Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 21 février 2014

Aider l'ASL en Syrie : la difficulté est là.

Il est très difficile de démêler l'écheveau syrien vu d'Europe. Au fil des actualités, j'ai cru comprendre qu'on pouvait discerner trois à quatre "camps".

Il y a d'abord celui du parti au pouvoir, le parti Baas et son chef Bachar el Assad. En simplifiant, on peut dire qu'il représente principalement les Alaouites et les minorités (Chrétiens et Druzes surtout). Il est soutenu par la Russie et l'Iran.

En face, il y a l'ASL, l'Armée Syrienne Libre. On ne peut pas dire qu'elle soit vraiment soutenue par quelqu'un, mais, elle a les faveurs de l'Europe et de l'Amérique, disposant au moins de représentations diplomatiques auprès de ces derniers.

Ensuite, il y a les djihadistes. Ils sont en règle générale dans la mouvance d'Al Qaeda. Personne ne sait exactement qui les finance, mais on soupçonne les pétro-monarchies, Qatar en tête de les aider en sous-main, de manière indirecte. L'Arabie Saoudite semble toutefois avoir revu ses positions et tend désormais à aider l'ASL plutôt que les groupes islamiques. Au sein des groupes djihadistes, certains souhaitent épargner les populations civiles et acceptent des alliances de circonstance avec les autres factions, comme le Front al nosra, et d'autres règnent par la terreur, y compris sur les villages conquis, et je pense que c'est la stratégie de l'EIIL. 

Pour illustrer mon propos, Al Nosra et plusieurs groupes insurgés (mais font-ils partie de l'ASL ?) se sont alliés pour chasser EIIL des champs pétrolifères. EIIL est plus ou moins censée avoir fait scission avec Al Qaeda, mais c'est difficile à établir clairement.

La difficulté pour l'Europe, c'est de parvenir à aider l'ASL sans pour autant armer les salafistes et les djihadistes, devenus les factions militaires rebelles les plus puissantes en Syrie. On ne sait jamais trop ce que deviennent les armes qui sont livrées, et, de temps à autre, des brigades insurgées font défection et passent du côté des islamistes. Mais, dans le même temps, moins l'ASL dispose de moyens pour remporter des victoires militaires, plus elle s'affaiblit et laisse le champ libre aux autres formations.

Aujourd'hui, l'ASL semble marginalisée et on se demande si elle peut encore représenter quelque chose en Syrie à l'exception de quelques particularités locales.

L'ASL a longtemps fonctionné comme une sorte de franchise en Syrie, une grande auberge espagnole au sein de laquelle on trouvait toute sorte d'obédiences. C'est ainsi que des cargaisons entières d'armements ont pu passer aux mains de l'opposition armée islamiste.

Aujourd'hui, l'ASL ne correspond plus vraiment à une faction structurée ; on peut dire que sa dénomination permet de distinguer les laïcs et les religieux, et encore : certaines formations islamiques continuent de s'en réclamer.

L'Amérique semble avoir renoncé à intervenir : la prise d'importants armements par des djihadistes peut l'avoir convaincue que le remède à venir (une Syrie djihadisée) était pire que le mal actuel (une Syrie sous influence alaouite favorable à la Russie et à l'Iran).

Il me semble, dans ces conditions que l'Europe pourrait jouer sa partition bien qu'elle ne soit vraiment pas aisée à interpréter. Un très gros travail de renseignement serait nécessaire pour trouver des interlocuteurs laïcs dans le camp de l'opposition. La difficulté, c'est qu'il existe bien des liens et des réseaux entre Européens et Syriens, particulièrement en France, mais avec des soutiens du pouvoir actuel seulement.

Si toutefois aucune opposition modérée n'émerge des décombres de la Syrie, il faudra se préparer à de déchirantes révisions stratégiques. On peut discuter avec Bachar el Assad, en dépit des crimes de son régime. On ne le peut pas avec les djihadistes made in Al Qaeda. Il suffit de lire sur le blog de Talisma Nasreen (ou ailleurs au demeurant) ce que les pires d'entre eux font à une malheureuse jeune fille simplement parce qu'elle a un compte facebook : ils la lapident à mort. Une adolescente de 15 ans. Atroce.

