Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 11 novembre 2010

Et si je me présentais à la présidence du MoDem ? (moi l'hérétique, je veux dire)

Histoire de rigoler, évidemment, ok ? Non, parce que j'ai lu les appels désespérés de ce pauvre Jacky Majda pour récupérer des signatures afin de parrainer sa candidature, alors je me suis, ben tiens, pourquoi pas moi :-) Oui, je précise que le 12 décembre a lieu le Congrès du MoDem avec élection de son président ( au fait, on devrait se pencher aussi sur le sort de l'UDF, à ce Congrès...)

Y'a quand même un inconvénient : faudrait que le lève officiellement mon anonymat et, à vrai dire, je n'y tiens pas plus que cela. Tenez, par exemple, une chaîne m'a convié récemment pour un reportage, mais comme je voulais préserver ce dernier petit coin de tranquillité, elle a reculé, faisant valoir que d'autres blogueurs faisaient le même choix que moi et qu'ils en avaient ras la casquette de filmer en flouté.

Bon, moi, je l'aurais fait rigolo : en houppelande avec un tison enflammé ou un truc dans le genre. Z'ont pas voulu...

Si on change les statuts du MoDem et qu'on peut être président et anonyme, cela me branche bien de me présenter, sinon, bon, tant pis, je renonce...

Sérieusement, pour que je parraine une candidature, il faut que j'aie le sentiment qu'elle ait tout de même un poids politique. 

Si Gilles Artigues se présentait, par exemple, je pourrais en effet soutenir sa candidature. Ce pourrait être le cas de deux ou trois autres têtes du MoDem (Robert Rochefort, pour donner un autre nom) et puis ça serait à peu près tout. Je n'évoque pas Marielle qui ne se présenterait pas face à François, cela va de soi.

jeudi, 16 juillet 2009

Europe, ce qui attend la présidence suédoise

Sarnez.jpgIntervenant dans le cadre de la présentation par la présidence suédoise de l'Union européenne, mercredi 15 juillet, Marielle de Sarnez, députée européenne du Mouvement Démocrate, a rappelé les deux principales questions qu'aurait à traiter la présidence suédoise : "la première, c'est la question de la crise. Tout le monde le sait, nous avons besoin d'une réponse cohérente et commune à la crise économique et sociale et donc d'un plan de relance européen pour porter des investissements durables et pour soutenir l'emploi". La vice-présidente du groupe "Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe" a ajouté "l'Europe doit vraiment se montrer aujourd'hui plus attentive, plus proche de nos concitoyens dans les difficultés qu'ils traversent. Elle doit aider davantage ceux qui sont frappés par la crise. De ce point de vue-là, il y a urgence !"

Puis Marielle de Sarnez a soulevé la deuxième question, celle du nouveau modèle de développement qui doit émerger à l'issue de la crise. Marielle de Sarnez défend "un modèle plus sobre, plus juste et plus durable, qui mette la finance au service de l'économie réelle ; qui développe de nouvelles formes de solidarité entre Européens ; qui prenne en compte les enjeux sociaux et environnementaux dans les échanges internationaux ; et qui réforme en profondeur nos relations avec les pays les plus pauvres de la planète, je pense notamment à l'Afrique".

Enfin, Marielle de Sarnez a rappelé l'exigence démocratique liée au processus de ratification du traité de Lisbonne : "il y a des différences très importantes entre le traité de Nice et le traité de Lisbonne concernant ce processus de désignation : majorité simple d'un côté, majorité qualifiée de l'autre ; désignation d'un côté, proposition de l'autre ; nombre de commissaires qui diverge selon l'un ou l'autre des Traités. Je vous demande vraiment que soient respectés l'esprit et la lettre des Traités". "C'est de votre responsabilité. Ceci est très important pour la crédibilité de nos institutions" a-t-elle ajouté.

13:41 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarnez, europe, présidence, suède |  Facebook | | |

mercredi, 04 février 2009

La trouille des verts et des socialistes européens

Vous vous souvenez, je vous l'avais annoncé il y a quelques jours, le président (britannique) de l'ADLE (dont le MoDem est  l'un des constituants) a lancé sa campagne pour devenir Président du Parlement Européen. Mais, il a une autre idée derrière la tête : comme il en a ras-le-col des arrangements de couloir, il propose cette idée aussi simple que révolutionnaire que d'élire un Président de l'Union Européenne au suffrage universel direct. C'est évidemment mieux qu'un commissaire nommé par concile secret des États après d'aussi ésotériques qu'obscures tractations.

Eh bien figurez-vous que les Socialistes et les Verts ont la trouille du suffrage universel ! Et pourtant, quelle légitimité aurait un tel homme ! Quelle occasion unique d'intéresser enfin les Européens non spécifiquement aux affaires de leur seul pays, mais de l'Europe avec un grand E. Pas une voix ne devrait aller à ces trouillards qui craignent de perdre leurs privilèges et passent à côté d'une occasion unique.

Il ne resterait plus qu'à adjoindre l'idée de Jacques Delors à celle de Graham Watson en faisant élire le Président de la Commission européenne par les euro-députés, chaque groupe européen présentant un candidat.

Je ne doute pas un seul instant que toutes ces propositions soient vues d'un très bon oeil par tous les candidats MoDem.

00:38 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : delors, watson, europe, présidence |  Facebook | | |

jeudi, 11 décembre 2008

Hello, Mister President, wikio, c'est bien ?

