Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 05 juillet 2009

Libéralisme contre néo-libéralisme

Avec ce billet, j'ai à peu près l'assurance de voir rappliquer LOmiG et Criticus : ces derniers temps, nous nous sommes heurtés à plusieurs reprises sur la définition du libéralisme et surtout, sur la pertinence du néologisme néo-libéralisme. Je viens d'achever, tout récemment, après une très longue lecture, les apports de l'école autrichienne d'économie de Thierry Aimar. Objectivement, j'en ai sué, parce que j'ai eu du mal à bien comprendre le modèle praxéologique, dans un premier temps, le principe catallactique ensuite, et puis pour finir, j'ai abandonné avec la théorie de la monnaie de Hayek. Le dernier chapitre est passionnant, parce que les Autrichiens s'essaient à tenter de définir une économie du bien-être, et ils butent sur le modèle praxéologique qui récuse toute forme de subjectivisme. En récusant la validité du modèle expérimental appliqué à l'humain, les Autrichiens ont de facto effacé la possibilité d'une morale collective, et, par là, d'une définition du bien commun. Conséquemment, il ne leur est plus possible de circonscrire une économie du bien-être sans devoir se départir de l'impartialité propre au modèle praxéologique.

Ce qu'on appelle communément néo-libéralisme prend en réalité sa source dans les ultimes avatars hayekiens de l'école autrichienne. Pour LOmiG ou Criticus, le libéralisme est avant toutes choses contractuel, et c'est le contrat et la liberté de contracter qui le définit en premier lieu. Donc, le plus important, pour une société, à leurs yeux, c'est de garantir la liberté du contrat et...son exécution ! Cette liberté de contracter est celle de l'individu, je ne parle pas, ici, du contrat social, celui de Jean-Jacques Rousseau. Dans ces conditions, l'éthique est un choix personnel dont la seule limite est de ne pas gêner le voisin dans le cadre de la société. Pas de morale collective, mais un accord général pour admettre certaines règles de vie commune, voilà la substance de ce libéralisme là pour les aspects civils et éthiques. Est-ce un hasard, d'ailleurs, si Criticus invoquait, en décembre dernier, la survie pour justifier son libéralisme ? C'est exactement l'argument qu'Hayek tente désespérément d'invoquer pour tenter de sauvegarder une morale dans le processus catallactique : le marché serait l'expression de l'instinct de survie des individus puisqu'ils y viennent pour satisfaire leurs besoins et y réaliser des transactions avantageuses pour eux (voir dernier chapitre du livre de Thierry Aimar). Qu'il en soit conscient ou non, c'est bien dans cette tradition-là que Criticus s'inscrit.

Pour ma part, j'ai eu souvent l'occasion de le faire valoir, mon principal totem libéral, c'est Montesquieu. Or, chez Montesquieu, la liberté n'est pas première, comme chez les Autrichiens. La liberté est la conséquence d'un choix moral qui est de pratiquer la vertu. Montesquieu constate que seule la liberté permet véritablement l'expression de cette vertu. Et, le type de régime républicain, et tout particulièrement la démocratie, est l'expression politique qui garantit le plus sûrement cette liberté. Et donc la vertu...

Nous sommes donc bien face à deux conceptions du libéralisme, qui partagent évidemment certaines vues, qui s'opposent parfois frontalement, et qui, au final, divergent sensiblement à plus d'un égard.

Avec un billet comme celui-là, il ne me reste plus qu'à attendre des réactions de la sphère libérale...

vendredi, 03 octobre 2008

Au coeur de la crise financière

Il est devenu un lieu commun que de condamner vertueusement les dérapages du système financier. Cette facilité, je me la refuse, pour une raison simple : j'estime que la posture morale consistant à dénoncer les vilains financiers ne rend pas compte de la nature profonde de la crise.

A mon sens, ce qu'il est intéressant d'analyser, ce sont les processus d'interprétation et d'anticipation qui ont conduit à cette crise. Pourquoi, par exemple, pour les subprimes, plusieurs acteurs importants du secteur financier ont continué à titriser des créances dont ils ne pouvaient ignorer la fragilité, et comment ont-ils raisonné pour supposer qu'un titre ou un montage juridico-financier qui intégrait des superpositions aussi complexes étaient solides ? Pourquoi les agences de notation se sont-elles montré si imprudentes en validant la fiabilité de produits dont elles ignoraient le contenu intrinsèques ?

Erreurs humaines ? Je ne suis pas expert en finance comportementale, mais il me semble qu'il y a sur ce terrain bien peu exploré des recherches à effectuer pour trouver des éléments de réponse.

