Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 15 décembre 2009

Arabie Saoudite, la honte de l'Islam

Les lois en vigueur, en Arabie Saoudite, représentent, je le crois, une régression sans précédent en terre d'Islam. J'irais même plus loin : parler de régression est inexact. Jamais l'Islam, par le passé, n'a été à ce point brutal, incohérent et injuste dans un pays musulman. L'Islam, par le passé, pouvait avoir des lois sévères, mais les juges qui appliquaient les lois étaient capables de montrer de la souplesse.

En Arabie Saoudite, on fouette à coups de fouet une femme de 75 ans et une jeune femme enceinte, victime d'un viol collectif (on lui a bien sûr refusé l'avortement, et pour les criminels, il semble que ce soit le dernier souci des autorités saoudiennes que de les rechercher et les punir).

Le mieux est encore de laisser la parole à un musulman indigné :

Je suis muslman et je trouve ces pratiques abjectes et indignes du pays censé représenter le monde musulman et l’islam de nos ancêtres. Jamais le prophète Mohammed (que la paix soit sur lui) n’aurait traité une femme de la sorte (ni un homme d’ailleurs). Il aimait trop les femmes pour ça. Il était l’Homme et les saoudiens sont les animaux de l’Islam. Des sauvages à qui il faut retirer le privilège de La Mecque… Si la France avait le courage de ses opinions, il ne ferait plus commerce avec eux… Mais tout n’est qu’hypocrisie.

C'est magnifiquement bien dit. J'ajoute qu'aucune condamnation ne vient de l'Islam aussi parce que l'Arabie Saoudite tient les cordons de la bourse de nombre d'universités religieuses dans le monde musulman.

Ce n'est pas tout : en Arabie Saoudite, un homme est condamné à mort pour sorcellerie ! Il faut remonter à l'Ancien Régime, en France, pour trouver trace d'une condamnation semblable, et encore.

Je doute que l'Arabie Saoudite et ses princes aient très bonne presse au sein du peuple de l'Islam. Il n'y a que Nicolas Sarkozy pour venir y faire des discours sur la laïcité positive. Pendant que l'on brutalise vicieusement une vieille nourrice (un des hommes qu'elle a un jour allaité était simplement venu lui apporter à manger), que l'on accroît le malheur d'une jeune femme violée, les princes saoudiens mènent grande vie, sablent le champagne dans les clubs privés occidentaux et payent cash des escort-girls.

Finalement, j'en viens à me demander si en 1991, l'Occident n'aurait pas mieux fait de laisser l'Irak envahir l'Arabie Saoudite et mettre fin à ce régime de pantins sanguinaires et intolérants... On faisait l'échange : l'Irak lâchait le Koweit, relativement libéral, pour la région, et on laissait les Irakiens occuper l'Arabie Saoudite.

lundi, 23 mars 2009

Le Printemps de Bourges s'apprête à accueillir un salopard de la pire espèce...

Il y a des choses qui méritent d'être relayées le plus largement possible. Je viens de lire l'information sur le blog "le féminin l'emporte".

Le printemps de Bourges invite un connard de rappeur de merde dont l'idée géniale consiste à beugler toutes les violences qu'un mec fait subir à sa "meuf" parce qu'il l'a surpris avec un autre.

Extrait :

[...]
J'déteste les petites putes genre Paris Hilton les meufs qui sucent des queues de la taille de celle de ''Lexington''
T'es juste bonne à te faire péter le rectum même si tu disais des trucs intelligents t'aurais l'air conne
J'te déteste j'veux que tu crèves lentement
J'veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l'enfant
[...]
On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée
On verra comment tu suces quand j'te déboiterais la mâchoire
T'es juste une truie tu mérites ta place à l'abattoir

[...]

Je t'emmènerai à l'hôtel je te ferai tourner dans ma villa romaine
Tu suces pour du liquide tu te casses à marrée basse
Pétasse tu mériterais seulement d'attraper le DAS
Le seul liquide que je t'ai donné c'est mon sperme
Si j'te casse un bras considère qu'on s'est quittés en bons termes

[...]

J'étais trop fidèle (sale pute)
J'ai les nerfs en pelote (sale pute)
J'vais te mettre en cloque (sale pute)
Et t'avorter à l'opinel [...]

Voilà le formulaire de contact des organisateurs du Printemps de Bourges pour les incendier. On regarde à qui on a affaire avant d'envoyer des invitations. C'est peut-être une infraction...Procédure à suivre...

