Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 05 mars 2011

Ceci est mon argent, prenez et mangez en tous...

Qui l'eût cru ? Seule une foi sans faille peut guider le trader dans les voies sinueuses et semées d'embûches des marchés. Tel est, en tout cas, les conclusions d'une étude dont Lupus fait état sur son blogue. Ah, la finance comportementale : science méconnue et pourtant si utile.

Qu'est-ce qu'une bonne croyance, pour un gestionnaire, quand il choisit de placer de l'argent dans un fonds ou non ? et une mauvaise croyance ? Peu importe finalement : dans les deux cas, c'est un raccourci (ou non) vers l'opportunité la plus proche. 

Soyons justes : le processus de décision se décompose en opérations un peu plus complexes qu'un simple acte de foi (au demeurant, l'acte de foi est-il si simple qu'il en a l'air ?). Les Égyptiens pouvaient bien croire que le soleil était un dieu, ils n'en parvenaient pas moins à prédire avec exactitude les éclipses. 

Alors la croyance peut bien être erronée, elle n'en est pas moins susceptible d'aboutir à des estimations justes. 

On n'est pas loin (en fait on en est même très proche) du modèle praxéologique cher aux Autrichiens (l'école d'économie libérale, pas le peuple) : 

 Toute action a une signification et l'acte vise à obtenir un résultat.

Trois conditions sont nécessaires à l'action :

éliminer un gêne, c'est à dire ressentir un déséquilibre ou une insatisfaction 

désirer substituer un état des choses plus favorable (du point de vue de l'individu) à un autre

croire en la réussite de son action. Celui qui accomplit l'action croit que le moyen employé obtiendra l'effet désiré.

D'après Henri Schwamm, la nouvelle religion s'appelle l'ALM (gestion actif-passif) : sans être impliqués dans la livraison des données que l'ALM fournit, les gestionnaires sont absolument convaincus de leur efficience pour prendre des décisions.

Toutefois, ce n'est pas la pertinence ou non d'une croyance qui fait sa valeur, mais sa propension à pouvoir être objectivée par un raisonnement. Et la dite croyance est d'autant plus efficiente que le croyant comprend pourquoi il doit croire.

Le fameux Sophiste Gorgias disait de l'Être qu'on ne pouvait le connaître, et qu'à supposer qu'on pût le connaître, qu'on ne pouvait rien en dire. Les investisseurs financiers ne peuvent peut-être rien en dire, mais, s'ils sont des fidèles à la théologie négative, tel Maître Eckart, ils peuvent toujours tenter, à défaut, de chercher les signes divins comme autant de correspondances avec la volonté secrète et imprévisible des marchés...

 

mardi, 04 décembre 2007

Les apports de l'école autrichienne d'économie (1) : Mises

Sur la recommandation de "chris", l'un des lecteurs de ce blog, j'ai entamé la lecture du livre de Thierry Aimar, les apports de l'école autrichienne d'économie.

Je n'ai pas encore abordé les positions spécifiquement économiques, mais, en revanche, je crois avoir cerné la problématique de ce courant, et elle est tout à fait fondatrice ensuite pour établir une théorie économique, pour autant que l'on puisse encore parler de théorie avec cette école, ou, tout du moins, avec Mises

Si je n'ai pas compris de travers, Mises récuse catégoriquement l'idée que l'on puisse établir des lois théoriques sur la base de l'observation. Et, notamment, il s'oppose en cela à toute forme de physiologisme sociale, c'est à dire à la volonté d'appliquer dans le champ social les méthodes qui valent pour les sciences expérimentales, et ce, pour deux raisons fondatrices :

- toute induction requiert une certaine régularité, or, selon Mises, cette régularité est étrangère au champ humain.

- les phénomènes humains sont infiniment plus complexes que les expériences de laboratoire, et il paraît quasi impossible à Mises de leur établir des constantes. D'ailleurs, si l'on peut isoler des phénomènes en laboratoire quand il s'agit de sciences naturelles, c'est parfaitement impossible en sciences sociales. 

Ainsi, la statistique fournit des données, que l'on peut exploiter en les interprétant, mais dont on ne peut dégager des lois, a fortiori encore moins des équations mathématiques applicables au social. 

Mises fonde donc les sciences sociales sur deux niveaux de la pensée :

- l'entendement, qui correspond en fait à la structure logique de l'esprit humain, et ce dernier nous délivre des catégories logiques qui peuvent nous permettre d'appréhender les phénomènes sociaux.

- l'interprétation, qui correspond à nos efforts pour donner un sens aux faits historiques. 

Bien entendu, toute interprétation est inféodée à l'usage de l'entendement. Tout établissement d'une théorie s'appuiera donc sur l'existence des catégories propres à l'esprit humain, mais il s'agit d'outils mentaux, et non d'un corpus de lois issus de l'expérience. 

En somme, le rapport à la réalité est considéré sous deux angles :

- introspection logique pour se servir de catégories existant a priori

- confrontation de ces catégories à la réalité externe, avec tout ce qu'elle offre de résistances, et notamment de succès et d'insuccès. 

Si une expérience peut annuler ou transformer ce que nous avons inféré d'une expérience précédente, rien, en revanche, ne peut anéantir les théorèmes issues a priori, sans effet de l'expérience, de l'esprit humain. En somme, ces catégories sont présentes car elles caratérisent l'esprit humain. On peut avancer sans trop extrapoler que la démarche de Mises se place sous le signe de Kant. 

Il faut dire un mot de Menger, dont la démarche est fondatrice pour l'école autrichienne : même refus du positivisme et du holisme. L'objectif de Menger, c'est de reconstituer le processus par lequel des comportements et des stratégies individuels aboutissent à des phénomènes collectifs complexes. 

Menger a également essayé de rechercher de régularités absolues s'imposant à l'esprit humain, afin d'entirer des lois empiriques. La démarche de Menger, c'est de découvrir des régularités dans l'enchaînement de variables au sein d'une réalité économique. Toutefois, cette approche revient, du point de vue de Mises à adopter la démarche inductive, et il l'a condamnée. C'est discutable, car pour utiliser une image aristotélicienne, il n'y a pas d'opposition chez Menger entre le réel et le conceptuel, mais plutôt un contraste entre la structure essentielle et la complexité de son expression dans le réel.

 Bon, tout cela est certainement un peu abscons pour le lecteur de passage sur ce blog, mais, en même temps, ces préliminaires ont une grande importance, car par la suite, toutes les actions humaines vont être considérées sous un angle aprioriste, c'est à dire que l'action représentera ce sur quoi reposera toute construction d'économie théorique.

La science qui traitera donc l'action humaine aura pour nom praxéologie. Son objectif, c'est d'établir une sorte de grammaire de l'action humaine, sans traiter pour autant de ce qui est accidentel ou circonstanciel, de même que la grammaire en linguistique, ne traite que des catégories logiques : elle reconnaît par exemple les verbes mais ne s'occupe pas de leur usage particulier dans tel ou tel contexte.

J'en suis là, et le prochain chapitre va me permettre de définir la praxéologie. Je crois que cette science sera tout à fait fondamentale, notamment quand elle va établir les fondamentaux de l'agir humain dans une réalité économique, et tout particulièrement de celui de cette espèce d'humains tout à fait aprticulière, en économie capitalisle, que l'on appelle entrepreneurs...

Pas trop de matière à débats et remarques, pour l'instant, mais ça va venir, je le sens...