Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 mai 2010

Désirs d'Avenirs-PS, DSK, et tout ça...

Je visite de temps à autre le site de Désirs d'Avenir, le mouvement de Ségolène Royal, et, particulièrement ses forums participatifs. Je suis aussi quelques uns de ses soutiens sur le Post ainsi que quelques blogues royalistes. Cela me frappe, tout de même, de voir le changement de ton de militants que j'avais repérés, par le passé, vis à vis du PS. J'ai le sentiment que la pilule du Congrès de Reims n'est jamais passée. Les partisans de Ségolène Royal demeurent convaincus qu'il y a eu tricherie, et rien ne pourra le leur ôter de la tête. Le ton se fait dur vis-à vis du Parti Socialiste. Désirs d'avenir n'est pas encore un parti politique, mais c'est déjà clairement plus qu'une association ou un think tanks.

Ce qui est à peu près clair, dans la ligne politique choisie par Ségolène Royal vis-à-vis du PS, c'est qu'elle est déterminée à ne respecter aucune discipline de parti et, le cas échéant, à couper l'herbe sous les pieds des caciques du PS chaque fois que cela sera possible.

Par exemple, sur les retraites, elle a pris de court, à l'évidence, les Socialistes, en adoptant une position plus ouverte, tout en récusant tout retour sur la retraite à soixante ans. En termes de méthode, tout comme le MoDem, elle a choisi de consulter ses militants en ouvrant un forum participatif sur les retraites. J'y ai lu une idée intéressante, d'ailleurs, d'un de ses militants (Jérémie), qui me rappelle pas mal l'aménagement du temps de travail proposé par le MoDem pour les Seniors : il suggère de mettre en place un départ progressif en retraite. A 60 ans, un 3/4 temps, à 61 ans, un 1/2 temps, à 62 ans, 1/4 temps, et, à 63 ans, une retraite définitive, par exemple. Il suggère également de garantir le droit de départ à la retraite à 60 ans tout en supprimant toute limite légale, afin de permettre à ceux qui le veulent de pouvoir continuer à travailler.

J'ai vu aussi que quelques militants de DA sont favorables à la mise en place d'un système de retraites par points, ce que préconisait François Bayrou en 2007 et dont le MoDem et le Nouveau Centre soutiennent, désormais, une version améliorée : le compte notionnel.

Cela pourrait assez bien cadrer avec ce que Ségolène Royal serait prête à accepter du gouvernement, c'est à dire une augmentation de la durée de cotisation.

Dans le même temps, le pS a confié sa réflexion sur les retraites à des comités d'experts, mais n'a pas cherché à consulter sa base, comme le MoDem ou Désirs d'avenir. Sur une réforme d'une telle importance, je crois pourtant profondément que c'est nécessaire. Il y a en tout cas une chose à peu près certaine : impossible de mettre en place une réforme des retraites sans revoir la fiscalité. Ça gronde de partout dans les bases militantes, jusqu'au sein même de l'UMP. Aucune réforme ne pourra faire l'impasse sur une nécessaire équité fiscale et sociale.

Pour revenir à Ségolène Royal, je crois que sur le fond, les Socialistes ont la trouille de ce qu'elle peut faire ou non. Plusieurs responsables socialistes s'imaginent qu'elle serait balayée lors de primaires au PS, persuadés que DSK est désormais sous les feux de la rampe. C'est oublier à quel point Ségolène Royal demeure populaire dans les classes populaires, contrairement à DSK qui plaît beaucoup à l'électorat de droite et celui du centre, à une bonne partie de la gauche aussi, mais certainement pas à la gauche de la gauche.

En fait, ce que craint le PS, c'est que Ségolène Royal passe outre les primaires et se lance toute seule à l'assaut de la prochaine élection présidentielle. A vrai dire, si jamais elle a le sentiment qu'il s'est tramé dans son dos des coups fourrés pour tenter de l'éliminer, il est très probable qu'elle le fera, d'autant que sa base militante l'y encouragera et qu'elle dispose d'un réseau d'élus suffisant pour tenter l'aventure.

