Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 février 2012

La partition de la Syrie est-elle l'unique issue ?

Ce qui se passe en Syrie est terrifiant. D'autant plus terrifiant qu'il n'y a aucune issue. ce que le régime fait aux jeunes adolescents, atrocement torturés, est abominable. Mais dans le même temps, le régime est aussi le seul bouclier de la minorité alaouite, qui contrôle actuellement la Syrie.

Les enfants sunnites subissent actuellement les pires atrocités, mais il ne fait pas de doute, compte-tenu du sadisme de la répression, que ce sera le tour des enfants alaouites si l'opposition sunnite prend le pouvoir.

Il n'y a donc aucune solution satisfaisante à l'heure actuelle. La barrière entre les deux communautés est désormais irréductible. D'une certaine manière, le pouvoir des Alaouites aura été une parenthèse puisque très longtemps les Alaouites ont été opprimés et méprisés par des Sunnites dominants. 

En dépit de ses travers, l'idéologie du BAAS avait aussi pour objet de gommer les différences religieuses, mais, manifestement c'est un échec complet.

Je sais qu'en Europe on déteste l'idée qu'un pays puisse être partitionné ou que des frontières bougent, mais il faut aussi savoir être réaliste : on ne doit pas sacrifier des communautés entières à quelques grands principes qui ne valent rien dans la pratique.

Dans les État-majors on aurait tout intérêt à sérieusement considérer la chose : les hauts gradés de l'Armée américaine avouent d'ailleurs qu'ils ne savent pas trop de quoi est fait l'opposition syrienne exactement.

Dans les années 70-80, il y a eu aussi une grande histoire d'amour entre la résistance afghane et l'Amérique : que s'en est-il ensuivi ? La destruction des twin towers, in fine...

Il s'agit donc de naviguer entre des écueils qui valent bien Charybde et Scylla : Bachar el Assad a entraîné dans sa guerre innommable toute la communauté alaouite. Ils se battront à mort parce qu'ils n'ont aucun autre choix.

Il faut donc créer les conditions d'un repli en sécurité pour les Alaouites. Une partie difficile se joue là-bas : l'Iran et le Hezbollah sont les alliés des Alaouites. Il serait logique que le pouvoir devenu Chite en Irak les soutienne aussi.

Le compromis acceptable par tous doit être trouvé, et cela va être un long chemin pour les diplomates. Une chose est certaine : ce serait une très grande erreur d'acculer les Alaouites sans porte de sortie.

J'espère voir la France prendre des positions responsables : il ne s'agit pas de dénoncer seulement le pouvoir syrien et les crimes commis, aussi atroces soient-ils, mais de proposer des solutions acceptables et de donner des garanties. Quand je parle de garanties, ce ne sont pas toutes celles que pourrait donner l'opposition syrienne : je ne doute pas de sa bonne volonté, mais ceux qui parlent à Paris ne contrôlent quasiment rien sur le terrain.

15:20 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : syrie, alaouites, sunnites |  Facebook | | |

dimanche, 29 janvier 2012

Bachar el Assad en fuite ?

J'attends que cela se précise, mais d'après une chaîne israélienne, Bachar el Assad aurait tenté de fuir vers la Russie. Mais il aurait été intercepté par l'Armée Syrienne Libre selon le quotidien égyptien « Al-Masri Al-Yaoum ».

A la suite d'une bataille rangée entre la Garde Républicaine et l'ASL, Assad aurait réussi à se dégager et à rebrousser chemin vers Damas. Les combats se multiplient dans la capitale de la Syrie et les insurgés semblent infliger de lourdes pertes aux forces loyales au clan Assad.

D’autres sources affirment que le général Mohamed Khallouf, chef des services de renseignements syriens serait entré en dissidence à la tête d'une division de 300 hommes. Informations supplémentaires à venir en live-blogging dès que j'ai du neuf...

 

MAJ 23h30 : des combats ont apparemment lieu près du palais présidentiel et notamment aux alentours de la Place des Abbassides. Les Damascènes commenceraient à descendre dans les rues (cette dernière information est à prendre avec des pincettes).

dimanche, 11 décembre 2011

Razan Ghazzawi ( الحرية لرزان غزاوي ) la victime de trop en Syrie ?

Je sais qu'il est bien dérisoire sur nos pauvres blogues français d'espérer faire plier les sbires de Bachar el Assad et de son Baas, mais tout de même, cela vaut le coup d'apporter sa petite pierre, même si ce n'est qu'un gravier.

Razan Ghazzawi est une jeune blogueuse et avocate. Elle se bat pour plus de liberté d'expression en Syrie et plus généralement dans le monde arabe. Elle ne doit évidemment pas rester dans les griffes de la police secrète d'Assad tant on sait à quel point elle est capable de commettre des exactions épouvantables.

