Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 novembre 2009

Yesss : le cybermonday !

Tiens, je vais faire ma fashionita, avec le cybermonday. Le cybermonday, c'est une semaine pendant laquelle de nombreux acteurs de la vente en ligne s'engagent à proposer des promotions attractives à leurs e-clients.

Cette année, ce sont 290 enseignes et marques qui participent à l'opération. Votre serviteur s'est donc rendu sur le site qui récapitule les principales offres, et, à vrai dire, il a été passablement déçu. Quelques misérables promotions tournant autour de 10 à 20% en moyenne. Pas de quoi casser trois pattes à un canard. Il y a tout de même quelques enseignes qui ont fait, un effort, je pense particulièrement à la Source Quelle. Évidemment, ils sont malins : on voit en gros -75% sur tout le magasin sur la page d'accueil de leur site, et on se frotte déjà les mains, sauf que, juste au-dessus du 75, il y a écrit en tout petit, à peine visible «jusqu'à». Astucieux non ? J'ai tout de même fait un tour du magasin en ligne, et il y a objectivement de très bonnes affaires, même si, bien entendu, tout n'est pas à -75%. Les Trois Suisses ont fait aussi un effort (bien moindre, toutefois) avec de bonnes promotions (plutôt de l'ordre de 40%).

Le reste, franchement...bof ! Attention à bien passer par le portail cybermonday, certains sites pouvant se réclamer de cette semaine particulière sans en respecter la charte et les engagements. En ces temps de fêtes, l'arnaque n'est jamais loin. D'ailleurs, pour être certain de ne pas tomber sur des truands, tapez "arnaque" ou "litige" suivi du nom de l'enseigne dans un moteur de recherche. S'il y a trop de résultats, méfiez-vous d'emblée.

Comme je n'ai honte de rien (sautons sur l'occasion) j'en profite pour signaler une promo au MoDem :-) Offrez une adhésion au MoDem à vos amis. Cotisation ramenée à 5 euros en cas de difficultés financières. Bénéficiez de 66% de réduction (crédit d'impôt) sur le montant de votre adhésion. Vous êtes par exemple au RMI, et vous voulez soutenir l'action du Mouvement Démocrate : votre adhésion vous coûte en principe 5 euros. Mais, avec le crédit d'impôts, elle ne vous revient plus qu'à 33% de 5 euros, soit, 1.66 euros, et tout cela pour une année, avec une validité de deux années pour les votes. Trop génial, non ?

Notez que si vous tapez dans un Moteur de recherche "Mouvement Démocrate litige" ou, en langage boléen Mouvement Démocrate AND litige" mis à part le règlement intérieur, vous ne trouverez pas grand chose, et encore moins pour l'item "arnaque". C'est donc une enseigne honnête et sans histoires :-D

Notez également que nous avons, au MoDem, avec Robert Rochefort, ex-directeur du CREDOC et actuel eurodéputé, un spécialiste du commerce et de la consommation. Il est donc tout à fait à même de répondre à des questions sur les ventes en ligne, il connaît bien le sujet. Il répond quand on lui pose des questions sur son site via le formulaire de contact...

jeudi, 29 octobre 2009

Assises de la consommation : où le MoDem reparle des Class actions

Corinne Lepage et Robert Rochefort, députés européens du Mouvement Démocrate, ont réagi à la tenue lundi 26 octobre d'Assises de la consommation, organisées à l'initiative du gouvernement.

Corinne Lepage juge ces assises "très décevantes" alors que Robert Rochefort demande à Hervé Novelli de "revoir sa copie". Les deux députés défendent l'importance de la mise ne place d'actions collectives ou class actions.


Pour Robert Rochefort, député européen et rapporteur pour l'ADLE dans le cadre de la discussion du projet de directive sur les droits des consommateurs : "Ces assises ont été une vaste mascarade que ce soit en terme d’organisation, de participation des associations de protection des consommateurs (absence de l'UFC-Que Choisir et non caution de la CLCV) ainsi qu’en matière de propositions émises. Le gouvernement nous avait dit qu’il voulait aider les consommateurs, ill a fait deux erreurs majeures :

La première, c’est qu’il entérine une fois de plus le report des class actions sous l’influence du MEDEF en restant au niveau de la médiation. Oui, il faut privilégier la médiation quand c’est possible mais c’est loin d’être suffisant, on ne peut pas régler tous les problèmes comme cela. On a d’un côte des marchés où l’on a uniquement 2 ou 3 opérateurs et en face des millions de personnes. Les citoyens-consommateurs doivent disposer d’une arme pour se défendre et cette arme s’appelle les actions de groupe.

