Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 décembre 2007

L'entreprise dans l'environnement capitaliste

Je n'adhère pas à tout ce que dit Jean Peyrelevade, et notamment à un discours un peu trop convenu à mon goût sur les actionnaires. Mais, sur le fond, je me retrouve tout à fait dans ce qu'il dit de l'entreprise, et trouve plutôt sympathique la définition d'une entreprise privée comme un bien public, non au sens où il s'agit de la taxer, mais au sens où l'entreprise privée produit du "bien" public. A comparer avec la définition que Schumpeter donne et du capitalisme, et de l'entrepreneur. Il y a certes des différences, mais je pense que les deux économistes se rejoignent en partie sur l'entreprise.

Dans un long entretien, Jean Peyrelevade aborde franchement les transformations du capitalisme. Il met notamment en exergue le caractère insoutenable du modèle capitaliste actuel : insoutenable du point de vue du développement durable, insoutenable du point de vue des inégalités.

Est-ce que l’on doit ou est-ce que l’on peut parler de crise du capitalisme ?

Pas pour l’instant. Nous avons une machine qui est assez efficace, qui fabrique quand même un niveau de croissance mondiale qui jusqu’à présent n’a jamais été atteint. Avoir pratiquement 5% de croissance mondiale sur plusieurs années, c’est une exception historique. La crise actuelle des subprimes américains est une crise liée simplement à l’immobilier, et aux modes de financement de l’immobilier des ménages modestes aux Etats-Unis, c’est une crise de régulation banquière et financière. Elle ne met pas en cause le fonctionnement de l’ensemble de la machine, du moins je ne le crois pas. Simplement, le mode de développement actuel de cette machine globale, parfaitement efficace, qui une fois de plus, n’est pas encore en crise, est insoutenable à long terme pour deux raisons. L’une, fondamentale, est que ce développement est incompatible avec les ressources naturelles de la planète. On parle beaucoup de développement durable mais pour l’instant, le développement, tel qu’il continue à se faire n’est pas durable, de ce point de vue. Deuxièmement, c’est effectivement un développement qui fabrique, à l’intérieur de chaque pays-et c’est vrai aussi dans les pays développés, ce qui est nouveau-une inégalité croissante entre la couche, peu nombreuse mais extrêmement influente et importante en pouvoir des gens qui sont « aux commandes de la machine »,-ce sont des gens qui s’enrichissent énormément et très rapidemment. Et ce phénomène d’inégalité croissante au profit d’une « classe », parce qu’il faut l’appeler comme ça, une classe sociale nouvelle, réduite en nombre mais extrêmement riche et extrêmement puissante, se produit, dans tous les pays, pas seulement dans les pays émergents, dans les pays en développement où c’est un phénomène très classique au moment du décollage économique … mais de la même manière, aux Etats-Unis, en Grande Bretagne et en France. Et donc cela, je pense, politiquement et socialement, n’est pas tenable à terme. Et de ce point de vue là, je trouve que Nicolas Sarkozy a été, à lui seul, un symbole éclatant de la constitution de cette nouvelle classe sociale, entre la soirée au Fouquet’s, le soir de son élection, et les vacances sur le yacht de Vincent Bolloré … D’une certaine manière, notre nouveau Président de la République veut montrer qu’il appartient à cette classe sociale.

Quel objectif réaliste face à cette double limite du capitalisme ?


Je pense que l’échelle des richesses doit être définie pays par pays, ce ne peut être un objectif mondial. Chaque pays est responsable de sa solidarité nationale et de son modèle de redistribution. En tout cas, il me semble qu’en France, il est de notre responsabilité politique de faire en sorte que il n’y ait aucune couche sociale, aussi réduite soit elle, qui par fonction, creuse de manière extraordinaire, une inégalité de revenu et de patrimoine avec la moyenne de la population. Le phénomène qui est en train de se passer met en cause notre manière de « vivre ensemble ».

Est-ce cette inégalité qui a créé le désamour des Français pour la mondialisation ?

C’est un des aspects mais ce n’est pas l’aspect dominant dans la méfiance des Français envers la mondialisation. Je pense que ce qu’ils voient d’abord, c’est la redistribution des cartes à l’échelle mondiale qui fait qu’il y a une respécialisation de chaque pays, y compris le nôtre, sur un certain nombre de créneaux, et donc il y a des emplois supprimés, des secteurs qui souffrent du fait de la mondialisation. Je crois que la population voit surtout les emplois supprimés, du fait de cette redistribution des cartes. Elle voit aussi qu’il y a des gens qui en bénéficient. Quand ce sont les cadres, les ouvriers ou les employés d’Airbus ou d’Alstom, c’est très bien. Mais quand les gens qui en profitent font la une des magazines people, s’affichent avec tout leur luxe, en même temps que les vedettes du showbiz ou du sport, dans un mode de vie qui est clairement différent de celui de la moyenne de la population, cela provoque des réactions plus mitigées. Compte tenu de la culture, de l’histoire et de la mentalité française, cette apparition d’une caste, d’une classe supérieure privilégiée, est une circonstance qui aggrave le dépit de la mondialisation, j’en suis convaincu.

Quelles pistes, quelles lignes pour construire un modèle de développement économique qui réduise ces inégalités que vous avez définies ?