A côté de cela, il y a aussi la complexité propre des montages : on a pu se demander çà et là pourquoi les banques ne disposaient pas de cabinets d'experts pour estimer elles-mêmes les risques des produits financiers qu'elles achetaient, voire, qu'elles produisaient.

Ce que le grand public ne se représente pas, c'est le degré d'élaboration de ces montages : on estime les risques qu'ils comportent en les "stressant" (imaginant leur comportement dans les conditions les plus extrêmes du marché), via des programmes informatiques très complexes. Sauf que : encore faut-il que les développeurs qui réalisent sur commande ces programmes sophistiqués aient la culture juridique et financière pour bien saisir les tenants et les aboutissants de ce qu'ils font. En fait, au bout d'un moment, en dehors de quelques polytechniciens particulièrement brillants, les petites mains des banques, fussent-elles haut placées, ne contrôlent plus précisément ce qu'elles font. Elles en ont une idée approximative, mais suivent, in fine, une procédure. A force d'entremêler les noeuds, il devient difficile de retrouver la manière dont ils ont procédé, et la créature finit par leur échapper.

Il y a donc un aspect interne, pas simple, parce que lié à la nature éminemment complexe de la finance. Et d'une certaine manière, c'est là ma réponse à ce qu'écrit Alcibiade ce matin, et notamment ceci :

« Se "couvrir" d'un risque clairement énoncé, en effet n'est pas condamnable, comme le mentionnait Olivier. Mais depuis des années, l'imbrication toujours plus complexe ne visait plus cela. Il s'agissait de "planquer ses fesses" ou plus clairement de maquiller une valeur mobilière qu'on savait pourrie dans une nouvelle entité suffisamment obscure pour qu'aucun acquéreur ne soupçonne l'embrouille.»

Il y a donc cet aspect au coeur de la conception d'un certain nombre de produits dérivés, notamment lorsqu'il y a  mélange de créances de toutes sortes, et que le degré de risque est le fruit d'un ratio entre les plus risquées et les plus sûres, ratio calculé au prix de formules mathématiques très techniques et de simulations informatiques très pointues.

L'autre aspect qui m'intéresse, c'est ce que l'école autrichienne, et particulièrement Kizner, Menger ou Mises, appeleraient "l'ignorance". Quel est le processus d'erreur qui produit une ignorance d'une nature telle que de très grands acteurs du système financier se trompent (on pourrait dire, notez, selon Mises et Kizner, ouvrent aussi des opportunités à d'autres...)

L'école autrichienne a ouvert la voie en introduisant la psychologie dans l'économie, et, très probablement, la finance comportementale est un avatar de cette démarche. J'ai commencé le livre de Thierry Aimar sur les apports de l'école autrichienne en économie en janvier dernier, mais, comme parallèlement, j'ai lu d'autres ouvrages, je le lis lentement. L'inconvénient, c'est que je ne suis pas un expert en économie, et que l'ouvrage de Thierry Aimar est davantage un pensum pour étudiants déjà maîtres en leur art qu'un livre d'économie autrichienne pour les nuls. Passer d'un chapitre à l'autre suppose donc une bonne maîtrise conceptuelle du chapitre précédent.

La grande affaire de l'école autrichienne, c'est le modèle praxéologique. Or, ce modèle débouche naturellement sur la notion de catallaxie. La catallaxie, c'est la science des échanges : comment se forment et se déterminent les rapports d'échange sur les marchés. Or, sur ce point, je m'intéresse beaucoup à l'image que Hayek emploie : Il se représente l'esprit classant les phénomènes physiques selon les stimulis qu'ils provoquent, puis les met en relation. Voici ce que j'écrivais le 12 janvier dernier :

« Or, un certain nombre de ces relations sont communes au sein d'un groupe social donné, jusqu'à être transmises inconsciemment. On peut donc parler d'une sorte d'inconscient collectif qui à des degrés divers donne à l'individu un modèle de carte, un peu comme une sorte de carte de navigation, ou même peut-être simplement de boussole. En somme, nous nous déplaçons tous sur la même carte, mais pas nécessairement par le même chemin. Ce qui n'exclut pas les goulots d'engorgement : s'il n'y a qu'un détroit pour passer d'un océan à un autre, tout le monde passera par le détroit...[...]

Cette carte est réorganisée donc en permanence sous l'effet d'un processus d'essais et d'erreurs. L'esprit opère en permanence des suppositions, quitte à recomposer la structure de sa classification.