Je ne crois pas partager les opinions politiques de Razan Ghazzawi, à commencer par le commentaire qu'elle cite en tête de blogue qui compare Israël à un pays d'apartheid (si c'était là-bas qu'elle écrivait, elle ne serait pas à l'isolement en grand secret et soumise à des pressions sans doute terribles...), mais bon, la liberté d'expression n'a pas de prix et elle fait acte d'un très grand courage en agissant à visage découvert. 

Elle pourra difficilement compter sur la blogosphère syrienne : elle observait au mois d'octobre dernier qu'elle comptait une trentaine d'individus tout au plus ! Et elle n'a absolument aucun impact sur les révoltes qui se produisent là-bas.

Une autre chose m'intrigue : par principe, j'aime bien savoir qui je défends, et, en dépit des nombreux articles que j'ai trouvé sur elle, tout ce que j'ai pu apprendre c'est qu'elle est née aux USA. Rien d'autre sur elle si ce n'est qu'elle est avocate, blogueuse et se bat pour la liberté d'expression et la défense des droits de l'homme.

Cela dit, ça sent le roussi en Syrie. Là-bas aussi, ce sont des jeunes emplis d'idéaux, sans doute, qui ont brandi l'étendard de la révolte, mais j'ai la sale impression que ce seront les islamistes, au final, qui ramasseront la mise. 

Je viens par exemple d'apprendre incidemment que des djidahistes commencenr à affluer en Syrie, notamment de l'Irak voisin. Et ils ne viennent certainement pas pour y faire du tourisme.

J'ai très modérément envie de devoir choisir entre la peste et le choléra là-bas mais à vrai dire, le comportement du régime est tellement atroce avec les enfants syriens, qu'il n'y a plus guère le choix. On ne peut plus le renvoyer dos à dos avec ses opposants, fussent-ils des islamistes...

jeudi, 24 novembre 2011

La foudre sur Bachar ?

Je sens Bachar el Assad de plus en plus mal, en Syrie : si le Canard dit vrai, Turquie, Angleterre et France, envisageraient de structurer une opposition armée contre le régime.

Les Turcs proposent de mettre en place une zone d'interdiction aérienne (tiens, ça rappelle la Lybie). Il semble qu'il existe d'ores et déjà une Armée Syrienne Libre. Celle-là même qui commence à attaquer au lance-roquette des centres opérationnels voire des unités des brigades de Bachar.

La France envisage d'ores et déjà la création de zones humanitaires, peut-être sur le modèle de ce que les Américains ont assuré aux Kurdes en Irak par le passé.

Même si Français et Britanniques disposent de l'appui presqu'inconditionnel de la Ligue Arabe, je ne vois pas comment une opération pourrait se monter sans l'aval de la Russie. Et je ne la vois vraiment pas lâcher son allié...

J'avoue la perplexité : en intervenant ne risque-t-on pas d'alimenter une guerre civile entre Sunnites d'un côté et Alaouites de l'autre ?

Il y a autre chose qui m'interpelle : c'est le retour dans le jeu diplomatique de la France et de la Grande-Bretagne au Maghreb et au Proche-Orient. J'avoue que c'est tout à fait inattendu et surprenant.

Ce qui est inattendu, en fait, c'est de les voir agir seul, sans doute, il est vrai, sous l'oeil favorable des USA, mais, in fine, de leur propre chef.

Si une démocratie s'établissait en Syrie et que le régime Baasiste s'effondrait, nulle doute que les cartes seraient totalement rebattues au Liban.

La France qui a pris fait et cause pour le Liban depuis fort longtemps vise peut-être ce but spécifique. Débarassé de la tutelle de son encombrant voisin, le Liban pourrait peut-être reprendre le chemin de la prospérité (ne fut-il pas la Suisse du Moyen-Orient ?) à condition, toutefois, de régler le problème du Hezbollah.

Pour ma part, il demeure un poitn essentiel à mes yeux, c'est celui du sorts des Alaouites. L'Alaouisme représente une branche avancée et particulièrement évoluée de l'Islam

S'il y a une représentation alaouite suffisante au sein de l'opposition, on pourrait envisager un véritable soutien, mais s'il s'agit de prendre parti dans un conflit entre Sunnites et Alaouites, je suis beaucoup plus réservé.

12:07 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, liban, bachar, alaouite |  Facebook | | |

mardi, 06 septembre 2011

Dessouder Bachar, ça ne va pas être facile...

Bachar el Assad qu'on aurait pu croire plus modéré que son père, à une époque donnée, à fait le choix du tout répressif en Syrie. A l'Élysée, le nouveau mot d'ordre, c'est "après la Libye, la Syrie". Sauf qu'en la circonstance, cela va être très chaud.