Il y a une piste qui me paraît extrêmement importante : lever la confusion qui règne en France entre l’entreprise, partie d’un système productif, et les intérêts des individus. Les entreprises sont des biens collectifs même quand elles sontde droit privé, l’entreprise est un être en soi, avec ses actifs, son appareil industriel et l’on doit tout faire, dans la compétition mondiale, dans le mouvement de mondialisation, pour les renforcer. Mais on a tendance en France a confondre, c’est très clair dans la politique actuelle de Nicolas Sarkozy, c’est malheureusement aussi très clair dans les prises de position du patronat, du MEDEF ou de la CGPME, c’est malheureusement aussi assez apparent dans le discours convenu en faveur des PME, il y a une confusion dont je ne saurais dire si elle est volontaire ou inconsciente, entre le patrimoine de l’entreprise et les intérêts matériels de ses propriétaires, de ses actionnaires, des gens qui la gèrent. Autant l’entreprise mérite un soin particulier, autant je ne vois aucune raison, absolument aucune pour que les revenus du capital ou les revenus du travail aient un traitement en matière de prélèvement fiscal et de cotisations sociales qui serait différent. Or, c’est le cas aujourd’hui, si l’on parle des stocks options, de l’exonération des droits de succession jusqu’à un niveau très élevé, de bouclier fiscal, de la diminution de la fiscalité sur les dividendes, on voit bien que, quelles que soient les justifications particulières de chacune de ces mesures, on est en train de favoriser de manière extrême les propriétaires, les actionnaires de l’entreprise ou ses grands managers et non pas l’entreprise elle-même.

C’est cette logique qui est à l’œuvre dans le cadre de la fiscalité des dividendes ?

La diminution de la fiscalité des dividendes n’apporte rien aux entreprises, n’augmente en rien la marge des entreprises, n’améliore en rien la compétitivité des entreprises. Pour le même effort fiscal, il eût mieux valu baisser d’autant l’impôt sur les sociétés, ce qui d’ailleurs, au bout de la course, aurait fini par procurer le même avantage économique aux actionnaires. Mais au moins, au passage, on aurait renforcé la marge et la compétitivité des entreprises. Ce qui montre bien qu’en France, la droite et en tout cas la droite sarkozienne et une large partie du patronat considèrent que lorsque l’on favorise les actionnaires, les mandataires sociaux, on a aidé et favorisé l’entreprise. C’est est un raisonnement complètement faux. Il faut soigneusement distinguer ce qui relève du patrimoine collectif, c’est-à-dire l’entreprise en tant que partie de l’appareil productif et les individus qui n’ont aucune raison, absolument aucune d’être traités fiscalement de manière plus favorable que l’ouvrier ou l’employé de base.

C’est aussi par ce chemin que passe la réconciliation des Français avec l’entreprise ?

Absolument. Les entreprises sont impopulaires ? Parce que les Français ont très bien compris que c’est le lieu où se forment des fortunes individuelles qu’ils considèrent, à tort où à raison, comme illégitimes. On ne réconciliera pas les Français avec l’entreprise tant que la distribution des fruits produits par l’entreprise ne sera pas plus républicaine.

dimanche, 16 décembre 2007

Un Hub pour Paris

a24348cc2744013bb6d2bcebe7b76716.png

J'ai présenté dans un billet précédent sur l'entreprise et l'information à Paris, les prémices du travail de Catherine Mouradian (ci-contre) et Denis Barras, deux adhérents UDF-MoDem proches de de Valérie Sachs  dont la réflexion a à l'évidence nourri le projet parisien du MoDem.

Leur réflexion préliminaire avait abouti à mettre en avant la nécessité d'une information de qualité dans le cadre du développement économique de la ville de Paris, destinée aux entreprises, élément qui manque singulièrement et cruellement à l'équipe socialiste de Betrand Delanoë. 

 

A cette fin, Catherine Mouradian et Denis Barras ont inventé un concept directement issu de l'univers informatique : le Hub. Un hub, est une sorte de répartiteur  informatique qui permet à plusieurs ordinateurs de se connecter en réseau.

Voici donc comment Catherine et Denis s'imaginent ce que devrait être le portail de Paris sur la Toile : 

 Ce HUB à pour but de permettre de mettre en avant

 

  • les atouts de Paris et de l’Ile de France
  • les conditions de l’implantation de l’activité économique
  • les réponses administratives nécessaires à la vie du citoyen
  • les initiatives de valorisation de l’IDF avec le label « Grand Paris »

