Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 avril 2009

Accueillis par des pierres, la police repart dans la sérénité

Et hop, je viens de lire l'information chez Alicia : des policiers reçus à coups de pierre dans une cité sont repartis applaudis. Ils étaient en fait venus pour sauver une adolescente qui voulait se suicider. Et ils y sont parvenus : alors qu'elle avait sauté du 4ème étage, ils l'ont rattrapé in extremis à bout de bras. Bravo, les policiers ! C'est le genre de nouvelle dont on a plaisir à prendre connaissance. Il faut dire que ça a été épique : c'est un voisin, dans la cité des Bosquets à Montfermeil, qui avait alerté la police parce qu'il avait vu la jeune fille. Les policiers se sont approchés alors que le voisin tentait d'agripper la jeune fille suspendue à sa balustrade ; celle-ci, paniquée, a lâché la balustrade, et ce sont les policiers qui se sont agrippés les uns aux autres en tenant le voisin afin de créer une chaîne humaine. Europe 1 et Alicia ont tout de même extrapolé. J'ai écouté le témoignage du commissaire Julien Riffard : il n'y a pas eu d'applaudissements à leur départ, mais, pas de jets de cailloux non plus. On en est là dans les cités...

Cela dit, soyons positif : ce genre d'histoire contribue certainement à recréer du lien social entre la police et la population des cités. Faisons-la donc connaître...

mardi, 17 mars 2009

Des gendarmes enquêtent sur un enfant de maternelle

C'est tout de même bizarre : je sais que c'est à la mode de faire rentrer des gendarmes ou la police dans les écoles, mais bon, un petit enfant de 3 ans, a priori, ce n'est tout de même pas un délinquant.

Je copie quelques extraits de la lettre que la directrice de l'école a adressé à son  inspecteur. On l'aurait fait à moins... Alors...quid ? J'espère avoir des explications assez rapidement...

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Vendredi 6 février 2009 à 11h00 les gendarmes sont entrés dans l’établissement dont j’assure la direction, ils ont traversé la cour au milieu des élèves et ont demandé à me parler au sujet d’un élève. Les gendarmes m’ont interrogée sur le comportement, l’assiduité et la tenue vestimentaire de cet élève.
[...]
Jamais les gendarmes n’ont fait allusion à une suspicion de mauvais traitement à l’encontre de cet élève, ils ne m’ont pas plus questionnée sur ses propres représentations de sa vie à la maison ou à l’école. Que voulaient-ils me faire dire en m’interrogeant sur son comportement, son absentéisme ou sa tenue vestimentaire ? Cet enfant ne pose aucun problème au sein de l’école.

En quoi la tenue vestimentaire d’un enfant de trois ans peut-elle poser un problème d’ordre public ? L’école n’étant obligatoire qu’à partir de six ans en quoi l’absentéisme de cet enfant plutôt que d’un autre qui a prolongé ses vacances, peut-il interroger ? Une enquête est-elle en cours ? Pour quelle raison n’y a-t-il pas eu enquête sociale ? Notre démarche relève du signalement au RASED (tant qu’il sera là), ou aux médecins et infirmières scolaires (ou PMI) . Cette intrusion signifie-t-elle que je n’ai pas assuré ma mission ? Qui est chargé de le vérifier ? Pour le moment, vous Monsieur l’Inspecteur d’Académie, par l’intermédiaire de votre représentante, l’Inspectrice de l’Education Nationale [...].

J'essaie généralement d'être prudent avec ce genre d'informations, et je les prends avec des pincettes, parce que les manipulations sont souvent très faciles, et la Toile est prompte à s'enflammer...mais, en admettant qu'il y ait eu de bonnes intentions (laissons le bénéfice du doute jusqu'à nouvel ordre) la méthode choisie est très malhabile. Maintenant, tout est possible : qui sait, cela peut être une enquête sur une secte, sur des suspicions de mauvais traitements, et cetera...Wait and see, j'escompte bien lire une réaction de la Défense (oui, puisque c'est la gendarmerie et non la police) sur le sujet d'ici peu...En tout cas, sur la marche à suivre et l'ordre des priorités en cas de maltraitance, j'avoue que j'ai les mêmes interrogations que cette enseignante...