Première observation : il y a bien une opposition, en Syrie, mais ce n'est pas une opposition armée.

Deuxième observation : à l'heure actuelle, il n'y a pas assez de défections au sein de l'armée syrienne. En outre, contrairement à Kadhafi, el Assad a bâti son pouvoir avec l'armée, non contre elle. Certes, en juin dernier des chars se sont affrontés à Jisr, mais cette sécession n'a pas fait long feu.

Troisième obervation : la Syrie est dominée par une branche du Shi'isme, les Alaouites. Ils se sont alliés avec les Chrétiens et les Druzes pour truster tous les postes de pouvoir en Syrie.

La troisième observation est la plus importante. On ne peut pas faire sauter Bachir el Assad et son parti Baas si une opposition n'apparaît pas au sein de la population alaouite.

En Syrie comme en Lybie, on marche sur des oeufs. Si le conflit ne prend pas un tour franchement confessionnel, on comprend bien que ce sont les Sunnites, surtout qui haïssent Hafez el Assad, et que les Alaouites, quant à eux, craignent d'être emportés dans la tourmente en cas de changement de régime.

A vrai dire, des appels à la haine lancés par certains fanatiques sunnites par le passé, les doutes souvent exprimés sur "lslamité" de l'alaouisme contribuent à donner aux Alaouites le sentiment d'être en insécurité. Et côté chrétien, on se défie du fondamentalisme sunnite que certains soupçonnent d'avoir infiltré les manifestations comme en Lybie au demeurant. Toutefois, en Lybie, le conflit est d'abord d'ordre tribal et régionnaliste : Cyrénaïque contre Tripolitaine. Il n'y a jamais eu en Lybie une domination d'une minorité religieuse sur les autres. 

On ne pourra rien faire en Syrie sans assurer aux Alaouites des garanties très sérieuses.

Il faut ajouter à cela une embûche stratégique de taille : les Russes sont déterminés à ne pas perdre leur dernier allié dans la région. Ils bloqueront toutes les résolutions susceptibles de le mettre en difficulté. Certains pays occidentaux, mais aussi la Turquie qui abat ses propres cartes sur la table songent à armer l'opposition. Option très risquée, à mon sens, qui pourrait déboucher sur une guerre confessionnelle en Syrie, d'autant qu'el Assad s'empressera de l'attiser s'il sent que les vents lui sont contraires.

C'est donc une partie de diplomatie très fine qui attend la France dans un jeu qui ne peut en aucun cas se dérouler sur le terrain militaire, au moins pour l'instant.

15:43 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, alaouites, el assad |  Facebook | | |

mercredi, 29 octobre 2008

Le "droit de poursuite" américain va dégénérer...

Profond soupir : j'espère vraiment que la politique internationale des Américains va changer de face avec le successeur de Bush, et j'avoue que j'ai nettement plus confiance en Obama qu'en Mac Cain pour cela.

On se demande parfois si les Américains réfléchissent : ils viennent de réaliser un raid militaire à la frontière syrienne, apparemment pour liquider un "passeur" d'Al Qaeda.

Supposer que les Syriens soutiennent Al Qaeda est idiot : les Syriens sont alliés des Iraniens, pour la bonne raison que le pouvoir syrien est avant tout alaouite, et qu'à ma connaissance, les alaouites sont une branche du chiisme. Or, Al Qaeda déteste les Chiites et les considèrent comme des apostats qu'il ne faut pas hésiter à éliminer. Ils n'ont donc aucun sentiment de fraternité pour les Alaouites, et, partant de là, pour le pouvoir syrien. C'est de la géostratégie la plus élémentaire. Ceci ne signifie pas que les Syriens ne jouent pas un jeu en Irak, mais certainement pas celui d'Al Qaeda clairement enraciné dans la tradition sunnite.

Si j'étais Américain et dans les cercles du pouvoir, je commencerai à réfléchir à une évolution de ma diplomatie envers l'Iran et la Syrie. Même si les intérêts américains ne sont pas les mêmes évidemment que les intérêts chiites en général, et que les Saoudiens verraient certainement d'un très sale oeil un retournement de tendance envers l'Iran et la Syrie, un accord de non-agression est au minimum nécessaire avec Syriens et Iraniens pour espérer un minimum de bonne volonté de leur part dans le jeu proche-oriental.

Autant dire que ce n'est pas en balançant un missile sur les populations civiles syriennes, même par erreur, que cela en prendra le chemin...

Pour ceux qui veulent se faire une idée de l'Alaouisme, ce lien sur Wikipedia.

18:23 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : syrie, usa, al qaeda, chiite |  Facebook | | |