu à vendre (les Socialistes ont été d'autant plus silencieux sur nombre de privatisations que ce ce sont eux qui les ont entamées, et notamment celles des autoroutes...). Il ne s'agit nullement de s'opposer par principe aux privatisations mais elles doivent être  censées. 

Il est vrai qu'un état marchand pourrait déroger à la règle  de la concurrence libre et non-faussée,

Fondamentalement, quels sont les deux reproches que l'on peut adresser à une entreprise d'état ? 1. De ne pas respecter les règles de concurrence 2. De ne pas être perfomante. Si l'entreprise d'état  répond à ces deux critères, pourquoi faudrait-il la privatiser ? En outre, en ce qui concerne la concurrence, le véritable problème pour un pays comme la France, ce sera les réactions de ses partenaires européens. Pour les cas que nous citons, transports et énergies, c'est surtout de concurrents européens que la France a à craindre l'ire. Toutefois, dès lors qu'un accord serait trouvé et conclu avec nos partenaires pour que l'Etat français conserve sous la marque déposée et estampillée "état français" certaines entreprises, où serait le mal ? Au final, dès lors que nos entreprises publiques ne participent pas à notre asphyxie (mais il faut tenir compte de leur valeur ajoutée, pour cela, et pas seulement de leur coût) pourquoi devrait-on inciter l'état à s'en désengager ? Le reste est une affaire de gestion. 

Toutefois, on peut envisager de déléguer certains services de proximités à des partenaires privés dans les communes rurales éloignées des grands centres urbains : .  On assisterait alors au retour de l'épicerie d'antan, c'est à dire un commerce généraliste, sauf que, cette fois, ce ne serait plus seulement des biens de consommation que l'épicerie vendrait, mais aussi des services que lui délèguerait  l'Etat : poste, caisse de sécurité sociale, impôts... Voilà un métier nouveau qui pourrait avoir de l'avenir : un épicier-buraliste qui suivrait une formation sommaire d'agent de l'état multi-fonction. Nombres de services administratifs ne requièrent pas de formation approfondie. Ces épiciers pourraient en assurer le fonctionnement moyennant une rétribution de l'état, et ce serait à l'avantage de tous, car cela permettrait de conserver une vie dans les petites communautés et coûterait à l'évidence moins cher à l'Etat, donc au contribuable.


Les monopoles (ou oligopoles !) ne sont pas le seul fait des entreprises publiques. La Lyonnaise des eaux, et la CGE se sont certainement longtemps accordées secrètement pour fixer sur une base non-concurentielle le prix de l'eau. Dans les premiers temps du câble, cette même Lyonnaise des eaux sous le doux nom de cybercable, numéricable et deux trois autres opérateurs passant par le câble (leurs noms m'échappent) se sont partagés longtemps le marché.
Pour la téléphonie, l'année passée l'on soupçonnait un accord secret entre les opérateurs de téléphonie. En remontant plus loin dans l'histoire, on trouve sept compagnies pétrolières qui se partagaient 90% des consessions de la planète dans les années 60-70 : les majors.

Les coûts de production d'une entreprise publique sont-ils nécessairement prohibitifs?  Il serait intéressant de comparer ceux de Renault et de PSA sur les trente dernières années. Evidemment, pour être juste, il faudrait prendre en compte les subventions mastodontesques que PSA a reçu aussi.

Enfin, à qui dénigrerait les résultats de la France, sous économie dirigée, par rapport à d'autres pays, il faut rappeler qu' elle a tout de même longtemps été classée au quatrième rang mondial pour la puissance économique, et surtout, qu'en la comparant  au Japon ou à l'Allemagne, il faudrait considérer le coût monstrueux pour son économie de sa sanctuarisation nucléaire,  de son  financement d'une armée pendant longtemps opérationnelle et autonome , de sa  politique de soutien et de développement dans ses ex-colonies (seuls l'URSS et les USA en ont fait autant pendant les années 60-70-80). Si le Japon et l'Allemagne avaient du payer leur défense nationale au prix fort  ainsi que leur décolonisation,  seraient-ils parvenus à un tel niveau de développement si vite ?...

 Sans être favorable à un tout public, il demeure souhaitable  que les états conservent, s'ils le peuvent, évidemment,  un pied dans les secteurs stratégiques (Education, Transports, Energies, Communications) , soit par la biais d'une entreprise d'état, soit par le biais de l'actionnariat ( c'est à dire en disposant d'une part de capital suffisante pour infléchir la politique de l'entreprise).

 

Pour conclure,il ne s'agit pas de promouvoir une économie planifiée ni même dirigée, mais de plaider pour une présence de l'Etat là où un opérateur privé n'a pas les reins assez solides pour se préoccuper de l'avenir à long terme, et finalement, de mettre en avant les solutions qui marchent publiques ou privées , sans dogmatisme, mais avec pragmatisme.

mercredi, 08 novembre 2006

La contrainte du budget et la démographie

Pour l'avenir, à considérer le montant astronomique de la dette de l'Etat, aucune politique ne devrait être présentée sans avoir comme préalable l'équilibre budgétaire.

Les gens sensés sont, je le crois, d'accord sur la nécessité d'une politque résorbant notre monstrueuse dette publique. Donc, la distinction, parmi les gens sensés va se faire sur leur manière de la réduire. Quels budgets faut-il alléger et en taillant dans quoi exactement ?
Car actuellement, si tout le monde en parle, personne ne propose de choses concrètes à quelques exceptions près. Par exemple François Bayrou et Christian Blanc parient beaucoup sur l'e-adminsitration pour réduire les effectifs des administrations centrales.

Cette question centrale devrait être traitée de manière trans-partisane.
Un budget en équilibre exclut-il radicalement par exemple une politique keynésienne ou néo-keynésienne ?


Une politique keynésienne  est envisageable uniquement dans des circonstances exceptionnelles (crise par exemple) et pour une durée limitée. De plus l'appareil productif de la zone géo-économique menacée par la crise doit être en mesure de répondre à une éventuelle relance par la demande.

La contrainte budgétaire implique aussi de faire face à de vrais dilemmes cornéliens. Par exemple, on parle actuellement de donner des annuités supplémentaires aux femmes qui ont élevé beaucoup d'enfants et ont du s'arrêter de travailler pour cela. 

 Nous sommes pris, je le crois, en tenailles entre deux barils de poudre : la dette et  la démographie, à mon avis tout aussi inquiétante, et encore, la France n'est pas la plus mal lotie. Augmenter les retraites des femmes qui s'arrêtent n'est peut-être pas une bonne idée, mais dans ce cas, il faut être prêt à participer au financement de crèches près des lieux de travail. Une dépense de plus  ? Certes, mais celle-là, elle me paraît prioritaire, car ce sera nos enfants qui nous prendront en charge à l'avenir. Par ailleurs, cette mesure est peut-être moins coûteuse que l'arrêt de travail et l'augmentation de la retraite.

 La question des retraites est une véritable bombe : un seul espoir, réussir à créer suffisamment de croissance pour combler notre déficit et financer plus tard nos programmes sociaux.

 Démographie, dette publique et contrainte budgétaire, voilà des choses dont on entend fort peu parler dans les programmes politiques actuellement. Seuls quelques parlementaires UDF (Jean Arthuis, Christian Blanc, François Bayrou) semblent s'en préoccuper franchement, et il n'y a eu que l'UDF pour proposer d'inscrire la contrainte budgétaire dans la loi...

16:15 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dette, démographie, UDF |  Facebook | | |