La seconde réside dans cette proposition de « super agrément » nécessitant pour les associations de gagner des « unités de reconnaissance ». Mais depuis quand est-ce à l’Etat de décider quelle association doit exister ou non ?

Je demande donc à Mr Novelli de revoir sa copie, de supprimer ce « super agrément » et  de mettre en place rapidement le principe des class actions en France, comme Nicolas Sarkozy s’y était engagé. A partir du moment où cela sera fait, les associations se regrouperont d’elles-mêmes pour peser d’avantage."


Corinne Lepage : des Assises de la consommation "très décevantes alors que le sujet est majeur"

Pour Corinne Lepage, députée européenne, les Assises de la Consommation, qui se tenaient aujourd’hui à l’initiative du gouvernement, « sont très décevantes, alors que le sujet est majeur. La montée en puissance du pouvoir des consommateurs, qui constitue en réalité le contre-pouvoir le plus puissant pour protéger la santé publique et assurer la protection du cadre de vie et des ressources naturelles, est une nécessité politique autant qu'économique » a-t-elle déclaré.
« Nous avons besoin d’un mouvement consumériste fort en France. 17 ou 19 associations de consommateurs c’est évidemment le bon moyen de diviser tout le monde et de n’avoir aucun pouvoir du consommateur face au producteur. Je suis donc favorable à tout ce qui peut renforcer le mouvement consumériste y compris en essayant de favoriser de très grandes associations comme c’est le cas dans d’autres pays. Renforcer les associations de consommateurs, oui mais ça veut dire dans le même temps leur donner d’avantage de droit et d’avantage de moyen au niveau de la justice. C’est la raison pour laquelle je défends le principe des class actions. Seule l'action de groupes, ouverte largement - sous réserve d'un encadrement très strict des avocats - peut permettre de rétablir un équilibre entre les producteurs qui veulent plus de liberté et des consommateurs qui veulent plus de sécurité et de juste prix. » a-t-elle ajouté.

« À moyen terme, bien loin d'être une menace pour l'activité économique nationale ou européenne, l'action de classe constitue au contraire un outil de moralisation des choix, d’allégement de la charge publique (qui en cas contraire est contrainte de payer pour les vrais responsables comme dans le cas de l'amiante ou du sang contaminé) et de pérennité des entreprises qui ont fait le seul choix qui vaille : celui de la soutenabilité », a-t-elle conclu.

vendredi, 23 octobre 2009

Miam, un délice, ce chocolat !

chocolatperou.jpgJe viens de faire une découverte dans mon monoprix local, il y a deux semaines, et compte-tenu de la saveur de la découverte, il faut que je la fasse partager : il s'agit d'une tablette de chocolat. Un vrai délice ! généralement, je n'aime pas trop le chocolat au lait, mais pas davantage le chocolat avec une trop forte teneur de cacao. Là, j'ai découvert le chocolat ultime : il s'agit d'un chocolat solidaire et biologique commercialisé par la société Alter Eco et produit par une coopérative péruvienne, Acopagro.

C'est étonnant : il a l'apparence d'un chocolat au lait (même couleur) mais le goût onctueux d'un noir auquel on aurait en effet adjoint une touche de lait, et il fond littéralement sous le palais. Un pur bonheur ce chocolat-là. En même temps, il conserve le goût prononcé, légèrement amer du cacao, qu'en général je n'apprécie guère, mais qui, cette fois, a été heureusement adouci par la touche de lait.

Bref, une vraie réussite qu'il convient de saluer comme il se doit. Notez, pour ceux qui le désirent, qu'on peut l'acheter en ligne et qu'il est à un prix abordable mais tout de même plus élevé qu'un chocolat standard. Mais bon,  la saveur n'a pas de prix...

samedi, 12 septembre 2009

Que penser de runescape ?