La grille de classification semble partagée, similaire, mais seulement dans le sens où une partie des facteurs est commune aux individus. Il y a un communautarisme culturel qui exprime ainsi l'appartenance des acteurs à un même horizon spatio-temporel. Comme ils partagent un même environnement cognitif, une partie de leurs représentations individuelles trouve une origine sociale.

Hayek applique ces raisonnements à la sphère économique : actions et significations similairesau sein des individus forment des idéaux-types. Des idéaux-types ne sont pas des structures objectives, pas non plus des structures subjectives, mais, des structures subjectives partagées, c'est à dire inter-subjectives. En somme, un schéma de référence, accessible à chaque individu par son héritage social, et relevant d'une grille d'interprétation commune. »

Je manque, hélas, de connaissances suffisamment avancées et d'expérience pour tenter de m'aventurer sur ce chemin, mais ce que j'aimerais bien déterminer, c'est la manière dont la carte se reconstitue à l'heure actuelle, et pourquoi les grands acteurs du marché ont été nombreux à prendre le même chemin, au risque d'un goulot d'engorgement. Ce que j'aimerais comprendre, c'est le processus d'essais et d'erreurs qui a donné naissance à cette crise... Cela fera peut-être l'objet d'un autre billet, si je parviens à y réfléchir suffisamment. Nulle doute, en tout cas, qu'une telle étude entrerait dans le domaine de la finance comportementale (du temps où je suivais le forum d'économie de Usenet-fr, fr.soc.economie, l'auteur des pages que je mets en lien le fréquentait ; mais cela remonte à plusieurs années, et je ne sais pas s'il y est encore), pour laquelle les experts sont forts rares et les écrits peu connus.

jeudi, 20 mars 2008

Ecole Autrichienne (4) : system failure...

Savez-vous ce qu'est un risque systémique ? C'est un risque susceptible de paralyser tout un système. Cela peut être un système d'exploitation, comme la matrice dans Matrix reloaded, le second épisode de la célèbre série, cela peut aussi être un système financier...

Le risque de crédit, quant à lui, est le risque qu'un emprunteur ne rembourse pas sa dette à échéance fixée. On prête évidemment plus aisément à un interlocuteur réputé solvable qu'à un interlocuteur peu fiable. Credo, en latin, dont le participe parfait est creditus, signifie croire, avoir confiance en...

Il semble bien que cela soit la planète toute entière qui soit en proie au doute, dans le monde la finance. D'affreux soupçons gangrènent les relations des établissements entre eux : comme on ne sait plus quelle nouvelle tête tombera d'un jour sur l'autre, chacun se défie et tente de conserver ses billes pour soi.

Je poursuis ma lecture du livre de Thierry Aimar sur les apports de l'école autrichienne d'autonomie, et j'en suis arrivé au chapitre II. Il est très instructif. Ma dernière note sur l'ouvrage, qui date du 27 décembre dernier, évoque la catallaxie. La catallaxie, c'est simplement l'expression de la coopération sur le marché, et notamment des inter-actions entre stratégies individuelles.

C'est une réponse au problème de l'ignorance. Les Autrichiens (ainsi appellerai-je ce courant de pensée économique) distinguent avec soin information et connaissance. Le marché, c'est l'expression en acte de mla somme de toutes les informations. Mais cette somme, aucun acteur considéré individuellement ne peut la connaître, si bien que toute fixation de prix est toujours le fruit d'une ignorance plus ou moins prégnante. 

Un marché est donc toujours en déséquilibre, parce que l'ignorance n'est jamais totalement épuisée. Conséquence, le marché ne produit que des prix de déséquilibres.

Kizner écrit dans Perception, opportunités et profit : «les problèmes économiques véritables de toute société proviennent  du phénomène d'opportunoités non perçues. La manière dont une société de marché traite ce phénomène ne peut pas être comprise à l'intérieur d'une théorie d'équilibre du marché ».

Exit la loi de l'offre et de la demande. Cela ne marche pas. En revanche, je reviens à mon sujet premier : il est de la nature du système financier international de générer des déséqulibres, par le fait de l'ignorance des acteurs économiques.

De mon point de vue, cette ignorance fait donc peser un risque systémique sur la finance internationale. Petite remarque au passage, le concept d'ignorance va nécessairement amener celui de l'erreur.

Le Marché est donc le fruit de nombreuses erreurs, et, on peut le considérer comme un processus et non une situation. Une connaissance qui se révèle dans une période de temps insuffisante ou erronée donne lieu à des changements des actions dans la période suivante.

CQFD.