Ce HUB doit être compris comme un outil marketing performant visant à créer pour Paris et le Grand Paris l’image d’une zone d’activité fortement attractive, moderne et énergique, de marquer l’identité du Grand Paris et de l’ensemble de ses savoir –faire.
Le HUB devra être matérialisé par un portail d’entrée unique sur Internet, au moins en totalité bilingue Français/Anglais ; nous rappelons, à toutes fins utiles, que nous avions recensé 22 sites Internet associés à la promotion seule de Paris (!), et que depuis d’autres ont vu le jour et avec une pratique de l’anglais s’arrêtant au bout de 4 écrans pour la plupart. Une complexité parisienne en dépit de tout souci d’efficacité…
La création du HUB passe par une rationalisation de l’information (culturelle, technique, financière ou sectorielle) ainsi que de certains services administratifs ; dans certains cas selon les spécificités et les domaines d’intervention, les interactions, entre l’IDF, Paris ou l’Etat, sont certes complémentaires mais restent souvent illisibles pour le néophyte.
La construction du HUB impliquera de facto, peu à peu, le regroupement et/ou la fermeture d’agences ou institutions (proposant aide, accueil, hébergement, financement aux entrepreneurs actifs ou potentiels) actuellement en surnombre, redondantes ou mal gérées.
Il est de la responsabilité des gouvernants de faciliter par tous les moyens la communication entre les services, les responsables et le citoyen.
Garantir l’efficacité du HUB implique de revisiter la gouvernance de l’IDF, il ne s’agit pas de supprimer l’identité des communes régionales au profit de Paris mais de travailler à une action marketing commune d’information avec tous les acteurs politiques de la région afin que chaque offre soit dignement représentée ; chaque commune ou initiative active du Grand Paris devant se lier au portail unique.
Le fait d’agir ou non avec autorité pour une nouvelle gouvernance des régions permettant surtout une rationalisation des coûts dépendra sans doute des volontés politiques et des choix électoraux mais en tout état de cause la nécessité d’un marketing adapté à la concurrence actuelle par la création d’un portail unique est aujourd’hui fortement indispensable à la renaissance de l’attractivité parisienne afin de lutter contre les tendances à la muséification de notre Capitale.

Catherine et Denis m'ont informé par courriel qu'ils étaient tout prêts à répondre aux éventuelles questions des lecteurs de ce blog. N'hésitez donc pas, chers lecteurs, à y déposer vos questions et commentaires. Pour ma part, je ne vois rien à ajouter. Le prochain billet développera ce que pourrait être une nouvelle gouvernance économique pour Paris. Notez que cette dernière idée est récurrente dans le programme municipal de Marielle de Sarnez.

lundi, 10 décembre 2007

Capitalisme, Socialisme et Démocratie (6) : monopoles et concurrents

Au chapitre VIII de Capitalisme, Socialisme et Démocratie, Schumpeter pose une question majeure : que se passe-t-il si une ou des entreprises restreint (restreignent) la(leur production)  afin maintenir des situations acquises et maximiser les profits ?

 La réponse de Schumpeter risque de choquer plus d'un lecteur : en réalité, une telle manière d'agir pour une ou des entreprises ne rentrent pas dans le cadre d'une gestion malthusienne d'une situation acquise, car, ce serait, dans l'ouragan de la destruction créatrice, comme le dit Schumpeter, un risque majeur.

La réalité, c'est qu'il s'agit surtout d'une stratégie pour couvrir des risques, et donc, il est assez logique que les entreprises gèrent finalement rationnellement ces derniers.

Ainsi, si un observateur ne voit lui que des politiques de prix abusives, il ne réalise pas que c'est au contraire le signe d'une nouvelle phrase d'expansion.

Plutôt que de prendre les exemples de Schumpeter, il suffit de considérer l'évolution de l'informatique et du matériel informatique : il est évident, par exemple, que la puissance des processeurs ne gravit des degrés qu'avec l'idée de générer des produits subséquents à intervalles réguliers.

Mais ce-faisant, les entreprises qui les fabriquent préparent de nouvelles générations de matériel.  

On a soupçonné parfois certaine sgrandes entreprises de conserver sous le coude ou d'acquérir les brevets de technologies qui aurient pu remettre en question toute la structuration de leur production, et on peut penser sur ce sujet aux constructeurs automobiles et aux grands pétroliers, pour notre monde contemporain. 

Mais Schumpeter a envisagé ce cas de figure, et voici ce qu'il répond :

« Dès qu'une grande entreprise moderne se sent en mesure d'en couvrir les frais, elle s'empresse (aux États-Unis) d'installer un service de recherches dont chaque agent sait que son gagne-pain dépend du succès avec lequel il mettra au point des perfectionnements inédits. Or, une telle pratique ne suggère évidemment aucune aversion à l'égard des progrès techniques. Or ne saurait davantage nous opposer les cas dans lesquels des brevets acquis par de grandes entreprises n'ont pas été exploités rapidement ou même ne l'ont pas été du tout. En effet, une telle carence peut s'expliquer par des motifs parfaitement légitimes : par exemple, il peut advenir que le procédé breveté se révèle à l'expérience comme étant défectueux ou, tout au moins, comme n'étant pas sus­cep­tible d'être appliqué sur une base commerciale. Or, ni les inventeurs eux-mêmes, ni les économistes enquêteurs, ni les fonctionnaires ne peuvent être tenus, en pareille matière, pour des juges affranchis de toute opinion préconçue et leurs rapports ou protestations risquent facilement de nous livrer une image tout à fait déformée de la réalité .


[...]

Ceci revient à dire que la gestion adoptera toujours une nouvelle méthode de production susceptible, selon ses prévisions, de produire un flux plus important de revenu futur pour chaque unité du flux correspondant de dépenses futures (ces deux flux étant escomptés en valeurs actuelles) que ne saurait le faire la méthode anté­rieu­rement appliquée. La valeur de l'investissement passé, qu'il ait ou non pour contre-partie une dette consolidée à rembourser, n'intervient à aucun degré dans de telles décisions, sinon au sens et dans la proportion où elle entrerait dans les calculs servant de base aux décisions d'une gestion socialiste. Dans la mesure où l'emploi des vieilles machines économise des frais futurs par comparaison avec les résultats de l'intro­duction immédiate des nouvelles méthodes, le résidu de leur valeur d'emploi rentable constitue, bien entendu, un élément de décision tant pour le gérant capitaliste que pour le gérant socialiste, mais, à défaut d'un tel résidu, l'un ou l'autre de ces gérants passe un trait sur ce matériel périmé, toute tentative pour conserver sa valeur à l'in­vestissement passé entrant en conflit tout autant avec les règles dérivant du motif du profit qu'avec celles déterminant le comportement d'un commissaire socialiste.

