Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 20 février 2013

La CGT a-t-elle foutu en l'air l'usine d'Amiens-nord ?

Si le PDG de Titan est un abruti en refermant dans un même sac ouvriers, syndiqués et CGT, n'hésitant pas à énoncer des contre-vérités (les ouvriers ne travaillent que 3 heures parce qu'on leur a demandé de réduire leur activité) le rôle trouble de la CGT depuis cinq années dans l'usine goodyear a très clairement contribué à l'issue catastrophique que connaît finalement l'usine. Le Figaro le raconte  très bien.

Il suffit de comparer le sort de l'usine d'Amiens-sud à celui de celle d'Amiens-nord pour constater l'action néfaste de la CGT là-bas. En bloquant toute réorganisation, pourtant acceptée par tous les autres syndicats, la CGT a empêché la nécessaire reconfiguration du site industriel. Amiens-sud se porte bien, en dépit de la crise, alors qu'Amiens-nord va mettre la clef sous la porte.

Le fait que Taylor, le PDG de Titan, soit un crétin réactionnaire et grossier ne change rien à l'affaire.

Et il faut dire que la CGT multiplie les rigidités et les freinages de toute sorte, à témoin son tout récent raoût syndical après la proposition de la SNCF de mettre en service des lignes Paris-Marseille à 20 euros. Pensez-vous ma bonne dame, selon la CGT, la SNCF réinvente la troisième classe ! Cet égalitarisme forcené et imbécile émeut même le Chafouin qui, roupillant, laissait pourtant depuis un moment son blogue en déshérence...

16:04 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : titan, goodyear, cgt, sncf |  Facebook | | |

lundi, 27 décembre 2010

La SNCF peut-elle imploser ?

Tiens, les déplacements en train, parlons-en. Quand je m'entretiens avec des personnes qui traversent la France de part en part en utilisant le chemin de fer, je suis effaré d'en constater la dégradation continue. Jeune, j'ai beaucoup pris le train. Je ne crois pas avoir été spécialement chanceux quand j'affirme qu'il y a encore 20-25 ans, les retards étaient l'exception. Je me souviens très bien d'avoir été impressionné à de nombreuses reprises par l'exactitude parfaite des trains de la SNCF. Comme dans le même temps je voyageais de temps à autre à l'étranger, je ne pouvais que constater avec fierté à quel point la qualité de notre réseau national l'emportait sur ceux des autres pays.

Je me suis longtemps demandé comment on en était arrivé au point où nous en sommes aujourd'hui, et, j'en ai pas mal discuté avec des usagers, notamment des usagers anciens.

Il y a, semble-t-il, une cause première fort simple : l'explosion du trafic. Toujours plus de trains, avec des cadences toujours plus soutenues. La circulation ferrée est tellement intense, avec l'accroissement des échanges, sur le territoire français, qu'elle devient très difficile à gérer.

A cela s'ajoute un sous-entretien des voies ; les sommes investies pour les maintenir sont très inférieures à ce que consentent les autres pays européens, alors même que la France est une plaque tournante de l'Europe.

En cinquante ans, les effectifs de la SNCF ont été divisés par deux, c'est à dire qu'ils sont passés de 350 000 individus à environ 175 000. Je veux bien concevoir que le progrès technique explique une partie de ces diminutions, mais j'ai aussi cru comprendre que les progrès en termes de rendement et de rentabilité de l'entreprise étaient en grande partie liés à une politique de contraction de l'emploi.

Toute la difficulté, désormais, c'est qu'il va bien falloir régler la dette de l'entretien des voies. Ce dernier n'incombe plus à la SNCF, désormais, mais à l'État. Or, la facture se chiffre en milliards d'euros (15 milliards). La SNCF risque de toutes façons d'avoir d'autres chats à fouetter : elle va devoir renouveler son matériel roulant, ce qui suppose des investissements très lourds.

La solution, pour l'État, qui ne peut se permettre de creuser davantage son déficit, est d'instaurer un droit de péage que la SNCF devra lui régler ; la SNCF ou toute autre compagnie ferroviaire. Mais il deviendra alors difficile de demander à la SNCF de pratiquer des tarifs sociaux. 

Il va bien falloir se résoudre, in fine, à devoir trancher entre un réseau en mauvais état mais peu coûteux pour l'usager à utiliser, ou au contraire des voies flambantes neuves, mais avec des prix en croissance exponentielle ou presque.

