Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« MoDem, Bayrou et fiscalité | Page d'accueil | Européennes, le MoDem à 10% ! »

mardi, 17 mars 2009

Des gendarmes enquêtent sur un enfant de maternelle

C'est tout de même bizarre : je sais que c'est à la mode de faire rentrer des gendarmes ou la police dans les écoles, mais bon, un petit enfant de 3 ans, a priori, ce n'est tout de même pas un délinquant.

Je copie quelques extraits de la lettre que la directrice de l'école a adressé à son  inspecteur. On l'aurait fait à moins... Alors...quid ? J'espère avoir des explications assez rapidement...

Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

Vendredi 6 février 2009 à 11h00 les gendarmes sont entrés dans l’établissement dont j’assure la direction, ils ont traversé la cour au milieu des élèves et ont demandé à me parler au sujet d’un élève. Les gendarmes m’ont interrogée sur le comportement, l’assiduité et la tenue vestimentaire de cet élève.
[...]
Jamais les gendarmes n’ont fait allusion à une suspicion de mauvais traitement à l’encontre de cet élève, ils ne m’ont pas plus questionnée sur ses propres représentations de sa vie à la maison ou à l’école. Que voulaient-ils me faire dire en m’interrogeant sur son comportement, son absentéisme ou sa tenue vestimentaire ? Cet enfant ne pose aucun problème au sein de l’école.

En quoi la tenue vestimentaire d’un enfant de trois ans peut-elle poser un problème d’ordre public ? L’école n’étant obligatoire qu’à partir de six ans en quoi l’absentéisme de cet enfant plutôt que d’un autre qui a prolongé ses vacances, peut-il interroger ? Une enquête est-elle en cours ? Pour quelle raison n’y a-t-il pas eu enquête sociale ? Notre démarche relève du signalement au RASED (tant qu’il sera là), ou aux médecins et infirmières scolaires (ou PMI) . Cette intrusion signifie-t-elle que je n’ai pas assuré ma mission ? Qui est chargé de le vérifier ? Pour le moment, vous Monsieur l’Inspecteur d’Académie, par l’intermédiaire de votre représentante, l’Inspectrice de l’Education Nationale [...].

J'essaie généralement d'être prudent avec ce genre d'informations, et je les prends avec des pincettes, parce que les manipulations sont souvent très faciles, et la Toile est prompte à s'enflammer...mais, en admettant qu'il y ait eu de bonnes intentions (laissons le bénéfice du doute jusqu'à nouvel ordre) la méthode choisie est très malhabile. Maintenant, tout est possible : qui sait, cela peut être une enquête sur une secte, sur des suspicions de mauvais traitements, et cetera...Wait and see, j'escompte bien lire une réaction de la Défense (oui, puisque c'est la gendarmerie et non la police) sur le sujet d'ici peu...En tout cas, sur la marche à suivre et l'ordre des priorités en cas de maltraitance, j'avoue que j'ai les mêmes interrogations que cette enseignante...

En conclusion, prudence jusqu'à ce que l'affaire soit éclaircie. Je verrai alors s'il convient de s'indigner ou bien de s'inquiéter simplement du désordre des procédures.

Commentaires

Heu, la gendarmerie est rattaché au min de l'intérieur depuis peu grâce à SKZ non ? Depuis le 1er janvier 2009 très exactement.
Oui oui, toutes les forces de l'ordre du territoire dépendent d'un seul et même ministre désormais, ca fait rêver hein ?

Écrit par : Jb | mercredi, 18 mars 2009

Vous dites:

J'essaie généralement d'être prudent avec ce genre d'informations, et je les prends avec des pincettes, parce que les manipulations sont souvent très faciles, et la Toile est prompte à s'enflammer.

Alors pourquoi publier ce billet ?

Écrit par : cath37 | mercredi, 18 mars 2009

En tant que gradé de gendarmerie, je souhaiterai formuler un début de réponse ... je dis bien 'début' car aucun de nous ne connaît la finalité du dossier traité.

La gendarmerie, et la police, ont également en charge des demandes d'enquêtes sociales. Vous pouvez toujours dire que ce n'est pas notre travail, que d'autres personnes seraient plus amènes à s'en charger, les faits sont là.

L'enquête sociale qui nous est demandée fait suite généralement à un dossier judiciaire. Il ne s'agit pas d'enquête sociale pure, mais plutôt de constatations à effectuer sur le cadre de vie et le comportement des individus.

