Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 06 novembre 2010

Caniveau parisien pré-apocalyptique

J'ai lu intégralement  la Tune dans le caniveau de Thierry Crouzet. A vrai dire, comme je lis vite, les premiers paragraphes m'ont d'abord inspiré un mauvais ressenti : j'ai cru lire du mauvais Barjavel technotronisé, un peu à la façon de  Ravages. Et puis bien réfléchi, j'ai poursuivi ma lecture. Distrayant. En termes d'environnement social et sociétal, c'est une sorte d'hybride de blade runner parisien et du film qui a inspiré Matrix (mais dont je ne parviens plus à me rappeler le nom). Le développement technologique tel qu'il apparaît dans le livre se rapproche évidemment davantage des évolutions des techniques telles qu'on peut les attendre dans les trente prochaines années.

Crouzet imagine un Paris en proie au communautarisme (pas tant religieux que l'esprit de clan) et à l'anarchie. Crouzet plaide pour ce qu'il appelle l'humano-diversité, voyant dans l'humanité un ajustement monumental de particularités, mais il ne peut s'empêcher de diviser sommairement pour pas ne dire binairement voire même primairement,  l'humanité en riches et en pauvres. Extase déteste la bouc-émissarisation, mais les riches apparaissent bien à l'origine de la faillite de la société humaine. 

Ce qu'il y a, c'est que Crouzet récuse la lutte des classes : ses riches sont des pauvres qui sont devenus accidentellement riches. Il n'en reste pas moins que toute sa nouvelle est construite autour d'une opposition forte entre riches et pauvres, opposition dont les riches sont avant tout comptables. Les banquiers sont ainsi comparés à des esclavagistes mâtinés de faussaires dotés du droit imprescriptible de frapper monnaie comme bon leur semble. Crouzet récuse les raisonnements simplistes, mais il invoque lui-même ses banquiers et ses riches comme un deus ex machina à la source des maux ultimes de sa société pré-apocalyptique.

Crouzet avalise les inégalités en s'en remettant à la Loi de Pareto : pour 100 individus, en tout temps, sous tout régime, 80% de pauvres, 20% de riches. L'idée de Crouzet est en revanche de cloisonner tout ce que l'humanité a l'habitude d'évaluer en monnaie. Ainsi, les 20% des riches en argent ne sont pas les 20% des riches en bonheur ni les 20% des heureux en amour et ainsi de suite. Un équilibre subtil est donc envisageable. Sauf que rien ne tient dans la construction  de Crouzet parce qu'il hypostasie une interchangeabilité entre différents critères de mesure de la réussite. Comme si tous les êtres humains allaient s'accorder pour avoir cette raison-là.

Il y a quelque chose chez Crouzet qui me fait furieusement panser à l'homo geslstat de Théodore Sturgeon, une utopie qui ne vaut que pour la science-fiction ou l'Abbaye de Thélème.

Protagoras a dit et écrit que l'homme était la mesure de toutes choses. Aussi, toute vie sociale procède de conventions nécessaires pour pouvoir vivre ensemble. L'important n'est pas de réaliser l'égalité, sur le fond l'objectif de Crouzet, même si elle prend de voies détournées par rapport aux théories marxistes, mais de donner les moyens à tous de vivre ensemble tout en gardant un espoir.

Ce n'est pas grave qu'on constate qu'empiriquement, seuls 20% des individus dans toute société, disposeront de 80% des richesses, à condition qu'ils soient interchangeables. L'origine du désespoir, au fond, sauf à ce que le peuple soit trompé par des démagogues, ce n'est pas de ne pas être là où l'on voudrait être, mais de n'avoir aucune opportunité de changer.

Le Noam de Thierry Crouzet imagine pouvoir contourner la propriété comme mesure de pouvoir et bien-être par la dématérialisation. L'expérience du monde virtuel Second Life aurait du pourtant lui apprendre que tout monde virtuel n'est jamais qu'une réplique du monde réel. Sur Second Life, on vend des biens et des terrains virtuels avec le même appétit que dans notre monde réel. Seule l'échelle change.

Le réseau est une chimère : il s'y reproduit toutes les hiérarchies auxquelles nous sommes habitués, simplement, ces dernières y prennent d'autres formes. 