On va me dire que ma métaphore est mal pensée, mais considérons maintenant le film Matrix : sur quoi repose l'ordonnancement de la Matrice ? Sur l'ignorance de tous ses acteurs. Il est vrai qu'il y a une différence, en ce qu'il n'y a pas une intelligence collective qui régit le marché, mais, dès lors qu'un maillon accède non à une connaissance partielle, mais à toute la connaissance, la matrice se détériore progressivement.

Est-ce que ma comparaison est pertinente ? Je ne le sais pas. Mais, je constate simplement que c'est la connaissance qui génère de violentes corrections sur le marché actuel, sans doute parce qu'il y a eu de nombreuses erreurs au sens autrichien du terme.

Je conserve toutefois présent à l'esprit, que si l'ignorance est à la base du marché, et les "coups", la capacité à s'emparer d'opportunités, corollairement, et là, je quitte peut-être les Autrichiens, l'accroissement de la connaissance a vocation à disloquer fatalement le marché, en brisant le processus, puisque le marché est la conséquence de l'ignorance.

A discuter, je ids peut-être une gigantesque ânerie. 

samedi, 12 janvier 2008

Ecole autrichienne (4) : cartographie et idéaux-types

Voici mon quatrième compte-rendu du livre de Thierry Aimar, les apports de l'école autrichienne d'économie.

La difficulté d'Hayek, je l'ai dit la dernière fois, c'est d'expliquer comment le marché peut se former alors que la connaissance ne se concentre pas dans un seul esprit mais se disperse au contraire dans des millions de cerveaux.

Pour résoudre cette équation apparemment impossible, Hayek a fait appel à la psychologie. On a vu que Mises avait établi que l'esprit était dotée de catégories mentales, et que c'est à partir de ces dernières que l'individu établissait a priori une théorie, puisque ces catégories mentales étaient présentes en chacun d'entre nous. On a vu également que c'est par tatônnements réciproques que les acteurs du marché, en se confrontant les uns aux autres établissaient une cartographie des valeurs d'échange. 

L'observation ingénieuse de Hayek est la suivante : en réalité, quand l'esprit classe les phénomènes physiques, ce ne sont pas les phénomènes à proprement parler qui sont classés, mais les stimuli qu'ils produisent au sein du système nerveux. Ce qui signifie que nous ne percevons jamais directement le monde, mais toujours un univers intermédiaire qui est celui de la classification des stimuli nerveux que nous transmettent nos perceptions sensoriels.

Hayek parle d'ordre sensoriel. L'ordre sensoriel est ainsi la parfaire reproduction du réseau de connexions de fibres nerveuses constitué par notre système nerveux.

Mais, de ce fait, si les impulsions nerveuses sont classées selon les évènements mentaux qu'elles produisent, d'où nous viennent les qualités et les propriétés que nous leur attribuons ? 

Ces connexions, on l'a dit, répliquent non le monde physique, mais les relations au sein du monde physique. Or, un certain nombre de ces relations sont communes au sein d'un groupe social donné, jusqu'à être transmises inconsciemment. On peut donc parler d'une sorte d'inconscient collectif qui à des degrés divers donne à l'individu un modèle de carte, un peu comme une sorte de carte de navigation, ou même peut-être simplement de boussole. En somme, nous nous déplaçons tous sur la même carte, mais pas nécessairement par le même chemin. Ce qui n'exclut pas les goulots d'engorgement : s'il n'y a qu'un détroit pour passer d'un océan à un autre, tout le monde passera par le détroit...

Je précise que cette image n'est pas celle de Thierry Aimar, mais c'est celle que j'ai choisie pour éclairer la pensée de Hayek telle qu'il l'expose. 

Cette carte est réorganisée donc en permanence sous l'effet d'un processus d'essais et d'erreurs. L'esprit opère en permanence des suppositions, quitte à recomposer la structure de sa classification. 

La grille de classification semble partagée, similaire, mais seulement dans le sens où une partie des facteurs est commune aux individus. Il y a un communautarisme culturel qui exprime ainsi l'appartenance des acteurs à un même horizon spatio-temporel. Comme ils partagent un même environnement cognitif, une partie de leurs représentations individuelles trouve une origine sociale. 

Hayek applique ces raisonnements à la sphère économique : actions et significations similairesau sein des individus forment des idéaux-types. Des idéaux-types ne sont pas des structures objectives, pas non plus des structures subjectives, mais, des structures subjectives partagées, c'est à dire inter-subjectives. En somme, un schéma de référence, accessible à chaque individu par son héritage social, et relevant d'une grille d'interprétation commune.