Ah, et puis quelques adresses supplémentaires, au cas où :

>>> au Printemps de Bourges,
courrier à Monsieur Daniel Colling, directeur du Printemps de Bourges, 22 rue Henri Sellier, 18000 Bourges ou par mail ici

>>> copie à la Halde : 11 rue Saint Georges 75009 Paris ou par mail ici

>>> copie à Mme Valérie Letard, Secrétaire d'État à la Solidarité, 55, rue Saint-Dominique 75007 Paris

>>> copie à ECVF (Elu-es contre les violences faites aux femmes) - Tour Mantoue - 9, villa d’Este 75013 Paris ou par mail ecvf@ouvaton.org

Et puis pour conclure, j'ai trouvé le nom de "l'artiste" et son blog. Clip ici. Silence radio du côté des médias. D'une certaine manière, ce n'est peut-être pas plus mal, car il faut éviter de faire de la pub à ce sale connard de rappeur de merde. Donc, ne relayez pas aux médias (aucune intérêt, hors de question de lui faire la moindre pub) mais seulement aux organisateurs et à la justice.

mercredi, 17 décembre 2008

Droits de l'homme : Ben Ali et consorts se moquent du monde !

Quand on évoque les mots Tunisie ou Ben Ali devant moi, je pense automatiquement au mot "torture". Voilà un réflexe que je ne suis pas le seul à avoir et qui devrait interpeler non seulement le pouvoir tunisien, dont la nature despotique est de plus en plus insupportable, mais également les pays Européens, et au premier chef la France, dont la complaisance devient intolérable.

En réalité, la France, et sans doute d'autres pays Européens, raisonnent avec la Tunisie comme les Américains l'ont fait avec l'Amérique du Sud dans les années 70. Tout pourvu que le marxisme fut endigué. Aujourd'hui, dans le Bassin méditerranéen, tout pourvu que l'Islamisme soit endigué.

C'est un très mauvais calcul. Croit-on un seul instant que les droits de la femme soient respectés, en Tunisie, quand elles sont torturées et violées de manière systématique dans les sombres cachots de la police tunisienne ? Suffit-il qu'une nation se pare des oripeaux de la laïcité pour devenir crédible ? UN journaliste de l'Express a écrit «plutôt Ben Ali que Ben Laden». Il aura les deux. Réflexion d'une idiotie crasse. Il ne s'agit pas de renverser Ben Ali (ça, ce sera les Tunisiens qui le feront s'ils le désirent) mais de le contraindre par des pressions diplomatiques et économiques à cesser ses crimes odieux.

Je salue la justice française et l'intelligence des juges qui enfin ont mis fin à l'impunité absolue et insupportable des tortionnaires les plus gradés du despotique régime tunisien. Ben Ali ne torture pas que les Islamistes, il torture tous ses opposants sans distinction. Et même s'il ne visait que les intégristes, ce ne serait pas tolérable pour autant. Nous devons en finir avec la complaisance coupable qui est la nôtre et ne pas hésiter à faire économiquement pression pour contraindre ce régime à respecter un minimum de droits humains.

La justice tunisienne est une parodie de justice, une triste farce qui ne mérite que le mépris le plus avéré. A preuve l'infâme condamnation de syndicalistes tunisiens qui dénoncent les conditions indignes dans lesquelles ils vivent.

Il paraît que Nicolas Sarkozy compte entreprendre une visite d'État en Tunisie. Il serait temps de commencer à parler de choses sérieuses, à commencer par les frasques du clan Ben Ali en France. Bien sûr, on comprend que Nicolas Sarkozy aimerait bien disposer du soutien de Ben Ali pour son projet Union Méditerranéenne. On comprend mieux la sortie récente de Bernard Kouchner sur l'inutilité supposé de Rama Yade et des droits de l'homme...

lundi, 26 novembre 2007

Chine : pas de jeux olympiques sans démocratie !

Reporters sans frontières demande aux Comités nationaux olympiques, au CIO, aux athlètes, à tous les amoureux du sport et aux défenseurs des droits de l’homme d’exprimer publiquement leur inquiétude face aux innombrables violations de toutes les libertés fondamentales en Chine populaire.

Après la désignation de Pékin en 2001, Harry Wu, dissident chinois qui a passé dix-neuf ans dans les prisons de son pays, a déclaré qu’il regrettait profondément que la Chine n’ait "pas l’honneur et la récompense d’accueillir les Jeux olympiques en pays démocratique".

"Politiquement, une grave erreur ; humainement, une bassesse ; juridiquement, un crime." Le cri d’indignation lancé par le dissident russe Vladimir Boukovski contre la tenue des JO à Moscou en 1980, reste d’actualité en 2008.

3e673a3eef85d7ed8f58a713e9fa27b3.jpgéchantillon des instruments de torture utilisés en Chine, en particulier contre les bonzes du Tibet.

Voilà qui devrait faire réfléchir les zélateurs de la participation aux JO.