L'Éducation de sa petite famille, c'est décidément toute une histoire :-) Voilà l'aîné désormais féru d'un jeu qui s'appelle Runescape. C'est un multi-joueur assez sympathique ; j'en aime bien le principe, puisque plutôt de taper à vue tout ce que l'on rencontre et de satisfaire sa volonté de puissance en amassant des trésors, on commence petit en cherchant des matériaux pour forger divers ustensiles, on apprend à se faire cuire un oeuf (à condition de l'avoir trouvé), à se préparer une côte de boeuf, à condition de ne pas trop la faire cuire : dans les premiers temps, les morceaux de charbon s'entassent dans le sac à dos...et je ne parle pas des grillades de poisson carbonisées. La forge ,c 'est amusant : faute de moyens, au début, il faut extraire soi même son cuivre et son étain pour fabriquer une dague. J'imagine que le cuivre est trop mou pour garantir une facture de qualité suffisamment rigide.

On accomplit toute une série de petites missions, qui vont de la livraison de pains aux cuisines du château local jusqu'au papotage amical avec un fantôme du coin...

A condition de ne pas les laisser y consacrer trop de temps (rien ne remplace une promenade dans la nature ou une bonne lecture), je trouve ce jeu assez adapté pour des enfants, parce qu'il est basé sur les échanges (il faut s'informer) et sur l'entraide, et parce qu'il implique des actions complexes et des résolutions de problèmes ponctuels. Par exemple, on ne prépare pas de pain si l'on ne dispose pas de farine et d'eau. On ne peut se procurer la farine si l'on n'a pas fauché du blé. Et on ne réussit pas du premier coup son pain. D'ailleurs, pour faucher du blé, il faut aussi du matériel adéquat. Bons princes, les concepteurs du jeu ont tout de même permis que l'on puisse obtenir de la farine sans nécessairement devoir manier la faux. Mais il faut rendre un service pour pouvoir obtenir quelque chose, même si, de temps à autre, on obtient de menus objets gratuitement. Curiosité : je suis tombé sur les ruines d'une cabane appartenant autrefois aux sept nains... Notez, j'ai un doute, ce ne sont peut-être que des gnomes, finalement.

Si vous testez ou  vous connaissez le jeu, je suis preneur de vos avis, chers amis lecteurs.

jeudi, 10 septembre 2009

10 kilos de moins pour les cartables

Tiens, je me suis fait une réflexion, tout récemment, à l'occasion de la rentrée scolaire (dont tout le monde se contrefiche, apparemment...). Le poids des cartables est souvent considéré, à raison, comme un point noir dans les collèges (et même dès l'école primaire).

J'ai la solution ! Il suffit de remplacer tout le matériel scolaire par un netbook (ultra-portable) ! Simple : le netbook coûte aux alentours de 200-250 euros, soit bien moins que toutes les dépenses scolaires d'une année, et en plus, on peut le conserver d'une année sur l'autre. Sa puissance est bien suffisante pour son utilisation et il est généralement robuste (surtout les ASUS et les Samsung).

Les éditeurs des livres scolaires n'ont plus qu'à s'adapter en prévoyant des ouvrages tléchargeables, que les collèges pourraient acheter sous forme d'une licence pour un nombre X d'exemplaires. On met tout ça sur un clef USB et le tour est joué.

Le netbook pèse un kilo et quelques et a beaucoup d'autonomie. Il est facilement transportable en bandoulière en raison de ses dimensions réduites. Quand on songe que les cartables pèsent de 7 à 10 kilos en moyenne...

Et, à la rigueur, s'il faut le recharger, on peut adapter les classes avec des prises multiples. Et puis finies les photocopies et le gaspillage de papier, du coup ! Sans compter le bénéfice pour le dos de nos enfants !