Chaque acteur peut donc, à travers une série de signaux abstraits acquérir des informations sur les classes d'individus sans pour autant être directement en contact avec eux.

jeudi, 27 décembre 2007

Ecole autrichienne (3) : problématique de la monnaie et des marchés

Thierry Aimar sans les apports de l'école autrichienne d'économie, après la praxéologie, aborde la genèse de la monnaie et la problématique de la formation des marchés.

Thierry Aimar aborde tout d'abord l'échange bilatéral direct, c'est à dire la situation de troc. On a vu que l'ignorance des acteurs économiques était une conséquence du modèle praxéologique, puisqu'il est impossible, dans ce modèle, de connaître quoi que ce soit du futur, donc d'anticiper.

La situation d'échange bilatéral réduit cette ignorance puisqu'elle permet aux acteurs de déterminer approximativement l'appréciation que chacun se fait de la quantité de biens échangés, tout du moins, au moment de la transaction.

L'inconvénient, c'est que l'acteur n'a aucun moyen d'évaluer la préférence et la valeur que d'autres acteurs vont ensuite accorder à des biens par la suite. Il y a donc un phénomène de dispersion du savoir.

Toutefois, en multipliant les transactions, en marchandant et en négociant, les interlocuteurs, par un processus d'essais et d'erreurs peuvent petit à petit cartographier les intérêts de l'un et de l'autre. Dans une économie de troc, et pour une zone limitée, il est donc envisageable que se forme un marché par tatônnements réciproques.

Les choses se compliquent avec l'apparition de la monnaie, qui est un bien intermédiaire pour échanger, dont la particularité, fort pratique, est d'être bien plus liquide que le bien ordinaire moyen. Ce bien permet de rationnaliser et de relier les différentes cartographies issues des échanges bilatéraux et favorise donc l'émergence d'un marché défini comme l'ensemble des échanges inter-personnels directs. 

Mises distingue la praxéologie dont le champ est l'économie au sens large, et la catallaxie qui analyse les actions uniquement sur la base de calculs en monnaie.

La catallaxie n'est nullement le fruit d'un contrat entre individus, et pas davantage l'émanation d'un pouvoir supérieur, mais simplement l'expression de la coopération entre individus. Le marché naît donc de l'inter-action des stratégies individuelles.

Toute la problématique d'un économiste comme Hayek, c'est justement de reconstituer le processus par lequel un ensemble d'actions humaines peut produire un ensemble cohérent et des structures durables. La médiation de la monnaie est à cet égard révélatrice : elle est le produit naturel de de l'économie humaine. Ce que Mengler appelle une institution organique, c'est à dire nullement planifiée, mais au contraire, se révélant à elle-même par le jeu de l'échange. Chaque agent cherchant à à élarrgir son horizon finit par sélectionner une catégorie de biens acceptables par quiconque dans l'échange.

La difficulté théorique qu'engendre le modèle praxéologique, ce n'est pas dans l'échange qu'on la trouve, mais dans la représentation du marché : par quelle procédure les acteurs d'un échange connaissent-ils la demande exprimée par un tiers si aucun échange direct ne s'est produit avec ce dernier ?

Et comment les agents peuvent-ils disposer d'une information dispersée et évolutive qui ne peut être acquise par l'introspection (catégories logiques de la praxéologie) ni par l'apprentissage issu de l'échange direct ? Mises suppute que la raison prélude aux processus sociaux, et que dans cette optique, l'association et la division du travail sont consubstantiel ou quasiment à la formation de la société humaine.Mais la connaissance des stocks de biens à écouler devrait préexister à la division du travail. Or, les individus sont bien trop hétérogènes pour pouvoir déterminer praxéologiquement (ou empiriquement)  leurs préférences et leurs connaissances. 

Subséquemment, comment les prix de marché peuvent-ils se former, puisque pour que cela soit possible, l'information incorporée dans les prix de marché devrait être accessible à tous. Or, s'il existe bien une somme totale de la connaissance du marché, elle n'existe jamais autrement que sous forme dispersée et parfois contradictoire.  

Ces interrogations sans réponses amènent Hayek à mettre en avant que des hypothèses extérieures, mais non contradictoires doivent être ajoutées à la logique pure des choix, telle que l'édicte la praxéologie. Ni plus ni moins, cela revient à réintroduire des données empiriques dans l'analyse : or, si l'étude de l'échange marchand ne relève pas uniquement de catégories a priori, quelle va être la légitimité d'hypothèses auxiliaires ?

Hayek (peut-être inspiré par Popper) réintroduit la démarche empirique mais uniquement aux fins de vérifier la falsifiabilité ou non d'une théorie. Il doit exister une référence empirique permettant non de fonder, mais de tester les conclusions d'une théorie. La question étant bien  sûr de déterminer les référents empiriques.