En conclusion, prudence jusqu'à ce que l'affaire soit éclaircie. Je verrai alors s'il convient de s'indigner ou bien de s'inquiéter simplement du désordre des procédures.

lundi, 08 décembre 2008

Intervention dans le Gers, à quand la vérité ?

Je savais bien qu'il suffisait d'attendre que la baudruche médiatique se dégonfle un peu pour que l'on en sache plus...Via Secret défense, on sait enfin ce qu'il s'est produit dans cet établissement du Gers où l'interpellation de jeunes a fait sensation. Je cite le rapport du gendarme que voici :

« Lors de ce contrôle 6 étudiants ont été trouvés porteur de STUP dont un avec 34 grammes et une petite balance électronique sur lui pour la revente. (...)  1 mois 1/2 auparavant deux gendarmes(formateur relais anti drogue ) sont intervenus dans cet établissement pour faire de la prévention, c'est à dire informer du danger de la drogue sur la santé, sur les conséquences pénales, et ont averti les étudiants qu'il y aurait des contrôles »

Moi, je continue à attendre avant d'en savoir plus, mais je vois que j'ai bien fait de me méfier. J'ajoute que l'enseignant qui a essayé de jouer le "résistant" à peu de frais (je le sentais à lire son témoignage) s'est bien gardé de préciser toutes les circonstances et en a rajouté manifestement pour passer pour un héros. Le mec, il se la pète libertaire : alors il n'a jamais vu "ça", comme iol dit, en 50 ans de carrière, comme il n'a sans doute jamais vu non plus les traffics de shit dans l'établissement ?

Cela dit, il y a deux affaires : il y a celle d'un CFA d'un côté, et c'est celle-là dont je parle, et celle du collège de Marciac, où là, en revanche, je suis toujours en attente d'explications. Là-bas, je ne suis pas convaincu que la gendarmerie ait agi comme elle le devait, quelle que fût le motif de sa "visite".

Toutefois, je reproduis cette interrogation d'un commandant de gendarmerie sur le forum "Secret-Défense"...

« En tant que commandant d'une communauté de brigades de gendarmerie, je suis sollicité par des directeurs d'établissements pour effectuer un contrôle à titre "préventif", qui n'hésitent aucunement à demander de réprimer pour assainir leurs établissements.
Face à la conjoncture actuelle, j'estime devoir éviter ce type de contrôle pour le moment. Résultat, un proviseur adresse un courrier à Mr. le Procureur de la république pour s'en plaindre. Dois-je arrêter de travailler par crainte d'une mauvaise interprétation ou éxagération le la part de la presse ? ou me mettre à dos le Procureur de la république (qui est quand même le patron en matière judiciaire). Ce magistrat doit bien répondre à la lettre du plaignant, sinon c'est son supérieur à lui ,qui en sera informé. Il n'y a pas de juste milieu, il faut toujours savoir courber le dos. En attendant, les stupéfiants ont de bons jours devant eux au grand désepoir des parents, qui eux, ne réagiront que lorsque leur enfant sera impliqué, à leur très grande surprise...»

Personnellement, j'ai trouvé suspect le retrait si rapide de manifestation de la FSU et de la FCPE. Ce subit rétro-pédalage m'incite à penser que dans l'affaire du Collège de Marciac, il y a anguille sous roche et que des informations nous manquent. J'aimerais bien savoir lesquelles...

mardi, 13 mai 2008

Justice et sécurité, le programme des Lib-Dems

Tiens, on parle des beaux scores des Lib-Dems en Angleterre, mais pas assez de ce qu'ils proposent. Du coup, je suis allé explorer de plus près leur site, et ce que j'y ai vu m'a bien plu, tout du moins, pour la justice et les prisons (je n'ai pas encore exploré le reste).

Déjà, chez eux, pas de démagogie. Ils exposent leur ligne directrice dans un premier lien dont j''aime beaucoup l'url : we can cut crime

Ils dressent un bilan effarant de la politique de sécurité en Grande-Bretagne, relevant que les Travaillistes (Labour) dépensent de l'argent dans des proportions phénoménales pour un résultat nul, et que le dernier gouvernement conservateur (Tories) avait tout simplement réduit le nombre de policiers. Pour eux la sécurité, ce n'est pas du fantasme de petit blanc (analyse des socialistes français) et pas davantage de l'opération de com (pratique sarkozyste de la politique de sécurité).

