Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Noël approche, je ne sais pas si j'achèterai des jouets chinois... | Page d'accueil | Réduction du CO2, une rêve d'Empédocle »

lundi, 08 décembre 2008

Intervention dans le Gers, à quand la vérité ?

Je savais bien qu'il suffisait d'attendre que la baudruche médiatique se dégonfle un peu pour que l'on en sache plus...Via Secret défense, on sait enfin ce qu'il s'est produit dans cet établissement du Gers où l'interpellation de jeunes a fait sensation. Je cite le rapport du gendarme que voici :

« Lors de ce contrôle 6 étudiants ont été trouvés porteur de STUP dont un avec 34 grammes et une petite balance électronique sur lui pour la revente. (...)  1 mois 1/2 auparavant deux gendarmes(formateur relais anti drogue ) sont intervenus dans cet établissement pour faire de la prévention, c'est à dire informer du danger de la drogue sur la santé, sur les conséquences pénales, et ont averti les étudiants qu'il y aurait des contrôles »

Moi, je continue à attendre avant d'en savoir plus, mais je vois que j'ai bien fait de me méfier. J'ajoute que l'enseignant qui a essayé de jouer le "résistant" à peu de frais (je le sentais à lire son témoignage) s'est bien gardé de préciser toutes les circonstances et en a rajouté manifestement pour passer pour un héros. Le mec, il se la pète libertaire : alors il n'a jamais vu "ça", comme iol dit, en 50 ans de carrière, comme il n'a sans doute jamais vu non plus les traffics de shit dans l'établissement ?

Cela dit, il y a deux affaires : il y a celle d'un CFA d'un côté, et c'est celle-là dont je parle, et celle du collège de Marciac, où là, en revanche, je suis toujours en attente d'explications. Là-bas, je ne suis pas convaincu que la gendarmerie ait agi comme elle le devait, quelle que fût le motif de sa "visite".

Toutefois, je reproduis cette interrogation d'un commandant de gendarmerie sur le forum "Secret-Défense"...

« En tant que commandant d'une communauté de brigades de gendarmerie, je suis sollicité par des directeurs d'établissements pour effectuer un contrôle à titre "préventif", qui n'hésitent aucunement à demander de réprimer pour assainir leurs établissements.
Face à la conjoncture actuelle, j'estime devoir éviter ce type de contrôle pour le moment. Résultat, un proviseur adresse un courrier à Mr. le Procureur de la république pour s'en plaindre. Dois-je arrêter de travailler par crainte d'une mauvaise interprétation ou éxagération le la part de la presse ? ou me mettre à dos le Procureur de la république (qui est quand même le patron en matière judiciaire). Ce magistrat doit bien répondre à la lettre du plaignant, sinon c'est son supérieur à lui ,qui en sera informé. Il n'y a pas de juste milieu, il faut toujours savoir courber le dos. En attendant, les stupéfiants ont de bons jours devant eux au grand désepoir des parents, qui eux, ne réagiront que lorsque leur enfant sera impliqué, à leur très grande surprise...»

Personnellement, j'ai trouvé suspect le retrait si rapide de manifestation de la FSU et de la FCPE. Ce subit rétro-pédalage m'incite à penser que dans l'affaire du Collège de Marciac, il y a anguille sous roche et que des informations nous manquent. J'aimerais bien savoir lesquelles...

Commentaires

Quoi que nous disent nos intuitions ou notre raison, j'aimerais que quelqu'un, quelque part dans le paysage politique rappelle que ce n'est pas normal qu'on en soit à se poser la question de la légitimité des interventions policières dans les écoles.

La police et la gendarmerie n'ont rien à faire dans les écoles. Je n'avance pas cela comme un principe "bobo", mais comme un objectif à viser et atteindre.

Il faut à tout prix protéger l'école des maux récurrents de notre société.

Qu'on intervienne donc en amont, encore une fois qu'on traite le mal plutôt que ses symptômes, qu'on se demande ce qui fait qu'aujourd'hui des mômes de 12/13 ans reviennent en cours de leur pose de midi défoncés.