 Cela me semble assez bien dit.

On aurait néanmoins tort de croire que des firmes privées possédant un équipe­ment dont la valeur est compromise par une nouvelle méthode contrôlée par ces mêmes firmes - si elles ne la contrôlent pas, le problème et la base du réquisitoire n'existent pas - n'adopteront la dite méthode que si le coût unitaire total obtenu avec le nouveau procédé est plus faible que le coût unitaire variable obtenu avec l'ancien, ou si l'investissement antérieur a été intégralement amorti conformément au plan adopté avant l'entrée en ligne de la nouvelle méthode. En effet, si l'on s'attend à ce que les nouvelles machines, une fois installées, survivent au delà de la période antérieure­ment prévue pour l'emploi des anciennes machines, leur valeur résiduelle escomptée d'après cette date constitue un autre élément dont on doit faire état. Pour des raisons analogues, il est faux de croire qu'une gestion socialiste, agissant rationnellement, adopterait toujours et immédiatement n'importe quelle méthode nouvelle susceptible de comprimer le coût unitaire global de production, ni qu'une telle pratique serait socialement avantageuse.

 

Il existe cependant un autre élément  qui affecte profondément le comportement en pareille matière et que l'on perd invariablement de vue. On pourrait le définir par l'expression « conservation ex ante du capital dans l'attente d'un progrès futur ». Fréquemment, sinon dans la plupart des cas, une firme en pleine activité n'a pas seulement à répondre à la question de savoir si elle doit ou non adopter une méthode nouvelle, bien définie, de production, pouvant être tenue pour la meilleure connue et dont on est fondé à croire que, sous sa forme actuelle, sa supériorité relative se maintiendra pendant un certain temps. Une machine d'un type nouveau ne constitue, en règle générale, qu'un chaînon d'une série de perfectionnements et peut devenir sans tarder désuète. En pareil cas, il ne serait évidemment pas rationnel de suivre la série chaînon par chaînon sans prendre en considération la perte de capital subie à chaque reprise. La véritable question est celle de savoir lequel de ces chaînons doit être saisi par l'entreprise et la réponse doit consister en un compromis entre des considérations qui reposent en grande partie sur des intuitions. Toutefois, l'entreprise devra, en général, attendre un certain temps afin de se faire une opinion sur l'évolution techni­que. Or, aux yeux d'un observateur placé à l'extérieur, un tel comportement pour­ra facilement passer pour une tentative visant à étouffer le progrès aux fins de conserver les valeurs de capital existantes. Et pourtant, le plus patient des « camarades » se révolterait à bon droit si une gestion socialiste était assez déraison­nable pour suivre l'avis d'un théoricien en mettant chaque année au rancart ses outillages et équipements à peine usés. 

Le texte est un peu long, mais il méritait d'être copié intégralement. En filigrane,Schumpeter soulève un autre problème, pas économique, celui-là, mais lié plutôt au statut et à la position de l'observateur de faits économiques. Ce n'est pas dans l'instant que l'on peut véritablement estimer la stratégie d'une entreprise, mais sur la durée.

Enfin, aux chapitre IX et X, Schumpeter évoque le développement des pays neufs et à leur développement. Il se demande notamment si une expansion économique demeurera possible une fois ces derniers tous développés.

Sa réponse est édifiante :

De même, comme nous l'avons reconnu au cours du chapitre précédent, les possibilités d'initiative offertes par les nouvelles zones à exploiter furent certainement uniques en leur genre, mais seulement au sens où le sont toutes les chances éco­no­miques. Il est parfaitement gratuit d'admettre, non seulement que « la fermeture de la frontière » doit causer un vide, mais encore que les initiatives quelconques suscep­ti­bles de se substituer aux initiatives de colonisation seront inévitablement moins im­por­tan­tes, quel que soit le sens que l'on prête à cet adjectif. Il est, au contraire, par­faitement possible que la conquête de l'air soit plus importante que ne le fut la conquête des Indes : nous n'avons pas le droit de confondre les frontières géogra­phi­ques avec les frontières économiques

vendredi, 10 août 2007

Immigration : le "zèle" des préfectures.

Nous l'appellerons Alice. Elle est jeune (28 ans environ) francophone (au point que l'on ne la distingue pas d'un française native) diplômée, mais est de nationalité étrangère.
Elle vit à Paris depuis longtemps, son grand-père était un haut-fonctionnaire pour la République Française, sa mère, bien que de nationalité étrangère, doit venir chercher régulièrement son extrait de naissance à Nantes dès qu'elle une formalité administrative à accomplir dans son pays, et sa soeur, sa tante et son compagnon sont français.

Elle a initialement créé une entreprise avec son père, mais un grave problème de santé a affecté ce dernier si bien que l'enteprise n'a pu se développer.
Elle avait le statut de commerçant dans cette entreprise, et, du coup, elle voudrait changer de statut pour pouvoir devenir salariée afin de travailler ailleurs.
Mais manifestement, on lui fait les pires misères à la préfecture de Paris, en lui demandant de disposer a priori d'un revenu de plus de 2500 euros par mois : elle dispose d'une offre d'emploi pour un salaire brut de plus de 2000 euros (il faut préciser que son niveau de diplôme est de bac+5) et en sus une partie variable.

