Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 juin 2014

Mondial : belle performance pour la francophonie

Ça n'a pas été vraiment souligné par les commentateurs sportifs ni par la presse dans son ensemble, mais je constate que quatre équipes francophones sur six se sont qualifiées :

La France, la Belgique, la Suisse et...l'Algérie !

La Cote d'Ivoire et le Cameroun ont hélas succombé.

Toutefois, si les survivantes gagnent, France et Algérie d'un côté, Suisse et Belgique de l'autre ne pourront éviter de se croiser en quarts de finale.

En revanche, si nous revoyons la Suisse ou croisons le chemin de la Belgique, ce sera forcément en finale. Ou alors pour la 3ème place. Des projections séduisantes.

La premier tour a été sanglant pour l'Europe avec la perte de trois nations majeures du vieux continent : Italie, Espagne et Angleterre.

Du côté Américain, en revanche, super-carton ou presque. Revoir l'Uruguay à haut niveau est une joie pour quiconque est nostalgique des premiers mondiaux de football. Cela dit, les tableaux de 1/8ème et de quart qui se préparent ne laisseront qu'un survivant sur quatre du côté du Brésil, tandis que l'Argentine, le Mexique et les USA vont tenter d'aller le plus loin possible dans l'épreuve reine du football.

mercredi, 11 mai 2011

L'hallucinante justice belge...

Décidément, en Belgique, il ne reste plus qu'à libérer Dutroux et on aura fait le tour de l'irresponsabilité judiciaire. Quoi ? Michèle Martin que certaines des très jeunes victimes de Dutroux ont supplié va sortir de prison ? Je viens d'entendre que de toutes façons, Michel Mercier, le Garde des Sceaux s'opposerait tout à fait à ce qu'elle vienne couler des jours paisibles dans un couvent français.

C'est tout de même délirant que d'imaginer que les pires ordures, en Belgique, peuvent sortir se pavanner tranquillement une fois le tiers de leur peine exécutée, puisque c'est ce que prévoit la loi belge.

Il y a eu un groupe facebook qui a réuni 100 000 signatures contre la libération de cette criminelle. Le groupe a été supprimé en raison d'appels à la violence et de de "dérives". 

Tu m'étonnes que les commentateurs finissent par "dériver" quand ils prennent connaissance de telles décisions. C'est vraimment se moquer du monde et un véritable appel à rendre la justice soi-même !

samedi, 09 octobre 2010

Belgique : dans la gueule des séparatistes !

Ah, voilà qui fait plaisir : je suis avec attention les péripéties de mes cousins belges, et je voyais avec chagrin la Belgique s'orienter vers un éclatement peut-être devenu inévitable.

Seulement, voilà, un sondage pour le moins explosif pourrait calmer les séparatistes les plus enragés : en réalité, seul 18% des Flamands souhaitent la scission de la Belgique et l'indépendance de la Flandre. 36% veulent simplement plus d'autonomie, les autres se satisfont à peu près de la situation actuelle.

Les nationalistes flamands ne doivent pas trop s'illusionner : ils semblent avoir le vent en poupe, mais s'ils vont jusqu'au bout de leurs revendications séparatistes, ils le paieront cash électoralement, car le peuple flamand ne suivra pas. Espérons qu'ils fassent de la surenchère jusqu'au mauvais pas fatal.

vendredi, 06 mars 2009

BNP Paribas a eu Fortis !

Ayé ! BNP a réussi à négocier, je ne sais pas comment, mais Fortis est désormais à BNP. Bonne nouvelle pour les fonds propres de BNP pour l'année prochaine.

Je me demande en revanche ce qui a été promis aux actionnaires minoritaires. BNP s'est couverte en s'assurant des garanties auprès de l'État belge sur ses ratios de solvabilité.

La Belgique récupère 30% de la banque au lieu de 25% et BNP prend le contrôle de 25% des assurances au lieu de 10%.

[EDIT] Une curiosité rigolote, mais hélas plus mise à jour : FrontFortis ! un blog belge d'actionnaires, je présume, ou peut-être simplement de clients, en faveur d'un accord BNP-Paribas

Le problème, c'est qu'avec un seul billet publié et datant du 29 janvier dernier de surcroît, ils ne vont pas aller loin...

