Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 décembre 2012

Canal+ et les Guignols mentent sans vergogne à propos de Benoît XVI

Je n'aime pas la manière dont Canal+ conçoit ses divertissements et prétend faire du journalisme. Le dernier coup foireux des Guignols est de présenter Benoït XVI, Joseph Ratzinger comme un ancien nazi nostalgique du régime national-socialiste.

En réalité, comme une écrasante majorité de jeunes allemands, Joseph Ratzinger a été incorporé de force dans les hitlerjugends. 

Ses parents étaient des opposants au régime nazi et son père, policier allemand, a démissionné à l'avènement de Hitler au pouvoir. Son père et sa mère, viscéralement catholiques, détestaient les nazis qu'ils considéraient comme des criminels.

On peut reprocher sans doute certaines des opinions émises par le Vatican au Pape, mais ce procès-là est bien digne de sycophantes en mal de succès. 

Information et divertissement sont construits sur ce modèle-là à Canal+ et c'est pour cette raison que je n'aime pas cette chaîne.

23:04 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : benoit xvi, nazisme |  Facebook | | |

lundi, 08 novembre 2010

L'Église anglicane pourrait se disloquer...

Henri VIII est bon pour se retourner dans sa tombe, et l'Archevêque de Canterbury pour aller bientôt pointer au Pôle emploi britannique. Depuis la visite de Benoît XVI en Angleterre, les défections se multiplient au sein de l'Église anglicane. Après une paroisse entière à la mi-octobre, ce sont cinq évêques qui refusent les prises de position progressistes de leur hiérarchie qui ont annoncé se rallier à l'église de Rome.

La situation de l'église anglicane, au sein du christianisme est un peu particulière : elle se veut à la fois catholique et réformée (c'est à dire protestante).

A vrai dire, ces départs révèlent un clivage plus profond qu'il n'y paraît de prime abord : l'ordination des femmes, des homosexuels, entre autres, divise profondément les fidèles de cette branche du Christianisme. Une minorité, mais non négligeable, refuse cette évolution et se retrouve davantage dans les positions conservatrices du Pape.

L'Église anglicane avait comme particularité, jusqu'ici, d'accueillir un spectre plutôt élargi d'opinions sociales et sociétales. Mais les liens entre "libéraux" et "traditionalistes" se distendent fortement, sans qu'il n'existe entre eux une frange modérée capable de réaliser l'union entre les deux bords, comme en France.

De de fait, une partie de l'Église anglicane pourrait rejoindre définitivement l'Église catholique, tandis que l'autre romprait les dernières attaches.

Au Vatican, on a tout prévu pour accueillir les brebis égarées : une modification du droit canon, rien que cela ! Anglicanorum Coetibus (à des assemblées d'Anglais) permet aux Anglicans et notamment à ses ecclésiastiques de retrouver  dans l'église catholique un statut comparable au leur dans l'église anglicane. Benoît XVI est même allé très loin puisque le texte prévoit même d'autoriser, au cas par cas, des évêques mariés à le rester aux conférences épiscopales.

Bon, à vrai dire, Ronan Williams, le chef de l'église anglicane est un sacré zozo : il a tout de même estimé que les terroristes fanatiques des avions du 11 septembre pouvaient avoir des objectifs moraux sérieux, a défendu l'introduction de la Charia dans certaines parties de la législation britannique, estimé qu'une partie de la critique de Karl Marx sur la capitalisme était fondé, tout en tolérant, à côté de ces positions controversées voire douteuses, l'ordination de femmes et d'hommes homosexuels (la totale, quoi).

Bref, voilà un individu qui fait n'importe quoi et ne défend de surcroît même pas correctement sa communauté religieuse puisque c'est dans une conférence commune avec l'Archevêque catholique de Westminster qu'il a annoncé la création de l'Anglicanorum coetibus. Il me fait penser un peu à une sorte d'islamo-gauchiste mâtiné d'altermondialiste à la sauce théologie de la libération, ce gars-là...

Il pourrait donc bien être le dernier des Archevêques de Canterbory avant une possible désagrégation des communautés anglicanes.

mercredi, 08 avril 2009

Les turpitudes de Dany, de Benoît ou d'Authueil ?

Je connaissais jusqu'ici le blog d'Authueil comme un blog plutôt de droite, globalement propre sur soi et avec  une certaine tenue. Mais voilà qu'Authueil s'est mis en tête de faire de l'agit-prop en version droitière. Authueil est exaspéré par les attaques incessantes qui visent le Pape Benoît XVI et qui, à ses yeux, déforment systématiquement ses propos.

C'est son droit le plus légitime. Je finis aussi par penser que Benoît XVI a bon dos même s'il a largement donné les verges pour se faire battre, comme dit le proverbe. Ce n'est pas une raison pour user de procédés particulièrement nauséabonds.

Les lecteurs qui lisent régulièrement mon blog n'ignorent pas que j'ai le plus grand mal à voir les Verts en peinture et que globalement, je ne peux pas piffrer Cohn-Bendit. En effet, la bien-pensance et les "coups de gueule" libertaires de "Dany le Rouge" ont le don de me porter sur les nerfs. Cohn-Bendit, c'est l'archétype de l'ex-gauchiste libertaire reconverti à une forme bon teint de social-libéralisme de bon aloi.

Cohn-Bendit a certainement écrit des conneries dans sa jeunesse (logique, c'est consubstantiel aux gauchistes, de dire et d'écrire des conneries).