De telles interventions, justifiées ou non, ne feront, au mieux, que déplacer le problème. Elles ne doivent pas être un écran de fumée de plus masquant la profondeur, ni la complexité, des maux de société.

Écrit par : Aurélien | lundi, 08 décembre 2008

Bonjour Aurélien,

Au-delà de la légitimité de l'intervention ou non, je m'interroge surtout sur le traitement de l'information.
En ce qui concerne les écoles, je ne suis pas tout à fait d'accord : quand il y a de la violence et de la drogue, j'estime que la force publique doit pouvoir intervenir, y compris dans les collèges, mais pas de cette manière, et pas sur la seule foi d'une présomption.

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 08 décembre 2008

C'est un sujet délicat. Il faut savoir que seul le directeur de l'établissement ou la justice peuvent demander l'intervention des forces de l'ordre dans un établissement scolaire. (Il y a aussi le cas du danger imminent pour protéger les usagers).

La plupart des parents qui réagissent mal imaginent sans doute que l'école est restée à l'époque bénie des boules puantes et des bagarres au poing en fond de cour... Il y a aussi ceux qui récupèrent la situation pour laisser s'exprimer leur jeunisme : "tu vois mon fils, moi aussi je sais résister à l'ordre établi !" (Ils ont souvent une petite barbiche sous le menton, un air auto-suffisant et une forte habileté à manipuler les pigistes locaux...)

Sauf cas de forte métastase, je ne suis pas non plus favorable à l'intervention des forces de l'ordre dans les établissements scolaires. Il est toujours possible d'interpeller un délinquant au domicile de ses parents. Et faire ainsi d'une pierre deux coups.

Je me suis permis ce que certains appellent une "petite dérive droitière"...

;-)

Écrit par : Pierre | lundi, 08 décembre 2008

@ Pierre

Formons le Cercle des Droitiers Disparus :-D

Écrit par : L'Hérétique | lundi, 08 décembre 2008

"je continue à attendre avant d'en savoir plus"

Que voilà une discipline de vie sage! Il est tellement vrai que d'en savoir plus n'attire le plus souvent que déception ...

Écrit par : le gaulois | lundi, 08 décembre 2008

Il y a confusion cher Hérétique!

- Il ne s'agit pas de la même opération. Celle-ci s'est déroulée à Auch.

- Celle qui a justifié l'indignation générale se déroulait à Marciac!

Nous ajoutons (et vous savez, combien nous pouvons être précis dans nos enquêtes) que la super "prise" de Auch est la plus importante (38 g très exactement) sur une soixantaine de descentes répertoriées sur les 18 derniers mois!

A noter, que cette opération d'abord appelée "préventice" n'a pas encore pu faire la joie des établissements de l'ouest parisien et du Quartier Latin... Les prises auraient-elles été plus minces????...

Écrit par : Alcibiade | lundi, 08 décembre 2008

@ L'Hérétique : Partant ! A condition que ce soit en CDD...

@ Alcibiade : Pour Marciac, il faut qu'on trouve un prétexte pour faire des descentes dans les fermes. Histoire de saisir du foie gras et de manger à l'oeil à Noël. Je soupçonne certains de fumer du foin...

;-)

Écrit par : Pierre | lundi, 08 décembre 2008

Cher hérétique,

Vous avez précisé en effet qu'il y a deux interventions distinctes. Sur le grand sud-ouest la dépêche et Sud-ouest ont relayé 25 "interventions préventives" (curieux concept..)durant les 2 derniers mois.

La position des démocrates sur ce type d'interventions devrait être claire et nette :

- La collaboration de la police et de la justice au sein des établissements se fait lors des enquêtes et de la prévention.