Cela dit, à propos des actionnaires, il y a une fissure désormais, puisque si l'avocat des 2400 actionnaires minoritaires rejette l'accord, le président de l'Association flamande des actionnaires s'est lui déclaré favorable à l'accord. Mais bon, il avait déjà appelé à approuver le précédent plan... Pour ceux qui s'intéressent à ce que peuvent faire ou non des actionnaires minoritaires en Belgique, j'ai trouvé cela...(Droit et Fiscalité Belge. Il y a un point qui plaide en faveur de la BNP, c'est que le 11 février dernier, l'accord avait été rejeté d'une courte majorité (50.6%). Pour info, le groupe d'assurance chinois Ping An pèse à lui seul 5%. Que vont-ils faire cette fois-ci ? Une tendance, toutefois : le nouveau président du nouveau conseil d'administration, Jozef De Mey, avait bénéficié du soutien des Chinois. Or, il est favorable à l'accord...D'après les échos, BNP se serait assuré le soutien d'autres actionnaires assez importants qui s'étaient abstenus le 11 février dernier.[/EDIT]

23:37 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bnp, fortis, belgique, ping an |  Facebook | | |

samedi, 20 décembre 2008

Fortis, comment fallait-il agir ?

J'ai suivi avec attention le feuilleton Fortis, et à vrai dire, je trouve que le déroulement des évènements amène à une réflexion de fond sur l'urgence et l'action politique. Si j'ai bien compris, les petits actionnaires de Fortis (2000) sont furieux d'avoir été mis devant le fait accompli de la quasi-cession de Fortis à la BNP sans qu'ils aient été consultés. Ils ont donc obtenu d'un tribunal qu'une large partie de la transaction soit bloquée, au moins, en tout cas, jusqu'au 28 février, soit après l'assemblée générale des actionnaires. En outre, comme le gouvernement Leterne a tenté de passer outre en faisant, si du moins, ce que l'on dit est vrai, pression sur des magistrats pour qu'ils autorisent finalement la cession, il y a eu des résistances, et un procureur a fini par accuser le gouvernement d'où le scandale.

Le problème, à mon sens, c'est que tout cela a été fait dans une urgence que les pouvoirs publics belges jugaient absolue : soit un repreneur récupérait Fortis, y compris à prix sacrifié, soit Fortis s'écroulait. Prendre le temps de consulter tous les actionnaires, c'était prendre le risque de faire fuir les repreneurs. Et sans acheteurs, Fortis courait à sa perte, c'est à dire aussi à la disparition de l'épargne de ceux qui en étaient clients.

Il fallait donc que le gouvernement Leterne agisse dans l'urgence, quand bien même la procédure normale n'était pas respectée.

Le problème, c'est que nous sommes dans un contexte de crise économique et financière où le système international peut s'emballer à tous moments. Dans une telle situation, on comprend mieux la nécessité d'une procédure d'urgence. Les petits actionnaires de Fortis pourraient bien  faire un mauvais calcul, d'ailleurs : si la BNP se retire et que Fortis plonge, ils tomberont avec. Sans doute n'ont-ils pas considéré cet aspect des choses.

Dans  des circonstances aussi critiques, je ne sais pas ce que j'aurais fait. Évidemment, les pressions sur la justice, c'est inadmissible, mais, il faut bien comprendre que l'économie belge pourrait aussi y jouer sa peau. Je ne dis pas cela pour défendre l'action de Leterne. J'essaie simplement de replacer son action dans la perspective de l'urgence pour mieux la comprendre.

Ce que je conclus de cette histoire, c'est que la BNP, si elle est intéressée, et surtout les pouvoirs publics belges, ont tout intérêt à mener des négociations serrées et au plus vite avec les actionnaires de Fortis s'ils veulent se sortir vite et bien de cette mauvaise passe. Je ne vois pas d'autre issue. Et de ce point de vue, une nouvelle qui n'est pas mauvaise, c'est que les 2000 actionnaires se sont mis d'accord pour confier leurs intérêts à un groupe de représentants :

Deminor, Modrikamen, VEB, Test Achats, des familles d'actionnaires dites historiques et un industriel possédant 2% se sont mis d'accord sur une équipe de négociation composée de six personnes. Cette équipe sera chargée de mener d'éventuelles discussions avec BNP, Fortis et le gouvernement.

Il est évidemment plus facile de négocier ainsi qu'en ordre dispersé.