A ce stade de ma lecture, je suis encore dans la genèse de la pensée, mais j'imagine avec un intérêt émoustillé comment tout cela peut s'appliquer à la connaissance d'un marché financier. J'avoue que je vais me précipiter sur le cahpitre suivant intitulé "la catallaxie, une réponse à l'ignorance". Pour mes lecteurs qui prennent en cours ces billets de synthèse, il faut absolument qu'il se rapporte au billet n°2 sur la praxéologie, faute de quoi la problématique de la connaissance des marchés et de la circulation de l'information ne peut leur apparaître. Un petit détail encore : la position de Mises imaginant une division du travail et une loi d'association organique le rattache, à sa manière aux classiques traditionnels : la main invisible d'Adam Smith se trouverait explicitée ainsi. Cela ne règle pas le problème de la formation du premier prix, mais je me faisais simplement cette réflexion pour établir la filiation entre libéraux et néo-libéraux.

Je me faisais encore une réflexion supplémentaire : pensant au projet financier de Marielle de Sarnez et du MoDem à Paris, je me disais intérieurement que nous aurions le plus grand intérêt, au MoDem, à ne pas négliger ce questionnement, surtout à considérer les mouvements de panique réguliers qui animent les marchés financiers, et, ce-faisant, la manière dont les acteurs font circuler l'information, pour autant qu'elle circule, l'anticipe, et se la représente.

 

lundi, 10 décembre 2007

Les apports de l'école autrichienne d'économie (2) : la praxéologie

J'avais relevé dans ma note précédente que Mises avait rejeté les données de l'expérience, tout du moins, dès lors que l'on cherchait à en tirer des règles, et qu'a contrario, il avait choisi de s'appuyer sur les catégories mentales inhérentes à l'être humain pour bâtir quelqu''ébauche de théorie que ce soit.

Mises considère que le premier maillon de la connaissance de l'action : la définition d'une grammaire de l'agir humain est l'objet de la praxéologie. Toutefois, elle n'a que peu à voir avec la sociologie puisqu'elle ne s'intéresse pas à l'accidentel, au circonstanciel dans l'action, mais uniquement à sa forme pure et à sa structure catégorielle.

La praxéologie s'appuie sur une démarche introspective, ses effets et ses propositions ne sont pas déduits de l'expérience

Pour Mises, seuls les individus pensent et agissent : ce sont donc les actions singulières qui l'intéressent, ce qui l'amène à rejeter tout concept dont l'origine se trouverait dans un ensemble collectif. Et pour cause, compte-tenu de la nature d el'action, un tel ensemble n'a pas d'existence propre pour Mises, car il est la résultante d'un ensemble de comportements individuels seuls susceptibles d'observation.

Ceci l'amène à rejeter toute forme de macro-économie, ou plus exactement, la distinction entre macro et micro économie.

Mises caractérise ainsi une action :

- elle ne concerne que l'individu

- elle mobilise des ressources, à hauteur d'au moins deux minimum : les facultés mentales et le temps.

- l'action implique toujours de prendre et rejeter, car l'ensemble des opportunités ne peut être exploitées. Il y a donc un choix qui s'opère.

- l'action requiert une intentionnalité : elle est un comportement conscient, ou, à tout le moins, une activité avec un objectif. 

Il s'ensuit que l'action est un choix délibéré et par suite, que l'homme dispose d'un libre-arbitre. Cela va bien évidemment à l'encontre du positivisme, behaviorisme, et cetera...

Aujourd'hui (c'est l'auteur de l'article qui l'ajoute, ce n'est pas dans le livre) Mises rejeterait certainement en bloc toutes les bourideuseries et la sociologie de gauche en général. Notre manière de considérer les phénomènes sociaux est radiclement opposée à ses vues. 

En définitive, toute action a une signification et l'acte vise à obtenir un résultat.

Trois conditions sont nécessaires à l'action :

- éliminer un gêne, c'est à dire ressentir un déséquilibre ou une insatisfaction 

- désirer substituer un état des choses plus favorable (du point de vue de l'individu) à un autre

- croire en la réussite de son action. Celui qui accomplit l'action croit que le moyen employé obtiendra l'effet désiré.

Dès lors qu'un individu agit, il opère un choix, ce qui signifie qu'il renonce à quelque chose en lui assignant une valeur plus basse, tandis que corollairement, il assigne une valeur plus haute à son objectif.

Comme toute action s'inscrit dans le temps et est une spéculation si bien que les mathématiques ne peuvent rendre compte de la praxéologie, puisque les relations mathématiques sont coexistantes et interdépendantes.