Les enquêtes sociales qui ne font pas suite à un dossier judiciaire ne nous sont pas adressées, bien heureusement car ce n'est pas notre mission.

Dans le cas présent, tout en restant prudent au vu du courrier mentionné, je pencherai vers un enfant victime (quelque soit l'infraction dont il fait l'objet) ou vers des parents auteurs de faits (drogue, secte, ...) et dont l'enfant pourrait en subir les conséquences.

Les gendarmes vont donc se renseigner auprès de la directrice de l'école sur les conditions de scolarité de l'enfant. Elle peut s'ennorgueillir de sa position sociale, mais un directeur d'école n'a pas à connaître le fond d'un dossier judiciaire. Les gendarmes se présentent, posent des questions, remercient leur interlocuteur et prennent congé. Ils auraient aussi pu la convoquer à la brigade pour lui poser des questions, où dans le pire des cas lui téléphoner (pas vraiment la bonne solution).

En d'autres temps, personne ne se serait plein de voir passer des gendarmes ou des policiers. Aujourd'hui, tout le monde devient suspicieux et un parallèle est fait entre notre travail et les volontés gouvernementales, ce qui n'est pas forcément le cas.

Chris

Écrit par : chris | mercredi, 18 mars 2009

@ jb
Ah, zut, j'avais oublié, exact ! Merci.

@ Cath

Parce que c'est une information, et qu'en même temps, je veux demeurer très prudent.

@ chris
Merci beaucoup pour vos précisions. Je tendais vers ces hypothèses-là, mais comme je ne connais pas exactement les étapes de la procédure. Super que vous soyez venu témoigner et donner des explications.

Je vais publier d'ici une heure (pas le temps tout de suite) votre réponse, ce qui permettra de contrebalancer l'effet désastreux de la lettre de cette directrice.

A vrai dire, je me suis un peu méfié d'où ma prudence dans mon billet. Je vois à ce que vous dites que j'ai bien eu raison d'être prudent.

Écrit par : L'Hérétique | mercredi, 18 mars 2009

@ jb

Que la gendarmerie soit rattachée au ministère de l'intérieur n'a d'intérêt que d'un point de vue médiatique ...

La gendarmerie a toujours travaillé au profit des autres ministères dans de nombreuses missions.

D'un point de vue sécurité publique, nous étions déjà sous l'autorité du ministre de l'intérieur depuis de nombreuses années.

D'un point de vue budget, nous restons en gestion sous le ministère de la défense.

Vous comprendrez donc que rien ne change ...

Chris

Écrit par : chris | mercredi, 18 mars 2009

"...En d'autres temps, personne ne se serait plein de voir passer des gendarmes ou des policiers..."

Hey officer! on vit sur la même planète? Les flics foutent la trouille à tout-le-monde, et on a pas envie qu'ils emmerdent nos gosses dès 3 ans. C'est facile à comprendre, non? Maiintenant, les problèmes de conscience, c'est sur le divan que ça se traite, ou alors il fallait y penser avant de signer.

Écrit par : Le manu (encore lui) | dimanche, 22 mars 2009

Amusant (si je peux me permettre) qu'une recherche du mot clé "secte" dans l'actualité m'amène ici ! non ?

Hors sujet par rapport à ma recherche, l'article est intéressant.
Chris s'est brillamment exprimé sur la présence justifiée des pandores. ^^
Moins bien sur "en d'autres temps...", en dehors du fait qu'il faut vivre avec son temps.
Si j'en appelle à ma mémoire, avant on évoquait "la peur du gendarme", maintenant on parlerait plus de "la présence dérangeante du gendarme" (oui, je sais... Quand on est dérangé, c'est qu'on a des choses à cacher... bien sur !)

Sinon, à propos de cette directrice :
l'école n'est pas obligatoire avant 6 ans ?
J'avais cru comprendre que ce n'estpas l'école qui n'est pas obligatoire, mais l'inscription à...
Dès lors que l'enfant en question y est inscrit, il accepte (lui et ses parents) de fréquenter l'école de façon régulière.
D'où la demande des gendarmes !

Drôle de directrice qui prend son école pour une auberge espagnole ou un moulin !
Au moins, elle donne du poids, surement malgré elle, à la volonté du gouvernement actuel de supprimer l'école maternelle (>le cycle 1).

Je lui souhaite une réponse cinglante et méritée de son inspecteur de secteur.

Tu nous tiendras au courant,L'Hérétique ?
Bisous

Écrit par : Sandra Nicouette | jeudi, 26 mars 2009

Les commentaires sont fermés.