Est-ce une raison pour ressortir de vieux écrits qui datent d'un autre temps et d'en travestir la portée : en effet, Cohn-Bendit a écrit par le passé des stupidités sur la sexualité, y compris celle des enfants. Mais comme il l'a expliqué, et je le crois, c'était dans l'air du temps gauchiste de l'époque que de s'interroger sans aucun tabou sur la sexualité. Cela ne fait nullement de lui un pédophile ou quoi que ce soit d'autre. J'en suis absolument convaincu. Ce type n'est pas soupçonnable sur ce point, et d'ailleurs, les familles des enfants et les enfants qui l'ont connu à l'éppoque où il a écrit ces lignes ont plus que largement témoigné en ce sens.

Mais voilà, Authueil a voulu faire le malin en ressortant cette vieille histoire : son but était de montrer qu'il y avait deux poids deux mesures, selon qu'on parlât des écrits de Cohn-Bendit ou de ceux du Pape. Je lui concède ce point, au demeurant. Mais on s'en fout : c'est le principe qui me débecte. Authueil sait très bien que cette sale histoire a collé aux basques de Cohn-Bendit et qu'elle a surtout été soigneusement alimentée par les réseaux d'extrême-droite : ils adorent ce genre d'histoires. Même s'il a pris des précautions oratoires, il ne peut ignorer que cela va à nouveau coller à la peau de Cohn-Bendit.

Bref, ça ne le grandit pas, et c'est même aussi inattendu que minable. Voilà simplement ce que je lui ai répliqué :

Les propos de Benoît XVI ont été surinterprétés, certes mais cela ne justifie pas ce troll assez peu ragoûtant. Cohn Bendit a certainement écrit des conneries (ce qui n'a rien d'étonnant chez un gauchiste libertaire, au demeurant reconverti au pseudo-libéralisme bobo de bon aloi) mais je ne le crois vraiment pas qu'on puisse le soupçonner d'une quelconque forme de pédophilie. Ce sont les mecs d'extrême-droite ou d'extrême-gauche qui adorent généralement remuer ce genre de m... (ça m'étonne de vous, jusqu'à preuve du contraire, vous n'en faites pas partie, me semblait-il...)

Et je dis ça alors que s'il y a bien quelqu'un qui ne peut pas voir en peinture les verts et Cohn-Bendit, c'est bien moi (cherchez verts sur mon blog et vous verrez bien).
Je n'aime pas le procédé qui pue la m... désolé de vous le dire aussi clairement, mais c'est d'autant plus regrettable que j'ai lu des articles d'un tout autre niveau par le passé chez vous
.

Comme tout réseau, la blogosphère a ses évacuations. Eh bien après trois années de présence au sein de cette dernière, je tends à constater que les caniveaux puent drôlement.

 

22:36 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : authueil, cohn-bendit, benoit xvi |  Facebook | | |

mercredi, 04 février 2009

Evêque et négationniste, c'est non, dixit le Vatican !

Je l'attendais, et c'est bien pour cela que je me suis gardé de hurler au loup avec le reste de la Toile : un centriste en vadrouille me le confirme, le Vatican a clairement rejeté les déclarations de Richard Williamson.

En fait, je m'apprêtais à écrire une explication de texte des décisions du Pape : excommunier et ne pas reconnaître un évêque, c'est deux choses distinctes. Ainsi, réintégrer la Fraternité Pie XII dans l'église ne signifie pas pour autant que l'on adhère à son propos. Pour donner une image plus claire, l'Église n'excommunie pas les criminels, elle reçoit même ceux qui veulent se convertir quand bien même leurs crimes seraient épouvantables, et pourtant, elle n'approuve en aucune manière ces mêmes crimes.

On peut analyser la position du Pape vis-à-vis des Intégristes un peu dans les mêmes termes logiques. Et le Pape Benoît XVI a à cet égard habilement oeuvré, car il n'a rien lâché sur Vatican II. En clair, si les évêques intégristes veulent demeurer évêques au sein de l'Église, ils devront faire acte de contrition et se plier aux conclusions de Vatican II (messes en langue vernaculaire, rejet de la désignation de déicide pour le peuple juif). Pour le cas particulier de Williamson, il devra en plus faire amende honorable sur son négationnisme.

Je sais Benoît XVI un homme cultivé et intelligent ; je me suis bien gardé de lui écrire une lettre en latin, comme pour l'archevêque de Saint-Domingue, parce que j'avais prévu qu'il réagirait ainsi. Personnellement, en tant qu'agnostique (l'une des exteras nationes à rassurer que j'évoquais dans ma lettre à propos de Nicolas Lopes), la réaction de l'Église me convient tout à fait.

L'évêque intégriste négationniste Richard Williamson doit "prendre sans équivoque et publiquement ses distances" avec ses déclarations sur la Shoah avant d'être admis aux fonctions épiscopales dans l'Eglise catholique, a déclaré mercredi le Vatican dans un communiqué.

Le Vatican a assuré que ces déclarations faites à une chaîne de télévision suédoise n'étaient "pas connues" du pape Benoît XVI "au moment de la levée de l'excommunication" des quatre évêques intégristes de la fraternité sacerdotale Saint Pie X (FSSPX).

Le communiqué émanant de la secrétairerie d'Etat, le "gouvernement" de l'Eglise catholique au Vatican, pose également comme "condition indispensable à une future reconnaissance de la FSSPX la pleine reconnaissance du concile Vatican II et des papes" qui ont suivi ce concile.

Voili-voilou, CQFD