DSK, s'il est le candidat du PS, aura du mal à faire campagne contre Sarkozy alors qu'il lui doit sa place en partie. Par ailleurs, s'il y a un poste qui est vraiment intéressant, à l'heure actuelle, c'est bien celui de directeur du FMI. Notre planète vit des heures troubles, et de grandes mutations dans le fonctionnement de l'économie mondialisée pourraient surgir de ces troubles. DSK a le mérite d'être un pragmatique : il n'applique pas des recettes toute faites qui marchent ou ne marchent pas, comme cela avait pu se produire par le passé, mais adopte une démarche empirique. Il n'en marche pas moins sur des oeufs : le rôle du FMI, quoi qu'on en dise, est tout de même  de morigéner les États et de serrer les cordons de la bourse. Les Allemands ne s'y sont pas trompés :  s'ils souhaitent la présence du FMI dans tout plan de relance européen, c'est qu'ils jugent cette institution bien plus fiable que l'euro-groupe dont les atermoiements n'augurent rien de bon pour l'avenir. Pas commode : pour redonner confiance aux prêteurs, le FMI donc DSK doit incarner la rigueur, et, pour conserver une stature de présidentiable, DSK doit passer pour le "gentil" aux yeux des Français...

Par ailleurs, le FMI dépend encore largement du financement américain, et, de côté-là, la solidarité commence à se fissurer aussi : les 94 sénateurs américains ont fait passer un amendement pour pouvoir bloquer les fonds à destination du FMI quand il s'agit de prêts à un pays qui n'offre pas des garanties sérieuses de remboursement à leurs yeux...

Je ne sais pas si DSK sera finalement candidat, mais, finalement, on pourra assez aisément identifier ses différences programmatiques avec Ségolène Royal si elle vient le concurrencer. Si c'est entre Martine Aubry et Ségolène Royal que se joue la candidature socialiste, il en ira tout autrement : comme beaucoup de commentateurs, j'ai quelques difficultés à bien distinguer les différences entre le "care" de Martine Aubry et le projet "fraternel et solidaire" de Ségolène Royal. Les deux, en tout cas, me semblent des émanations de la vieille tradition social-démocrate du welfare state, qui vécut son âge d'or dans l'immédiat après-guerre à la suite du second conflit mondial.

dimanche, 14 février 2010

Advienne que pourra...

Advienne que pourra, fais ce que tu dois : je crois que c'est ce bon vieux proverbe français, mais aussi l'un des deux pieds de l'impératif catégorique kantien, auquel je ne puis que m'en remettre désormais.

Les élections régionales vont être difficiles pour le MoDem. Très difficiles. Je pense que nous aurons peu ou pas d'élus. Je crois également qu'il reste peu de chances à François Bayrou pour l'élection présidentielle. Il y a eu, bien sûr, des cas d'hommes politiques qui ont rebondi, après des échecs cuisants, mais ils disposaient tous de bases arrières conséquentes : parti puissant, députés amis, mairies de grandes villes, présidences de région, alliés électoraux, et cetera. Bayrou n'a rien de tout cela. Il ne pourra mobiliser de réseaux dans les prochaines élections, alors qu'il peine déjà tant à conserver son parti en un seul morceau.

Je crois profondément que la France, l'Europe, ont besoin d'une nouvelle offre politique, une alternative ancrée dans l'humanisme et la liberté pour construire le monde de demain. Je crois également qu'en France, c'est François Bayrou qui a ouvert cette voie. Mais je pense que c'est à échéance d'une décennie au moins, peut-être plus, qu'il faut envisager qu'elle puisse prendre son élan. Et encore : entre-temps, peut-être se sera-t-il produit des évènements graves, en Europe au moins, qui rebattront la donne de l'offre politique.

J'essaierai de demeurer un soutien critique, mais sans faille pour Bayrou et son MoDem, mais je songe aussi à l'avenir, et particulièrement à l'avenir post-Bayrou. Il faudra, pour tous ceux qui rêvent d'un humanisme futur, construire un projet plus élaboré. Le livret orange est une ébauche, éminemment critiquable à plein d'égards, mais cette ébauche a le mérite d'exister.

Je pense proposer  ceux qui me lisent et se retrouvent dans les opinions que j'exprime ici, une réécriture progressive du programme du MoDem, non en supprimant tout ce qui a été fait, mais en abrogeant certaines dispositions, précisant ce qui n'a pas été traité, corrigeant et améliorant ce qui demeure obscur ou sans développement.