Dans le même temps, la SNCF doit subir la concurrence des compagnies aériennes low-cost. Peut-être pas indéfiniment, toutefois : le ciel français devient petit à petit aussi encombré que les voies ferrées ou les routes automobiles. 

J'observe que la problématique du transport touche tous ses modes. Bertrand Delanoë décidant de fermer Paris aux automobiles sur le seul critère de leurs émissions de CO2, c'est ridicule, et cela montre combien l'homme ne réfléchit guère au-delà de son périphérique. Bertrand Delanoë ne se demande ce qu'il peut faire pour fluidifier le transport ; il se demande ce qu'il peut faire pour gentrifier sa ville et, au passage, empoisonner l'existence des automobilistes qui la traversent. Et le plus grave, c'est que les mairies de la petite couronne parisienne commencent à l'imiter...

Sébastien Musset fait bien de constater l'entassement des transports à Paris. Il n'est d'ailleurs pas le seul. Il voit également juste en visant une décentralisation incomplète. Mais ces deux sympathiques blogueurs de gauche se fourrent le doigt dans l'oeil s'ils espèrent sincèrement que le transport collectif puisse être la solution à leurs maux.

Peut-être faut-il se demander si nous n'en sommes pas arrivés à saturation quant aux transports sur notre territoire national. Les transports en commun dont nombre de forces politiques se sont faits les apôtres en lieu et place de l'automobile sont-ils seulement en mesure d'absorber un surcroît de voyageurs ? J'ai quelques doutes sur la question.

Dès lors, si les utilisateurs principaux sont des utilisateurs professionnels, il est à envisager, avec le développement des diverses formes de la communication à distance, de repenser le rapport entre le travail et les déplacements. Leur limitation suppose une autonomisation accrue des taches, et donc, une organisation différente des entreprises en premier lieu, de la société à terme.

 

mercredi, 08 décembre 2010

Neige, Verglas, le bazar en IDF et à Paris

Tiens, y'a l'Nicolas qu'a fait le même constat que moi : c'est le bordell en île de France et à Paris. Perso, j'ai vu patiner pendant trois minutes une voiture qui tentait de se garer. Bref, 3 minutes pour trente centimètres, ça fait beaucoup. Pendant ce temps, deux autres se sont percutées. Comme d'hab, le site de la RATP est en rade, même s'ils ont réussi à afficher un bulletin d'information. 

Bon, 250 lignes sur 350 ne fonctionnaient plus à 13h30. Si vous habitez en haut d'une côte, je vous conseille de rentrer avant que ça verglace, parce que de toutes façons, vous vous la farcirez à pied.

A 13h30, les lignes suivantes étaient interrompues : 79, 189, 190, 194, 195, 206, 207, 211, 212, 213, 220, 279, 289, 290, 291, 294, 295, 303, 312, 379, 389, 390, 394, 595, Clamibus, Le Petit Fonrenaisien et MONTMARTROBUS. 

Actuellement, les lignes 5,6 et 13 fonctionnent mal pour le métro, enfin, disons, connaissent comme qui dirait une "légère surcharge". 

La RATP laisse entendre sur son bulletin que TOUTES les lignes de bus seraient à l'arrêt. La Parisien tient une chronique pour les voies de circulation avec mises à jour régulières.

Axes fermés : A86-N12 de Vélizy à Versailles vers la province; l'accès à la N104 et à l'A104 depuis l'A4; A104 Extérieur de Lagny à Villepinte; A6b vers Paris de Chevilly à Fresnes; N118 vers la province au niveau du sèvres; N118 de Vélizy au Ulis dans les deux sens. Bretelle d'A1 vers BP-Ouest; Sortie A4-Joinville. Sortie Sannois sur A15; d'A1 province vers A3 Paris;

De plus les axes suivants sont saturés : l'A104 dans les deux sens; la N118 dans les deux sens; l'A10 vers Paris; l'A6a et l'A6 vers la province; la N104 dans les deux sens; l'A86 extérieure entre Fresnes et Saint-Maurice; l'A86 Intérieur entre Gennevilliers vers Rosny; l'A3 vers Paris; A86 intérieur de St Maurice à Choisy; A4 de Charenton à Joinville; A6a vers Paris de Wissous à Arcueil; A1 de Roissy à Paris; A3 de Roissy à Rosny;

Les réseaux de bus STIVO et CIF sont totalement arrêtés. Ils desservent le Val d'Oise, la Seine-Saint-Denis et la Seine et Marne.