Et pourtant, elle n'obtient pas gain de cause. Pire, comme elle atend le renouvellement de sa carte de séjour, elle ne peut porusuivre son action qui est très simpe en réalité : voir figurer "salarié" à la place de "commerçant" sur sa carte. Difficile de ne pas fortement soupçonner quelque petit fonctionnaire mesquin, étroit, et trop heureux d'exercer à bon compte son maigre pouvoir, de faire de l'obstruction gratuite.

Il faut dire que les arrestations sommaires et les déclarations tout au long de la campagne de l'actuel président et de son ministre de l'Intérieur ne peuvent qu'avoir donné des ailes à de zélés petits fonctionnaires pressés d'obtenir de l'avancement. Son cas est symptômatique de l'ambiance détestable que les récents décrets sur l'immigration font régner désormais chez tous ceux qui n'ont pas la nationalité française, fussent-ils parfaitement francophones et férus de culture française.

De plus, il semble que la préfecture de Police de Paris exige désormais de toute entreprise qu'elle vérifie d'abord à l'ANPE si elle trouve un profil de demandeur d'emploi français qui corresponde au poste recherché. Et si ce profil existe, elle impose qu'il soit recruté. Depuis quand la préfecture de police a-t-elle vocation à disposer de pouvoirs sur la liberté de commercer ?

Si j'étais chef d'entreprise, je serais ulcéré par une telle demande de la préfecture et porterais séance-tenante le document devant le tribunal ad hoc pour vérifier sa validité juridique. Si je suis chef d'entreprise, je recrute en fonction des compétences que je désire avoir pour mon entreprise, et non en fonction des desiderata de messieurs Sarkozy et Hortefeux

C'est une atteinte insupportable à la liberté des chefs d'entreprise d'employer qui bon leur semble

Ces petits fonctionnaires imbus d'eux-mêmes et zélés sont sans doute de la même espèce que ceux qui tamponnaient les formulaires des wagons de déportés pendant la Seconde guerre mondiale. Certes, la situation n'est nullement comparable, mais l'attitude de soumission au chef inhérente à cette fonction demeure envers et contre tout.

La France se construit avec son immigration zéro (car il faut donner son vrai nom à la pseudo-immigration économique dont Nicolas Sarkozy se faisait le chantre) et ses mesures vexatoires et humiliantes répétées envers les jeunes diplômés des pays étrangers, une image détestable dont le caractère négatif va croissant

Je pourrais ajouter qu'Alice se verrait bien demander la nationalité française, car, elle a presque toujours vécu en France, et sur le fond, se sent davantage française que de sa nationalité, mais, Alice n'ose pas faire cette demande, car elle n'estime avoir aucune chance de l'obtenir. Et pourtant, Alice connaît à l'évidence bien mieux la France et sa culture qu'une large majorité de Français...

Alice envisage de regagner son pays d'origine, puis, plus tard, de gagner un pays plus accueillant, l'Amérique ou l'Angleterre, par exemple, où l'on accueille avec plus de courtoisie les jeunes diplômées intelligentes et compétentes. En France on crache dessus, malheureusement. 

Je m'adresse aussi à mes lecteurs : que pensent-ils de cette situation ? Leur semble-t-elle normale ? Y-a-t-il un abus de pouvoir manifeste, voire anguille sous roche avec une éventuelle irrégularité du fonctionnaire zélé ? Si tel est le cas, comment obtenir gain de cause pour Alice et sanctionner le naboléon local afin qu'il se pisse dessus de trouille, car à titre personnel, j'aurais plaisir à ce que la peur change de camp. 

 

vendredi, 01 juin 2007

L'offre et la demande

Encore une remarquable analyse développée par Rouennais un contributeur du blog de Pierre Albertini. Je la copie ici 

 

La compétitivité des entreprises est en effet LE problème numéro un, les allemands l'ont bien compris. A quoi cela sert-il de vouloir redonner du pouvoir d'achat si les entreprises délocalisent à tour de bras et qu'elles ne peuvent plus verser de salaires pour consommer ? Dans ces conditions, croire que Sarkozy relèvera la France est une pure gageure. Sarkozy choisit clairement un modèle économique de la "demande". Il pense que c'est par la "consommation" et en redonnant du "pouvoir d'achat" (aux plus aisés) que la France se redressera.

Malheureusement, ce modèle NE MARCHE PAS dans une économie mondialisée où les entreprises françaises ne sont pas compétitives (charges trop lourdes). Si les français n'épargnent pas leurs cadeaux fiscaux (ce qui est à prévoir), ils achèteront davantage de produits importés étrangers : grosses berlines allemandes pour les catégories aisées, produits asiatiques pour les catégories populaires. Bilan prévisible : aggravation dramatique du déficit commercial, plongeon inquiétant des déficits publics, poursuite de la délocalisation massive des entreprises françaises non compétitives, déclin de la France et de son tissu industriel. Et pour ceux qui auraient des doutes sur ces prévisions de mauvaises augures, il suffit de regarder le résultat de la politique strictement identique menée par George W Bush aux USA depuis 7 ans (son bilan = déficit commercial abyssal + déficit public calamiteux).