- contre la présence de la police à l'école. La loi du plus fort, celle de la rue, n'est pas la loi de l'école, sinon, c'est une défaite

- Si des suspiscions existent, à la demande du chef d'établissement, les forces de l'ordre doivent intervenir en privilégiant avant tout la discrétion (plutôt que l'exhibition!). Rien ne s'opposait à cette séance de "reniflage" pendant une récré par exemple suivie d'une enquête filature discrète des éventuels contrevenants qui aurait été largement plus productive!

- Enfin, "L'école est le lieu où la violence doit être bannie, le lieu où doit régner la loi du plus généreux, de l'éducation et de la transmission de la liberté. » disait Bayrou, et nous affirmons connaître d'excellents spécialistes de la lutte anti-stup capables de faire des séances d'information particulièrement marquantes (dossiers, photos, témoignages à l'appui)pour de jeunes esprits!

Comment imaginer, cher Hérétique, que les démocrates se répandent sur la toile en commentaire et post irresponsables justifiant le laxisme libertaire?

Non, la fermeté oui! La fanfaronnade contre-productive non! Si ce n'est pour instrumentaliser une fois de plus les forces de l'ordre!

Écrit par : Alcibiade | lundi, 08 décembre 2008

Enfi, pour ce qui concerne "le retrait si rapide de manifestation de la FSU et de la FCPE" et "Ce subit rétro-pédalage" comme vous l'écrivez, deux d'entre nous se sont chargés de suivre pas à pas l'évolution de cette affaire très précise :

- Le retrait de la manifestation n'est due qu'à la volonté du père (le 4 décembre, la veille du jour prévu)de la gamine de 13 ans et non de ces syndicats auxquels, nous aurons du mal à l'assimiler:

"Frédéric David annule le rassemblement de Marciac
Conscients aujourd’hui de l’impact de la forte mobilisation publique suscitée par les « événements » du mercredi 19 novembre au collège de Marciac, satisfaits également de la prise en compte de notre appel citoyen, et entendant les décisions annoncées par les ministres concernés, NOUS AVONS DÉCIDÉ D’ANNULER LE RASSEMBLEMENT PRÉVU CE VENDREDI 5/12 à MARCIAC.

Je souhaite personnellement remercier ici les nombreux soutiens (individuels ou collectifs) qui m’ont accompagné dans cette démarche.
Sans vous, rien de tout cela ne serait arrivé !
Merci pour vos précieux conseils, pour vos simples mots qui m’ont permis à chaque fois de ne pas me sentir seul.

Etre debout, et vouloir que nos enfants aient besoin de toujours être respectés !
La violence morale ou physique ne fait qu’engendrer une réponse violente !
L’engagement paie et peut déclencher de véritables mouvements.
C’est une victoire, mais restons vigilants, la conscience en éveil!
Restons citoyens!
Restons adultes!
Nos enfants ont tellement besoin de nous en ces temps si troubles!

Un père,
Un homme,
Frédéric DAVID"

- Et pour finir, pour répondre à vous interrogations concernant le tapage médiatique, s'il y avait eu volonté d'exploitation médiatique à tout crin, l'affaire serait sortie bien avant! En effet, l'intervention s'est déroulée le 19 novembre. La lettre de Zoé a d'abord été publiée sur un blog le 25 et ce n'est que grâce aux blogs que cette info a pu finalement être relayée par les média nationaux le 1er et le 2 décembre!

Écrit par : Alcibiade | lundi, 08 décembre 2008

Bonjour Alcibiade

Merci pour toutes ces informations qui permettent de mieux éclairer ma lanterne. D'accord pour le reste de ce que vous avez écrit.

Écrit par : L'hérétique | lundi, 08 décembre 2008

Que vois-je ? Dans les blogs en lien, je suis classé dans les apostats, les centristes qui se sont détournés de la vraie religion ?
;-p

J'ai plutôt eu l'impression de ne jamais m'être détourné du centre-droitisme (ça se dit, ça ?). J'ai voté Bayrou, mais à la présidentielle de 2002. C'est lui, ensuite, qui s'est progressivement détourné de sa famille politique historique. N'inversons pas les rôles. Le traître, c'est Bayrou !

