Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« J'aurais voulu être un artisan | Page d'accueil | Blocage des salaires à l'Éducation Nationale »

jeudi, 24 novembre 2011

La foudre sur Bachar ?

Je sens Bachar el Assad de plus en plus mal, en Syrie : si le Canard dit vrai, Turquie, Angleterre et France, envisageraient de structurer une opposition armée contre le régime.

Les Turcs proposent de mettre en place une zone d'interdiction aérienne (tiens, ça rappelle la Lybie). Il semble qu'il existe d'ores et déjà une Armée Syrienne Libre. Celle-là même qui commence à attaquer au lance-roquette des centres opérationnels voire des unités des brigades de Bachar.

La France envisage d'ores et déjà la création de zones humanitaires, peut-être sur le modèle de ce que les Américains ont assuré aux Kurdes en Irak par le passé.

Même si Français et Britanniques disposent de l'appui presqu'inconditionnel de la Ligue Arabe, je ne vois pas comment une opération pourrait se monter sans l'aval de la Russie. Et je ne la vois vraiment pas lâcher son allié...

J'avoue la perplexité : en intervenant ne risque-t-on pas d'alimenter une guerre civile entre Sunnites d'un côté et Alaouites de l'autre ?

Il y a autre chose qui m'interpelle : c'est le retour dans le jeu diplomatique de la France et de la Grande-Bretagne au Maghreb et au Proche-Orient. J'avoue que c'est tout à fait inattendu et surprenant.

Ce qui est inattendu, en fait, c'est de les voir agir seul, sans doute, il est vrai, sous l'oeil favorable des USA, mais, in fine, de leur propre chef.

Si une démocratie s'établissait en Syrie et que le régime Baasiste s'effondrait, nulle doute que les cartes seraient totalement rebattues au Liban.

La France qui a pris fait et cause pour le Liban depuis fort longtemps vise peut-être ce but spécifique. Débarassé de la tutelle de son encombrant voisin, le Liban pourrait peut-être reprendre le chemin de la prospérité (ne fut-il pas la Suisse du Moyen-Orient ?) à condition, toutefois, de régler le problème du Hezbollah.

Pour ma part, il demeure un poitn essentiel à mes yeux, c'est celui du sorts des Alaouites. L'Alaouisme représente une branche avancée et particulièrement évoluée de l'Islam

S'il y a une représentation alaouite suffisante au sein de l'opposition, on pourrait envisager un véritable soutien, mais s'il s'agit de prendre parti dans un conflit entre Sunnites et Alaouites, je suis beaucoup plus réservé.

12:07 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, liban, bachar, alaouite |  Facebook | | |

Commentaires

On peut tenter d'expliquer ce phénomène: c'est la crise de la dette aux USA aussi, même si on en parle moins, ils devraient faire d'énorme coupes dans le budget de la défense et se recentrent vers la zone principale pour eux, le pacifique et la guerre d'influence avec la Chine;
du côté moyen-orient, après les déconvenues irakiennes et afghanes, ils redeviennent moins présent, redonnant à la France et à l'Angleterre de l'espace géopolitique dans ce qui est notre zone d'influence traditionnelle.
Il est classique de dire que la politique extérieure des USA suit des cycles interventionnisme/isolationnisme et nous sommes dans une phase de retrait, mais peut-être que les historiens présenteront dans 20 ans les guerres d'Afghanistan et d'Irak comme une cause du déclin américain, à la fois politiquement et économiquement

Écrit par : adrien | lundi, 28 novembre 2011

@adrien
Oui, mais en sous-main, ils soutiennent opérationnellement les interventions.

Écrit par : l'hérétique | lundi, 28 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.