A l'inverse, l'Allemagne, l'Irlande et le Japon ont choisit une politique économique de "l'offre". Ces pays pensent que c'est en redynamisant le tissu économique des entreprises, en abaissant leurs coûts de production, en taxant les produits importés par l'intermédiaire de la TVA, en exportant un maximum de produits manufacturés que l'on relance l'économie. Le résultat est sans appel sur leurs balances commerciales :

Allemagne : + 162 milliards d'euros
Japon : + 111 milliards de dollars
Irlande : + 31 milliard d’euros (pour seulement 4 millions d'habitants ce qui est remarquable)
USA : - 764 milliards de dollars (deficit abyssal)

Pour moi, c'est clair, je préfère le modèle Allemand/Japonais plutôt que le modèle Américain. Sarkozy choisit au contraire la politique économique de George W Bush et je pense qu'il a entièrement tord. Il a mangé son pain blanc en distribuant des exonérations fiscales électoralistes. Maintenant, il ne restera pas assez de finance publique pour relancer la compétitivité des entreprises françaises. Je suis assez catastrophé de constater autant de bêtises... Iceberg droit devant ! Le capitaine Sarkozy du bateau France-Titanic nous précipite dessus avec l'entier soutien du peuple, quel génie :) ... Rendez-vous donc dans 5 ans quand Sarkozy aura mis la France en faillite...

lundi, 28 mai 2007

Les entreprises des «copains»...

Après mûre réflexion, je m'aperçois que les entreprises d'état servent en fait souvent à nommer les "copains" (que ce soit de la droite ou de la gauche, c'est une mauvaise pratique française). Alors finalement, après avoir longtemps défendu l'idée qu'une entreprise publique n'était pas nécessairement moins efficace qu'une entreprise privée, je me demande finalement, si au nom d'une nécessaire séparation des pouvoirs, il n'est pas préférable que l'Etat revende ses entreprises marchandes et délègue certaines missions d'intérêt général à la concurrence.

Toutefois, dès lors qu'une entreprise se voit confier une mission de service public, ou d'intérêt général, il devrait exister systématiquement une instance de contrôle indépendante pour s'assurer de l'exécution correcte et à un tarif juste de la mission.
Ensuite, un secteur stratégique comme l'énergie, par les temps qui courent, devrait être au moins partiellement contrôlé par l'état.

Il est vrai qu'Air France a été sauvée grâce à la privatisation, il n'en resterait plus rien sinon aujourd'hui, et que Bull, à la fin des années 80 l'aurait peut-être été aussi si on l'avait privatisée.
Pour Air France, il faut toutefois ajouter que cela tient à la compétence exceptionnelle de Christian Blanc.

 

jeudi, 09 novembre 2006

Entreprises publiques, Entreprises privées, Services publics, services privés ?


Peut-on ouvrir les services à la concurrence, et en particulier l'énergie , les transports et sous certaines conditions l'éducation ?

Le débat autour de Gaz de France est un bon exemple des controverses et différences d'approche qui pèsent actuellement sur les grandes entreprises publiques dispensatrices de biens communs.


Doit-on réellement admettre que l'on puisse demander à des entreprises d'entrer en concurrence sur le l'électricité d'origine nucléaire ? L'énergie implique des investissements massifs qui ne peuvent dépendre des fluctuations des matières premières uniquement. Juste après la première guerre du golfe, le baril de pétrole est descendu à 11 dollars,  ; à l'époque, les services du Ministre de l'économie et des finances, Pierre Bérégovoy avaient calculé qu'il fallait que le baril descende à 7 dollars pour que le nucléaire ne soit plus rentable (en réalité, ils n'avait pas vraiment pris en compte le coût des investissements à venir). Toutefois si l'on avait fonctionné dans un système concurrentiel, à l'époque, qui aurait préconisé de continuer à développer le nucléaire, d'autant que le pétrole est demeuré longtemps bon marché... A l'heure où les énergies renouvelables offrent des débouchés moins gourmands à nos appétits de croissance et de consommation, est-il raisonnable de mettre le sort de l'énergie entre les mains de la seule concurrence ? Il n'est pas choquant, finalement qu'EDF récupère de magnifiques rentes de sa production, c'est même très bien. Tant mieux. C'est une affaire qui tourne. On cite souvent Tchenrobyl que l'on agite comme un épouvantail comme modèle de la faillite d'une production d'énergie d'état : mais sur ce point,  le problème n'est pas que la centrale fût publique, mais plutôt que l'Etat fût déliquescent et irresponsable.

En ce qui concerne les transports, considérons l'Angleterre : il y existe de profondes disparités de développement économique entre les régions, parce que les transports ne sont plus assurés sur les lignes jugés "non-rentables", et il y en a un grand nombre. Il faut maîtriser un minimum la politique des trtansports pour envisager un développement harmonieux du territoire. A la limite, on peut envisager que l'Etat délègue certaines responsabilités par un cahier des charges, mais pas toutes.

Est-il juste de se plaindre de la SNCF ? les TER sont une véritable réussite. Rapides, à l'heure, modernes, confortables et efficaces. Quand, effectivement, la ligne ferrée n'est vraiment pas rentable, il y a des lignes de bus qui désservent les petites communautés rurales à proximité d'une plus grande communauté. Par ailleurs, la ponctualité des trains est la plupart du temps impressionnante, ces derniers arrivant à la minute près à l'horaire prévu. Il faut avoir voyagé dans de nombreux pays pour réaliser que cette performance est tout à fait exceptionnelle. Confier des lignes non-rentables à des entreprises privées pourraient coûter très cher , et peut-être bien au minimum aussi cher que d'utiliser une entreprise qui a déjà un savoir-faire reconnu et ancien en la matière. Objectivement, qui serait capable de rivaliser avec la SNCF à l'heure actuelle ?