Astucieux, non ?

lundi, 31 août 2009

Des gants taille 9, ça existe ?

gant.jpgEncore confronté à un un problème pratique : voilà, je passe tout de même la serpillière dans ma cuisine, de temps à autre, et, popur m'assurer un nettoyage et un séchage efficaces, je mets de l'eau brûlante dans le seau. Pour me protéger les mains quand j'essore la serpilière, je mets des gants en caoutchouc (pas des gants sanitaires) qui sont globalement isothermes. Sauf que depuis longtemps, j'utilise des gants de taille 8 1/4 à 8 1/2. Très bien pour la main gauche, mais la croix et la bannière pour la main droite (je vous jure que je ne l'invente pas, ce n'est pas de ma faute si c'est la droite). J'ai beau chercher et chercher, je ne trouve pas de taille supérieure pour ce type de gants. Je manque de chance ou bien ça n'existe pas ?

Je n'ai pas particulièrement de grandes mains, et je n'imagine tout de même pas que ceux qui sont dotés de grandes mains soient condamnés à s'ébouillanter ou alors passer de l'eau tiédasse ou froide sur leurs carrelages ?!

serpillière.jpgEn parlant de serpillière, au fait, j'ai constaté que très peu de personnes savent l'utiliser convenablement. En fait, beaucoup nettoient leur cuisine avec la serpilière : erreur ! On met de l'eau bouillante dans le seau, un dé à coudre de javel, on se saisit bravement de son balai-brosse (qui porte bien son nom), on le trempouille dans le seau, on jette ainsi un peu d'eau sur les tâches du sol, et...on brosse avec énergie le sol (avec le balai brosse). La serpilière ne sert ensuite qu'à éponger l'eau au fur et à mesure et à lisser le sol. Paroles d'expert... et quand on n'est pas un fainéant comme moi, en principe, on repasse un second coup à l'eau très chaude, sans produit. Par flemme, je prèfère mettre une toute petite dose de javel afin d'éviter ce désagrément.

Voilà, ça sert de venir sur mon blog, pour ceux qui ne connaissaient pas la technique. Nous autres, gens du MoDem de centre-droit, sommes gens pragmatiques...

dimanche, 30 août 2009

Grandes surfaces versus supérettes

Je n'ai pas été étonné par la publication des bons chiffres du groupe Casino face à Carrefour. En fait, cela correspond à ma propre expérience. Longtemps je me suis dit que j'irais faire mes courses dans les grandes surfaces pour rationaliser mes dépenses. En fait, il n'en est rien : les petits franprix ne sont pas plus chers que les grandes surfaces, et surtout, on perd un temps considérable à se rendre dans ces dernières : temps de déplacement, recherche d'une place dans le parking pour se garer, allées interminables dans une atmosphère de périphérique parisien à 8h30 du matin, files sans fin pour régler à la caisse...

J'ai le temps de me rendre 10 fois dans le franprix voisin (ou le monoprix, shopi, huit à huit et cetera) dans le même temps avec un cadie. De plus, on peut se faire livrer gratuitement, dans ces magasins, dès que l'on attend un certain montant d'achats.

En règle générale, je n'aime pas les produits du groupe Casino, à l'exception de Monoprix. Ce qui est vendu dans les magasins Casino est au goût de mon estomac, infect. Je me souviens de vacances de neige où il n'y avait qu'une supérette Casino pour s'alimenter : produits insipides et sans saveur, d'autant que Casino en profitait pour refourguer exclusivement sa marque.

J'ai acheté une seule fois un produit leaderprice : du crabe en conserve. J'ai eu de tels maux d'estomac que je ne suis plus jamais revenu dans un leaderprice. La force du traumatisme, pour le consommateur, cela peut être terrible...Tiens, d'ailleurs, c'est un des points noirs du groupe Casino. Cela ne m'étonne pas : cela ne suffit pas de vendre du discount, un minimum de qualité est nécessaire, et avec les produits leaderprice, ce minimum n'est pas atteint.

Le modèle de discount au rapport qualité/prix excellent, c'est Lidl. Malheureusement, il y en a encore trop peu. Excellents magasins, je les recommande vivement, et j'aime bien leur concept qui consiste à changer régulièrement toute une catégorie de produits selon les arrivages. Lidl, c'est allemand, et les Allemands sont souvent plus soucieux de la qualité que les Français, même quand ils font du discount.