Ce travail pourrait se faire sur le blog, mais aussi sur un support comme google docs où chacun peut intervenir et le cas échéant modifier une ou plusieurs pages. J'ai bien noté que sur l'éducation, plusieurs commentateurs m'avaient donné leur aval en ce sens. Je vais collecter donc les courriels et adresser un message et une invitation à ces derniers d'ici peu.

Je crois également que nous avons tout intérêt à discuter avec ceux qui ailleurs, lancent le débat sur leurs propres idées. Sur l'éducation, je l'ai déjà dit ici, c'est clairement le cas chez Désirs d'Avenir, le think tank de Ségolène Royal. Je ne cherche pas à élaborer un programme commun, ni un rassemblement de quelque sorte que ce soit, mais je crois au choc des idées et à la confrontation des propositions.

J'ai constaté, par exemple, que les membres actifs de Désirs d'avenir, outre l'éducation, s'intéressaient aussi aux questions de fiscalité et à ce qu'ils appellent le désordre fiscal. Je dois admettre que pour l'instant, je n'ai plus vu de débats de cette intensité depuis feu les forums de l'UDF. Je pense que certains adhérents se retrouveront dans ce qu'il s'y dit. Pas moi, qui suis en phase avec des options nettement plus libérales que la moyenne des militants démocrates. Mais justement : le débat s'annonce intéressant.

Mais je pourrais bien aller croiser le fer ailleurs, chez les libéraux les plus radicaux : ici, je fais figure d'épouvantail libéral, là-bas, je pourrais bien passer pour un affreux socialiste-étatiste. C'est ça la "centriste-touch" :-). Là-bas aussi on débat et il s'y dit des choses. J'adore l'introduction de ce forum avant inscription :

Ce forum est un forum libéral privé destiné aux discussions entre libéraux. Il appartient à une association libérale qui en paie tous les frais. Il n'est pas destiné aux discussions entre les libéraux et les autres. Nous revendiquons la censure et la fermeture d'esprit la plus sectaire. Si vous êtes contre le libéralisme, si vous venez pour critiquer le libéralisme, inutile de vous inscrire, vous serez viré. Vous êtes libéral ? Ça ne fait pas automatiquement de vous un habitué du forum. Vous êtes nouveau, soyez humble et comportez-vous comme ce que vous êtes - un invité. Vous n'aurez jamais qu'une seule chance de faire une bonne première impression. Ce forum abrite des tendances du libéralisme qui vont de l'écologie libérale au libéral-conservatisme en passant par l'anarcho-capitalisme et tous les mélanges que vous pouvez imaginer. Mépriser les croyances d'autrui est une des pires choses que vous pouvez faire sur ce forum, que ces croyances soient religieuses ou au contraire laïques. D'une manière générale, ce que passe bien à l'extérieur du forum ne passe pas forcément bien dans le forum, alors lisez un peu avant de vous mettre à écrire, ça vous épargnera des déconvenues. Il n'existe pas de droit de légitime défense sur ce forum. Si on vous attaque, utilisez le bouton "signaler". En aucun cas le fait qu'on se conduise mal envers vous ne vous autorise à en faire autant, et en tant que nouveau, vous serez jugé plus sévèrement. C'est injuste mais c'est comme ça. Vous aimez le sport ? Alors vous savez que la règle numéro un, c'est que l'arbitre a raison même quand il a tort. Les modérateurs ne sont qu'humains, ils se trompent donc régulièrement. Ça n'empêche que si vous critiquez l'arbitre, c'est carton rouge. Ce forum a une charte. A l'origine, elle était présentée ici aux nouveaux arrivants, en lieu et place de ce message. Nous nous sommes aperçus que personne ne la lisait, et avons donc décidé de faire court histoire d'attirer l'attention sur l'essentiel. Nous ne pouvons que vous conseiller de la lire.