Dans l'Essonne : d'Evry à Grigny, en passant par Corbeil, le service des bus Tice est interrompu sur tout le réseau. Renseignements par téléphone au 0 810 401 402 (N°azur prix appel local) et sur www.bus-tice.com.

Il y avait un camion qui bloquait vers le province à hauteur de Bièvres sur la N118. Je ne sais pas ce qu'il en est.

Et l'Nicolas qui va devoir renoncer à son week-end en Bretagne, si ça se trouve. Tiens, le trafic est bloqué aussi à Roissy. D'ici là que la SNCF fasse défaut, y'aura plus que les skis à condition de savoir remonter une pente en canard. Ou les raquettes. Les chutes de neige devraient se poursuivre jusqu'à 21h00...

17:10 Publié dans Paris | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : circulation, neige, ratp, sncf |  Facebook | | |

vendredi, 22 octobre 2010

Tranche de vie d'une précaire sur la ligne Paris-Nevers

Ah, Paris-Nevers, tout un poème : comme j'ai eu l'occasion de l'évoquer cette ligne-là. On s'amuse bien sur la ligne Paris-Nevers. Comme on a pu l'observer par le passé, on a l'étrange sentiment que la grève y est perpétuelle, les retards successifs venant suppléer aux humeurs revanchardes des agents locaux.

C. travaille dans une société de services : ceci signifie que son salaire n'est pas fixe mais dépend du nombre d'heures qu'elle effectue. Elle n'est pas fonctionnaire : une heure de retard ne lui est pas payée quand il y a une grève. 

Sur la ligne Paris-Nevers, il y a une joyeuse baston : il y a des gars qui se disent que cette grève ne rime à rien, et d'autres qui jugent au contraire qu'il faut aller jusqu'au bout. Sauf que voilà, les jusqu'auboutistes imposent leurs vues aux autres en bloquant la circulation des trains conduits par ceux qui veulent bosser.

Résultats, C. a perdu 20 heures de revenus pour la seule semaine qui vient de s'écouler. C. se lève à 4 heures du matin afin d'être à Paris à 8h00 pour ses premières heures de la journée. Le Service Minimum, dans la Nièvre, ce n'est pas seulement une réduction du nombre de trains, ce sont des retards aléatoires, variant de 1h30 à 3h00 selon l'humeur des feignants locaux. 

C. travaille entre 34 et 35 heures par semaine. Quand les trains arrivent à midi à Paris et repartent 1 à 2 heures plus tôt, elle perd donc les deux tiers de son revenu.

C. n'est pas seule : elle discute avec d'autres voyageurs. Certains commencent à avoir de sérieux problèmes avec leurs employeurs pour des retards dont ils ne sont pas comptables.

Comme on a le sens de la fête à la SNCF sur la ligne Paris-Nevers, les grévistes posent des pétards sur les rails quand les non-grévistes passent avec leurs trains. Du coup, comme ces derniers craignent un éventuel incident technique, au son de l'explosion, ils arrêtent leur train. Astucieux non ? Qu'est-ce qu'on rigole à la SNCF !

Est-ce qu'il y a un jour quelqu'un qui va se soucier des précaires, en France ? Et quand je dis s'en soucier, je ne parle pas de manifester en les empêchant de bosser avec des régimes spéciaux et la sécurité de l'emploi, mais de vraiment trouver les moyens de leur faciliter leurs conditions de travail !

En tout cas, côté blogues nivernais, on parle de tout sauf d'eux ! Eh, oh, le MoDem du 58 qui veut préparer les cantonales : vous auriez intérêt à sérieusement vous pencher sur la question, parce que cela concerne bien plus de nivernais que vous ne pouvez l'imaginer.

vendredi, 16 juillet 2010

Que valent les réservations à la SNCF ?

Qu'est-ce qu'on rigole, décidément, sur la ligne Paris-Nevers de la SNCF. J'avais déjà observé il y a un an et demi la révalence  des retards sur cette ligne, mais il semble bien que le principe de Peter (seuil d'incompétence) s'applique à plein pour tous ceux qui s'occupent de cette ligne.

La dernière trouvaille, ce sont les réservations à blanc : tiens, vendredi dernier, par exemple, les travailleurs qui se coltinent entrer quatre et six heures de trajet par jour pour bosser à Paris, comme je l'avais déjà établi, ont eu l'heureuse surprise d'endosser le rôle de guichets des réclamations. En effet, la SNCF avait simplement "oublié" de signaler, sur le train de 17h59 en partance de Bercy, les places réservées ou non. Fureur, évidemment, de ceux qui avaient réalisé leur réservation,  et fureur non moins grande de ceux qui étaient assis.