Dans les franprix, il y a un choix plus large avec de grandes marques de l'agro-alimentaire et pas plus chères que dans les grandes surfaces. Il faut se garder de la marque leaderprice (pour l'alimentaire), immangeable deux fois sur trois, à l'exception des légumes bio, du camembert (qui m'a l'air potable), de la charcuterie et des cacahuètes. Le reste...

Les Monoprix sont plus chers sur un certain nombre de produits (mais pas sur tous ! ), mais ils ont bien plus de diversité que les supérettes et les grandes surfaces pour l'alimentaire.

J'ai essayé de me rendre quelques fois au Carrefour de la Porte d'Auteuil (je suis parisien, c'est la grande surface la plus proche dans l'ouest parisien). Ils se sont enfin décidés à réaménager leurs allées qui étaient incirculables. Tant mieux. Mais dans le même temps, ils ont  réduit leur offre de produits. Et puis toujours trop de monde : c'est stressant, énervant et long au possible.

En fait, il est intéressant pour ceux qui habitent dans le quartier ou qui peuvent s'y rendre rapidement en bus (le PC1 y mène). Mais en automobile, quelle galère !

Conclusion, vivent les supérettes et les épiceries de quartier.

 

vendredi, 28 août 2009

Aspirateurs de m...

aspirateur.jpgBon, après les autocuiseurs, les casseroles et les poêles, j'ai encore un autre grief contre un appareil électro-ménager : ce sont ces saloperies de m... de p.... d'aspirateurs. Je ne comprends pas : soit je suis maudit, première hypothèse, soit je suis semi-débile (seconde hypothèse que je refuse d'envisager) soit les aspirateurs que l'on fabrique aujourd'hui sont de la merde en barre (hypothèse la plus plausible).

J'ai beau changer les sacs et les filtres moteur de ces satanés appareils, passé une lune de miel qui dure un à deux mois au mieux, le moteur semble perdre de la puissance et ils aspirent de moins en moins bien. Je précise que j'en suis à mon quatrième aspirateur en 10 ans (il n'y a qu'avec les automobiles que j'ai fait pire : la première s'est enflammée sur l'autoroute de Normandie en pleine accélération, la seconde a coulé une bielle, j'ai réussi à revendre la troisième et j'ai eu un accident fatal avec la quatrième. La cinquième se porte bien.).

Pour revenir à ces merdes d'aspirateur, j'ai tout essayé. Pour certains, j'ai découvert qu'il n'y avait pas un mais deux filtres moteur. Mon dernier aspirateur est un sans sac (un Samsung, pas un Dyson) avec un filtre lavable. Maintenant, je suis contraint de laver le filtre moteur tous les 15 jours, car très vite il s'obstrue et quand le moteur chauffe, l'aspi s'arrête.

Quand je songe à tout le cinéma et le blabla que m'ont fait les vendeurs, à chaque fois, je vous jure, je leur collerai l'aspirateur dans la tronche, filtre inclus si c'était encore possible.

Il doit y avoir un truc avec le moteur ; avec mon second, j'avais tout de même rendu une petite visite à un réparateur. Je me souviens plus trop ce qu'il avait traffiqué, mais l'appareil était à peu près reparti, et il m'avait précisé que c'était un truc à nettoyer dans le moteur.

Mais bon, je ne le sens pas de démonter le Samsung. Mon blog pour un aspirateur qui marche ! C'est tout de même vexant de devoir passer un coup de balai avant chaque utilisation de l'aspirateur, et encore : vous avez essayé le coup de balai sur le tapis, vous ? C'est très galère. J'aurais peut-être du prendre un Dyson, finalement, en dépit des assurances données par la vendeuse, à l'époque. Le problème, c'est le prix : j'ai eu le Samsung à deux cent euros, je crois, peut-être un peu plus, alors que le Dyson était au double.

Autre problème des aspirateurs avec sac, c'est qu'au bout d'un moment, on ne trouve plus ni les filtres ni les sacs, et il y a toujours un sale menteur de revendeur mahonnête et exploiteur du peuple pour vous assurer que les pièces détachées et les consommables n'existent plus et qu'il faut donc acheter un nouveau modèle. Quant à la répération, n'y pensez pas : avec le prix que vous paierez, vous pourrez vous payer des aspirateurs pendant trois ans, et de toutes façons, votre modèle retombera en panne trois semaines après...

