Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 mars 2007

Incidents de la Gare du Nord : décryptages

Ce qu'aucun média ne dit, c'est qu'il y a eu deux émeutes différentes à la Gare du Nord.

Il n'y a que Le Monde, pour l'instant, qui va vu la nuance.

Dans un premier temps, qu'ont vu les citoyens lambda et jeunes ou moins jeunes qui débarquaient dans le coin : un groupe de policiers qui chopaient un type et lui balançaient des coups de matraque à coups redoublés.
Comment voulait-on alors  que ces gens sachent que le gars en question était un clandestin multi-récidiviste ?Il y a sous Sarkozy tant de bavures et de contrôles au faciès ou d'arrestations avec fouilles humiliantes qu'ils ont cru que c'en était une ! D'où leur réaction.Tout s'est embrasé, mais cet embrasement, il ne vient pas du hasard : il vient de la méfiance entre les forces de l'ordre et la population qu'a semée la politique de Nicolas Sarkozy.Le calme est ensuite revenu, et, plus tard dans la soirée, un autre groupe est arrivé, mais celui-là différent : parmi eux, beaucoup de casseurs et de la racaille, sans doute alertés par l'annonce d'incidents à Gare du Nord. Mais même là, tout n'est pas blanc et noir : il y avait certainement quelques éléments qui avaient été présents lors de l'arrestation du fraudeur.

Le problème global, c'est que maintenant, quand on voit une arrestation, on ne sait plus si elle est justifiée ou non. Et cela, c'est de la responsabilité de Nicolas Sarkozy.

C'est cela que dénoncé à juste titre François Bayrou : semer la confusion sur un sujet aussi grave que la sécurité et la justice finit tôt ou tard par générer un climat d'affrontement permanent.