07:02 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : belgique, leterne, fortis, bnp |  Facebook | | |

dimanche, 07 septembre 2008

Problématiques wallones, problématiques françaises

Je me suis rendu tout récemment sur le site du MCC (Mouvement des Citoyens pour le Changement), un mouvement centriste et démocrate belge qui est membre du PDE et de l'ADLE, comme le MoDem. J'y ai trouvé des analyses très lucides et raisonnables sur la Wallonie, avec des problématiques souvent similiaires aux nôtres, en France. J'aime beaucoup leur manière d'envisager les choses : nulle démagogie envers les Flamands. Au contraire, le MCC reconnaît qu'il y a un déséquilibre entre les moyens avec lesquels vit la Wallonie, et son niveau de vie.

On trouve sur le site une excellente formule  de Robert Deschamps, un professeur d'Université à Namur :

«La Wallonie vit pour l'instant au-dessus de ses moyens mais en-dessous de ses capacités.»

On pourrait appliquer à merveille cette formule à la France...

Je recopie ici le constat du MCC :

L’écart de développement entre le Nord et le Sud du pays ne cesse de s’accroître. Dans certaines familles wallonnes et bruxelloises, le chômage se transmet quasiment de génération en génération et le travail au noir devient presque systématique pour les emplois peu qualifiés. Des sous-régions entières tombent dans le délabrement.C’est un drame pour les Wallons, un handicap pour les Francophones, et une menace pour l’Etat belge.

Depuis le milieu des années nonante, certains décideurs ont pris conscience de l’urgence d’agir pour le développement économique et social de la Wallonie.

Dix ans plus tard, et malgré les efforts récemment menés notamment dans le cadre du Contrat d’avenir pour la Wallonie, force est de constater que la Wallonie est toujours en retard de développement par rapport aux régions voisines.

L’analyse des indicateurs de niveau de vie (Produit Intérieur Brut par habitant), d’emploi (chômage), d’exportation et d’investissement montre que la Wallonie reste durablement à la traîne tant par rapport à la Belgique (donc à la Flandre) que par rapport à l’Europe.

Le mal wallon peut ainsi se caractériser par :

* La faiblesse de l’investissement et des exportations;
* L’insuffisance de l’emploi dans le secteur productif ;
* Un taux de chômage 2,5 fois plus élevé qu’en Flandre ;
* Une absence de politique de reconversion industrielle dans certains secteurs et dans certaines sous-régions de la Wallonie ;
* Une inadéquation de la formation aux besoins de l’industrie et des services ;
* Un investissement insuffisant en matière de recherche et de développement ;
* Une faible densité du réseau entrepreneurial, des indépendants, des PME et des PMI.

D'un point de vue belge, les Wallons représentent 33% de la population, ne produisent que 23% de la richesse nationale, mais bénéficient (grâce notamment aux transferts de solidarité) de 30% du revenu national.

D'un point de vue européen, si le Produit Intérieur Brut (P.I.B) par habitant est de 100 en moyenne pour l'Union européenne, le P.I.B wallon se situe à 79, celui de la Flandre à plus de 110.

Cette situation est un drame pour les Wallons, un handicap pour les Francophones, et une menace pour l’Etat belge.

Bruxelles présente aujourd’hui le paradoxe d’être une région parmi les plus riches d’Europe mais dans le même temps de vivre une dualisation croissante de sa population. En effet, si ses indicateurs économiques sont en apparence nettement plus favorables, ses indicateurs sociaux montrent quant à eux que l’écart entre très riches et très pauvres s’agrandit.

Si beaucoup d’efforts ont déjà été faits, il ne reste pas moins que Bruxelles continue de vivre, à l’instar de beaucoup d’autres grandes villes, les difficultés des grands pôles urbains : dévitalisation de certains quartiers, quartiers « difficiles », manque de logements salubres, dégradation délinquante de l’espace public, augmentation du sentiment d’insécurité, …

En Région bruxelloise, le taux d’activité est de 65%. Il y a plus de 75000 demandeurs d’emploi et on estime à 25000 le nombre de minimexés. En ce qui concerne la sécurité en Région bruxelloise, près de 150 000 délits sont enregistrés chaque année (malgré une baisse ces dernières années). Outre la sécurité, le logement, la mobilité et la propreté constituent des réels problèmes pour les Bruxellois sans parler du travail au noir pour les emplois peu qualifiés.