Mon blog pour un aspirateur, je vous dis...

mercredi, 26 août 2009

autocuiseur et poêle anti-adhésive de m...

teflon.jpgRas-le-bol des poêles prétendûment anti-adhésives : ces m... sont censées ne pas coller la nourriture au fond quand on fait de la cuisson. Résultat des courses, chaque fois que j'en rachète une, je me retrouve à bouffer du téflon au bout de trois à quatre utilisations. D'ailleurs, la qualité s'évalue selon l'échelon de ces utilisations. Qualité de sous-merde, poêle collante dès le premier coup, qualité de merde, à la troisème ou quatrième fois seulement. Tiens, article à la c.. de linternaute sur les vertus supposées du téflon... Doivent pas cuisiner souvent, là-bas.

Côté auto-cuiseur, les trucs censés remplacer la bonne vieille cocotte-minute, c'est raté aussi : ça fuit de partout, pas moyen de faire de la cuisson vapeur correcte avec ces triple-merdes. Ces saloperies sont censées disposer d'un système qui se ferme automatiquement à la cuisson. Résultat, t'approches pas de trop près si tu ne veux pas te prendre un jet de vapeur brûlante dans la gueule.

Et je ne suis pas la victime d'une fâcheuse coïncidence, j'en suis à mon troisième auto-cuiseur (saleté) et je ne compte même plus ces merdes de poêle en téflon. Pour les casseroles, j'ai constaté que l'inox se nettoie super-bien. Au pire, quand je fais brûler les pâtes, un bon coup de paille de fer, et hop, c'est reparti comme en 40. Il ne reste plus qu'à mettre au point des poêles avec les mêmes particularités (je n'en trouve pas : que des saloperies dont on vante les qualités anti-adhésives, soit en fonte, soit avec du téflon).

fonte.jpgLa fonte, c'est pire que tout : ça fait cuisinier authentique et ça doit plaire aux bobos, j'imagine. La réalité, quand tu as une casserole en fonte, c'est que tu goûtes à tous tes repas précédents vu que tu ne réussis jamais à la nettoyer correctement...

Mon blog pour une casserole, un auto-cuiseur et une poêle !

mercredi, 29 juillet 2009

Orange, explosion des prix !

J'ai un forfait orange 4 heures ajustables à 8 heures. Ce forfait date d'un temps révolu où l'on pouvait obtenir de telles conditions pour 45 euros par mois. En envisageant aujourd'hui de réajuster cette option, je me suis rendu compte qu'elle n'existait plus, et qu'à la place, on trouvait une série de forfaits coûtant en moyenne plus de 20 euros de plus pour le même service : origami star 4 heures, par exemple, c'est 65 euros !Et encore. J'en profite pour regarder le coût d'une option Internet Max sur mon forfait actuel. Ça alors : l'an dernier, à la même date, c'était 5 euros par mois. Aujourd'hui, c'est 12 euros par mois ! 120% d'augmentation sur le coût de l'option !!! Même ainsi, cela me revient moins cher que le forfait origami Star. Ah, j'ai parlé de 65 euros, mais pour un engagement de 24 mois. Pour 12 mois, c'est 71 euros. Pour une offre quasi-similaire l'année passée, mon forfait + internet me revenaient à 50 euros. Cette année avec Origami Star, j'en aurais pour 71 euros soit plus de 40% d'augmentation. Qui a dit qu'il n'y avait pas d'inflation ? En appliquant simplement les tarifs des options à mon forfait qui est toujours valide, j'en suis tout de même à un peu plus de 20% d'augmentation en un an pour à peu près le même service.

Chez Orange, ce ne sont pas les prix mais les consommateurs que l'on casse...

Chez SFR on trouve moins cher, mais la couverture de SFR est très inférieure à celle d'Orange, à ce que j'ai pu constater et le coût à la minute hors forfait plus élevé, me semble-t-il. J'ai trouvé ce forfait qui ressemble au mien. Mais il est moins souple.

Bref, il ne fait pas bon prendre un nouvel abonnement par les temps qui courent...