Quand un praxéologue étudie une action, tout ce qu'il peut en dire est indépendant des motifs qui la suscitent et des buts recherchés. Il s'ensuit qu'il n'y a aucune différence entre un but égoïste et un but altruiste. La logique humaine est identique quel que soit le contenue final des objectifs des acteurs

Un théoricien praxéologue s'abstiendra donc de porter des jugements de valeur. Si une référence est faite au moyen plus ou moins approprié d'un moyen utilisé, cela ne peut être que du point de vue de l'individu agissant. 

Poursuivant son cheminement, Mises déclare donc que toute action est rationnelle, tout du moins, tant que le but d'une action est toujours d'obtenir la fin visée. 

Nous avons vu ci-dessus qu'une action était un choix avec valorisation spécifique des situations. Une action exprime donc une préférence. A l'inverse, aucune action ne peut rendre compte d'une indifférence ; en fait, l'action est même le contraire de l'indifférence.

l'agir repose sur un raisonnement circulaire, puisque les actions se succèdent les unes aux autres : une action qui comble un besoin en crée donc nécessairement un autre. Donc, toute action réussie produit une préférence. Ceci signifie qu'équilibre et déséquilibre sont corrélés : aucun équilibre n'est stable, et il entraîne nécessairement le déséquilibre.

Là encore, je fais une remarque qui m'est propre : je trouve dans cette manière de raisonner pas mal de points communs avec ce que dit Schumpeter de l'entrepreneur. D'ailleurs, Mises considère l'entrepeneur comme l'achétype de l'homme agissant. Sur la circularité de l'action, je la constate, mais, je suis sceptique sur les prémisses du raisonnement de Mises. j'y reviendrai plus tard.

Toute action est donc un effort pour créer un équlibre, et c'est une tendance naturelle de l'action. C'est parce que l'individu imagine un autre cadre d'actions, une autre fin et d'autres moyens qu'il peut s'engager dans une nouvelle séquence d'actions.

On a là un bon modèle pour explique ce qu'est l'entrepreneur. En effet, la fonction entrepreneuriale, c'est la recherche incessante de nouveaux gains de satisfaction. L'individu scanne en permanence son environnement pour déterminer les moyens disponibles et adpatés en vue d'une fin

Du point de vue praxéologique, c'est le choix d'une stratégie pour atteindre une fin choisie qui définit l'acte économique.

A l'issue de ce chapitre, on comprend de mieux en mieux comment la praxéologie va pouvoir servir une analyse économique, et comment cette analyse partira de l'entrepreneur, c'est à dire de l'individu, plutôt que de s'appuyer sur des phénomènes de masse, comme on le trouve chez les Marxiste ou les Libéraux classiques. 

Il existe deux grands courants, chez les néo-libéraux : l'un, c'est lécole de Chicago, c'est à dire les monératistes, et l'autre...l'école autrichienne.

Pour bien comprendre que tout cela n'est pas si loin, je rappelle les dates de Mises : Ludwig Von Mises est né en 1881 et décédé en 1973

 En considérant tout cela, je me demande parfois jusqu'à quel point la démarche praxéologique n'est pas finalement une certaine forme de néo-aristotélisme. Ce serait certainement un point à étudier, mais je ne suis pas certain d'en avoir la compétence.

Je demeure toutefois prudent : les idées de Mises ont été récupérées par certains économistes libéraux dont j'ai du mal à humer le fumet particulièrement droitier fort peu délicat. Je pense en particulier à Jacque Gallero qui anime des émissions sur Radio-Courtoisie. Beaucoup d'économistes qui se réclament de l'école autrichienne en France sont proches de Démocratie Librérale, le mouvement d'Alain Madelin. En Espagne, des économistes de la même tendance ont conseillé Monsieur Aznar, et en Italie, un ministre de Berlusconi. Aux USA, on retrouvait des néo-autrichiens proche de Donald Reagan.

Pas sûr que tous ces économistes néo-libéraux s'accordent vraiment avec la social-économie de Bayrou et du MoDem... 

 Mais bon, quand on veut connaître un adversaire politique, il faut lire les écrits de ses penseurs. Et puis les théories de Mises ont quelque chose d'indiscutablement séduisant. Une fois l'ouvrage de Thierry Aimar fini, je prendrai alors le temps de critiquer les points qui me paraissent les plus contestables de cette théorie.

 

mardi, 04 décembre 2007

Les apports de l'école autrichienne d'économie (1) : Mises

Sur la recommandation de "chris", l'un des lecteurs de ce blog, j'ai entamé la lecture du livre de Thierry Aimar, les apports de l'école autrichienne d'économie.