Je sens que les mecs, ils ont du se coltiner des anti-libéraux de la catégorie alter purs de durs, et que cela les a échaudés un tantinet :-) En tout cas, l'introduction m'a bien fait rigoler et m'a bien évidemment donné envie de poursuivre l'inscription. J'avoue même que cela m'a mis le doux fumet du libéralisme en bouche :-)

Enfin voilà, quoi : mon horizon ce n'est plus 2012 (j'aimerais bien, mais bon...) mais le 21ème siècle...

P.S entre nous, l'introduction de liberaux.org, ça fait drôlement penser à du h16 dans le texte, mais ce n'est peut-être qu'une coïncidence...

samedi, 06 février 2010

Excellence et éducation, chez Désirs d'Avenir aussi on débat...

Tiens tiens tiens...sur la suggestion d'un commentateur de Marianne qui venait de reprendre mon billet de réponse à Vincent Peillon, je me suis rendu sur le site de Désirs d'Avenir, et j'ai découvert que l'on y retrouvait les mêmes débats que ceux qui traversent le MoDem.

C'est dans la catégorie Pacte éducatif que j'ai trouvé les discussions les plus intéressantes : d'un côté, il y a le pédagogo de service, qui multiplie les sujets, vante les mérites du collège Clisthène de Bordeaux, une pédagogolâtrerie de Meirieu, et fait l'apologie de tout ce que compte la secte pédagogolâtre. De l'autre, des gens de bons sens, des Jérémie, des silvio54, des Moni, annie, quisqueya, Frédéric1, Damien Mouhet et d'autres encore : quand je les lis, je me dis qu'il y a encore de l'espoir. Entre ces partisans-là de Ségolène Royal et ce que je promeus, en matière d'éducation, je pense qu'il n'y a guère de différences. En tout cas, bien plus de convergences qu'avec Peillon.

C'est marrant, finalement : considérant Espoir à gauche sur les questions d'éducation, et Ségolène Royal en face, j'y trouve des distorsions assez semblables à celles qui existent entre le MoDem et Bayrou.

C'est une des raisons qui font que Ségolène Royal me paraît la seule personnalité à gauche avec laquelle il me semble possible de converger (jusqu'à un certain point). Je demeure étonné de l'hostilité de pas mal de militants du MoDem à son encontre, alors qu'elle partage, en réalité, pas mal de choses avec nous. Je pense qu'elle a souvent été victime de mauvais procès (Comme Bayrou, au demeurant).

En tout cas, tous ces militants de Désirs d'Avenir qui me redonnent espoir, ils devraient ne pas laisser les idéologues s'emparer de leur courant de pensée. Je suis au regret de leur faire savoir que les idées mises en avant sur le site d'Espoir à Gauche sont à l'opposé de ce qu'ils souhaitent. En revanche, ils sont dans la droite ligne de ce que le PS promeut depuis 20 ans, sans dévier, et effacent radicalement la rupture dans ce domaine que laissait présager Ségolène Royal.

Si nous voulons des changements, il nous faut agir chacun dans nos mouvements politiques et tenter d'y faire du ménage avec les forces qui sont les nôtres...

 

samedi, 19 septembre 2009

Ben quoi ? il est pas mal le nouveau Désirs d'avenir ?!

desirsavenir.jpgC'est marrant, là, je trouve, le haro général sur la nouvelle version du site de Ségolène Royal, Désirs d'avenir. Les technotrons se déchaînent et c'est la rigolade généralisée. Bon, admettons, le fond d'écran fait un peu mystique, voire new age, mais en dehors de ça, finalement, la présentation est très claire. Or, la clarté de la présentation, c'est la première qualité d'un site. La technicité, on s'en tape, ou, du moins, l'internaute moyen n'en a rien à f... Cela n'intéresse que les blogueurs, les technotrons et éventuellement quelques journaleux.

L'internaute moyen, ce qu'il veut, c'est naviguer facilement là où il se rend, et, pour la page d'accueil, cela me semblait plutôt réussi. Après, ce qui compte, c'est le contenu et sa lisibilité.

Ils ont utilisé du Joomla. C'est un bon système de publication assistée, bien moins lourd que SPIP et nettement plus performant. L'inconvénient, c'est qu'il faut savoir le manipuler.

In fine, pas la peine de chercher à trop en faire. Simple et efficace, voilà la recette de la réussite.