In fine, c'est l'existant qu'il convient de chercher à aménager au mieux. Les réseaux sont un fait de société, en aucun cas des sur-entités par essence éthiquement supérieures. Croire qu'ils constituent une nouvelle étape du développement humain est un leurre vain qui ne peut conduire qu'à une impasse.

lundi, 14 juin 2010

Le culte de l'éphémère

Au fil des années qui s'écoulent, j'ai souvent le sentiment d'être pris dans un maelström de pratiques sociales qui se succèdent les unes aux autres sans temps de respiration. La pause n'existe pas dans notre société consumériste. C'est une gigue endiablée qui change de clef à chaque mesure. Le temps des sociétés ou même des groupes est révolu. C'est l'heure des réseaux, sociaux de préférence ; la Toile en est le lieu d'apparition et de disparition privilégié. Un clic de souris et nous voilà ami avec le plus parfait inconnu parce qu'il veut sauvegarder une espèce rare de chenille. Un autre clic et l'amitié cesse parce qu'il a critiqué la star où le sportif que nous adulons. Sur twitter, on "followe" ou on "défollowe" selon l'humeur du moment. Le sentiment d'appartenance est devenu si lâche qu'il ne tient plus à grand chose.

Il n'existe plus ou presque de Service après vente pour les produits de consommation : à quoi bon ? une mode chasse l'autre d'une saison sur l'autre. Mieux vaut externaliser un coût dont la société de consommation ne se porte pas demandeuse, ou, tout du moins, dont elle ne fait aucunement une priorité. Non, il est bien plus important de demeurer dans la tendance. Pas de service après-vente, pas de réparation non plus. Réparer est devenu plus coûteux que produire. Et cela s'explique aisément : on peut produire en série, on ne peut pas réparer en série. Un pont d'or pour celui qui parviendra à anticiper et breveter cassures, brisures, usures et torsions. Le voilà riche. Par essence, le bris est accidentel. Il arrive par hasard et peut donc difficilement obéir à une loi des séries.

De ce fait, il n'est plus utile de prévoir quoi que ce soit de durable. La durabilité n'est donc plus non plus un critère de qualité. Et ce qui vaut pour nos produits de consommation s'exporte dans nos pratiques sociales. Le culte du réseau a supplanté l'appartenance au groupe. L'engagement en prend donc un coup à son tour. Engagement politique, associatif. Seul l'intérêt individuel devient une valeur objectivable et un possible gage de longévité.

Les jeunes gens investis dans le secteur associatif reconnaissent désormais que leur investissement n'a de sens que leur intérêt bien compris. Faut-il le leur reprocher ? Non, sans doute. Mais alors cessons aussi la grande comédie de l'humanitaire et reconnaissons les choses pour ce qu'elles sont réellement.

Il existe un revers de la médaille : le sacrifice à l'immédiateté rend la projection difficile. Nul ne sait pas de quoi demain sera fait. Il faut être réactif, polymorphe et adaptable : réactif à l'information qui fuse toutes les secondes, aux changements de tendances, capable de s'adapter, de changer de statut, de métier. Rien où l'homme ne puisse poser ce qu'il est.

Zénon! Cruel Zénon! Zénon d'Êlée!

M'as-tu percé de cette flèche ailée

Qui vibre, vole, et qui ne vole pas!

Comme il a été censé, l'Éléate Parménide, d'énoncer ces sages pensées.

le non-être est forcément, route où  je te le dis, tu ne dois aucunement te laisser séduire.

Tu ne peux avoir connaissance de ce qui n’est pas, tu ne peux le saisir ni l’exprimer;

C'est bien ce sentiment de ne pouvoir étreindre autre chose que l'écume des jours qui passent, qui m'amène à supputer que notre société est en grand manque d'être ; en grand manque d'être, parce qu'elle l'a échangé contre l'avoir, et que ce dernier est au non-être ce que l'être est à l'essence.

lundi, 19 octobre 2009

democrates.fr, la fréquentation explose !

On s'en souvient, l'apparition d'un réseau social proposé par un parti politique avait fait grand bruit, en février dernier : le MoDem mettait en place, à la demande de François Bayrou, une plate-forme de groupes, de blogs et de forums : lesdemocrates.fr

8 moi après, le webmestre fait un bilan, et il n'est pas décevant ! 2500 personnes se sont inscrites sur ce réseau, 1237 blogs ont été créés dont une centaine mis à jour plus d' une fois par semaine.