Et comment comprendre la décision de privatiser un système autoroutier qui s'avérait perfomrant et rentable ? 

Quant à l'Education,  les écoles privées existent déjà. L'enseignement privé alternatif existe plus que largement :  les écoles de commerce, mais aussi  les CFA (très reconnus sur le marché du travail et dans plus d'un établissement public) les établissements scolaires sous contrat (pas une commune où il n'y en ait pas au moins un) ...

 En revanche, le monolithisme de l'Education Nationale, est certes patent. Mais, sur ce point, il faudrait regarder les choses de près : les reponsables presqu'exclusifs de ce monolithisme sont à trouver dans les administrations centrales : partout elles bloquent à peu près toutes les innovations, et, bien plus encore que les syndicats, promeuvent non les plus méritants, mais les plus courtisans. Toute la programmation de l'EN actuelle n'est pas le fait des enseignants, qui, pour une large majorité, et contrairement à une idée fort répandue, d'ailleurs, se contentent d'appliquer ce qu'on leur dit de faire. En ce qui concerne la Cartes Scolaire, en l'état, il vaut mieux en effet la supprimer : l'hypocrisie de ceux qui la défendent est tout simplement insupportable. Toutefois à l'instar de François Bayrou on pourrait aussi proposer que tous les établissements scolaires doivent pouvoir offrir un parcours d'excellence. Cela suppose de revenir sur un dogme, lui, hélas, ancré chez les professeurs, les associations de parents d'élève (PEEP comprise), les professeurs, beaucoup de parents d'élève et plus encore l'administration centrale : le dogme de l'hétérogénéïté. Pour qu'un établissement offre un parcours d'excellence, il faut admettre qu'il y ait au moins une classe d'élite. Beaucoup confondent également (souvent volontairement) hétérogénéïté sociale et hétérogénéïté scolaire (des résultats et du niveau scolaire) même s'il faut reconnaître qu'elles tendent à se superposer. Cette hétérogénéïté sociale, ce n'est pas la peine de confier à l'école la mission de la réaliser. Ce n'est pas un problème scolaire comme on essaie de le faire croire, mais avant tout d'urbanisme.

On pouvait lire  tout récemment un échange sans fard rapporté par l'hebdomadaire Marianne entre Gaston Deferre et George Marchais. Aucun des deux n'y allaient par 4 chemins pour expliquer que les concentrations d'immigrés dans une commune grevaient les budgets sociaux et posaient de graves problèmes pour l'ordre public. Moyennant quoi, et cela se passe en 1977 ou 1978,  ils concluaient qu'il faudrait disperser les immigrés sur toutes les communes de France à raison de 10% maximum par commune. On connaît la suite...le problème est là. Et l'école n'y peut absolument rien. A cela s'ajoute une démagogie sans précédent depuis trente ans à propos de l'école pour camoufler l'échec des méthodes et la dispersion des moyens sur des enseignements non-disciplinaires (heures de vie de classe, EJCS et TPE au lycée, brevet de sécurité routière, info ceci, info cela, pseudo activités d'éveil" au primaire et cetera...). Le pompon, c'est ce que l'on demande au baccalauréat et au brevet des collèges aujourd'hui. Mais là encore, ce n'est pas la faute des professeurs : qui conçoit ces épreuves ? inspecteurs, recteurs, formateurs et tutti quanti, assistés de leurs créatures , quelques professeurs contraints ou rénégats, prêts à avaler toutes les couleuvres possibles et imaginables par servilité ou pour un avantage misérable (au moins s'il s'agissait de détourner quelques millions, on pourrait se dire qu'il y a un intérêt pécunier objectif, mais même pas en plus...).

 

L'appropriation publique d'entreprises marchandes est-elle nécessairement néfaste ? L'Etat doit-il  se nourrir exclusivement de recettes fiscales, et non d'activités marchandes qui reposeraient sur une prise de risque qui n'est pas de son ressort.

Soyons  très pragmatiques. Concernant le capitalisme monopolistique d'état, il est tout de même intéressant d'en observer les effets dans un pays comme la Chine, dont la croissance frise les 10% chaque année. Evidemment, la Chine n'est pas non plus partie du niveau de la France, mais tout de même. Plus près de nous, la gestion socialiste des années 80  mérite d'être examinée à la loupe. La nationalisation des banques a été un fiasco complet du début jusqu'à la fin, en revanche, pour l'industrie, le verdict est plus contrasté. Si l'on considère l'industrie automobile (mais pas seulement, la sidérurgie, la construction navale, l'aéronautique), sous l'effet des fonds publics injectés, on peut constater qu'elle s'est considérabement rénovée. Les renault 25 et 21 sont  symptômatiques de cette modernisation. Il y a quelques années, on pouvait lire dans un magazine automobile l'exemple d'une renault 21 turbo diesel qui avait passé son existence a parcourir l'Europe et la Sibérie de long en large, accomplissant ainsi un périble de 1 200 000 kilomètres, et ce, en changeant deux moteurs seulement. Renseignements pris sur ce modèle, on s'appercevait que  grand nombre d'entre eux dépassaient allègrement les 500 000 kilomètres... L'Etat français, en nationalisant a aussi modernisé considérablement une bonne partie de l'appareil productif français, celui-là même qui s'est avéré en partie responsable de l'échec patent de la relance par la demande de 81.