Donc, en fait, pour eux, c'est simple :

1. Il faut plus de policiers.

2. Il faut des prisons qui sont efficaces. 

De là ils proposent un plan pour les prisons qui me plaît bien ! 

- plus de centres de traitement psychiatrique ; ils notent que le bon traitement psychiatrique contribue à mettre fin au crime.

- plus de traitements de désintoxication (drogues) dans les prisons

- Accroissement significatif de l'instruction et de la formation en prison : ils veulent notamment tripler le nombre de prisonniers qui travaillent. Ils proposent que l'argent gagné alimente un fond de compensation pour les victimes, mais aussi les économies de celui qui travaille.

- Pour les peines courtes, plutôt que de faire de la prison, des travaux d'intérêt général. Ils veulent que ces travaux soient visibles par tous, et qu'ils durent aussi longtemps que la peine de prison. Ce qui me semble de bon sens.

- pour les adolescents criminels, des alternatives à la prison, mais dans des centres de rééducation, en fait, tout de même des prisons, mais pour mineurs. 

En revanche, ils sont très fermement opposés aux cartes d'identité, ça, c'est clair... 

Tout au long de leur projet, ils insistent beaucoup sur l'idée de réparation, ce qui me semble tout à fait fondateur. Je pense d'ailleurs que la réparation, c'est la base de la réinsertion. Ce devrait être la priorité de toute démarche judiciaire. On ne trouve évidemment cela ni chez les Socialistes, qui ne pensent qu'aux programmes sociaux, ni à une bonne partie de la droite actuelle, dont la priorité est de punir. Je pense que nous pourrions adopter une démarche similaire au MoDem. 

 Malheureusement, je ne parle pas suffisamment de langues pour aller voir ce que font les autres partis de l'Alliance des Démocrates et Libéraux Européens, mais cela vaut le coup d'observer cela de près.

Je peux me débrouiller un peu en grec moderne, et je dois plus ou moins pouvoir lire l'italien en faisant des fautes de temps à autre. Il faudrait un germaniste pour le FDP... 

Au passage, j'ai plusieurs fois parlé de Shadow Cabinet, mais les Lib-Dems, ils le font eux : voilà leur Shadow Cabinet

C'est une chose que dit Christian Blanc dans son livre, la Croissance ou le Chaos : nous autres, Français, nous n'allons pas assez regarder ce que proposent les autres pays dans divers domaines. Nous gagnerions à nous informer.  En tout cas, chapeau, les Lib-Dems : remarquablement bien organisé leur site.

Je coninuerai à explorer leur site petit à petit, et ferai des synthèses de temps à autre. Je crois qu'il y a un parti centriste chypriote qui adhère à l'ADLE. Avec du temps, je peux essayer de consulter leur programme, c'est écrit en grec moderne. Je ne promets pas pour tout de suite, mais j'essaierai de m'y coller dès que possible. 

 

lundi, 18 février 2008

Quel cirque à Villiers-le-bel !

C'est tout de même incroyable : Nicolas Sarkozy ne peut pas s'empêcher de mettre en scène chaque décision de justice. Interpeler les voyous, d'accord, très bien, mais convier la presse pour se faire mousser, c'est plus fort que lui, il ne peut pas s'en empêcher.Lui ou sa ministre, peu importe. Donc, la policeopère une descente bien menée à Villiers-le-bel, et pour montrer qu'on est le garant de la sécurité, on fait venir la presse.

Je suis donc en plein accord avec la réaction de François Bayrou :

François Bayrou a pour sa part appelé à « ne pas mélanger la justice et la mise en scène », tout en soulignant que ces faits« doivent avoir des suites ». « Il est nécessaire de respecter le droit, la loi et la justice, et des incidents comme ceux qui ont eu lieu (en novembre 2007) doivent avoir des suites », a déclaré le président du MoDem sur Europe 1. « Il semble que la presse a été conviée, et là je suis nettement plus réservé. J’ai toujours considéré que la justice ne devait pas s’accompagner d'une mise en scène. La justice, c’est fait pour obtenir l’arrestation et moins pour faire de la communication », a-t-il poursuivi. 