La fréquentation est plus que respectable : de 1000 visiteurs à 10 000 visiteurs dans la journée, et, en moyenne de 3500 à 5000. Quand je pense que j'arrive péniblement à 1000 visiteurs uniques par mois...A vrai dire, j'avais constaté que je recevais en effet pas mal de visites quand un de mes articles était signalé en partie reflexion ou Toile démocrate.

Cela dit, Guillaume, le modérateur de la plate-forme demande aux utilisateurs ce que l'on peut faire pour améliorer le site. Nom de D... cela fait un moment que les utilisateurs le disent ! 1.Permettre aux blogs qui le veulent de disposer de statistiques, soit via un plug-in wordpress, soit par une ligne de code externe. Les blogs ne peuvent pas se développer dans la blogosphère sans cela, et d'ailleurs, en dehors du réseau lui-même, on en entend rarement parler ailleurs sur la Toile. 2.Ouvrir ces *##!$ censuré de forums afin que les adhérents, sympathisants, militants ou curieux puissent bosser sur la plate-forme elle-même ! Évidemment, cela bouffe de la bande passante (surtout les compteurs de stats) mais c'est le prix à payer pour pouvoir continuer à évoluer.

mercredi, 13 mai 2009

Quatre nouveaux blogs pour l'Échiquier

Notre "famille" s'agrandit : quatre nouveaux blogs ont rejoint notre flux. Criticus que j'ai réussi à convaincre de revenir parmi nous, Exigence démocratique que je n'avais pas encore pris le temps de saluer, et Détours à Tours, qui se joint à son tour à nous et enfin un blog de la plate-forme lesdemocrates.fr que nous connaissons plutôt bien ici, éloge de la liberté de parler.

J'en profite pour rappeler la charte de l'Échiquier, très simple.

- respect de la législation française, notamment, pas d'anti-sémitisme, pas de racisme, pas d'homophobie, pas d'appel à la violence (ni contre les étrangers ni contre les patrons) et cetera...

- pas de diffamations les uns envers les autres

- respect du choix de l'expression (notamment de l'anonymat pour ceux qui désirent user de cette forme afin de s'exprimer plus à leur aise ou à l'abri d'éventuelles pressions de leurs employeurs, par exemple).

- affichage du flux sur son blog

PS,UMP,MoDem,Nouveau Centre, Radicaux de gauche et de droite, écologistes, communistes, souverainistes, alter-mondialistes, nationalistes, tous peuvent participer, dès lors que chacun s'engage à respecter la règle du jeu, avec l'espoir de mater l'adversaire :-)

Diagonale du Fou, coup du Cavalier, Prise en passant, tout est bon pour aboutir à l'Échec et Mat !

Il y a donc désormais 23 blogs dans le flux.

http://aurel.hautetfort.com/
http://crapauddumarais.hautetfort.com/
http://www.toreador.fr/
http://falconhill.blogspot.com/
http://polluxe.wordpress.com/
http://ataraxosphere.canalblog.com/
http://dansmabesace.blogspirit.com/
http://www.democratiedurableblog.fr/
http://lafrancedetoutesnosforces.hautetfort.com/
http://heresie.hautetfort.com/
http://rakotoarison.over-blog.com/
http://lespagespolitiquesdemirabelle.over-blog.fr/
http://www.quindiblog.eu/
http://serge-briere.over-blog.com/
http://disparitus.blogspot.com/
http://maximemangeot.wordpress.com/
http://skeptikos.hautetfort.com/
http://skeptikos.dremm.net/
http://exigencedemocratique.blogspot.com/
http://detoursatours.blogspot.com/
http://criticusleblog.blogspot.com/
http://blog.vaches-a-la-une.fr/
http://thalesdemilet.lesdemocrates.fr/

Pour afficher le flux sans widget (c'est moins lourd) voici le code :

[EDIT] Je fais une nouvelle mise à jour pour l'Échiquier aujourd'hui 12 mai 2009. Voici le code html/javascript, moins lourd que le code widget. Mais popur ceux qui préfèrent le widget, c'est ici[/EDIT]