Il est vrai que  l'appropriation publique  a un relent de dékoulakisation peu séduisant. Mais, à l'heure actuelle, ce serait plutôt les bijoux de famille que les trois derniers gouvernements ont tendu à vendre (les Socialistes ont été d'autant plus silencieux sur nombre de privatisations que ce ce sont eux qui les ont entamées, et notamment celles des autoroutes...). Il ne s'agit nullement de s'opposer par principe aux privatisations mais elles doivent être  censées. 

Il est vrai qu'un état marchand pourrait déroger à la règle  de la concurrence libre et non-faussée,

Fondamentalement, quels sont les deux reproches que l'on peut adresser à une entreprise d'état ? 1. De ne pas respecter les règles de concurrence 2. De ne pas être perfomante. Si l'entreprise d'état  répond à ces deux critères, pourquoi faudrait-il la privatiser ? En outre, en ce qui concerne la concurrence, le véritable problème pour un pays comme la France, ce sera les réactions de ses partenaires européens. Pour les cas que nous citons, transports et énergies, c'est surtout de concurrents européens que la France a à craindre l'ire. Toutefois, dès lors qu'un accord serait trouvé et conclu avec nos partenaires pour que l'Etat français conserve sous la marque déposée et estampillée "état français" certaines entreprises, où serait le mal ? Au final, dès lors que nos entreprises publiques ne participent pas à notre asphyxie (mais il faut tenir compte de leur valeur ajoutée, pour cela, et pas seulement de leur coût) pourquoi devrait-on inciter l'état à s'en désengager ? Le reste est une affaire de gestion. 

Toutefois, on peut envisager de déléguer certains services de proximités à des partenaires privés dans les communes rurales éloignées des grands centres urbains : .  On assisterait alors au retour de l'épicerie d'antan, c'est à dire un commerce généraliste, sauf que, cette fois, ce ne serait plus seulement des biens de consommation que l'épicerie vendrait, mais aussi des services que lui délèguerait  l'Etat : poste, caisse de sécurité sociale, impôts... Voilà un métier nouveau qui pourrait avoir de l'avenir : un épicier-buraliste qui suivrait une formation sommaire d'agent de l'état multi-fonction. Nombres de services administratifs ne requièrent pas de formation approfondie. Ces épiciers pourraient en assurer le fonctionnement moyennant une rétribution de l'état, et ce serait à l'avantage de tous, car cela permettrait de conserver une vie dans les petites communautés et coûterait à l'évidence moins cher à l'Etat, donc au contribuable.


Les monopoles (ou oligopoles !) ne sont pas le seul fait des entreprises publiques. La Lyonnaise des eaux, et la CGE se sont certainement longtemps accordées secrètement pour fixer sur une base non-concurentielle le prix de l'eau. Dans les premiers temps du câble, cette même Lyonnaise des eaux sous le doux nom de cybercable, numéricable et deux trois autres opérateurs passant par le câble (leurs noms m'échappent) se sont partagés longtemps le marché.
Pour la téléphonie, l'année passée l'on soupçonnait un accord secret entre les opérateurs de téléphonie. En remontant plus loin dans l'histoire, on trouve sept compagnies pétrolières qui se partagaient 90% des consessions de la planète dans les années 60-70 : les majors.

Les coûts de production d'une entreprise publique sont-ils nécessairement prohibitifs?  Il serait intéressant de comparer ceux de Renault et de PSA sur les trente dernières années. Evidemment, pour être juste, il faudrait prendre en compte les subventions mastodontesques que PSA a reçu aussi.

Enfin, à qui dénigrerait les résultats de la France, sous économie dirigée, par rapport à d'autres pays, il faut rappeler qu' elle a tout de même longtemps été classée au quatrième rang mondial pour la puissance économique, et surtout, qu'en la comparant  au Japon ou à l'Allemagne, il faudrait considérer le coût monstrueux pour son économie de sa sanctuarisation nucléaire,  de son  financement d'une armée pendant longtemps opérationnelle et autonome , de sa  politique de soutien et de développement dans ses ex-colonies (seuls l'URSS et les USA en ont fait autant pendant les années 60-70-80). Si le Japon et l'Allemagne avaient du payer leur défense nationale au prix fort  ainsi que leur décolonisation,  seraient-ils parvenus à un tel niveau de développement si vite ?...

 Sans être favorable à un tout public, il demeure souhaitable  que les états conservent, s'ils le peuvent, évidemment,  un pied dans les secteurs stratégiques (Education, Transports, Energies, Communications) , soit par la biais d'une entreprise d'état, soit par le biais de l'actionnariat ( c'est à dire en disposant d'une part de capital suffisante pour infléchir la politique de l'entreprise).

 

Pour conclure,il ne s'agit pas de promouvoir une économie planifiée ni même dirigée, mais de plaider pour une présence de l'Etat là où un opérateur privé n'a pas les reins assez solides pour se préoccuper de l'avenir à long terme, et finalement, de mettre en avant les solutions qui marchent publiques ou privées , sans dogmatisme, mais avec pragmatisme.