Voilà...exactement. 

jeudi, 29 mars 2007

Incidents de la Gare du Nord : décryptages

Ce qu'aucun média ne dit, c'est qu'il y a eu deux émeutes différentes à la Gare du Nord.

Il n'y a que Le Monde, pour l'instant, qui va vu la nuance.

Dans un premier temps, qu'ont vu les citoyens lambda et jeunes ou moins jeunes qui débarquaient dans le coin : un groupe de policiers qui chopaient un type et lui balançaient des coups de matraque à coups redoublés.
Comment voulait-on alors  que ces gens sachent que le gars en question était un clandestin multi-récidiviste ?Il y a sous Sarkozy tant de bavures et de contrôles au faciès ou d'arrestations avec fouilles humiliantes qu'ils ont cru que c'en était une ! D'où leur réaction.Tout s'est embrasé, mais cet embrasement, il ne vient pas du hasard : il vient de la méfiance entre les forces de l'ordre et la population qu'a semée la politique de Nicolas Sarkozy.Le calme est ensuite revenu, et, plus tard dans la soirée, un autre groupe est arrivé, mais celui-là différent : parmi eux, beaucoup de casseurs et de la racaille, sans doute alertés par l'annonce d'incidents à Gare du Nord. Mais même là, tout n'est pas blanc et noir : il y avait certainement quelques éléments qui avaient été présents lors de l'arrestation du fraudeur.

Le problème global, c'est que maintenant, quand on voit une arrestation, on ne sait plus si elle est justifiée ou non. Et cela, c'est de la responsabilité de Nicolas Sarkozy.

C'est cela que dénoncé à juste titre François Bayrou : semer la confusion sur un sujet aussi grave que la sécurité et la justice finit tôt ou tard par générer un climat d'affrontement permanent.

jeudi, 25 janvier 2007

Nicolas Sarkozy propose-t-il à la France un état policier ?

« Jeudi, la direction centrale des Renseignements généraux (DCRG), qui n'avait pas souhaité s'exprimer la veille, a confirmé à l'AFP qu'une "notice comportant des éléments biographiques" avait bien été établie sur M. Rebelle, mise à jour en janvier 2007 et "actualisée automatiquement, et sans ordre", comme l'indique le Monde daté de vendredi. Le Canard enchaîné de mercredi avait révélé l'existence d'une telle fiche, ajoutant que les RG avaient mené des investigations concernant M. Rebelle, sur "ordre en provenance du cabinet" du ministre de l'Intérieur, également candidat UMP à la présidentielle. Le cabinet du ministre avait démenti "formellement", mercredi "toutes demandes d'investigations (aux RG) sur l'entourage politique de Mme Ségolène Royal

 Voilà qui commence à faire beaucoup.

Monsieur Sarkozy menace des journalistes (le fameux "on se reverra" à Moati), en fait éjecter d'autres de leur poste quand ils sont gênants via ses amitiés médiatiques et politiques, réalise des fiches sur ceux qui connaissent des coupeurs d'OGM ou prennent la défense de sans-papiers, utilise de manière systématique la force pour régler les conflits, fait réaliser des fiches sur ses opposants politiques, met au service de sa candidature le Ministère de l'Intérieur, et instrumentalise même la politique d'immigration de la France, tantôt en décrétant par avance le nombre de "clandestins" à expulser, tantôt, comme le rapportait le Canard Enchaîné au mois de décembre, en assouplissant les contrôles pour les visiteurs venus d'Algérie afin de "se mettre dans la poche" les jeunes des cités.

Pour moi, la coupe est pleine : cet homme-là n'est pas un libéral, bien loin de là, et adore vraiment trop la force et les opérations coup-de-poing.

Ce qu'il ose, jusqu'alors, seuls les mouvements totalitaires l'avaient osé, notamment avec la prise de contrôle du Ministère de l'Intérieur, manoeuvre dont les Communistes s'étaient fait une spécialité, au sortir de la 2nde guerre mondiale, pour abattre la démocratie.