Mais à la SNCF, on aime bien le dialogue social et on assume ses erreurs : de plus en plus souvent, la SNCF fait entrer la police ferroviaire dans le train, parfois dès le départ de Bercy. Ça contribue à l'harmonisation des conflits socio-cognitifs, comme dirait l'autre.

Que croyez-vous qu'il arriva ce jour-là ? La police en question fit dégager les paisibles péquins qui rentraient d'une dure journée de labeur au profit des usagers disposant de places réservées. Places réservées qui n'étaient nullement signalées !!!

Dans une circonstance de cette sorte, bien que je ne sois pas juriste, il me semble que le droit eût été de reloger, le cas échéant en 1ère classe, les usagers lésés.

Le MoDem a je crois un réseau plutôt actif dans la Nièvre, je m'en vais leur signaler l'histoire. Je me suis laissé dire que le député local Gaëtan Gorce se penchait de temps à autre sur les problèmes générés par cette ligne : il va finir avec un lumbago à ce train-là (presque dans jeu de mots...).

Et dernière trouvaille : il serait question de faire partir le soir le train de Bercy, mais de le faire arriver le matin à Austerlitz. C'est une rumeur ? Une bonne blague ? Ou la SNCF teste sa brillantissime nouvelle idée ? Les usagers vont finir par prendre le maquis, eux, aussi, histoire que cela ne soit plus le privilège de leurs tarifs...

09:58 Publié dans Insolite, Société | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : paris, nevers, train, sncf |  Facebook | | |

jeudi, 24 décembre 2009

Conducteur de RER C et héros...

Une toute petite note pour rendre hommage moi aussi aux conducteurs du RER du 20 décembre. On ne l'a pas assez dit, et Sarkozy a raison de l'avoir noté, lui, c'est leur courage et leur réactivité exceptionnelle qui ont empêché l'accident de dégénérer en drame.

Il vient de les décorer de la médaille d'honneur aujourd'hui. Tant mieux : cela nous change des people qui en héritent pour un oui ou pour un non, et dont le principal fait de gloire est généralement de s'en être mis plein les poches.

17:06 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : rer c, sncf |  Facebook | | |

mercredi, 16 septembre 2009

SNCF, cas d'école.

Je fais partie des libéraux assez pragmatiques, à propos des entreprises publiques. Sur le fond, je m'en fous assez qu'une entreprise soit publique ou privée dès lors qu'elle rend un bon service. Par ailleurs, dès lors qu'on touche un secteur éminemment stratégique (transports, du moins certains, énergies) je ne suis pas davantage un hystérique de la concurrence libre et non faussée.

Pour les transports, je pense surtout au chemin de fer. La valeur ajoutée du chemin de fer dépasse largement ce qu'il dégage pour  une entreprise de transports. Une ligne peut ne pas être rentable mais générer de la richesse pour une localité voire un département.

Par ailleurs, que l'entreprise devienne privée n'est nullement une garantie de qualité et de savoir-faire. Objectivement, plus la SNCF se privatise, plus elle merdoie. J'ai connu le temps des trains à l'heure à la minute près, des communications téléphoniques à un coût local où l'opérateur, en face, au lieu de vous raconter des conneries et de vous mentir sur les prix vous informait vraiment.

J'ai connu le temps aussi où quand je regardais les horaires sur les dépliants, ils étaient fiables. On entend beaucoup parler de rentabilité à la SNCF depuis quelques temps. Le problème, c'est que plus la SNCF devient rentable, plus son matériel se dégrade, les lignes ferment, les prix augmentent (et la grille tarifaire devient illisible) et les trains arrivent en retard.

Que les prix augmentent, cela peut être une nécessité économique, mais on attend de la qualité avec. On est loin du compte. Il y a eu des privatisations réussies. Il y a eu aussi des nationalisations réussies. La SNCF en était un exemple. Je préférerais qu'elle le reste.

vendredi, 27 février 2009

Les trains circulent dans la Nièvre

Tiens, c'est très marrant : à la suite de mes deux billets sur la France d'en bas, ceux qui se lèvent tôt, la sncf, les élus de la Nièvre et la ligne Paris-Nevers, figurez-vous qu'elle s'est remise à fonctionner !