<img src="http://tbn0.google.com/images?q=tbn:FMEKH6nfrHgaeM:http://www.prix-strategie.eu/uploads/media/visuel%2520echiquier.jpg">
<script type="text/javascript" src="http://www.google.fr/reader/ui/publisher-fr.js"></script>
<script type="text/javascript" src="http://www.google.fr/reader/public/javascript/user/17390787627019178077/label/L'Échiquier?n=5&callback=GRC_p(%7Bc%3A%22black%22%2Ct%3A%22%5C%22L'%5CxC9chiquier%5C%22%20via%20Heretic%22%2Cs%3A%22false%22%2Cb%3A%22false%22%7D)%3Bnew%20GRC"></script>

Regardez bien ce qui est surligné en orange : c'est ça qui vous permet de fixer le nombre d'articles que vous voulez faire apparaître. Si vous remplacez par exemple n=5 par n=10 vous aurez 10 titres au lieu de 5.

Tant que j'y suis : certaines plate-formes (google,wordpress) permettent d'afficher directement le flux. En voici l'adresse :

http://www.google.com/reader/public/atom/user%2F17390787627019178077%2Flabel%2FL%27%C3%89chiquier

Le code pour le widget est là (plus lourd à afficher) :

<object classid="clsid:d27cdb6e-ae6d-11cf-96b8-444553540000" codebase="http://fpdownload.macromedia.com/pub/shockwave/cabs/flash/swflash.cab#version=9,0,0,0" type="application/x-shockwave-flash" width="170px" height="423px" id="InsertWidget_c9ff46fd-fc8d-4329-880a-0d163ee0e80b" align="middle"><param name="movie" value="http://widgetserver.com/syndication/flash/wrapper/InsertWidget.swf"/><param name="quality" value="high" /><param name="wmode" value="transparent" /><param name="menu" value="false" /><param name="flashvars" value="r=2&appId=c9ff46fd-fc8d-4329-880a-0d163ee0e80b" /> <embed src="http://widgetserver.com/syndication/flash/wrapper/InsertWidget.swf"  name="InsertWidget_c9ff46fd-fc8d-4329-880a-0d163ee0e80b"  width="170px" height="423px" quality="high" menu="false" pluginspage="http://www.macromedia.com/go/getflashplayer" type="application/x-shockwave-flash" wmode="transparent" align="middle" flashvars="r=2&appId=c9ff46fd-fc8d-4329-880a-0d163ee0e80b" /></object>

12:17 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : échiquier, réseau, flux |  Facebook | | |

jeudi, 23 avril 2009

L'Échiquier, évolution ?

visuel%2520echiquier.jpgCette petite note pour évoquer le flux que j'ai mis en place il y a plusieurs mois, l'Échiquier. Après avoir connu des fortunes diverses (des départs et des arrivées) il a récemment accueilli des têtes nouvelles. Je me pose la question de son évolution. Je rappelle qu'il s'agit pour l'instant d'un flux plutôt que d'un réseau avec une charte minimale que voici :

Pour participer à ce flux, il faut respecter quelques principes :

- respect de la législation française, notamment, pas d'anti-sémitisme, pas de racisme, pas d'homophobie, pas d'appel à la violence (ni contre les étrangers ni contre les patrons) et cetera...

- pas de diffamations les uns envers les autres

- respect du choix de l'expression (notamment de l'anonymat pour ceux qui désirent user de cette forme afin de s'exprimer plus à leur aise ou à l'abri d'éventuelles pressions de leurs employeurs, par exemple).

- affichage du flux sur son blog

PS,UMP,MoDem,Nouveau Centre, Radicaux de gauche et de droite, écologistes, communistes, souverainistes, alter-mondialistes, nationalistes, tous peuvent participer, dès lors que chacun s'engage à respecter la règle du jeu, avec l'espoir de mater l'adversaire :-)

Diagonale du Fou, coup du Cavalier, Prise en passant, tout est bon pour aboutir à l'Échec et Mat !

