Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« La foudre sur Bachar ? | Page d'accueil | Un viol en Égypte : c'est pour la journée des violences faites aux femmes ? »

jeudi, 24 novembre 2011

Blocage des salaires à l'Éducation Nationale

Châtel, il a vraiment la tête du fayot de la Sarkozie. Toujours content de lui, quand il a son nonos. C'est vraiment le roi de l'entube.

Là, il est tout content parce qu'il vient d'annoncer qu'il va augmenter les jeunes profs. Il a juste oublié de préciser qu'il bloquait les salaires de tous les autres enseignants pendant trois ans, dans le même temps.

Hop, un petit coup d'oeil sur le site du SNES, le puissant syndicat des enseignants du secondaire, et qu'apprend-on ?

Le Ministère a dans ses cartons une réforme qui consiste à faire évaluer les enseignants non plus par des inspecteurs, mais par des chefs d'établissement. Au passage, réforme idiote : elle favorise les effets de cour, et surtout, prive l'État d'un corps indispensable : l'inspection. Un État qui se débarasse de ses inspecteurs est un État qui entend bien se laver les mains de ce qu'il se passe dans ses basses oeuvres. Or, partout un corps de contrôle est absolument nécessaire.

Squizzer l'inspection pédagogique est un grand moment de la chateloconnerie. Rendons à Châtel ce qui ne lui appartient pas, c'est en projet sans doute ailleurs qu'à l'UMP.

Non, le tour de force, c'est l'arnaque de 1ère qualité qu'a mis au point Châtel. Pour appliquer sa réforme, il a décidé de bloquer l'avancement des enseignants pendant trois ans à l'ancienneté. De 2012 à 2015.

Or, un enseignant ne met jamais moins de trois ans à franchir un échelon de carrière. C'est même trois ans au début, mais rapidement 3.5, puis 5 ans. 

Je ne suis pas mauvais en soustraction : 2015-2012 = 3.

Les salaires des enseignants seront donc bloqués pendant trois ans à l'Éducation Nationale.

Heureusement qu'il y a le SNES et l'hérétique qui veillent au grain, non ? Y'a quand même un truc qui me frappe,  c'est qu'un grand silence plane dans la presse et les appareils politiques...

On dit quoi, sinon, au Président du pouvoir d'achat, chez les enseignants ? Merci ? Quand je pense que l'UMP veut au passage les coller 35 heures dans les établissements, tout comme les Socialistes, je pense que le recrutement n'a pas fini de s'effondrer...

17:01 Publié dans Education | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : salaire, enseignant |  Facebook | | |

Commentaires

Là, il faut se battre, des tentatives similaires ont été faites ailleurs^^^, elles furent "kicked out"! Porte ouverte à toutes sortes de dérives.

Écrit par : Martine | jeudi, 24 novembre 2011

Très bon article,

Juste un petit truc à la fin où j'émets une réserve : c'est un peu un raccourci que de dire que les partis veulent coller 35 h dans les établissements : certains le proposent sur base du volontariat, mais alors qu'on y effectue le travail qu'on fait en principe à la maison : préparation des cours, correction des copies...
Puis, ça dépend en fait le programme du candidat, ce n'est pas encore fixé.

Notamment pour les socialistes, qui doivent revoir l'ancien projet PS et l'ancien projet Hollande avec la nouvelle équipe qui vient d'être constituée, et la partie de l'éducation n'est absolument pas fixée encore.

En Belgique, on en a débattu dans un projet d'école-pilote, on était resté sur la base du volontariat. Il vaut mieux souvent convaincre qu'imposer, quand c'est possible.

Écrit par : Isabelle | samedi, 26 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.