J'avais écrit deux billets, les 14 et 27 janvier dernier, celui du 27 établissant le compte des heures perdues par les usagers. Eh bien comme par hasard, depuis ttrès exactement début février, quasiment plus de retards, à l'exception de 5 à 10 minutes de temps en temps...

Il faut dire que les usagers avaient eu un RDV avec le député Gaëtan Gorce et le maire de Cosne sur Loire le samedi 31 janvier. Rendez-vous qu'ils demandaient depuis longtemps.

Une réunion avait eu aussi lieu avec le directeur SNCF de Corail Inter-cités début février : la semaine précédente, des agents avaient vérifié les heures d'arrivée à Paris-Bercy pendant toute la semaine. Toujours cette même semaine, un tract des syndicats de cheminots avait été distribué pour dénoncer le vieillissement du matériel et la mauvaise gestion des rotations.

Dans ce genre de mobilisation, la réussite n'est pas à attribuer à un seul mais à une mobilisation générale. Je n'en suis pas moins satisfait d'avoir contribué au rétablissement d'un service à peu près correct, et note avec non moins de satsifaction la concomittance avec la publication de lmes deux billets. Plus de problèmes, depuis : étonnant, non ?

 

09:44 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : nevers, nièvre, sncf, gorce, cosne |  Facebook | | |

mardi, 27 janvier 2009

SNCF : la France d'en bas et la botte de Nevers...

Je me sens une humeur de chroniqueur ce matin. Souvenez-vous, il y a15 jours j'écrivais un billet à propos non pas de la France qui se lève tôt, mais de la France qui se lève TRÈS tôt.  Précisément celle qui se lève aux alentours de 4 à 5 heures du matin, dans les environs de Nevers, pour espérer gagner la capitale par le supposé train de 7h33 (attention heure d'arrivée à Paris ; le départ de la petite ville de Cosme, sur le trajet, se faisant à 05h39). Il faut dire que sur ce tronçon, la SNCF est en forme : j'ai pu me procurer la liste des retards depuis le 04 novembre dernier. Mais dans un fort souci d'équité, la SNCF a bien sûr veillé à ce que le train de retour qui part de Paris à 17h59 connaisse des retards similaires au train de départ. Côté élus, c'est le silence radio. Gaëtan Gorce, le député local, au lieu de se demander si Obama va sauver l'Amérique, ferait bien de se demander quand les trains de la SNCF vont enfin passer à l'heure dans la région. Il aurait déclaré, samedi dernier, ne pas être au courant des retards. En voilà un qui ne prend pas le train et ne se lève pas tôt...

A ces élus locaux, qui se targuent de l'effort accompli, Jean-Pierre Door, député du Loiret, Gaëtan Gorce, député de la Nièvre, Yves Fromion, député du Cher et Jean-Pierre Sueur, Sénateur du Loiret, je leur suggère une nouvelle action positive...

Ceux qui lisent ont intérêt à être fort en algèbre, et particulièrement savoir faire des additions...

Retards

train de 05h39 à Nevers

04 novembre : 30 mns - 7 novembre : 50 mns - 13 novembre : 1h10 - 14 novembre :  40 mns - 17 novembre : 10 mns - 18 novembre : 10 mns - 19 novembre : 12 mns - 20 novembre : 30 mns - 24 novembre : 45 mns - 25 novembre : 15 mns - 26 novembre : 42 mns - 27 novembre : 10 mns - 9 décembre : 70 mns - 15 décembre : 25 mns - 30 décembre : 10 mns (wouah ! seulement ?) - 29 décembre : 40 mns - 30 décembre : 10 mns (ça, c'est pour la nouvelle année) - 31 décembre : 35 mns (et on vous la souhaite heureuse et prospère à la SNCF) - 07 janvier : 50 mns - 9 janvier : 25 mns - 12 janvier : 35 mns - 21 janvier : 15 mns - 26 janvier : 40 mns - 27 janvier : 40 mns -

Train de 17h59 à Paris-Bercy

15 décembre : 30 mns - 19 décembre : 30 mns - 23 décembre : 50 mns - 29 décembre : 15 mns (seulement ? le cadeau du Père Noël, sans doute) - 31 décembre il partait à 16h35 ce jour-là) : 25 mns - 6 janvier : 2h00 - 7 janvier : 45 mns - 12 janvier : 2h10 (chapeau bas : record battu !) - 19 janvier : 40 mns( en comptant la file au guichet pour obtenir un certificat de retard) -

Pas mal, hein ? Total d'heures perdues, tenez-vous bien les amis : 1245 minutes soit un peu plus de 20 heures, soit l'équivalent de deux   journées et demie ouvrées de travail...Tenez, un petit calcul au SMIG horaire : un petit peu plus de 174 euros de perdus, mais, attention, pour les smicards, seulement...