C'est ainsi que j'avais défini l'Échiquier à sa création. C'est une définition minimaliste qui n'évoque aucune valeur si ce n'est le respect de la loi française et le respect de chaque participant envers les membres du flux. Mais on peut faire évoluer cette charte et écrire une véritable charte éthique. Toréador, Falconhill et Polluxe nous ont rejoints dans les dernières semaines. Bienvenue à eux ! Je rappelle qui participe actuellement à ce flux, en plus des trois nouveaux arrivants :

Ataraxosphère

Nelly Margoton et sa besace

Démocratie Durable

Alcibiade

Sylvain Rakotoarison

Mirabelle

l'hérétique

Quindi [EDIT] Mille excuses, il fait bien partie du flux ! [/EDIT]

Serge Brière

Skeptikos (ancien blog)

Chroniques Vénitiennes nous avait rejoint mais il n'a jamais affiché le flux et j'ai fini par  le retirer récemment. Criticus et Hypos ont également joint temporairement le flux mais se sont eux-mêmes retirés, le premier abandonnent l'idée de joindre un réseau, la seconde ne voulant pas être liée par la charte de l'Échiquier. Skeptikos a exprimé l'intention de lier  son nouveau blog à l'Échiquier, mais j'en attends pour l'instant l'affichage. Je suis en contact avec quelques autres blogs qui pourraient être intéressés par l'appartenance à ce flux.

La question que je me pose, désormais, c'est de sa transformation en réseau avec un blog plate-forme et une véritable charte. Qu'en pensez-vous ? Je vous engage à venir vous exprimer, car je compte bien appliquer l'adage "qui ne dit mot consent" pour ceux qui choisiraient le silence :-)

 

10:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : l'échiquier, blog, réseau |  Facebook | | |

vendredi, 18 janvier 2008

Subprimes, virus, connexions, réseaux et cerveaux

J'étais tout récemment en pleine réflexion sur le risque que font peser les subprimes sur l'économie mondiale, et notamment sur leur processus de diffusion. Et d'un seul coup, l'observation m'est venue que les subprimes s'étaient propagées à la manière d'un virus informatique !!! En effet, les subprimes sont des créances d'individus généralement pauvres qui correspondent en gros à un gage sur la valeur supposée du bien immobilier que ces derniers ont acheté. Ces mêmes créances sont évaluées à une valeur X avec un estimation du risque qu'elles représentent : elles sont ensuite titrisées, non pas toutes seules, mais par petites doses dans un produit financier qui comporte d'autres valeurs, et de manière à ce que leur part demeure minoritaires.

Ces titres sont alors vendus ou échangés contre d'autres titres, parfois dans des paniers de valeurs boursières. Au final, peu savent qui possède des subprimes, et surtout à quel montant estimer les risques voire les pertes qu'elles engendrent. Finalement, commme une sorte de troyen (trojan) , genre un script qui vient d'agréger l'air de rien à un programme standard et passe au travers des mailles du filet de l'anti-virus et du pare-feu, de la même manière que les subprimes sont passées au travers des diverses opérations de contrôle de gestion qui existent dans les établissement financiers. 

Ce phenomène est intéressant, et m'amène à me demander s'il n'est pas possible, pour les banques, d'élaborer des systèmes de défense sur le modèle des défenses informatiques, ou, plus exactement avec la même organisation.

A noter que le processus de contaminiation des  subrpimes n'échappe pas non plus à la métaphore organique, et que l'on peut également penser à la contagion d'une maladie (ebola, peste, virus H5N1, Sida...).

Voilà qui laisse pensif aussi sur les modèles que génère l'esprit humain : plusieurs observateurs de la Toile notent que l'Internet mondial se structure en réseaux, de la même manière que le cerveau humain fonctionne avec des réseaux de neurones, chacun accomplissant une tâche spécifique. Nos réseaux sur la Toile sont apparemment partiellement inconscients de tous les réseaux qui existent, mais ils sont conscients de l'existence de réseaux et connaissent les réseaux voisins. On a pensé à mon avis à tort qu'une machine pouvait prendre le contrôle de l'humanité dans les films de science-fiction. En revanche, si chaque individu surfeur représente un neurone, il devient assez séduisant de s'imaginer que la Toile se développe comme un cerveau humain avec toutes ses connexions, et certainement très intrusctif pour la neurologie et la psychologie du développement d'observer comment il se structure, quitte à risquer certaines projections sur l'individu.

 

Voilà, c'était la pensée du jour :-)