13:23 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, asl |  Facebook | | |

dimanche, 16 juin 2013

Syrie : apprentis démocrates ou apprentis sorciers ?

Je suis de plus en plus sceptique quant à la position que la France et plus généralement l'Europe adoptent quant à la Syrie. 

Ce que je vois, c'est que l'on ne parvient pas identifier ce qu'est l'Armée Syrienne Libre, mais qu'en revanche, ses éléments les plus visibles sont au mieux des Frères Musulmans au pire des proches d'Al-Qaeda.

En face, nous avons un pouvoir qui s'est certes signalé par ses exactions, mais aussi une communauté, les Alaouites dont la tolérance culturelle est sans égale dans la région, Israël et chrétiens libanais mis à part.

Cela fait 70 ans que l'Occident joue à l'apprenti-sorcier avec l'islamisme radical avec les résultats fameux que l'on connaît.

On a vu ce que cela a donné dans d'autres régions du monde. 

Cela fait un moment, me semble-t-il, que l'on parie sur le mauvais cheval. 

Malgré toute l'estime que je porte à Yann Werhling, porte-parole du MoDem, je ne le suis absolument pas sur sa proposition d'intervention

La guerre en Syrie prend de plus en plus l'allure d'une guerre confessionnelle ; la comparaison avec la Libye n'est pas pertinente puisque là-bas, même en Tripolitaine, Kadhafi faisait l'unanimité contre lui. De plus, là-bas, certes des éléments islamistes radicaux se sont mêlés à la révolte mais ils n'en ont jamais été les étendards. Je n'ai pas la même impression en Syrie.

Yann avait vu dans la position de la Chine un cynisme épouvantable en février dernier. Je ne le crois pas. Ce sont des alliances forgées depuis plus de 50 ans qui réémergent là-bas, rappelant que le monde de la guerre froide que l'on croyait disparu depuis longtemps continue d'exister. 

La Chine et surtout la Russie soutiennent Damas parce que le pouvoir qui s'y exerce est leur allié historique dans la région. A l'inverse, le Qatar et l'Arabie Saoudite, alliés régionaux des USA alimentent la rébellion.

L'Occident fait dans son ensemble l'erreur de s'en prendre à Assad non pas d'abord en raison de ses exactions mais principalement parce qu'il est associé aux Russes et qu'une sournoise diplomatie d'affrontement continue de s'exprimer en sous-main entre Ouest et Est. Une résurgence de la guerre froide, à moins, plus simplement, que la guerre froide n'ait au fond été qu'une expression d'antagonismes internationaux et régionaux séculaires.

Le problème, c'est qu'à chaque fois que les USA croient avancer un nouveau pion au Proche-Orient, en réalité, ils ouvrent un nouvel élevage de scorpions. Des Islamistes partout, on commence à voir ce que cela donne, me semble-t-il, avec le recul.

Assad et son parti Baas ont trempé dans bien de sales affaires, mais ils n'ont jamais eu l'idée de balancer deux avions de ligne emplis de civils dans deux tours d'immeubles et ce pays ne s'amuse pas à prendre en otage tous les quatre matins des occidentaux un peu partout dans le monde. Aucun de ses alliés ne s'y risque d'ailleurs.

In fine, j'agrée pleinement, une fois encore, la parfaite clairvoyance de François Bayrou sur le sujet, qui s'est bien gardé de s'associer aux voeux de la majorité et de l'opposition en mars dernier à propos des livraisons d'armes.

C'est tout de même incroyable avec cet homme-là : je suis d'accord avec lui quasiment à tous les coups et sur n'importe quel sujet. Quand je vérifie après coup ce qu'il a dit ou écrit sur un sujet que je traite, je m'y retrouve presqu'à chaque fois !

00:06 Publié dans International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, asl |  Facebook | | |