C'est la version chemin de fer de la Botte de Nevers...Prends tes bottes et marche parce que le train n'est pas là. Ah, je suis sympa : je ne parle pas des autres trains, par exemple, du 16h35...

20h00 et 180 euros minimum : tiens, la SNCF pourrait leur offire un Paris-Venise, à ce tarif-là, à la France d'en bas...

 

09:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sncf, nevers, gorce, retard |  Facebook | | |

mercredi, 14 janvier 2009

La SNCF, la Nièvre, la France d'en haut et la France d'en bas...

Je jetais récemment un oeil sur le blog Paris-Clermont dont l'objet est de promouvoir une liaison rapide (2 heures par TGV) entre Clermont et Paris. Seulement voilà, il existe une ligne de train Paris-Nevers qui elle dessert actuellement toutes les petites gares de la Nièvre et du Loiret qui sont sur la route de Nevers à Paris. Nos chers députés locaux sont bien gentils : ils se sont assurés qu'un train arrive à 8h33. Je vais faire mon Raffarin, mais le problème avec la France d'en-haut, c'est qu'elle n'est pas habituée aux moeurs et coutumes de la France d'En bas. Or, il se trouve que la France d'en bas se lève non pas vers 6h00 à Nevers et sur les villes qui suivent, mais plutôt vers 4h00 à 5h00 du matin pour espérer arriver à 7h33. Ceux-là, apparemment, rien à foutre, côté élus locaux.

C'est assez comique de voir Gaëtan Gorce (député de la Nièvre), Jean-Pierre SUEUR et Jean-Pierre Door (député et sénateur du Loiret) ainsi qu'Yves Fromion, député du Cher, s'auto-congratuler. J'ai regardé sur les blogs de Jean-Pierre Sueur et Gaëtan Gorce, pas un mot pour les usagers du petit matin.

Or, il se trouve que ces usagers-là sont très en colère. Exemple, la semaine dernière, sur cinq jours de service, quatre retards variant de 25 à 45 minutes, et, petit détail qui fâche, il y a un train de retour qui part vers 17h59 et est censé arriver à 19h45. L'inconvénient, c'est qu'il fait en moyenne 50 minutes de retard.

Le Pompon pour la journée du lundi 12 janvier : 35 minutes de retard le matin, deux heures le soir. Pour ceux qui travaillent à Paris, on arrive jusqu'à un total de 8 heures passés dans les transports dont 6h30 pour la seule SNCF.Trop fort : il n'y avait pas de locomotive. Et quand la locomotive est arrivée, devinez quoi ? Il n'y avait plus de chauffeur !

Je me suis laissé entendre dire qu'un coup semblable s'était produit la veille du Réveillon ; semblable, que dis-je : encore plus fort ! Le chauffeur avait emmené la locomotive à Paris Gare de Lyon au lieu de Paris-Bercy...Bilan 50 minutes de retard supplémentaires...

J'ai une riche idée : à ce tarif-là, ça vaut le coup de faire des allers-retours Paris-New York, ça prend moins de temps...

Sérieusement, ils foutent quoi les élus locaux ? et la SNCF, elle se fout de la g... de qui ? J'ai entendu quelques usagers qui avaient encore le sens de l'humour, mais la semaine dernière, certains d'entre eux, furieux de ce petit jeu qui dure depuis le 14 décembre (en fait le changement de terminal d'arrivée de Paris Gare de Lyon à Paris-Bercy)  ont bien failli lyncher les guichetiers locaux. Le train de 16h35 qui est censé partir avant celui de 17h59 a été affiché avec 50 minutes de retard puis 1h30 pour finir par être annulé et fondu avec le train de 17h59, lui-même parti avec 30 minutes de retard.

Trop fort non ? Ça me rappelle les problèmes de mathématiques de l'école élémentaire de mon enfance. Avec toutes ces données, calculez le nombre d' heures de travail perdues occasionnées par les retards de la SNCF en une année. Ils ont fait le calcul, au fait, les élus du coin ?