Quand je pense qu'il est capable de se dire contre la privatisation de la poste alors que :
- Il n'est question que d'une ouverture de capital
- Il a toujours approuvé les privatisations
- Cette ouverture de capital, elle est la conséquence directe de l'ouverture à la concurrence du marché du courrier. Et cette ouverture à la concurrence, elle a bien sûr été votée par le groupe des libéraux, groupe auquel sont intégrés les députés européens bayrouistes.

Écrit par : Patrick Joly | lundi, 08 décembre 2008

Bonjour Patrick,

Est-ce que vous pouvez me donner un lien sur ces votes. Trouvez les votes des euro-députés tient de la gageure, et j'ai bien du mal à en suivre les traces.
Ensuite, la plupart des centre-droit se trouvent au sein de l'ADLE, pas au PPE. C'est tout de même un signe que l'UDF ne se trouvait pas à la bonne place au moment où Bayrou l'a fait évoluer, non ?

Pour la Poste, ce qu'il ne veut pas, c'est que le service postal disparaisse dans les petites communes. Le projet de privatisation actuel ne garantit pas cette mission.

Écrit par : L'hérétique | mardi, 09 décembre 2008

Je sais bien que les eurodéputés bayrouistes (que je ne qualifierai certainement pas de centre-droit) sont à l'ADLE et pas au PPE.
Le sujet n'était pas le bien fondé du changement de groupe européen de l'UDF, je ne le conteste pas du tout. Le sujet, c'est que l'ADLE est une alliance de démocrates et de libéraux, favorable aux libéralisations des marchés comme la plupart des députés européens.
Quant à la Poste, s'il est pour le maintien d'un service public postal dans les petites communes il n'a aucune raison de se prononcer contre la privatisation (sauf populisme, bien sûr !). En effet, un groupe privé peut très bien assurer des missions de service public. Il est alors payé par l'Etat pour cela.

Tout ça ne répond pas au sujet de fond de mon message : Ce ne sont pas les centre-droitistes qui ont retourné leur veste, c'est Bayrou !

Écrit par : Patrick Joly | mardi, 09 décembre 2008

Une simple vérification le prouve : Le PPE, seul, n'a pas la majorité au parlement européen. Si le parlement européen est si libéral, c'est donc grâce à une alliance PPE-ADLE.

Écrit par : Patrick Joly | mardi, 09 décembre 2008

@ Patrick Joly
L'ADLE est favorable à une concurrence non-faussée avant toutes choses pas aux libéralisations à tous crins des marchés, ce n'est tout de même pas pareil. Globalement, les libéraux de l'ADLE y sont en effet favorables, mais dans des conditions correctes.

Pour la Poste, un groupe privé peut faire plein de choses, à condition que le cahier des charges l'impose...

Écrit par : L'hérétique | mardi, 09 décembre 2008

Question que je posais sur mon blog : "Témoignage du Major Trébout sur France Inter" http://aliciabx.over-blog.com/article-25609600.html
si le professeur "ment" comme l'affirme le Major TRIBOUT, pourquoi ne dépose-t-il pas plainte contre lui ou pourquoi ne le convoque-t-il pas pour éclaircir l'affaire ?

C'est juste une interrogation...

Écrit par : aliciabx | mercredi, 10 décembre 2008

Bonjour Alicia,

Je ne le sais pas. Dans ce genre d'affaires, le mieux est d'attendre pour avoir plus d'informations.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 10 décembre 2008

Je suis très patiente, pas de problème...

Écrit par : aliciabx | mercredi, 10 décembre 2008

@ Alicia

Moi aussi. Parce que dans ces histoires-là, j'ai souvent observé que l'information sort après coup. Par ailleurs, le gendarme a peut-être porté plainte sans qu'on le sache. En même temps, difficile de porter plainte s'il n'est pas nommément mis en cause dans le témoignage de l'enseignant.
Dans ce genre d'affaires, les choses sont très rarement ou toutes blanches ou toutes noires...

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 10 décembre 2008

Les commentaires sont fermés.