Je n'ai pas encore abordé les positions spécifiquement économiques, mais, en revanche, je crois avoir cerné la problématique de ce courant, et elle est tout à fait fondatrice ensuite pour établir une théorie économique, pour autant que l'on puisse encore parler de théorie avec cette école, ou, tout du moins, avec Mises

Si je n'ai pas compris de travers, Mises récuse catégoriquement l'idée que l'on puisse établir des lois théoriques sur la base de l'observation. Et, notamment, il s'oppose en cela à toute forme de physiologisme sociale, c'est à dire à la volonté d'appliquer dans le champ social les méthodes qui valent pour les sciences expérimentales, et ce, pour deux raisons fondatrices :

- toute induction requiert une certaine régularité, or, selon Mises, cette régularité est étrangère au champ humain.

- les phénomènes humains sont infiniment plus complexes que les expériences de laboratoire, et il paraît quasi impossible à Mises de leur établir des constantes. D'ailleurs, si l'on peut isoler des phénomènes en laboratoire quand il s'agit de sciences naturelles, c'est parfaitement impossible en sciences sociales. 

Ainsi, la statistique fournit des données, que l'on peut exploiter en les interprétant, mais dont on ne peut dégager des lois, a fortiori encore moins des équations mathématiques applicables au social. 

Mises fonde donc les sciences sociales sur deux niveaux de la pensée :

- l'entendement, qui correspond en fait à la structure logique de l'esprit humain, et ce dernier nous délivre des catégories logiques qui peuvent nous permettre d'appréhender les phénomènes sociaux.

- l'interprétation, qui correspond à nos efforts pour donner un sens aux faits historiques. 

Bien entendu, toute interprétation est inféodée à l'usage de l'entendement. Tout établissement d'une théorie s'appuiera donc sur l'existence des catégories propres à l'esprit humain, mais il s'agit d'outils mentaux, et non d'un corpus de lois issus de l'expérience. 

En somme, le rapport à la réalité est considéré sous deux angles :

- introspection logique pour se servir de catégories existant a priori

- confrontation de ces catégories à la réalité externe, avec tout ce qu'elle offre de résistances, et notamment de succès et d'insuccès. 

Si une expérience peut annuler ou transformer ce que nous avons inféré d'une expérience précédente, rien, en revanche, ne peut anéantir les théorèmes issues a priori, sans effet de l'expérience, de l'esprit humain. En somme, ces catégories sont présentes car elles caratérisent l'esprit humain. On peut avancer sans trop extrapoler que la démarche de Mises se place sous le signe de Kant. 

Il faut dire un mot de Menger, dont la démarche est fondatrice pour l'école autrichienne : même refus du positivisme et du holisme. L'objectif de Menger, c'est de reconstituer le processus par lequel des comportements et des stratégies individuels aboutissent à des phénomènes collectifs complexes. 

Menger a également essayé de rechercher de régularités absolues s'imposant à l'esprit humain, afin d'entirer des lois empiriques. La démarche de Menger, c'est de découvrir des régularités dans l'enchaînement de variables au sein d'une réalité économique. Toutefois, cette approche revient, du point de vue de Mises à adopter la démarche inductive, et il l'a condamnée. C'est discutable, car pour utiliser une image aristotélicienne, il n'y a pas d'opposition chez Menger entre le réel et le conceptuel, mais plutôt un contraste entre la structure essentielle et la complexité de son expression dans le réel.

 Bon, tout cela est certainement un peu abscons pour le lecteur de passage sur ce blog, mais, en même temps, ces préliminaires ont une grande importance, car par la suite, toutes les actions humaines vont être considérées sous un angle aprioriste, c'est à dire que l'action représentera ce sur quoi reposera toute construction d'économie théorique.

La science qui traitera donc l'action humaine aura pour nom praxéologie. Son objectif, c'est d'établir une sorte de grammaire de l'action humaine, sans traiter pour autant de ce qui est accidentel ou circonstanciel, de même que la grammaire en linguistique, ne traite que des catégories logiques : elle reconnaît par exemple les verbes mais ne s'occupe pas de leur usage particulier dans tel ou tel contexte.

J'en suis là, et le prochain chapitre va me permettre de définir la praxéologie. Je crois que cette science sera tout à fait fondamentale, notamment quand elle va établir les fondamentaux de l'agir humain dans une réalité économique, et tout particulièrement de celui de cette espèce d'humains tout à fait aprticulière, en économie capitalisle, que l'on appelle entrepreneurs...

Pas trop de matière à débats et remarques, pour l'instant, mais ça va venir, je le sens...