J'ajoute que de manière générale, j'ai une aversion prononcée pour les lynchages en meute. J'aime bien Marianne2, mais aujourd'hui, on ne peut pas dire que la qualité de l'analyse politique est au RDV. Pour Sylvain Lapoix, l'échec supposé du visuel serait le symbole de l'isolement croissant de l'ex-candidate du PS à la présidentielle de 2007. Ouah, admirons la puissance de l'analyse politique ! Yess !!! j'ai quelques analyses de ce tonneau à vendre à Marianne2, dans ces conditions, si cela intéresse mon webzine favori...

Quant à Claudio, quand il relaie une vidéo, il devrait prendre le soin de l'écouter jusqu'au bout. Il s'agit d'un montage de toutes pièces. Franchement, est-ce que vous imaginez la presse télévisée britannique s'intéresser aux sites de la classe politique française ? Voyons, Claudio, il ne suffit pas de se demander si c'est un montage en intro de ton billet, il faut au moins le vérifier. Heureusement que Nemo est un peu plus vigilant que toi (au passage l'un des rares blogueurs à avoir une réaction mesurée et sensée sur cet événement).

Et tant que j'y suis, il y a un truc qui est objectivement malhonnête, c'est de faire croire que la conception du site a été facturée à 40 000 euros. J'ai bien relu l'article de l'express qui évoque le sujet, et je crois que ce qui coûte cher à mettre en place, c'est en réalité cela :

« la création d'une "télévision sur Internet diffusant deux heures par jour", la mise en place d'une "boutique de vente de produits" estampillés Désirs d'avenir et l'installation d'une "arborescence téléphonique surtaxée pour produire des ressources" »

Évidemment pas le graphisme du site, c'est évident. Comme d'habitude, Internet et les blogues sont prêts à véhiculer n'importe quoi sans prendre la peine de se renseigner de près, et une grande partie de la presse relaie l'ânerie avec un bel ensemble... La seule remarque qui me paraît valide, c'est celle de Nemo : ce serait une grave erreur politique que de confier la réalisation de son site politique  à son compagnon, car c'est prêter le flanc à des accusations de clientélisme. Et puis, à titre personnel, je pense qu'il faut bien se garder de mêler la vie sentimentale et la stratégie politique, conseil d'hérétique...

23:53 Publié dans Insolite | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : royal, désirs d'avenir |  Facebook | | |

jeudi, 12 février 2009

Est-ce que Désir d'avenir est un parti ?

Je viens de lire successivement l'interview de Quitterie sur le Post et en même temps la réaction/non-réaction de Christophe. Et à vrai dire, je me pose une question : apparemment, Quitterie reconnaît, dans cet entretien, avoir eu des contacts avec Désirs d'avenir. En même temps, elle précise avec netteté et fermeté qu'elle ne désire plus s'engager dans un parti (très précisément, à la question posée, elle réplique qu'elle a évidemment des contacts avec des personnes dans d'autres partis). Poursuivant logiquement la quadrature du cercle, j'en viens à me demander, dans ces condtions, si elle considère ou non Désirs d'avenirs comme un parti.

Je précise qu'il ne s'agit en aucun cas d'une reproche de ma part, comme je l'ai dit, Quitterie est rigoureusement libre d'aller où elle veut, et de plus, j'ai plutôt une bonne opinion des cercles de réflexion fondés par Ségolène Royal.

La question que je me posais est en fait davantage philosophique : quelle est la frontière entre le cercle de réflexion et le parti politique ?

Tout comme Quitterie, je tends à penser que l'organisation verticale des partis a vécu. Sur ce point, je la rejoins. Il me semble que Désirs d'avenir et le MoDem ont en commun d'essayer de se structurer horizontalement, et non verticalement. Je ne dis pas que c'est réussi, mais en tout cas, au moins au MoDem, on essaye. A certains égards, le MoDem n'est pas un parti politique traditionnel, précisément en raison de ces tentatives pour s'organiser autrement. Il y a eu une polémique, récemment, sur le financement de Désirs d'avenir, mais les tenants de ce mouvement ont fait valoir que ce n'était pas un parti politique.

Désirs d'avenir a pourtant bien une couleur politique. Voilà, la question demeure donc ouverte.