Marilyn.jpgHello, Mister President ! Je ne résiste pas à l'envie de souhaiter la bienvenue à Mister Président Sarkozy :-) En effet, depuis le mois d'avril dernier, la Présidence de la République ne s'est pas connectée moins de 10 fois (si ce n'est plus, je n'ai plus le compte exact) sur mon blog. Bien sûr, je subodore qu'il s'agit vraisemblablement d'un conseilller, voire d'un conseiller d'un conseiller, ou, qui sait, mieux encore, d'un dissident installé entre les murs de la ligne adverse :-)

Comme les connexions de la Présidence viennent presque toujours par le top blog politique de Wikio, j'en déduis que le conseiller technique de la Présidence suit avec une grande attention ce classement.

Donc, Mister President, si vous désirez des précisions sur les billets (à l'exception de mon billet sur Jean Sarkozy il y a quelques mois, la Présidence ne s'est connectée que sur la page d'accueil) n'hésitez pas à me poser des questions dans les commentaires voire par courrier privé :-D

Tant que j'y suis, je salue aussi l'Assemblée Nationale, le Sénat, la Commission européenne, le Parlement Européen, le Ministère de l'Intérieur, la Mairie de Paris (dès que j'évoque de près Saint-Bertrand de l'impôt à deux chiffres) entre autres. "viendez viendez", mes bons amis, vous êtes tous les bienvenus :-) et tant d'autres institutions dont il serait fastidieux de citer la liste ici.

Tant que je n'ai ni le FBI, ni la CIA ni le KGB qui viennent sur mon blog, je ne m'inquiète tout de même pas trop :-)

C'est incroyable la diversité des réseaux d'origine qui se connectent ici. Bon, cela dit, il ne faut pas non plus fantasmer. Par exemple, en provenance du Ministère de l'Intérieur, la connexion se fait généralement à l'heure du déjeuner. C'est donc probablement quelqu'un qui prend sa pause à ce moment-là, ce qui est bien légitime, et surfe pour s'informer. Le Parlement Européen a tellement de fonctionnaires que ce peut être n'importe qui qui se connecte, et tout est à peu près de cet acabit, sauf, sans doute, l'Assemblée Nationale, le Sénat et la Présidence. Pour les deux premiers, ce sont soit les parlementaires, soit leurs assistants, et pour la Présidence, c'est une volonté évidente d'essayer de distinguer les blogs dits "influents" ou recelant de l'information stratégique et non disponible ailleurs.

jeudi, 25 septembre 2008

Alain Lambert candidat au Sénat !

Je ne m'y attendais pas, mais peut-être est-ce aussi la conséquence de l'échec de Raffarin lors des primaires UMP : Alain Lambert se présente finalement à la présidence du Sénat. C'est à mon avis le moment propice pour les sociaux démocrates et sociaux-libéraux, les centristes et les démocrates, et, à droite, les libéraux de propulser une personnalité originale et indépendante à la tête du Sénat, d'autant qu'il est prêt à définir un programme d'action commun. Nos sénateurs démocrates pourraient, en la circonstance, proposer de participer à certaines commissions et obtenir la vice-présidence ou la présidence de certaines d'entre-elles, notamment sur les thèmes qui leur tiennent à coeur. Dans tous les cas de figure, il va falloir se décider très vite. Si une majorité nouvelle se dessinait au Sénat,  ponctuelle, mais ferme sur les sujets les plus importants, ce serait très encourageant pour la politique française.

lundi, 22 septembre 2008

Présidence du Sénat : mon candidat, c'est Alain Lambert

Bon, je le sais, tout le monde s'en fout de ce que pense le pékin moyen blogosphérien, a a fortiori s'il s'agit d'un militant MoDem, puisque ce mouvement n'a rien à gagner ni à perdre dans l'élection d'un président au Sénat. Mais voilà, je donne mon avis de citoyen éclairé : je soutiens la candidature d'Alain Lambert.

Je ne sais pas encore ce qu'il a finalement décidé de faire, mais j'ai regardé ses engagements pour le Sénat, et je les approuve. Comme nous autres centristes, n'avons aucune chance de faire élire l'un de nos candidats ( ni le MoDem, ni le Nouveau Centre, ni l'Union Centriste) nous aurions pu nous accorder avec un candidat de gauche ou un un candidat UMP proche de nos convictions et prêt à s'engager sur un certain nombre de points. Alain Lambert me semblait le plus proche de ce que nous défendons généralement au MoDem pour le Sénat. Je me retrouve tout particulièrement dans la nécessité de simplifier le droit ou encore de faire du Sénat le garant du retour à l'équilibre de nos comptes. A ce sujet, Alain Lambert pourrait donner l'exemple en entamant une grève de l'examen des textes de lois tant que ceux qui dorment parfois depuis plus d'un an ne sont pas traités pour être intégrés dans notre code civil et législatif. Voire tant de débats, et parfois de foires d'empoigne à l'Assemblée autour de textes jugés sulfureux par certains pour aboutir finalement à un gigantesque flop juridique faute de juristes pour mettre la loi en forme, c'est quelque peu rageant, et cela nie tout le travail des commissions parlementaires.

Alain Lambert a par ailleurs appelé immédiatement sa majorité à s'élargir à d'autres groupes que le seul groupe UMP. Peine perdue. J'ajoute que je suis depuis un moment tant le parcours politique que le blog d'Alain Lambert, et que je le considère comme un homme droit et compétent. Bref, je le vois comme un bon candidat. Je n'ai pas d'avis sur les autres candidats à la présidence du Sénat.