Bruxelles est aujourd’hui la capitale de l’Europe, la capitale de la Belgique et la capitale de la Flandre. Si elle est aspirée par sa vocation internationale, elle est également coincée dans ses 19 communes, coupée de sa périphérie, coupée de son hinterland wallon et flamand. Cette position entraîne, à l’image des éternels bouchons le matin, une lente mais sûre asphyxie de Bruxelles…

Bruxelles doit aujourd’hui relever 3 défis majeurs : développer une ville vraiment humaine pour tous ses habitants, renforcer son rôle de capitale de tous les Belges, renforcer sa vocation internationale.


La Wallonie et Bruxelles sont situées au cœur de l’Union européenne. Elles doivent tenir compte du nouvel environnement que constitue l’Europe à vingt-cinq (et bientôt à vingt-sept). Elles peuvent tirer profit de ces marchés mais ont besoin de réformes pour faire face à une concurrence accrue.

Sans changements culturel et politique rapides et sans mesures radicales, les hommes et les femmes de Wallonie et de Bruxelles se verront imposer leur destin.

Notre ambition :
développer durablement les richesses en Wallonie et à Bruxelles:
« Un paradis social ne se construit pas sur un désert économique » ; il faut soutenir l’esprit d’initiative, remettre en avant le goût pour l’effort et tirer profit du grand marché européen. Les gisements du futur ne sont plus dans notre sol. Ils dépendront toujours plus de notre matière grise, de la créativité, de l’innovation, et du développement technologique. L’enseignement doit être adapté et les qualifications améliorées. Les indépendants, les PME et les PMI doivent être favorisées.

Notre conviction est que l’on ne construit pas de paradis social sur un désert économique. Le développement durable de nos Régions passe par une économie forte, compétitive et régulée pour garantir la prospérité et la solidarité pour tous.

Nos objectifs pour une Wallonie et une région de Bruxelles fortes au cœur de l’Europe consistent à :

1. Doper l’activité économique, stimuler l’investissement et développer l’esprit d’entreprise

Nous avons besoin d'une véritable stratégie de développement et d’expansion économique. Afin d’amener nos performances économiques au niveau de la moyenne européenne ou mieux, au niveau des régions ou des pays les plus performants qui nous entourent, nous proposons :

* La reconstruction de notre espace économique et industriel par l'élévation du taux général d'investissement interne et externe, en particulier dans le secteur de production de biens et de services à haute valeur ajoutée;
* L’activation du capital risque pour financer l’émergence des start-up;
* La maîtrise et la réduction des coûts directs et indirects de production;
* L'intensification et la concentration des moyens matériels et humains affectés à la recherche-développement;
* L'accroissement de la flexibilité du marché du travail et de la mobilité des travailleurs dans le respect des personnes et de la vie de famille;
* L'augmentation des parts de marché à l’exportation ;
* La valorisation du travail des indépendants.

Nous affirmons que la lutte contre le chômage et contre le travail au noir passe aussi par la promotion et le développement du travail indépendant. Il faut miser sur les indépendants et les très petites entreprises (TPE), en valorisant la réussite et non en les culpabilisant notamment par des tracasseries administratives et fiscales. Nous sommes convaincus que le recours aux indépendants est un des meilleurs moyens de stimuler ce qui manque le plus chez nous: « l'imaginer » et « l'oser ».
Tous ceux qui désirent créer leur propre emploi ou voler de leurs propres ailes doivent être encouragés et formés, notamment en matière de gestion. Leur statut social doit aussi être amélioré et modernisé. Les compétences dans l’art et l’artisanat doivent également être valorisées.
Il faut élargir l’octroi des aides dont bénéficient les demandeurs d’emploi désireux de créer leur propre travail à tous ceux qui, jeunes ou moins jeunes, cadres ou salariés, souhaitent se lancer dans l’aventure de la création d’entreprise.

Trop souvent encore et malgré les efforts de ces dernières années, les indépendants, les PME et les PMI renoncent à embaucher du personnel en raison de la surcharge de travail administratif et de coûts que cela impose. D’une manière générale, il faut alléger drastiquement et rationaliser les charges administratives imposées aux entreprises et aux indépendants. Il est également indispensable de revoir en ce sens le financement de la sécurité sociale.

Cela ne vous rappelle pas quelque chose, vous ? Quasiment le même programme que nous, au MoDem. Cela ne va pas être très difficile de construire un programme commun aux européennes...

14:22 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : belgique, modem, mcc, wallonie |  Facebook | | |